s
19 708 Pages

la blasphème Il est un 'insulte ou épithète Offensive a rapporté un divinité et qui appartient à la sphère de langage grossier.

usage courant, le terme est utilisé comme synonyme imprécation et blasphème. Littéralement, pour imprécation Cela signifie, en particulier dans le domaine de la religion, une violation de la commandement biblique « Ne prenez pas le nom de Dieu vain », par la simple prononciation du nom ou identifiant d'une épithète d'une divinité hors du contexte religieux de référence. Le blasphème, Au lieu de cela, dans son propre sens, il indique l'expression irrévérencieux envers la divinité ou la religion, par des discours qui contraste avec les vérités de foi[1].

Les mots « blasphème » et « blasphème » à la fois dérivent grec ἡ βλασφημία, τῆς βλασφημίας / blasphêmía, dérivé de βλάπτειν / bláptein, "Insulte", et φήμη / φάμα / Pheme ou PHAMA (Dialecte dorien), la « réputation », d'où blasphemia en latin et désigne littéralement diffamation.

champs sémantiques

la langue italienne Contemporain utilise un seul sens de blasphème, qui est conforme à 'insulte exprimer la divinité ou à des entités liées à elle.

Sur des textes anciens italiens, ainsi que des traductions de textes anciens, la signification du mot peut être différent: le mot « blasphème » peut indiquer une affirmation qui offense les vérités religieuses reconnues comme telles par les fidèles.

Dans les temps anciens

Chez les peuples primitifs il y avait la conviction que la mot Il possédait une force magie, qu'il a pu faire magique l'objet concerné, afin de le modifier. L'ancienne fonction de blasphème, ainsi que des invectives et calomnie Ils doivent être compris à la lumière d'une telle mentalité.

dans les écrits grecque non-initiés peut être soumis à des présentations fausses l'assermentation de la divinité, par exemple formulaires anthropomorphiste[2], ainsi que des doutes sur la puissance de divinité.

en droit romain Blasphème n'a pas été considéré comme un crime. la maxime « Deorum iniuriae DIIS Curae » (insultes aux dieux occuperons, dieux) ont exprimé le caractère laïque de l'État[3]. En fait, l'état romain a toujours été caractérisée par la présence des religions différentes. Seulement lorsque le 313 la Christianisme est devenu la religion officielle de blasphème a été considéré comme un crime grave, la peine de mort ou d'autres peines incisive[4]. avec le Code Justinien la 534 le blasphème était puni de la peine de mort[5].

Dans la Bible

l'ancien Testament

Nell 'l'ancien Testament terme grec βλασφημέω (blasphemeo) Dit toujours référence, directe ou indirecte, contre la majesté divine, et, à quelques exceptions près, indiquez toujours la blessure Dieu ennemis du peuple d'Israël[6]. Quelques exemples:

  • Par rapport à la roi de Assur, YHWH est privé de tout pouvoir, est « en bas », ce qui est insultant (2 Rois[7]).
  • quand Israël est attaqué est JHWH qui est blasphémé (Tobia[8], 2 Mac[9]).
  • quand Edom se félicite de la destruction d'Israël, insolent contre YHWH (Ez[10]).

en ce qui concerne païen le Dieu d'Israël est pas une source d'espoir, ils sont généralement appelés blasphémateurs de Dieu (cf. dn[11] Septante).

L'expression de Lévitique[12]:

« Celui qui blasphémé le nom du Seigneur sera certainement mis à mort: toute l'assemblée pierre. »

Il est interprété en ce sens que même mentionner le nom de l'Éternel est un blasphème, parce que le nom ne doit jamais être prononcé (es[13]). la mort est imposée non seulement les Israélites qui blasphèment, mais aussi aux Gentils (2 Rois[14], 2 Mac[15], etc.)

