19 708 Pages



Capétiens
Armes du Royaume de France (Ancien) .svg
état Pavillon royal de France.svg Royaume de France
Bandera Navarra.svg Navarra
Drapeau de Bourgogne.svg Bourgogne
France France
Espagne Espagne
Drapeau du Royaume de Naples.svg Royaume de Naples
Drapeau du Royaume de Sicile 4.svg Royaume de Sicile
Drapeau du Royaume des Deux-Siciles (1816) .svg Royaume des Deux-Siciles
Drapeau du duché de Parme (1851-1859) .svg Duché de Parme
Drapeau du Royaume de Etruria.svg toscane
Drapeau du duché de Lucca.svg Duché de Lucques
Portugal Portugal
andorre andorre
Luxembourg Luxembourg
Brésil Brésil
Maison de dérivation Robertiens
titres Croix pattee.png Roi des Francs
Croix pattee.png Roi de France
Croix pattee.png Roi de Navarre
fondateur Ugo Capeto
souverain dernière Luigi Filippo I[1]
leader actuel conflit dynastique[2]
date d'établissement 987
dépôt de données 24 février 1848
ethnique franca, français
cadets Branches Blason Ducs Bourgogne (ancien) .svg Bourgogne
(1032 - 1364)
Vermandois.svg Armoiries Vermandois
(1085 - 1185)
Blason Comtes de Dreux.svg Dreux
(1152 - 1234)
Courtenay.svg Blason Courtenay
(1150 - 1370)
Artois Arms.svg Artois
(1237 - 1482)
Fr Anjou.svg Blason comte Anjou
(1246 - 1360)
Fr Clermont Blason comte (Bourbon) .svg bourbon
(1283 - 1830)
Blason fr Valois avant comte 1299.svg Valois
(1328 - 1589)
Blason ville fr Mortain (Manche) .svg Evreux
(1298 - 1404)

la famille de Capétiens est un ascendance franca, l'un des plus importants et, selon plusieurs chercheurs, la plus ancienne Europe, Ce sont ses plus anciennes origines traçables à la septième siècle, mais avec une certaine difficulté. Les Capétiens sont la troisième dynastie Roi de France, après mérovingienne et Carolingiens[3]. Il se compose des descendants mâles de ligne Ugo Capeto et dans la lignée femelle mérovingiens et dynastie carolingienne.

Avec sa dynastie directe régnait dans France de 987 un 1328, Année de mort Charles IV. Le trône passe ensuite aux branches latérales: la Maison de Valois, la Maison de Bourbon et, enfin, la branche cadette de celle-ci, la Casa d'Orléans. D'autres branches de la famille étaient de temps en temps des ducs de Bourgogne, Grande-Bretagne, Parme, roi de Navarre, Sicile, Naples et des Deux-Siciles, la Hongrie, le Portugal, Empereurs latins d'Orient et empereurs du Brésil; membres sont souverains du duché de Lucques et les règnes de Etrurie et de la Pologne. Descendants dans la lignée mâle de la famille règne encore aujourd'hui en Espagne avec le roi Philippe VI et le Luxembourg avec le grand-duc Enrico.

Origines capétiens

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: France médiévale et Robertiens.
Capétiens
Ugo Capeto, fondateur de la dynastie, dans un portrait moderne.

en 987, la mort de Louis V le "indolent", dernier roi carolingienne, Ugo Capeto, duc de France et Comte de Paris, fils de Hugues le Grand, Il a été élu roi Senlis[4] par la noblesse et le clergé franc, fondant ainsi une nouvelle dynastie royale.

Les ancêtres: Robertiens

La famille Ugo Capeto d'origine a été celle définie par les chercheurs de Robertiens[5], dont les membres ont également inclus les rois de France Oddone et son frère Robert I (Grand-père Ugo). Le plus ancien ancêtre connu dans la lignée mâle du capétienne était Lambert, le comte en Hesbaye. De lui descendre pour parent-enfant, conti Roberto I Turimberto, Robert II et Robert III (également Oberrheingau Count); ce dernier était le père de Robert le Fort, seigneur de marque Bretagne[6] et un père lui-même le roi de France, et Robert I. Oddone

Oddone, fut un vaillant contre normans, robertingio a été le premier à être élu par une assemblée des princes et seigneurs, le comte de Paris et le roi des titres en France qui allait plus tard faire Charles le Simple de recourir aux armes pour faire valoir leurs droits au trône. Les luttes entre carolingienne et Robertiens a pris fin lorsque Oddone nommé son successeur Charles le Simple et pas son frère Roberto. Ce dernier réalisé par le nouveau roi de la grande Marquis de Neustrie, à partir de laquelle le futur royaume de France est né. En raison des tentatives du nouveau roi d'imposer son autorité sur les principes, en 922, un soulèvement général proclamé roi Roberto, qui est mort peu de temps après dans la bataille[7].

Après l'élection de Louis VI "outre-mer", fils de Charles le Simple, Hugues le Grand, successeur de Roberto, a obtenu des pouvoirs extraordinaires avec sa nomination en tant que duc de France, Bourgogne et d ' Aquitaine, devenant ainsi l'homme le plus puissant dans le nord Loire[8]. Est mort soudainement Luigi est Ugo, scène française a vu plus tard face à chacun de leurs enfants, Lothaire et Ugo Capeto, Duc de France, que la mort du premier, puis celui de son fils Louis V le "indolent", finalement permis l'accession au trône de France.

Ugo Capeto est aussi descendu de Carlo Magno, mais pas exclusivement la ligne masculine. La grand-mère paternelle de Ugo était en fait Béatrice de Vermandois, fille de Herbert I de Vermandois, descendant à travers la ligne de sexe masculin 'empereur franc.

la hotline

Les premiers rois capétiens

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Ugo Capeto, Robert II de France et Henri Ier de France.

Parmi les premiers royaumes de Ugo Capeto, Robert le Pieux[9] et Henri I[10] vous n'avez pas beaucoup d'informations. En raison de la division du pouvoir en raison de l'émergence de marques et duchés sous les Carolingiens, les premiers rois étaient engagés principalement dans le domaine de la famille, les mariages, les conflits, le mouvement constant, dans une tentative de rétablir l'autorité royale. Personne n'a contesté l'autorité du nouveau souverain, mais une fois parti, les chefs des provinces ils sont revenus à nouveau de les ignorer. Le respect du roi de France a également été montré par empereurs allemands, qui les considéraient comme leurs pairs parce qu'ils se sentaient à la fois chargés par Dieu pour conduire le peuple chrétien vers le salut[11][12].

Nouveau à ces institutions monarchiques du XIe siècle était celle introduite par Ugo Capeto d'élire et par la grande sacrer aristocratie de son premier-né Roberto, quelques mois après. monter sur le trône De cette façon, il était d'imposer le costume selon lequel la couronne de France a été transmise par héritage selon le principe de droit de naissance mâle, tout en restant une fonction élective. Non seulement le pouvoir royal, mais aussi les actifs de Ugo Capeto, hérité de ses ancêtres, étaient soumis aux mêmes règles de succession: ceux qui constituaient les possessions privées des Capétiens est finalement devenu le domaine de la couronne[13]. Le domaine de la première Capétiens a été faite par 'Ile de France, autour de la zone Paris. Cette région, en raison de la confluence des rivières, la première remise en état des terres, l'extension des grands vignobles qui se sont produits juste dans l'affirmation de la période capétienne, dans ces années a connu une prospérité remarquable qu'il a bénéficié premier souverain.

