s
19 708 Pages

princeps editio
Incunable conservé dans le Trivulziano,[1] construit en 1473 pour le centenaire de la mort de Francesco Petrarca"Canzoniere, Triomphes, souvenirs de Laura" dans La vie de Pétrarque, probablement par Pier Candido Decembrio et attribué par erreur à Antonio da temps.[2]

un édition imprimée (à partir de latin, pluriel princesse de editiones) Il est en philologie, la première édition presse un texte.

Le terme est utilisé en particulier pour les paroles de 'antiquité et Moyen âge, qui, avant d'être imprimé (souvent incunables ou cinquecentine) Ils avaient été transmis par manuscrits.

L 'édition imprimée Il est pas nécessairement l'écriture la plus fiable d'un texte, pour diverses raisons:

  • Si le texte a une longue tradition des éditeurs de manuscrits, il peut (et tout à fait probable) que le premier dessin imprimé a été effectuée sans une comparaison précise des sources.
  • Si 'édition imprimée a été publié lorsque l'auteur est encore en vie, il est possible que ce dernier est ensuite intervenu sur le texte, voir le droit d'auteur annotés.

De nombreux travaux ont été reçus que dans édition imprimée car les imprimantes souvent détruit le manuscrit, qui était devenu sans valeur à leurs yeux.

Les éditeurs de réimpression souvent de l 'édition imprimée un texte pour éviter d'avoir à revenir au manuscrit, introduire inévitablement supplémentaires erreurs textuelles, depuis philologues croient que les copies sans erreur, puisque les œuvres de l'homme (faux), n'existe pas.

Voici une liste des princesse de editiones divisé par langue.[3]

œuvres latines

incunables

date Auteur, opéra typographe Lieu de publication Cette édition Commentaires
1452-1455 Biblia Sacra Latina Johann Gutenberg et Peter Schöffer Mainz connu sous le nom Bible de Gutenberg, Il a été imprimé en deux éditions: 42 lignes et 36 lignes. Il est le premier incunables. En trois ans de travail Gutenberg a produit 180 exemplaires, dont cent quarante et quarante sur papier parchemin[4].
en 1462 Peter Schöffer et Johannes Fust Ils ont réalisé leur édition à 48 lignes en deux volumes. La Bible latine a été réédité en 1472 par Schöffer.
1457 psalmorum Codex
(Livre des Psaumes de Bible)
Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz Connu sous le nom « Psautier de Mayence » (Psalterium Moguntinum) Est la deuxième plus ancienne incunable jamais imprimé. Il est le premier livre avec colophon: Réalise le lieu de publication et la date du 15 Août, 1457. Il est également le premier à être créé avec différentes encres colorées: rouge, violet clair et bleu[5].
ca. 1458 Missale. Canon Missae[6] Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz
1459 Psalterium cum Benedictinum canticis et hymnis
(la Bible)
Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz Envoyé le 29 Août, 1459, une deuxième édition a été publiée en 1490.
1459 Au cours de Guglielmo, Justification divinorum officiorum Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz Envoyé le 6 Octobre, 1459
1460 Constitutiones[7] de papa Clemente V, (appelé Liber Septime) Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz Peter Schöffer a publié une deuxième édition en 1471.
1460-1465 fauxAugustin d'Hippone, De Christiana Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz
1463[8] Martinus Bracarensis, Formule vitae honestae[8] Peter Schöffer et Johannes Fust[8] Mainz[8]
1465 Papa Bonifacio VIII, Liber Sextus decretalium Bonifacii Domini Papae VIII cum glossae Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz
1465[9] Cicéron, de officiis et paradoxa Stoicorum[9] Peter Schöffer et Johannes Fust Mainz la de Officiis Il a également été imprimé en Cologne par Ulrich Zell; Cependant son édition ne montre aucune indication de la date.[9]
1465[9] Cicéron, de Président[9] Schweynheym et Pannartz[9] Subiaco[9] Cette édition a été publiée sans la date, mais on croit à ce jour d'avant Octobre 1465.[9]
1465[10] trois œuvres Lattanzio: De gentes de Adversus de institutionibus, De Ira Dei et De moulin à hominis[11] Schweynheym et Pannartz[10] Subiaco[10] la colophon va le lieu (St. Scholastica à Subiaco) et la date: Octobre 29 1465. Il est le premier livre en Italie avec la date et le lieu de publication.
Il a été imprimé en 275 exemplaires; Aujourd'hui, ils ont encore 17 exemplaires en Italie (Subiaco si vous gardez un record).
A propos de 1465[12] Augustin d'Hippone, Doctrine chrétienne[12] Jean Mentel[12] Strasbourg[12] On croit que c'est la première édition d'une œuvre augustinien. Le livre est incomplet, car il ne comprend que les quatre derniers livres qui composent Doctrine chrétienne.[12]
Jean Mentel (n. 1410 Schlettstadt - m. 1478 à Strasbourg) Il a été l'un des pionniers allemands presse et la vente de livres au moment de incunables.

Peter Schöffer et Johannes Fust Ils ont publié une édition de l'ouvrage (avec le titre De praedicandi arte. Doctrine chrétienne, Lib. 4) à Mayence en 1467.

1465-1470[13] Augustin d'Hippone, confessions[13] Jean Mentel[14] Strasbourg[13] La deuxième édition est sorti en Milan en 1475, suivi par les éditions de 1482 et 1483. Deux autres incunables de provennero Strasbourg en 1489 et 1491, mais le livre n'a pas été réimprimé séparément 1531.[15]
1466[16] Rabano Mauro, De Rerum naturis[16] Adolf Rusch[16] Strasbourg[16] Adolf von Ingweiler Rusch (1435-1426 mai à Strasbourg) était une imprimante bien connue et éditeur allemand[17].
1466-1467[18] Girolamo, epistulae[18] Sixtus Riessinger[18] Rome[18] Sous la direction de Théodore de « Lelli. La date de édition imprimée Il reste d'origine incertaine: les incunables de Riessinger est non daté, bien qu'ils croient appartient à 1467 à propos; puis l'édition romaine du epistulae[19] imprimé en 1468 par Schweynheym et Pannartz et édité par Giovanni Andrea Bussi Il pourrait également être considérée comme une première édition.[18][20] A Rome, il ne reste rien de ce qui a été imprimé avant 1466. Ceci est le premier ouvrage connu est apparu dans la ville après cette date[21]. Peter Schöffer a publié sa propre édition à Mayence 1470.
1467 Thomas d'Aquin, Summa Theologiae Peter Schöffer Mainz Posté le 6 Mars 1467. Reproduit en deux volumes (avant Pars; Pars secunda) Dans le 1471.
1467[22] Augustin d'Hippone, De civitate Dei[22] Schweynheym et Pannartz[23] Subiaco[22] L'année suivante, l'imprimeur allemand Johannes Mentelin imprimé en Strasbourg une autre édition; Il contenait le premier commentaire de texte[peu clair], Thomas Valois Nicholas Trevet[22]. En outre, dans 1470 étagé édition vénitien imprimé par Vindelino Speyer.

Pour les deux prochains siècles, la de Civitate Ce fut l'œuvre de l'Augustin imprimé; Apparu en 17 éditions XVe siècle et huit XVIe siècle.[24]

