s
19 708 Pages

Les coordonnées: 50 ° 02'09 « N 19 ° 10'42 « E/50.035833 19.178333 ° N ° E50.035833; 19.178333

Remarque disambigua.svg homonymie - "Auschwitz" voir ici. Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Auschwitz (désambiguïsation).
Drapeau de UNESCO.svg Bien protégé par 'UNESCO
Site du patrimoine mondial de l'UNESCO logo.svg patrimoine mondial
camp de concentration et d'extermination allemand nazi d'Auschwitz Birkenau (1940-1945)
(FR) Auschwitz Birkenau allemand nazi de concentration et d'extermination (1940-1945).
Auschwitz L'entrée snow.jpg
type culturel
critère VI
danger Pas en danger
reconnu par 1979
Carte de l'UNESCO (FR) feuille
(FR) feuille
(DE)

" Arbeit macht frei »

(IT)

« Le travail rend libre »

(Écrit à l'entrée du camp)
camp de concentration d'Auschwitz
Les ruines du camp du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Birkenau est le 1979 patrimoine mondial et protégé par 'UNESCO[1]

à le camp de concentration d'Auschwitz (en allemand Konzentrationslager Auschwitz ou KL Auschwitz) Les moyens le vaste complexe de camps de concentration et de travail qui a formé un système de camps de concentration situés à proximité Oświęcim (en allemand Auschwitz), La ville de Pologne du sud.[2] En plus du champ d'origine appelé Auschwitz I, au cours de la période de 'holocauste, Il est né plusieurs autres régions du complexe, y compris le tristement célèbre camp d'extermination de Birkenau (Auschwitz II), situé à Birkenau (en polonais Brzezinka), Le camp de travail de Monowitz (Auschwitz III), situé à Monowitz, (en polonais Monowice)[3] et 45 autres sous-champs construits au cours de la 'l'occupation allemande de la Pologne où les déportés ont été utilisés pour travailler dans plusieurs industries allemandes construites autour.[4]

Le complexe d'Auschwitz, le plus grand[5] jamais fait par les nazis, il a joué un rôle clé dans le projet de "solution finale« - avec laquelle les euphémisme nazis souligné la extermination des Juifs (sur le terrain, cependant, ont été tués aussi beaucoup d'autres catégories de détenus) - devient rapidement le centre d'extermination le plus efficace l'Allemagne nazie. Auschwitz dans l'imaginaire collectif est devenu le symbole universel de bière blonde, et synonyme de « usine de mort », construit au cœur de 'Europe orientale la XX siècle.[6]

en 1947 le Parlement polonais a décidé de créer un musée mémorial qui comprenait la région d'Auschwitz I et Auschwitz II.[7] En 1979, le site a été déclaré Site du patrimoine mondial dell 'UNESCO.[8] La désignation initiale Auschwitz Camp de concentration Il sera officiellement changé Auschwitz Birkenau - allemand nazi de concentration et d'extermination (1940-1945)[9] en 2007, à la demande de la Pologne.[10]

camp de concentration d'Auschwitz
Auschwitz d 'hiver

le complexe

camp de concentration d'Auschwitz
la Bahnrampe, la rampe de train, à l'intérieur du camp de Birkenau où, par 1944, Ils sont venus des convois de déportés, comme il est apparu 1945
camp de concentration d'Auschwitz
Les cases en bois du champ comme résultant en 1941

Ils faisaient partie des trois camps principaux et 45 sous-domaines complexes. La zone d'intérêt du champ (Interessengebiet), Avec nouvel achat obligatoire et la démolition de propriétés des habitants résidents, il est venu à jouer, depuis Décembre 1941, la superficie totale d'environ 40 kilomètres carrés. Dans ce domaine, ils ont également quelques entreprises de modèle, de l'agriculture et de l'agriculture, personnellement souhaité par Hitler, où les prisonniers étaient exploités comme esclaves.

Auschwitz I

Il a été Konzentrationslager (camp de concentration). Il a été rendu opérationnel le 14 Juin 1940, et était le centre administratif de l'ensemble du complexe. Le nombre de prisonniers détenus en permanence dans ce domaine a oscillé entre 15 000 à plus de 20 000 unités. Ici, il a été tué dans la chambre à gaz fait à la morgue du crématoire 1, ou des morts à cause des conditions de travail impossibles, des exécutions, des passages à tabac, la torture, la maladie, la faim, des expériences médicales criminelles, environ 70 000 personnes, pour la plupart intellectuels polonais et prisonniers de guerre soviétiques. Au sous-sol bloc 11 Auschwitz, le camp de la prison, le 3 Septembre, de 1941, est testé pour la première fois par le commandant adjoint du camp Karl Fritzsch, pour le meurtre de 850 prisonniers, gaz Zyklon B, normalement utilisé comme pesticide, puis employé à grande échelle pour le génocide juif.

Auschwitz II (Birkenau)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: camp de la mort de Birkenau.

Il a été le Vernichtungslager (Camp d'extermination). Ce fut le camp immense qui a tué plus d'un million et cent mille personnes, en grande majorité des Juifs, des Russes, des Polonais, des prisonniers de guerre, les homosexuels, les dissidents politiques, les Témoins de Jéhovah et les gitans. Après l'arrivée des prisonniers, ceux-ci ont été sélectionnés et ceux qui sont incapables de travailler ont été conduits aux chambres à gaz dans le but d'être tué.

Birkenau était aussi le plus grand Konzentrationslager tout l'univers du camp de concentration nazi et est venu compter plus de 100 000 prisonniers simultanément présents. Il était équipé de quatre grandes et les crématoriums "Roghi» Il était en feu autour de l'horloge, utilisé à l'excès des victimes que vous pourriez même pas jeter malgré les remarquables capacités destructrices des installations d'extermination. Les détenus, les détenus séparément dans différents secteurs masculins et féminins, ont été utilisés pour le travail forcé ou y vivre temporairement en attendant le transfert vers d'autres domaines. Le terrain, situé dans le village de Brzezinka, était près de trois kilomètres du camp principal et fonctionnait du 8 Octobre 1941.

Auschwitz III (Monowitz)

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: camp de concentration de Monowitz.

Il était le 'Arbeitslager (Plage de travail). Il se tenait près du complexe industriel Buna Werke pour produire caoutchouc synthétique, propriété de la société I.G. Farben mais malgré ses efforts, il n'a jamais été en production. Le camp, situé à environ sept kilomètres d'Auschwitz, était opérationnel à partir du 31 Octobre 1942 et il est resté jusqu'à 12.000 détenus, y compris Primo Levi et Elie Wiesel.

Les sous-zones

Il y avait aussi 45 sous-champs, situés à proximité des trois camps principaux, qui étaient:

  • babice
  • Bobrek
  • Brno
  • Bruntál
  • le Budy
  • Budy II
  • Budy III
  • Chełmek
  • Chorzów
  • Le Czechowice Dziedzice
  • Czechowice Dziedzice II
  • le Gliwice
  • Gliwice II
  • Gliwice III
  • Gliwice IV
  • Goleszów
  • le Harmeze
  • Harmeze II
  • Jawiszowice
  • Jaworzno
  • Karlsruhe
  • Katowice
  • Kobiór
  • Lagiewniki
  • Lagisza
  • Lędziny
  • Libiąż
  • Międzybrodzie
  • Pławy
  • Prudnik
  • Radostowice
  • Rajsko
  • Rydułtowy
  • Siemianowice
  • Sławięcice
  • Solnica
  • le Sosnowiec
  • Sosnowiec II
  • Stara Kuźnia
  • Stara Wies
  • Světlá
  • Swietochlowice
  • Trzebinia
  • Wesoła
  • Zabrze

Les fonctions complexes

La fonction d'Auschwitz

camp de concentration d'Auschwitz
Crématoires d'Auschwitz I; détruit par ordre de la SS, ils ont été reconstruits après la guerre.
camp de concentration d'Auschwitz
Glimpse des blocs d'Auschwitz I

Auschwitz, qui a servi de centre administratif pour l'ensemble du complexe, a été fondée le 20 mai 1940 en convertissant l'ancienne caserne de l'armée polonaise dans un camp de concentration et d'un camp de travail. Un groupe de 728 prisonniers politiques polonais de Tarnow Ils ont d'abord été déportés à Auschwitz 14 Juin 1940 et se travaillaient comme la réhabilitation des casernes, endommagées par les bombardements et la construction de la clôture du périmètre.

Au départ, les intellectuels étaient internées et les membres du résistance polonaise; plus tard, il y avait aussi déportés aux prisonniers de guerre soviétiques, des criminels communs allemands, des prisonniers politiques et des « éléments anti-sociaux » comme les mendiants, prostituées, les homosexuels, Les Témoins de Jéhovah et Juifs. Normalement, il y avait 13 000 détenus par à 16 000 personnes, mais en 1942 il a atteint le chiffre de 20.000 prisonniers.

Au-dessus de la porte d'entrée il y avait l'inscription cynique Arbeit macht frei (Le travail rend libre). Il semble que l'écriture avait été mis au point par 'SS-Sturmbannführer Rudolf Höss, premier commandant en charge du terrain et il semble aussi que le forgeron qui a construit le mot, un dissident politique polonais nommé Jan Liwackz, tenue avec le numéro de série 1010, avait fait par soudage la lettre « B » au contraire comme un signe de protestation, en comme conscient de ce qui aurait été la véritable fonction du camp d'Auschwitz; Ce geste pourrait vous coûter la vie. À cet égard, il semble que le même forgeron, survivant de l'Holocauste, quand le camp a été libéré par l'Armée rouge, il a demandé de récupérer le signe parce que, après avoir été fait par lui, « appartenait », ce qui n'a pas eu lieu parce que que maintenant l'inscription appartenait à l'histoire. Les prisonniers qui ont quitté le camp pour aller travailler, ou qui sont tombés, ils ont été contraints de se retirer de cette porte, accompagné du son de marce marziali réalisée par un orchestre de déportés spécifiquement mis en place. Contrairement à ce qui est représenté dans plusieurs films, la plupart des prisonniers juifs n'étaient pas détenus à Auschwitz et donc pas passé par cette porte.

la SS ils ont choisi certains prisonniers, souvent criminels de droit commun d'origine allemande ou aryen (Et appartiennent donc à la « race maître »), en tant que superviseurs pour les autres détenus. Ces superviseurs, appelés kapo, se sont rendus coupables, dans la plupart des cas, les crimes horribles abus de pouvoir et devenant ainsi complices de leurs bourreaux.

