s
19 708 Pages

Noble Octuple Sentier
l'image du Bouddha Shakyamuni peint sur un rocher Tibet. La main droite touche le sol bhumisparśamudrā, Le « contact avec le geste de la terre » pour appeler à témoigner sur la véracité de ses paroles; la main gauche est dans la main 'avakśamudrā, Le « geste de détente » et tenant la sébile (Patra) Pleine de fleurs. Le bol sur ses genoux se réfère à elle comme le maître de 'Ordre des moines.
Noble Octuple Sentier
la Roue de Dharma (Dharmacakra), Symbole ultime du bouddhisme. Les huit rayons représentent Noble Octuple Sentier (Sans. Arya « Stanga mārgaḥ).

« Au milieu de ce chemin, fait par Tathāgata qui produit la vision et la gnose et des guides pour la connaissance calme, parfait, à l'éveil, à nibbāna? Il est le Chemin Noble Octuple, à savoir la vue juste, l'intention droite, la parole juste, l'action juste, le gagne-pain, le bon effort juste, l'attention, la concentration droite. »

(Bouddha Shakyamuni Dhammacakkappavattana Sutta, Samyutta-Nikāya, 56,11.[1])

la Noble Octuple Sentier (sanskrit आर्याष्टाङ्गिक मार्ग Arya Marga aṣṭāṅgika, Pali Ariya-magga-aṭṭhaṅgika, chinois 八 正道 bā Zhengdao Wade-Giles pa-cheng-tao, japonais hasshōdō, tibétain « Phags-lam yan-lag brgyad, coréen 팔정도 P'al chŏngdo, vietnamien BAT Chánh Đạo) Correspond à la dernière Quatre Nobles Vérités (sanscrit Catvāri-Arya-satyāni, Pali Cattari aryasaccāni), La doctrine bouddhiste rapporté dans Canon Pali dans le Samyutta-Nikāya (Dans le Dhammacakkappavattana Sutta, italien Sutra de la masse en mouvement de la loi[2][3]) Et Canone chinois en Záhánjīng (雜 含 經, Jap. Jap. Zōgon agonkyō)[4], alors c'est la traduction chinoise du texte sanskrit Saṃyuktāgama à l'intérieur duquel est placé le Dharmaçakrapravartana Sutra [5].

Selon la tradition, la Quatre Nobles Vérités, et avec eux le « Noble Octuple chemin », représentent le premier sermon Bouddha Shakyamuni, tenue au Parc des gazelles Sarnath, près de Varanasi (Aussi appelé Bénarès), À l'âge de 35 ans, après près du village de Bodhgaya (Dans l'état actuel de Bihar) Il avait atteint éveil spirituel. Avec l'enseignement de la « Noble Octuple doctrine Path » la Bouddha Shakyamuni Il avait l'intention d'offrir à ses disciples le chemin de la libération de la souffrance.

Les éléments du « Noble Octuple chemin » et les différents modèles d'interprétation

italien sanskrit Pāli chinois chinois pinyin chinois Wade-Giles japonais tibétain
la vue de droite Samyag-dṛṣṭi Samma ditthi 正見 Zhengjian Cheng-chien shoken Yang dag pa'i lta ba
II intention droite samyak samkalpa Samma saṃkappa 正 思惟 Zheng Siwei Cheng-wei SSU shō shiyui Yang dag RTOG pa
III La parole juste Samyag-Vac Samma Vaca 正 語 Zhèngyǔ Cheng-yu Shogo Yang dag pa'i Ngag
IV L'action juste Samyak-karma-porte Samma kammanta 正 業 Zhengye Cheng-yeh Shogo Yang dag pa'i las kyi CLCUT '
V Right Livelihood Samyag-ajiva Samma ajiva 正 命 Zhengming Cheng-Ming Shomyo Yang dag pa'i « Tsho ba
VI effort de Rectum Samyag-Virya Samma Vayama 正 精進 Zheng Jingjin Cheng Ching-menton shō Shojin Yang dag pa'i rtsol ba
VII Mindfulness droit samyak Smriti Samma sati 正念 Zhèngniàn Cheng-nien Shonen Yang dag pa'i Dran pa
VIII concentration retta Samyak-samadhi Samma samadhi 正定 Zhengding Cheng-Ting shojo Yang dag pa'i « de dzin tion de

William Chu[6] Il a identifié quatre modèles d'interprétation de la « voie bouddhiste. »

premier modèle

Le premier modèle prévoit de développer les « Huit chemins » avec une approche "holistique« Les perfectionnant en même temps et de manière équilibrée. Cela implique qu'il n'y a pas besoin de préparer un ordre séquentiel de ces chemins, mais plutôt une indication que le total de la tente de voie bouddhiste de toutes les facettes d'un seul des activités quotidiennes, à la fois mentale et physique, verbale ou spirituel.