1467[25] Cicéron, Epistulae ad Familiares[25] Schweynheym et Pannartz[25] Rome[25] John et Vindelino Speyer Ils ont publié une nouvelle édition 1469 à Venise.[25]
1467 Juan de Torquemada, Meditationes[11] Ulrich Han Rome
1467-1469[26][27] Juvenal, satire (?) Ulrich Han[27] Rome[27]
A propos de 1468[28] Papa Gregorio I, Magna Moralia (Commentaire sur l'emploi)[28] Berthold Ruppel[28] Bâle[28] Sans date, il pourrait être avant 1468, mais pas après.[28]
1468[29] rufio Festo[29] Sixtus Riessinger[29] Rome[29]
1468 Justinien, Corpus juris civilis Peter Schöffer Mainz Edité par Francesco Accursio, publié le 24 mai 1468
1468 Giovanni Crisostomo, Homélies dans Evangelium S. Matthei Peter Schöffer Mainz traduction Giorgio di Trebisonda
1468[30] pseudo Lattanzio, De Ave Phoenice[30] Schweynheym et Pannartz[30] Rome[30] Ceci est la deuxième édition des œuvres de Lattanzio: réimprimer ses œuvres et contient également Carmen de Pascha de Venanzio Fortunato et un extrait de métamorphose de ovide.[30]
1468[31] Girolamo, De viris illustribus[31] Schweynheym et Pannartz[32] Rome[31] Sous la direction de G. A. Bussi avec epistulae par le même auteur. Giovanni Andrea Bussi (1417-1475), également connu sous le nom de Giovanni « Bussi ou Joannes Andreae, était humaniste de la Renaissance italienne, évêque de Aleria (à partir de 1469) Et éditeur de textes contribuant classiques. Il a produit beaucoup incunables comment princesse editio. Avec lui "préface« Elle a élargi, allant de la simple lettre personnelle au patron, devenant une conférence publique ou même homélie.[31]
1469[33] Cicéron, Brutus et orateur[34] Schweynheym et Pannartz[34] Rome[33] imprimé avec de Président.[33]
1469[35] Apulée[20][35] Schweynheym et Pannartz[20] Rome[35] Edité par Giovanni Andrea Bussi[20]. En plus des œuvres d'Apulée, cette édition contient un faux Asclépios et une traduction latin de Epitoma disciplinarum Platonis de Alcino.[36]. Il est considéré comme le premier livre imprimé contenant un avant-propos.
pseudo Apuleio, Asclépios[36][37]
1469[38][39] Tito Livio[38] Schweynheym et Pannartz[38] Rome[38] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi.[20] L'édition romaine ne comprenait que les livres 1-10, 21-32, 34-39 et une partie 40. Dans une édition Mainz la 1518, Il a été libéré le reste du livre 40 et une partie de 33, tandis qu'une question de 1531 à Bâle Des livres ont été publiés 41-45, édité par Simon Grynaeus, qui en 1527 avait trouvé le seul survivant manuscrit des dix premiers dans 'Abbaye de Lorsch (Allemagne). en 1616 le reste du livre a été publié en 33 Rome, puis tous les ouvrages existants Livio avait été mis en version imprimée.[39][40]
Periochae[41]
1469[42] Marco Anneo Lucano[20][42] Schweynheym et Pannartz[20] Rome[42] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi[20]
1469[43][44][45] Virgilio[20] Schweynheym et Pannartz[20] Rome[43] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi.[20] Avec les trois grandes œuvres de Virgile (Bucoliche, Enéide et Georgiche), Y compris Bussi Annexe Vergiliana et Vergilii vie de Elio Donato. Y compris même la Priapea, au moment attribué à Virgile.[44][45]
Priapea[45]
Annexe Vergiliana[44]
Elio Donato, Vergilii vie[44]
1469[46] Giulio Cesare[20][46] Schweynheym et Pannartz[20] Rome[46] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi.[20]
1469[47] Pline le Jeune, Livres Epistularum John et Vindelino Speyer[47] Venise[47] Les frères John et Vindelino, originaires de Spira (Allemagne) Ont été les premiers imprimeurs à travailler Venise. Ils étaient actifs de 1468 un 1477.
1469[48] Cicéron, Tusculanes[48] Ulrich Han[49] Rome[48]
1469[50] Aulo Gellio[20][50] Schweynheym et Pannartz[20] Rome[20] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi.[20][50]
1469[51]-1470[52] Terenzio[52] Jean Mentel[51] Strasbourg[52] Il est douteux, parce que d'autres croient que l'édition vénitienne imprimé par John et Vindelino Speyer peut être le premier.[51]
1469-1470[53] persius[53] Ulrich Han[53] Rome[53]
A propos de 1470[54] Isidoro di Siviglia, Les peines[54] Johann Sensenschmidt[54] Nuremberg[54] Non daté, non imprimé après Avril 1470.[54]
A propos de 1470[55] Isidoro di Siviglia, De Fide Catholica contra Iudaeos[55] Georgius Herolt[55] Rome[55]
A propos de 1470[56] Ambroise de Milan, De Officiis Ministorum[56] Ulrich Zell[56] Cologne[56]
1470 Leonardo Bruni, De s amantibus Peter Schöffer Mainz
1470 Gasparino Barzizza, Compendiosus de punctandi dialogus arte[57] Jean Heynlin Paris Il a été le premier livre imprimé en France.
1470 Plutarque, Vitae virorum illustrium Ulrich Han Rome
1470 Lorenzo Valla, De Elegantia la langue latinae Ulrich Han Rome Imprimé sur commission Giovanni De Filippo Lignamine.
1470[58] Prisciano[59] John et Vindelino Speyer[59] Venise[59] Sous la direction de Benedetto Brugnolo.[60]
A propos de 1470[61][62] Publio Papinio Stazio, Thébaïde et Achilleis[61][63] Rome[61]
1470[64] Augustin d'Hippone, sermons[64] Cologne[64] Cette édition se compose de 50 sermons. Les ouvrages imprimés complets dans le augustinien 1683 de Congrégation de Saint Maur: 394 sermons, dont 364 sont attribués à Augustin; D'autres résultats ont maintenant ajouté 175 sermons. Parmi les dernières découvertes, en 1917 l'historien Germain Morin a ajouté 34 sermons Codex Guelferbytani; la bénédictin médiéviste Dom André Wilmart en 1921-1930, il a ajouté 15 sermons Codex Wilmart; Dom Cyrille Lambot déterré 24 nouveaux sermons, sept fragments dans Codex Lambot. La dernière découverte était en 1990, lorsque François Dolbeau découvert en Mainz un manuscrit avec 26 sermons.[65]
A propos de 1470[66][67] Cicéron, Philippicae[66] Ulrich Han[66] Rome[66] Edité par Giovanni Antonio Campani, nommé Campanus[68] (1429-1477). protégé par Le cardinal Bessarion, était humaniste à la cour de Naples Papa Pio II, qu'il a écrit l'oraison funèbre,[69] suivi d'une biographie flatteuse mais pleine de souvenirs personnels, écrits sur les années 1470-77. Le Campani était célèbre pour ses prières latines, des poèmes et des lettres.[66]
A propos de 1470[70] Cicéron, De Finibus bonorum et malorum[70] Cologne[70]
A propos de 1470[71] Papa Gregorio I, pastoralis Cura[71] Cologne[71]
A propos de 1470[70] Cicéron, de legibus[70] Venise[70]
1470[72] Sallustio, bellum Catilinae et Bullum Iugurthinum[73] John et Vindelino Speyer[72][73] Venise[72] Une édition de Salluste a été imprimé dans la même année Paris.[72]
1470[74] Cornelio Nepote, penthouses vie[74] Nicolas Jenson[74] Venise[74] La biographie de Nepos a été uni à Epistulae ad Quintum Fratrem, pour Atticum et pour Brutum Cicéron.[74][75]
Nicholas Jenson (1420 Sommevoire, France - 1480 Venise, Italie) Ce fut un graveur pionnier de typographe français et créateur de caractères qui a travaillé principalement à Venise. Il est crédité de la création du premier modèle caractère Roman.
1470[76] Suétone, De Vita Caesarum[77] Giovanni De Filippo Lignamine[77] Rome[76] Sous la direction de Giovanni Antonio Campani.[34][76]
1470[78][79] Quintilien[78] Giovanni De Filippo Lignamine[77] Rome[79] Sous la direction de Giovanni Antonio Campani. Dans la même année, et encore à Rome, une autre édition a été imprimée par Schweynheym et Pannartz et organisée par Giovanni Andrea Bussi, de sorte que vous ne pouvez pas dire avec certitude que la question de Campani était vraiment édition imprimée. En ce qui concerne la qualité de leur travail, celle de la Campanie était nettement supérieure.[77][79][80]
1470[75] Cicéron, de Inventione[75] Nicolas Jenson[75] Venise[75]
c. 1470[81] Servio Mario Onorato, Commentaires dans le travail Vergilii[81] Ulrich Han[81] Rome[81] Avec ses 125 éditions entre 1470 et 1599, ce fut le commentaire le plus populaire moderne au début de Virgile.[82]
1470[75] Cicéron ou Cornificius, Rhétorique ad Herennium[75] Nicolas Jenson[75] Venise[75]
1470[75] Marco Giuniano Giustino[75] Nicolas Jenson[75] Venise[75]
1470[75] Cicéron, Epistulae ad Brutum, Pour Quintum fratrem, et pour Atticum[75] Nicolas Jenson[75] Venise[75] Il est presque certain que cette publication a été précédée édition de cette année des lettres de Cicéron imprimé à Rome Schweynheym et Pannartz et Giovanni Andrea organisée par Bussi[20][75] Ils sont donc à la fois considérés princesse de editiones.[83]
A propos de 1470[84][85] Tacite, histoires, Annales, Allemagne et Dialogus[84] John et Vindelino Speyer[85] Venise[85] Cette édition ne contient que les livres de 11-16 Annales. Livres 1-6 ont été trouvés en 1508 dans 'Abbey Corvey (maintenant Allemagne) Et amené à Rome, où ils ont été imprimés par Étienne Guillery en 1515 ainsi que les autres livres de Annales - la préparation a été préparé par Filippo Beroaldo.[84][86][87]
A propos de 1470[88] Orazio[88] Italie[88]
A propos de 1470[89] Papa Leone I, sermons et epistulae[89] Giovanni De Filippo Lignamine[89] Rome[89] Sans ce jour. Une autre édition du livre a été imprimé à Rome la même année Schweynheym et Pannartz; Par conséquent, il y a une certaine difficulté à établir ce que le réel édition imprimée. Dans les deux cas, l'éditeur ressemble toujours à Giovanni Andrea Bussi.[20][90] Les deux éditions sont incomplètes, tout comme 92 des 96 sermons existants de Léon I et seulement 5 de ses 173 lettres survivants.[91]
A propos de 1470[92] Ilias Latina[92] Utrecht[92] l'édition néerlandais extraits seulement imprimés pour un total de 500 lignes de 1070 lignes qui composent le Ilias Latina. La première édition complète a été imprimé à la place de Filippo di Pietro à Venise en 1476 environ.[93]
A propos de 1470[94] Pseudo Aurelio Vittore, De viris Illustribus[94] Sixtus Riessinger[94] Naples[94] Sans date et le lieu, le livre aurait aussi pu être imprimé à Rome.[94] L'édition 9 vies omet (Giulio Cesare, Ottaviano, Caton d'Utique, Cicéron, Brutus, Sesto Pompeo, Marco Antonio, Cléopâtre) Qui ont d'abord été publié par André Schott en 1577.[95]
1470-1471 Sallustio Jean Heynlin Paris (Sorbonne)
1470-1471[96] Quintus Curzio Rufo[96] John et Vindelino Speyer[96] Venise[97]
1470[98]-1471[99] Sesto Pompeo Festo[98][99] Georg Lauer[100] Rome[100] Pas l'original De verborum significatu mais la quintessence médiévale faite par Paul Diacre.[99] édité par Pomponio Leto, le volume est sans date, ce qui rend sans objet la question de primogéniture, comme il est allégué que le fonte Retour à la date d'occasion 1472.[100] Cette posticiperebbe l'édition imprimée par Panfilo Castaldi à Milan en Août 1471, dont il est remarquable que ce serait le premier livre imprimé dans cette ville.[101] Cependant, la première publication authentique du texte existant Festo est arrivé Milan en 1500, imprimée par Gabriel Conagus et organisée par Johannes Baptista Pius, mettre ensemble Nonius Marcellus et Marco Terenzio Varrone. Il a été réédité plusieurs fois, encore une fois à Milan en 1505, puis à Paris en 1509 et à Venise en édition Aldine 1513.[102][103]
1470-1471[104] Isidoro di Siviglia, Synonyma[104] Johann Sensenschmidt[105] Nuremberg[105] 21 éditions du texte ont été libérés entre 1470 et 1566.[104]
1470-1475[106] Pseudo Dictys Cretensis[106] Ulrich Zell[106] Cologne[106] Une ancienne traduction latin faite par L. Septimius un original grec Il a été perdu.[106]
1470[107]-1475[100] Nonius Marcellus[107] Georg Lauer[100] Rome[107] Edité par Pomponio Leto. non daté édition, est beaucoup discuté de l'année d'impression: souvent attribué l'année 1470, il fait valoir que caractères Utilisé non précéder 1474. En dehors de cela, le texte présenté est incomplet, car il ne dispose pas du Livre III De doctrina compendious, un écart qui a été reprise dans l'édition suivante vénitien imprimée par Nicolaus Jenson 1476. Cela a été imprimé pour la première fois en 1511 à Pesaro et organisée par Johannes Baptista Pie.[100][107]
1471-1472[108][109] Elio Donato, Ars Maior[108][109] Christophorus Valdarfer[109] o Paulus Butzbach et Georgius de Augusta[108] Venise ou Vérone[108] Livre III ou de barbarie Il avait déjà été imprimé par un inconnu de l'imprimante à Venise autour de 1471.[109] Il n'y a pas de certitude sur l'imprimante: la seconde interprétation a été eseguit de Valdarfer à Venise, selon les autres de Butzbach et Georgius de Augusta à Vérone.[108]
1471[73] pseudo Sallustio, Invectiva à Ciceronem[73] John et Vindelino Speyer[73] Venise[73] Ces deux prières apocryphes anciens ont été inclus comme Vindelino dans sa deuxième édition des œuvres sallustiane.[73] L'édition de Venise droit d'aînesse est contesté, puisque le vrai édition imprimée pour les deux textes pourrait être une édition imprimée à Cologne, peut-être dans la même année. Contrairement à l'édition vénitienne, celle de Cologne ne comprend pas Catilina et Iugurtha.[110]
pseudo Cicéron, Invectiva à Sallustium[73]
1471 Sainte Bible (en vulgaire italienne)[111] John et Vindelino Speyer[73] Venise[73] Première traduction italienne de la Bible imprimée.
A propos de 1471[112] Augustin d'Hippone, epistulae[112] Jean Mentel[112] Strasbourg[112]
1471[67][113] Cicéron, orationes[20] Schweynheym et Pannartz[113] Rome[113] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi, ils ont été imprimés un total de 32 discours.[20][113]
1471[114] Cicéron, Opera philosophica[20][114] Schweynheym et Pannartz[20] Rome[115] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi.[20] Alors que tous les travaux politiques et philosophiques ont été imprimés, c'est le édition imprimée de Academici livres Quattuor et De Natura Deorum.[116]
1471[117] Opera omnia Cipriano[117] Schweynheym et Pannartz[20] Rome[117] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi. La prochaine édition des œuvres de Cyprian a été produit Bâle en 1520 et édité par Erasmo da Rotterdam.[20][117]
1471[118][119] Floro[118] Ulrich Gering, Martin Crantz et Michael Friburger[118] Paris[118] Sous la direction de Robert Gaguin (1433-1501) philosophe et humaniste de la Renaissance, ami Fausto Andrelini de forlì, qui était un collègue Erasmo da Rotterdam et élève de Grégoire Tifernas.[118][120]
1471[121][122] Pline le Jeune, epistulae[121] Christophorus Valdarfer[122] Venise[121] Sous la direction de Ludovico Carbone. Par rapport à l'édition de John et Vindelino Speyer (1469), ce travail comprend tous les dix livres des épîtres de Pline, mais seulement les sept premiers et neuvième, pour un total de 122 des 375 lettres connues aujourd'hui. Ils ont été portés à 236 lettres dans neuf livres avec l'édition romaine de la publication 1490. Il manque encore a été le dixième livre, trouvé par Giovanni Giocondo entre 1495 et 1500 dans 'Abbazia di San Vittore près de Paris. Giocondo a fait une transcription, comme il l'a fait après un autre italien, Pietro Leandro, qui, une fois de retour de la France a donné sa copie partielle du dixième livre Girolamo Avanzi, qui a imprimé les 46 nouvelles lettres Vérone en 1502. Pour une édition il n'a pas été de toutes les lettres de Pline jusqu'à 1508, quand Aldo Manuzio une édition complète imprimée à Venise en tirant parti de la transcription et d'autres Pline Manuscrits Giocondo lui avait donné.[121][122][123][124]
1471[125] ovide[125] Baldassarre Azzoguidi[126] Bologne[125] Par Francesco Dal Pozzo. Il y a un différend au sujet de la possibilité qu'il ait été précédé édition romaine imprimée par Schweynheym et Pannartz, qui est non daté, mais certainement aussi 1471.[20][125][126]
1471[127] Eutropio[127] Georg Lauer[127] Rome[127]
Paul Diacre, historia Romana[128]
1471[75] Cornelio Nepote, vitae Imperatorum[75] Nicolas Jenson[75] Venise[75]
1471 Basilio Bessarione, Epistolae ET orationes Jean Heynlin Paris
1471 Guillaume Fichet, Rhétorique Jean Heynlin Paris
A propos de 1471[129] Claudio Claudiano, De Proserpinae de[129] Christophorus Valdarfer[129] Venise[129] Être sans date de son état édition imprimée Il est dangereux et d'autres ont cité ce que le 'incunable sans date apparaissant Utrecht en 1473-1475 les imprimantes Nicolaus Ketelaer et Gerardus de Leempt. Suivant provennero éditions séparées du texte à Rome en 1475, imprimé par Johann Schurener; Ferrara, 1480; Naples, 1480 également, imprimée par Mattias von Olmütz; Pérouse, Environ 1481, imprimée par Stephan Arndes; Rome, en 1483, imprimé par Marcellinus Verardus; Leipzig, 1495, imprimée par Konrad Kachelofen. Les dernières éditions incunables sont sortis en Milan en 1500 par l'humaniste Aulo Giano Parrasio, qui a accompagné le texte avec le premier commentaire. En quatre éditions (1482, 1493, 1495, 1500) les De Proserpinae de Il a été publié en même temps que les œuvres complètes de Claudien.[130][131]
1471[132][133] Orose, Historiarum adversum Páganos Livres VII[132] J. Schüssler[133] Augusta[132]
1471[101][134] Pomponio Mela[134] Panfilo Castaldi[101] Milan[134] Alors que la presse d'impression appartenait à Castaldi, lui-même simplement un rôle d'organisation de l'activité habituelle de l'impression a été réalisée par ses membres Gabriele et Orsoni Fortunato et Antonio Zarotto.[101]
1471[135] Marco Valerio Martial[135] Andreas Gallicus[136] Ferrara[135] Le droit d'aînesse est sujette à controverse. L'édition imprimée par Roman Schweynheym et Pannartz a été imprimé devrait être vers le 1470-1471 et est considéré comme le édition imprimée; il y a aussi une édition vénitienne qui est peut-être la première édition imprimée.[137] L'édition de Ferrara ne comprend pas Liber de Spectaculis, dont il est plutôt présent dans incunables romain et vénitien.[138]
1471[139] Silio Italico[139] Schweynheym et Pannartz[139] Rome[139] Sous la direction de Giovanni Andrea Bussi, qui l'a publié avec Calpurnius Siculus et Hésiode.[20][139] Pour cela, on a ajouté 58 nouvelles lignes trouvées et publiées par J. Constantius en 1508.[140]
Calpurnius Siculus[141]
Némésien, Eclogae[142]
71[143] Boèce, La Consolation de la philosophie[143] Hans Glim[143] Savigliano[143] Non daté, d'autres ont affirmé qu'il était le 1474 env.
1471-1472[144] Varrone, De lingua latina[127] Georg Lauer[127] Rome[127][144] Edité par Pomponio Leto[127]
1472[145][146] Cassiodore, historia tripartite[146] Johann Schuszler[145] Augusta[146]
1472[147] Plaute[147] Johannes de Colonia[51] Venise[147] Edité par Giorgio Merula qui elle était fondée sur Codex Ursinianus. Avec dédié à Jacopo Zeno, évêque de Padoue.[147][148]
1472[75][149] Macrobe, Dans Songe de Scipion[75] et saturnales[149] Nicolas Jenson[75] Venise[75]
1472[150] Cicéron, Topica[150]
72[151][152] Papa Gregorio I, Registrum Epistularum[151] Günther Zainer[152] Augusta[153]
1472[75] Marco Porcio Catone[147] Nicolas Jenson[75] Venise[147] Edité par Giorgio Merula et Francesco Colucia avec le titre collectif Scriptores rei rusticae. Merula a supervisé les trois premiers textes auxquels il a ajouté trois glossaires, une pour chaque auteur; au lieu Colucia a pris soin de Palladio.[147]
Varrone, Rerum Rusticarum livres tres[147][154]
columelle, De re rustica[147]
Rutilio Tauro Emiliano Palladio[147][155]
1472[10] Lattanzio, résumé[10] John et Vindelino Speyer[10] Venise[10] Un recueil écrit par Lattanzio sur son Divinae Institutiones.[156] L'édition vénitienne de 'résumé Il est incomplet, avec le texte intégral trouvé pour la première fois à la bibliothèque royale turin Christopher Pfaff en 1711 et il a imprimé l'année suivante Paris.[10][157]
1472[158][159] Catullo[158] John et Vindelino Speyer[158][160] Venise[158][159] Les trois poètes ont été publiés ensemble pour la première fois en un seul volume in-quarto. Ce volume a également inclus Properzio.[159]
Tibullo[161]
Stace, silvae[159]
1472[162][163] Properzio[162][163] Federico Conti de »[163] Venise[162][163] Cette édition est parue en Février et est censé avoir été le premier, mais vous ne pouvez pas dire avec confiance depuis la même année à Venise a été publié édition de Properce imprimé par Vindelino Speyer qui inclus Catullo, Tibullo et Stace.[159][163]
1472[164][165] Isidoro di Siviglia, Etymologiae[164] Günther Zainer[164] Augusta[164] L 'édition imprimée est le premier livre que j'ai jamais soumis une mappemonde.[166] Les autres éditions incunables ont été imprimées à Strasbourg en 1473 par Jean Mentel, à Cologne 1478 par Conrad Winters, à Venise en 1483 par Peter Loslein à Bâle en 1489 par Johann Amerbach, à Venise en 1493 par Bonetus Locatellus et à Paris en 1499 Georg Wolf et Thielman Kerver.[167]
1472[168] Isidoro di Siviglia, De Natura Rerum[168] Günther Zainer[168] Augusta[168] Günther Zainer (ou Zeyner o Zeiner) (m 1. Octobre 1478) A été la première imprimante Augusta, où il a travaillé de 1468 mort finno; Il a produit environ 80 livres, dont deux éditions allemandes de Bible et le premier calendrier imprimé. Il est arrivé à Augusta de Strasbourg et imprimé dans les années 1472-76 trois longues œuvres d'éducation moral. Il a imprimé aussi le premier grand livre illustré, Légende dorée de Jacopo da Varazze en deux volumes avec 131 gravures, 1471-1476. Johann Zainer premier typographe Ulma, Ce fut probablement son frère.[169]
1472[170] Elio Donato, Commentum à Terentium[170] Venise[170]
1472[171] Ausonio[171] Bartholomaeus Girardinus[172] Venise[171] Les éditions suivantes ont été publiées en incunable 1490 (Milan, édité par Giulio Emilio Ferrario et imprimé par Uldericus Scinzenzeler), 1494, 1496 (Venise, un second Ferrario sortie révisée par Jérôme Avantius) et 1499 (parme, Thaddée de Ugoletus).[172][173][174] L 'édition imprimée Il est incomplet parce qu'il a utilisé un manuscrit de classe Z, qui est la plus courte des sélections survivants et qui omet des chansons autobiographiques et historiques.[175][176] Les premiers ajouts ont été faits en 1490, lorsque Ferrario, y compris une version incomplète de Ordo urbium nobilium, mais rien d'autre.[172] en 1499 Ugoletus, qui a pu utiliser un manuscrit de la riche sélection Y, Il a ajouté pour la première fois entre autres œuvres, moselle et Ludus septem sapientum.[177][178]
1472[179] Faltonia Betitia Proba, De Christi[179] Bartholomaeus Girardinus[179] Venise[179]
73[180] lucretius[180] Tomaso Ferrandus[181] Brescia[180]
73[182] Sidoine Apollinaire[182][183] Nicolaus Ketelaer et Gerardus de Leempt[182] Utrecht[182]
1473[184]-1474[185] Suétone, de grammaticis et de rhetoribus[184] Johann Schurener[185] Rome[185] Sous la direction de Giovanni Luigi Tuscano (Joannes Aloisius Tuscanus). Le volume est non daté mais vous savez bien sûr qu'il a été imprimé entre mai 1473 Mars 1474. Il a peut-être été précédée d'une autre édition sans date imprimée par Suétone Padoue de Bartholomeo de Vardezoccho et Martinus de septem Arboribus, et est généralement daté entre 1473 et 1476.[185]
1473[119]-1474[186] Vegezio, De Re Militari[119][186] Utrecht[186]
1473[187] Isidoro di Siviglia, Chronica[187] Giovanni De Filippo Lignamine[187] Rome[187] incomplète édition de la chronique. Imprimé pour la première fois sous forme complète turin en 1593, édité par G. de Loaisa.[187]
1473[188] Sedulius, paschale Carmen[188] Nicolaus Ketelaer et Gerardus de Leempt[188] Utrecht[188] Plus de 50 éditions ont été imprimées avant de ce 1599. la incunables Ils étaient ceux de Leonard Hutz et Sanz à Lope Salamanque I 1496, Pedro Giraldi et Miquel de Planes en Valladolid en 1497, à Jakob Thanner Leipzig en 1499, J. Le Fèvre toujours à Paris en 1499, Georgius Cocus, Leonard Hutz et Lupus Appentegger Saragosse en 1500 et Johann Rosenbach à Tarragona Toujours en 1500.[189]
1473[190] Beda il Venerabile, De l'art métrique et De les Tropis de[190] Antonio Zarotto[190] Milan[190]
1473-1474[191] Marco Manilio[191][192] Regiomontano[191] Nuremberg[191]
1474[193] Gaius Valerio Flacco[193] Bologne[193]
1474[194] germanique[194] Ugo Ruggeri et Donnino Bertochi[195] Bologne[194] En collaboration avec la traduction allemande du phénomènes de Aratus, le volume contient également la astronomique de Marco Manilio.[195]
1474[196] Serenus Sammonicus[196] Venise[196]
1474[197] Augustin d'Hippone, la Trinité[197] Strasbourg[197]
1474[198] Historia regis Apollonii Tyri[198] Utrecht[198]
1474[199] Ammiano Marcellino[199] Georgius Sachsel et Bartholomaeus Golsch[199] Rome[199] Angelo Sabino avec une dédicace à l'humaniste Niccolò Perotti. La question est incomplète car elle ne contient que la première 13 des 18 livres existants.[199] Les livres non publiés ont ensuite été imprimées avec les autres en 1533 en deux éditions différentes, l'une pour Augsburg (Allemagne) édité par Mariangelo Accursio et imprimé par Silvano Otmar, l'autre Bâle édité par l'humaniste tchèque Sigismund Gelenius et imprimé par Hieronymus Froben.[200][201]
1474[202] Paul Diacre, Sancti Ambrosii vie[202] Milan[202]
1475[73] Sallustio, histoires (Extraits existants) et Epistulae ad Caesarem[73] Arnold Pannartz[73] Rome[73]
1475 Justinien, manuscrit Peter Schöffer Mainz
1475[203] Catone, disticha[203] Martin Flach[204] Bâle[204]
1475[205][206] Lucio Anneo Sénèque, dialogues, de beneficiis, de Clementia et Epistulae à Lucilium Morales[205] Mattia Moravo[207] Naples[205] Première édition complète des œuvres philosophiques de Sénèque le Jeune. En raison de la confusion entre le fils et le père, le livre comprend également des notes versions epitomizzate Sénèque l'Ancien, composé de ses extraits Suasoriae et Controversiae; le texte intégral existant a été imprimé en 1490 à Venise par Bernardino da Cremona avec Sénèque le Jeune. Il est également inclus dans l'édition Publilio Siro, dont Les peines Ils sont dans ce qu'on appelle Proverbia Senecae. « Erreur a été corrigée en 1514 par Erasmo da Rotterdam quand il a publié dans Southwark (banlieue Londres) En 1514, édition de Publilius qui est généralement considéré comme le réel édition imprimée. Erasmus est le résultat de Leipzig en 1550 par Georg Fabricius,[208] qui a ajouté une autre vingtaine nouvelle édition de phrases.[113][205][209][210]
Sénèque l'Ancien[113]
Publilio Siro[211]
1475[212][213] Augusta historia[212] Filippo Cavagni[214] Milan[213] Par Bonaccorso da Pistoia.[214]
1475[125]-1477[215] Tacite, Agricola[84] Francesco Dal Pozzo[215] Milan[215] Ceci est la célèbre editio Puteolana des travaux de Tacite.[84][85][125]
1475[216] pseudo Quintilien, Declamationes maiores[216][217] Rome[216] Sous la direction de Domizio Calderini avec une dédicace à Aniello Arcamone, ambassadeur Royaume de Naples à Saint-Siège. L'édition contient uniquement les déclamations 8, 9 et 10; les points suivants ont été publiés en 1481, édité par Giorgio Grasolari avec l'aide de Giorgio Merula.[147][216][217]
1475[218][219] Gaius Giulio Igino, poeticon astronomicon[218] Augustinus Carnerius[219] Ferrara[218]
1475[220] Giovanni Scoto Erigène, Aquilae Vox[220] Bartholomaeus de Unkel[220] Cologne[220] cette homélie Ici, il a été attribué à tort Origène d'Alexandrie.[220]
1475[221] Beda il Venerabile, Histoire Ecclésiastique gentis Anglorum[221] Heinrich Eggestein[190][222] Strasbourg[221] Édition non datée, mais indique qu'il a été imprimé entre 1474 et 1482 suivie d'une deuxième édition en 1550 dans la même ville, cette fois avec une traduction latin de Histoire ecclésiastique de Eusebio.[221] Heinrich Eggestein (pas. 1415/20 à ROSHEIM, Alsace; m. 1488 c. - Eckstein a également écrit ou Eggesteyn) est considéré, ainsi que Jean Mentel, le premier typographe Strasbourg puis l'un des premiers de l'ensemble Europe dehors Mainz.
1475[143] Boèce, Interpretatio Priorum analyticorum Aristotelis[143] Konrad Braem[143] Louvain[143]
1475-1478[143] Boèce, Dans Categorias Aristotelis et Commentaria à Porphirium[143] Sixtus Riessinger[143] Naples[143] Ces commentaires sont donnés en même temps que la traduction de Boèce de grec de isagoge de Porfirio et Categoriae de Aristote.[143]
1475[223]-1478[224] Venanzio Fortunato, Sanctae Radegonde vie[225] Bonino Mombrizio[225][226] Milan[225] L 'hagiographie Venance a été publié dans la collection Sanctuarium.[225] Il n'y avait que des extraits imprimés de la vie de Colombano. Une version condensée est sorti pour Londres en 1516 dans un miscellany intitulé Nova Legenda Anglie. Une version complète a été faite à Bâle en 1563, où le travail est placé par erreur à côté de ceux de Bede.[223]
Jonas de Bobbio, Columbani vie[223]
1476[227] Diomede Grammatico[227] Nicolaus Jenson[227] Venise[227]
1476 Justinien, institutiones Peter Schöffer Mainz
1476-1477[228] Flavio Aviano[228] Günther Zainer[228] Ulma[228] Sous la direction de Heinrich Steinhowel, il contient 27 histoires de Aviano.[228]
Heinrich Steinhöwel ( « Steinhauel » ou « Steinheil ») était un auteur souabe, humaniste de la Renaissance et traducteur fortement influencée par Renaissance italienne. Ses traductions de traités médicaux et romans ont eu un effet remarquable sur les Allemands qui étaient tout juste de sortir âges sombres.[229]
1478[230] Aulus Cornelio Celso[230] Niccolo della Magna[230] Florence[230] Organisée par Bartolomeo Della Fonte avec une dédicace à l'humaniste et banquier Francesco Sassetti.[230]
A propos de 1481[231] Herbier Apuleii platonicienne[231] Giovanni De Filippo Lignamine[231] Rome[231] Le livre est dédié au cardinal Francesco Gonzaga. Non daté, mais il a été imprimé entre 1478 et 1482. Le De Herba vettonica Il est présenté à tort dans cette édition que le premier chapitre de herbier. En savoir plus sur De Herba vettonica, La lettre d'introduction Epistula ad M. Agrippam Il est absent. Ce fut d'abord imprimé en Zurich en 1537, édité par Gabriel Humelberg et imprimé par Christoph Froschauer.[77][232][233]
Pseudo Antonio Musa, De Herba vettonica[232]
A propos de 1481[234] Isidoro di Siviglia, De viris illustribus[234] Henricus Quentell[234] Cologne[234]
1482[235] Petronio[235] Francesco Dal Pozzo[236] Milan[235] L'édition contient également Agricola de Tacite.[237] Cette édition de Pétrone a été prise à partir d'un manuscrit de classe O, qui ne dispose que de courts extraits de Satyricon et quoi que ce soit Dîner Trimalchionis. En 1575, une nouvelle édition a été publiée en Lyon d'une autre classe de manuscrits qui a doublé le texte disponible. la dîner Il était encore absent, mais a été publié en Padoue en 1664 après un texte pour trouver Trogir par Marino Statileo.[235][238]
Divers auteurs, Panegyrici latine[121][125][239]
Pline le Jeune, Panégyrique Traiani[121]
1482[129][240] Opera omnia Claudien[59] Iacobus de Dusa[59] Vicenza[59] Barnaba Celsano avec une dédicace à l'étudiant Bartolomeo Pagello. Le livre comprend toutes les œuvres de Claudien, sauf Carmina minora.[59] Ceux-ci ont été publiés pour la première fois en 1493 parme Taddeo Ugoleto avec Carmina maiora. le Ugoleto claudienne est devenu la base des éditions ultérieures de ce siècle, sortir à Venezia en 1495 et 1500.[129][241]
A propos de 1483[242] Tertullien, Apologétique[242] bernardinus Benalius[242] Venise[242] Les travaux ne sont pas port donné et vous ne pouvez être sûr imprimée avant 1494.[243]
1483-1490[244] frontino, De Urbis Romae de[244] Eucharius Silber[244] Rome[244] Sous la direction de Giovanni Sulpizio de Veroli[245] et Pomponio Leto.[244]
1484 herbarius latinus Peter Schöffer Mainz Il est devenu très populaire si bien qu'il était dix réimpressions jusqu'à 1499.
1484[51][205] Sénèque le Jeune, Tragoediae[205] Andrea Gallico[51] Ferrara[205]
Octavia[246]
1484[143] Boèce, Dans Topica Ciceronis[143] Oliverius Servius[143] Rome[143]
A propos de 1485[247] Cicéron, Songe de Scipion[247] Strasbourg[247] Non daté, mais pas sûr qu'il est pas écrit avant 1485, mais il est peut-être quelques années plus tard.[247]
1485[248] Opera omnia Ambroise de Milan[248] Venise[248] La première véritable édition complète des œuvres d'Ambroise a été faite Bâle en 1492 par Johannes Amerbach[249] dans le cadre de son plan d'imprimer toutes les œuvres de Les médecins de l'Eglise.[250][251]
A propos de 1485[252] Haymo de Halberstadt,[253] De Rerum Christianarum Mémoire[252] Rudolph Loeffs[252] Louvain[252] imprimé avec Rerum Memorandarum Livres iv de Petrarca, où elle a été attribuée à tort.[252]
1486[254] Valerio Probo, de Notis[254] Michael Ferrarinus[254] Brescia[254]
1486[255] Augustin d'Hippone, Retractationes[255] Antonio Zaroto[255] Milan[255]
1486[256]-1487[257] Vitruve, de architectura[257] Eucharius Silber[258] Rome[256] Sous la direction de Giovanni Sulpizio de Veroli. Le livre a été publié avec de aquaeductu de frontino.[256]
1487[244] frontino, Stratagèmes[244] Eucharius Silber[244] Rome[244] Edité par Giovanni Sulpizio de Veroli; publié dans la série Scriptores rei militaris veteres sive scriptores de Re Militari.[244]
1487[259]-1488[82] Tiberio Donato[82][260] Florence[259] Le texte a été modifié par Cristoforo Landino. En plus de son commentaire personnel publié pas une version complète de Tiberio Donato, mais un Digesto. La première édition complète a été imprimé en Naples en 1535.[82][261] Tibère Donato est devenu l'un des commentaires les plus populaires avec 55 éditions imprimées entre 1488 et 1599.[82]
1488[262] Avieno[262] Venise[262] Sous la direction de Giorgio Valla.[262]
1488[263] Giulio Firmico Materne, Livres Matheseos VIII[263] Augusta[263] Seuls les livres III et IV ont été imprimés dans cette édition, il est généralement considéré comme édition imprimée l'édition vénitienne complète imprimée en 1497 par Aldo Manuzio à recueillir veteres astronomiques.[263]
1488[143] Boèce, De institutione arithmetica[143] Erhard Ratdolt[143] Augusta[143] Ratdolt Erhard (1442-1528) a été l'un des premiers imprimeurs allemands de Augusta, activé Venise dans les années 1476-1486, puis à Augsbourg. De 1476-1478, il était en compagnie de deux autres typographes allemands.
1489[143] Boèce, la Trinité, de hebdomadibus et de praedicatione[143] Paganino de Paganini[143] Venise[143] Publié avec la Trinité de Augustin d'Hippone.[143]
1489 Basilio Magno, De legendis Libris gentilium Peter Schöffer Mainz En 1497, il a eu sa première édition italienne par Benedetto Faelli
1489[264] Augustin d'Hippone, Enarrationes à Psalmos[264] Johann Amerbach[264] Bâle[265] Le premier des livres publiés par Amerbach Augustin, qui a consacré sa vie à imprimer toutes les œuvres de cet auteur.[266]
1490[267] Ambrose, epistulae[267] Leonardus Pachel[268] Milan[267] Giorgio Cribello, réédité par Johannes Amerbach à Bâle en 1492 dans les œuvres complètes d'Ambroise. Édition indépendante des lettres a toujours été publié à Milan, deux mois plus tard.[267][268]
1490[205] Sénèque le Jeune, naturales quaestiones[205] Bernardino Cremona et Simon de Luero[269][270] Venise[205] la naturales quaestiones Ils ont été publiés dans une édition complète des œuvres de Sénèque le Jeune. Le livre contient aussi Suasoriae et Controversiae écrit par Sénèque l'Ancien, qu'ils ont été attribués à tort fils Sénèque.[269][270]
1490[271] bouvillon, historia évangélique[271] deventer[271]
1491[272] Cassiodore, expositio psalmorum[272] Johann Amerbach[272] Bâle[272]
1491[273][274][275] Augustin d'Hippone, Contra Academicos,[273] De libre,[274] de magistro,[275] de l'ordre,[275] De s animae[275] et De animae quantifient[275] Angelo Ugoleto[273] parme[273][274] Sous la direction de Eusebio Conrado et Taddeo Ugoleto avec d'autres œuvres d'Augustin opuscules plurima. Il a été réédité dans la même année à Venise par Peregrino Pasquale.[273][275]
1491[276] Augustin d'Hippone, Expositio Evangelii secundum Johannem[276] Johann Amerbach[276] Bâle[277]
1491-1492[143][278] Opera omnia Boèce[143] Giovanni et Gregorio de Gregori[143] Venise[143] Première édition de ses œuvres complètes, mais il lui manque dei Filius. L'édition a été réédité en 1497-1499 et a suivi à Bâle en 1546 par une nouvelle collection préparée par Glaréan.[143]
1493[241][279] Claudien, Carmina minora[279] Angelo Ugoleto[241] parme[129] Par Taddeo Ugoleto. Ce fut le premier volume vraiment complet de Claudien. L'édition de Ugoleto a été réimprimé deux fois à Venise en l'année 1495 (imprimante Johannes Tacuinus) et 1500 (typographe Christophorus de Pensis).[129][280]
1494[281] pseudo Quintilien, Declamationes minores[281] Taddeo Ugoleto[282] parme[281] L'édition Parme n'a pas 9 coups de gueule qui ont été imprimés en 1580. à Paris par Pierre Pithou.[281]
1495[283] Ambrogio Autperto, Sermo de Adsumptione Sanctae Mariae[283] Johann Amerbach[283] Bâle[283] Le sermon Autpert est ici attribué à tort Augustin d'Hippone.[283]
A propos de 1496[284] Hucbald, Ecloga de Calvis[284] Peter Friedberg[284] Mainz[284] Edité par Giovanni Tritemio.[284]
1497 terenziano Mauro[285]
1497[286] Censorinus[286] Benedetto Faelli[287] Bologne[287] Filippo Beroaldo l'Ancien.[288] Le livre fut bientôt suivi par deux rééditions (1498 et 1500), tandis que huit autres éditions sont sortis en XVIe siècle.[286] L'édition de 1497 a au cours de la De Die Natali Censorinus, différentes traductions latin des œuvres grecque, comment Enchiridion de Epictète, la Tabula Cebetis de Cebe, De l'envie et la haine de Plutarque et de l'envie et De legendis Libris gentilium de Basilio Magno.[287]
1498[289] Fulgence le Mythographe, Mythologiae[289] et Expositio sermonum antiquorum[290] Uldericus Scinzenzeler[291] Milan[292] Edité par Johannes Baptista Pius avec un commentaire détaillé sur le premier jeu.[291][292]
1499[293][294] Marziano Capella[293] Zeno » Enrico Ca[295] Vicenza[295] Par Fracanzio de Montalboddo avec une dédicace à G. Chericato, évêque de Kotor.[295]
1499[174] pseudo Ausonio, Periochae Homeri[296] et Septem sapientum sententiae[177] Angelo Ugoleto[177] parme[174] Sous la direction de Taddeo Ugoleto dans son édition de Ausone. Ces travaux ont été à tort attribués par lui au poète.[174][177]
1499[297] Polemio, Épître à Alexandri Aristotelem[297] Venise[297]
1500[298] Vibius Sequester[298] turin[298] Sous la direction de Martino Salio.[298]