Le nouvel intérêt pour la lignée et la fortune de la famille unie à nouveau, et les nouveaux dirigeants et l'aristocratie de la période, influençant aussi la vie interne des tribunaux. En fait, les grands tribunaux carolingiens solennels que les assemblées générales ont eu lieu plus des réunions de famille, où il est apparu plus prélats et les comptes, mais seuls parents du souverain, vassaux, stewards et chefs de servitude[14].

La montée de la monarchie

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Philippe Ier de France, Louis VI de la France et Louis VII de France.

Le douzième siècle, les rois de France l'intention de faire valoir leur pouvoir et imposer leur autorité sur les puissants princes qui régnaient en maîtres dans les querelles autour de la 'Ile de France. Le grossissement de la règle des rois a été rendu possible grâce au fait qu'entre 1060 et 1180 est seulement trois monarques ont réussi: Philippe Ier, Louis VI et Louis VII, dont le règne n'a pas eu ces problèmes de succession qui caractérisait leurs prédécesseurs. En outre, a finalement légitimé la monarchie par le mariage de Louis VII avec Adela de Champagne, un descendant de la Carolingian[15]. A côté de l'utilisation des armes, Philippe Ier également pris des mesures pacifiques qui, à la fin du règne de Louis VIII, a subjugation définitive du territoire »Ile de France autorité des rois capétiens. Le prestige accru de la monarchie et le roi le plus souvent a été appelé en tant que garant des biens des abbayes, d'arbitrer les conflits entre seigneurs, confirmer les cartes, etc.[16].

Poursuivant la tendance qui se manifeste déjà au cours des royaumes précédents, les assemblées dont ils traitaient les grandes affaires du royaume ne sont pas faits plus que les grandes personnalités laïques et ecclésiastiques. Ils étaient les seigneurs de la gentry o chierici des origines diverses pour occuper les postes de fonctionnaires du palais, et de prendre soin de la résolution de problèmes, l'octroi de faveurs et des cadeaux de la formulation des décisions de justice[17]. Donc, il y avait des domestiques, le chancelier et les clercs qui ont attiré les diplômes[18], aumôniers. En plus de ceux-ci, il y avait des conseillers du roi, famille[17], terme utilisé vaguement indiqué différents personnages qui ont apprécié la confiance du roi. Parmi eux, le plus célèbre était Sigiero, ami et conseiller de Louis VI et gardien de Louis VII.

Une autre caractéristique de cette période est de promouvoir Paris capital et siège permanent de la monarchie capétienne. Jusqu'au milieu du XIIe siècle, le roi avait voyagé, à la fois pour des raisons pratiques d'approvisionnement, que ce soit en raison du temps de gestion directe et de parler, la présence physique du roi était indispensable dans les zones du domaine, pour des raisons militaires ou juridiques. Paris est devenu un lieu de prédilection avec Henri Ier, qui a été prédilection avec Louis VI accentué et son fils[16].

Ce sont les années où commence à prendre forme une politique internationale pour la monarchie capétienne. Le premier problème était représenté par Duc de Normandie, William, vassal du roi de France en même temps est devenu roi d'Angleterre en 1066. Ni Philippe Ier, ni Louis VI avait les moyens de s'y opposer les ambitions du duc de Normandie; si d'une part ils ont essayé de faire valoir leurs droits souverains sur leurs vassaux exigeant un serment d'hommage, et d'autres désaccords de la famille animée entre les ducs de Normandie et roi d'Angleterre. L'autre menace qu'il faisait face à Louis VII était celle de la montée en puissance Henri II, que, après le mariage Aliénor d'Aquitaine 1152 et sa nomination en tant que roi d'Angleterre en 1154, est entré en possession de vastes terres qui entouraient le royaume capétien[19]. Vain étaient les tentatives de Louis VII pour arrêter cette hausse: seul le traité Nonancourt a mis fin aux hostilités et aux intrigues[20].

En dehors de son règne, le roi devait une grande partie de sa créance au soutien de papauté, qu'il ne manquait pas de preuve de loyauté: au cours des nombreuses querelles avec empereurs, les papes ont toujours trouvé un allié au Capétiens. En vain l 'Empereur Henri IV il a demandé à plusieurs reprises le roi de France de se tenir à ses côtés, ou de cesser d'apporter un soutien au pape.[21] réclamations Comme il est également inutile de Federico Barbarossa La supériorité de l'empereur sur les reguli[22], provinces de roitelets de l'empire. La Papauté a été à nouveau soutenu par Louis VI; et face à cette menace, le souci capétienne était de souligner leur lien avec la famille de Carlo Magno, moyens Adela de Champagne[15].

L'âge d'or

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Philippe II de France, Louis VIII de France et Louis IX de France.
Capétiens
Un argent Tornese en 1270.

Au trône de Filippo Augusto, suivi d'un siècle d'une grande floraison de la France du Nord, étant entouré par les rues principales du trafic commercial occidental, allant de Espagne un mer noire, de la côte nord de la 'Afrique jusqu'à Golfe de Finlande, avec Gênes, pise et Venise à dominer les routes principales. La migration continue et la construction de nouvelles colonies montrent une augmentation de la population, en raison d'une diminution des crises, des épidémies et des famines, et une amélioration générale des conditions de vie. Mais pour encourager la croissance de ces années a été la paix particulièrement répandue dans la plupart des régions du royaume. L'augmentation du commerce a également conduit à une amélioration des routes et de simplifier la circulation de l'argent: à partir de 1262 la livre parisienne, puis Tornese, Il est devenu la monnaie du royaume[23], tandis que d'autres monnaies avaient seulement couru sur leurs terres de monnaie. Parce que, toutefois, la pénurie de réserves métalliques, a commencé à faire son chemin, même le crédit.

La dynastie est devenue de plus en plus forte et vénéré, et ses origines maintenant étaient fondées sur un carolingienne mythique passé. après Adela de Champagne, Il a suivi une autre reine ascendance carolingienne, Isabelle de Hainault, épouse de Philippe II, qui a encore renforcé le lien entre les deux dynasties[15] et les demandes d'indépendance, sinon supériorité, du roi de France contre l'Empire[24]. A la fin du XIIe siècle, les problèmes dynastiques avaient été résolus.

Même les richesses de la dynastie accrue, avec sa domination sans partage sur les terres les plus riches de France. Cette richesse a permis au roi d'envoyer dans leur propre pays la huissiers de justice, la tâche de superviser prévôts et mettre en place les tribunaux[25]; falaises coalitions, acheter adversaires, et même recruter une armée de professionnels de la guerre. Avec Philippe II a également été témoin de la floraison de la capitale Paris, qui jusque-là avait été l'expansion chaotique, il était prévu correctement. De plus, la présence de la cour, ainsi que le passage des évêques et nobles dans la ville stimuler l'artisanat de luxe et d'impulsion commerciale[26].

Quant à l'expansion territoriale, Filippo Augusto est celui qui a fait la plus grande contribution à l'expansion du domaine capétien. Comme ses prédécesseurs, cependant, Filippo Augusto devait aussi composer avec le roi d'Angleterre: après avoir essayé d'affaiblir Henri II demandez-lui contre leurs enfants, trahi l'amitié Richard Cœur de Lion, dont il a été suivi par une guerre acharnée entre les deux royaumes; et enfin il a réussi à confisquer son frère Jean toutes les terres angevines sur le sol français[27]. Du côté opposé, la monarchie était intervenu dans le comté Toulouse où la propagation 'l'hérésie cathare. Alors que Filippo Augusto stabulation en raison de ses problèmes dans le Nord, une foule de coureurs se sont réunis à Lyon et a commencé à la croisade. Parmi eux, Simon de Montfort, Baron dell 'Ile de France, ce passage à tabac à Muret le roi d'Aragon, le domaine a été investi Raymond VI de Toulouse, devenir l'un des propriétaires les plus influents de Filippo Augusto. dessous Louis VIII, Il y avait deux tentatives de reprendre le comté de Toulouse par les héritiers du comte, mais le roi a réussi à garder le contrôle et de maîtriser la plupart des villes de Languedoc.