Les détenus vivaient dans des baraques appels bloc équipées de lits superposés militaire de trois étages; les conditions de surpeuplement des casernes, souvent utilisées pour doubler la capacité maximale, ce qui oblige les prisonniers à se diviser une palette en deux ou plus de favoriser la transmission des germes et des parasites, ce qui a augmenté la possibilité déjà élevée des infections et des maladies.

Les Juifs, dans le domaine de l'échelle sociale, étaient la dernière place et a reçu le pire traitement. Tous les détenus devaient travailler (ceux qui sont incapables de travailler ont été tués au lieu immédiatement à l'arrivée sur le terrain); fois varié avec les saisons, mais assestavano sur une moyenne de 10-11 heures par jour. Un dimanche tous les deux, à l'exception de ceux qui travaillaient dans les industries de guerre qui ont travaillé autour de l'horloge, il a été jugé légalement et dédié au nettoyage et à l'entretien du personnel sur le terrain et l'hygiène des prisonniers. Les conditions de travail inhumaines, maigres rations alimentaires et de l'assainissement presque inexistante rapidement mis les prisonniers à la mort.

La fonction Birkenau

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: camp de la mort de Birkenau.
camp de concentration d'Auschwitz
La caserne de Birkenau, tels qu'ils figurent dans 2001
camp de concentration d'Auschwitz
plaque commémorative dans la cabine où ils ont été mené des expériences sur des cobayes humains. Il se lit comme suit: Dans cette cabine, à la fin de 1942, les hommes et les femmes, la plupart d'entre eux des Juifs, ont été soumis à des expériences de stérilisation criminelles menées par les médecins nazis: prof. Carl Clauberg et le Dr Horst Schumann. La majorité des prisonniers ou morts au cours des expériences ou de leurs conséquences.

Le complexe de Birkenau, qui est devenu 7 Octobre opérationnel 1941, il a été conçu à l'origine, selon les plans Himmler Mars 1941 un camp pour les prisonniers de guerre Russes capturé en grand nombre au cours des premières étapes de la 'invasion allemande. Birkenau était le principal camp d'extermination d'Auschwitz complexe du camp de concentration. Ici, ils ont été emprisonnés plusieurs centaines de milliers de déportés, dans différents sous-domaines, et ont été tués environ 1,1 million de personnes. Sur plus de 13 000 déportés dans le premier transport Russes, seulement 92 étaient encore en vie 27 Janvier, 1945 à la libération du camp.

Le camp a été installé dans la ville Brzezinka (Birkenau en "bouleau champ" allemand ou), à environ 3 km du camp d'Auschwitz. Le site a été choisi pour la proximité de la ligne de chemin de fer qui aurait simplifié les opérations de logistique pour les grandes déportations ultérieures prévues. Après le camp a été utilisé comme principal outil d'extermination dans le contexte de l'infâme solution finale. En fait, l'extermination des Juifs parle déjà en 1925 à propos de bible nazie Mein Kampf Hitler, dans lequel montre les opérations futures du Reich allemand avec prévoyance étonnante.

Pour construire des maisons sur le terrain du village de Brzezinka ont été expropriés et détruits pour extraire les matières est alors pour la bière blonde.

La taille de Birkenau étaient immenses: environ 2,5 km à 2 km; Le camp était entouré de barbelés électrifiés; tous les jours de nombreux prisonniers, épuisés par les conditions de vie impossibles, parfois pires que celles d'Auschwitz et Monowitz, alla se jeter sur la grille à haute tension pour mettre fin à leurs souffrances; Ce fut la « mort rapide et facile »[11], dans le jargon du champ, « aller au fil. »

La meilleure façon de se sentir l'immensité impressionnante du camp de la mort est de marcher le long du chemin jusqu'à l'entrée principale et le long de plus d'une voie ferrée de kilomètres menant au monument aux victimes dans la zone crématoires. En regardant en arrière, vous verrez bientôt la distance l'entrée du bâtiment.

camp de concentration d'Auschwitz
Champ Photo aérienne, prise 1944, où vous pouvez voir la fumée des bûchers de l'homme Birkenau

Le terrain est venu accueillir jusqu'à 100.000 personnes internées dans plusieurs domaines, complètement séparés les uns des autres et sans aucune possibilité de communication entre le champ et l'autre:

  • Secteur B-I-a, Le champ des femmes - Depuis Août 1942, Ils ont été internés dans ce domaine des femmes juives et non-Juifs déportés de différents pays ainsi que leurs enfants. en Juillet 1943, avec l'arrivée de nouveaux transports toujours le camp a été étendu pour occuper le champ B-I-B qui était auparavant occupé par les hommes. en Novembre 1944 le camp a été liquidée, des femmes et des enfants ont été transférés à B-II-secteur et d'autres « apte au travail » dans le secteur B-II-b.
  • Secteur B-I-b - Depuis Mars 1942, ils ont été internés dans ces hommes de terrain juifs et non-juifs déportés de divers pays. En Juillet 1943, les hommes ont été transférés au secteur B-II-d en raison de la nécessité d'élargir le secteur des femmes adjacentes (secteur B-I-a).
  • Secteur B-II-a, domaine de la quarantaine ou Quarantänelager - A partir de Août 1943 à Novembre 1944 les hommes ont été enfermés dans ce champ Juifs et non-Juifs au cours de la période de quarantaine, doivent identifier ceux qui auraient souffert de maladies contagieuses. Le camp de quarantaine a également été utilisé par les autorités du camp, à « commencer » les détenus à la dure vie du champ, les terroriser et les accoutumer à l'obéissance indiscutée l'ordre que vous spécifiez. A partir de Avril 1944 dans certaines casernes, ils ont été transférés des malades et des femmes, de manière rigide séparés des autres régions du terrain.
  • Secteur B-II-b, camp de Theresienstadt pour les familles ou Familienlager Theresienstadt - Cette zone a été occupée par les familles juives de le camp de concentration de Theresienstadt dans la période entre Septembre 1943 et Juillet 1944 lorsque le champ aux familles a été « liquidée » et ses occupants ont été détruits (seulement un petit nombre de prisonniers ont été sélectionnés pour d'autres forcés et transférés) travail.[12] Ensuite, le terrain était occupé par des femmes polonaises des raids suivis tous 'Insurrection de Varsovie. Le secteur en Novembre 1944 Il a également été occupé par quelques échappèrent à l'enroulement de champ B-I-a.
  • Secteur B-II-c, camp de transit ou Durchgangslager - Dans ce domaine mai 1944 novembre 1944, Ils ont trouvé le placement temporaire des femmes juives de Hongrie en prévision d'être envoyés pour travailler dans d'autres secteurs d'Auschwitz ou d'autres camps. Les femmes enfermées dans le domaine ne sont pas enregistrés sur les registres officiels du champ avant d'être envoyé au travail ou, dans bien des cas, à la mort sans laisser de trace. depuis Octobre 1944 ce domaine a également été occupée par quelques femmes se sont échappés à l'enroulement de champ B-III (Mexique).
  • Secteur B-II-d, hommes ou Männerlager - De Novembre 1943 à Janvier 1945, il était le principal champ mâle (juifs et non-juifs) de Birkenau.
  • Secteur-II-B et, camp pour les familles tziganes ou Familienzigeunerlager - De Février 1943 à Août 1944 était le camp d'internement pour les familles gitan déportés. Dans ce domaine, les épidémies continues et de la nourriture et à l'assainissement inexistant accompli un terrible emporte; les quelques survivants ont été envoyés aux chambres à gaz en Août 1944. En mai 1944, Certains hommes juifs ont été emprisonnés dans des baraques isolées dans le secteur, comme la réserve de travail, semblable à ce qui est arrivé aux femmes dans le secteur BIIc (Durchgangslager).
  • Secteur B-II-f, hôpital ou Häftlingskrankenbau (Appelé captivité, comme Primo Levi, Ka-Be) - De Juillet 1943 à Janvier 1945, il était à l'hôpital pour les prisonniers de sexe masculin, souvent appelé « des crématoires préchambre » en raison du nombre même de patients décédés des sélections périodiques et des soins de santé inexistants. Dans l'hôpital, ils ont également été achevées « expériences médicales » sur des cobayes humains par le personnel médical SS.
  • Secteur B-II-g, dépôt (Effektenlager) ou Kanada - l'industrie, qui fonctionne depuis Décembre 1943, a été utilisé pour le stockage et la livraison ultérieure en Allemagne de la propriété des actifs déportées. En Janvier 1945, lors de l'abandon du champ, la SS Ils ont essayé de cacher les traces de leurs crimes en brûlant les huttes de Kanada.
  • Secteur B-III, camp de transit (Durchgangslager) ou Mexique - La construction du secteur a commencé à la fin de 1943 et a continué jusqu'en Avril 1944 bien qu'il n'a jamais été achevé. Au moins 10.000 détenus juifs ont été emprisonnés en Juin incomplètes 1944 en Novembre de cette année, souvent sans abri, dans des conditions terribles. Beaucoup ont été sélectionnés pour être envoyés aux chambres à gaz, d'autres transférés dans le domaine B-II-c (Octobre 1944), D'autres transférés dans d'autres camps. en Novembre 1944 le terrain, ils ont décidé les autorités de démanteler l'industrie: les matériaux récupérés ont été envoyés au camp de concentration de Gross-Rosen.

L'objectif principal du champ était la suppression de masse. Il y avait quatre chambres à gaz et crématoires attachés. L'élimination a commencé en ressort la 1942.

La fonction Monowitz

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: camp de concentration de Monowitz.