  • La déclaration de emploi[16]: La colère ne transportent pas le blasphème, l'abondance de 'expiation ne pas induit en erreur, Il est interprété par Mgr. Gianfranco Ravasi en ce sens que « même le blasphème, tel que confirmé par le livre de Job, est une forme de prière. Elle exprime une instance métaphysique, prière typique athées, dans les limites et la solitude: il est une forme de dépassement de la limite imposée par l'impuissance que l'homme met en garde en soi "[17].

la judaïsme conserve généralement la valeur des textes de la Septante.

le nouveau Testament

Les termes relatifs à la racine βλασφημέω à apparaître dans le nouveau Testament 56 fois, dont 34 sont sous la forme de verbe, sans qu'il y ait un livre dans lequel ces éléments sont plus attestés que dans d'autres. Il est toujours une utilisation religieux, à-dire, en référence directe ou indirecte à Dieu (à l'exception Gd[18]): Blasphèmes contre Dieu sont des mots ou des attitudes qui portent atteinte à la gloire et sainteté de Dieu[19].

Les significations constatées sont les suivantes:

  • Blasphème comme offense à la majesté de Dieu. Il peut être contre Dieu (actes[20], ap[21]) Ou contre son nom (Rom[22], 1 Timothy[23], ap[24], où le nom paraphraser Dieu lui-même), contre parole de Dieu (Tt[25]) Ou contre anges de Dieu (2 Pt[26]). le même Jésus, lorsque les revendications à sa parole et ses actions autorité messianique et l'attribution des droits et pouvoirs (par exemple, de pardonner péchés, lc[27], mt[28]), Apparaît aux yeux de Juifs comme blasphémateur de Dieu (Mc[29], Jn[30]). son la peine de mort Il est basé entre autres sur le blasphème de Dieu (Mc[31] et Par., mt[32]). Même à la fin du judaïsme ce crime entraînera la mort.
  • Bestemmia comme déni de la messianité de Jésus, qui suit l'insulte et moquerie (Mc[33] et Par., lc[34]); qui viole l'envoyé de la dignité, Jésus avec le blasphème, les péchés contre Dieu.
  • Blasphemy comme une insulte dirigée vers les disciples de Jésus: église de Christ et ses membres qui portent témoignage au Christ dans leur vie font l'objet de blessures qui ont touché leur Seigneur (Pt 1[35], ap[36]). De même Paul à son tour, il doit subir les persécutions qui avaient consommé contre chrétiens (actes[37], 1 Tim[38]). Assermentation l'église qui porte le nom du Christ constitue la moquerie du Christ et indirectement le blasphème contre Dieu.

La faute des disciples peut être une occasion de blasphème contre Dieu ou sa parole (1 Tim[23], Tt[25]). La vocation des disciples est de contribuer à la glorification du Père (Mt.[39]). Dans cette ligne, nous sommes également inclus des catalogues vices où vous pouvez toujours trouver la condamnation du blasphème (ef[40], avec[41], 1 Tim[42]; 2 Tim[43]). Blasphème est présenté comme une caractéristique spécifique des païens et chrétiens apostats.

Juda[18] Il parle de blasphème contre les êtres glorieux. L'expression, pas clair, se référer aux propagateurs de fausses doctrines de la vie libertine, qui par leur immoralité contrevenait certains rituels et les exigences ascétiques des pouvoirs angéliques (de δὸξας), maudissant de sorte que ces êtres glorieux[44].