Capétiens
Louis IX rencontre le pape Innocent IV à Cluny dans l'espoir d'un rapprochement entre la Papauté et l'Empire. Grandes Chroniques de France (XIV siècle), Bibliothèque nationale de France.

L'augmentation de la richesse et les domaines du roi conduit à la transformation de l'administration du royaume. Il y avait une extension progressive de l'institution huissiers de justice et Siniscalchi; la cour a rassemblé plus souvent pour administrer la justice dans un plus technique et précis. Les fonctionnaires du roi étaient de plus en plus d'hommes de culture juridique, ce qui a permis d'accroître l'efficacité de l'administration. Merci à eux, il a été également mis au point une idée précise de la souveraineté du roi: Toute forme de justice était entièrement imputable au roi, et qu'un vassal ne pouvait pas se lever contre le monarque, sans encourir le crime de lèse-majesté[28]. La protection royale étendue sur les églises, la ville et le peuple, exigeant en particulier des premiers services religieux et moins ingérence dans les affaires du royaume.

Ainsi, les tribunaux français ont donné une plus grande cohérence au royaume et ses sujets se sentaient de plus en plus partie du pays du roi de France. Cela est arrivé en particulier avec Saint-Louis, qu'il a fait tout son idéal de bien. Louis IX a poursuivi la justice égale, même appliqué à ses fonctionnaires qui connaît des enquêtes sévères au sujet de leur travail. Son idéal de paix chrétienne l'a emmené d'abord à traiter Henri III d'Angleterre à mettre un terme à belligérance entre les deux règnes[29], puis de renoncer à des droits français présumés aux domaines d 'Aragon[30]. Le roi n'a pas interféré dans les conflits entre la papauté et l'empire, ni dans la rivalité entre les aragonais et le catalan, mais il a été proposé comme un artisan de la paix et le courtier. En tant que protecteur de la foi chrétienne, il a tout fait pour assurer le salut de son peuple, en interdisant les jeux et la prostitution, interdisant aux Juifs de pratiquer l'usure, en utilisant leur richesse pour construire des hôpitaux et centres de soins palliatifs; jusqu'à risquer leur vie dans les croisades.

De la prospérité à la crise de la relève

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Philippe III de la France, Philippe IV de France, Louis X de France, Philippe V de la France et Charles IV de France.
Capétiens
épée La Gioiosa exposée au Musée du Louvre.

dessous Philippe III et Philippe IV il y a une période de transition: si un côté continue de soutenir l'idée du grand royaume de France[31], l'autre en Europe occidentale auront des changements liés à la vie matérielle et la mentalité. L'excitation et le prestige de la monarchie a atteint son apogée, qui est adopté reconnectant Carlo Magno, symbolisé par l'utilisation de épée Gioiosa la consécration de Philippe III, est la canonisation de Saint-Louis[32]. Entre autres choses, c'est une époque de grande floraison juridique, ainsi que des innovations institutionnelles.

Ils sont nés trois corps dans lesquels trois domaines sont confiés au Parlement, réglementé par le grand ordre de 1278 et réparties en chambres; la Chambre des Comptes, qui a pris toute son importance lorsque Philippe IV a commencé à recevoir régulièrement des avantages et développé les taxes royales; et le Conseil du roi, dans dont l'intention était de proposer un corps représentant, dans toute la mesure du possible, l'ensemble de la population du royaume (non seulement les nobles et le clergé) qui soumettent les décisions politiques à prendre.

Les nouveaux organes directeurs ont vécu pendant plusieurs décennies en contact étroit avec le roi et la cour. En fait, après les constructions faites par Louis IX que vous avez fait dans le Cité[33], ses successeurs ont cédé la place à une grande œuvre de reconstruction, consacrant des espaces spécifiques à de nouvelles fonctions. Paris renforce ainsi son rôle de capitale du royaume, une position qui attire la noblesse des domaines voisins, ce qui a entraîné une floraison de construction avec la construction de hôtels. La civilisation française en attendant aussi influencé la société internationale de l'époque, dans la pensée, des modes de vie et dans l'utilisation de la langue française, ainsi que la prévalence de la style gothique. Profitant de ce grand prestige qui a fait la souveraine inégalée[34], le dernier capétienne a un développement de plus en plus dans le sens moderne des institutions de la monarchie féodale[35], mais surtout ils ont fait preuve complètement nouvelles ambitions expansionnistes, ce qui a conduit la France à intervenir directement en matière de politique méditerranéenne. Avec Philippe III il y avait une nouvelle extension du domaine des quatre grands fiefs est resté en dehors du domaine royal seulement Guyenne et Flandre Ils ont continué à causer des problèmes, comme en témoignent les nombreuses expéditions que Philippe IV envoyés pour réprimer le peuple en révolte[36].

Capétiens
L'indignation de Boniface VIII Sciarra Colonna - incision (XIXe siècle).

Les nouvelles ambitions expansionnistes affectent les relations avec les principales autorités de l'époque, l'Empire et la papauté. Les rois de France ont commencé à aspirer à la couronne impériale[37]: En se liant à l'idée de capétienne dynastie comme héritier direct Carlo Magno[38]. Pendant ce temps, le conflit entre la monarchie française et la papauté avait commencé à se manifester pendant un certain temps, mais seulement a éclaté autour de 1300, lorsque Philippe IV imposé sans autorisation papa Bonifacio VIII, dîmes au clergé ne destillnate la croisade, mais à d « campagnesAquitaine[39]. En dépit de la menace d'excommunication, le royaume de France a proclamé l'indépendance absolue du roi et de son droit d'intervenir dans les affaires de l'église[40]. La situation dégénère avec le "Slap de Anagni« La mort de Boniface VIII, et »captivité Avignon« Symbole de la violence totale de la monarchie française, qui a montré concrètement lorsque Philippe IV a obtenu du pape la dissolution et la condamnation de Templiers[41]. D'autres tâches qui ont contribué à saper le prestige du souverain étaient des Juifs, Dépossession l'expulsion des Lombards, des manipulations monétaires[42].

Mais bientôt la situation de la prospérité générale et de l'expansion qui caractérise l'Europe entre les XIe et XIIIe siècles, se lentement dans la crise à la fin du XIIIe siècle.

Capétiens
La campagne de Louis X en Flandre - Grandes Chroniques de France (XIV siècle), Bibliothèque nationale de France.

France faisait face à une profonde dépression qui caractérise le secteur agricole en raison des pluies, de mauvaises récoltes, la hausse des prix, la faim et la mortalité; tandis que les principaux sites financiers ont commencé à subir les conséquences des premiers échecs du marchand italien et de la rareté des ressources métallurgiques, en raison de laquelle les pièces ont subi une dégradation rapide qui a ensuite conduit à divers troubles monétaires. Il y a eu une augmentation des émeutes, qui a trouvé leurs boucs émissaires dans les lépreux et les Juifs, qui ont été victimes de plusieurs massacres. A côté de ces émeutes, il y avait d'autres mouvements fomentées par les nobles, qui courtisées son retour à un passé mythique du règne de Louis IX. L'explosion de ces mouvements a eu lieu sous le règne de Philippe IV.