Le camp de Monowitz est né environ 7 kilomètres à l'est du camp principal d'Auschwitz pour centraliser la main-d'œuvre pas cher pour une grande usine chimique Buna Werke, puis en construction, en évitant de longues marches dans le camp principal et le site en construction et en augmentant ainsi la productivité. la Buna Werke, propriété de IG Farben, Il était un complexe pour la production de grande échelle caoutchouc synthétique (Buna, d'où le nom du complexe), l'essence de synthèse et d'autres sous-produits charbon. Malgré les grands efforts qui ont conduit à la mort d'environ 25 000 esclaves travailleurs employés sur un total de 35 000, l'usine Buna Werke il n'a jamais été à aucun quota de production. Ce fut la plus grande usine chimique de l'époque.

Le célèbre livre Si c'est un homme de Primo Levi, religion italienne déportés juif, Il décrit les conditions de vie des détenus tragiques à Monowitz. Le même Levi avait probablement son salut à son diplôme en chimie qui lui a permis d'être embauché en tant que « spécialiste » dans le complexe régulièrement afin d'être en mesure de soulager les terribles conditions (aggravées par le froid hiver Polonais) des équipes de travail normales.

La fonction des sous-champs

Les sous-zones sont situées à proximité des trois champs principaux. Ils avaient les objectifs des prisonniers à travailler dans les zones d'élevage, l'agriculture et la construction des fermes.

Le développement et la fonction du complexe

camp de concentration d'Auschwitz
Plan du camp de Birkenau

Le développement du complexe

Déjà dans les plans nazis, mis au point depuis la trente à quarante ans, Il prévu pour la déportation et l'extermination de 90% des Polonais. Après avoir terminé la destruction des Juifs, les camps de la mort de la Pologne seraient utilisées contre les Polonais eux-mêmes[13]. la Pologne Il aurait dû être démembré, dépouillé de toutes les régions et de toutes les ressources nationales et le faible pourcentage de la population survivante utilisée comme main-d'œuvre esclave au service des colons allemands dans les zones à repeupler avec des personnes race germanique; le nombre de Polonais de quitter dans la vie, le besoin de la colonisation, a été estimé à deux à trois millions. Chaque famille allemande aurait leurs esclaves slaves à être placé à volonté[14].

Dans ce contexte, déjà au cours de 'invasion allemande de la Pologne, qui a eu lieu le 1er Septembre 1939, les troupes allemandes ont été suivies spéciale Einsatzkommandos pour l'extermination des Juifs et politique et culturel polonais. Bientôt toutes les prisons polonaises étaient pleins et il y avait un besoin de trouver de nouvelles zones d'internement pour les nombreux prisonniers qui ont été capturés au cours des raids.

Pendant les premiers stades de l'invasion nazie, ils ont procédé à de nombreuses fusillades de masse (commis par des soldats de l'armée) des « ennemis du peuple allemand »: les Juifs, les Tsiganes, les opposants politiques. Il y avait de nombreux cas de désertion et le suicide dans les dossiers de l'armée allemande, dont les soldats du mal à accepter des ordres qui impliquait le tournage des vieillards, des femmes et des enfants. La décision d'ouvrir les camps d'extermination était répond également à la nécessité d'éviter le travail « sale » aux conscrits simples. Les camps de la mort absous trois besoins:

  • le secret des opérations;
  • l'efficacité de l'extermination, appliqué à l'échelle industrielle;
  • l'indépendance de l'armée, comme cela se fait par les forces spéciales.

en Décembre 1939 le commandant de Police de sécurité (sipo) Et SD de Wroclaw, SS-Oberführer Arpad Wigand Il pose à l'étude, en collaboration avec le Bureau du Haut Commandement de la SS et de la police du Sud-Est (SS-Gruppenführer Erich von dem Bach-Zelewski), La possibilité de construire un nouveau camp dans la région de Oświęcim (Auschwitz).

Le site a été choisi en raison de la présence d'une caserne artillerie automne polonais entre les mains de wehrmacht, situé en dehors de la ville, puis être facilement exclus du monde extérieur, au confluent des rivières Vistula et Soła. L'emplacement est également équipé de liaisons ferroviaires favorables avec Silesian, la gouvernement général, la Tchécoslovaquie et l 'Autriche ce qui aurait simplifié la déportation des éléments « hostiles », « asociaux » et les Juifs.

Entre les mois de Janvier et Avril 1940, ils ont été évalués plusieurs hypothèses pour l'emplacement du champ, avec l'intervention du même commandant de la SS Heinrich Himmler, désireux de tenter de résoudre le problème de la création d'un nouveau complexe. En Février, ils ont augmenté plus de problèmes liés aux difficultés posées par l'armée allemande dans la livraison de la caserne à Auschwitz.

8 Avril, 1940 conclu avec la Halm générale SS un contrat pour la livraison du complexe. Du 18 au 19 Avril 1940, Rudolf Höß, déjà à l'aide le camp de concentration de Sachsenhausen, Il a été envoyé pour faire une inspection finale. Avant de visiter le camp Höß rencontré Wingand à Bratislava et a été mis au courant du minutieusement projet: créer un camp de quarantaine pour les prisonniers polonais destinés à être déportés vers d'autres camps à l'intérieur troisième Reich.

Le 27 Avril 1940, après le rapport Hoss, Himmler a décidé d'ordonner à l'inspecteur des camps de concentration, SS-Oberführer Richard Glücks construction du nouveau camp - qui deviendrait Auschwitz - en utilisant le travail des prisonniers déjà internés dans d'autres domaines. Le 29 Avril, Glücks Höß nommé commandant provisoire du nouveau champ (obtenu un rendez-vous permanent le 4 mai 1940). Höss a atteint le camp le 30 Avril, avec l'escorte de cinq hommes SS. Pour le développement du site d'emplois, ils ont été immédiatement employés civils polonais et environ 300 Juifs, fourni par le Conseil juif local (Judenrat).

Le 20 mai 1940 est arrivé au camp les 30 premiers prisonniers du camp de concentration de Sachsenhausen, la plupart des criminels de droit commun choisis pour leur cruauté et de l'obéissance muette à chaque commande, destiné à devenir le noyau de kapo et sur le terrain « de premier plan », et d'aider SS dans le « travail » subséquente de la masse de contrôle déporté.

Le 10 Juin 1940, avant même les premiers prisonniers giungessero déportés au camp, ils ont reçu l'ordre des plans pour un premier crématorium équipé de trois fours, chacun avec double moufles, produit par J. A. Topf und Söhne de Erfurt; projets ont été rapidement approuvés et la construction achevés avant le 23 Septembre de cette année, lorsque la première crémation de test connu.

Le 14 Juin 1940, bien que toujours en construction et l'expansion, le camp d'Auschwitz a reçu le premier convoi de 728 déportés, accueilli par le premier directeur du camp SS-Hauptsturmführer Karl Fritzsch avec des mots[15]:

« Vous n'êtes pas venu à un sanatorium, mais dans un camp de concentration allemand. Ici, il n'y a que l'entrée et il n'y a pas d'autre moyen de sortir de la cheminée du crématoire. Si quelqu'un ne l'aime pas, vous pouvez aller maintenant sauter sur le fil à haute tension. Tu es venu ici pour mourir: les Juifs ont pas le droit de survivre plus de deux semaines, les prêtres par mois et les trois autres mois. »

La fonction du complexe

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Solution finale de la question juive et Conférence Wannsee.

« Une fois qu'ils me donnaient du savon, un tampon rugueux, rectangulaire, avec les initiales RJF imprimé sur elle. Je ne savais pas ce qu'ils voulaient dire ces lettres, mais quelqu'un Yom Kippour à moi. Le jour où nous prions et Dieu pardonnera son peuple et est proche de lui dans un esprit d'amour et de conciliation, ce jour-là, j'ai appris le sens de RJF. Rein Juden Fett, graisse pure Juifs. Ils nous ont donné une chance de nettoyer notre corps avec nos frères juifs. »

(Millie Werber[16])

Les initiales RIF va réellement Reichsstelle für Fettversorgung industrielle ou « Centre national pour les graisses d'approvisionnement » était un substitut de savon de mauvaise qualité qui ne contient pas de matières grasses ou les humains ou d'autres sources[17].

Auschwitz a été initialement fondée comme un camp de concentration et le tri des prisonniers d'origine polonaise et non spécifiquement pour l'extermination du peuple juif.

En fait, malgré la violence antisémitisme juste la dictature nazie, au moment de la fondation du camp Hitler et les dirigeants du Reich avait pas encore trouvé celui qui, nommé euphémique plus tard, la « solution finale du problème juif ».

Une telle « solution » serait décidée par Hitler entre Octobre et Décembre 1941[18] et prévu au cours de Conférence Wannsee 20 Janvier 1942, au cours de laquelle il a été décidé l'extermination scientifique du peuple juif (et d'autres minorités), et qui a commencé à partir du milieu 1942, la phase la plus brutale de l'Holocauste, le génocide. En ce moment-là à Auschwitz, il avait été grand pleinement opérationnel et efficace complexe d'extermination de Birkenau[19].

La vie dans le camp

Le transport et l'arrivée au camp

La langue de bière blonde
AuschwitzCampEntrance.jpg

Le tableau ci-dessous quelques termes typiques de langue de bière blonde les candidats aussi à Auschwitz.

  • bloc: Bloc ou cabine, rencontre les dortoirs où ils logeaient détenus dans des logements surpeuplés, contraints de dormir trois à quatre par palette disponible;
  • Blocksperre: Fermeture du bloc, un ordre qui exige que tous les prisonniers de retourner dans leurs blocs. Cette commande est également transmise en vue d'une « sélection » afin d'éviter que les détenus éviteront;
  • Häftling: Prisonnier, souvent utilisé en association avec le numéro tatoué sur le numéro de série de l'avant-bras gauche, pour identifier un prisonnier spécifique, par exemple Häftling 174517;
  • Ka-Be: Stands Krankenbau, l'infirmerie du champ;
  • kapo: Est-ce un prisonnier investi par les SS d'un contrôle de charge et de surveillance sur les déportés;
  • Kommando: Le travail d'équipe;
  • Muselmann: Musulmans, est un prisonnier épuisé du travail et de la faim, ne sont plus une volonté de survivre, pour la sélection. L'origine du terme provient du fait que ces personnes, épuisé et sans même la force de se tenir debout, les jambes pendantes d'une manière qui peut rappeler la prière islamique;
  • proéminent: Prisonnier qui bénéficie d'un statut privilégié par rapport aux autres internés;
  • Selektion: Sélection, choix parmi capables de travailler et ceux qui doivent être envoyés immédiatement à la chambres à gaz, effectué par le personnel médical allemand à l'arrivée des convois de déportés, à la fois sur une base régulière sur les prisonniers affaiblis par la faim et du travail;
  • Sonderkommando: L'équipe spéciale, se compose de prisonniers isolés, qui ont travaillé au crématoires et l'obligation de coopérer dans les opérations d'élimination des cadavres.