Cinquecentine

date Auteur, opéra typographe lieu commentaires
1500[299] laboureur, De ACTIBUS Apostolorum[299] Salamanque[299] Cette allocation peut être erronée, étant donné que beaucoup considèrent édition imprimée l 'édition Aldine imprimé à Venise en 1501 dans la collection Poetae Christiani veteres qui comprend également avec Plowman Sedulius et bouvillon.[299] Une troisième édition sans lieu, puis en 1505, puis est venu le commentaire pertinent du texte en 1516 de Arias Barbosa.[300]
1501 Cecco d'Ascoli, le Acerba[301] Giovanni Battista Sessa Venise en 1505 Il a été publié la première édition de Milan. Une autre édition vénitienne a été publié en 1510.
1502[302] Radbertus, Dans Lamentationes Jeremiae[302] Bâle[302]
1502[303] Braulio de Saragosse, Hymnus de Sancto Aemiliano[303] Toledo[303] Publié par Alonso Ortiz dans le cadre de sa Breviarium secundum regulam Bienheureux Hysidori.[303]
Alonso (o Alfonso) Ortiz (Alfonso Hortiz de Urrutia), (villarrobledo, Albacete, 1455-1503) était un écrivain humaniste Renaissance espagnol.
1503[304][305] Rabano Mauro, De Sanctae Crucis de[304] Thomas Anshelm[304] Pforzheim[304] Sous la direction de Jakob Wimpfeling (25 Juillet, 1450-1417 Novembre, 1528), théologien et humaniste de la Renaissance.[304]
1504[306] Epitome de Caesaribus[306] Hieronymus Soncinus[307] Fano[308] publié par Lorenzo Bevilaqua (Abstémius).[308]
1507[261][309] pseudo Probo, Commentum à Bucólicas et Commentum à Georgicas[261] Bernardino Stagnin[310] Venise[261] Publié par G. B. Egnatius. Les paroles sont accompagnés de commentaires Servio Mario Onorato, Elio Donato et Cristoforo Landino Virgilio et ses œuvres.[261][310]
1508[123] Giulio Ossequente[123] Aldo Manuzio[123] Venise[123] Le seul survivant manuscrit a été trouvé par Giovanni Giocondo pendant son séjour à France entre 1495 et 1506. Après son arrivée à Venise en 1506, Il a donné une transcription du manuscrit à Manuce, qui a imprimé avec la première édition complète epistulae de Pline le Jeune.[123] Le manuscrit original a été perdu, ce qui en fait la 'édition imprimée le seul survivant des autorités de texte.[106]
1509[311] Plinii Médecine[311] Étienne Guillery[311][312] Rome[311] Publié par Thomas Pighinucci, qui a payé pour imprimer le livre. En retour, le Pape lui a accordé le premier privilège (Licence) jamais donné à un livre imprimé à Rome, interdisant tout autre éditeur ou l'imprimeur de publier le volume pendant au moins dix ans.[311]
1510[313] Quinto Aurelio Simmaco, epistulae et relationes[313] Johann Schott[313] Strasbourg[313]
A propos de 1510[314] Vittore Vitense, Historia Africae provinciae[315] Johannes Parvus[314] Paris[315]
1510[304] Walafrid Strabo, Hortulus[304] Hieronymus Vietor[304] Vienne[304] publié par Joachim Vadiano, Il a été suivi en Nuremberg en 1512 l'édition de Johannes Weissenburger. L 'édition imprimée Vietor contient également deux des Aenigmata de Aldelmo di Malmesbury, premier ouvrage imprimé de cet auteur.[316]
1511[315] Gregorio di Tours, Martini Vie bénie et De Gloria Martyrum[315] Johannes Parvus et J. Marchand[315] Paris[315] Dans la figure de volume aussi Vita Sancti Martini de Sulpicio Severo, Réversion De Martini Heureux ancien Bourgogne de Odon de Cluny et d'autres écrits de Martino di Tours.[315]
1512[315][317] Gregorio di Tours, Historia Francorum et De Gloria confessorum[315] Josse Bade[315] Paris[315]
Adonis Vienne, chronicon[315]
1513[205][318] Sénèque le Jeune, Apocolocyntosis[205] Rome[318] Publié par Caius Sylvanus Germanicus[318]
1513[319] Haito, Visio Wettini[319] Henricus Stephanus[319] Paris[319] publié par Jacques Lefèvre d'Etaples. Le livre contient beaucoup d'autres princesse de editiones, qui est, l'ancienne traduction latine Shepherd Hermias, Scivias de Ildegarda di Bingen, les visions de Elisabeth de Schönau, de Mathilde de Hackeborn et Robert de Monaco Dominicaine Uzes.[319]
1514[315] Paul Diacre, Histoire des Lombards[315] Josse Bade[315] Paris[315] édition indépendante de qualité supérieure a été faite l'année suivante Augsburg (Allemagne) de Konrad Peutinger. Une troisième édition a été imprimée en Bâle en 1532 par Sigismond Gelenius dans le cadre de son édition de Eutropio.[315]
1515[133] jordanien[133] Johann Miller Augusta[133] publié par Konrad Peutinger. Le volume contient également Histoire des Lombards de Paul Diacre.[133]
1516[320][321] Paolino di Nola[320] Josse Bade[320] et Johannes Parvus[322] Paris[320]
1516[323] Pseudo-Jerome, Dans erga Divi Pauli epistolas Commentaria[323] Froben Bâle[323] publié par Erasmo da Rotterdam dans le neuvième volume des œuvres complètes de Girolamo.[323]
1516-1520 Girolamo Froben Bâle édition complète d'Erasmus. Publication a commencé avec les lettres en 1470.[324]
1520[325] Velleius Paterculus[325] Froben[325] Bâle[325] publié par Beatus Rhenanus, il avait trouvé le manuscrit du travail en 1515 en visitant le 'Abbaye de Murbach en Alsace.[326]
1520[327] Claudio Rutilio Namaziano[327] Bologne[327] Publié par Johannes Baptista Pie.[327]
1520[328][329] Chalcidius[328] Josse Bade[329] Paris[328] publié par Agostino Giustiniani[328]
1521[243] Tertullien[243] Froben[243] Bâle[243] publié par Beatus Rhenanus à partir de deux manuscrits, la Codex Hirsaugiensis et Codex Hirsauciensis. Ce livre devait être la première édition complète de l'auteur, mais laisse de côté bien des œuvres de Tertullien. Ceux soumis pour la première fois depuis leur Rhenanus de poenitentia, de patientia, pour uxorem, de pallium, pour Martyres, De s castitatis, De virginibus velandis, De cultu foeminarum, de fuga, pour Scapulam, Adversus Marcionem, Adversus Hermogenem, Adversus Valentinianos, De carne Christi, De s resurrectione, De praescriptione haereticorum,[330] de monogamie,[331] Adversus Praxean, Adversus Iudaeos et De Corona militis. En outre, il inclus Apologétique préalablement imprimée.[243]
pseudo Tertullien, Adversus omnes haereses[332]
1521[190] Beda il Venerabile, Explanatio Apocalypsis, Dans Epistolas VII Catholicas, Expositio Actuum Apostolorum, Dans Lucae Evangelium expositio et Dans Evangelium Marci expositio[190] Josse Bade[190] Paris[190]
1522[333] Arnobe le Jeune, Commentarii à Psalmos[333] Froben[333] Bâle[333] compilé par Erasmo da Rotterdam avec une lettre dédicatoire Le pape Adrien VI. L'éditeur attribue à tort le travail à Arnobius l'Ancien. Le livre comprend également des commentaires personnels à Erasmo psaume 2.[333]
1525[334] Gildas, De Britanniae de[334] Polidoro Virgili[334] Anvers?[335] Sous la direction de Polidoro Virgili et Robert Ridley avec une dédicace à l'évêque Cuthbert Tunstall.[335] Cette édition a été réédité en Bâle en 1541 dans une anthologie d'œuvres, suivie en 1567 par une question plus précise fait par 'antiquaire Anglais John Joscelyn qui a modifié le texte des nombreuses erreurs dans l'édition de Polidoro.[336]
1527[337] Laus Pisonis[337] Henricus Petrus[337][338] Bâle[337] Publié par Johannes Sichardus une annexe à une édition des œuvres de ovide. Sichardus a prétendu avoir trouvé moi-même personnellement au 'Abbaye de Lorsch le manuscrit du texte, sur lequel le travail a été attribué à Virgilio.[337]
1527[302][339] Alcuino di York, Dans Iohannis Evangelium expositio[302] Joannes Hervagius[339] Strasbourg[302]
1528[340] Scribonius Largo[340] Paris[340] Sous la direction de JOHN Ruellius, à savoir Jean Ruel (1474 - 1537), aussi Jean Ruelle, médecin français et botaniste surtout connu pour avoir publié en 1536 à Paris De Natura Stirpium, traité Renaissance de botanique.[340][341]
1528[272] Cassiodore, Institutiones saecularium litterarum[272] Bâle[272] Publié par Johannes Sichardus.[272]
A propos de 1528[298] Vegezio, Digesta Artis Mulomedicinae[298] Bâle[298] Publié par Jacob Faber, aussi connu comme « Mastro IF » de monogramme sur ses impressions. il était graveur et xylographer, concepteur d'estampes décoratifs (alphabets, marges, etc.) et typographe, actifs à Bâle dans les années 1516 à 1550 et plus tard dans France.[298][342]
1528[343] breviarium alaricianum[343] Henricus Petrus[344] Bâle[344] Publié par Johannes Sichardus, qui a cru à tort que le travail était la code de Théodose.[343] Un fragment de la breviarium Il avait déjà été moulé Anvers en 1517 Pieter Gillis et intitulé Epitome Aegidii avec son nom latinisé.
En fait, Pieter Gillis (1486 - 1533), également connu sous le nom anglicisé Peter Giles, souvent utilisé comme latinisé Petrus Ægidius. Pieter était un humaniste et de la Renaissance typographe, chancelier aussi de la ville belge de Anvers début XVIe siècle.[345] Connu pour être un ami et un partisan de Rudolf Agricola, Erasmo da Rotterdam et Tommaso Moro.[344]
1529[190][346] Beda il Venerabile, De Natura Rerum, de temporibus et De temporum ratione[346] Henricus Petrus[347] Bâle[346] Publié par Johannes Sichardus.[346] Le chapitre 66 De temporum ratione Il avait déjà été imprimé séparément par Giovanni da Cerreto Venise en 1505 et édité par Petrus Marenus Aleander; Aussi les deux premiers chapitres ont été imprimés séparément en 1525, par la même imprimante et toujours à Venise, dans un volume compris de Notis de probo.[348]
1529[349] Celio Aureliano, Tardae sive chronicae passiones et Celeres passiones de acutae sive[349] Bâle[349] Publié par Johannes Sichardus. Ceci est une ancienne traduction des deux œuvres perdues grecs Sorano d'Ephèse.[349]
1529[145] Cassiodore, Chronica[145] Henricus Petrus[145] Bâle[145] Publié par Johannes Sichardus.[145]
1529[302] Alcuino di York, en Genesim[302] Haguenau[302]
1530[302] Alcuino di York, la Trinité[302] Strasbourg[302]
1530[343] Lex Ripuaria*[343] Bâle[350] Publié par Johannes Sichardus.[343]
Lex Baiuvariorum[343]
Lex Alamannorum[343]
1531[351][352] Claudio di Torino, Expositio Livres Geneseos[351] et Triginta quaestiones super libros Regum[353] Hieronymus Froben[351] Bâle[351] Sous la direction de JOHN Brassicanus. les textes Claudio di Torino Ils ont été attribués à tort à Eucherio di Lione et inséré dans une collection de ce dernier.[351]
1531[354] Ratramnus, De corpora et Domini sanguine[354] Cologne[354]
1531[302] Alcuino di York, en Ecclesiasten[302] Johann Bebelius[355] Bâle[302]
1532[356] Teodoro Prisciano, Euporista[356] Hieronymus Froben et Nikolaus Episcopus[356] Bâle[356] Publié par Sigismond Gelenius, le texte 'Euporista Il est incomplet. Dans la même année, une édition complète a été imprimé par Johann Schott en Strasbourg et édité par Hermann von Neuenar.[356]
1532[356] Teodoro Prisciano, physica[356] Johann Schott[356] Strasbourg[356] Publié par Hermann von Neuenar, cette édition contient à la fois Euporista que physica. Inclus dans le livre, il est aussi une traduction latine Gerardo da Cremona encyclopédie arabe de Albucasis, la Al-Tasrif (chirurgie).[356][357]
1532[358] Flavio Sosipater Carisio[358] Johannes Sultzbach[358] Naples[358] Sous la direction de Jo. Pierius Cymnius.[358]
1532[302] Rabano Mauro, De s institutione[302] Cologne[302]
1533[201][272] Cassiodore, variae et de anima[201] Henricus Siliceus[201] Augusta[201] publié par Mariangelo Accursio avec une dédicace au cardinal Albert de Mayence. Un certain nombre d'extraits variae Il avait déjà été publiée par John Cochlaeus en 1529.[145][201]
1534[359] pseudo Ovidio, Halieutica[359][360] Aldina[359] Venise[359] Publié par Georg von Logau. Ce livre est une collection qui comprend Némésien, Grattius, Halieutica Pseudo Ovide et Calpurnius Siculus. Tous ces textes ont d'abord été découverts par l'humaniste Jacopo Sannazaro pendant les années de son séjour en France entre 1501 et 1505 en visitant les bibliothèques de diverses abbayes.[359][361]
Grattius[359]
Némésien, Cynégétique[359]
1534[362] Isidoro, De officiis ecclesiasticis[362] Leipzig[362] publié par John Cochlaeus[362]
1534[302] Rabano Mauro, Commentaria à Jeremiam[302] Bâle[302]
1534[190] Beda il Venerabile, Homeliarum livres II Evangelii[190] Joannes Gymnicus[190] Cologne[190]
1535[363] Igino, Fabulae[363] Bâle[364] Publié par Jacob Micyllus (1503 - 1558) de humaniste allemand et professeur, qui dirigeait l'école latin à Francfort et il avait une chaise à l 'Université de Heidelberg.[363]
1535[365] Primasius de Hadrumète, Commentarius à Apocalypsin[365] Eucharius Cervicornus[365] Cologne[365]
1536[366] Marcellus Empiricus[366] Froben[366] Bâle[366] Publié par Janus Cornarius, qui, dans le livre qu'il a publié neuf livres Galen sur les médicaments.[367]
Janus Cornarius (1500 - 1558) était un ami humaniste de la Renaissance saxonne Erasmo da Rotterdam.[368] Mettant en vedette philologue,[369] Cornarius spécialisée dans l'édition et la traduction des écrivains médicaux grecs et latins avec « hâte prodigieuse »[370] particulièrement intéressés à pharmacologie botanique et les effets environnementaux sur les maladies.
1536[371] Ambrogio Autperto, Expositio à Apocalypsin[371] Cologne[371]
1537[71] Papa Gregorio I, Expositiones[71] Venise[71]
1537[372] Beda il Venerabile, Epistula ad Wicthedum[372] Johannes Petrus Prael et Quentel[372] Cologne[372] Publié par Johannes Noviomagus. Nouvelle édition des traités scientifiques de Bede, offre également des œuvres anonymes calcul pascal et beaucoup de gloses carolingiens sur Bede, comme le Vetus commentarius (En particulier, Abbone di Fleury) Et les commentaires présumés Byrhtferth. Novomagus a également ajouté à son volume drains Bede.[372][373]
1537[374] Pseudo PrimasioPrimasius de Hadrumetum, Dans Omnes Divi Pauli Commentaires Epistolas[374] Sébastien Gryphe[375] Lyon[375] édité par théologien francese Jean de Gagny.[375]
Sébastien Gryphe (fr. Sébastien Gryphe, n. 1492 reutlingen, Allemagne - m. 1556 Lyon, France) Était un libraire allemand, imprimeur et humaniste. Dans un premier temps Gryphe a publié des ouvrages juridiques et administratives, blackletter, Puis il se consacre à latin classique et la traduction des auteurs grecs latin. Il a publié aussi ses contemporains, Erasmus, Guillaume Budé et poliziano. En 1536, il a formé une compagnie avec Hugues de la Porte, qui était le parrain d'une initiative indépendante appelée Atelier du Griffon, avec griffon comme une marque. Dans cette période, il a introduit la italique de Aldo Manuzio.
1537[376] Gaio Mario Victorinus[376] Tübingen[376] Première édition des œuvres complètes de Vittorino, écrit par J. Camerarius.[376]
1538[377] Sextus Placitus[377] Johannes Petrieus[377] Nuremberg[377] Sous la direction de Franz Emmerich. Il est inclus dans le volume Tractatus de lacté, œuvre contemporaine écrite par Gerolamo Accoramboni.[377][378]
1 539[379] Ambrogio Autperto, Sermo de cupiditate et Sermo dans purificatione Sanctae Mariae[379] Cologne[379] Les sermons Autpert sont ici attribués à tort Alcuin et ensuite imprimée en Homélies Alcuini.[379]
1543[380] Arnobio[380] Rome[380] Publié par Faustus sabaeus. Ici l 'Octavius de Marco Minucio Felice Il est à tort considéré comme le dernier livre Adversus Nationes de Arnobio. Seulement dans l'édition de 1560 Heidelberg, écrit par Franciscus Balduinus, l 'Octavius Il sera correctement identifié.[380][381]
Marco Minucio Felice.[381]
1543[382] Erico Auxerre, Divi Allemands Vie[382] Simon de Colines[382] Paris[382] Publié par Pierre Pesselier.[382]
Simon de Colines (1480-1546) était une imprimante de Paris, l'un des premiers Renaissance Français, actif à Paris entre 1520 et 1546. Colines utilisé élégant caractères Romain et italique, et même ceux grecque avec des accents, beaucoup plus élevés que ceux de ses prédécesseurs. A été l'impression de petite taille et d'excellents livres de qualité.
1543[383] Arnobe le Jeune, Expositiunculae dans Evangelium[383] Bâle[383] Sous la direction de G. cognatus.[383]
1544[302] Rabano Mauro, Dans les commentaires Ecclesiasticum[302] Paris[302]
1545[384] Tertullien, De témoin animae, de anima, de spectaculis, de baptismo, Scorpiace, de l'idolâtrie, de pudicitia, de ieiunio, de oratione[384] Charlotte Guillard *[384] Paris[384] Sous la direction de Joannes Gagneius. Nouvelle édition complète de Tertullien avec de nombreux ajouts, connus sous le nom Mesnartiana. Il a également été inclus œuvres Novatien, faussement attribué à Tertullien.[384]