Le rabaisser le prestige royal en raison des scandales qui ont marqué la vie publique de Philippe IV, l'hostilité avec de grands domaines, l'échec de la campagne en Flandre et la charge fiscale croissante[43], Ils sont partis dans les mains de Louis X un royaume dans des circonstances difficiles. les frères Philippe V et Charles IV, Dernier roi d'ascendance capétienne directe, ne pouvait pas répondre à ces problèmes croissants dans les quelques années de leurs règnes respectifs. Ce sera une tâche de Philippe VI de Valois, premier roi d'une branche cadette de la famille capétienne, qui est mort en 1328 les descendants directs qui avaient quitté Ugo Capeto[44]. A rejeton de Valois puis suivre ceux de bourbon, et Orléans jusqu'à l'abolition définitive de la monarchie par la Révolution de 1848[45].

renforcement des outils électriques dinásticos

Le Capétiens a considérablement renforcé l'autorité royale en France, en insistant sur les principes de l'héritage des hommes de succession au trône de droit de naissance et l'indivisibilité des territoires du royaume.

Un outil essentiel était le fils aîné de l'Association du trône où son père était encore en vie. Ugo Capeto Ce fut la première dynastie d'appliquer cette pratique[46]: Avec l'excuse de vouloir aller Catalogne pour faire face à une invasion des musulmans, Ugo a soutenu la nécessité d'un second roi, au cas où il était mort pendant la campagne militaire[47]. En dépit de quelques griefs des partisans nobles d'une monarchie élective, Roberto Il a été couronné et sacré roi; expédition en Espagne cependant, il ne se produit plus. rois successifs ont continué à suivre son exemple jusqu'à 1179: Louis VIII a été le premier roi capétien ne pas être associé au trône lorsque son père Filippo Augusto Il était encore en vie[48].

Capétiens
Testament de Filippo Augusto donato à Saint-Germain-en-Laye, Septembre 1222. Paris, Archives nationales de France, AE / II / 214, AE / II / 214

celle de Robert le Pieux, Cependant, il est la seule association qui était en effet la tâche d'assurer l'héritage de la charge: les associations suivantes ont été dictées par des raisons complètement différentes, comme les problèmes de succession, les guerres, la maladie souveraine, et plus[49]. Le fait que la pratique se poursuit depuis six générations a automatiquement conduit à l'associer à la dynastie et de donner tous les cas le même sens que le premier. En fait, il était une coutume qui a été souvent utilisé, pour des raisons différentes (y compris le renforcement d'un faible titre héréditaire), non seulement par les dirigeants et haute aristocratie française, mais aussi d'autres monarques européens.

La pratique a été abandonnée par Filippo Augusto parce que la dynastie avait pleinement assumé sa légitimité et donc il n'y avait pas besoin d'associer l'héritier du trône. Mais il se peut que cela est dû principalement à une baisse de la pratique, qui est enregistré, du règne de Philippe Ier jusqu'à celle de Filippo Augusto, dans toute la France[50]. Sous Filippo Augusto et Louis VIII, augmente de plus en plus la coutume de l'écriture volontés à la veille de leur départ pour les croisades, au lieu d'associer le fils aîné au trône, et Filippo Augusto Louis VIII est compilé des testaments écrits[50], dans lequel ils ont inséré les dispositions que pour fixer la couronne à leurs descendants directs. Toutefois, ces volontés n'est pas écrit que la séquence appartenait au fils aîné, mais le présupposé: la succession du fils aîné a été pris comme d'habitude par la société.

Par la suite, les rois ont été concentrés à essayer de maintenir un contrôle de l'équilibre sur les différents apanages accordé. avec Philippe III, l'expansion de la domination réelle est né grâce à certaines restrictions relatives à apanages en faveur de leurs jeunes fils, être approuvé par le Parlement en 1284, la première étape de retour à la Couronne de apanages si le bénéficiaire décède sans héritier[51]. En 1314, Philippe le Bel Il a limité la transmission du comté Poitiers, reçu dans la réserve par son père, pour les héritiers mâles directs[51]. C'est la première exclusion officielle des femmes de l'héritage royal.

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: loi salique.
Capétiens
Copie manuscrite sur parchemin de la loi salique (VIIIe siècle), Bibliothèque nationale de France.

En 1316, la mort de Louis X le Wrangler, frère Philippe V Il saisit le trône aux dépens de la fille du roi défunt, Giovanna, temps de quatre ans. Mais en raison de certains conflits, Philippe V pour légitimer ses actions en toute légalité, il a fait appel à la tradition française loi salique, selon laquelle, en France, les femmes ne monte pas sur le trône et la couronne est uniquement pour les hommes[52]. En 1328, le choix de Philippe VI de Valois comme roi a été marquée par un appel fort à la loi salique pour des raisons dynastiques, mais « nationaliste »: depuis Charles IV avait laissé aucun héritier mâle et filles ne pouvaient pas accéder au trône, le jeune roi d'Angleterre, Edward III, Il a commencé à avancer sa demande à la régence, en tant que fils d'une sœur de Charles IV, Isabella, puis le plus proche parent du roi défunt. A ce stade, il a développé un autre héritage dynastique clause: Isabelle, en raison de son sexe, était non seulement exclu de la possibilité d'aboutir à la couronne de France, mais aussi de sa régence et son patrimoine, et par conséquent qu'il était donc Edoardo. De cette façon, les filles sont définitivement prises de la succession capétienne[53].

La force de la loi salique réside dans le fait que, en établissant la succession dans la ligne masculine, d'une part simplifie la ligne de succession, qui serait compliquée par un grand nombre de filles et de leurs descendants; et de l'autre, il reste sur le trône dans la famille[54]. Cela empêche les princes étrangers, sinon des ennemis, ils peuvent monter sur le trône en vertu du mariage[55]. En outre, le roi français, en se mariant princesses étrangères bien placé dans l'ordre de succession de leurs dynasties respectives, peuvent au contraire aspirer à leur héritage, sinon au trône de leur royaume d'origine. Il fait suite à une assimilation non complète de la reine française de la dynastie capétienne, parce qu'elle continue de garder le nom de ses ancêtres afin que le roi de France peut faire appel à la ligne féminine de descente pour revendiquer leurs droits.

Au moment du mariage, la mariée royale apporte une dot et acquiert le rôle du souverain, mais la loi salique exclut de la communion des biens, parce qu'ils ne sont pas du roi, mais le peuple du roi est le garant. D'autre part reines peuvent posséder, de gérer, d'hériter et de transmettre leurs biens; Ce faisant permet la croissance des produits de la couronne quand ils envoient leurs actifs à leurs enfants[56]. De Capétiens jusqu'à la fin de la monarchie, la loi salique a continué d'être la loi fondamentale de l'Etat français.

L'expansion territoriale

Capétiens
La domination et l'influence de Ugo Capeto au 995.

Le territoire que vous êtes venu voir Ugo Capeto au moment de son accession au trône, il a été fabriqué à partirIle de France, regroupés autour de quelques rivières qui traversent cette région: Loire au sud, qui avait Orléans comme centre, et l'enclave de l'est autour Sens; la Seine au nord, autour de Paris avec Saint-Denis, Poissy, Étampes, Dreux et Melun; Oise et la Ainse avec Senlis, Compiègne, Quierzy et Laon. Puis, avec une île isolée, il a été prolongé aux banques de canal.