Le blasphème contre le Saint-Esprit

Le péché de blasphème peut être pardonné (Mc[45], mt[46]contre), mais le blasphème du Saint Esprit ne peut pas être pardonné (Mc[47]). cette logion, de caractère énigmatique pour nous, il est généralement interprété comme signifiant que, parmi ceux qui apportent l'insulte à l'Esprit Saint, il y a des gens qui, tout en reconnaissant l'Esprit de Dieu dans les activités de Jésus, peut (et c'est le blasphème) échange foi en Dieu avec foi en enfer; la logion Il met en garde, avec sérieux profond, de cette possibilités extrêmes et presque inimaginables de démoniaques 'homme de déclarer guerre Dieu, non de faiblesse et de doute, mais après avoir été submergé par l'Esprit Saint, en sachant exactement qui déclare la guerre[48]. Cette blasphémateur pleinement conscience de la rencontre avec Dieu. « Par conséquent, celui qui blasphème contre l'Esprit maudit plus un Dieu extrême qui est devenu une idée ridicule, mais un Dieu qui lui a montré son travail grâce validé par le signe de révélation. Devrait donc se tourner vers lui avec une attitude de gratitude, pas un blasphème "[49].

Dans le Coran

blasphème
l'écrivain Salman Rushdie accusé de blasphème et sous réserve d'un fatwa émanant de 'L'ayatollah Khomeini, le chef suprême du 'Iran, en Février 1989.

Contrairement à certaines religions - y compris le 'judaïsme - la Coran exhorte ses membres à désigner souvent le nom de Dieu (qui, sur la base d'une simple lecture du texte sacré de 'Islam, il est Allâh, mais aussi al-Rahman, à savoir « Les miséricordieux »).

Dans l'arabe parlé et d'autres langues de la culture islamique, ils utilisent donc beaucoup d'expressions et interjections employant le terme Allâh synonymes ou liés à l'Être suprême: « Si Dieu le veut » ( shā » en Allah ), "Dieu me pardonne" ( istaghfiru Llah ), « Je cherche refuge en Dieu » ( Awdhu bi-llah ), « Dieu sait mieux » ( Allahu A'lam ) Ou bien connu takbir (Allahu Akbar ) Ou simples Ya Allah! (Oh mon Dieu!).

Déplacez le nom de Dieu ou le prophète Mohammed à des noms ou des adjectifs injurieux ou obscène constitue pourtant l'un des grands péchés, sanctionnée avec une dureté maximale de la jurisprudence islamique, qui qualifie cette infraction tajdīf (en arabe: تجديف). Ce fut précisément le cas des malédictions adressées au prophète 'Islam par un grand groupe de chrétiens extrémistes mozarabes de Cordova (Soi-disant "Martyrs de Córdoba« ) Qui, au moment de 'émirat dell 'Omeyyades Abd al-Rahman II (822-852), ils sont allés à plusieurs reprises dans la mosquée Main à adresser publiquement des insultes à Mahomet, toujours puni d'emprisonnement et la peine de mort.
Plus récemment encore un tel cas religieux juridique majeur a été suggéré à l'égard de l'œuvre littéraire connue Salman Rushdie Les versets sataniques, même si l'infraction alléguée par mullahs chiites iranien et par 'L'ayatollah Khomeiny Il était plutôt apostasie, en principe pointe sharia également passible de la peine de mort.

dans l'histoire

en République de Venise Ils ont dit que les juges existaient Exécuteurs contre Blasphème.

questions juridiques

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Lire le blasphème.

Le blasphème scandaleux et trivial, puisque l'offensive du sentiment religieux de leurs fidèles, est puni par la législation pénale en vigueur dans de nombreux pays théocratique que poser; dans ce dernier, les termes de la loi ont été étendues pour tenir compte des sensibilités religieuses des populations immigrées d'autres pays.

Dans certains pays, le blasphème est pas un crime. Par exemple, dans États-Unis d'Amérique être poursuivi pour ce crime serait contraire à la Constitution établie par la loi en cas Joseph Burstyn, Inc. v Wilson. en Royaume-Uni, précisément Angleterre et Pays de Galles les crimes de blasphème ont été abolis en 2008. En Europe, Conseil de l'Europe Il a recommandé que les pays membres adoptent des lois en faveur de la liberté d'expression. Dans les pays où il est en vigueur shari'a et dans d'autres pays (par exemple, Pakistan), Est Blasphème un crime passible peine de mort.

