s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
Catalpeae
fleurs catalpa du Nord 1 (SCF Arb) .JPG
Catalpa speciosa
classement Cronquist
domaine Eucaryotes
uni plantae
Sous-règne Tracheobionta
Superdivision spermatophyta
division Angiosperme
classe magnoliopsida
sous-classe Asteridae
ordre Scrophulariales
famille bignoniaceae
tribu Catalpeae
DC. ancien Meisn., 1840
APG Classification
uni plantae
(clade) angiospermes
(clade) eudicots
(clade) base Tricolpate
(clade) Asterids
(clade) le Euasteridi
ordre Lamiales
famille bignoniaceae
tribu Catalpeae
Genres
(Voir le texte)

Catalpeae DC. ancien Meisn., 1840 est un tribu des plantes spermatophytes dicotiledoni appartenant à famille bignoniaceae (ordre tout Lamiales.[1]

étymologie

Le nom de la tribu vient de son genre plus importante (Catalpa Scop., 1777) Dont étymologie Il est un peu incertain. Certains tirent le nom des Indiens « Catawba » qui a vécu dans les mêmes régions d'origine des plantes de ce genre. D'autres, plus probablement, le nom vient d'un arbre appelé « kutuhlpa » (= ailé tête) par les populations amérindiennes ruisseau originaire des États-Unis du sud.[2][3][4] la nom scientifique la tribu a été définie pour la première fois par la botanique suisse Carl Meissner (1800-1874) mis au point à la suite de la mycologie et botanique suisse Augustin Pyramus de Candolle (1778-1841) dans la publication "Vascularium Genera plantarum secundum Ordines -. Tab Diagn 300, Comm 25-31 208..."[5] 1840.[6]

description

Catalpeae
l'habitude
Catalpa
  • L'habitude de espèce de cette tribu est principalement arboricoles (petits arbres ou arbustes). il y a iridoïdes et glycosides Phénoliques. Les branches de la surface est recouverte par des plaques squameuses et peuvent être pubescent.[4][7][8]
Catalpeae
les feuilles
Catalpa
  • la feuilles, à feuilles caduques (sont rarement à feuilles persistantes), le long de la caule ont une disposition inverse ou verticillata pour trois; la feuille est très grande avec une longue pétiole, bords entiers ou grossièrement lobées. Les feuilles lorsqu'elles sont écrasées dégagent une mauvaise odeur. La lame simple des feuilles est la principale caractéristique de cette tribu.
  • la inflorescences axillaire se composent généralement de quelques fleurs recueillies dans racemes ou thyrses.
Catalpeae
la fleur
Chilopsis linearis
  • la fleurs ils sont hermaphrodite, zygomorphes et tétracycliques (par exemple 4 à partir de formats verticilles: calice- corolle - Androcée - gynécée) Et plus ou moins pentamères (Chaque spire a 5 éléments). Habituellement, les fleurs de cette tribu sont grandes et très voyantes en forme de cloche et sont de couleur blanche ou magenta ou rose ou jaune pâle souvent floue avec d'autres couleurs.
* K (5), [C (2 + 3), A (2 + 2 + 1)], G (2), pendant, capsule[9]
  • la calice, gamosepalo, membraneuse de cohérence, est composé de cinq sépales irrégulièrement connate; peut être divisé presque bilabiato de type (Catalpa) Ou spatiforme-bilabiato (Chilopsis).
  • la corolle, gamopetala, campanulata, il est composé de 5 pétales connate de manière bilabiato; des deux lèvres, l'une supérieure a deux lobes plus petits, alors que l'une inférieure est formée par trois lobes plus grands.
  • L 'Androcée Il est formé par deux étamines courbes fertiles et 3 autres staminoidi mineurs toujours tous internes à la corolle (Catalpa); le reste de la tribu (Chilopsis) Au lieu des quatre typiques étamines didinami de Bignoniaceae. la anthères, sans poils, sont deux écrins divergentes et sagittées; la filaments des étamines sont fixés (adnées) Pour le tube de la corolle. les granulés pollen Ils sont de divers types, dans certains cas, sont dispersés dans tétrade ou poliadi.
  • la gynécée Il a ovaire, oblong et squameuse, excès bicarpelle (Biloculare) avec placentation assile, autrement dit, il y a deux placentas avec une cloison de séparation centrale. la nectar discoïde forment un anneau autour de l'ovaire. la style est bilobé (2 stigmas sensitifs qui ferment immédiatement en contact avec le pollinisateur) et est un peu plus longue que les étamines. la ova Créneau sont nombreux et généralement de type multiseriati anatropo; un tégument et ils sont tenuinucellati (avec Nocella, ovule étape primordiale, réduite à quelques cellules).[10]
Catalpeae
les fruits
Catalpa
  • la fruits ils sont capsules avec déhiscenter Parallèlement, bivalve très allongée (la forme est un grand siliqua cylindrique). la semence Ils sont nombreux et petits, ailé, oblong et comprimé, manquant endosperme. la cotylédons Ils sont profondément lobées. Parfois, les récompenses sont primordiales du calice.

lecture

  • Pollinisation: l 'pollinisation Elle est réalisée par des insectes tels que les abeilles / papillons / papillons (entomogama pollinisation) Ou des oiseaux (ornitogama pollinisation) Ou les chauves-souris (pollinisation chirotterogama).
  • Reproduction: la fécondation se fait essentiellement par la pollinisation des fleurs (voir ci-dessus).
  • Dispersion: les graines tomber (peut-être après avoir parcouru quelques mètres à cause du vent - anemocora dispersion) sur le terrain sont dispersées principalement par les insectes fourmis de type (diffusion myrmécochorie).