Pendant les règnes des premiers Capétiens il n'y avait pas une grande expansion territoriale: Roberto II il a hérité la Duché de Bourgogne, dont il a été donné au plus tard le plus jeune fils Henri I, avant de monter sur le trône après la mort du frère aîné Hugh.

Capétiens
Le royaume de France en 1154 (en bleu).

La première véritable politique d'expansion est venu au XIIe siècle: autour des possessions du roi en tant que tel, a réuni de vastes domaines, duchés et comtés, dont les seigneurs étaient souvent aussi puissants que leur souverain. En l'espace de cinquante ans, Philippe Ier à ces terres, il a ajouté le comté de Gatinas (Château-Landon), La ville et le territoire du monastère Corbie, la Comté Vexin, et Mantes Pontoise, protectorat Saint-Denis et les Visconti de Bourges.

avec Louis VI, la seigneurie fut annexée au domaine royal Montlhéry et le comté Corbeil. Mais avec le mariage de Aliénor d'Aquitaine et Henri II Plantagenêt plus tard, il a dû renoncer Duché d'Aquitaine et celle de gascogne. Louis VII Il a pu s'imposer sur tous les territoires Loire, sur Saint-Pierre-le-Moûtier, la nivernais, et dans les différents domaines Mâconnais et forez.

Filippo Augusto Il se retrouve avec un royaume dans lequel son vassal Plantagenet contrôlait presque plus de la moitié, pour atteindre le grand comté de Toulouse. Le domaine capétien a grandi au fil des années, non seulement avec l'utilisation d'armes, comme en témoigne le roi lui-même Philippe II, quand marié Isabelle de Hainault, Il a commencé à intervenir dans les affaires de Flandre et, après des années de négociations et de procédures, il a obtenu le premier 'Artois, puis le Valois, Vermandois et l 'Amiénois. En Mars 1204, quelques années après la confiscation des terres de angevines John d'Angleterre, Château-Gaillard Il a été conquis et elle est tombée les places normandes. L'année suivante, ils ont touché un l 'Anjou et Touraine. Du côté ouest cependant, avec Traité Meaux-Paris,, la Comte de Toulouse Raymond VII Il devait ratifier le démembrement de ses états et douer sa fille unique riche, Jeanne de Toulouse, promesse d'un frère du roi, Alfonso de Poitiers, tandis que le Siniscalchi Beaucaire et Carcassonne Ils ont été ajoutés au domaine.

Capétiens
Le royaume de France à la naissance de Filippo Augusto (1180) et sa mort (1223).

De Cependant, toutes ces annexions, la Couronne a maintenu sous son administration que Normandie, puisque le reste avait été accordée par Louis VIII dans la réserve à ses enfants. Ainsi, tout en bénéficiant des principes de la terre qui leur est accordée, le roi exerçait son autorité sur Flandre, la champagne et Bourgogne, éclaircissant en même temps les duchés et comtés de fiefs appartenant à la Couronne. En 1224, Louis VIII a commencé à soumettre la Poitou et saintonge, à venir jusqu'à La Rochelle, principal port de l'Atlantique. Toutes les initiatives du roi d'Angleterre Henri II, ce n'était plus un vassal du roi de France de 1202, à mettre les pieds dans les provinces perdues échoué et était seulement le duché de Guyenne. avec Louis IX Il a été rendu permanent le pouvoir de la France Languedoc et consolidé le grossissement de domaine réalisé par Filippo Augusto.

à partir de Philippe III, à côté de l'annexion plus ou moins pacifique à l'intérieur de frontières de la France proprement dite, a commencé les premières interventions militaires vers l'extérieur. Les principales acquisitions ont été les Comté de Toulouse et Royaume de Navarre. En 1271, Alfonso est mort de Pointiers et Jeanne de Toulouse pas d'héritiers directs, le comté de Toulouse a été automatiquement annexée au royaume de France, comme écrit dans le traité de Meaux-Paris de 1229. Plus tard, en 1284, avec le mariage de son fils Philippe le Bel et Giovanna di Navarra, Reine de Navarre et comtesse de champagne et Brie[57], Philippe III a préparé l'annexion de ce royaume à la domination monarchique, qui a été effectuée avec Louis X. Dans la même période, les armées françaises ont envahi Royaume d'Aragon (1285), tandis que le roi est intervenu dans les affaires de succession Royaume de Castille. D'autres acquisitions mineures ont été County Guînes, port Harfleur, Montmorillon, du siniscalcati Carcassonne et Beaucaire, puis la Languedoc.

Capétiens
Le royaume de France en 1328 (en violet).

     Possessions de Joan II de Navarre

     États pontificaux

     Territoires contrôlés par Edward III

     Zones d'influence économique britannique

     Domaines d'influence économique française

Philippe IV Il a acheté le comté Chartres, la dépendance de Montpellier, la seigneurie de Beaugency, le comté de Marca, le Visconti de Soule et Mauleon, la Comté Bigorre. En outre, il l'est étendu à la all'Ostrevent de la souveraineté royale, sur la dépendance du Barrois, sur Toul et Verdun, Lyon et viviers. A ce stade, en dehors du domaine capétien ils sont restés seulement Bourgogne, la Grande-Bretagne, la Guyenne et Flandre.

en Italie, l'influence de la monarchie capétienne est imposée au moyen d'une branche cadette de la D'Anjou, qui a régné sur Royaume de Naples, malgré avoir perdu la Sicile. Plus tard, Philippe IV le vieil homme a poursuivi l'invasion du projet 'Angleterre. A l'est, l'influence française a commencé à étendre aussi dans les terres impériales en raison de l'annexion du royaume de Navarre, la France était en contact direct avec les possessions de 'empire, où certains principes de principes sont devenus des alliés, sinon vassaux de Philippe VI[58].

Le pouvoir de thaumaturge

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Les rois thaumaturges.

Les Capétiens d'abord, puis la Plantagenet plus tard dans la zone britannique, ils étaient les seules dynasties régnantes européennes qui ont gardé en vie pendant des siècles l'idée que leurs dirigeants avaient la capacité de guérir les malades (pouvoir de guérison). Il semble que aucune des dynasties franques ci-dessus a possédé ou pratiqué un pouvoir de guérison particulier[59][60].

Les origines ancestrales de ce mythe de retour aux anciens peuples germaniques, dont les rois ne sont pas élus, mais choisis par certaines familles, que l'on croyait être équipé héréditairement d'une vertu sacrée, comme si elles étaient des êtres divins[61]. Avec l'avènement du christianisme et la disparition du paganisme, cependant, les rois du septième siècle sont devenus des gens simples laïcs, mais il est probable que les vieilles idées sont restées dans la conscience populaire. Plus tard, avec Carlo Magno a été créé une nouvelle sacralité royale, cependant, la figure de l'empereur chrétien.

Une nouvelle institution consacrée aux monarques au moment de l'avènement au trône, oint, est apparu entre les septième et huitième siècles. Ce n'est pas un geste tout à fait nouveau déjà quelques anciens peuples orientaux, qui considéraient leurs rois comme des êtres sacrés, a organisé une cérémonie dans laquelle, à leur accession au trône, et les rois étaient oints sur certaines parties du corps avec huile préalablement sanctifiée[62]. Le premier roi de France pour recevoir l'onction était Pépin le Bref[63]Lorsque pris le pouvoir en 715, il a ressenti le besoin de légitimer ce en fait était une usurpation. Les précédents dirigeants, aux yeux des fidèles, ils avaient encore un élément mystique qui les liait aux vieux souvenirs au sujet des rois germaniques; avec l'onction, cependant, même la nouvelle dynastie, se drape dans une aura de sacré et religieux.