Au lieu du crime de blasphème, ou en plus, certains pays interdisent l'incitation à la haine fondée sur la religion, le dénigrement de la religion ou « insultes à caractère religieux. » Ces crimes sont configurés avec sommation faite par ceux qui se sentent offensés contre leur sensibilité religieuse.

Maudissant la plus courante en Italie

Comme tous les jurons, même pas de la nature sacrilège (par exemple. fichu, Holy shit), Slander italien approche la plus répandue de la épithète porc[50] au nom du profane: les exemples les plus typiques sont en fait les noms des dieux et de la Vierge associés avant ou après l'élément lexical offensive (souvent cet élément coïncide avec le terme faisant référence au porc, porc ou porc). Ils sont également témoins de la littérature contemporaine, sous cette forme (Amman, 2004, p. 46) ou dans certaines variantes (Dieu au lieu de Dieu, Manganelli, 1975, p. 125; mapporco, Scozzari, 1996, p. 29). aussi pasolini, dans des œuvres inspirées par la vie du canton,[51] reproduit ces malédictions, mais censurandole Porc d ... et méchant m ...[52]

l'épithète porc cependant, il est pas le seul. Entre autres blasphèmes rappeler que l'utilisation de termes tels que bête[53], bourreau, voleur, merde, serpent, ogre et chien, celui-ci en particulier dans le nord de l'Italie; sous forme dialectale boîte Il est typique de la couche intermédiaire vénitien. Toujours en Vénétie, ils sont très utilisés « mas-ce que », « Lazaron » et « luamàro » (respectivement porcs, et porcherie lazzarone). Dans le Piémont l'épithète fréquemment utilisé est « Fauss » (false). De plus, entre autres épithètes offensantes est nommé « putain » associé au premier nom de la divinité (spécialement utilisé pour le Christ et la Vierge), et « putain » si le blasphème est payé à Madone.

euphémismes

Fréquent est le masquage du nom révéré dans les mots assonant, parfois avec sens ( "Maremma" à "Madonna", "oncle" ou "diesel", "deux", "duo", "Diaz", "disque", "Dionisio", "Diogène", "Diomède" pour "Dieu", "chrétien", "Christopher", "cristal", "Christopher", "ça alors" pour "Christ"), parfois absurde ( "Diu", "dao", "tio", « dino "" "" dinci dindio "(" dinde "en vénitien)," dindo "" ledit "" diona "" Diose "" madosca "" cristianamento "), et" Ostrega "au lieu de" hôte ".

phénomène inverse est la substitution épithète offensive: il peut trahir l'intention jurons ou encore le résultat de l'expression forte, mais plus nuisible (par exemple « mettre » pour « cochon », « bo » pour « Executioner ».). Tel est le cas d'euphémisme « pour l'amour de Dieu »[54] enregistré en tant lemme indépendant de dictionnaires, et ses dérivés encore plus fades ( « de dieu »[55][56] "Mon Dieu").[57]

Sur cette piste sont placés expressions qui remplacent l'épithète offensive avec les noms et adjectifs manquent le sens traditionnel des impuretés (par exemple, « Bell », « pauvre », « chanteur », « Carlo ». En Modena et Reggiana, Cependant, en nommant un « chanter » qui peut se rapporter à la pot de chambre[58]), Quand apparemment bienveillant ( "chère", "bono", "beau", "saint", "béni", "Heureux"). Parmi les euphémismes sont nomme également l'association entre « Dieu » et « Christ ».