Distribution et habitat

La distribution de cette tribu est sous-cosmopolite: 4 espèces Asie Est, 3 espèces 'Amérique du Nord et 4 Antilles. Aucune espèce est présente dans Europe. L 'habitat typique espèce cette tribu Il diffère de celui des climats tempérés à celle des climats tropicaux (aussi sec).

systématique

la famille membres de cette tribu (bignoniaceae) Comprend environ 850 espèces avec plus d'une centaine de types[7][8] avec une distribution en particulier neotropical (Seules quelques espèces de cette famille: 2-3 sont présentes dans la flore spontanée italienne). La Catalpeaa tribu est l'une des 8 tribu dans laquelle est actuellement divisé la famille et comprend 3 types de 11 espèces.[1]

phylogénie

Catalpeae
Cladogramme de la tribu

Des recherches récentes par type phylogénétique[11] Il a divisé la famille en 8 clades principale. La tribu Catalpeae a une position centrale dans la famille: elle "groupe soeur« tribu Oroxyleae; ensemble, ils sont "groupe soeur« Le » noyau " bignoniaceae formé par « alliance Tabebuia » et le « clade paléotropical ». Cependant, la position de la tribu Catapeae du « noyau » de Bgnoniaceae est toujours pas résolu complètement.[11]

A l'intérieur des deux espèces de la tribu Catalpa et Macrocatalpa (Celui-ci a récemment formé généralement par sexe Catalpa) Sont "groupe soeur« La. cladogram à la partie latérale de l'étude citée montre la structure interne de la tribu phylogénétique relativement à divers types.[11]

Description des types de tribus

Liste des genres actuellement décrits dans la tribu.[7][11]

  • Catalpa Scop., 1777: 6 espèces (2 espèces Amérique du Nord Est et 4 espèces en Asie de l'Est).
  • Chilopsis D. Don, 1823: 1 espèce (Chilopsis linearis (Cav.) Douce) Avec la distribution Mexique (Désert au nord) et en Amérique du Nord.
  • Macrocatalpa (Griseb.) Britton: 4 espèces distribuées dans Grandes Antilles.

Les espèces de la flore sauvages italienne

Dans la flore spontanée italienne de cette tribu, il est présent que l'espèce Catalpa Walt. présent dans 'Italie Nord. Il est généralement cultivé pour ornement, sinon il est considéré comme subspontanea.[12][13]

synonymes

L'ampleur de cet article étaient en temps différentes nomenclatures. La liste suivante présente quelques-unes des synonymes plus fréquents:

  • Catalpinae A.DC., 1839

certaines espèces

notes

  1. ^ à b Angiospermes phylogénie Site, mobot.org. Récupéré le 23 Juillet, ici à 2015.
  2. ^ Gérard, noms William R. Plante de origin_II indienne. Jardin et Forêt. volume 9, no. 436. Page 262 (1896).[1]
  3. ^ Cassidy, Fred. Lemmatisation-Le cas de « Catalpa ». McIntosh, forme linguistique et variation linguistique: Documents Dédié à Angus McIntosh. Amsterdam: Benjamins, 1982. Questions d'actualité en théorie linguistique, 15.
  4. ^ à b Motta 1960, Vol. 1 - p. 488
  5. ^ Les noms des végétaux Index, ipni.org. Récupéré le 23 Juillet, ici à 2015.
  6. ^ Base de données du Croissant-Bloom, crescentbloom.com. Récupéré le 23 Juillet, ici à 2015.
  7. ^ à b c Kadereit 2004, pag. 16
  8. ^ à b Judd 2007, pag. 497
  9. ^ Tableaux Botanique systématique, dipbot.unict.it. Récupéré 18 Juillet, ici à 2015.
  10. ^ Musmarra 1996
  11. ^ à b c Olmstead et al.
  12. ^ Conti et al. 2005, pag. 72
  13. ^ Pignatti 1982, Vol. 2 - p. 618

bibliographie

  • Kadereit J.W, Les familles et Genera des plantes vasculaires, Volume VII. Lamiales., Berlin, Heidelberg, 2004, p. 23.
  • Judd S.W. et al, Botanique systématique - Une approche phylogénétique, Padova, Piccin Nuova Libraria, 2007, ISBN 978-88-299-1824-9.
  • Giacomo Nicolini, Botanique Encyclopédie Motta., Milan, Federico Motta Editore. Volume 1, 1960, p. 487.
  • Richard G. Olmstead, Michelle L. Zjhra, Lúcia G. Lohmann, Susan O. Grose et Andrew J. Eckert, Une phylogénie moléculaire et la classification des Bignoniaceae, en American Journal of Botany en Septembre 2009 vol. 96 no. 9, p. 1731-1743.
  • 1996 Alfio Musmarra, Botanique Dictionnaire, Bologne, Edagricole.

D'autres projets

liens externes