Les convois de déportés (environ 2000-2500 prisonniers à former), souvent appelé transport, composé de wagons de marchandises contenant de 80 à 120 personnes contraintes à des conditions de vie inimaginables et de l'hygiène, qui souvent voyagé pendant 10-15 jours pour atteindre leur destination finale, ils ont été organisés par un département spécial de 'RSHA (Office central de sécurité du Reich): L 'Amt IV B 4 commandé par Adolf Eichmann. Eichmann et son personnel en tant qu'experts du « problème juif » ont couru toute la partie de l'extermination division des convois logistiques sur les différents centres d'extermination sur la base des capacités « d'hébergement » des centres: le grand complexe d'Auschwitz toujours couvert un rôle fondamental dans le processus de « solution finale ». Les actions d'extermination (appels Aktion), D'une durée de 4-6 semaines, ils se sont succédées pendant toute la durée du conflit impliquant plus tard différents groupes de pays sous contrôle allemand.

Du 14 Juin 1940 (Date de la première arrivée de déportés sur le terrain) à 1942 (Date d'activation Judenrampe), Les trains se trouvaient sur les voies à proximité du camp principal d'Auschwitz - les grandes usines de la mort de Birkenau n'avaient pas encore été construits. Plus tard encore, en particulier dans le cas de continué à utiliser des convois ratissé les Polonais (non-juifs) pour être interné dans le domaine principal, cette solution. Ils étaient aussi des cas de trains « sous-évaluées » dans la gare de la ville Oświęcim en raison du nombre excessif de trains entrants.

Les trains de déportation, à partir de 1942 jusqu'au mois de mai 1944, ils sont venus à une petite station d'accueil, universellement connu comme la rampe des Juifs ou, en allemand, Judenrampe et situé à environ 800 mètres à l'extérieur du camp d'Auschwitz, près de la marchandise de chemin de fer de la cour Oświęcim. La plupart des convois d'Italiens ont été déportés comme la dernière étape Judenrampe, y compris le train transportant Primo Levi qu'il a vivement décrit la scène de son arrivée nocturne comme « une vaste plate-forme éclairée par le feu des projecteurs » dans Si c'est un homme. Après la guerre, la Judenrampe, lieu d'arrivée (et sélection) d'au moins 800 000 ont été déportés de toute l'Europe, pas a été inclus dans la région est devenue le musée du camp et a disparu presque complètement. seulement en 2005 Il a été partiellement récupéré et placé dans les itinéraires à Auschwitz.

en mai 1944, de simplifier les opérations d'extermination des nombreux convois venant de 'Hongrie, la ligne de chemin de fer a été étendue dans le camp de Birkenau à un nouveau quai à trois pistes appelées Bahnrampe. la Bahnrampe, rendu célèbre par les scènes évocatrices du chef-d'œuvre Liste de Schindler de Steven Spielberg, Il a été utilisé jusqu'en Novembre 1944 quand, par ordre du commandant de la SS Heinrich Himmler, les opérations d'extermination ont été suspendues.

La sélection des prisonniers

En arrivant à leurs trains de destination ont été rapidement déchargé leur cargaison humaine triste et il est venu à la sélection, parmi ceux qui sont capables de travailler et d'être envoyé directement à la mort[20].

La zone était entourée par des hommes SS armés et autres internés qui ont fourni à quai dans des rampes en bois aux portes des voitures pour simplifier et accélérer la descente des nouveaux arrivants. Les mêmes personnes internées - qui avaient l'interdiction absolue de la peine de mort, de parler avec les nouveaux arrivants pour éviter la panique dans le même - ont été équipés téléchargement dans les trains arrivant de bagages ont ensuite été mis dans le secteur Kanada de Birkenau où il a été fait le tri et l'emballage pour les marchandises en envoi Allemagne.

Les hommes ont été séparés des femmes et des enfants formant deux fichiers distincts. A ce stade, le médecin personnel de SS Il a décidé qui était apte au travail. En moyenne, seulement 25% des déportés a eu une chance de survivre. Les 75% restants (les femmes, les enfants, les personnes âgées, les mères avec des enfants) a été envoyé directement à la salle de gaz. Les pourcentages compétents / gazés ont fluctué tout au long du conflit, selon les besoins des militaires allemands directs de Albert Speer. Il y avait des cas de trains entiers de déportés envoyés directement aux chambres à gaz sans sélection en raison de la surpopulation du terrain et l'arrivée prévue rapide des nouveaux trains, surtout pendant l'extermination des juifs hongrois 1944.

La sélection a été effectuée par le personnel médical SS, un ou plusieurs médecins se relaient au service d'exploitation à la rampe.

A ce stade SS Ils ont maintenu un comportement poli et condescendant afin de dissimuler leurs intentions et accélérer le processus de déchargement et de sélection, inculquant fausse confiance dans les nouveaux prisonniers, généralement fatigués et confus par le long voyage.

Les pas considérés comme utiles à l'effort de guerre ont été envoyés immédiatement à l'une des quatre chambres à gaz déguisées en douches situé Birkenau où, dans les groupes, les prisonniers ont été tués par un gaz mortel (habituellement Zyklon B). Une autre chambre à gaz, le premier construit, il a également été à Auschwitz et était opérationnel à partir du 15 Août 1940 à Juillet 1943, quand il a finalement été abandonné au profit de plus de chambres « efficaces » disponibles à Birkenau. Les déportés ont été transportés (à pied ou avec les gros camions) vers les chambres à gaz, qui sont de l'autre côté du champ par rapport aux quais d'arrivée. Ici, les joints ont été introduits dans la nuit déguisé en un dressing avec beaucoup de descriptions multilingues des procédures de récupération ultérieure des vêtements.

Les prisonniers déclarés aptes au travail ont été effectués dans les bâtiments des salles de bains, où ils étaient, avant tout, livrer le linge et des vêtements civils, des bijoux et qui ont tous été en possession; Ils ont été privés aussi des documents d'identité peut-être possédés. Les hommes et les femmes ne pouvaient garder un mouchoir; les hommes ont été autorisés à conserver sa ceinture.

Plus tard, les prisonniers ont été poussés dans la salle où ils ont été remis à barbiers qui les rasés sur tout le corps. L'opération a été effectuée dans un précipité, après l'avoir soumis à des zones humidifiées rasage avec un chiffon imbibé d'un liquide désinfectant.

L'étape suivante était la douche, qui a été suivi par la distribution de vêtements de camp, une veste, un pantalon et une paire de sabots.

Les détenus jugés « aptes au travail » ont dû travailler jusqu'à ce que vous laissez tomber pour de nombreuses entreprises allemandes, y compris I.G. Farben, producteur du gaz qui a été utilisé pour les exterminer, l'Union des métaux et Siemens. Dans le domaine il n'y avait pas de toilettes, pas de soins médicaux, la faim et les épidémies étaient communes.

camp de concentration d'Auschwitz
L'entrée à Auschwitz, avec l'inscription tristement célèbre Arbeit macht frei, ou Le travail rend libre

La gestion des détenus

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Symboles des camps de concentration nazis.

Rasé à zéro, écorché avec des rasoirs sans fil depuis dans les parties privées, désinfectée avec sensation de brûlure et des produits lavés dans les pires manières avec une alternance de geler l'eau bouillante, aux prisonniers arrivés ont ensuite été donné les toiles de champ wornout, composé d'espèces de « pyjama » en bandes ou des robes et gris foncé recyclés avec de grandes taches visibles enlevés pour déportées devant eux. galoches de bois et dépareillées ont complété le « divisé ». Ensuite, les prisonniers recevaient un numéro de séquence qui a été tatoué leur avant-bras gauche.

camp de concentration d'Auschwitz
Un signe met en garde contre l'électrification de la clôture

Ceci a été suivi en enregistrant le nombre en remplissant un formulaire avec vos données personnelles (Häftlings-Personal-Karte) Et l'adresse de la famille immédiate. La nouvelle entrée ont été avertis que dorénavant ils ne seraient pas appelés par leur nom, mais ils se sont seulement des « morceaux » (Stücke) numérotées, un certain nombre qui ont été nécessaires pour apprendre l'allemand dans la mémoire, est de dire que vous reconnaissez quand vous êtes venu appelé. Pour toutes les opérations sur le terrain ont dû utiliser le numéro, à la fois pour recevoir brouet de nourriture que dans le comte épuisante d'appel; toute erreur serait puni sans pitié.

De la pratique du tatouage étaient exonérés Allemands aryens, les prisonniers « rééduquer », ainsi que les Juifs de Varsovie pendant et après le soulèvement du ghetto en Août-Septembre 1942; Il leur fut réservé à un traitement de punition particulière, réalisée avec une extrême brutalité et de sadisme. il n'a pas été nécessaire de les enregistrer parce qu'ils seraient tués peu de temps après avec des moyens atroces[21]

Le numéro de série imprimé sur un morceau de toile, a également été cousu sur le côté gauche de la veste, la hauteur de la poitrine, ainsi que sur la couture extérieure de la jambe droite du pantalon. Au numéro il a été associé à un code couleur qui identifie les différentes catégories de prisonniers:

  • un triangle des prisonniers politiques rouges identifiés, contre lesquels il avait été délivré un mandat d'arrêt pour des raisons de la sécurité publique;
  • aussi les chrétiens religieux a été donné un triangle rouge, parce que d'habitude encore interné après des actions de répression nazies;
  • une étoile à couleur jaune identifiés prisonniers à six branches Juifs; le milieu 1944 Juifs ont été marqués comme les autres catégories, mais avec l'apposition au-dessus de l'insigne triangulaire d'un rectangle de tissu jaune;
  • un triangle vert identifié les criminels communs prisonniers;
  • un triangle noir identifié le soi-disant « asocial »;
  • un triangle bleu identifié les émigrants;
  • un triangle violet Il a identifié le Les Témoins de Jéhovah;
  • un Triangle rose prisonniers identifiés les homosexuels;
  • un triangle marron prisonniers identifiés Rom et Sinti;
  • un triangle de couleur verte reposant sur la base a identifié les prisonniers soumis à des mesures de sécurité, après avoir purgé leur peine imposée;
  • une lettre « E » avant le numéro de série a identifié les détenus « à éduquer » (Erziehungshäftling);
  • encerclés en rouge portant le « LA » identifiés prisonniers dangereux ou suspects jugés à tâtons un vol;
  • un cercle noir identifié les prisonniers de « société criminelle. »

Le triangle qui a identifié la catégorie a également été peinte ou estampillée à l'encre la nationalité allemande de première du détenu, à moins que ceux-ci ne sont pas des ressortissants allemands ou apatrides.

