s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
roche Rampions
Physoplexis comosa Orcs 02.jpg
roche Rampions
(Physoplexis comosa)
état de conservation
Statut iucn3.1 LC it.svg
risque plus faible[1]
classement Cronquist
domaine Eucaryotes
uni plantae
Sous-règne Tracheobionta
Superdivision spermatophyta
division Angiosperme
classe magnoliopsida
sous-classe Asteridae
ordre Campanulales
famille Campanulaceae
sous-famille Campanuloideae
sexe Physoplexis
espèce P. comosa
APG Classification
uni plantae
(clade) angiospermes
(clade) eudicots
(clade) base Tricolpate
(clade) Asterids
(clade) Euasteridi II
ordre asterales
famille Campanulaceae
nom binomial
Physoplexis comosa
(L.) Schur, 1853
les noms communs

rampions chiomoso

la rampions roche (Nom scientifique Physoplexis comosa (L.) Schur, 1853) Est une plante herbacé pérenne, et est l'un des plus distinctifs et rares fleurs alpin qui pousse dans les zones d'une grande partie des Alpes. Il appartient à famille tout Campanulaceae.[2] Il est également la seule espèce de genre Physoplexis Schur, 1853.[3]

étymologie

Le nom générique (Physoplexis) Vient de deux mots de Langue grec ancien "PHYSIO ou phusa ou Physa" (= "Vessie gonflée, bulle")[4][5] et "Plexis" (= Cheveux longs, poilu, tuftés, tissés)[6][7] et se réfère à la forme de 'floraison. Le nom commun (renoncule) provient de la forme de la racine, semblable à un petit navet; Il est souvent appelé allemand « La griffe du diable » en raison de sa forme de griffe.
la nom scientifique l'usine a été initialement proposé par le nom de Phyteuma comosum de Carl von Linné (1707 - 1778) biologiste et écrivain suédois, considéré comme le père de moderne classification scientifique des organismes vivants, dans la publication "espèces plantarum"[8], par la suite amélioré avec le nom actuel du pharmacien et botanique Philipp austro-germanique Johann Ferdinand Schur (1799-1878) dans la publication "Verhandlungen und Mittheilungen (Mitteilungen) Siebenbürgischen des Verein für Naturwissenschaften zu Hermannstadt Hermannstadt -... Iv (1853) 47" 1853.[9] la nom scientifique la genre Il a été défini dans la même publication, et toujours par le même auteur en 1853.[10]

description

Physoplexis comosa
l'habitude

Ces plantes atteignent un maximum à une hauteur de 5 à 20 cm. La forme organique est emicriptofita scaposa (H SCAP), soit en général, ce sont des plantes herbacé, l'histoire de la vie éternelle, avec des bourgeons d'hivernage au niveau du sol et protégé par literie ou de la neige et sont équipés d'un axe droit de fleur, et souvent dépourvue de feuilles. Ces plantes contiennent latex.[11][12][13]

Roots

la racines Ils sont du type racine pivotante.

cadre

La partie aérienne de la tige Il est faible et striée de pourpre. L'habitude est généralement en attente.

feuilles

Physoplexis comosa
les feuilles

la feuilles ils sont glauque et brillant sur la surface supérieure. Ils sont divisés en feuilles basal et les feuilles caulinaires. Ceux-ci ont la lame basale par orbiculaire à ovale; les bords sont grossièrement dentées et cilié; ils sont pétiolée (Le pétiole est souple et est longue 3-5 fois la feuille). Les feuilles caulinaires ont oblanceolato-coups de formes, les bords sont en dents de scie; les supérieures (près de all'infiorescenza) sont rapprochés, avec ou formes elliptiques sont bratteiformi. Diamètre des feuilles de base: 1-3 cm.

floraison

Physoplexis comosa
l'inflorescence

la inflorescences Ils sont formés par un seul « jeter un oeil » avec des fleurs différentes. Diamètre du "peep": 3-7 cm. Les fleurs sont en nombre de 15 à 30.

fleur

Les fleurs sont pédonculé et tétra-cyclique, autrement dit, il y a 4 verticilles: calice - corolle - Androcée - gynécée (Dans ce cas, périanthe Il est bien établi une distinction entre calice et corolle) et pentamères (Chaque spire a 5 éléments). Les fleurs sont gamopetali, hermaphrodite et attinomorfi. Longueur de la fleur: 12-22 mm. longueur du pédoncule: 2 mm.