Charlotte Guillard (d. 1557) a été la première femme typographe important.[385] Guillard a travaillé à la typographie renommée Soleil d'Or de 1502 jusqu'à sa mort.[386]

Novatien, la Trinité et De Cibis iudaicis[384]
1547[302] Alcuin, En septem psalmos posenitentiales et CXVIII et Cantica dans graduum expositio[302] Paris[302]
1549 Optat de Milève * John Cochlaeus, F. Behem[387] Mainz 7ème livre imprimé en 1569[388]
1550[302] Radbertus, De corpore et Sanguine Domini[302] Cologne[302] Publié par Nicolaus Mameranus (1500-1567), soldat historique la Luxembourg dessous Charles V, pour lequel il a beaucoup voyagé, l'enregistrement fidèlement la composition des tribunaux étrangers et leurs coutumes. Tous ses écrits sont latin. Il est probablement né en Mamer, le nom Nik Wagener, et a été catholique Conservateur, très abusif[peu clair] contre luthériens et protestants.[302]
1551[302] Rabano Mauro, De Sacramento Eucharistiae[302] Cologne[302]
1552[389][390] notitia dignitatum[389] Hieronymus Froben[389] Bâle[389] Publié par Sigismond Gelelenius.[391]
De rebus bellicis[390]
1554[302] Jonas d'Orléans, Livres tres culte de imaginum[302] Arnold Birckmann[392] Cologne[302]
1555[190] Beda il Venerabile, Hymni[190] Georgius * Cassander[190] Cologne[190] Il y a 11 hymnes attribués à Bede dans une collection se compose de divers auteurs et intitulé ecclésiastique Hymni.[190]
1556[393] Sulpicio Severo, Chronica[393] Bâle[393] publié par Matthias Flacius. En général, mais pas universellement considérée comme la édition imprimée, puisque, selon une autre théorie, la première édition a été imprimée en Milan en 1479 environ, de l'italien Bonino Mombrizio, (1424-1500), philologue et humaniste, rédacteur en chef d'écrits anciens et poète.[393] En tant que noble origine milanaise, mais pas riche, Mombrizio a étudié les classiques grecs et latins en Ferrara et il est devenu professeur en Milan. Très estimé pour les travaux littéraires et érudition, mais aussi pour sa pieuse vie religieuse, il a subi de nombreuses épreuves, mais sans affecter sa vive activité littéraire. Il a apporté une contribution significative à 'hagiographie avec sa collection de dossiers des martyrs et la vie des saints, paru sous le titre: « Sanctuarium »[394] probablement imprimé 1480 et rédigé en 1910 de bénédictin dell 'Abbaye de Solesmes.[395]
1558[133] Paolo Orosio, Liber Apologétique[133] Louvain[133] Edité par J. Costerius.[133]
1560[396] Cipriano Gallo, Heptateucos et Carmen de Sodoma[396] Guilelmus Morelius[397] Paris[397] dello Heptateucos, pièces seulement Genèse Ils ont été inclus ici. En 1643 Jacques Sirmond a fait quelques ajouts à Genèse et ainsi fait la 1724 Edmond Martène. A Paris en 1852, Jean Baptiste François Pitra dans son Spicilegium Solesmense terminé Genèse et aussi il vous a ajouté exode, Deutéronome et Joshua la plupart des régions Lévitique et numéros. Pitra dans 1883 dans son Analectes et classique sacrée publié à Paris et à Rome, y compris de nouvelles découvertes, qui est Livre des Juges et d'autres étapes de Lévitique, Deutéronome et numéros.[396]
1560[398] Dracontius, Carmina christiana[398] Guilelmus Morelius.[398] Paris[398]
1562[263] maternelle Firmicus, De erreur profanarum religionum[263] Strasbourg[263] publié par Matthias Flacius.[263]
1563[399] Beda il Venerabile[399] Joannes Hervagius[190] Bâle[399] Ceci est la première édition complète des œuvres de Bède, publié en huit volumes. Sont également inclus un certain nombre de textes par d'autres auteurs et attribué par erreur à Bede, par exemple. travaux de Jonas de Bobbio et Wigbodus, tout en manquant quelques-uns des titres Beedle.[399][400][401] Ce fut la première édition imprimée de nombreux titres, vient De Sanctis de la, Libri dans principium Genèse Quatuor, de orthographia, Dans primam partem Samuhelis, en Tobiam, en Proverbia, Dans Cantica Canticorum, Vita sancti Cuthberti prosaïque, de TABERNACULO, Dans librum Regum quaestiones XXX, Retractatio dans Actus Apostolorum, Dans Ezram et Neemiam, de Templo et Aliquote quaestionum liber.[190]
Jonas de Bobbio, Eustasii vie, Bertulfi vie, Attalae vie et Burgundofarae vie[401]
Wigbodus, Commentarius à Optateuchum[402]
1564[403][404] pseudo Cipriano, Adversus aleatores[403] et Cena Cypriani[404] Guilelmus Morelius[403] Paris[403] la faux Ils sont inclus dans une collection d'œuvres Cyprian.[404]
1564[405] pseudo Tertullien, Carmen Adversus Marcionitas[405] Georg Fabricius[405] Bâle[405] Imprimé comme une véritable œuvre de Tertullien dans l'anthologie Poetarum Veterum Opera Christiana.[405]
1564[406] Querolus[406] Robert Estienne Paris[407] Publié par Petrus Daniel.[406]
1566[272] Cassiodore, Institutiones divinarum litterarum[272] Christophe Plantin[272] Anvers[272] Publié par le théologien flamand Jacobus Pamelius.[272]
1568[408] pseudo Fredegar[408] Bâle[408] publié par Matthias Flacius. Le volume contient également la Historia Francorum de Gregorio di Tours et édition imprimée les continuations de Chronique Fredegarii. Les continuations sont incomplètes car ils sont interrompus au chapitre 24.[408]
1569[409] Ennodius[409] Bâle[409] Sous la direction de Johann Jakob Grynaeus dans le cadre d'un corpus Pères de l'Église et considéré de mauvaise qualité. Il a également été incomplète, un problème qui a finalement été résolu 1611 lorsque deux éditions complètes ont été faites par Académicien jésuite Andreas Schottus à Tournai et Jacques Sirmond à Paris.[410]
1573[225] Baudovinia[225] Laurentius Surius[225] Cologne[225] Publié dans la collection De probatis sanctorum historiis.[225]
Laurentius Surius, traduit Lorenz Sauer,[411] (Lübeck, 1522 - Cologne, 1578), il a été hagiographe chartreux, historien de l'Église.
1574[412] Venanzio Fortunato, Les livres de Carminum et De Vita Sancti Martini[412] Nicolò Canelles[412] Cagliari[412] Sous la direction de Giacomo Salvatore Solanio.[412]
1577[413] Pervigilium veneris[413] Paris[413] publié par Petrus Pithoeus.[413]
1579[272] Cassiodore[272] sebastianus Nivellius[414] Paris[272] Première édition complète des œuvres de Cassiodore, a été rédigé par Guilielmus Fornerius. Les passe sous silence de collecte historia tripartite et expositio Psalmorum, déjà imprimé, et même manquant Compexiones, pas encore trouvé; contient encore un certain nombre d'œuvres de Cassiodore disponibles jusqu'à présent que comme monoscritti aiment de Ortographia. Elle comprenait également plusieurs ouvrages non le volume Cassiodore mais lié à son âge et Goths, comme par exemple. jordanien' Getica, Panégyrique de Ennodius et non publié Edictum Theodorici Regis et Lex Visigothorum.[272][414][415]
Edictum Theodorici Regis[415]
1579[416] Aurelio Vittore, de Caesaribus[416] Anvers[416] Sous la direction de Andreas Schottus.[416]
Origo Gentis Romanae[416]
1579[417] Isidoro, Historia de regibus Gothorum, Vandalorum et Suevorum[417] Paris[417] publié par Petrus Pithoeus.[417]
1579[418] Res gestae[418] Anvers[419] Sous la direction de Andreas Schottus. L'éditeur avait obtenu Vision à Paris d'une transcription monumentum Ancyranum réalisée par le diplomate flamand Ogier Ghiselin de Busbecq et placé à la fin du livre comme un commentaire Epitome de Caesaribus.[418]
1580[420] Calpurnius Flaccus[420] Paris[420] publié par Petrus Pithoeus.[420]
1580[104] Isidoro[104] Paris[421] Première édition de 'œuvres complètes Isidoro,[104] préparé par patrologue et théologien français Marguerin de la Bigne. a été publié la prochaine édition des œuvres complètes en Madrid en 1599 par A. et J. Gomez de Graal et à Paris 1601 Jacques du Breuil.[421]
1580[422] Isidoro, De Livres II[422] Paris[422] Seul le premier livre; le texte intégral a été imprimé pour la première fois en Madrid en 1599 ainsi que les œuvres complètes de Isidoro.[422]
1581[423] Corippo, Dans laudem Iustini Augusti minoris[423] christophorus Plantinus[424] Anvers[425] Sous la direction de Michael Ruizius Assagrius.[423]
1588[426] Macrobe, De verborum et graeci latine differentiis vel societatibus[426] Publié par Johannes Opsopoeus; il y a trois ans Henricus Stephanus (= Henri Estienne) avait déjà imprimé un court extrait de la préface de son édition des œuvres de Macrobe.[426]
1588[427] Fulgence Ferrandus, Breviatio canonum[427] Claudius Chappelet[427] Paris[427] publié par Petrus Pithoeus.[427]
Fulgence était un Ferrandus canoniste et théologien de l'Eglise en Afrique au cours de la première moitié de VIe siècle. il était diacre de Carthage et probablement il a accompagné son maître et patron, Fulgenzio di Ruspe, en exil en Sardaigne, lorsque les évêques de l'Eglise africaine ont été chassés de leurs maisons par le roi aryen de vandales, Thrasamund.
Cresconio africaine, canonum Bréviaire[428]
1589[429] Fulgence le Mythographe, Expositio continentiae Virgilianae[429] Officicina Sanctandriana[429] Heidelberg[429] Publié par Jérôme Commelin. Le texte est une des œuvres d'émission de ELLE Virgilioche aussi contient le commentaire de Junius Philargyrius à Virgile, les notes de Fulvio Orsini à servio, de orthographia Velio Longoe également un titre Cassiodore connu sous le nom de orthographia.[429]
1596[430] Phèdre[430] Troyes[430] publié par Petrus Pithoeus.[430]
1597[431] Lucilius[431] Leyden[432] Publié par le savant hollandais Franciscus Dousa.[431]
1600[81][261] Servius Danielis[81][433] Paris[261] Publié par Petrus Daniel dans le cadre de son édition de Virgilio, quelques notes sur Varrone de ce commentaire a été publié par Giuseppe Giusto Scaliger en 1573.[81][261]
1600[434][435] Vittore Tonnennense, Chronica[434] Ingolstadt[434] édité par canoniste et historien néerlandais Henricus Canisius. En plus de ces deux auteurs, le volume contient également la synodus Bavarica et Relatio de legatione Constantinopolitana de Liutprando da Cremona.[434]

XVIIe siècle

date Auteur, opéra typographe lieu commentaires
1601[436] Braulio de Saragosse, Vita Sancti Aemiliani[436] Madrid[436] Publié par Prudencio de Sandoval dans le cadre de son Primera parte de las fundaciones de los monesterios le glorieux Père San Benito.[436]
1602[437] Liber Pontificalis[437] Joannes Albinus[438] Mainz[437] Publié par Johannes Busaeus.[439]
1602[440] Hydace de Chaves, chronicon[440] Ingolstadt[440] Sous la direction de Henricus Canisius, il est inclus dans sa collection vaste et variée Antiquae Lectiones. Canisius a utilisé une version abrégée de l'enregistrement; il était seulement à Rome en 1615 que le travail complet a été publié, écrit par L. Sanllorente. Une autre édition complète est sorti la même année Pampelune grâce à évêque bénédictin Prudencio de Sandoval.[440]
1 604[190][441] Beda il Venerabile, Vita sancti Cuthberti métrique[190] Andreas Angermarius[190] Ingolstadt[190] Sous la direction de Henricus Canisius, il est inclus dans sa grande compilation Antiquae Lectiones, seu Antiqua Monumenta à historiam mediae aetatis illustrandam.[190] la columbae vie imprimé ici pour la première fois, est l'examen court vie le saint;[441] le long et l'examen du texte intégral ont été publiés pour la première fois depuis 'hagiographe irlandais John Colgan en Louvain en 1647 dans le cadre de son Trias Thaumaturga en même temps que la vis Patrick d'Irlande et Brigida.[442]
Adamnano di Iona, vie columbae[441]
1605[443] Alcuin, de orthographia[443] Hanovre[443] Publié par Hélias van putschen. Le texte inclus dans la collection Gramatticae Latinae Auctores antiqui et attribué à tort Beda.[443]
1605[444] Agobard[444] Paris[445] publié par historique et géographe francese Jean Papire Masson, qui avait trouvé un manuscrit neuvième siècle dans une bibliothèque Lyon contenant de nombreux textes inconnus. Elle a été suivie à Paris en 1666 par une meilleure deuxième édition, préparée avec soin par religieux et bibliothécaire Étienne Baluze.[446]
1608[447] Dungal de Bobbio, Responsa contre Claudii perversas Taurinensis évêques sententias[447] Paris[448] Sous la direction de Jean Masson Papire.[447]
1613[449] Paul Diacre, Gesta de Mettensium[449] Hanovre[449] Sous la direction de Marquand Freher la collection Corpus Historiae Francicae.[449]
1615[450] Martino di Bracara, Sententiae Patrum Aegyptiorum[450] Anvers[450] publié par Heribert Rosweyde.[450]
1617[451] Colombano di Bobbio, Oratio Sancti Columbani[451] nivelle[452] Paris[452] Publié par l'historien français André Duchesne, la prière Colombano a été attribué à tort Alcuin.[451]
pseudo Alcuin, Officia par ferias[451]
1619[453] Adamnano di Iona, De Sanctis de la[453] Ingolstadt[453] Publié par le jésuite allemand Jacobus Gretser.[453]
1620[454] Hosidius Geta[454] Leyden[454] Edité par Scriverius dans le cadre de son Collectanea Veterum Tragicorum aliorumque fragmenta, Il ne propose que les 134 premières lignes de Médée de Hosidius. L 'édition imprimée de se le texte intégral vers Amsterdam en 1759, écrit par Pieter Burman le Jeune dans le cadre de son Anthologia Veterum Epigrammatum et Poematum.[455]
1625[456] Tertullien, pour nationes[456] Genève[456] Sous la direction de Jacques Godefroy.[456]
1626[457] Erchempert, Histoire des Lombards Beneventanorum[457] Naples[457] Publié par Antonio Cacacciolo.[457]
1630[458] pseudo Tertullien, De DIIS gentium execrandis[458] Rome[458] Publié par Josephus Maria Suaresius.[458]
1633[459] Vitas patrum Emeritensium *[459] Madrid[459] Publié par Bernabé Moreno de Vargas, il a été suivi d'une question plus précise à Anvers en 1638, réalisée par Thomas Tamayo de Vargas.[459]
1636[460][461] Valesiani Annales[460] Henri Valois Paris Edité par l'historien français et philologue Henricus Valesius (= Henri Valois). la excerpta sont deux textes indépendants tirés de la même et seul manuscrit survivant.[460][461]
1638[462][463] Lucio Ampelio[462] Leyden[463] publié par Claude Saumaise en annexe à la résumé de Floro.[462][463]
1649[464] Fulgence Ferrandus[464] Dijon[464] Publié par Pierre-François Chiffletius.[464]
Pseudo Ferrand de Carthage, vie Fulgentii[464] et Liber de Trinitate[465]
1649[466] Anastase le bibliothécaire, Chronographia Tripertita[466] Paris[466] Sous la direction de Carolus Annibalus Fabrotus.[466]
1650[354][467] Ratramnus, de praedestinatione[354] Paris[354] Publié par Gilbert dans une anthologie intitulée Mauguin Veterum auctorum ici IX saeculo de praedestinatione et Gratia SCRIPSERUNT Opera et Fragmenta.[354]
Giovanni Scoto Erigène, Liber De praedestinatione [467]
1652[468][469] Martino di Bracara, Opus Tripartitum[468] et de l'IRA[469] Lyon[468] Publié par Juan Tamayo de Salazar dans le cadre de Anamnèse Commemorationis sive sanctorum Hispanorum.[468]
1656[143] Boèce, dei Filius[143] Franciscus Hackius[470] Leyden[143] Publié par Renatus Vallinus. Le volume comprend également sacré Opusculaet de Consolation Boèce.[143]
1656[471] Patrick d'Irlande[471] Londres[472] Publié par l'historien irlandais Sir James Ware dans son Sancto Patricio adscripta Opuscula.[472] édition bollandista Il a suivi deux ans plus tard.[471]
1661[473] Cresconius, canonum Concordia[473] Paris[473] Publié par Guilelmus Voellus et Henri Justel en annexe au Bibliotheca canonici veteris iuris.[473]
1663[474] Passio Perpetuae[474] Giacomo Dragondelli[475] Rome[474] Un manuscrit a été trouvé pour la première fois en 1661 par Luca Olstenio à Montecassino. ayant presse morte de sa publication, la préparation a été complétée par jésuite Pierre Poussines, qui l'a publié avec deux autres œuvres de la collection de manuscrits Holstenius.[474][476]
1664[190] Beda il Venerabile, Epistula ad Plegvinam, Epistula ad Ecgbertum episcopum[190] et historia abbatum[477] John Crook[190] Dublin[190] Sous la direction de Sir James Ware.[190]
1666[478] Abate de Ebbone, Apologétique Ebbonis[478] Paris[479] publié par Luc d'Achery, texte a fait au moins sept rééditions dans les collections historiques et ecclésiastiques.[478] Il a été imprimé dans une collection intitulée Spicilegium.[479]
1667[480] Colombano di Bobbio[480] Louvain[480] édité par franciscain irlandais Patrick Fleming dans son Collectanea Sacra.[480] parce que Fleming avait été tué dans 1631, Le travail a été publié par Thomas Sirinus, qui a ajouté à corpus Colomban aussi Interpretatio Mystica progenitorum Christi de Ailerano, attribué par erreur à un pénitencier et Comininiano Columbani vie de Jonas de Bobbio, ce dernier à fond commenté par Fleming, qui a ajouté le commentaire aussi une vie ancienne Saint Comgall et des extraits de la vie de Cainnech de Aghabo, Kevin de Glendalough, Fintan de Taghmon et Mo Chutu de Lismore. Visser Molua et Mochoemoc.[481]
1677[482] Radbertus, Epitaphium Arsenii[482] Paris[483] édité par Monaco médiéviste Jean Mabillon, qui a déterré le seul manuscrit survivant, une copie de neuvième siècle l'abbaye de Corbie.[482] Il est inclus dans la collection massive Acta sanctorum Saint-Benoît.[483]
1679[484] Lattanzio, De mortibus persecutorum[484] Paris[484] Le seul survivant manuscrit a été trouvé dans le travail 1678 à l'abbaye de Saint-Pierre Moissac, France. L'année suivante, il a été rédigé par Étienne Baluze avec d'autres textes inclus dans Miscellaneorum Liber Secundus.[484]
1681[485] Giovanni Scoto Erigène, De Division Naturae[485] Oxford[485] Sous la direction ecclésiastique anglais Thomas Gale antiquarian (m. 1702). En annexe du livre, il y a la traduction de Erigène 'ambigu de Maxime le Confesseur.[486][487]
1688[190] Beda il Venerabile, Martyrologium[190] John van Meurs[190] Anvers[190] publié par jésuites bollandiste Godfrey Henschen et Daniel Papebroch, est inclus dans le second volume de Acta Sanctorum.[190]
1688[488] Dhuoda[488] Paris[488] Un nombre limité d'extraits de Liber Manualis Dhuoda ont été publiés par Étienne Baluze un appendice à Marca Hispanica archevêque catholique Pierre de Marca. La première édition complète a été imprimée à Paris en 1887 et édité par Édouard Bondurland.[488]
1690[489] Vittore Tonnennense, de Poenitentia[489] Paris[489] Publié par les pères bénédictin de Congrégation de Saint Maur, y compris les œuvres complètes de Sant'Ambrogio, mais certainement pas la sienne.[489]
1693[190] Beda il Venerabile, dans Habacuc[190] Samuel Roycroft[190] Londres[190] Publié par bibliothécaire britannique Henry Wharton, le volume aussi inclus de virginitate de Aldelmo di Malmesbury et Dialogus ecclesiasticae institutionis Archevêque de francese Ecgbert York, en même temps que la réimpression historia abbatum Bede.[190][477]
1694[289][317] Fulgence le Mythographe, De Aetatibus Mundi et hominis[289] Paris[317] Publié par Hommeius.[317]