Capétiens
Consécration et couronnement de Louis IX à Reims (XIII siècle).

Avec la consécration de Carlo Magno a été ajouté le couronnement, où le pape, met sur la tête de la couronne d'un roi, le proclamant empereur. Ce fut alors son fils, Louis le Pieux, de recevoir pour la première fois que le signe béni de l'huile empereur avec la couronne des mains de Le pape Etienne IV, à Reims 816. Depuis lors, les deux mouvements sont devenus presque inséparables: le roi, oint et couronné[64], devient "Cristi lord« Porte-étendard de la cause chrétienne, protecteur des fidèles de re-prêtre capable de faire des miracles.

Parmi les premiers Capétiens, il était Robert le Pieux la première d'une longue série de thaumaturges roi[65]. Comme Pépin, le père de Robert, Ugo Capeto, Il avait usurpé le pouvoir du dernier descendant de Carolingiens, et la nouvelle dynastie besoin d'une légitimité de toute urgence. Ainsi, même les Capétiens eu recours à oindre direction, qui, cependant, at-il ajouté, l'apparition de la puissance de guérison[66]. Robert le Pieux était réputé pour être un homme pieux et cette qualité personnelle doit avoir été l'élément qui a alors permis d'attribuer les pouvoirs de guérison qui ont été généralement reconnus saints. Un tribunal cherchait à répandre la renommée de ses propriétés curatives, même avec la volonté politique de développer le prestige d'une dynastie juste instauratasi.

Les sujets ont cru que Robert le Pieux était « capable » de guérir malade tout; mais, de Philippe Ier, Capétiens commencent à se spécialiser dans les soins de la seule scrofule, Aussi connu sous le nom "mal le roi"[67]. Et que touchant les malades devint roi de France pour une pratique de routine, dans laquelle les deux gestes du « toucher » et le signe de la croix sur les malades deviennent deux gestes traditionnels. Peu à peu, ils ont commencé à se répandre heures, des jours ou des occasions prédéterminées dans lequel le roi a reçu les malades[68]; et, depuis le XVe siècle, la coutume se leva pour faire en sorte que seuls scrofuleux ont été admis au roi. Aux malades, il a ensuite donné de l'argent à la fin de chaque pratique de guérison[69].

Le pouvoir de guérison n'est plus un cadeau personnel, mais une compétence qui est transmise de père en fils[70], une prérogative d'une dynastie. Bientôt ce cadeau n'a pas été étendue à toute la race, mais seul le fils aîné, l'héritier du trône, pourrait faire des merveilles. Ceci est le reflet de ce droit d'aînesse de tendance qui a commencé autour de 1000 à caractériser les familles françaises et britanniques. Étant donné que ces pratiques ont été regroupées et ont été ajoutées à l'autre, les rois de France ont augmenté leur caractère sacré et le prestige.

Roi de France capétienne

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: tables généalogiques de la Chambre capétienne.

ligne directe

UGO CAPETO
*941 †996
ROBERTO II
*972 †1031
Hugh II
*1007 †1026
le HENRY
*1008 †1060
Robert I
*1011 †1076
Oddone[71]
*1 013 †1056
PHILIP I[72]
*1053 †1108
Hugh I
*1057 †1101
Bourgogne
Louis VI[73]
*1081 †1137
Vermandois
Filippo[74]
*1116 †1131
LOUIS VII
*1120 †1180
Enrico
*1121 †1175
Robert I
*1123 †1188
Filippo[75]
*1125 †1161
Peter I
*1126 †1183
PHILIP II
*1165 †1223
Dreux
Courtenay
LOUIS VIII
*1187 †1226
Filippo[76]
*1201 †1234
LOUIS IX[77]
*1214 †1270
Robert I
*1216 †1250
Alfonso
*1220 †1271
Charles Ier
*1226 †1285
PHILIP III[78]
*1245 †1285
Robert, comte de Clermont
*1256 †1317
Artois
l'Anjou
PHILIP IV[79]
*1268 †1314
Charles de Valois
*1270 †1325
Luigi
*1276 †1319
bourbon
LUIGI X
*1289 †1316
PHILIP V
*1291 †1322
CARLO IV
*1294 †1328
Valois
Roi de France
Evreux
Octicons-arrow-petite-down.svg
JOHN I
*1316 †1316
extincteur
branche principale

Valois

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Valois.

bourbon

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Bourbon de France, Bourbons de Naples et Bourbon d'Espagne.

Orléans

Les branches latérales

Ci-dessous la liste des branches collatérales des Capétiens, établis conformément aux possessions des fondateurs, entre parenthèses.

Blasons

Capétiens
le semé fleur de lys sur un champ bleu, des armoiries des rois de France jusqu'à 1376. la fleur de lys il est devenu utilisé avec Louis VII et Philippe II.
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Armorial capétien.

généalogie

Ugo Capeto (Ca. 940-24 996 Octobre)
=
Adelaide d'Aquitaine
│
├── Hedwig (ca 970-1013)
│
├── Gisèle (ca 971-1002)
│
├── Roberto II (27 Mars, 972-20 Juillet 1031)
│ = Susanna
│ = Bertha de Bourgogne (964-16 1010 Janvier)
│ = Constance d'Arles (986 - Melun, le 25 Juillet, 1034)
│ │
│ ├── Hedwig ou Adele (ca. 1003-ca. 1065)
│ │ = Rinaldo Nevers
│ │
│ ├── Ugo II (1007 - 1025)
│ │
│ ├── Henri I (4 mai 1008 - 4 Août, 1060)
│ │ = Mathilde de Frize (A propos 1024-1044)
│ │ = Anne de Kiev (1024/1032 - 1075 Septembre)
│ │ │
│ │ ├── Philippe Ier (23 mai 1052 - Melun, le 29 Juillet 1108)
│ │ │
│ │ ├── Hugues le Grand (1057-1018 Octobre, 1102)
│ │ │
│ │ ├── Roberto (avant 1054 Juin - ca. 1060)
│ │ │
│ │ └── Emma
│ │
│ ├── Adele ou Adelaide (1009-1079)
│ │ = Richard III, duc de Normandie (Environ 1007-1027)
│ │ = Baldwin V de Flandre (1012-1067)
│ │
│ ├── Robert I (1011-1021 Mars 1 076)
│ │
│ ├── Odo o Eudes (1013-1056)
│ │
│ └──Constanza (1014-?)
│ = Manassé Dammartin (-1037?)
│
│
└── Adele (ca 973-1063)

curiosité

Capétiens
Eglise de Saint-Denis, où tous les « corps sont enterrés » les rois de France.