Les politiciens Les criminels asocial Emigrants Les Témoins de Jéhovah homosexuels Roma et Sinti
normal triangle.svg rouge triangle.svg vert triangle.svg noir triangle.svg bleu triangle.svg violet triangle.svg rose Brown triangle.svg
récidiviste Triangle rouge repeater.svg triangle vert repeater.svg triangle noir repeater.svg triangle bleu repeater.svg triangle pourpre repeater.svg triangle rose repeater.svg triangle brun repeater.svg
Prisonnier de la société disciplinaire Triangle rouge penal.svg triangle vert penal.svg triangle noir penal.svg triangle bleu penal.svg triangle pourpre penal.svg triangle rose penal.svg triangle brun penal.svg
Juif Triangle rouge jew.svg
triangle vert jew.svg
triangle noir jew.svg
triangle bleu jew.svg
triangle pourpre jew.svg
[22]
triangle rose jew.svg
triangle brun jew.svg
Signes particuliers defiler.svg course masculine
Juif qui a une interracial affaire
defiler.svg course féminine
Femme ayant une interracial affaire
échapper suspect.svg
Je soupçonne échapper
number.svg détenu

Nombre de prisonniers



inmate.svg spécial

Prisonnier spécial: bande brune sur le bras

manches badges.svg

Les marques sont usés, dans l'ordre décroissant: le nombre de prisonniers, d'un rectangle pour récidivant, triangle ou étoile, membre du bataillon pénal, évasion soupçonnée

Triangle rouge Pole.svg
Polonais: « P » sur un triangle rouge
Triangle rouge Czech.svg
Tchèque: « T » (Le mot allemand pour le tchèque est Tscheche) Sur un triangle rouge
forces armées triangle.svg rouge
Membre des forces armées: le triangle rouge

L'enregistrement a ensuite poursuivi avec trois images qui peignaient le prisonnier devant, en regardant à droite et à gauche profil. Depuis 1943, en raison des difficultés à obtenir du matériel photographique, les photos ont été généralement limitées aux Allemands détenus.

Les commandants du complexe

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Les commandants de la concentration nazis et des camps d'extermination.
  • SS-Hauptsturmführer Rudolf Höß (1900-1947), Kommandant
  • SS-Obersturmführer Arthur Liebehenschel (1901-1948), Kommandant
  • SS-Sturmbannführer Richard Baer (1911-1963), Kommandant

Le personnel médical SS

  • SS-Brigadeführer Carl Clauberg (1898-1957). Le médecin responsable de des expériences médicales sur les prisonniers à Auschwitz. Soumise pour traiter l'URSS en 1948 a été condamné à 25 ans d'emprisonnement dans un goulag, mais a été libéré en Octobre 1955 et tenté de reprendre ses activités médicales en Allemagne, où, cependant, il a été à nouveau arrêté en Novembre de cette année. Il est décédé en Août 1957 une crise cardiaque quelques mois avant son ouverture d'un nouveau procès contre lui.
  • SS-Obergruppenführer Karl Gebhardt (1897-1948). Reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, et donc condamné à 20 Août mort, 1947, a été pendu le 2 Juin 1948 à la prison de Landsberg am Lech en Bavière.
  • SS-Obersturmführer Johnann P. Kremer (1883-1965), Lagerartz
  • SS-Hauptsturmführer Josef Mengele (1911-1979). Surnommé « l'ange de la mort » était un médecin responsable des sélections et des expériences médicales sur les prisonniers à Auschwitz, en particulier bébés jumeaux. Après la guerre, il a réussi à échapper à la justice, se réfugier en Amérique du Sud: Argentine, Paraguay et finalement le Brésil, où il décédé le 7 Février 1979.
  • SS-Obersturmführer Erich Mußfeldt (1913-1948). Docteur en charge des chambres à gaz Majdanek et Auschwitz-Birkenau, a été jugé et exécuté en 1947 à Cracovie en 1948 par pendaison.
  • SS-Sturmbannführer Horst Schumann (1906-1983). Le médecin responsable de des expériences médicales sur les prisonniers à Auschwitz. Il a réussi pendant des années à échapper à la justice, d'abord en Allemagne, puis réparé en Egypte, au Soudan et au Ghana. Extradés en 1966 et condamnés pour des crimes de guerre en 1970, il a été libéré de prison pour raisons de santé en 1972, en 1983, finalement mourir
  • SS-Hauptsturmführer Heinz Thilo (1911-1945). Docteur en charge des sélections à Birkenau. Arrêté après la guerre, il se suicida en prison.
  • SS-Hauptsturmführer Eduard Wirths (1909-1945). Depuis 1942 médecin en charge des sélections et des expériences médicales sur les prisonniers à Auschwitz. Arrêté après la guerre a pris sa propre vie par pendaison 20 Septembre 1945.

D'autres officiers SS

  • SS-Sturmbannführer Hans Aumeier (1906-1948), schutzhaftlagerführer
  • SS-Sturmbannführer Karl Bischoff (1897-1950), Chef-Architekt
  • SS-Hauptsturmführer Wilhelm Boger (1906-1977)
  • SS-Hauptsturmführer Karl Fritzsch (1903-1945), schutzhaftlagerführer
  • SS-Obersturmbannführer Friedrich Hartjenstein (1905-1954)
  • SS-Obersturmführer Franz Hössler (1906-1945)
  • SS-Oberscharführer Josef Klehr (1904-1988), Sanitätsdienstgrad, Leiter der Desinfektoren
  • SS-Obersturmführer Fritz Klein (1888-1945)
  • SS-Hauptsturmführer Josef Kramer (1906-1950), Kommandant
  • SS-Hauptscharführer Otto Moll (1915-1946), Leiter der crématoires à Birkenau
  • SS-Hauptscharführer Gerhard Palitzsch (1913-1944), Rapportführer im Stammlager
  • SS-Obersturmführer Johann Schwarzhuber (1904-1947), schutzhaftlagerführer à Birkenau

sources:

  • Jeremy Dixon, Les commandants d'Auschwitz (Atglen 2005)
  • Hermann Langbein, Menschen à Auschwitz (Frankfurt a / M 1980)

La fin de la fonction du complexe

L'arrivée de l'Armée rouge

en Novembre 1944, de l'avant 'Armée rouge, Himmler Il donne l'ordre de cesser les exécutions dans les chambres à gaz et les démolir en même temps que crématoriums, afin de dissimuler les preuves de la génocide; Les nazis, cependant, détruit seulement les chambres et les fours de Birkenau, tandis que celui d'Auschwitz 1 a été utilisé comme refuge « bombe ». Jusque-là à Auschwitz, ils ont été tués plus de 1 million et cent mille êtres humains.

Le nombre exact des victimes d'Auschwitz est difficile d'établir avec certitude, parce que de nombreux prisonniers ne sont pas inscrits et de nombreux essais ont été détruits par les SS dans les derniers jours de la guerre.[23] Une étude plus vaste, initiée par Franciszek Piper en utilisant des temps d'arrivée des trains combinés avec des données d'expulsion, estime qu'au moins 960.000 Juifs ont été tués plus de 1,1 million de morts au total.[24]

la 27 janvier 1945, le camp a été libéré par les troupes soviétique pendant leur hiver rapidement avancé de Vistula tous 'oder. Le premier département qui est venu dans le camp faisait partie de l'armée du général LX Kurockin du 1er front ukrainien maréchal Ivan Konev[25]. Ils ont été retrouvés à environ 7 000 prisonniers encore en vie. On trouve également des milliers de vêtements abandonnés, divers objets qu'ils possédaient les prisonniers avant d'entrer sur le terrain et huit tonnes de cheveux humains emballés et prêts pour le transport.

camp de concentration d'Auschwitz
L'entrée du camp principal surmonté du signe qui se lit « le travail rend libre »

Mais Auschwitz ne fut pas le premier camp d'extermination à découvrir: les Soviétiques étaient arrivés précédemment fait pour libérer les camps comme Chelmno et Belzec mais ceux-ci, étant la mort et non la concentration, étaient de véritables usines de mort où les déportés gazés immédiatement, sauver seulement quelques Des unités spéciales.

Parmi les correspondants qui ont suivi les troupes russes entrant à Auschwitz est apparu le journaliste Red Star Vasilij Grossman, qui est devenu plus tard un célèbre écrivain. Il a publié plusieurs ouvrages sur le sujet de l'Holocauste, a aussi inspiré par son expérience à Auschwitz: le plus célèbre est le roman Vie et destin.

Après la guerre

Après sa disposition le camp de concentration d'Auschwitz est devenu un lieu symbolique, dédié à la mémoire des victimes. à partir de 1979 il est Site du patrimoine mondial dell 'UNESCO.

en Allemagne, de 1996, 27 janvier (le jour de la libération d'Auschwitz) est le jour officiel du souvenir des victimes de Le national-socialisme; aussi Italie la même date dans les mémoires comme Memorial Day.

Auschwitz et les restes des chambres à gaz sont ouvertes au public.