XVIIIe siècle

date Auteur, opéra typographe lieu commentaires
1708[490] Andreas Agnellus[490] Modena[490] Sous la direction de Benedetto Bacchini.[490]
1721[272] Cassiodore, Complexiones dans epistolas et acta Apostolorum[272][491] Florence[491] publié par Francesco Scipione, Marchese Maffei, qui déterré un manuscrit en 1712, apparemment perdu leur travail du Chapitre Bibliothèque Vérone.[272]
1728[492] Andreas Bergomas[492] Leipzig[492] Edité par Joannes Burchardus Menckenius dans le cadre de la collection Scriptores rerum Germanicarum praecipue saxonicarum.[492]
1733[493] Ambrogio Autperto, Homelia de Transfiguratione Domaines[493] Paris[494] publié par Edmond Martène et l'anthologie bénédictine française Ursin Durand Veterum de collectio très large.[493]
1759[495] Martino di Bracara, De correctione rusticorum[495] Madrid[495] Publié par 'augustin espagnol Enrique Flórez dans le cadre de son España Sagrada.[495]
1760[398] Dracontius, Orestis tragoedia[398] Berne[398] Edité par J. B. Sinner. Cette édition présente uniquement les versets 1-2 et 752-770; le premier 53 ont été publiés pour la première fois Angelo Mai, alors que le plein poème a été publié en Jena en 1858, édité par Karl Müller.[398]
1775[496] Braulio de Saragosse, Epistularium[496] Madrid[496] Publié par 'augustin Espagnol Manuel Risco dans le cadre de son España Sagrada.[496]
1777[302] Alcuin, epistulae[302] Ratisbonne[302] Publié par Frobenius Forster.[302]

XIXe siècle

date Auteur, opéra typographe lieu commentaires
1815[497] pignon[497] Milan[497] publié par Angelo Mai qui a trouvé le texte dans un palimpseste. Avec Gable, il n'a jamais publié les lettres Marco Aurelio, Lucius Verus et Antonino Pio. Une nouvelle édition augmentée a été publiée par Mai en 1823.[497][498]
1815[499] Simmacus, orationes[499] Milan[499] publié par Angelo Mai qui a trouvé le texte dans le programme de Bobbio qui a été utilisé pour pignon et Cicéron. Une nouvelle édition faite à Rome par Mai en 1825 a utilisé un nouveau texte Vatican, nous ajouter alors le nouveau matériel avant inconnu.[499]
1817[500] Cicéron, Pro Marco Tullio[500] Milan[500] publié par Angelo Mai combinant un palimpseste Milan avec des fragments de turin.[500] Il ne survit que dans des fragments.[501]
1817[297] Julius Valerius Alexander Polemius, Res gestae Alexandri Macedonis[297] Venise[297]
1820[502] Corippus, Johannis[502] Milan[502] Sous la direction de Pietro Mazzucchelli.[502]
1822[503] Cicéron, De re publica[503] Rome[498] Edition basée sur un calendrier trouvé à Bibliothèque du Vatican de Angelo Mai. Sur les six livres originaux, l'édition contenait une grande partie des deux premiers et moins que les trois autres. la Songe de Scipion dernier livre a été conservé, peu.[503]
1833-1838[504] Giovanni Scoto Erigène, Carmina[504] Rome[504] publié par Angelo Mai dans le cadre du recueil Auctores Classes et codicibus Vaticanis publié. Une collection complète de poèmes de Erigène a été écrit à Paris en 1853 par le théologien allemand Heinrich Joseph Floss pour Patrologia Latina.[504]
1849[505] Giovanni Scoto Erigène, En Commentarius Iohannem[505] Paris[505] Le manuscrit original a été trouvé par Félix Ravaisson, qui inclus Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements.[505]
1852[506] Aethicus Ister[506] Paris[506] Publié par Armand D'Avezac et présenté en annexe à son mémoire A propos de l'auteur et ses œuvres.[506]
1853[507] Giovanni Scoto Erigène, Ex Positiones dans Ierarchiam Coelestem[507] Paris[507] Publié par Heinrich Joseph Floss et inclus dans Patrologia Latina.[507]
1854[508] Origo Gentis Langobardorum[508] turin[508] Sous la direction de Carlo Baudi de Vesme dans le cadre de son Édits Regum Langobardorum, volume de la série Monumenta Historiae patriae.[508]
1870[509] Anthime[509] Berlin[509] Publié par le critique allemand Valentin Rose (1829-1916). son traité De s ciborum Il est situé dans une collection générique intitulé Anecdota Graeca et Graecolatina.[509]
1870[510] Braulio de Saragosse, Confession de professio Iudaeorum civitatatis Toletanae[510] Madrid[511] Publié par Fidel Fita dans revue académique espagnol Ciudad de Dios.[510]
1879[272] Cassiodore, Ordo generis Cassiodororum[272] Leipzig[272] Il ne survit que communément appelé Epitome Anecdoton Holderi et écrit par philologue allemand Hermann Usener.[272]
1879[512] Cassio Felice[512] B. Teubner[513] Leipzig[513] publié par Valentin Rose.[512]

Traductions latines

date Auteur, opéra typographe lieu commentaires
c.1466[514] Giovanni Crisostomo, Nonaginta Homélies sur Mattheum[514] Jean Mentel[514] Strasbourg[514] traduction latin de Giorgio di Trebisonda. La traduction a été réalisée entre 1448 et 1450.[514]
1469[35][515] Alcino[36] Sweynheym Pannartz[516] Rome[516] traduit avant 1461 de pise Balbi Pietro avec une dédicace à Nicola Cusano. Cet auteur est inclus dans édition imprimée les œuvres d'Apulée écrits par Giovanni Andrea Bussi.[515][517]
1470[75] Eusebio, Praeparatio évangélique[75] Nicolaus Jenson[75] Venise[75] traduit par Giorgio di Trebisonda entre 1448 et 1450. L'édition omet le dernier des 15 livres, à cause de l'utilisation d'un manuscrit incomplet. A commencer par celle d'Andrea Contrairement à 1454, cette traduction a fait l'objet de nombreuses critiques.[514][518]
1471[37] corpus Hermeticum[37] Gerardus de Lisa Trévise[37] Traduction complétée par Marsile Ficin en 1463 suite à une demande par Cosimo de Médicis. Le volume, intitulé Pimandre, De sive potestate et Sapientia Dei, ne comprend que la traduction de 14 des 18 textes qui composent le corpus Hermeticum.[519][520][521]
1472 Diodore de Sicile Poggio Bracciolini Traduction latine partielle; année 1559[522]
1475[514] Aristote, Rhétorique[514] Iohannes Stoll et Petrus Caesaris Wagner[514] Paris[514] traduction latine Giorgio di Trebisonda. La traduction a été réalisée entre 1443 et 1446.[514]
1481[147] Themistius, de anima[147] Trévise[523] Traduit et édité par Ermolao Barbaro, avec une dédicace à l'humaniste Giorgio Merula.[147][523]
1482 Euclide Erhard Ratdolt édition latine.[524]
Ratdolt Erhard (1442-1528) a été l'un des premiers imprimeurs allemands de Augusta. Actif comme typographe Venise 1476-1486, puis à Augsbourg. De 1476 à 1478 par un partenariat avec deux autres typographes allemands.
1484 Platon Laurentius de Alopa Florence Opera Omnia édition latine. traduit par Marsile Ficin.[525]
1492 Santa Brigida, révélations Lübeck Edition originale suédois (Complété en 1373), traduit en latin par saint confesseur Bridget, Alfonso de Pecha (1330-1389), puis imprimé en 1492 par les moines de brigidini vadstena[526].
1498[527] Aristote, Ars Poetica[527] traduit par Giorgio Valla[527]
1527 Philon d'Alexandrie Adam Petri Bâle Sous la direction de Johann Sichard (Sichardus).[528] Partie publié par Agostino Giustiniani (Iustianus), O.P. à Paris (1520)[529]
1558 Marco Aurelio, méditations Andreas Gessner Zurich Edité et traduit en latin par Guilielmus Xylander (Titre: De seu, de sa vie, les livres 12)
1562 Sesto empírico Henri Estienne[530] Genève traduction latine de « sceptiques » Contours de Sesto, suivie d'une édition latin Sixième complet - Traducteur: Gentian Hervet, théologien catholique français (1569).[531] Petrus Jacobus et Chouet texte publié grec pour la première fois en 1621.
1575 Diophante d'Alexandrie Eusebius Episcopius erdi Nicolaus Episcopius Bâle édition le sexe rerum Arithmeticarum Livres traduit par Guilielmus Xylander[532]

Travaux grecs

date Auteur, opéra typographe lieu commentaires
1488[533] Homère[533] Demetrius Damilas[534] Florence[533] compilé par Demetrio Calcondila (Δημήτριος Χαλκοκονδύλης), le livre a été imprimé à l'aide caractères grecque Demilas que Demetrius avait autrefois utilisé pour Milan. Le projet éditorial a été réalisée grâce au soutien financier Giovanni Acciaiuoli et le patronage des Noirs et Bernardo de « Nerli avec Medici de Piero », dont il a été consacré dans la préface. L'édition comprend, en plus de Iliad et tout 'Odyssée, aussi que l'on appelle Hymnes homériques, la Batracomiomachia et des mesures prises à partir de Homeric Plutarque, Hérodote et dione Crisostomo.[533][534]
c.1493 Hésiode, Travaux et les Jours Demetrio Calcondila
1493 Isocrate Demetrio Calcondila Milan
1495-1498 Aristote Aldo Manuzio[535]
1496 Apollonio Rodio Alopa de Lorenzo Florence publié par Andrea Giovanni Lascaris.
Lorenzo di Alopa, plus communément connu sous le nom latin Laurentius Francisci de Alopa, à l'origine de Venise, il se consacre à l'impression incunables à Florence vers la fin de XVe siècle. Je ne sais pas les dates de naissance et de décès.
1496 Luciano di Samosata Florence[536]
1498 Aristophane Aldo Manuzio Les textes de toutes les comédies Aristophane et son drains Ils ont été écrits par des Marco Musuro
1499 Alciphron
1502 Sophocles
1503 Euripide Aldo Manuzio
1504 Quintus de Smyrne Aldo Manuzio
1513 Lysias Aldo Manuzio
1513 Pindare Aldo Manuzio
1513 Licofrone Aldo Manuzio
1513 Platon Aldo Manuzio[537] Venise publié par Marco Musuro y compris avec l'avant-propos par de Ὀδὴ Πλάτονα, poème élégiaque dédié à la Renaissance philosophe et écrit par le même Musuro.
1516 Xénophon Filippo Giunti[538] Florence La presse Filippo Giunti (1450-1517) et Bernardo Giunti (1487-1551)[539] Il était une société d'impression majeure Florence la XVIe siècle.[540] Les premiers joints de la presse a été installé dans Venise Luca Antonio Une fois l'Ancien (1457-1538), Florentin. Les joints u également contrôlés na presse à Lyon. A Venise, la typographie des articulations a été parmi les plus actifs dans l'édition et l'exportation de textes liturgiques pour la 'Europe catholique.[541] A Florence, Giunti a essayé d'obtenir monopole publications musicales. Proéminente parmi les productions de la typographie ont été les annonces et les lois promulguées par le Grand-Duché de Toscane, pour lesquels les joints pratiquement fonctionné comme la presse officielle.
1516 le nouveau Testament Froben Bâle La question de la Erasmo da Rotterdam Il a été appelé Novum Instrumentum omne; 2e éd. 1519, 3e éd. 1522, voir Receptus textus. le texte grec le cardinal NT Francisco Jiménez de Cisneros - la Polyglot Bible Complutense - Il a été effectivement imprimé la première édition d'Erasme, bien que sa publication est retardée.
1516[134] Strabon[134] Venise[134]
1518 Eschyle Aldina
1520 Septante Polyglot Bible Complutense
1526 Irénée di Lione Erasmo da Rotterdam Bâle[542]
1525 Galen Aldina[543][544] Venise
1533 Diogene Laerzio Froben Bâle grec Texte intégral[545]
1533 Euclide, éléments Johann Herwagen[546] Bâle Première édition grecque, édité par Simon Grynaeus[547][548]
1544[549] Eusebio, Histoire ecclésiastique et Vita Constantini[549] Robert Estienne[549] Paris[550] Estienne inséré dans un seul volume dans une large mesure (en format 2) œuvres d'Eusebio, Socrate, Sozomeno, Évagre école, Cyrus Théodoret de et Teodoro Joueur. J'ai utilisé les manuscrits semblent avoir été la Codex Regius et ile Codex Medicaeus.[549]
Socrate école[549]
Sozomeno[549]
Évagre école[549]
Cyrus Théodoret de,[549] Histoire ecclésiastique[551]
Teodoro Joueur,[549] excerpta de son Histoire ecclésiastique perdu[551]
1544[549] Eusebio, évangélique Demonstratio[549] Robert Estienne[549] Paris
1544 Flavio Giuseppe Hieronymus Froben première édition grecque écrit par Arnoldus Arlenius Peraxylus, (c. 1510-1582), né Arndt o Arnout van ou van Eyndhouts Eynthouts, également connu sous le Arnoud de Lens, qui était un philosophe, poète et humaniste néerlandais la Renaissance.
1546[549] Eusebio, Praeparatio évangélique[549] Robert Estienne[549] Paris
1551 Appiano di Alessandria[552] Charles Estienne Paris Charles Estienne (1504-1564) a été l'un des premiers représentants de la science anatomie en France. Le jeune frère du typographe Robert Estienne et le fils de l'autre imprimeur Henri Estienne, qui latinisé nom de famille Stephanus. Il a étudié la médecine et est devenu un médecin à Paris.
1552 Philo Adrianus Turnebus Pour les travaux existants seulement en manuscrit latin voir 1527
1553 Synésius Adrianus Turnebus
1569 Nonnus
1572 Plutarque Henri Estienne[553]
1580 Plotin, Enneadi Pietro Perna Bâle avec la traduction latin de Marsile Ficin.
Pietro Perna (1519 - 1582) était un typographe italien de la fin de la Renaissance Bâle. Ses livres favorisaient penseurs italiens hérétiques Socinians et la théorie de la tolérance religieuse.
1598 Longo Sofista
1655 Théophane le Confesseur J. Goar [554]
1661 Hippolyte de Rome, Antéchrist Marquard Gude Marquard Gude (Gumus) (1635-1689) archéologue Allemand académique et classique, connu pour sa collection de inscriptions grecques et latines.
1733 Giuseppe Genesio Stephan Bergler Stephan Bergler (c. 1680-1738) était un universitaire classique et antiquaire de Transylvanie.
1750 Chariton Pierre Mortier
1850 Hyperides Churchill Babington [555]
1891 Eroda Frederic George Kenyon[556] transcrit par papyrus.
1897 Bacchilide Frederic George Kenyon Bacchilide, en grec Βακχυλίδης (île Ceo, 516 - 451 BC), Il était un poète du genre lyrique, neveu Simonide et contemporaine Pindare, Son rival dans la poésie.

autres langues

date Auteur, opéra typographe lieu commentaires
1520-3 Talmud Daniel Bomberg Venise voir "Impression et la publication du Talmud Bomberg».
1524-1525 Bible (HE) Daniel Bomberg Venise L'édition comprend des notes Masoretic, la Targum araméen et commentaires Rachi, cfr. mikraot gedolot.
1549 Sefer Yetzirah Mantova voir "Les manuscrits. « L'édition inclut la version courte avec cinq commentaires et en annexe la version longue.

Galerie d'images

notes

  1. ^ Documents de la ville de Milan.
  2. ^ voir Giuseppe Mezzanotte, « Pier Candido et Decembrio vie Pétrarque attribué à Antonio da Tempo ", en les études Petrarca, nouvelle série, 1984, p. 211-224.