K (5), C (5), A (5), G (2-5), inférieure, d'une capsule
  • Calice: la calice Il est conique avec un long tube de 4 mm et avec laciniae réfléchie sous la forme linéaire.
  • Corolla: la corolle le type tubulaire est formée par un tube court et à long laciniae soudés entre eux au niveau du sommet; Il est courbé vers le sommet et est amincie. La couleur est plus foncée fin violet pâle distale. Longueur de la corolle: 1.5 - 2 cm.
  • Androceo: la étamines sont 5 avec anthères libre (à savoir seulement soudées à la base) et filaments mince mais membraneuse à la base. la pollen il est 4-porée et spinuloso.
  • Gynécée: la style Il est unique avec 2-3 stigmas spiralé. L 'ovaire il est netherworld, 2-oculaire avec placentation axial (central), formé par 3 carpelles (ovaire sincarpico). Le stylet, très en saillie de la couleur de la corolle et le violet, possède des cheveux pour recueillir le pollen. Longueur de stylet: plus de 1 cm. Longueur des stigmas: 5 mm.
  • Floraison: de Juillet à Août.

fruits

Les fruits sont des capsules poricide 3-loculaire; la déhiscenter Il se produit par 2 - 3 pores situés sur le côté. Les graines sont très minute.

lecture

  • Pollinisation: l 'pollinisation Il est porté par les insectes (entomogama pollinisation même la nuit avec les abeilles et les papillons). Dans ces plantes, il existe un mécanisme spécial pour « piston »: les anthères forment un tube dans lequel le pollen est libéré par la suite recueilli à partir des poils par le stylet dans l'intervalle, il se développe et apporte le pollen vers l'extérieur.[13]
  • Reproduction: la fécondation se fait essentiellement par la pollinisation des fleurs (voir ci-dessus).
  • Dispersion: les graines tombant au sol (après avoir été transporté à quelques mètres du vent étant très minutes et la lumière - dissémination anemocora) sont ensuite dispersés par les insectes en particulier les fourmis de type (diffusion myrmécochorie).

Distribution et habitat

Physoplexis comosa
Répartition des plantes
(Répartition régionale[14] - Distribution des Alpes[8])
  • Geoelemento: Type chorologique (Zone Source) Endémique - Alpico.
  • distribution: Italie Il est situé seulement Alpes Centre-Est. cette espèce se trouve en dehors de l'Italie, toujours dans les Alpes, Carinthie (Autriche) Et slovénie.[8]
  • Habitat: l 'habitat typique de cette plante sont des crevasses humides et ombragées de roches calcaires. la substrat favori est calcaire avec pH de base, de faibles valeurs nutritionnelles du terrain qui doit être humide. moyennement[8]
  • distribution altitudinale: sur les reliefs ces plantes se trouvent de 300 à 2000 m s.l.m.; puis assister aux niveaux de végétation suivants: montagne, subalpin et en partie à vallonné.

phytosociologie

Du point de vue phytosociologique la espèce Cet article fait partie des communautés végétales suivantes:[8]

formation: Les communautés fentes, falaises et éboulis
classe: Asplenietea trichomanis
ordre: Potentilletalia caulescentis
alliance: Potentillion caulescentis
association: Physoplexido comosae - Potentillenion caulescentis

systématique

la famille d'appartenance Physoplexis comosa (Campanulaceae) Est relativement importante avec 84 types de plus de 2000 espèces (sur le territoire italien, il y a une douzaine de types pour un total d'environ 100 espèces); il comprend herbacé mais aussi massif d'arbustes, distribués dans le monde entier, mais surtout dans les zones tempérées. Le genre de cette entrée appartient à sous-famille Campanuloideae (L'un des cinq sous-familles où la famille Campanulaceae) a été divisé et est monospécifiques.
la système Cronquist attribué à genre Favratia la famille tout Campanulaceae et l 'ordre de Campanulales tout moderne classification APG la place dans 'ordre tout asterales (La même famille). Toujours selon au classification APG les niveaux supérieurs (voir le début de la table à droite) sont également modifiés.
la basionyme pour cette espèce, il est: Phyteuma comosum L., 1753.[8]
la nombre de chromosomes de Physoplexis comosa Elle est la suivante: 2n = 34, 68.[12]