Selon le modèle

Dans le second modèle, le « chemin Noble Octuple » peut être considéré en fonction de trois types de traitement libellés en sanskrit trīṇiśikṣaṇi ou Siksa-traya [7], (Pali tisikkhā, cin.三 學, sān xué, JPN. Saint-Gaku, tib. bslab pa gsum). Ce système fournit une « spirale » d'amélioration. Chaque étape procède à une exponentiation à la suivante qui pousse alors celui qui le précède.

  1. le « premier type de traitement » est nommé sanskrit adhiśīlam (Cin. 戒 學 jièxué, JPN. kaigaku) Et ce qui concerne les moralité (sanskrit sila, Pali sīla, 戒 chinois Jie, JPN. kai, tib. Tsul-khrims):
    1. La parole juste, qui est, assumer la responsabilité de nos propres mots et attirer l'attention sur leur choix et ponderandole afin qu'ils ne produisent pas d'effets néfastes sur les autres et donc à nous-mêmes; cela signifie aussi que nos actions doivent être basées sur notre conversation et correspondent.
    2. L'action juste, à savoir, l'action ne soit pas motivée par la recherche d'un avantage égoïste, a eu lieu sans attachement à ses fruits.
    3. Right Livelihood, à savoir, vivre de façon équilibrée en évitant les excès, obtenir une alimentation suffisante avec des moyens qui ne peuvent pas causer des dommages ou des souffrances aux autres. Cela implique également la bonne maîtrise de ses intentions, de sorte qu'ils sont toujours orientés et dirigés le long de la ligne de conduite de la médiane de la vie (sanskrit madhyamāpratipad, Pali majjhimpaṭipāda, 中道 chinois Zhongdao, JPN. Chudo, tib. dBu « en cavale) Loin des extrêmes de l'ascétisme et de l'hédonisme.
  2. le « second type » est mentionné dans sanskrit adhicittaṃśikṣā (Pali adhicitta-sikkhâ, Chinois 增 上心 學 zēngshàngxīn xué, JPN. zōjōshin Gaku, tib. lhag pa'i sems Gyi bslab pa) Et concerne la spécificité de méditation (sanskrit et Pali samadhi, chinois 定 Ding, JPN. , tib. ting « de dzin de):
    1. effort de Rectum, à savoir, le lâcher d'états malsains et cultiver sains. Cela signifie aussi faire confiance à la bonté de leur pratique bouddhiste persévérant avec un engagement correct et équilibré dans l'effort, motivé par la foi (sanskrit sraddha, Pali saddha, chinois 信 Xin, JPN. tibia, tib. Papa-pa) Que le praticien bouddhiste vient des résultats obtenus dans l'avancement sur la voie de la réalisation spirituelle personnelle et une capacité progressant vers toujours plus d'exercer la « bonne action » dans leur pratique bouddhiste.
    2. Mindfulness droit, la capacité de garder l'esprit libre de la confusion, pas affectée par l'avidité et l'attachement (sanskrit trsna, Pali tanha, 愛 chinois as, JPN. à, tib. Sred-pa).
    3. concentration retta, la capacité de maintenir l'attitude intérieure appropriée qui mène à la bonne maîtrise d'eux-mêmes au cours de la pratique de la méditation (sanskrit dhyāna, Pali jhana, 禪 chinois 那 Channa, JPN. zenna, tib. BSAM-gtan).
  3. le « troisième type » est mentionné dans sanskrit Prajna Siksa (Pali paññā-sikkhâ, 慧 chinois 學 huìxué, JPN. egaku, tib. shes-rab-kyi bslab-pa) Et ce qui concerne les sagesse (sanskrit Prajna, Pali paññā, cin.慧 Hui, JPN. et, tib. shes-rab):
    1. vue de droite, qui est la reconnaissance des « quatre nobles vérités » par leur bonne connaissance et par conséquent leur vision corrigée.
    2. intention droite, à savoir l'engagement correct soutenu par la « vision droite » dans la maîtrise de la trsna (Pièce jointe au désir de vivre, de la convoitise et l'avidité d'exister, de devenir ou de se libérer, le désir d'affirmer son prétendu « auto-existant ») et de la compassion (sanskrit et Pali Karuna, 慈悲 chinois Cibei, JPN. Jihi, tib. snying-RIE)[8] pour tous les êtres.