    « Il steva à Millano pour la plupart Hebbe sa demeure dans la villa le long de la ville de miles IIII, un luoco ditto enfer: Où la maison dallui construite très modérément que vous voyez anchora "

  3. ^ Les listes établies ne sont pas exclusifs et / ou complète. Les noms des auteurs et imprimeurs sont parfois signalés dans latin et grec.
  4. ^ Gutenberg Impression de la Sainte Bible, venditastampeantiche.com. Récupéré le 7 Juin, 2016.
  5. ^ Le Psautier de Mayence, pennablu.it. Récupéré le 7 Juin, 2016.
  6. ^ Titre complet: De Missarum celebratione secundum frequentiorem cursum diaecesis Moguntinensis.
  7. ^ Titre complet: Constitutiones Clementis Papae V. cum apparatu Johannis Andreae (Ie: par Giovanni Andrea Bussi).
  8. ^ à b c Paolo Chiesa et Lucia Castaldi (conservateurs) Te.Tra. II. La transmission des textes latins du Moyen Age, SISMEL, 2005, p. 458
  9. ^ à b c et fa g h Anthony Grafton et al. 2010, p. 142
  10. ^ à b c et fa g h Michael von Albrecht, Une histoire de la littérature romaine: De Livius Andronicus Boèce, Leiden: Brill, 1997, p. 1608
  11. ^ à b Gabriele Paolo Carosi, De Mayence à Subiaco. L'introduction de la presse en Italie, Bramante Editrice, Busto Arsizio, 1982.
  12. ^ à b c et Richard Leo Enos, La Rhétorique de saint Augustin d'Hippone: « De doctrina Christiana » et la recherche d'une Rhétorique Distinctly Christian, Université Baylor Press, 2008, p. 318 (FR)
  13. ^ à b c Franco Volpi (ed.), Dictionnaire des œuvres philosophiques, Mondadori, 2000, p. 7
  14. ^ Brian Cummings et James Simpson (conservateurs) Reformations culturels: Moyen Âge et de la Renaissance dans l'histoire littéraire, OUP, 2010, vol. 2, p. 652 (FR)
  15. ^ Harold Samuel Stone, os de saint Augustin: un micro-histoire, University of Massachusetts Press, 2003, p. 18.
  16. ^ à b c Alasdair A. MacDonald et Michael W. Twomey (eds), Scolarité et société: l'ordre et réordonnancement des connaissances dans le Moyen Age occidental, Peeters, 2005, p. 2 (FR)
  17. ^ Dans les années quatre-vingt, il est devenu le premier à imprimer des livres avec types fonte Antiqua dehors de l'Italie.
  18. ^ à b c et K. A. E. Enenkel et Wolfgang Neuber, Cognition et le Livre: Typologies de l'organisation de la connaissance formelle du Livre Imprimé de la période moderne tôt, Brill, 2004, p. 221 (FR)
  19. ^ Avec le titre Divi Hieronimi epistolarum et libellorum.
  20. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v w x y z aa ab ac M. Miglio. "Bussi, Giovanni Andrea", Dictionnaire biographique de l'italien. Rome: Institut de Treccani
  21. ^ Arturo et Umberto Pregliasco, Dans domo Petri de Maximo: Exposition des incunables Roman 1465-1477, Rome: Libreria Philobiblon, 2008, p. 8
  22. ^ à b c John Neville Figgis, Les aspects politiques de la Cité de Dieu de saint Augustin, Forgotten Books, 1963 [1921], p. 91 (FR)
  23. ^ Robert H. F. Carver, Le Protean Ass: Les Métamorphoses d'Apulée de l'Antiquité à la Renaissance, OUP, 2008, p. 162 (FR)
  24. ^ Harold Samuel Stone, os de saint Augustin: un micro-histoire, University of Massachusetts Press, 2003, p. 18 (FR)
  25. ^ à b c et Juan Luis Vives, De conscribendis epistolis: Edition critique avec introduction, traduction et annotation, Charles Fantazzi (ed.), Brill, 1997, p. 7
  26. ^ Vergil Polydore, Discovery, Brian P. Copenhaver (éd.), Harvard University Press, 2002, p. 489
  27. ^ à b c Gilbert Highet, Juvenal le satiriste: une étude, OUP, 1961, p. 318 (FR)
  28. ^ à b c et Alfred William Pollard, Beaux livres, Methuen, 1912, p. 60
  29. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1377
  30. ^ à b c et Arturo et Umberto Pregliasco 2008, pp. 13-15
  31. ^ à b c Umberto Moricca, Histoire de la littérature chrétienne latine, SEI, 1928, vol. 2, p. 1229
  32. ^ Alan Coates, Kristian Jensen, Cristina Dondi, Bettina Wagner et Helen Dixon (conservateurs) Un catalogue de livres imprimés au quinzième siècle à la Bibliothèque Bodleian, OUP, 2005, vol. 3 p. 1271 (FR)
  33. ^ à b c Cicéron, orateur, Rolf Westman (ed.), Walter de Gruyter, 2002, p. xxv ​​(FR)
  34. ^ à b c Paul A. Winckler (ed.), Reader dans l'histoire du livre et impression, Greenwood Press, 1978, p. 285 (FR)
  35. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1463
  36. ^ à b c R. H. F. Carver 2008, p. 168
  37. ^ à b c C. Gilly et C. Van Heertum (éditeurs), Magie, l'alchimie, la science de « 400 à » 700: l'influence d'Hermès Trismégiste, 2005, p. 10
  38. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 866
  39. ^ à b Gian Biagio Conte, Latin Littérature: Une histoire, JHU Press, 1999, p. 375
  40. ^ M. von Albrecht 1997, p. 863
  41. ^ L. Bessone, Le Periochae Livio, vol. 29, 1984, pp. 42-55, en Athènes et Rome, p. 43
  42. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 929
  43. ^ à b M. von Albrecht 1997, p. 702
  44. ^ à b c S. Füssel 1997, p. 78
  45. ^ à b c William Henry Parker, "Introduction" Priapea: Poèmes pour un Dieu phallique, Routledge, 1988, p. 32 (FR)
  46. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 429
  47. ^ à b c S. Füssel 1997, p. 79
  48. ^ à b c F. Volpi 2000, p. 245
  49. ^ Joseph A. Dane, Le mythe de la culture d'impression: Essais sur la preuve, textualité et méthode Bibliographical, University of Toronto Press, 2003, p. 59 (FR)
  50. ^ à b c R. H. F. Carver 2008, p. 171
  51. ^ à b c et fa Julie Stone Peters. Théâtre du Livre, 1480-1880: impression, texte et performance en Europe. Oxford: Oxford University Press, 2003, ISBN 0-19-926216-0, p. 316 (FR)
  52. ^ à b c Anthony Grafton et al. 2010, p. 930
  53. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1 016
  54. ^ à b c et Paolo Chiesa et Lucia Castaldi (conservateurs) Te.Tra. I. La transmission des textes latins du Moyen Age, SISMEL, 2004, p. 215
  55. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 337
  56. ^ à b c Ambrose, Sancti Ambrosii Mediolanensis de officiis, Maurice Testard (ed.), Brepols, p. lx (FR)
  57. ^ Manuel d'écriture en extrait latin de l'opéra Orthographia clarissimes oratoris Gasparini Bergomensis.
  58. ^ Prisciano, opuscules, Marina Passalacqua (ed.), Ed. De l'histoire et la littérature, 1999, pp. XXXVIII, XLVII
  59. ^ à b c et fa g Priscian 1999, p. XXXVIII
  60. ^ E. Mioni. "Brugnoli (Brugnolo, Prunulus), Benoît XVI", Dictionnaire biographique de l'italien
  61. ^ à b c G. B. Conte 1999, p. 488
  62. ^ M. von Albrecht 1997, p. 957
  63. ^ Valéry Berlincourt, « Reine Dirce et Spartes », en la poésie Flavian, R.R. Nauta, Harm-Jan van Dam Hans Smolenaars (conservateurs), Brill, 2005, p. 144 (FR)
  64. ^ à b c Augustin, Essential Sermons, Daniel Edward Doyle (éd.), New City Press, 2007, p. 11
  65. ^ Augustine 2007, pp. 11-12, 439-440
  66. ^ à b c et Egmont Lee, Sixte IV et hommes de lettres, Roma: Edizioni Histoire et Littérature, 1978, pp. 94-95
  67. ^ à b Cicéron, Catilinarians, Andrew Roy Dyck (éd.), Cambridge University Press, 2008, p. 14
  68. ^ Il a ensuite assumé le nom de famille, en tant que natif de Campanie.
  69. ^ Vincenza Petrucci, La prière funèbre pour le pape Pie II composée par Giovanni Antonio Campani
  70. ^ à b c et fa F. Volpi 2000, p. 242
  71. ^ à b c et fa Ettore Paratore 1992, p. 572
  72. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 460
  73. ^ à b c et fa g h la j k l m n Virginia Brown (ed.), Catalogus Translationum ET Commentariorum, Volume VIII: Mediaeval et de la Renaissance latine Traductions et commentaires, listes annotées et guides, Université catholique d'Amérique Press, 2003, p. 199
  74. ^ à b c et M. von Albrecht 1997, p. 487
  75. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v w x y z aa ab ac à ae af P. Veneziani."Jenson, Nicolas", Dictionnaire biographique de l'italien
  76. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1408
  77. ^ à b c et C. Alaimo, "De Lignamine, Giovanni Filippo", Dictionnaire biographique de l'italien
  78. ^ à b James Jerome Murphy, Quintilien sur l'enseignement de parler et d'écrire: Les traductions de livres One, Two, et dix des Oratoria Institutio, Carbondale: Southern Illinois University Press, 1987, p. XLIV
  79. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1263
  80. ^ J. J. Murphy 1987, pp. XLII, XLIV
  81. ^ à b c et fa g David Scott Wilson-Okamura, Virgile à la Renaissance, CUP, 2010, p. 22
  82. ^ à b c et D. S. Wilson-Okamura 2010, p. 32
  83. ^ Cicéron, Cartas Políticas, Akal, 1992, p. 19 (ES)
  84. ^ à b c et G. B. Conte 1999, p. 543
  85. ^ à b c Ronald H. Martin, Tacite, University of California Press, 1992, p. 238 (FR)
  86. ^ E. Paratore.« Beroaldo, Philip, junior ', Dictionnaire biographique de l'italien
  87. ^ M. Ceresa. "Guillery, Stephen (Etienne)", Dictionnaire biographique de l'italien
  88. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 738
  89. ^ à b c Arturo et Umberto Pregliasco 2008, p. 48
  90. ^ Arturo et Umberto Pregliasco 2008, pp. 8, 48
  91. ^ William Smith, Dictionnaire de Biographie grecque et romaine et de la mythologie, vol. 2 sous vide "Leo, ecclésiastiques latins (1)", pp. 746-748 (FR)
  92. ^ à b c Marco Scaffai (ed.), Baebii Italique Ilias Latina, BologneSkipper, 1997, p. 437
  93. ^ M. Scaffai 1997, p. 56
  94. ^ à b c et Mariano Fava et Giovanni Bresciano, La presse à Naples au XVe siècle, Leipzig: Verlag von Rudolf Haupt, 1912, pp. 1-2
  95. ^ Arnaldo Momigliano, contribution Selon l'histoire des études classiques, Ed. De l'histoire et la littérature, 1960, p. 145 - excellente source d'informations historiques et bibliographiques, écrit par un grand historien de l'italien contemporain.
  96. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1094
  97. ^ Erasmus, œuvres recueillies sur Erasmus: les annotations sur les Romains. Robert Dick Sider (ed.). Université de Toronto Pres, 1994, p. 41 (FR)
  98. ^ à b Martino Filetico et Maria Agata Pincelli (conservateurs) Dans corruptores latinitatis, Ed. De l'histoire et la littérature, p. XXXVIII
  99. ^ à b c Catherine Atkinson, Inventer Inventeurs en Europe de la Renaissance: De Rerum inventoribus de Polydore Vergil, Mohr Siebeck, 2007, p. 107 (FR)
  100. ^ à b c et fa E. Lee 1978, p. 69
  101. ^ à b c P. Veneziani. "Panfilo Castaldi", Dictionnaire biographique de l'italien
  102. ^ Titinius et Titus Quinctius Atta, 1985, p. 24
  103. ^ Anthony Grafton, Joseph Scaliger: Une étude de l'histoire de l'érudition classique - Volume 1: La critique textuelle et Exégèse, OUP, 1983, p. 136-137 (FR)
  104. ^ à b c et fa Nicolas Brucker (ed.), Le livre de: supports, Sagesse Médiations, usages: Actes du colloque de Metz (13 à 15 sept. 2006), Peter Lang, 2008, p. 18 (FR)
  105. ^ à b Le catalogue de incunables, GW M15287 (FR)
  106. ^ à b c et fa M. von Albrecht 1997, p. 1379
  107. ^ à b c Titinius et Tito Quinto Atta, Fabula togata: Fragments, Tommaso Guardì (ed.), Jaca Book, 1985, pp. 25-26
  108. ^ à b c et Lawrence D. Green et James Jerome Murphy, rhétorique Renaissance courte catalogue de titre, 1460-1700, Ashgate, 2006, p. 170 (FR)
  109. ^ à b c Donatus, Donat et la tradition de l'enseignement grammatical: sur l'Ars study Donati et sa diffusion (IV -.. IX siècle) et éd. critique, Louis Holtz (éd.), CNRS, 1981, p. 509 (FR)
  110. ^ Anna A. Novokhatko, Les invectives de Cicéron et de Salluste, Berlin: Walter de Gruyter, 2009, p. 129-130
  111. ^ Traduit par le père Nicholas Malermi.
  112. ^ à b c G. Folliet, "Les princeps édition des Lettres de saint Augustin à Strasbourg chez parue Mentelin vers 1471", en sacris Erudiri, 1994, vol. 34, pp. 33/58 (FR)
  113. ^ à b c et fa Rodolphus Agricola, courrier, A. van der Laan et F. Akkerman (eds.), Uitgeverij Van Gorcum, 2002, p. 338
  114. ^ à b L. A. J. R. Houwen, Alasdair A. MacDonald, Sally Mapstone (éditeurs), Un palais dans la nature: Essais sur la culture et vernaculaires Humanisme fin du Moyen Âge et Renaissance Scotland, Peeters, 2000, p. 15
  115. ^ Charles B. Schmitt, Cicéron Scepticus: une étude de l'influence de l'Academica à la Renaissance, Springer, 1972, p. 53
  116. ^ F. Volpi 2000, pp. 242-243
  117. ^ à b c Stanley Morison, Prière Inglese Livres: Introduction à la littérature des cultes chrétiens, Cambridge University Press, 2009, p. 223 (FR)
  118. ^ à b c et M. von Albrecht 1997, p. 1419
  119. ^ à b c Vergil Polydore 2002, p. 618
  120. ^ Encyclopædia Britannica, Humanisme, Les humanistes français, 2008 O.Ed.
  121. ^ à b c et fa M. von Albrecht 1997, p. 1155
  122. ^ à b c L. Paoletti. "Carbone, Ludovico", Dictionnaire biographique de l'italien
  123. ^ à b c et fa N. P. Pagliaro, « Giovanni Giocondo de Vérone », Dictionnaire biographique de l'italien
  124. ^ Gerald N. Sandy (éd.), L'héritage classique en France, Brill, 2002, p. 29-30
  125. ^ à b c et fa g R. Contarino. "Dal Pozzo, Francis dit Pozzuoli", Dictionnaire biographique de l'italien
  126. ^ à b A. Cioni. "Azzoguidi, Baldassare", Dictionnaire biographique de l'italien
  127. ^ à b c et fa g h P. Veneziani. "Lauer, Georg", Dictionnaire biographique de l'italien
  128. ^ Davide Canfora (ed.), principauté ecclésiastique et de la réutilisation des classiques: les humanistes et Alexander VI: actes de conférences (Bari-Monte Sant'Angelo, 22-24 mai 2000), Ministère du Patrimoine national et de la culture, 2002, p. 350
  129. ^ à b c et fa g h Claudien, Claudien: De Raptu Proserpinae, J. B. Hall (éd.), CUP, 2004, p. 76
  130. ^ Henry Buckley Charlton, La tradition de Sénèque dans la tragédie de la Renaissance: une réédition d'un essai publié en 1921, Manchester University Press, 1946, p. xxiv (FR)
  131. ^ Claudien 2004, p. 76-77
  132. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1387
  133. ^ à b c et fa g h la j Ettore Paratore, La littérature époque impériale latine, 1992, p. 562
  134. ^ à b c et fa Jacopo Sanazzaro, La poésie latine, Michael J. C. Putnam (éd.), Harvard University Press, 2009, p. 401
  135. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1054
  136. ^ Voir.} A. Cioni. "Belfort, Andrea", Dictionnaire biographique de l'italien
  137. ^ J. P. Sullivan, Martial, le classique inattendu: une étude littéraire et historique, Cambridge University Press, 2003, p. 263 (FR)
  138. ^ Maurizio Campanelli, La controverse et la philologie à l'aube des impressions: Observationes Domitius Calderino, Ed. De l'histoire et la littérature, 2001, p. 176
  139. ^ à b c et M. von Albrecht 1997, p. 969
  140. ^ G. B. Conte 1999, p. 495
  141. ^ M. von Albrecht 1997, p. 994
  142. ^ Heather J. Williams (éd.), Némésien, Les Bucoliques et Cynégétique de Némésien, Brill, p. la
  143. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v w x y z aa ab ac à ae af ag ha à C. Leonardi. "Boèce, Anicio Manlio Torquato Severino", Dictionnaire biographique de l'italien
  144. ^ à b M. von Albrecht 1997, p. 612
  145. ^ à b c et fa g h Cassiodore, Les lettres de Cassiodore, étant une traduction condensée du Variae epistolae de Magnus Aurelius Cassiodore sénateur avec une introduction, Thomas Hodgkin (ed.), Frowde, 1886, p. 100 (FR)
  146. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 74
  147. ^ à b c et fa g h la j k l m n A. Daneloni."Whiting, Giorgio", Dictionnaire biographique de l'italien (FR)
  148. ^ De Melo, Wolfgang. "Introduction", Plaute, Amphitryon. la Comédie de Asses. le pot d'or. Deux Bacchises. Captifs: 1. W. De Melo (ed.). Harvard University Press, 2011, ISBN 0-674-99653-4, p. cxiii (FR)
  149. ^ à b Leighton D. Reynolds (conservateurs) Textes et transmission: une étude des classiques latins, OUP, 1983, p. 222
  150. ^ à b James Hankins et Ada Palmer, La reprise de la philosophie antique à la Renaissance: un guide bref, L.S. Olschki, 2008, p. 44
  151. ^ à b Francis Clark, Les dialogues pseudo-grégorien, Brill, 1997, p. 127
  152. ^ à b Gregorio Magno, Works vol. 5/1 - Lettres I-III, V. Recchia (éd.), New Town, 1996, p. 89
  153. ^ Françoise Lehoux, Gaston Olivier, aumonier du roi Henri II, 1957, p. 120 (FR)
  154. ^ M. von Albrecht 1997, p. 610
  155. ^ Fuchs Leonhart, Le Grand à base de plantes de Fuchs Leonhart: Commentaire. Frederick G. Meyer, John L. Heller et Emily W. Trueblood (conservateurs). Stanford University Press, 1999, p. 784 (FR)
  156. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1597
  157. ^ « Lactance Firmianus ».
  158. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 356
  159. ^ à b c et Julia Haig Gaisser, "Catulle à la Renaissance", en Un compagnon de Catulle, Marilyn B. Skinner (ed.), Wiley-Blackwell, 2007, p. 445
  160. ^ J. L. Butrica, « L'histoire et la transmission du texte », en Un compagnon de Catulle, 2007, p. 32
  161. ^ M. von Albrecht 1997, p. 767
  162. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 784
  163. ^ à b c et Paolo Fedeli, « L'histoire de l'érudition Propertian », en Compagnon de Brill à Properce, Günther Hans-Christian, Leiden: Brill, 2006, p. 3-4
  164. ^ à b c Isidoro, Étymologies ou origines, A. Valastro Canale (ed.), UTET, 2004, p. 28
  165. ^ A. A. McDonald et M. W. Twomey 2005, p. 76
  166. ^ A. A. McDonald et M. W. Twomey 2005, p. 76, 81
  167. ^ Isidore, Isidore de Séville Etymologies de: Complete Inglese traduction, Volume 1, Priscilla Throop (ed.), Lulu, 2009, p. xiv
  168. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 362
  169. ^ Steinberg, S. H. (1961) Cinq cents ans d'imprimerie; 2e éd. Penguin Books; pp. 53-56 (FR)
  170. ^ à b c Gary R. Grund (ed.), humaniste Comédies, Harvard University Press, 2005, p. x
  171. ^ à b c Monica Pedralli, Novo, grand, secret et chaussé: les inventaires de la bibliothèque et de la culture à Milan au XVe siècle, Vita e Pensiero, 2002, p. 424
  172. ^ à b c F. Piovan, "Ferrario, Julius Emilio", Dictionnaire biographique de l'italien
  173. ^ R. R. Bolgar (ed.), Classique Influences de la culture européenne: A. D. 500-1500, CUP, 2009, p. 71
  174. ^ à b c Ausone, Ausonii Opera, R. P. Green H. (ed.), Oxford University Press, 1999, p. xxvii
  175. ^ Ausone 1999, p. xiv
  176. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1328
  177. ^ à b c Elena Cazzuffi, « D. M. Ausonio: Ludus septem sapientum: Etude d'introduction, traduction et notes ", Ph.D., Université de Padoue
  178. ^ Craig Kallendorf (ed.), Essais historiques sur la rhétorique et de la littérature - Volume 16, Routledge, 1998, p. 96
  179. ^ à b c Umberto Moricca, Histoire de la littérature chrétienne latine, SEI, 1928, vol. 2, p. 785
  180. ^ à b c G. B. Conte 1999, p. 172
  181. ^ M. von Albrecht 1997, p. 314
  182. ^ à b c Sidonius Apollinaris, courrier, O. M. Dalton (éd.), Clarendon Press, 1915, p. Clix
  183. ^ W. Turner Berry et H. Edmund Poole, Annales d'impression: une encyclopédie chronologique des temps les plus reculés à 1950, Blandfold, 1966, p. 29 (FR)
  184. ^ à b Vergil Polydore 2002, p. 583
  185. ^ à b c Arturo et Umberto Pregliasco 2008, p. 54