phylogénie

Physoplexis comosa
cladogramme comme

Selon les dernières études de type phylogénétique sur ADN la chloroplaste et noyau[15], cette plante est niché dans le genre campanule. le genre campanule Il est divisé en deux clades: Campanula S.S. clade (Distribution principale: Afrique du Nord, Europe et Macaronésie) et rapunculus clade (Distribution principale: Amérique du Nord, Méditerranée et Asie de l'Est) dans laquelle ils sont imbriqués deux sous-clades (rapunculus 1 et rapunculus 2).[16] Physoplexis Il est à l'intérieur du Rapunculus clade (rapunculus 2) ainsi que d'autres genres tels que Asyneuma, Phyteuma, Legousia et d'autres; en particulier le genre Phyteuma il est « Groupe Sister » comme celle de cette entrée. Cette connexion est également confirmée par la morphologie un peu comme dell 'floraison. la cladogram à la partie latérale de l'étude, il a cité et simplifiée montre la position phylogénétique actuelle du genre Physoplexis.

synonymes

Cette entité a eu dans un autre temps nomenclatures. La liste suivante présente quelques-unes des synonymes plus fréquents:[2]

  • Phyteuma comosum L., 1753
  • Phyteuma comosum var. pubescens Facchini ex Murr
  • rapunculus comosus (L.) Mill.
  • Schellanderia carinthiaca Francisci
  • Syntoma comosum (L.) Dalla Torre Sarnth.
  • Syntoma comosum var. pubescens (Facchini ex Murr) Dalla Torre Sarnth.

autres nouvelles

la rampions chiomoso dans d'autres langues, il est appelé de la manière suivante:

  • (DE) Schopfrapunzel
  • (FR) Physoplexis chevelue

notes

  1. ^ (FR) Physoplexis comosa, sur Liste rouge UICN des espèces menacées, Version 2017,1, UICN, 2017.
  2. ^ à b La liste des végétaux - Liste de contrôle de base de données, theplantlist.org. Récupéré le 31 Août, 2014.
  3. ^ La liste des végétaux - Liste de contrôle de base de données, theplantlist.org. Récupéré le 31 Août, 2014.
  4. ^ Les noms botaniques, calflora.net. Récupéré le 31 Août, 2014.
  5. ^ David Gledhill 2008, pag. 302
  6. ^ Les noms botaniques, calflora.net. Récupéré le 31 Août, 2014.
  7. ^ David Gledhill 2008, pag. 116
  8. ^ à b c et fa Aeschimann et al. 2004, Vol. 2 - p. 342
  9. ^ Les noms des végétaux Index, ipni.org. Récupéré le 31 Août, 2014.
  10. ^ Les noms des végétaux Index, ipni.org. Récupéré le 31 Août, 2014.
  11. ^ Pignatti 1982, Vol. 2 - p. 709
  12. ^ à b Kadereit Jeffrey 2007, pag. 45
  13. ^ à b Judd 2007, pag. 516
  14. ^ Conti et al. 2005, pag. 142
  15. ^ Cristina Roquet, Llorenç Sáez, Juan José Aldasoro, Alfonso Susanna, María Luisa Alarcón, et Núria Garcia-Jacas, Délimitation naturel, Phylogénie moléculaire et évolution Floral Campanula, en Botanique systématique (2008), 33 (1): p. 203-217.
  16. ^ Barry M. Wendling, Kurt E. Galbreath, Eric G. déchaîné, La résolution de l'histoire évolutionnaire de Campanula (Campanule) dans l'Ouest Amérique du Nord, en PLoS One; 9 septembre 2011.

bibliographie

  • David Gledhill, Le nom des plantes (PDF) [connexion terminée], Cambridge, Cambridge University Press, 2008.
  • Sandro Pignatti, Flore de l'Italie. Volume 2, Bologne, Edagricole, 1982, p. 709, ISBN 88-506-2449-2.
  • Kadereit J. W. Jeffrey C., Les familles et genres de plantes vasculaires, Volume VIII. Asterales. Page 45, Berlin, Heidelberg, 2007.
  • Judd S.W. et al, Botanique systématique - Une approche phylogénétique, Padova, Piccin Nuova Libraria, 2007, ISBN 978-88-299-1824-9.
  • et Strasburger, Traité Botanique. Volume seconde, Rome, Antonio Delfino Editore, 2007, ISBN 88-7287-344-4.
  • D.Aeschimann, K.Lauber, D.M.Moser, J-P. Theurillat Flora Alpina. Volume 2, Bologne, Zanichelli, 2004, p. 342.
  • 1996 Alfio Musmarra, Botanique Dictionnaire, Bologne, Edagricole.

D'autres projets

liens externes