En outre, il existe d'autres expressions utilisées pour masquer le blasphème entier, en utilisant des mots inventés ou non, en fonction de la similitude phonétique ( « Marcoddio », « Bioparc », le Vénitien « Orcodì » - où « jour » signifie « jour », «j'apporter mon » - certaines versions utilisent « Jardin », « Grondement », etc.).

dans le catholicisme

blasphème
Le blasphémateur lapidé, Gérard Hoet et Abraham de Blois, Images de la Bible, , éditeur P. de Hondt, La Haye, 1728.
blasphème
Le soi-disant sgraffites Alexamène, le musée Palatin à Rome, graffito payer le deuxième siècle qui dépeint un homme adorant un âne Crucifié, prenant vraisemblablement jeu d'un soldat chrétien. L'inscription montre ΑΛΕΞΑΜΕΝΟΣ (ΑΛΕΞΑΜΕΝΟC) ΣΕΒΕΤΕ (Cébès) ΘΕΟΝ, ce qui se traduit par "Alexamène Dieu respecte."

L'enseignement moral de Eglise catholique applique le second commandement Ne dites pas le nom de Dieu en vain jurons, en effet, vu dans le blasphème un geste encore plus grave que stigmatisé par le deuxième commandement.

L'empereur Justinien jugé plus que tout autre délinquant qui mérite la mort blasphémateurs et Philippe II les fit se noient avec une grosse pierre dans le cou. Louis IX était de percer la langue de blasphémateurs avec un fer chaud, et il a dit qu'il se serait soumis à une telle peine afin d'éliminer le blasphème de son royaume.[citation nécessaire]

Certains hommes et les Pères de l'Église, qui font autorité pour le caractère sacré de la vie et l'enseignement de la haute léguée à l'Église comme sant 'Augustin d'Hippone, Saint-Jérôme, Saint Thomas d'Aquin, Saint Bernard de Clairvaux, Saint Bernardin de Sienne depuis l'antiquité, ils ont considéré le blasphème comme le plus grand péché de tous les péchés mortels.

Padre Pio Il a écrit dans 'courrier« Blasphème attire la malédiction de Dieu sur votre maison et il est le meilleur moyen d'aller en enfer. »

San Giovanni Crisostomo Il a écrit dans annales« Pour le blasphème, ils sont sur la terre, les guerres, les tremblements de terre, famines pestes. Le blasphémateur attire la punition de Dieu sur lui-même, sa famille et de la société: Dieu, pour blasphème, punit souvent les hommes en général, mais parfois punit l'individu en particulier. Bien plus tard dans la vie, il y a blasphémateurs ne sont pas punis par la justice de Dieu, la fin de vie n'échappera au jugement ».

Pape Giovanni Paolo II, en parlant de mépris dirigé contre le « nom de Dieu », les listes (21 Mars 1993), ainsi que le blasphème, les « performances irrévérencieux » et « publications très offensives du sentiment religieux. »

références culturelles

Dans les religions patriarcales, telles que celles abrahamique (judaïsme, Christianisme, Islam), Le corps et sont souvent perçus à l'instinct naturel de l'animal niveau populaire très négatif et trivial[59]; Ainsi, un anathème typique de ces religions est l'identification avec des animaux tels que porcs, ou encore comme excrément.

littérature

en divine Comédie, les damnés blasphémer alors qu'ils sont en attente d'être convoyé de Charon de l'autre côté de la rivière infernale Acheron« Dieu, ils blasphémé et leurs progéniteurs, / la race humaine et la place,« le temps et « l graines / Lor semences et de leur naissance » (Inferno - troisième canto, vv. 103-105). Procédant à l'infernal monde, nous rencontrons les blasphémateurs sur l'étendue brûlante du troisième tour du septième cercle (Inferno - Canto quatorzième).

Depuis la prestation de serment de l'histoire a souvent été contré par une législation ciblée pour réprimer la propagation, il est particulièrement fréquent dans l'utilisation littérature où, dans les rares cas où ils se trouvent des conseils, il est souvent censuré ou diversement masquée. L'exemple le plus important est le travail du français Rabelais, écrit au tournant Moyen âge et Renaissance. Comme analysé par le critique russe Mikhail Bakhtin, l'utilisation systématique de blasphème et corps grotesque, dans le contexte carnaval, Il a le sens d'une célébration joyeuse de la victoire de la vie.