  186. ^ à b c Flavius ​​Vegetius Renatus, De Re Militari, Michael D. Reeve (ed.), Oxford University Press, 2004, p. l
  187. ^ à b c et P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 370
  188. ^ à b c Carl P. E. Springer, Les manuscrits de Sedulius: un Handlist provisoire, APS, 1995, p. 212
  189. ^ C. P. E. Springer, 1995, p. 211-213
  190. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v w x y z aa ab ac à ae af ag ha à aj Alaska un suis un ou Laura Cooner Lambdin et Robert Thomas Lambdin (conservateurs) écrivains arthuriennes: une encyclopédie biographique, ABC-CLIO / Greenwood, 2007, pp. 10-13
  191. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 984
  192. ^ Voir. « Incunables »
  193. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 942
  194. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 988
  195. ^ à b A. Cioni. "Bertocchi", Dictionnaire biographique de l'italien
  196. ^ à b c G. Sabbah, P.-P. Corsets et K.-D. Fischer, Bibliographie des Latins textes Médicaux: ANTIQUITE Haut et Moyen Âge, Université de Saint-Etienne, 1987, p. 143 (FR)
  197. ^ à b c F. Volpi 2000, p. 12
  198. ^ à b c George A. Kortekaas A. (ed.), L'histoire de Apollonius, roi de Tyr: une étude de son origine grecque et une édition des deux plus anciens latins Recensions, Brill, 2004, p. xiii (FR)
  199. ^ à b c et E. Lee 1978, p. 188
  200. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1432
  201. ^ à b c et fa A. Bell, "Accursio, Mariangelo", Dictionnaire biographique de l'italien
  202. ^ à b c Paulinus, Vie de S. Ambrogio, Michele Pellegrino (ed.), Studium, 1961, p. 24
  203. ^ à b Claude Longeon, Bernard Yon et Arlette Gaucher, Hommes et livres de la Renaissance, Université de Saint-Etienne, 1998, p. 286 (FR)
  204. ^ à b Romy Günthart, Deutschsprachige Literatur im frühen Basler Buchdruck (ca. 1470-1510), p. 76 (allemand |. Ted)
  205. ^ à b c et fa g h la j k l A. Grafton et al. 2010, p. 874
  206. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1199
  207. ^ P. Scapecchi, "Mattia Moravo", Dictionnaire biographique de l'italien
  208. ^ Georg Fabricius (23 Avril, 1516-1517 Juillet 1571), né Georg Goldschmidt, était poète allemand protestant, aussi historique et archéologue.
  209. ^ R. A. H. Bickford-Smith, 1895, p. xxix, XXXII
  210. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1253
  211. ^ R. A. H. Bickford-Smith (éd.), Publilii Syri sententiae, 1895, p. XXIXe
  212. ^ à b Vergil Polydore 2002, p. 615
  213. ^ à b David Magie, et al. Scriptores Historiae Augustae (Loeb Classical Library) Londres: W. Heinemann, 1922, p. XXXVII
  214. ^ à b G. Ballistreri. "Bonaccorso da Pistoia", Dictionnaire biographique de l'italien
  215. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1141
  216. ^ à b c A. Perosa. "Calderini, Domitius", Dictionnaire biographique de l'italien
  217. ^ à b Graziana Brescia, Les miles à la barre: (Quintilien), plus rants, III, Edipuglia, 2003, p. 32
  218. ^ à b c Erasmus, Œuvres d'Erasme: Œuvres littéraires et éducatifs, 1 et 2, Craig R. Thompson (éd.), University of Toronto Press, 1978, vol. 24, p. 674 (FR)
  219. ^ à b David McKitterick, Imprimer, manuscrit et la recherche de l'ordre, 1450-1830, Cambridge University Press, 2003, p. 76
  220. ^ à b c et P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 230
  221. ^ à b c J. Robert Wright, Un compagnon de Bede: le commentaire d'un lecteur sur l'histoire Ecclésiastique du peuple Inglese, Eerdmans, 2008, p. viii
  222. ^ Bede, Histoire Ecclésiastique, Livres I-III, J. E. King (ed.), Loeb, 1930, p. xxiv
  223. ^ à b c James Francis Kenney, Les sources de l'histoire ancienne de l'Irlande: ecclésiastique: une introduction et un guide, Four Courts Press, [1929] 1993, p. 203 (FR)
  224. ^ Tomea, Paul. Tradition apostolique et la sensibilisation des citoyens à Milan au Moyen Age: la légende de Saint-Barnabé. Milan: Vita e Pensiero, 1993. ISBN 978-88-343-0491-4, p. 129
  225. ^ à b c et fa g h la De Vita Sanctae Duo Libri Radegonde, Monumenta Historica Germaniae Scriptores rerum Merovingicarum II, éd. Bruno Krusch, Hanovre, 1888, p. 363 (LA)
  226. ^ Bonino Mombrizio (Mombritius (1424 -. 1500C) était un Milanais philologue, humaniste et conservateur des œuvres anciennes.
  227. ^ à b c Raphael Dammer, Diomède grammaticus, Wissenschaftlicher Trèves Verlag, 2001, p. 342 (ted.)
  228. ^ à b c et M. von Albrecht 1997, p. 1331
  229. ^ Heinrich Steinhowels "Griseldis": Studien zur Texte
  230. ^ à b c et CRR. R. Zaccaria. "Della Fonte (FONZIO), Bartolomeo", Dictionnaire biographique de l'italien
  231. ^ à b c G. Sabbah, P.-P. Corsets et K.-D. Fischer 1987, p. 39 (FR)
  232. ^ à b G. Sabbah, P.-P. Corsets et K.-D. Fischer 1987, p. 36 (FR)
  233. ^ Christoph Froschauer (1490 - 1564) a été la première imprimante Zurich, surtout connu pour ses Froschauer Bible, traduction de la Bible Huldrych Zwingli.
  234. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 299
  235. ^ à b c G. B. Conte 1999, p. 464-465
  236. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1236
  237. ^ Gareth L. Schmeling Johanna H. Stuckley, Une bibliographie de Pétrone, Brill, 1977, p. 3
  238. ^ M. von Albrecht 1997, pp. 1231, 1236
  239. ^ C. E. V. Nixon Barbara Saylor Rodgers (conservateurs) Eloge des empereurs romains plus tard: la Panegyrici latine: introduction, traduction et commentaire historique, University of California Press, 1995, p. 199 (FR)
  240. ^ M. Palma. "Celsano, Barnabé", Dictionnaire biographique de l'italien
  241. ^ à b c Claudien, Claudii Claudiani Carmina minora, Edipuglia, Maria Lisa Ricci (ed.), 2001, p. 19
  242. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1483
  243. ^ à b c et fa Irena Dorota Backus, Méthode historique et l'identité confessionnelle à l'époque de la Réforme (1378-1615), Brill, 2003, p. 153
  244. ^ à b c et fa g h la j Ward W. Briggs (Ed.), Les écrivains romains anciens, Le Groupe Gale, 1999, p. 84
  245. ^ L'humaniste italien et rhéteur Fra Giovanni Sulpizio comme Veroli ou Johannes Sulpitius Verulanus ou Verolensis (Actif c. 1470-1490) dont les œuvres étaient connus Erasmo, Il est l'auteur d'un ouvrage sur l'art des lettres, comme vous rédigez et des lettres ornamentano, De componendis et ornandis epistoli (C. 1475). Il était à l'origine de la petite ville de veroli en Lazio, au sud de Rome. Voir. Judith Henderson riz, Peter G. Bietenholz Thomas B. Deutscher, (éditeurs) Erasmus de Contemporaries Toronto.
  246. ^ Rolando Ferri (ed.), Octavia: une pièce de théâtre à Sénèque Attribuée, Cambridge University Press, 2003, p. 417 (FR)
  247. ^ à b c F. Volpi 2000, p. 244
  248. ^ à b c Cross F. L. (ed.), Oxford Dictionary de l'Eglise chrétienne, OUP, 1997, p. 49 (FR)
  249. ^ Johann Amerbach (n ° 1440 Amorbach, Allemagne; m. 1513 Bâle, Suisse) Ce fut un typographe de renom à Bâle XVe siècle, premier à utiliser caractère Roman au lieu du gothique italien.
  250. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1642
  251. ^ John C. Olin, Erasmus, Utopia, et les jésuites: essais sur la portée de l'humanisme, Fordham University Press, 1994, p. 8
  252. ^ à b c et E. P. Goldschmidt, Les textes médiévaux et leur première apparition en version imprimée, Biblo-Moser, 1969, p. 86
  253. ^ Haymo (ou Haimo) (d. 853) était un Monaco bénédictin Allemand et un auteur noté. Il était également évêque de sa ville.
  254. ^ à b c Christopher S. Wood, Contrefaçon, la réplication, la fiction: temporalités d'art de la Renaissance allemande, University of Chicago Press, 2008, p. 133 (FR)
  255. ^ à b c Augustin, les Rétractations, Mary Inez Bogan (ed.), ACU Press, 1968, p. XIX ème
  256. ^ à b c Hanno-Walter Kruft, Une histoire de la théorie architecturale: de Vitruve au présent, Princeton Architectural Press, 1994, p. 66
  257. ^ à b M. von Albrecht 1997, p. 886
  258. ^ W. W. Briggs 1999, p. 366
  259. ^ à b Manfred Landfester (ed.), New Pauly Brill: A-Del, Brill, 2006, p. 1006
  260. ^ Tiberius Claudius Donatus était un grammairien latin de Rome qui est connu que le travail, la Interpretationes Vergilianae, un commentaire en Virgilio. On pense avoir été actif contre 430 ans. Son travail a été redécouvert en 1438, il est devenu populaire dans la première âge moderne, obtenir 55 éditions entre 1488 et 1599. Voir. Aussi David Scott Wilson-Okamura, Virgile à la Renaissance, CUP, 2010, p. 32.
  261. ^ à b c et fa g h Nicholas Horsfall, Compagnon de l'étude de Virgile, Brill, 2000, p. 312
  262. ^ à b c E. Paratore 1992, p. 544
  263. ^ à b c et fa g h M. von Albrecht 1997, p. 1614
  264. ^ à b c Heiko A. Oberman et Frank A. James (conservateurs) Via Augustini: Augustin au plus tard Moyen-Age, la Renaissance et de la Réforme: Essais en l'honneur de Damasus Trapp, Brill, 1991, p. 93
  265. ^ A. Coates, K. Jensen, C. Dondi, B. Wagner et H. Dixon 2005, vol. 1 p. 315
  266. ^ Giancarlo Pani, Paul, Augustin, Luther: les origines du monde moderne, Rubbettino, 2005, p. 78
  267. ^ à b c Ambrose, Sancti opéra Ambrosi: Epistulae et acta. Livres Epistularum VII-VIIII, Michaela Zelzer (ed.), Hoelder-Pichler-Tempsky, 1990, p. 2 (LA)
  268. ^ à b U. Rozzo, "Dolcino (Dulcino, Dulcinio, Dolcino), Stefano", Dictionnaire biographique de l'italien
  269. ^ à b P. Veneziani, "Cori, Bernardino", Dictionnaire biographique de l'italien
  270. ^ à b P. Galand-Hallyn, Hallyn F. et G. Tournoy (éditeurs), Le Humaniste Philologie et ses représentations dans la théorie et la fiction Dans, Actes du colloque international de l'Université de Gand, 6-9 Novembre 2002, Genève: Droz, 2005, p. 605 (FR)
  271. ^ à b c Umberto Moricca, Histoire de la littérature chrétienne latine, SEI, 1928, vol. 2, p. 783
  272. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v w x y A. Momigliano, « Cassiodore », Dictionnaire biographique de l'italien
  273. ^ à b c et Augustin, Contre les académiciens, Mary Patricia Garvey (ed.), Université Marquette Press, 1957, p. 12
  274. ^ à b c Simon Harrison, Way d'Augustin dans la volonté: la signification théologique et philosophique de De libre, OUP, 2006, p. 33
  275. ^ à b c et fa Meredith Jane Gill, Augustin dans la Renaissance italienne: l'art et la philosophie de Pétrarque à Michel-Ange, CUP, 2005, p. 20, 219
  276. ^ à b c Johann Amerbach, La correspondance de Johann Amerbach: début d'impression dans son contexte social, Barbara Crawford Halporn (ed.), University of Michigan Press, p. 308
  277. ^ A. Coates, K. Jensen, C. Dondi, B. Wagner et H. Dixon 2005, vol. 1 p. 316
  278. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1773
  279. ^ à b Peter Schmidt Lebrecht, Joachim Fugmann, Martin Hose et Bernhard Zimmermann (dir), Traditio Latinitatis: Studien zur Rezeption und der Überlieferung lateinischen Littérature, Franz Steiner Verlag, 2000, p. 59 (ted.)
  280. ^ Claud Trewinard John Oates, Catalogue des imprimés du XVe siècle Livres dans la bibliothèque de l'Université, Cambridge, CUP, 2010, p. 354, 361-362 (FR)
  281. ^ à b c Michael Winterbottom (ed.), Les déclamations mineurs attribués à Quintilien, Walter de Gruyter, 1984, p. xxiv
  282. ^ M. Winterbottom, p. xxi
  283. ^ à b c et P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 86
  284. ^ à b c et E. P. Goldschmidt 1969, p. 65-66
  285. ^ La critique textuelle (FR)
  286. ^ à b c Censorinus, Le livre d'anniversaire, Holt N. Parker (ed.), University of Chicago Press, 2007, p. xii
  287. ^ à b c Maria Valentina C. A. Sur Mendes, Catálogo de incunábulos, Lisbonne Biblioteca Nacional, 1988, p. 120 (PT)
  288. ^ Anthony Grafton, Joseph Scaliger: chronologie historique, v. 2: Une étude de l'histoire de l'érudition classique, Clarendon Press, 1993, p. 36
  289. ^ à b c Planciades Fabius Fulgentius, Fulgentius le mythographe, Leslie George Whitbread (ed.), L'Ohio State University Press, 1971, pp. 29-30
  290. ^ George Hays, Fabius Fulgentius Planciades, Fulgentius le mythographe: une bibliographie annotée
  291. ^ à b R. H. F. Carver 2008, p. 42
  292. ^ à b F. P. Fulgence, p. 32
  293. ^ à b Vergil Polydore 2002, p. 655
  294. ^ André Goddu, Copernic et la tradition aristotélicienne: l'éducation, la lecture et la philosophie dans le chemin de Copernic à l'héliocentrisme, Brill, 2010, p. 238
  295. ^ à b c A. Pagano, "Fracanzio de Montaboddo", Dictionnaire biographique de l'italien
  296. ^ Remigio Sabbadini, Les découvertes de codes grecs et latins il « siècles 14:15, Sansoni, 1905, p. 144
  297. ^ à b c et fa E. Paratore 1992, p. 548
  298. ^ à b c et fa g h E. Paratore 1992, p. 551
  299. ^ à b c Erasmus, Œuvres complètes d'Erasmus: Controverses, Nelson H. Minnich et Daniel Sheerin (conservateurs), University of Toronto Press, 2005, p.79
  300. ^ Christian K. Kleinbub, Vision et le visionnaire à Raphaël, Penn State Press, 2011, p. 163
  301. ^ Le poète illustre Cecco Dascoli, avec des commentaires, ustc.ac.uk. Récupéré le 24 mai 2017.
  302. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q r s t u v w x y z aa ab ac à ae af ag ha à aj Alaska un suis un ou Rosamond McKitterick, Les rois franques et la culture au début du Moyen Age, Variorum, 1995, p. 173
  303. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 44
  304. ^ à b c et fa g h la E. P. Goldschmidt 1969, p. 66
  305. ^ Thomas F. X. Noble, Images, iconoclasme, et les Carolingiens, University of Pennsylvania Press, 2009, p. 347
  306. ^ à b Mark W. Roskill, Aretino Dolce et la théorie de l'art vénitien du XVIe siècle, University of Toronto Press, 2000, p. 256
  307. ^ Uberto Motta, Castiglione et le mythe d'Urbino: Les études sur le développement du Courtisan, Vita e Pensiero, 2003, p. 119
  308. ^ à b Jörg Schlumberger (ed.), Epitome de Caesaribus, C.H.Beck, 1974, p. 4 (ted.)
  309. ^ Annabel M. Patterson, Pastorale et idéologie: Virgil Valéry, University of California Press, 1988, p. 79
  310. ^ à b William John Kennedy, Le site de pétrarquisme: début sentiment national moderne en Italie, en France et en Angleterre, JHU Press, 2003, p. 290 (FR)
  311. ^ à b c et Christopher L. C. E. Witcombe, Droit d'auteur à la Renaissance: Prints et le privilège au XVIe siècle Venise et Rome, Brill, 2004, p. 46
  312. ^ M. Ceresa. "Guillery, Stefano", Dictionnaire biographique de l'italien
  313. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1447
  314. ^ à b F. L. Cross 1997, p. 1693
  315. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p q E. P. Goldschmidt 1969, p. 73
  316. ^ E. P. Goldschmidt 1969, p. 66-67
  317. ^ à b c E. Paratore 1992, p. 563
  318. ^ à b c Sénèque, Apocolocyntosis, P. Eden T. (ed.), Cambridge University Press, 1984, p. 21
  319. ^ à b c et E. P. Goldschmidt 1969, p. 52-53
  320. ^ à b c Paulinus, Carmi 10h11: introduction, texte, traduction et commentaire, Franca Ela Consoles (ed.), Herder, 2008, p. 16
  321. ^ Paulinus, les poèmes, Andrea Ruggiero (ed.), New Town, 1990, p. 90, 92
  322. ^ Paulinus 1990, p. 92
  323. ^ à b c Pélage, Les expositions de Pélage de treize épîtres de saint Paul, Alexander Souter (ed.), CUP, 1922, p. 6
  324. ^
  325. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1073
  326. ^ M. von Albrecht 1997, p. 1071
  327. ^ à b c E. Paratore 1992, p. 558
  328. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 1663
  329. ^ à b A. Cevolotto, "Giustiniani, Agostino", Dictionnaire biographique de l'italien
  330. ^ F. Volpi 2000, p. 1053
  331. ^ Renato Uglione, « Commentaires sur certains aspects de la langue de Tertullien, » pp. 405-426, dans Amata Biagio (ed.), Culture et Langues classiques, 3. III de la Conférence de rénovation et d'enseignement. Palerme 1989, le 29 Octobre - 1 Novembre., L'Erma di Bretschneider, 1993, p. 423
  332. ^ Reinhart Herzog et Peter Lebrecht Schmidt (eds), Handbuch der Literatur der Antike lateinische, V Restauration und Erneuerung: Die lateinische Littérature von 284 bis 374 n.Chr., C. H. Beck, 1989, p. 415 (ted.)
  333. ^ à b c et Erasmus 2005, p. 141
  334. ^ à b c Lambdin L. C. et R. T. Lambdin 2007, p. 5
  335. ^ à b C. Atkinson 2007, p. 88
  336. ^ Fred Jacob Levy, pensée historique Tudor, University of Toronto Press, 2004, p. 135 (FR)
  337. ^ à b c et Brazzano Stefano, Laus Pisonis, Scuola Superiore de Pise normalien, 2003, p. 22
  338. ^ Henricus Petri Petrus ou Sebastian Henric sont deux des noms utilisés pour certaines publications XVIe siècle sorties de Bâle typographie également appelé Henricpetrina Atelier.
  339. ^ à b P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 52
  340. ^ à b c Nicoletta Palmieri (ed.), Rationnel et Dans la irrationnel médecine ancienne et médiévale: Aspects historiques, et culturels Scientists, Université de Saint-Etienne, 2003, p. 163 (FR)
  341. ^ Repères de l'histoire botanique - Edward Lee Greene.
  342. ^ Getty Union Liste Nom Artiste;
  343. ^ à b c et fa g h Steven W. Rowan, Ulrich Zasius: un juriste à la Renaissance allemande, 1461-1535, V. Klostermann, 1987, p. 83
  344. ^ à b c Douglas Osler, « L'évolution du texte de Alciatus' Dispunctiones», P. 226, en ius commune, vol. 19, (1992), V. Klostermann, pp. 219-235 (FR)
  345. ^ Centrum Pieter Gillis, Université d'Anvers (NL)
  346. ^ à b c Beda, Bede: Sur la nature des choses et sur les temps, Calvin B. Kendall et Faith Wallis (dir.), Liverpool University Press, 2010, p. 66 (FR)
  347. ^ Beda, Bede: Le calcul du temps, Faith Wallis (ed.), Liverpool University Press, 1999, p. xcviii (FR)
  348. ^ Beda 1999, p. XCVII-xcviii
  349. ^ à b c Bernadette J. Brooten, L'amour entre les femmes: Les premières réponses chrétiennes à homoeroticism Femme, University of Chicago Press, 1996, p. 147 (FR)
  350. ^ Karolus Karolus Augustus Lehmann et Eckhardt (conservateurs) leges Alamannorum, MGH Leges, Hanovre, 1966, p. 18
  351. ^ à b c et Michael Gorman, « Le Commentaire sur la Genèse de Claude de Turin et des études bibliques sous Louis le Pieux » spéculum, Vol. 72, No. 2, Avril 1997, p. 279 (FR)
  352. ^ Michael Gorman, Commentaires bibliques du début du Moyen Age, SISMEL, 2002, p. 192
  353. ^ G. italien, « Pour une édition critique de la Triginta quaestiones super libros Regum Claudio di Torino », p 627., études médiévales, 1988, vol. 29 (2), pp. 625-640
  354. ^ à b c et fa g F. L. Cross 1997, p. 1367
  355. ^ P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 30
  356. ^ à b c et fa g h la j G. Sabbah, P.-P. Corsets et K.-D. Fischer 1987, p. 149 (FR)
  357. ^ D. Tomasello, Islam en Europe entre le passé et l'avenir, Pellegrini, 2003, p. 101
  358. ^ à b c et Maria Corti, De nouvelles méthodes et les fantômes, Feltrinelli, 2001, p. 228
  359. ^ à b c et fa g Le Aldine Press: Catalogue de la collection Ahmanson-Murphy de Livres ou sur la presse à la Bibliothèque de l'Université de Californie, Los Angeles, Enrichie d'œuvres enregistrés nulle part ailleurs, University of California Press, 2001, p. 192 (FR)
  360. ^ John Richmond A. (ed.), Le Halieutica, attribué à Ovide, Londres: Athlone Press, 1962, p. 10 (FR)