Le vol du signe « Arbeit macht frei »

Dans la nuit entre 17 et 18 Décembre 2009 le panneau à l'entrée du camp « Arbeit macht frei » a été volée[26]. Dans le moment remplacé par une copie, l'original a été retrouvé quelques jours plus tard, divisé en trois parties, dans le nord Pologne[27].

Les visites historiques

camp de concentration d'Auschwitz
Papa Benedetto XVI Auschwitz

Le camp en plus d'être constamment visité par les touristes de partout dans le monde, était aussi un endroit pour visiter des célébrités. Au cours des décennies récentes, le camp a été visité par trois papes. Le premier à entrer dans la porte était Pape Giovanni Paolo II lors de son premier voyage en tant que pape Pologne 7 juin 1979. Au cours de cette visite, le pape a prié dans la cellule où il était prisonnier Massimiliano Kolbe. Le deuxième pape à avoir visité le camp de concentration, était Papa Benedetto XVI le dernier jour de son premier voyage apostolique en Pologne le 28 mai 2006. il en Jean-Paul II Il a prié dans la cellule Massimiliano Kolbe et après la visite du camp de concentration de Birkenau lire un discours difficile contre génocide. Comme ses deux prédécesseurs, même Francis Pape Il a visité le camp le 29 Juillet 2016, avec une visite silencieuse et ses seuls mots qu'il a écrit le livre d'or: « Seigneur, aie pitié de ton peuple, Seigneur, pardonne à une telle cruauté. »

Le débat sur le nombre de victimes

en 1990 le nombre total des victimes d'Auschwitz rendu compte de la plaque commémorative a été remise en question, suscitant un débat houleux pas calmée. Le nombre déclaré est passé de quatre millions à 1,5 millions de victimes, conformément aux estimations des historiens modernes qui favorisent un nombre compris entre 1.100.000 et 1.500.000 décès.

Principal promoteur du remplacement a été Franciszek Piper, directeur du département de recherche historique du Musée d'Auschwitz, qu'après un examen approfondi, a estimé que la valeur précédente incorrecte. Le nombre de quatre millions a tiré ses origines d'un article dans le magazine soviétique Krasnaya Zvezda 8 mai 1945; L'article était fondé sur l'enquête d'une commission soviétique avait tenu compte que de l'efficacité théorique maximale quotidienne des crématoires et leur durée d'utilisation. L'hypothèse a été partiellement confirmée dans la prochaine Procès de Nuremberg quand Rudolf Höß, commandant du camp, a déclaré qu'entre 1940 et 1943 (le camp d'Auschwitz a fonctionné jusqu'en Janvier 1945) Étaient morts dans le camp environ trois millions de personnes.

Le chiffre de quatre millions, qui trouve son origine sous la poussée d'horreur à la découverte des nazis des camps de la mort, a ensuite été contestée par de nombreux historiens, bien qu'ils ne trouvent une estimation définitive du nombre, mais qui se situerait entre un et deux millions de victimes. Ces études et celles menées par le Piper (qui plaide pour 1,1 million de décès) l'ont convaincu de poursuivre (avec succès) le remplacement de la plaque commémorative.

Une exposition permanente sur l'Holocauste organisée par Yad Vashem

Le 13 Juin, 2013 au bloc 27 d'Auschwitz-Birkenau, il a été ouvert une exposition permanente intitulée: holocauste. L'exposition a été rendue possible grâce à la plus importante[28] Holocauste institution muséale: Yad Vashem[29][30]. La base de cette initiative ont été placés après la visite effectuée dans les camps de concentration et d'extermination, en 2005 Le Premier ministre israélien Ariel Sharon. Yad Vashem a également travaillé sur la conception et la réalisation de l'exposition qui a été financée en partie par la État d'Israël[31].

Personnes liées à Auschwitz

camp de concentration d'Auschwitz
Anna Frank
camp de concentration d'Auschwitz
Edith Stein, Juive et converti en Christianisme morts chambres à gaz.
camp de concentration d'Auschwitz
Viktor Ullmann

les victimes

  • Riccardo Volta Dalla, économiste italien, en 1944 Il a été déporté à Auschwitz, où il trouve la mort immédiate;
  • Sergio De Simone, un enfant italien sélectionné pour les expériences médicales réalisées à Auschwitz, et donc conduit à camp de concentration de Neuengamme, près de Hambourg, où il a tué le 20 Avril 1945;
  • István Farkas, peintre et éditeur hongrois;
  • Mario Finzi, magistrat et musicien italien, membre de Delasem, a été déporté à Auschwitz en mai 1944, où selon le témoignage d'un Rhodes Juif, Cordoval Eliakim, qui l'assiste, est mort d'une infection intestinale sévère 22 Février 1945, presque un mois après la libération du camp. Une autre version dit que Finzi il se suicida en se jetant sur le fil de fer barbelé champ à haute tension; Il semble avoir laissé un message aux parents, leur demander leur pardon pour cet acte désespéré;
  • Benjamin Fondane, philosophe roumain et écrivain;
  • Anna Frank, célèbre pour son journal, prisonnier à Auschwitz de Septembre à Octobre 1944, puis déplacé à camp de concentration de Bergen-Belsen, où il est mort de typhus;
  • Kurt Gerron, acteur, réalisateur et chanteur Juif allemand;
  • Etty (Esther) Hillesum, Néerlandais, il déporté avec sa famille à Auschwitz, où il est mort le 30 Novembre 1943. Il est l'auteur d'une intense journal, écrit à Amsterdam entre 1941 et 1943;
  • St. Massimiliano Kolbe, moine franciscain, emprisonné à Auschwitz, où il se sacrifie en prenant la place d'un prisonnier condamné à mourir de faim dans le bloc 11, les prisons du camp. Il est mort au bout de deux semaines d'agonie avec une injection de poison au cœur en Juillet 1941
  • Gertrud Kolmar, poète juif allemand;
  • Irène Némirovsky écrivain français, est mort à Auschwitz le 17 Août 1942;
  • Riccardo Pacifici, rabbin de Gênes, déporté et tué à Auschwitz le 11 Décembre, 1943
  • Edith Stein, également connu sous le nom Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix, Patronne de 'Europe, des martyrs et des orphelins. Orthodoxe juive convertie, devenue carmélite, théologien et philosophe. Il a été déporté à Auschwitz par la Gestapo avec sa sœur Rosa ont également converti; Ils sont morts le jour même de leur arrivée, tués dans les chambres à gaz du camp 9 Août, 1942
  • Viktor Ullmann, compositeur, chef d'orchestre et pianiste autrichien Juif.
  • Árpád Weisz, Hongrois joueur et entraîneur de football, qui est mort après que sa femme Helen (Ilona Rechnitzer) et fils Robert et Clara ont été gazés.
  • Sissel Vogelmann, fille italienne de huit ans. Faites correspondre avec sa mère Anna et son père Dessins Schulim 30 Janvier 1944 de binaire 21 de Gare centrale de Milan diriger vers Auschwitz, arrivera le 6 Février 1944. Sélectionné à son arrivée à la chambre à gaz, il est éliminé en même temps que sa mère. seul survivant de la famille du père, « était le seul capturé en Italie Juifs par sauver Oskar Schindler»[32].

