s
19 708 Pages

la Peshitta (Lire: Peshitta) Il est l'un des versions syriaques de la Bible.

le nom Peshitta

le nom Peshitta Il vient de l'expression en syriaque mappaqtâ Psitta, ce qui signifie littéralement « simple traduction », mais peut aussi être compris comme « commun », « authentique », « correcte ».

Le terme a été attribué à Moses bar Kepha, probablement pour indiquer, similaire au nom de la Bible latin Vulgate, il était la question de l'usage commun. Le terme peut également indiquer sa plus grande facilité de consultation par rapport à la version plus complexe Syro-Hexaplar Version traduit par Septante[1].

Le mot Peshitta peut être - mais en fait ne se produit pas - transcrite dans bien d'autres façons: Peshitta, Pshitta, Psitta, Pshitto, Fshitto.

histoire

Peshitta
Le texte de la Peshitta de l'Exode 13,14 à 16

Traduction de 'l'ancien Testament en langue syriaque Il a été construit en Syrie au premier siècle après Jésus-Christ aux mains des Juifs ou judéo-chrétiens, probablement à partir de Targumim (Les traductions de la Bible hébraïque araméen, la langue syriaque, qui est une variété).

La première traduction de le nouveau Testament en syriaque est la soi-disant Diatessaron, à savoir « (un évangile) à quatre (évangiles) », faite par le chrétien Tatien en 165-170; il est un texte unique et linéaire qui vise à harmoniser les quatre récits des évangiles individuels. Pendant des siècles, ce fut le texte officiel de l'Église évangélique en Syrie; le théologien Efrem Siro Il a écrit un commentaire en prose. En 423 Bishop Teodoreto Il a imposé l'abandon en faveur de l'adoption des quatre évangiles comme ce fut le cas pour toutes les autres églises chrétiennes. Teodoreto a ordonné la destruction des copies existantes du Diatessaron, il est ainsi connu que de manière indirecte par le commentaire de Ephrem.

L'ancienne version syriaque contenant à la fois AT et NT avec les quatre évangiles « normal » (pas dans la version Diatessaron) Est appelée l'Ancien Syriaque (Vetus Syra). peu de preuves de cette version sont laissés. Parmi ceux-ci, deux manuscrits des anciens évangiles syriaques en ce qui concerne (Syra Sinaiticus et Syra Curetonianus) Afficher les classes typiques et les variantes du texte grec du NT en fonction des caractéristiques de la famille occidentale. De plus, les manuscrits syriaques contenus dans ces deux présente des similitudes avec l'araméen parlé en Palestine et non en Syrie. Cela a conduit à l'hypothèse que si la Syrie fait circuler la Diatessaron (II-IV siècle), en Palestine, il était courant dans les manuscrits araméens de l'Evangile.

La nature de ces hypothétiques versions araméen, nous n'avons reçu, il y a deux possibilités: ils étaient dans les traductions araméennes de l'original grec, écrit par les évangélistes; étaient le texte original écrit en araméen par les évangélistes, puis traduit en grec lingua franca. La seconde hypothèse, très controversée, est le soi-disant priorité araméen (primauté Peshitta ou primauté araméen).

Le Peshitta est un remaniement de matériau Old Syriaque faite d'après la traduction par Rabbula, vescono Ville Edessa qui est mort en 435, et est toujours la version de référence des Églises orientales dans la langue syriaque.

Le contenu et le style de la Peshitta

Peshitta
La sixième béatitude de Matthieu de 5,8 Peshitta:
Ṭûḇayhôn la Aylen daḏkên b-lebbhôn: d-Henon neḥzôn la Alaha.
Littéralement: Bliss à ceux (qui sont) pur dans leur cœur, (alors), car ils verront Dieu

A propos de l'Ancien Testament, la Peshitta était essentiellement basée sur le même texte hébreu qui sera normalisée dans texte Masorétique le neuvième siècle. Afficher quelques similitudes linguistiques et exégétiques avec Targumin araméen. Dans d'autres passages (surtout Isaïe, les Psaumes et le deutérocanoniques sans Tobia) traducteurs étaient basés sur la traduction grecque des Septante.

