s
19 708 Pages

avec êtres en bouddhisme Ils indiqueront la totalité des êtres vivants avec au moins un organe sensoriel vivant dans saṃsāra.

en la littérature canonique en sanskrit Ils indiquent que सत्त्व sattva « êtres » (ils sont également utilisés termes: जन्तु Janthu, « êtres animaux »; बहुजन bahujana, prāṇasameta, « Cela a le souffle »; et जगत jagat « Ce qui existe »); en Pali comme: सत्त Satta; en chinois comme: 有情 yǒuqíng ( "Avec des sentiments"), 眾生 Zhongsheng ( "Multitude des vivants") et 含 識 Hanshi ( « Impossible de comprendre »); en coréen: 중생 jungsaeng; en japonais: 衆生 Shujo; en tibétain: སྐྱེ་ དགུ skye dgu (Pr: jyeku) « Totalité des vivants » et སེམས་ ཅན sems peut « Possesseur d'esprit »[1].

Dans le bouddhisme, les vivants « êtres sensibles » dans trois royaumes: Dans le Kamaloka, le « royaume du désir »; en Rūpaloka, le « royaume de la forme « et »Arūpaloka, le « royaume du informes ».
Une autre division des « êtres sensibles » les distingue en six « classes » ou « mondes »: les « êtres naraka« La Preta, animaux, humains, Asura et deva.

Les « êtres sensibles », en Mahayana Ils sont l'objet de l'épargne exprimée par le vote de bodhisattva.

notes

  1. ^ Gregory Schopen, Figments et fragments du bouddhisme mahayana en Inde: Plus de documents Collected, Honolulu, Hawaii U. Press, 2005. ISBN 9780824829179, p. 77.