les survivants

camp de concentration d'Auschwitz
Primo Levi
  • Kazimierz Albin (b. 1922) est né en Cracovie, vétéran et fondateur de l'Association pour la protection des Oświęcim. Il a écrit le livre drège, qui raconte son expérience héroïque.
  • Denis Avey (1919-2015), prisonnier de guerre britannique interné dans le camp de concentration entre 1943 et 1945. En prison, il a échangé sa place avec un prisonnier pour trouver confirmation Juifs aux rumeurs sur le traitement inhumain réservé aux prisonniers juifs. Il a raconté son expérience dans 2011 dans le livre Auschwitz. J'étais le numéro 220543.
  • Wilhelm Brasse (1917-2012), d'origine autrichienne polonaise, était le « photographe d'Auschwitz » dont les photos ont été récupérés, grâce à sa désobéissance contre les nazis.
  • Enzo Camerino (1928-2014), un romain Juif, arrêté le 16 Octobre 1943, à 14 ans, était le plus jeune de seulement 16 survivants Eponger le ghetto de Rome de rentrer chez eux.
  • Józef Cyrankiewicz (1911-1989), Premier ministre de Pologne de 1947 un 1952 et encore de 1954 un 1970. Il est devenu président de Pologne entre 1970 et 1972.
  • Luigi Ferri (N. 1932), né à Milan mélangé famille et déporté 11 ans, survit grâce à l'aide qui lui est offert par le Dr Otto Wolken. Il est l'un des premiers témoins en Avril 1945 sur la présence de l'existence des chambres à gaz à Birkenau dans une déclaration officielle devant l'un des premiers tribunaux internationaux d'enquête.
  • Nedo Fiano (N.1925), Florence Juifs, a été déporté à Auschwitz à l'âge de 19 ans. Ayant survécu grâce à la connaissance de l'allemand. Toujours en vie, chaque année, il a rencontré les garçons à raconter son histoire qui raconte aussi dans son livre qu'il a publié en 2003 Le courage de vivre.
  • Giuliana Fiorentino Tedeschi (1914-2010), Milan juif en 1946. Ce pauvre organisme public, l'un des premiers souvenirs d'Italiens déportés des camps de concentration nazis.
  • Imre Kertész (1929-2016), Prix ​​Nobel Hongrois, il est resté à Auschwitz pendant trois jours 'été de 1944, avant d'être déclaré apte au travail et a déménagé à Buchenwald.
  • Primo Levi (1919-1987), écrivain italien de Juifs, emprisonné pendant 11 mois à Auschwitz, où il a travaillé Buna-Werke. Il a été libéré de 'Armée rouge, et il a écrit ses mémoires en Si c'est un homme, la trêve et Le Naufragés et les rescapés.
  • Liana Millu (1914-2005), partisan italien d'origine juive, il a été transféré à Auschwitz en 1944 puis Ravensbrück, où il fut libéré par les Alliés. Il a rapporté ses mémoires dans le livre La fumée de Birkenau.
  • Frida Misul (1919-1992), Livourne juif, en 1946 publique Parmi les griffes du monstre nazi, l'un des premiers souvenirs d'Italiens déportés du camp de concentration d'Auschwitz.
  • Sami Modiano (N. 1930), un natif de Rhodes italienne Juifs (alors une possession italienne), qui sont arrivés à Auschwitz à l'âge de 13, est maintenant dédié à faire connaître son expérience aux garçons à l'école moyenne et haute avec sa femme. Ce fut la première année B7456, un nombre plus que le père (B7455).
  • Luciana Nissim Momigliano (1919-1998), pédiatre italienne et psychanalyste, raconte l'expérience de la déportation dans le livre Les femmes contre le monstre (1946).
  • Miklós Nyiszli (1901-1956), Docteur pathologiste Hongrois déporté avec sa femme et sa fille à Auschwitz. Il a été choisi pour donner effet à une chambre pour les autopsies au crématoire II et mener à bien les activités du médecin Sonderkommando dans les crématoires de Birkenau, où il a été emprisonné. En Janvier 1945, il a miraculeusement réussi à se cacher parmi les déportés évacués dans la mort de mars, d'arriver avant Mauthausen, puis à Melk et Ebensee, où il a été libéré. Il a écrit le mémoire Docteur à Auschwitz. Mémoires d'un assistant du Dr Mengele deportee, côtés témoins plus secrets des horreurs absolues de Birkenau et les activités du Dr Josef Mengele.
  • Ondina Peteani (1925-2003), le premier relais partisan italien, distinct à Auschwitz puis interné à Ravensbrück; Il sauve la gestion d'échapper à Mars Décès.
  • Bruno place (1889-1946), avocat et journaliste d'origine juive, qui a été arrêté 13 Juillet 1944 comme anti-fasciste et déportés à Auschwitz, il a échappé à la libération de la part des 'Armée rouge. Il a pris le temps d'écrire Sinon, pourquoi oublier avant sa mort quelques mois après son retour à la maison.
  • Witold Pilecki (1901-1948), soldat de 'Armée, prisonnier volontaire dans le camp, où il a organisé la résistance et a informé les Alliés sur les atrocités commises dans les camps[33][34].
  • Corrado Saralvo (1894-1983), famille juive anti-fasciste, il est l'auteur d'un mémoire en 1969 (Plus plus d'espace mort) Sur son expérience déportée.
  • Sofia Schafranov (1891-1994), un Juif d'origine russe, mais résidant en Italie, a travaillé comme médecin chez les femmes à l'hôpital à Auschwitz. En 1945, son témoignage est recueilli dans une longue interview par le frère Alberto Cavaliere et publié dans le livre Les camps de la mort en Allemagne dans l'histoire d'un survivant.
  • Eva Schloss, témoin et écrivain Holocauste, sœur acquise (sœur du père) de Anna Frank;
  • Alberto Sed (N. 1928), un Juif romain, en 2009, son témoignage est recueilli dans une longue interview par Roberto Riccardi.
  • Liliana Segre (N. 1930), juive italienne déporté à Auschwitz 30 Janvier, 1944 à 13 ans, de la piste 21 de la gare centrale de Milan; sur la rampe à Auschwitz, il a vu son père pour la dernière fois, disparaissant parmi les fichiers sélectionnés dans le crématorium. Ayant survécu à une mort de mars, il a été libéré par les Russes de camp de travail Malchow, sous-champ Ravensbrück.
  • Piera Sonnino (1922-1999). En 1960, il a écrit un journal de son expérience des juifs déportés à Auschwitz, et après sa mort, sera publiée en 2003 par la famille.
  • Settimia Spizzichino (1921-2000), Roman Jew déporté à Auschwitz le 18 Octobre, 1943 Tiburtina; Il a été soumis à des expériences médicales sur des cobayes humains; seule femme rescapée du 1022 expulsé le transport; il nous a laissé son témoignage dans le livre Les années volées.
  • Elisa Springer (1918-2004), né en Vienne, déportées à Auschwitz d'abord, puis dans trois autres camps de concentration, ses mémoires sont dit qu'il Le silence des vivants. Après la Libération, elle a vécu en Italie jusqu'à sa mort.
  • Arianna Szörényi (N. 1933), l'un des plus célèbres filles italiennes[35] déportés à Auschwitz-Birkenau et survécu. Il était âgé de onze ans seulement quand lui et sa famille est arrivée au camp. Peu elle a été enregistrée avec le numéro: 89219, et a été immédiatement séparé de tous les membres de sa famille. En 1944, il a inclus dans l'un des marches de la mort Il est d'abord interné à Ravensbrück et alors Bergen-Belsen jusqu'à la libération du camp par les Alliés.
  • Piero Terracina (B. 1928), un romain déporté à Juif d'Auschwitz à l'âge de 14 ans, vit maintenant Rome rencontrant constamment les enfants des écoles de toute l'Italie.
  • Alba Valech Capozzi (1916-1999), juif Sienne, en 1946 publique A 24029, l'un des premiers monuments des juifs italiens déportés du camp de concentration d'Auschwitz.
  • Shlomo Venezia (1923-2012), Elle a été arrêtée avec sa famille à Thessalonique en Avril 1944 et déportés à l'extermination d'Auschwitz. Aggregate avec son frère Morris Venezia (N. 1921, et qui a également survécu) au Sonderkommando des crématoires de Birkenau, en Janvier '45 il a réussi à échapper à l'évacuation du camp, Mauthausen, mettant fin à la première et à Ebensee, où il a été libéré. Il a écrit "Sonderkommando d'Auschwitz." Consultant Benigni pour « La vie est belle » a donné des conférences sur l'Holocauste jusqu'à sa mort.
  • Elie Wiesel (1928-2016), écrivain roumain Juif Nobel de la paix, Il a survécu à Monowitz, écrit aussi ses mémoires dans un livre, la nuit.
  • Otto Wolken (1903-1975), médecin autrichien, Juif, de 1943 à la libération a été employé comme médecin à l'infirmerie de la zone de quarantaine (B-II-a), puis l'hôpital d'Auschwitz-Birkenau (B-II-f). Clandestinement rédigea jour après jour une chronique détaillée des victimes du camp, ce qui aura une grande importance dans les processus de l'après-guerre, qui sera l'un des principaux témoins.
  • Viktor Emil Frankl (1905-1997), un neurologue, psychiatre et philosophe autrichien, l'un des fondateurs analyse existentielle et la logothérapie, déportés, ainsi que tous les membres de sa famille, d'abord à Theresienstadt Lager, puis à Auschwitz.

notes

  1. ^ Liste du patrimoine mondial (Liste du patrimoine mondial), whc.unesco.org. Récupéré le 21 Octobre, 2016.
  2. ^ Auschwitz dans le Treccani
  3. ^ Les champs complexes auschwitz.org
  4. ^ (FR) Auschwitz sous-camps, sur auschwitz.org. Récupéré 18 Octobre, ici à 2015. La liste des 45 sous-domaines du site officiel
  5. ^ site d'Auschwitz en USHMM
  6. ^ Auschwitz, une usine de mort, dans une émission RAI de Nous sommes l'histoire édité par Giovanni Minoli
  7. ^ (FR) timeline Memorial, sur auschwitz.org. Récupéré le 27 Octobre, ici à 2015.
  8. ^ (FR) Auschwitz Birkenau allemand nazi de concentration et d'extermination (1940-1945), sur whc.unesco.org, UNESCO. Récupéré 18 Octobre, ici à 2015.
  9. ^ (FR) Décisions adoptées à la 31e session du Comité du patrimoine mondial (Christchurch, 2007) (PDF), De whc.unesco.org, UNESCO, p. 115. Récupéré le 27 Octobre, ici à 2015.
  10. ^ (FR) Comité du patrimoine mondial approuve la modification du nom d'Auschwitz, sur whc.unesco.org, UNESCO. Récupéré le 27 Octobre, ici à 2015.
  11. ^ "Auschwitz: A l'intérieur de l'État nazi", PBS (2004-2005)
  12. ^ Holocaust.cz.
  13. ^ Voir la dramatique generalplan Ost, Plan général de l'Est
  14. ^ Les Slaves, comme les Juifs, étaient considérés, dans la conception nazie, une sous-espèce de l'homme (Untermensch), Une erreur biologique, indigne du titre de la race humaine, son origine dans les temps anciens par la paire monstrueuse de bête hommes avec la race « aryenne »
  15. ^ Jeremy Dixon, Les commandants d'Auschwitz: les officiers SS qui dirigeaient le plus grand camp de concentration nazi, 1940-1945, Atglen, Schiffer Publishing, 2005 ISBN 0-7643-2175-7.
  16. ^ Millie Werber Juif polonais qui a survécu à Auschwitz-Birkenau, auteur de La mariée Auschwitz - Newton Compton Éditeur
  17. ^ Auschwitz dans le Treccani
  18. ^ Saul Friedländer, Les années d'extermination. L'Allemagne nazie et les Juifs (1939-1945), Milano, Garzanti, 2009, p. 347-348.
  19. ^ Vers le génocide, ospitiweb.indire.it. Récupéré le 6 Février, 2012.
  20. ^ Le processus de sélection a été photographié entre Mai et Juin 1944 de SS, probablement sur les ordres des autorités allemandes désireux de voir ce qui se passait sur le terrain. Les photos affichées dans cette collection, ont survécu à la destruction à la fin du conflit, disponible en ligne sur le site de Yad Vashem.
  21. ^ Il semble donner un ordre criminel était précisément Hitler et Himmler lui-même a pris soin de la réalisation dans tous les camps où les juifs ont été déportés à héroïque Varsovie. Il y avait des enfants brûlés vifs devant les mères folles, pendus à des crochets de boucher et d'autres horreurs indicibles
  22. ^ Dans un premier temps cette combinaison (les Juifs et les Témoins de Jéhovah) semblaient contradictoires, cependant, la définition nazie du « Juif », selon la politique raciale nazie, comprenait des personnes qui avaient des ancêtres juifs, il était donc possible que ces personnes appartiennent à d'autres religions. Ainsi, un témoin de Jéhovah Juifs, mais peut-être improbable, il était impossible dans ces définitions.
  23. ^ (FR) Sybille Steinbacher, Auschwitz: Une histoire, Munich, C. H. Beck Verlag, 2005 [2004], ISBN 0-06-082581-2.
  24. ^ (FR) Wacław Długoborski et Franciszek Piper (eds), Auschwitz, 1940-1945: questions centrales dans l'histoire du camp, 3. Auschwitz, 1940-1945: assassiner de masse, Oswiecim, Auschwitz-Birkenau Musée national, 2000, ISBN 978-83-85047-87-2.
  25. ^ John Erickson, La route de Berlin, London, Cassell, 2003, p. 472.
  26. ^ Vol-profanation volé signe Auschwitz "Arbeit macht frei", repubblica.it. Récupéré le 6 Février, 2012.
  27. ^ Ritrovata symbole écrit Auschwitz, ansa.it. Récupéré le 6 Février, 2012.
  28. ^ Le principal musée de l'Holocauste
  29. ^ L'exposition permanente
  30. ^ Holocauste, l'exposition permanente organisée par Yad Vashem à Jérusalem
  31. ^ L'exposition en détail
  32. ^ Sissel Vogelmann dans un examen de La publication Giuntina
  33. ^ Raport Witolda Pileckiego
  34. ^ Zbrodnie można było zakończyć wcześniej
  35. ^ Les autres filles ont été connues déportées de l'Italie Liliana Segre (Treize), Herskovits Goths Bauer (Quatorze ans)[1], et le petit Sissel Vogelman[2], seulement huit ans tués à son arrivée dans une chambre à gaz