A propos du Nouveau Testament, la Peshitta montre la continuité avec les deux Diatessaron que l'Ancien Syriaque. Dans certains passages, en particulier pour Actes des Apôtres, Il est particulièrement évident que l'influence des manuscrits grecs de la famille occidentale. En Peshitta manquer complètement le livre du Nouveau Testament de 2 Pierre, 2-3 Jean, Jude, l'Apocalypse. Bibles modernes syriaques les incluent des traductions ultérieures des VI-VII siècles.

Les développements et les études modernes

Peshitta
[BIBLE. N.T. Apocalypse. Polyglot.] Ude-Gelyānā Yohanan qaddīsha, id est, Apocalypsis Sancti Johannis. - Lugduni Batavorum: Ex Type. Elzeviriana, 1627.

Le Peshitta, révisé et livres intégrés manquant à l'origine, est la Bible officielle des Églises de tradition syriaque: Eglise orthodoxe syriaque; Eglise syrienne catholique; Église assyrienne de l'Orient; Eglise orthodoxe orientale assyrienne; Eglise catholique chaldéenne; Eglise maronite; Église orthodoxe Malancariana; Catholique syro-malankare; Eglise de Toma Mar (Inde); Syro-Malabar Eglise catholique.

Les chrétiens syriaques en Inde, cependant, la plupart ont remplacé le Peshitta avec une traduction en malayalam, typique de la langue du Kerala.

Aux chrétiens syriaques au Moyen-Orient, bien qu'ils reconnaissent le statut officiel de la Peshitta, l'arabe est la langue utilisée pour le reste du culte liturgique.

En 1901, P. E. Pusey et G.H. Gwilliam a publié un texte critique de la Peshitta avec une traduction latine.

Par la suite, en 1905, la British and Foreign Bible Society ont produit une version non critique des évangiles Peshitta. En 1920, cette version a été étendue au Nouveau Testament complet.

En 1933, il a été publié dans une traduction anglaise par George M. Lamsa, connu sous le nom de la Bible Lamsa.

A partir de 1961, l'Institut Peshitta Leyden Il a publié une série de brochures la plus vaste édition critique du Peshitta.

En 1996, il a publié la première édition de Édition comparative des évangiles syriaques (SCEE), qui compare les versions syriaques dans l'Ancien Syriaque; Curatoniana; Peshitta; Harklean. Sous la direction de George Anton Kiraz. Deuxième édition 2002, troisième en 2004.

notes

bibliographie

  • Brock, Sebastian P. (2006). La Bible dans la tradition syriaque: Inglese Version, Gorgias Press LLC, ISBN 1-59333-300-5
  • Dirksen, P. B. (1993). L'Ancien Testament Peshitta, Brescia, ISBN 88-394-0494-5
  • Flesher, P. V. M. (ed.) (1998). Targum études Volume Two: Targum et Peshitta, Atlanta.
  • Kiraz, George Anton (1996). Édition comparative des évangiles syriaques: Harmoniser l'ancien Syriaque Sinaiticus, Curetonianus, Peshitta et Harklean Versions, Piscataway (NJ), Gorgias Press, 2002 [2e éd.], 2004 [3e éd.].
  • Lamsa, George M. (1933). La Bible des manuscrits anciens de l'Est. ISBN 0-06-064923-2.
  • Bruce M. Metzger (1977). Les premières versions du Nouveau Testament: leur origine, leur transmission et limites, Oxford, Clarendon Press.
  • Pinkerton, J. R. Kilgour (1920). Le Nouveau Testament en syriaque. Londres: British and Foreign Bible Society, Oxford University Press.
  • Pusey, Philip E. Gwilliam G. H. (1901). Tetraevangelium Sanctum iuxta simplicem Syrorum versionem, Oxford University Press.
  • Weitzman, M. P. (1999). La version syriaque de l'Ancien Testament: Introduction, Cambridge University Press. ISBN 0-521-63288-9.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Peshitta

liens externes