troisième modèle

Le troisième modèle de voie bouddhiste (toujours comprise comme la quatrième vérité Quatre Nobles Vérités) Il est appelé « immédiate » ou « soudaine ». Il a pour objectif d'amener le praticien au-delà du conditionnel (san. samskrta, Pali samkhata, 有爲 chinois yǒuwéi, JPN. ui tib. « Dus Byas) Règne des efforts graduels et délibérés pour parvenir à « l'illumination ». Robert E. Buswell Jr. et Robert Gimello ont décrit plusieurs exemples dans lesquels un tel « anti-Marga » (dans le sens où il ne se déroule pas comme « voie » dans un sens large progressif, mais sur le sol immédiat) a prévalu comme modèle[9].

quatrième modèle

Le quatrième modèle identifie le « chemin » bouddhiste comme une séquence linéaire d'amélioration pour les phases spirituelles de plus en plus raffinées. Si elles passent l'étape du cheminement spirituel de sa pratique est abandonnée. Cette approche « fonctionnelle » est conforme au principe bouddhiste de ne pas vouloir confondre les moyens avec le but en prenant la première une valeur en soi. La pratique spirituelle est donc « fonctionnelle » à la fin de la « libération » et n'a pas de valeur en soi, donc une fois que vous atteignez le but de cette est abandonnée pour une autre, plus « avancé ».

notes

  1. ^ Gnoli 2001, p. 6.
  2. ^ Le titre de cette sūtra Bouddhiste peut également être rendu en italien comme « Discours de la mise en mouvement de la roue du Dharma« (Pali: Dhamma).
  3. ^ (FR) Thanissaro Bhikkhu Dhammacakkappavattana Sutta - Réglage de la Roue de Dhamma en mouvement, L'accès à Insight. Récupéré le 5 Avril, 2009.
  4. ^ situé dans Āhánbù, T. D. 99.2.1a-373b
  5. ^ Gardez à l'esprit que les deux textes appartiennent à deux écoles différentes Le bouddhisme de Nikāya. Le premier appartient à l'école Cinghalais Theravada et probablement vient de l'école indienne Vibhajyavada; le second appartient à l'école au lieu Mulasarvastivada qui à son tour dérive de l'école Sarvastivada.
  6. ^ en chemin. Encyclopédie du bouddhisme, Robert E. Buswell, Ed., McMillan Etats-Unis, New York, NY, 2004 pag.635-40.
  7. ^ le terme sanskrit siksa (學 chinois xué, JPN. Gaku, tib. plouc pa) En un sens, celui de la formation, la formation ou d'études.
  8. ^ Mais « l'amour » (sanskrit maitri, Pali mettā, 慈 chinois , JPN. ji, tib. byams-pa).
  9. ^ « Et les textes bouddhistes ne manquent pas de ces contradictions apparentes, comme déclarant que le fruit (phala) de la pratique est en fait une cause d'empêchement (hetu) de ses propres pratiques de cause à effet, ou une déclaration que la pratique et la mise en œuvre sont en fait impossibles à distinguer les uns des autres, ou le soutien que la réalisation soudaine précède et permet la pratique progressive, ainsi que la conviction que toute la confiance d'être fiers du suffisante lorsqu'il est utilisé « propre pouvoir » (jiriki) dans les « pratiques difficiles » ( nangyo) devrait humblement céder la place à la « pratique facile » (Igyo) à travers laquelle elle accepte la ' « autre pouvoir » (Tariki) du transcendant « Traduit par:. Buswell, Robert E., Jr. et Gimello, Robert M. , ed. Les voies de la Libération: Le Marga et ses transformations dans la pensée bouddhiste. Honolulu: University of Hawaii Press, 1992, p. 24

bibliographie

  • Buswell, Robert E., Jr., et Gimello, Robert M., Les voies de la Libération: Le Marga et ses transformations dans la pensée bouddhiste. Honolulu: University of Hawaii Press, 1992.
  • Gethin, Rupert. Le chemin bouddhiste à l'éveil: une étude du Bodhidharma Pakkhiya. Leiden, Pays-Bas: Brill, 1992.
  • Jayatilleke, J. N. Théorie de la connaissance précoce bouddhiste. Delhi: Motilal Banarsidass 1963.
  • Ñanarama. Les sept étapes de la purification et l'Insight Knowledges: un guide des étapes progressives de méditation bouddhiste. Kandy, Sri Lanka: bouddhiste Publication Society, 1983.
  • Takeuchi, Yohinori, et al., Bouddhiste Spiritualité: Indien, Sud-Est asiatique, tibétaine, chinoise précoce. New York: Crossroad, 1997.
  • Vetter, Tilmann. Les idées et les pratiques méditatives du bouddhisme précoce. Leiden, Pays-Bas: Brill, 1988.
  • Raniero Gnoli (ed) La révélation du Bouddha - le premier volume - textes anciens, traductions de Claudio Cicuzza et Francesco Sferra, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2001 ISBN 88-04-47898-5,;.

Articles connexes

autorités de contrôle GND: (DE4266943-1