  361. ^ Giovanni Da Pozzo (ed.), L'histoire littéraire de l'Italie - Le seizième, Piccin, 2006, p. 148
  362. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 332
  363. ^ à b c Apollodore et Hygin, de Bibliothèque et Hyginus de Apollodore Fabulae: deux manuels de la mythologie grecque, Stephen M. Trzaskoma et R. Scott Smith (éditeurs), Hackett Publishing, 2007, p. XLII
  364. ^ R. H. F. Carver 2008, p. 216
  365. ^ à b c Ticonius, Expositio Apocalypseos: accedunt eiusdem à quodam retractatae Correction d'exposition Fragmenta Taurinensia, Brepols, 2011, p. 48 (FR)
  366. ^ à b c Sander L. Gilman, Helen King, Roy Porter, G. S. Rousseau et Elaine Showalter, Au-delà de Freud Hysteria, University of California Press, 1993, p. 81 (FR)
  367. ^ L. Fuchs 1999, p. 807
  368. ^ John E.B. Maire, « Helmreich de Marcelli liber de Medicamentis" Classical Review 4 (1890) 218-219.
  369. ^ Richard J. Durling, « Girolamo Mercuriale de De sorte studendi," Osiris 6 (1990) p. 182.
  370. ^ Post-scriptum Allen, Opus Epistolarum Des. Erasmi Roterodami (Oxford: Clarendon Press, 1934), vol. 8 (1529-1530), p. 250.
  371. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 76
  372. ^ à b c et Bede 1999, p. xcviii
  373. ^ Bede 1999, pp. xciv, xcviii
  374. ^ à b Pélage, Les expositions de Pélage de treize épîtres de saint Paul, Alexander Souter (ed.), CUP, 1922, p. vii
  375. ^ à b c P. G. Bietenholz et Thomas B. Deutscher (conservateurs) Erasmus: Contemporain d'un registre biographique de la Renaissance et de la Réforme, Université de Toronto Press, 2003, p. 71 (FR)
  376. ^ à b c E. Paratore 1992, p. 553
  377. ^ à b c et G. Sabbah, P.-P. Corsetti et K.-D. Fischer 1987, p. 130 (FR)
  378. ^ F. Cagnetti. "Accoramboni, Jérôme", Dictionnaire biographique de l'italien
  379. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 83
  380. ^ à b c Michael Simmons, Arnobe de Sicca: conflit religieux et concurrence à l'ère de Dioclétien, Oxford University Press, 1995, p. 338 (FR)
  381. ^ à b M. von Albrecht 1997, p. 1566
  382. ^ à b c et E. P. Goldschmidt 1969, p. 70
  383. ^ à b c F. L. Cross 1997, p. 109
  384. ^ à b c et fa I. D. Backus 2003, p. 154
  385. ^ Charlotte Guillard, un XVIe siècle affaires Femme, en Renaissance Quartly, JSTOR 2862159.
  386. ^ SIEFAR - Dictionnaire des Femmes de l'Ancienne France, siefar.org. Récupéré le 28 Septembre 2010.
  387. ^ Dictionnaire de Biographie grecque et romaine et la mythologie, à la page 39 (v. 3) Classé 28 octobre 2012 sur l'Internet Archive.
  388. ^ http://www.forum-hes.nl/forum/main_stocklist.phtml/subject/85/1/Africa.html [connexion terminée]
  389. ^ à b c Sabine MacCormack, Sur les ailes du temps: Rome, les Incas, l'Espagne et le Pérou, Princeton University Press, 2006, p. 130
  390. ^ à b Andrea Giardina (Ed.), Les choses de la guerre, Mondadori, 1989, p. xxii
  391. ^ P. G. Bietenholz et Thomas B. Deutscher (conservateurs) Erasmus: Contemporain d'un registre biographique de la Renaissance et de la Réforme, Université de Toronto Press, 2003, p. 84 (FR)
  392. ^ Paola Piacentini et Jeanne Bignami Odier, La bibliothèque de Marcello II Cervini, Bibliothèque apostolique du Vatican, 2001, p. 117
  393. ^ à b c Sulpicio Severo, Chroniques, Luigi Longobardo (éd.), New Town, 2008, p. 11
  394. ^ 2 volumes folio, aucune date et lieu.
  395. ^ Paris, 1910. Boninus Mombritius, Sanctuarium Seu vitae sanctorum. Novam editionem cabot. Solesmenses moines. 2 tomes
  396. ^ à b c Angelo Di Berardino (ed.), Patrologie: Volume IV - L'âge d'or de la littérature patristique latine, RCL, p. 312
  397. ^ à b Eleanor Shipley Duckett, écrivains latins du Ve siècle, H. Holt et société, 1930, p.65 (FR)
  398. ^ à b c et fa g h E. Paratore 1992, p. 561
  399. ^ à b c Bede 2010, p. 67
  400. ^ Bede 1999, pp. xcviii-CXI
  401. ^ à b Jonas, Ionae Vitae sanctorum Columbani, Vedastis, Iohannis, Bruno Krusch (ed.), MGH, 1905, p. 140 (LA)
  402. ^ P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 546
  403. ^ à b c Reinhart Herzog (ed.), Latin Nouvelle histoire de la littérature, Brepols, 1993, vol. 5, p. 563 (FR)
  404. ^ à b c Christine Modesto, Studien zur dîner Cypriani und zu deren Rezeption, Gunter Narr Verlag, 1992, p. 11 (ted.)
  405. ^ à b c et Geoffrey Mark Hahneman, Le fragment de Muratori et le développement du canon, OUP, p. 57 (FR)
  406. ^ à b c A. Grafton 1983, p. 132
  407. ^ A. Grafton 1983, p. 293
  408. ^ à b c Carole Straw et Roger Collins (conservateurs) Les auteurs du Moyen Age: écrivains historiques et religieux de l'Occident latin: Volume 4, Variorum, 1996, p. 132
  409. ^ à b c S. A. H. Kennell, Magnus Felix Ennodius: un gentilhomme de l'église, University of Michigan Press, p. 231 (FR)
  410. ^ S. A. H. Kennell, pp. 13-14, 231
  411. ^ http://books.google.at/books?id=Wp1R2srxDGECpg=PA122lpg=PA122dq=%22lorenz+sauer%22source=webots=NqMGbD7ZMnsig=oQ4U5aR7ShcwCUciSF-iVeSxrgw
  412. ^ à b c et M. C. Sotgiu Cavagnis. "Canelles, Nicolò", Dictionnaire biographique de l'italien
  413. ^ à b c Crescenzo Formicola, Pervigilium veneris, Loffredo, 1998, p. 68
  414. ^ à b Flavio Magno Aurelio Cassiodore, De Ortographia. tradition manuscrite, la fortune. Edition critique, Patrizia Stoppacci (ed.), SISMEL, 2010, p. LXIX
  415. ^ à b Cassiodore, 1886, pp. 100-101
  416. ^ à b c et Christopher Ligota et Jean-Louis Quantin (conservateurs) Histoire de la bourse: Une sélection de documents du Séminaire sur l'histoire de la bourse a lieu chaque année à l'Institut Warburg, Oxford University Press, 2006, pp. 118-119 (FR)
  417. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 378
  418. ^ à b c C. Ligota et J.-L. Quantin 2006, p. 117
  419. ^ Auguste, Les actes accomplis et les fragments des œuvres, Luciano De Biasi et Anna Maria Ferrero (dir.), UTET, 2003, p. 71
  420. ^ à b c Calpurnius Flaccus, Les déclamations de Calpurnius Flaccus: Texte, traduction et le commentaire, L. A. Sussman (éd.), Brill, 1994 p.21
  421. ^ à b Jacques Fontaine, Isidoro de Sevilla: Génesis y originalidad Hispánica de la culture en tiempo de los Visigodos, Encuentro, 2002, p. 9 (ES)
  422. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 320
  423. ^ à b c Flavius ​​Cresconius Corippus, Dans laudem Iustini Augusti minoris, Averil Cameron (ed.), Athlone, 1976, p. 24
  424. ^ Flavius ​​Cresconius Corippus, Corippi Africains Grammatici De Iustini de Augusti de minoris, carmin heroico, Livres III, C. Plantin, 1581 [Princeps Editio]
  425. ^ Corippus 1976, p. 26
  426. ^ à b c John P. Considine, Dictionnaires au début de l'Europe moderne: la lexicographie et la fabrication du patrimoine, CUP, 2008, p. 93
  427. ^ à b c et Friedrich Maassen, Geschichte der Quellen und der Literatur Des Canonischen Rechts Im Abendlande, Akademische Druck- u. Verlagssanstalt, 1956, p. 799 (ted.)
  428. ^ William Smith et Henry Wace (dir.), "Cresconius ou Crisconius" Un dictionnaire de biographie chrétienne, la littérature, les sectes et doctrines. Londres: J. Murray, 1877-1887, vol. 3, pp. 712-713 (FR)
  429. ^ à b c et Fulgence, Dévoile virgile: expositio Virgilianae continentiae, Etienne Wolff (éd.), Presses Univ. Septentrion, 2009, p. 31-32 (FR)
  430. ^ à b c W. W. Briggs 1999, p. 222
  431. ^ à b c John Duff Wiglaff, satire romaine: son regard sur la vie sociale, 1936, pp. 48-49
  432. ^ M. von Albrecht 1997, p. 265
  433. ^ I. Biffi et C. Marabelli (éditeurs) Les chiffres de la pensée médiévale. Principes fondamentaux et IV-IX siècle, Jaca Book, 2009, p. 306
  434. ^ à b c Victor de Tunnuna, Chronique: Eglise et l'Empire à l'époque de Justinien, Antonio Placanica (ed.), SISMEL, 2004, p. lv
  435. ^ Jean de Biclar, Juan de Biclaro, obispo de Gérone: su vida y su obra, Julio Campos (ed.), Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1960, p. 50 (ES)
  436. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 43
  437. ^ à b c G. Arnaldi, « Anastase le bibliothécaire », Dictionnaire biographique de l'italien
  438. ^ Anastasii Bibliothecarii Historia de vitis Romanorum Pontificum a b. Petro apostolo jusqu'à la Nicolaum Je nunquam hactenus typis excusa, Mayence, 1602
  439. ^ Aa. vv., Monseigneur Duchesne fils et son temps Actes du colloque organisé par l'Ecole française de Rome, École française de Rome, 1975, p. 99 (FR)
  440. ^ à b c Hydace de Chaves, Chronique: introduction, critique de texte, traduction, Alain Tranoy (ed.), CERF, 1974, p. 67 (FR)
  441. ^ à b c J. F. Kenney 1993, p. 431
  442. ^ Adomanan, Vie de Columba Adomnan, Alan Orr et Marjorie Ogilvie Anderson (conservateurs), OUP, 1991, p. lv (FR)
  443. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 14
  444. ^ à b Courtney M. Booker, Condamnations: La Pénitence de Louis le Pieux et le déclin des Carolingiens, University of Pennsylvania Press, 2009, pp. 98-99
  445. ^ Estelle Boeuf, La Bibliothèque de Gabriel Naudé en Parisienne 1630 conférences Les d'un "ERUDIT libertines", Droz, 2007, p. 91 (FR)
  446. ^ Booker C. M. 2009, p. 98-99, 321
  447. ^ à b c M. Ferrari, "Dungal", Dictionnaire biographique de l'italien
  448. ^ Richard Sharpe, Un Handlist des auteurs latins de la Grande-Bretagne et d'Irlande avant 1540, Brepols, 1997, p. 102
  449. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 495
  450. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 447
  451. ^ à b c Michael Lapidge (ed.), Columbanus: études sur les écrits latins, Boydell Press, 1997, p. 272
  452. ^ à b Rolf Hendrik Bremmer, Cornelis Dekker et David Johnson (cadre conservateurs) Rome et le Nord: la réception précoce de Grégoire le Grand en Europe germanique, Peeters, 1993, p. 149
  453. ^ à b c J. F. Kenney 1993, p. 285
  454. ^ à b c Hosidius Geta, Hosidii Getae Médée: Cent Vergilianus, Rosa Lamacchia (ed.), Teubner, 1981, p. xv (LA)
  455. ^ Hosidius Geta 1981, p. xv-xvi (LA)
  456. ^ à b c Tertullien, Le premier livre de Ad Nationes Tertullien: introduction, texte, traduction et commentaire, André Schneider (ed.), Droz, 1968, p. 10 (FR)
  457. ^ à b c G. Waitz (ed.), Scriptores rerum et Langobardoricaum Italicarum, MGH Scriptores, Hanovre, 1878, p. 234 (LA)
  458. ^ à b c Umberto Moricca, Histoire de la littérature chrétienne latine, SEI, 1928, vol. 1, p. 124
  459. ^ à b c F. Clark 1997, p. 132
  460. ^ à b c AA. VV., Pour contemplandam Sapientiam: philologie études Histoire Littérature en mémoire de Sandro Leanza, Rubettino, 2004, p. 6
  461. ^ à b Gabriele Marasco (ed.), historiographie grecque et romaine dans l'Antiquité tardive: quatrième à sixième siècle après Jésus-Christ, Brill, 2003, p. 352-353
  462. ^ à b c Maurizio Zerbini, Aux sources de dopage: la chance et les perspectives d'un thème historique et religieux, p. 194
  463. ^ à b c L. D. Reynolds 1983, p. 8
  464. ^ à b c et Pseudo-Ferrando de Carthage, San Fulgencio Vie, New Town, 1987, p. 5-6
  465. ^ Rocco Schembra, "Le homousion dans le pseudo-fulgenziano Liber de Trinitate: fondamentaux scripturaires et patristiques". Développer l'expérience de Dieu, de la Conférence « La Trinité », Rome 26 au 28 mai 2009
  466. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 101
  467. ^ à b Paolo Chiesa et Lucia Castaldi 2005, p. 188
  468. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 448
  469. ^ à b P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 451
  470. ^ Stephen Gersh et J. F. M. Marten Hoenen (conservateurs) La tradition platonicienne au Moyen Age: une approche doxographic, Walter de Gruyter, 2002, p. 202 (FR)
  471. ^ à b c Mario Esposito et Michael M. Gorman (conservateurs) Des études dans la littérature Hiberno-latine, Ashgate, 2006, p. 537
  472. ^ à b Alan Ford et John McCafferty (conservateurs) Les origines du sectarisme au début de l'Irlande moderne, CUP, 2005, p. 152
  473. ^ à b c Lotte Kery, Collections Canonical du début du Moyen-Age (ca. 400-1400), ACU Press, 2000, p. 33 (FR)
  474. ^ à b c C. Ligota et J.-L. Quantin 2006, p. 324
  475. ^ Gisbert et Ana María Pérez Lutgard Ortells, Catálogo de obras en el siglo XVII Impresas de la Bibliothèque historique de la Universitat de València, Universidad de Valencia, 2005, p. 1118 (ES)
  476. ^ Rex D. Butler, La nouvelle prophétie « Nouvelles visions »: Preuves de Montanisme dans La Passion de Perpétue et Felicitas, ACU Press, 2006, p. 2 (FR)
  477. ^ à b Bede, Venerabilis Baedae Historica opéra, Charles Plummer (ed.), Clarendon, 1896, vol. 1, p. cxxxviii
  478. ^ à b c Booker C. M. 2009, p. 96
  479. ^ à b Booker C. M. 2009, p. 317
  480. ^ à b c Colomban, les œuvres, Aldo Granata (ed.), Jaca Book, 2001, p. 50
  481. ^ Richard Sharpe, vie médiévale saints irlandais: une introduction à Vitae Sanctorum Hiberniae, OUP, 1991, p. 51-52 (FR)
  482. ^ à b c Booker C. M. 2009, p. 97
  483. ^ à b Booker C. M. 2009, p. 319
  484. ^ à b c Mario Spinelli, "Note bibliographique", en Lactance, Comme persécuteurs meurent, New Town, 2005, p. 37-38
  485. ^ à b c F. Volpi 2000, p. 351
  486. ^ George Watson (ed.), La nouvelle Cambridge Bibliographie de Inglese Littérature: Volume 1, 600-1660, CUP, 1974, p. 1416
  487. ^ Haijo Jan Westra (ed.), D'Athènes à Chartres: néoplatonisme et la pensée médiévale: études en l'honneur d'Edouard Jeauneau, Brill, 1992, p. 49
  488. ^ à b c P. Chiesa et L. 2005 Castaldi, p. 160-161
  489. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 430
  490. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 10
  491. ^ à b A. Momigliano 1960, p. 219
  492. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 24
  493. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 84
  494. ^ Hans Wolter et Hans-Georg Beck, Histoire de l'Église: Civitas médiévale, Jaca Book, 1993, p. XLVI
  495. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 455
  496. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 39
  497. ^ à b c M. von Albrecht 1997, pp. 1437-1438
  498. ^ à b "Jamais, Angelo", Dictionnaire biographique de l'italien
  499. ^ à b c M. von Albrecht 1997, pp. 1446-1447
  500. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 551
  501. ^ M. von Albrecht 1997, p. 543
  502. ^ à b c E. Paratore 1992, p. 559
  503. ^ à b c M. von Albrecht 1997, p. 553
  504. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 241
  505. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 236
  506. ^ à b c Rino Avesani, Mirella Ferrari, Tino Foffano, Giuseppe Frasso, Augustin mince (conservateurs) Vestiges: études en l'honneur de Giuseppe Billanovich, Ed. De l'histoire et la littérature, 1984, pp. 505-507
  507. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2005, p. 221
  508. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 317
  509. ^ à b c G. Sabbah, P.-P. Corsetti et K.-D. Fischer 1987, p. 33 (FR)
  510. ^ à b c P. Chiesa et L. Castaldi 2004, p. 45
  511. ^ Norman Roth, Juifs, Wisigoths et musulmans dans l'Espagne médiévale: la coopération et les conflits, Brill, 1994, p. 243
  512. ^ à b c D. R. Langslow, Médicale latine dans l'Empire romain, Oxford University Press, 2000, pp. 57-58
  513. ^ à b Cassius Felix, De la médecine, Anne Fraisse (ed.), 2002, p. LXXXIX
  514. ^ à b c et fa g h la j k Vis P., « George de Trébizonde », Dictionnaire biographique de l'italien
  515. ^ à b R. H. F. Carver 2008, pp. 163, 168
  516. ^ à b R. H. F. Carver 2008, p. 163
  517. ^ A. Pratesi, "Balbi (Balbo, Barbo), Pietro", Dictionnaire biographique de l'italien
  518. ^ Monfasani, John. Georges de Trébizonde: une biographie et une étude de sa rhétorique et logique. Leiden: Brill, 1976, p. 78, 127
  519. ^ hermétique Bibliothèque
  520. ^ « Hermétique »
  521. ^ C. Gilly C. Van Heertum 2005, p. 37
  522. ^ Diodore carte
  523. ^ à b E. Bigi, "Barbaro, Ermolao", Dictionnaire biographique de l'italien
  524. ^ carte
  525. ^ Timée et commentaires (FR) Récupéré 01/06/2012
  526. ^ Bibliotheca Sanctorum, pp vol.3. 505-506
  527. ^ à b c Perrine-Hallyn Galland, « Posteriores sed non deteriores: la perspective Humaniste sur la littérature latine à la fin du XVe siècle et ses répercussions dans la Renaissance française », en Latinitas Perennis. Wim verbaal, Yanick Maes et Jan (conservateurs) Papy. Leiden: Brill, 2007, p. 208
  528. ^ Philonis Ivdaei Alexandrini, Livres Antiqvitatvm récupéré 01/06/2012
  529. ^ David T. Runia, Philo dans paléochrétien Littérature: Une enquête
  530. ^ Carte de l'édition de livres
  531. ^ Richard Popkin (Editeur) Histoire de la philosophie occidentale (1998) p. 330 (FR)
  532. ^ texte photocopie
  533. ^ à b c A. Petrucci, "Calcondila, Demetrius", Dictionnaire biographique de l'italien
  534. ^ à b C. Casetti Brasch, « Demetrius de Crète », Dictionnaire biographique de l'italien
  535. ^ Collections, Aldo Manuce (FR)
  536. ^ Luciano di Samosata
  537. ^ Frederick James Eugene Woodbridge, Fils d'Apollon: Thèmes de Platon (1972), p. 32 (FR)
  538. ^ Article « -XVIe siècle grec Editions à l'Iowa » Donald F. Jackson (FR)
  539. ^ L'entrée est parfois Di Giunta ou d'un conseil.
  540. ^ « Les presses clés de la ville ont été gérés par les membres des familles et joints Sermatelli » dans Tim Carter, Musique d'impression à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle Florence: Giorgio Marescotti, Cristofano Marescotti et Zanobius Pignons, en Histoire de musique ancienne, nº 9, 1990, pp. 27-72, DOI:10.1017 / S0261127900000991.
  541. ^ John Rigby Hale, Encyclopédie Concise de la Renaissance italienne, 1981: 159.
  542. ^ Dictionnaire biographique et le grec et la mythologie romaine, p. 620 (v. 2) (FR)
  543. ^ Op. Galen
  544. ^ ed abord.
  545. ^ feuille (FR)
  546. ^ « Le site de l'Université Brown » Classé 24 février 2008 sur l'Internet Archive., Article « De Euclide à Newton » comprend une description de ce livre et le rôle Grynaeus à propos de l'édition (FR)
  547. ^ Simon Grynaeus (1493 - 1541), Savant et théologien allemand de Réforme protestante. Il a adopté le nom de Grynaeus dall'epitteto Apollon en Virgilio.
  548. ^
  549. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou Armstrong, Elizabeth. Robert Estienne, Imprimante royale: Une étude historique de l'Ancien Stephanus, p. 131
  550. ^ Considine, John P., Dictionnaires au début de l'Europe moderne: la lexicographie et la fabrication du patrimoine, Cambridge University Press, 2008, p. 74 (FR)
  551. ^ à b Smith, William, Dictionnaire de Biographie grecque et romaine et de la mythologie, 1870, vol. 3 sous vide "Theodorus Anagnostes ou Lector" Classé le 12 Octobre 2012 à l'Internet Archive., p. 1046-1047 (FR)
  552. ^ carte (FR)
  553. ^ Plutarque, carte (FR)
  554. ^
  555. ^
  556. ^ Mimiambi Eroda (FR)
  557. ^ à b c Incunables Titre abrégé catalogue, 02.03.2011
  558. ^ inscription latin périphérique dit "+ + + + S. VISITATORV MAGRI ALLEMANIE" (plein: "Visitatorum Magister en Allemaniae").

Articles connexes

D'autres projets

autorités de contrôle GND: (DE4322273-0