Dans le poème Giuseppe Gioachino Belli, le blasphème est exprimé par une combinaison, apparemment au hasard, parmi les expressions qui indiquent le sacré et les termes trivial.

Au blasphème, le poète romain a publié un sonnet, n. 232, Tout d'abord, er religieuse pijjà de nom DSOI en vain, dans lequel l'auteur met en garde contre le blasphémateur l'invitant à ne pas blasphémer, de peur que Dieu punit. De toute évidence, l'ensemble est extrêmement sonnet ironique et suscite dans le lecteur attentif des sensations aiguës comicalité.

(elle

(ROM)) " 232. Tout d'abord, er religieuse nom pijjà de DSOI en vain
Bbada, biastimà nonne, Ppippo, pour Dieu
Omo répond est par exemple rimes.
Mais ggusto Utes sont ste biastime?
Vous avez l'âme d'ggiudío turc ou dde?

Il bbisoggno de zu curre dans le premier
dans les crises cardiaques et le cœur pettristo pebbío?[60]
Qui suis Monaghan a ggiudizzio, mon Pippo,
pijja Cacchi eux et le stà Scime lâche.[61]

Puis, il sce Só ttante bbelle mots!
De « ccazzo, ffreggna, bbuggera, cojjoni;
mais CCO DSOI Vacce cor bemollo[62] Vacce.

Quel lleva ssi à la mère les carzoni,[63]
et si le noeud de JJE sciojje er aux jarretières,[64]
vous Sbaratta les moccoli[65] dans les charbons. »

(IT)

Sonnet 232. Tout d'abord, ne prenez pas le nom de Dieu en vain

Bada, pas jurons, Pippo, parce que Dieu
Il est l'un pour répondre en nature.
Mais quel plaisir vous voyez dans ces blasphèmes?
Vous avez l'âme de turc ou Juif?

Nous devons avoir recours immédiatement
et commencer par « pettristo! » et "pebbío!"?
Qui dans ce monde a un jugement, mon Pippo,
Il conteste la faiblesse et de négligence forts.

Ensuite, il y a beaucoup de belles mauvais mots!
di ' queue, con, en cul, balles;
mais avec Dieu, reposez-vous, reposez-vous.

Parce que si la mère enlève son pantalon,
et fait fondre le nœud à lacets,
Il vous transforme les insultes en charbons[66]. »

(Giuseppe Gioacchino Belli, sonnet n. 232, Tout d'abord, er religieuse pijjà de nom DSOI en vain, 12 novembre 1831)

Il laisse l'image d'un dieu en colère qui réagit violemment contre blasphémateur mal orienté. Dans un autre sonnet[67], Au lieu de cela, une mère gronde son fils expliquant que prestation de serment est pas aussi grave (parce que Dieu ne fait ni chaud ni froid) comme injuriant les gens vivent:

(elle

(ROM)) " 647. Le imprecazzione
Nu vous connaissez ccos'è un'imprecazzione?
est PPIU ppeggio très PPIU dd'una bbiastima.

Pourquoi cquesta er nu Zignore estimation
nemmanco pe « na garde de Melon:
et d'ailleurs, bbeato lui, est top ttant'in
que j'ariva de nnun à deux doigts de cojjone. »

(IT)

Sonnet 647. Le juron

Vous ne savez pas ce qu'est une malédiction?
Il est bien pire d'un blasphème.