bibliographie

  • Piotr M. A. Cywinski, Il n'y a pas de fin - Transmettant la mémoire d'Auschwitz, traduction de Carlo Greppi, Turin, Bollati Basic Books, 2017, ISBN 978-88-339-2834-0.
  • Emanuela Zuccalà, Ayant survécu à Auschwitz. Liliana Segre parmi les derniers témoins de l'Holocauste, Milan, Pauline Editorial Books, 2005 ISBN 978-88-315-2769-9.
  • Annette Wieviorka, Auschwitz expliqué à ma fille, Turin, Einaudi, 1999.
  • Arianna Szörényi, Une petite fille à Auschwitz, Milan, Murcia, 2014 ISBN 978-88-425-4866-9.
  • Caroline Moorehead Un train à Auschwitz, Roma, Newton Compton Editori, 2014, ISBN 978-88-541-6209-9.
  • Dieter Schlesak, Le pharmacien à Auschwitz, Milano, Garzanti, 2009.
  • Drago Arsenijevic, Otages des volontaires SS, Genève, Ferni, 1980.
  • Elisa Springer, Le silence des vivants, Venezia, Marsilio Editori, 1997.
  • Eva Schloss, Auschwitz laisse dans le deuil - L'histoire vraie et dramatique de la soeur d'Anne Frank, Roma, Newton Compton Editori, 2013 ISBN 978-88-541-5632-6.
  • Frediano Sessi, Auschwitz 1940-1945, Milan, Rizzoli, 1999 ISBN 978-88-17-17296-7.
  • Gianluca Della Monica, La forêt de bouleaux. Un jour, sera le seul témoin vivant, Milan, Lampi impression, 2011.
  • Hermann Langbein, Hommes d'Auschwitz - L'histoire du plus célèbre camp d'extermination nazi, Milano, Mursia Editore, 1984 ISBN 88-425-3585-0.
  • Jean Améry, Intellectuelle à Auschwitz, Turin, Bollati Editeur Basic Books, 2008.
  • John Erickson, La route de Berlin, London, Cassell, 2003 ISBN 0-304-36540-8.
  • Marta Ascoli, Auschwitz est tout, Trieste, éditions LINT 1998.
  • Miklós Nyiszli, Un médecin à Auschwitz - Mémoires d'un médecin déportées, Genève, Ferni, 1980.
  • Nedo Fiano, A 5405. Le courage de vivre, Saronno, Monti, 2003.
  • Primo Levi, Le Naufragés et les rescapés, Turin, Einaudi, 1986.
  • Primo Levi, Si c'est un homme, Turin, Einaudi, 1958.
  • Rudolf Höß, Commandant à Auschwitz, Turin, Einaudi, 2005.
  • Saul Friedländer, Les années d'extermination. L'Allemagne nazie et les Juifs (1939-1945), Milano, Garzanti, 2009 ISBN 978-88-11-68054-3.
  • Shlomo Venezia, Sonderkommando d'Auschwitz, Milan, Rizzoli, 2007.
  • Silvia Battistelli, Auschwitz, la vie dans les camps, Recanati, La Spiga - Langues modernes, 2006.
  • Viktor E. Frankl, Rechercher l'homme de sens, Milano, Edizioni Ares, 2008 ISBN 978-88-8155-046-3.
  • Tadeusz Borowski, De cette façon, pour le gaz, L'Ancora del Mediterraneo, 2009 ISBN 978-88-8325-244-0.
  • Thomas Harding Le commandant d'Auschwitz, Roma, Newton Compton Editori, 2013 ISBN 978-88-541-5379-0.
  • Teo Ducci, A Tallet Auschwitz (10.2.1944-5.5.1945) (PDF), Florence, Giuntina, 2000 ISBN 88-8057-106-0.
  • Georges Bensoussan, L'héritage d'Auschwitz. Comment se souvenir?, Turin, Einaudi Editore, 2002 ISBN 978-88-584-1215-2.

DVD

  • Pietro Suber et Marco D'Auria, Ne jamais oublier que ce fut!, documentaire basé sur les témoignages de Piero Terracina et Sami Modiano la Journée de la mémoire des 27 Janvier, 2015, 70e anniversaire de la libération du camp de concentration d'Auschwitz, Gruppo Editoriale L'Espresso, Rome 2015
  • Antonio Ferrari et Alessia Rastelli (enquête), Le voyage de Vera de l'Holocauste aux desaparecidos, textes Ferruccio De Bortoli, Alessandra Coppola, Vera Vigevani Jarach, Marco Bechis (Le fascisme, la capture, Auschwitz, plate-forme 21), RCS Division des médias, Milano 2015, ISSN 1120-4982
  • Association des enfants de l'Holocauste, Destination Auschwitz, voyage à l'usine d'extermination - Piste 21, Proedi Publishers, Milan 2002, ISBN 88-88016-76-7
  • Centre de documentation juive contemporaine, destination Auschwitz, (CD-ROM du livre + 2), Proedi Editore, Milano 2000

Filmographie

  • Nuit et Brouillard, réalisé par Alain Resnais, 1955 (doc)
  • kapo, réalisé par Gillo Pontecorvo, 1959
  • Le Journal d'Anne Frank, réalisé par George Stevens, 1959
  • le passager, réalisé par Andrzej Munk, 1963
  • Le jour où le Clown Cried, réalisé par Jerry Lewis, 1972
  • Portier de nuit, réalisé par Liliana Cavani, 1974
  • Jouer pour un condamné, réalisé par Daniel Mann, 1980
  • Le choix de Sophie, réalisé par Alan J. Pakula, 1982
  • holocauste, réalisé par Claude Lanzmann, 1985 (doc)
  • Le courage de ne pas oublier, réalisé par Michael Lindsay-Hogg, 1986 (film TV)
  • Au revoir les enfants, réalisé par Louis Malle, 1987
  • Guerre et souvenir, réalisé par Dan Curtis, 1988 (dramatiques TV - épisodes au cours desquels on parle d'Auschwitz sont les numéros 1, 2, 5, 7, 8, 9, 10, 11 et 12)
  • En plus de la victoire, dirigé par Roger Malcom Young, 1989
  • La vie pour la vie, réalisé par Maximilian Kolbe, Krzysztof Zanussi, 1991
  • Et les violons ont cessé de jouer, réalisé par Alex Auburn, 1992
  • Liste de Schindler, réalisé par Steven Spielberg, 1993
  • Jonas qui a vécu dans la baleine, réalisé par Roberto Faenza, 1993
  • La septième chambre, réalisé par Márta Mészáros, 1995
  • La vie est belle, réalisé par Roberto Benigni, 1997
  • la trêve, réalisé par Francesco Rosi, 1997
  • courbé, réalisé par Sean Mathias, 1997
  • Train de vie, réalisé par Radu Mihăileanu, 1998
  • l'étudiant, réalisé par Bryan Singer, 1998
  • Les derniers jours, réalisé par James Moll, 1998 (doc)
  • Un spécialiste - portrait d'un criminel moderne, dirigé par Eyal Sivan, 1999 (doc)
  • Jakob le menteur, dirigé par Peter Kassovitz, 1999
  • paragraphe 175, dirigé par Sharon Wood, (doc)
  • La zone grise, réalisé par Tim Blake Nelson, 2001
  • le pianiste, réalisé par Roman Polanski, 2002
  • Rosenstrasse, réalisé par Margarethe von Trotta, 2003
  • Je voulais vivre, réalisé par Mimmo Calopresti, 2006 (doc)
  • Der letzte Zug, réalisé par Joseph Vilsmaier et Dana Vávrová, 2006
  • Voyage de Primo Levi, réalisé par Davide Ferrario, 2006 (doc)
  • Fateless, réalisé par Lajos Koltai, 2006
  • Le garçon au pyjama rayé, réalisé par Mark Herman, 2008
  • Un train à Auschwitz, dirigé par Bruno Capuana, 2008 (doc)
  • Le lecteur - Aloud, réalisé par Stephen Daldry, 2008
  • Je me souviens d'Anna Frank, réalisé par Alberto Negrin, 2009
  • La Rafle, réalisé par Roselyne Bosch, 2010
  • Clé de Sarah, réalisé par Gilles Paquet-Brenner, 2012

Discographie

  • Auschwitz, texte et musique Francesco Guccini, 1964. La chanson interprétée par Guccini et même nomades, en 1966 il a été inclus dans un album de '84 Equipe (Je pense que vous).

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à le camp de concentration d'Auschwitz
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers le camp de concentration d'Auschwitz

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR168340274 · LCCN: (FRn96112360 · ISNI: (FR0000 0001 2236 0451 · GND: (DE4003697-2 · BNF: (FRcb161355471 (Date) · NLA: (FR49287899 · BAV: ADV11511573