A partir du XIIe siècle, il semble que les Testaments des derniers rois capétiens ont été caractérisés par des demandes funéraires très curieux, liés au démembrement de leur corps. De toute évidence, les papes ont tenté de s'opposer à cette pratique: papa Bonifacio VIII Il a condamné le désir de Philippe IV d'enterrer son cœur dans un autre endroit du corps. aussi Louis X Il a montré le même désir, mais n'a pas pu obtenir l'autorisation du pape et son corps a été enterré dans intact Saint-Denis. Philippe V, avec la permission de Papa Giovanni XXII, Il a ordonné que son cœur et ses entrailles ont été enterrés séparément de son corps, le cœur Eglise des Cordeliers Paris, les entrailles de l'église prieurale de Saint-Louis de Poissy, qui était également au cœur de Philippe IV. Même la Reine Giovanna[80] il a enterré le corps, les entrailles et le cœur dans trois églises différentes[81]. La raison de cette pratique a d'abord été pour vous assurer de leurs lieux de sépulture qui étaient leurs proches ou qui se sentaient particulièrement imprégné aura sanctifier; et de l'autre pour augmenter les prières qui leur sont consacrées, qu'une meilleure intercession de vie après la mort leur aurait permis.

notes

  1. ^ Charles IV Ce fut le dernier roi de la branche principale capétienne a disparu en 1328. Hugh Capet de règne en descendant direct Espagne, avec Philippe VI de 2014, et Luxembourg, avec Henri I de 2000.
  2. ^ Louis Alphonse pour l'Espagne Bianchi, Henri d'Orléans pour orléanistes
  3. ^ Traditionnellement, l'histoire dynastique française commence par la succession mérovingienne-carolingienne-Capétiens. - Joy Havens, Henri II Plantagenêt, les Capétiens et le poids de l'histoire sur le succès de la Geste des Normanz de Wace et Chronique des Ducs de Normandie de Benoît, en La critique du texte, vol. 7, n ° 1, 2004, p. 31.
  4. ^ Duby, 1998, p. 267
  5. ^ « Robertini » aussi appelé.
  6. ^ Duby, 1998, p. 249.
  7. ^ Bataille de Soissons, le 30 Juin 922 - Duby, 1998, p. 254
  8. ^ Duby, 1998, pp. 256-257.
  9. ^ Quelque chose de plus sur Robert le Pieux savoir par Rodolfo il glabro, qui a consacré une biographie réalisée en le monastère de Saint-Benoît-sur-Loire.
  10. ^ Henry I est la règle qui ont reçu moins d'informations.
  11. ^ Duby, 1998, pp. 267-268.
  12. ^ le Monaco Rodolfo il glabro montre cette conception de l'égalité entre le roi de France et l'empereur dans son rapport sur la rencontre entre l'empereur Henri II et le roi de France Robert le Pieux.
  13. ^ Duby, 1998, p. 271.
  14. ^ Duby, 1998, p. 272.
  15. ^ à b c Entre 1160 et 1165, non seulement le roi de France, mais aussi d'autres dynasties mineures affirment dans leur descente de plus en plus insistante de la dynastie carolingienne a disparu mais a continué à bénéficier d'un crédit profond dans la société. Contrairement à la progéniture de Carolingiens de mérovingienne, celle des Capétiens par Carolingiens ont dû être construit ad hoc. Et afin d'établir la continuité du vrai sang, il est devenu plusieurs fois référence à la branche féminine capétienne, de sorte que les dirigeants capétiens pouvaient attendre d'une certaine manière leur descente de Carlo Magno, de Mérovée, à Clovis et même au-delà. - Joy Havens, pp. 3-32 Henri II Plantagenêt, les Capétiens et le poids de l'histoire sur le succès de la Geste des Normanz de Wace et Chronique des Ducs de Normandie de Benoît , en La critique du texte, vol. 7, n ° 1, 2004, p. 31.
  16. ^ à b Duby, 1998, p. 318.
  17. ^ à b Duby, 1998, p. 317
  18. ^ Ils sont des années où de plus en plus d'actes sont souvent compilés émanant de la chancellerie royale, qui conservent la mémoire des interventions efficaces et atteste de la participation toujours plus large du monarque à la vie du royaume
  19. ^ Aliénor d'Aquitaine, qui avait séparé de Louis VII, Il l'a amené à Henri II la Guyenne et gascogne. Après sa nomination en tant que roi d'Angleterre, Henri II a obtenu en 1158, le comté de Nantes, qui a ouvert la voie à Grande-Bretagne.
  20. ^ Duby, 1998, pp. 321-322
  21. ^ En 1124, Henri IV, exaspérée par le soutien de Louis VI à papa Callisto II, Il menace d'envahir le royaume de France et de détruire Reims. Mais l'expédition punitive a pris fin dans une impasse, en raison du nombre de quotas que les seigneurs laïcs et ecclésiastiques se hâta d'envoyer au roi pour défendre la ville.
  22. ^ Duby, 1998, p. 322
  23. ^ Duby, 1998, p. 340.
  24. ^ après la victoire de Bouvines en 1214 contre Otto IV de l'Allemagne, Philippe II Il prit le titre de Augusto.
  25. ^ Duby, 1998, p. 354.
  26. ^ Le roi vivait dans Palais de la Cité, le quartier épiscopal a été réuni autour Notre-Dame, tandis que sur les bords de Seine Il étendit à droite, l'agglomération marchande, et à gauche, le district scolaire. En 1190, Filippo Augusto entouré d'un mur le district de commerçant; en 1204, il a construit la tour de persienne; Enfin, en 1209 il a construit les murs autour du district scolaire. Les banlieues, d'abord dispersés, est devenu un agglomérat unique autour des deux routes principales, Saint-Denis et Saint-Martin, pavé par ordre du roi, et ont été construits de nouvelles paroisses et des églises, des vignes et sur la rive gauche.
  27. ^ Jean marié Isabelle d'Angoulême, déjà promis à Hugues de Lusignan. Étant donné que les récompenses attendues ne sont pas venus, les Lusignan rebellé et a fait appel au roi de France.
  28. ^ Duby, 1998, pp. 359-362.
  29. ^ En 1259, Louis IX il retourne Henri III comme un état vassal du Duché de Guyenne, permettant la justice de la monarchie française étendre aussi à ces territoires.
  30. ^ Traité de Corbeil - 1258
  31. ^ L'idée du grand royaume de France a été fondée avec Louis IX, et continue de se renforcer avec Philippe III et Philippe IV
  32. ^ Duby, 1998, p. 380
  33. ^ Parmi les travaux réalisés par Louis IX, le plus connu est la construction du Sainte-Chapelle(XIe siècle).
  34. ^ Matthews a appelé Paris Louis IX "Roi des rois« Un glossaire du XIVe siècle italien dit »les rois de France sont inégalés dans toute la chrétienté« Guillaume de Nangis, en parlant du couronnement de Philippe III, Il le définit comme "Roi de France et l'empereur des Romains« - Duby, 1998, p. 377.
  35. ^ Cela est démontré par l'augmentation du nombre de documents relatifs à la comptabilité et a dirigé les premiers recensements à grande échelle.
  36. ^ Les quatre grands domaines étaient Bourgogne, Grande-Bretagne, Guyenne et Flandre
  37. ^ la mort de Federico II Il avait commencé la période grand interrègne (1250-1273), dans lequel les principes sont en concurrence pour la « chaise vide » de l'empereur.
  38. ^ Louis IX Il avait refusé la couronne impériale en faveur de son frère Robert de Atrois en 1240. Philippe III Mais en secret, il met leur candidature; tandis que Philippe IV Il a avancé la candidature de son frère, Charles de Valois puis celui de son fils Philippe V, Comte de Poitiers; aussi Charles IV et Philippe VI Ils ont repris ces projets.
  39. ^ Duby, 1998, p. 392
  40. ^ Cette idée a été soutenue notamment par Guglielmo Nogaret, qui prétendait non seulement pour le souverain temporel, mais aussi en général pour les laïcs.
  41. ^ Duby, 1998, p. 393
  42. ^ Duby, 1998, pp. 381-382
  43. ^ Duby, 1998, p. 382
  44. ^ Cousin germain Charles IV, Philippe VI Il a vu avant de confier la régence jusqu'à la livraison de la veuve Jeanne d'Evreux. Avoir la reine a donné naissance à une fille, Philippe fut couronné roi.
  45. ^ Raisonnant selon l'héritage moderne des noms, tous les rois de France auraient eu le même nom de famille Ugo Capeto, puisque tous ses descendants dans la ligne masculine. Ce principe est également respecté par le tribunal révolutionnaire poursuivi le roi Louis XVI l'enregistrement des actes à l'accusé le nom de la ville Luigi Capeto.
  46. ^ Il y avait plus tôt entre le carolingienne, avec Carlo Magno et Louis le Pieux, mais il est probable que ces exemples ne sont pas encore connus des Capétiens. Entre un exemple de noblesse française précédente est de Hugues le Grand qui a rejoint Robert I à son comté et tout 'Abbaye de Saint-Martin de Tours, en 913 - Lewis, 1978, p. 911
  47. ^ Lewis, 1978, p. 908
  48. ^ Duby, 1998, p. 354
  49. ^ Lewis, 1978, pp. 908-909
  50. ^ à b Lewis, 1978, p. 926
  51. ^ à b Duby, 1978, pp. 378-379-
  52. ^ Cosandey, 2002, p. 36.
  53. ^ Cosandey, 2002, p. 37
  54. ^ Cosandey, 2002, pp. 38-39
  55. ^ Tout comme l'Espagne gouvernée par Habsbourg
  56. ^ Cosandey, 2002, p. 43
  57. ^ Duby, 1998, p. 378
  58. ^ Duby, 1998, p. 391
  59. ^ La seule exception est Gontrano qui était considéré par ses sujets plus comme un saint que comme un roi, il a été dit que le seul prononcer son nom avait la capacité de libérer les patients de leur douleur, Bloch, 1989, pp. 20-21.
  60. ^ « Si Charlemagne et Louis le Pieux avait touché les malades, pouvez-vous croire que le Monaco de Saint-Gall (Gregorio di Tours) ou l'Astronome (Fortunato) aurait caché ce fait merveilleux? Qu'aucun de ces écrivains, membres de la famille de la cour royale, [...] n'a jamais manqué, même si seulement en passant, l'allusion la plus favorable à ce grand événement? [...] il n'y a aucune raison de croire que les descendants de Clovis ou ceux de Pepin ont jamais prétendu être roi , pour guérir quelqu'un ". Bloch, 1989, p. 22.
  61. ^ ] « Comme ces rois vraiment divines, on croyait qu'ils avaient un certain pouvoir sur la nature, comment se développent crus, et ce qui empêche que ce pouvoir n'a pas été étendue à la maladie? » - Bloch, 1989, p. 40
  62. ^ Bloch, 1989, p. 46
  63. ^ la mérovingienne Ils ne furent jamais oints comme roi. Plus tard seulement la légende a transformé ce qui était le baptême de Clovis, faite à Reims de San Remigio, la première consécration réelle.
  64. ^ Bloch, 1989, p. 49
  65. ^ "La puissance divine accordée à cet homme parfait une grande grâce pour guérir les corps; touchant les blessures des malades et en les marquant avec le signe de la croix avec sa main très pieux, il les délivre de la douleur et de la maladie« (Roberti vie Helgaud de Fleury de - 1033) - Bloch, 1989, p. 23
  66. ^ "L'apparition du guérisseur sous tension Roberto II de ne pas être expliqué comme une préoccupation du même genre qui avait déjà conduit Pepin à imiter les principes juifs?« - Bloch, 1989, p. 58
  67. ^ En Angleterre, les écrouelles étaient connus comme "Le écrouelles».
  68. ^ Par exemple, Louis IX Il a touché les malades tous les jours, mais seulement dans l'heure qui a suivi la messe - Bloch, 1989, p. 69
  69. ^ À un moment donné, à la fois le roi de France et les monarques anglais ont commencé à entrer dans la documentation du bâtiment également des données pour les scrofuleux qui se présentèrent à leur roi, emblématique sont les tablettes de Renaud de Roye, des tablettes de cire utilisés par le maître de frais de caissiers du palais, où de Roye a été particulièrement méticuleux quand écrire des noms, des lieux d'origine et l'aumône reçus par des miracles scrofuleux par le pouvoir de guérison du roi Philippe IV le Bel - Bloch, 1989, p. 78
  70. ^ La première preuve qui donne certainement la touche de écrouelles à Philippe Ier et son fils Louis VI sont quelques lignes de Gilberto, abbé de Nogent-sous-Coucy - Bloch, 1989, p. 17
  71. ^ Peut-être malade mentalement, au 1040, comploté contre son frère, Henri Ier, mais, assiégé dans un château, il a été capturé et emprisonné dans Orléans, où il est mort.
  72. ^ Cinq autres enfants: Henry (1083 - est mort jeune), Carlo (1085 - est mort jeune), Oddone (1087-1096), Philip (1093-1129) Mantes comte Fleury (1093-1147) Nargis monsieur.
  73. ^ Un autre fils, Ugo (1123 - Il est mort jeune).
  74. ^ Il est mort suite à une chute d'un cheval.
  75. ^ Arcidiacono de Paris.
  76. ^ Un fils sans problème: Alberico (1222-poste1284).
  77. ^ Quatre enfants: Louis (1244-1260), Giovanni (1248) Giovanni Tristano (1250-1270) Peter I (1251-1284)
  78. ^ Deux autres fils, Louis (1266-1276), est mort peut-être empoisonnés sur les ordres de sa belle-mère; Roberto (1269-1271).
  79. ^ Un autre fils, Robert (1297-1308).
  80. ^ On ne précise pas qui il est, il ne parle que d'un "Reine Jeanne« - Elizabeth A. R. Brown, La cérémonie de la succession royale en France capétienne: Les funérailles de Philippe V, en spéculum, vol. 55, n ° 2, 1980, p. 273-274..
  81. ^ Elizabeth A. R. Brown, La cérémonie de la succession royale en France capétienne: Les funérailles de Philippe V, en spéculum, vol. 55, n ° 2, 1980, p. 275-276..