Pour cela, le Seigneur ne considère pas
pas même une croûte de melon:
et d'ailleurs, la chance lui, il est si élevé
qui ne vient pas dans un as de tosser. »

(Giuseppe Gioacchino Belli, sonnet n. 647, le imprecazzione, 22 décembre 1832)

Les œuvres littéraires qui contiennent grossièretés

cinéma

Certains films ont rapporté jurons pour imprégner du réalisme, caractérisant ainsi une grande situations de tension et profonde expressivité. D'autres films contiennent des situations humoristiques sur la religion ou faire une parodie.

groupes musicaux

le groupe Elio e le Storie Tese Il est connu pour l'utilisation euphémique de dire moyen « dighel de porc » (qui à Milan serait littéralement « dire son cochon ») dans la chanson Supergiovane. Mais (plus tard, Abatantuono commence à parler) audiblement en arrière-plan deux blasphèmes plus explicites.

la chanson 1.9.9.6. de Afterhours, sur l'album Avez-vous peur de l'obscurité? Il commence par un blasphème soulèvement à Christ.

Un grand nombre des premières chansons du groupe grec Rotting Christ (Littéralement: Christ marcente, pourrissant) Contiennent des références à l'occulte et malédictions.

Beaucoup de chansons Prophilax et de leur côté projet San Culamo Ils font grand usage d'un langage obscène et blasphèmes; les thèmes sont la plupart du temps la nature drôle.

la chanson (Zia) Sirvana groupe Santarita Sakkascia, publié sur la cassette le Undiscovered la 1992, Il est une réinterprétation de la chanson Smells Like Teen Spirit de nirvana que, toutefois, a, au lieu du texte, une série de jurons variés.

la chanson Santa Marinella de Gogol Bordello contient une malédiction sur Madonna, répété plusieurs fois, il y a aussi d'autres plus d'insultes en italien.

Dans un monologue Giorgio Gaber intitulé Le dernier homme vous pouvez sentir l'euphémisme d'un blasphème pour accentuer un infervoramento contre les jeunes.

bandes dessinées

Blasphème a été fréquemment utilisé dans bandes dessinées souterrain l'italien soixante-dix comment Ranxerox ou ceux de Andrea Pazienza.

Internet

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Germano Mosconi.

en 2005 personnes anonymes ont publié Internet une vidéo contenant un montage de divers expletives et profanité au cours de ladite autre en dehors d'onde (JT Telenuovo) Par sportswriter Germano Mosconi. Compte tenu de sa comédie involontaire, cette vidéo a été un énorme succès, si bien que les paroles prononcées par le journaliste sont devenus un véritable smash chez les jeunes. Dans un court laps de temps ils sont nés différents sites Internet et fan club dédié à la journaliste, ils ont été créés plusieurs photomontages utilisant votre visage et malédictions de Mosconi, et aussi beaucoup de parodies et ridoppiaggi de différents films et dessins animés qui utilisent la voix du journaliste.

Les vidéos, aussi bien celles prises à partir d'enregistrements originaux des nouvelles et sont les parodies, continuent de recueillir un grand succès.

Cependant, malgré le grand succès de ses malédictions, Mosconi n'a jamais aimé cette renommée, bien d'exposer une plainte à l'inconnu pour la publication de la vidéo, et de refuser toute interview sur le phénomène Internet.

Il y a aussi plusieurs sites Web qui sont nés dans le but d'être blasphématoire. Même l'encyclopédie satirique wiki, Il contient des malédictions sur différentes pages.

notes

  1. ^ Lemme « Blasphème » dans le Dictionnaire de la langue italienne de Niccolò Tommaseo
  2. ^ Platon, Resp II, 381. Vettius Valens, I, 22; II, 2)
  3. ^ Deorum iniuriae DEIS Curae - Ce que les blessures de faire face aux dieux - Brocardi.it
  4. ^ Le chrétien - Février 2004
  5. ^ « Ne sois pas absurde, de » WOW « - la Repubblica.it
  6. ^ exceptions: Isaïe 66,3; Sapienza 1.6; Sirach 3.16.
  7. ^ 19,4.6.22
  8. ^ 1.18
  9. ^ 8,4; 9,28; 10,34
  10. ^ 35,12 à 13
  11. ^ 3,96
  12. ^ 24,16
  13. ^ 20,7
  14. ^ 19,7
  15. ^ 9,28
  16. ^ 36,18
  17. ^ "Avvenire" en ligne, La prière, un médicament.
  18. ^ à b 9
  19. ^ Hans Währisch en Dictionnaire des concepts bibliques du Nouveau Testament, EDB, Bologne, 1976, p. 181
  20. ^ 6.11
  21. ^ 13,6; 16,11.21
  22. ^ 2.24
  23. ^ à b 6.1
  24. ^ 16.9
  25. ^ à b 2,5
  26. ^ 2,10-12
  27. ^ 5.21
  28. ^ 9,2 à 3
  29. ^ 2.7
  30. ^ 10,36
  31. ^ 14,64
  32. ^ 26,65
  33. ^ 15,29
  34. ^ 22,65
  35. ^ 4.4
  36. ^ 2.9
  37. ^ 13,45; 18,6
  38. ^ 1.13
  39. ^ 5.16
  40. ^ 4,31
  41. ^ 3.8
  42. ^ 6.4
  43. ^ 3.2
  44. ^ Hans Währisch, en βλασφημέω Dictionnaire des concepts bibliques du Nouveau Testament, cit., p. 182.
  45. ^ 3,28
  46. ^ 12,31
  47. ^ 3.29
  48. ^ Eduard Schweitzer, L'Evangile de Marc, paideia, 1971 ISBN 88-394-0579-8, p. 94.
  49. ^ Adolf Schlatter, Erläuterungen zum NT, ISBN 3-7668-0189-9, Mt. 12,32
  50. ^ Lemme « porc » dans le dictionnaire De Mauro, old.demauroparavia.it. (Déposé par 'URL d'origine 1 janvier 2008).
  51. ^ garçons vie, Une vie violente.
  52. ^ garçons vie.
  53. ^ Lemme « Dieu » dans le dictionnaire De Mauro, old.demauroparavia.it. (Déposé par 'URL d'origine 1 janvier 2008).
  54. ^ Linx Edizioni - pour la science
  55. ^ Linx Edizioni - pour la science
  56. ^ Etymologie: ça alors, perdina, perdicoli
  57. ^ Linx Edizioni - pour la science
  58. ^ Définition de « chanter » sur De Mauro.
  59. ^ Certains, comme Émile Durkheim, Il interprète que cela dépend du fait que ces religions sont caractérisées par la séparation entre sacré et profane (Les formes élémentaires de la vie religieuse, Londres, George Allen Unwin, 1915, p. 36)
  60. ^ Équivalent à ceux qui veulent et ne veulent pas maudire.
  61. ^ L'usine principale du chou-brocoli à Rome est appelé un sommet, et son Cacchi rigermogli. Ainsi, les enfants dell'Offendi morales et respecte la grande.
  62. ^ Allez-y mollo avec bimolle, en disant légèrement.
  63. ^ Une femme Siasi usurpé l'autorité de l'homme, il est dit à Rome essersene mettre son pantalon et a donc ici le Christ pour récupérer son pantalon, comme dans le peuple de cette ville Notre-Dame va toujours avant que le fils, et aussi le père de fils.
  64. ^ Liens chaussettes genoux » autour de: ici « perdre patience ».
  65. ^ Synonyme de « blasphème ».
  66. ^ Ce grillera et / ou vous envoie en enfer
  67. ^ Sonnet pas. 647. le imprecazzione
  68. ^ tueurs naturels nés - tueurs nés - Dwight McClusky (ITA) - YouTube

bibliographie

  • Raymond Deville, article blasphème, dictionnaire de Théologie biblique, coll. 134-136, Marietti, Casale Monferrato, 1971 ISBN 978-88-211-7302-8
  • Hans Währisch, article Jurer, offenser, Dictionnaire des concepts bibliques de le nouveau Testament, EDB, Bologne, 1976 ISBN 88-10-20519-7

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle LCCN: (FRsh85014784 · GND: (DE4157953-7