bibliographie

  • Krause Ingmar, Konflikt und Ritual der im Herrschaftsbereich frühen Capetinger - Untersuchungen zur Darstellung und Funktion symbolischen Verhaltens, Münster, Rhema-Verlag, 2006 ISBN 978-3-930454-62-4.
  • Georges Duby, Histoire de France: Naissance d'une nation, des dynasties et des révolutions des origines à 1852, traduction par Francesco Saba Sardi, vol. 1, Milan, Bompiani, 1998 ISBN 88-452-2112-1.
  • Marc Bloch, Rois thaumaturges: études sur le caractère surnaturel attribué à la puissance des rois notamment en France et en Angleterre, Turin, Einaudi, 1989 ISBN 978-88-06-17761-4.
  • Fanny Cosandey, Français ou étranger? La reine de la France entre la vraie dignité et l'héritage, en Genèse, vol. 1, nº 1, 2002, pp. 35-60.
  • Andrew W. Lewis, Anticipatoire Association des Héritier anticipé France capétienne, en American Historical Review, vol. 83, nº 4, Octobre 1978, p. 906-927.

Articles connexes

  • Robertiens
  • Carolingiens
  • Roi de France
  • Souverains d'Espagne
  • Roi de Navarre
  • tables généalogiques de la Chambre capétienne

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Capétiens
autorités de contrôle VIAF: (FR13102206 · GND: (DE118723022
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller