s
19 708 Pages

Besançon
commun
Besançon - Crest Besançon - Drapeau
(détails)
Besançon - Voir
localisation
état France France
région BlasonBourgogneFrancheComté.svg Bourgogne Franche-Comté
département Département fr Doubs.svg Blason Doubs
arrondissement Besançon
canton Besancon-1
Besançon-2
Besançon-3
Besancon-4
Besançon-5
territoire
Les coordonnées 47 ° 15'N 6 ° 02'E/47,25 ° N ° E 6,03333347,25; 6.033333(Besançon)Les coordonnées: 47 ° 15'N 6 ° 02'E/47,25 ° N ° E 6,03333347,25; 6.033333(Besançon)
altitude 281 m s.l.m.
surface 65,04 km²
population 115879[2] (2011)
densité 1 781,66 ab./km²
autres informations
Cod. Postal 25000
temps UTC + 1
code Insee 25056
gentilé bisontini[1]
cartographie
Carte de localisation: France
Besançon
Besançon
site web d'entreprise
Drapeau de UNESCO.svg Bien protégé par 'UNESCO
Site du patrimoine mondial de l'UNESCO logo.svg patrimoine mondial
Fortifications de Vauban
(FR) Fortifications de Vauban
Citadelle Besançon.jpg
type culturel
critère C (i) (ii) (iv) (vi)
danger pas d'affichage
reconnu par 2008
Carte de l'UNESCO (FR) feuille
(FR) feuille
Carte des emplacements de Majeurs Vauban.svg

Besançon (/ Bəzɑ'sɔ /), En italien Besançon (/ Bezanʦone /[3]; aussi qu'anciennement Bisanzona[4]), Il est communauté de 115,879 habitants, capitale du département Doubs et jusqu'à 2015 dans la région de la Bourgogne Franche-Comté.

Besançon
Le Doubs et le Quai Vauban.

Ses habitants sont appelés bisontini[1], en français Bisontins (/ Bizɔ'tɛ /).

la sa citadelle, conçu par "architecte militaire et Maréchal de France Le Prestre de Vauban Sébastien, lui a valu le 2008 la classification des patrimoine mondial dans le cadre du 'UNESCO[5].

Géographie physique

territoire

Besançon est situé à la jonction de la région de Jura avec de vastes plaines arables de Franche-Comté.

La ville est située le long de la rive droite et à gauche de la rivière Doubs à une altitude moyenne de 250 m s.l.m. Les formes de la rivière autour de la colline de Saint-Etienne (où le célèbre citadelle), Un méandre d'environ un kilomètre à l'intérieur duquel se trouve la vieille ville appelée précisément « La Boucle », à savoir le méandre.

Besançon est entouré par une série de collines 7 (pour lequel compare à Rome): Chaudanne (alt Max.422 m), Bregille (458 m), Saint-Étienne (371 m), la Roche d'Or (316 m), Planoise (490 m) Rosemont (466 m), Fort. -Benoit (360 m). Le point culminant de la ville est la forte Chailluz avec son s.l.m. 620 m Il domine la crête d'avant-Monts.

climat

Le climat, souvent variable est en même temps soumis à une influence océanique (des précipitations importantes et fréquentes) et continental (hivers rigoureux avec Les fortes gelées et des chutes de neige, et des étés chauds et secs).

mois mois saisons année
janvier février MAR. avril mai juin juillet aiguille ensemble octobre novembre décembre inv Pri est Aut
T. max. médias (°C) 5.2 7.0 11.4 15.2 19.5 22.8 25,3 25,0 20,7 16,0 9.5 5.7 6.0 15.4 24.4 15.4 15.3
T. min. médias (°C) -0,7 -0,2 2.7 5.2 9.3 12.4 14,5 14.1 10,9 7.6 2.9 0,4 -0,2 5.7 13.7 7.1 6.6
T. max. absolu (°C) 16.8
(1918)
21.7
(1960)
24.8
(1955)
29,1
(1893)
32,2
(1892)
35,2
(2011)
40,3
(1921)
38,3
(2003)
34,6
(1949)
30,1
(2009)
23,0
(1899)
20.8
(1989)
21.7 32,2 40,3 34,6 40,3
T. min. absolu (°C) -20,7
(1985)
-20,6
(1956)
-14,1
(2005)
-5,2
(1952)
-2,4
(1909)
2.1
(1936)
4.5
(1970)
3.4
(1885)
-0,1
(1931)
-6,1
(1887)
-11,3
(1915)
-19,3
(1939)
-20,7 -14,1 2.1 -11,3 -20,7
précipitation (mm) 86,3 79,7 92,0 94,2 114,8 101,5 90,0 91,9 107,2 115,7 104,4 109,2 275,2 301,0 283,4 327,3 1 186,9
Les jours de pluie 13 12 12 11 13 11 10 10 10 12 13 13 38 36 31 35 140

Les origines du nom

La première trace écrite de la ville dont nous sommes conscients apparaissent dans De Bello Gallico de Giulio Cesare sous le nom de Vesontio. Dans le quatrième siècle de notre ère, une B remplace le V de Vesontio et le nom devient Besontio ou Bisontion, à subir de nombreuses transformations au cours des siècles pour devenir Besançon vers le milieu du XIIIe siècle.

Sur l'origine du nom Vesontio, il y a plusieurs interprétations: l'un des plus accrédité racine celtique évoque la HAGEN ce qui signifie montagne, comme en témoignent les noms Vésuve, Vesoul ou Vezelay.

histoire

Période gallo-romaine

La ville est célèbre pour être l'un des oppida le plus important de Gaule au moment de conquête de Gaio Giulio Cesare. Son nom était « Vesonzione » (Vesontio en latin), et appartenait au peuple Celte de Séquanes.

Les Romains agrandi la ville, la construction de nombreux bâtiments d'un côté et l'autre Kardo (Maintenant, Grande Rue), et même à travers la rivière Doubs où ils ont construit un amphithéâtre qui pourrait contenir jusqu'à 20.000 personnes (maintenant rue d'Arènes). D'autres ruines romaines sont la Porte Noire (construit sous Marco Aurelio dans 175 A.D.), les conduits d'alimentation en eau, des mosaïques parmi lesquels celui qui est appelé le « méduse » qui se trouve dans un domus ville romaine.

La ville, pour sa forte position stratégique, il est devenu la fin du IIIe siècle sous Dioclétien capitale de la province maxima Sequanorum. Christianisé depuis le troisième siècle, enfin, il est devenu un évêché.

Au cours de l'Antiquité tardive, il a été subjugué par Burgondes, puis par Franks.

médiéval

Appartenant au royaume de la Haute-Bourgogne, puis à Arles (Xe siècle), il est devenu l'archevêque Ugo Salins (1031-1067) Principauté Empire (1034; Erzstift Bizant), Avec le droit de vote aux régimes; après un siècle de lutte contre le pouvoir de l'archevêque, il a obtenu la citoyenneté »immédiateté impériale la fin du XIIIe siècle. La ville, en restant fidèle à l'empire, à partir de 1290 est autogovernerà (pour près de 400 ans) grâce à un conseil municipal de 28 citoyens élus suffrage universel mâle et d'un conseil de 14 nommé par les administrateurs.

Au fil du temps, il est venu sous l'influence de État bourguignon, jusqu'au mariage Marie de Bourgogne et Maximilien Ier de Habsbourg en 1493, Il était devenu la ville près d'une règle des Habsbourg de facto: Cela est dû à la nature juridique particulière du Statut ville libre impériale, une ville avec une grande autonomie interne mais sous réserve de l'empereur; Maximilien étant un Habsbourg, le mariage de 1493 était devenu le réel et une influence politique considérable crainte formelle.

Période moderne

Dans tous les cas, l'autonomie interne n'a pas été affectée, et 1526 Besançon obtenu à partir de Charles V même le droit de battre monnaie. Merci à l'empereur Habsbourg favorise, dans la première moitié du XVIe siècle, la ville est devenue la cinquième plus grande ville en nombre d'habitants de l'empire avec près de 10 000 habitants, tout en embellissant avec des monuments comme le palais Granvelle et la mairie (la dont la façade est ornée d'une statue de Charles V).

A partir de 1554, il a été complètement entourée par la province espagnol de Franche-Comté puis il passa sous le protectorat espagnol, perdant une grande partie de sa souveraineté.

À partir du début du XVIIe siècle, Besançon a commencé à être directement impliqués dans les guerres qui opposaient les grands blocs européens. En particulier, les dix années de guerre (1634-1644), la phase locale Guerre de Trente Ans, Il a apporté la famine et la peste dans la ville. la Paix de Westphalie (1648) Sanctionné en fin de compte la perte immédiateté impériale par la ville, et son passage par conséquent sous la domination directe de l'Espagne aussi de jure, bien que la province est restée encore partie.

en 1674 Julius Henry de Bourbon, prince de Condé, Il a conquis la ville au nom de roi soleil, après un mois de siège. De facto français, Besançon devient officiellement partie du Royaume de France en 1678 (traité de Nimègue) Devenir la capitale de toute la Franche-Comté. fortifiée par Vauban, l'ancien Vesontio est devenu la pierre angulaire de la défense française à l'est.

L'archevêque a continué à maintenir des prérogatives souveraines, en particulier, en tant que prince de l'empire, le droit de vote à l'alimentation, jusqu'en 1792 (voir Reichstag).

Période contemporaine

Au cours de la révolution industrielle, il a commencé à développer l'industrie horlogère dans la ville, à côté du textile et de la métallurgie. en 1860 Besançon organisé spécialement pour l'exposition universelle de la publicité de leur industrie horlogère. La construction d'un spa et d'un casino, la ville est devenue connue dans toute la France sous le nom de Besançon-les-Bains.

Pendant les conflits du XXe siècle, la ville a été particulièrement touché de près par Guerre mondiale, quand il a subi l'occupation allemande de Juin 1940. Besançon est en effet trouvé dans la zone d'occupation jusqu'au 6 Septembre 1944.

Depuis les années 50, la ville a connu une croissance démographique qui a conduit à la construction de plusieurs banlieues, le plus connu d'entre eux est Planoise, qui est située à l'extrémité est de la zone municipale dans la direction de allocation de chômage. La population a presque doublé en trente ans, passant de 63508 (1946) à 120,315 (1975) habitants. Besançon fait dans les années cinquante et soixante était une ville purement industrielle, la pointe des horloges françaises (bien qu'en baisse par rapport aux années d'avant-guerre), avec une bonne présence de l'industrie textile (l'usine avec 3300 travailleurs Rhodiacéta 1966 ou la société Weil 1500 employés en 1965). En 1960, il est devenu la capitale de la région.

Avec la crise pétrolière de 1973, commence la fermeture ou la délocalisation des grandes entreprises dans le sol municipal. Les bouclages Lip (1977), Rhodia (1982), Kelton-Timex (1983), ce qui contribue à disparaître environ 10 000 emplois dans l'espace de quinze ans. Depuis 1982, la ville réagit et la ville change progressivement d'une économie industrielle à vocation tertiaire, devenant en même temps un lieu de développement économique dans des domaines spécifiques tels que l'ingénierie de précision et de la nanotechnologie.

symboles

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Blason de Besançon.

Les armoiries de la ville de Besançon a ce qui suit blasonatura: or, lieutenant aigle noir avec les griffes deux colonnes de passage rouge sur les ailes. La présence d'aigle impérial remonte au temps où la ville faisait partie de l'Empire romain Saint, et invoque l'immédiateté possession impériale.

Monuments et sites

architecture religieuse

  • Cathédrale de Saint Jean et une tour adjacente contenant une horloge astronomique précieux End huit cents
  • synagogue - Bâtiment construit entre 1869 et 1871
  • Temple de l'Esprit Saint - lieu de culte protestant qui a été installé dans l'ancien hôpital Saint-Esprit, dans le centre-ville
  • Eglise de Sainte-Marie-Madeleine, construite dans la seconde moitié du XVIIe siècle
  • L'église Saint-Pierre - construit entre 1782 et 1786

L'architecture civile

  • Palais Granvelle - abrite le musée du Temps
  • Palais de justice - construit à partir de 1582 à côté de la mairie
  • Hôpital San Giacomo - construit en 1686 et a officiellement déclaré un hôpital général Louis XIV

architecture militaire

  • Citadelle de Besançon - conçu par Vauban et construit entre 1678 et 1771 sur la colline de Saint-Etienne entre 330 et 370 mètres s.l.m., est le principal monument historique de la région avec plus de 250 000 visiteurs par an
  • tour Montmart - construit en 1526
  • Pelote Tour - construit en 1546 par le conseil municipal de l'ordre de Charles V
  • La Tour des Cordeliers - situé sur la rive gauche de la rivière, a été construit à la fin du XVIIe siècle
  • La vue forte autour de la ville: Fort de Planoise - Fort de Chaudanne - Fort de Bregille

plus

  • Quai Vauban - ensemble monumental de maisons construites en arc 1692-1695, surplombe la rivière Doubs jusqu'au pont Battant
  • Statue du Marquis Jouffroy d'Abbans

sites archéologiques

  • Vestiges de l'arène Vesontio - sont dans le quartier Battant, rue Arenes
  • la porte noire - arc de triomphe romain à partir du moment de Marco Aurelio

espaces naturels

  • Chailluz - Forêt domaniale de 1.673 hectares appartenant à la municipalité
  • Micaud Park - étend sur la rive droite de la rivière dans le centre de la ville

société

Démographie

recensement de la population

Besançon

Les groupes ethniques et les minorités étrangères

En 2011, les résidents étrangers ont représenté 11,44% de la population totale avec 13,268 habitants, de[6]:

  • Algérie - 2541 habitants (19,2% du total des résidents étrangers)
  • Maroc - 1582 (11,9%)
  • Portugal - 844 (6,4%)
  • Italie - 611 (4,6%)
  • Turquie - 609 (4,6%)
  • Tunisie - 437 (3,3%)
  • Espagne - 307 (2,3%)

religion

Le christianisme, planté par les saints martyrs Ferruccio et Ferreolo au troisième siècle, il représenterait la première religion par le nombre de croyants de la ville, la majorité catholique. La puissance protestante, grâce à l'influence opéré par la première horlogerie à venir à la fin du XVIIIe siècle, à proximité de la Suisse, Il est bien représenté avec les églises réformées comme le Temple Saint-Esprit. Il y a aussi des communautés oubliées orthodoxe, de Les Témoins de Jéhovah, de Mormons et les protestants évangéliques de différentes traditions.

L 'Islam Ce serait la deuxième plus grande religion, avec quelque 15 000 adhérents (13%). Les premiers documents remontent à 1870, grâce aux soldats des colonies françaises, mais immigrations sera la Seconde Guerre mondiale par les pays Maghreb d'augmenter le nombre de cette communauté. A la fin des années nonante, il a été construit la mosquée Sunna.

La communauté juive est enracinée à Besançon du Moyen Age: malgré l'expulsion du XVe siècle, les Juifs furent émancipés grâce à Révolution française. L'un des monuments de la ville est la synagogue, construite à la fin du XIXe siècle.

Qualité de vie

La ville est régulièrement distingué par sa qualité de vie et l'innovation dans le plan économique et social. Voici une liste partielle:

  • Vainqueur dans la catégorie des villes de plus de 100.000 habitants en 2010 nationale « concurrenceCapitale française de la Biodiversité "[7].
  • Vainqueur de l'état de santé de sa population, « Réalisations Santé des villes » (2006).
  • Reconnu comme la première ville verte en France avec 204 m² d'espaces verts par habitant[8].
  • « Ville fleurie » trois fleurs au palmarès 2007.
  • villa Première française à mettre en œuvre un réseau de fibre optique métropolitaine de réseau de télécommunications appelé Lumiere (1994).
  • Trophée National de '' Académie des Arts de la Rue « pour l'éclairage de la ville (2004).
  • Déclaré "ville des Passerelles" pour sa tradition de fraternité et de solidarité (2004).
  • Vainqueur du « Rose internationale de l'Association mondiale d'Or » des jardins familiaux (2005).
  • Selon l'UNICEF, Besançon « Ville Amie des enfants » pour sa politique en faveur des enfants (2005).

culture

éducation

bibliothèques

Liste des bibliothèques municipales appartenant à la commune[9]:

  • Palente la bibliothèque.
  • Bibliothèque « d'études et de conservation » (qui comprend les archives municipales), avec 80 000 et 130 000 ouvrages consultés prêtables travaux.
  • Médiathèque Aimé Césaire (Clairs soleils).
  • Médiathèque Nelson Mandela.
  • Médiathèque Pierre Bayle.
  • Médiathèque Pierre de Coubertin.

Les écoles et les universités

En plus de nombreuses écoles primaires et secondaires, principalement situés à l'Université de Besançon Franche-Comté (Université de Franche-Comté) Avec environ 20 000 étudiants inscrits. Il y a aussi une école d'ingénieur (Institut Supérieur d'Ingénieurs), Un Institut national des techniques de micro-mécanique et (École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques) Et une école régionale Beaux-Arts.

Il est également important Centre de linguistique appliquée (CLA), situé dans le centre-ville, sur la rive droite de la rivière Doubs. Spécialisée dans l'enseignement du français comme langue étrangère, accueille chaque année environ 3800 étudiants étrangers pour qui délivre des certificats tels que DELF, DALF ou TCF.

musées

  • Musée des Beaux-Arts (Besançon), premier musée créé en France (1694) Dans la restructuration jusqu'en 2017, où les travaux se déroulent comme:
    • l 'Ivresse de Noah (Giovanni Bellini), 1515.
    • Ninfa la source de Lucas Cranach (l'Ancien), 1537 environ.
    • Déposition du Christ (Bronzino), 1545.
    • Scènes de cannibalisme de Francisco de Goya, A propos de 1800.
    • cerfs Hallali de Gustave Courbet, 1867.
  • Musée du Temps (Les temps Musée du) au Palais Granvelle ouvert en 2002, contient une importante collection sur l'horlogerie.
  • Musées d'histoire naturelle avec les zoos attachés (hébergés dans citadelle) Créée en 1959.
  • Musée de la Résistance et de la Déportation (organisée en citadelle) Ouvert en 1971.
  • Musée ethnographique régional (logé dans le citadelle) Créée en 1961.
  • lieu de naissance Victor Hugo.

médias

imprimer

La presse écrite est représentée par le siège régional quotidien L'Est Républicain (propagation Lorraine et Franche-Comté) et mensuelle La Presse Bisontine (basé dans la province dans la ville de morteau).

radio

Dans la ville où ils se trouvent de nombreuses stations locales comme la France Bleu Besançon, Cherie Fm Franche-Comté, Sud Radio, Radio Campus Besançon ou même RCF Besançon et Radio Shalom. La plus ancienne radio privée locale Radio PIF.

télévision

Le réseau de télévision régionale France 3 Franche-Comté Il est situé dans le centre-ville à la Gare d'Eau.

théâtre

La ville accueille un centre dramatique national, CDN Besançon Franche-Comté, créé en 1972, et une scène nationale Scène nationale de Besançon, regroupement d'ici 2012 Théâtre de l'Espace et Théâtre Musical

cuisine

Malgré est variée et riche gastronomie de la région (fromage, vin, saucisses), il n'y a pas de nourriture ou des boissons seulement typique de la ville.

événements

Liste des événements qui sont bien connus et pertinents en dehors du territoire de la ville.

  • janvier - Festival de courts de Besancourt : Festival des courts métrages créés en 2007.
  • février - Génériq festival de : Organisé en insiemme Dijon, Mulhouse et Belfort, ce festival créé en 2007 explore les nouvelles tendances musicales telles que clubbing Électro, surf méditerranéenne, le métal libre, le blues électro, ou même le hip hop ghetto folk alternatif néo.
  • avril - Electro-clique festival : Festival de musique électronique (techno, house, hip hop, trance, drum'n'bass, hardcore ...) créé en 2006.
  • mai - L'Zik en Herbe : Fête de la musique (pop-rock, reggae, métal ...) créé en 2002.
  • mai - Comtoise Foire : Foire qui accueille environ 140 000 visiteurs par an. Chaque année, un pays ou une ville est l'invité d'honneur et présente les coutumes locales
  • juin - Jazz en Franche-Comté : Festival de jazz et de musiques improvisées (créé en 1981).
  • Juillet-Août - Les Temps de l'été Chauds.
  • septembre - Les Doubs Mots : Foire du livre provincial.
  • septembre - Les Instants Gourmands : Marché des produits gastronomiques régionaux.
  • septembre - Festival international de musique de Besançon Franche-Comté : Créé en 1948 est l'une des catégories les plus prestigieuses.
  • novembre - Lumières d'Afrique, festival du film africain.
  • décembre - Marché de Noël.

Personnes liées à Besançon

Besançon
Panorama de Besançon

Liste des personnages sont nés, vécu ou sont morts dans bisontina villes:

  • San Gerlando à Agrigente (1030/1040 - 1100), et Bishop saint de 1159, est le patron de la ville de Sicile.
  • Nicolas Perrenot de Granvelle, (1486 - 1550) Garde des Sceaux, premier conseiller et homme de confiance de l'empereur Charles V.
  • Antoine Perrenot de Granvelle, (1517 -1586) fils de Nicolas de Granvelle Perrenot, cardinal, homme politique, conseiller de l'empereur Charles V et plus tard Philippe II.
  • Pierre-Adrien Pâris (1745 - 1819) architecte, designer et décorateur
  • Claude Jacques Lecourbe (1759 - 1815) en général pendant les guerres de la Révolution française et les guerres napoléoniennes.
  • François Marie Charles Fourier (1772 -1837) philosophe français.
  • Pierre Claude Pajol (1772 - 1844) en général au cours des guerres de la Révolution française et les guerres napoléoniennes.
  • Charles Nodier, (1780 - 1844) écrivain et entomologiste.
  • Victor Hugo, (1802 - 1885) est considéré comme le père de romantisme français, Il était poète, dramaturge, essayiste, écrivain, aphoriste, artiste plasticien, homme d'État, homme politique et activiste des droits de l'homme.
  • Pierre Joseph Proudhon (1809 - 1865) philosophe, sociologue, économiste et anarchiste.
  • Hilaire de Chardonnet (1839 - 1924) ingénieur et inventeur de viscose.
  • Emile Pierre Ratez (1851 - 1934) altiste, compositeur et musicien.
  • les frères Auguste Marie Louis Nicolas Lumière (1862 - 1954) et Louis Jean Lumière (1864 - 1948) Les entrepreneurs français, inventeurs du projecteur de cinéma et parmi les premiers réalisateurs de l'histoire.
  • Tristan Bernard, Paul pseudonyme Bernard (1866 - 1947), écrivain, dramaturge et journaliste.
  • Eugène Revillout, égyptologue
  • Félix-Henri Giacomotti, (1828-1909), peintre académique

Géographie anthropique

urbain[10]« > Modifier | changer wikitext]

Au cours de la période romaine, la ville se développe autour de la chardon et decumano et leurs rues parallèles. Aujourd'hui, les signes de la civilisation latine sont présents dans le quartier de bouclé: la Grande Rue par exemple, il était nul autre que le Kardo maximus de l'Empire romain[11].

Au cours de 'haut Moyen Age et après une période de baisse consécutive à l'automne, Besançon réorganisée autour du pont Battant sur les deux rives, donnant naissance à deux villages distincts qui sont opposés à l'ancien noyau purement administratif et ecclésiastique (le Cité). Au cours du XIIe siècle, un mur a été érigé pour protéger le village sur la rive droite de la rivière Doubs (présent district Battant). La construction de la ville au cours du XIVe siècle, à mi-chemin entre les deux pôles, favorisé leur rapprochement. Au XVIe siècle, il est apparu dans les documents écrits de certains villages périphériques qui seront incorporés au XIXe siècle à la ville: Bregille, Velotte, St Ferjeux, la Vèze, Montarmot et Palente.

Avec la conquête française du XVIIe siècle, il a été témoin peu à peu à une urbanisation qui a accéléré au cours du dix-huitième siècle et en même temps le travail de la défense par Vauban remodelé les limites de la ville.

Comme la révolution industrielle, une série de nombreux conflits dénoyautées les organes municipaux avec les autorités militaires qui, souvent, ne permettait pas la modification des bâtiments militaires. La station Viotte par exemple dans les années cinquante du « 800 a été érigé à l'extérieur des remparts. La ville dans la partie du XIXe et au début du XXe siècle, a continué à étendre au-delà de la rivière; de nouveaux ponts ont été construits pour faciliter le passage sur le Doubs et favoriser la communication avec des villes telles que allocation de chômage et Belfort; de nouvelles zones militaires ont été construites au détriment des vignes; de nouveaux quartiers ont été construits, tels Chaprais, la Butte, St Claude et St Ferjeux.

Après la Seconde Guerre mondiale, la forte augmentation de la population forcée de construire les banlieues (le Cités) Grand (Grette, Clairs-Soleils, Viotte, Palente) parmi lesquels Planoise, à côté des zones industrielles.

Besançon Le courant peut alors être divisé en quatre zones urbaines:

- ville classique européenne, compacte et organisée dans les rues et les places;

- une première couronne correspondant au développement entre 1850 et 1951 avec une densité moyenne de bâtiments essentiellement constitué de maisons individuelles et de petits bâtiments;

- une forme périphérique correspondant à plus grands immeubles collectifs, des zones industrielles et commerciales; 

- une frange urbaine à faible densité avec des bâtiments dispersés ou tout simplement regroupés autour des voies de communication, et où domine le vert. 

subdivisions historiques

Selon l'agence d'agglomération d'urbanisme de Besançon, le joint est composé de quatorze grands quartiers[12]:

  • 01 - Centre (La et Saint-Bouclé Jean) - Chapelle des Buis (10,796 habitants)
  • 02 - Velotte (2201 ab.)
  • 03 - Grette-Butte (9399 pop.)
  • 04 - Battant (4188 pop.)
  • 05 - Chaprais (15439 pop.)
  • 06 - Bregille - Prés-de-Vaux (3093 pop.)
  • 07 - Saint-Ferjeux - Rosemont (6176 pop.)
  • 08 - Montrapon-Fontaine-Écu - Montboucons -Temis (13 369 ab.)
  • 09 - Saint-Claude - Torcols (13975 pop.)
  • 10 - Palente - Orchamps (14 057 ab).
  • 11 - Vaites - Clairs-soleils (4118 ab).
  • 12 - Planoise - Châteaufarine - Hauts du Chazal (19531 pop.)
  • 13 - Tilleroyes - Trépillot (ab 1342).
  • 14 - Chailluz

divisions administratives

Besançon est administrativement divisé en 6 cantons:

  • Besançon-Est
  • Besançon-Nord
  • Besançon-Nord-Ouest
  • Besançon-Ouest
  • Besançon-Planoise
  • Besançon-Sud

économie

Avant la crise des années soixante-dix et quatre-vingt du XXe siècle, l'économie de la ville est principalement dédiée à l'horlogerie et le secteur du textile. Au jour de l'industrie tertiaire aujourd'hui est le réservoir principal pour une utilisation avec l'industrie liée à la micro-technique, la nanotechnologie et de la mécanique.

industrie

Génie mécanique, micro-technologie et génie biomédical

Après avoir été la capitale de l'horlogerie française, Besançon a été en mesure de se diversifier en utilisant son savoir-faire pour se spécialiser dans des domaines tels que la micro-mécanique, micro-technologie, la nanotechnologie, l'optique et l'électronique. Le bisontina micro-technique est symbolisée par le pôle techno Temis (vouschnopole moicrotechnique et Scientifique) créé depuis 2000 et qui rassemble des entreprises, des laboratoires de recherche et des instituts de formation spécialisés. Leur promotion est assurée par l'exposition internationale Micronora.

Besançon est aussi l'un des 11 centres nationaux de génie biomédical et la partie du micro-médicale brumeuse. Le ISIFC, première école française de l'industrie, à partir de 2001 ingénieurs biomédicaux.

Au total, le secteur est représenté par 350 entreprises, 500 chercheurs et quelques 11 000 emplois et un chiffre d'affaires de 1,36 milliard d'euros.

installations industrielles

Le 1er Janvier 2012, Besançon inclus 451 établissements industriels, dont 368 pour l'industrie manufacturière, ventilées par secteur d'activité:

secteur

Nombre d'établissements Pourcentage total
Mines, l'énergie, l'eau, la gestion des déchets 83 18,4%
Fabrication de produits alimentaires, boissons et tabac 101 22,4%
Fabrication de matériel électrique, électronique, informatique 45 10%
Fabrication de matériel de transport 3 0,7%
Fabrication d'autres produits industriels 219 48,5%

services

en communautés communes Grand Besançon (CAGB), le secteur tertiaire se concentre sur 85% du total des entreprises et 75% des prêts.

Administration et services publics

  • Hospitalière Centre de Besançon - entre 5000 et 5500 employés
  • Ville de Besançon - 2800 travailleurs
  • Crédit Agricole Mutuel de Franche-Comté - 1500 employés
  • Département du Doubs - environ 1000 travailleurs
  • SNCF - entre 600 et 700 employés
  • le transport Ginko - environ 550 travailleurs
armée

La garnison de Besançon est l'un des plus importants en France avec environ 1650 soldats et 400 civils travaillant dans 'Armée de terre.

commerce

La ville possède de l'espace commercial dans le centre-ville (en particulier dans Grande Rue et rue des Granges), et dans les zones périphériques de l'ouest Châteaufarine, Valentin Chalezeule au nord et à l'est.

La montre et les bijoux sont une partie importante du commerce de la ville menée par la société Maty (350 employés) et de la France Festina (100 travailleurs).

tourisme

La ville a une destination touristique purement culturel grâce à son histoire (monuments, musées) et sa dynamique (événements culturels)[13].

la Citadelle de Besançon, première destination touristique dans la région, chaque année accueille plus de 250.000 visiteurs[14].

Infrastructures et transports

routes

Les deux routes principales de Besançon sont les N57, qui va en ligne droite vers le nord se connecte à Metz et Nancy et au sud de la frontière suisse, et la N83 qui relie Lyon à Strasbourg.

L'autoroute A36 Beaune - Mulhouse, que la Comtoise, Il dessert la ville et avec 3 sorties (Besançon Palente nº4.1, Besançon nº4 centre de Saint-Claude, Besançon Planoise nº3).

Chemins de fer

gare principale pour Voyage régionale de la ville (Lons-le-Saunier, Belfort) Et entre (Dijon, Lyon) Il est courses de Viotte, tandis que courses Mouillère principalement elle dessert les trains à morteau et Suisse.

Depuis 2011 Besançon, grâce à la ligne Rhin-Rhône à grande vitesse, est directement relié à Paris (2h) et Strasbourg (90 « ). La station périphérique Besançon Franche-Comté TGV Accueille avec satisfaction presque tous les arrêter, même si certains TGV entre dans le centre de la ville Station Viotte. La connexion entre les deux stations est assurée par une ligne de courrier et des trains régionaux.

aéroports

Besançon, en dépit d'être la capitale de la région, ne dispose pas d'aéroports, mais seulement deux petits aérodromes situés dans les municipalités voisines: l'aérodrome de Besançon-La Vèze (aérodrome d'affaires européen) et l'aérodrome de Besançon-Thise. Sur le plan régional, il est intéressant de noter que le seul aéroport international de Dole desservant des stations méditerranéennes. Les aéroports internationaux les plus importants à proximité, tous situés à environ 2 heures en voiture, sont celles de Genève, Lyon Saint-Exupéry et l'Euroairport Bâle-Mulhouse-Freiburg.

Systèmes de câbles

Le funiculaire de Beauregard-Bregille, communément appelé Funiculaire de Bregille, était en service 1912-1987, reliant la station avec le district Mouillere Bregille. Monument historique en 2011, est actuellement à l'étude sa réhabilitation, mené par l'association Amis du Funiculaire en partenariat avec la ville de Besançon.

Mobilité urbaine

Le 30 Août 2014, après deux ans et demi de travail, il a été inauguré réseau de tramway urbain dans le cadre d'une réorganisation du projet de transport public local visant à réduire la circulation dans la ville, au service largement tous les domaines et en fournissant les aires de stationnement périphériques aux points stratégiques.

La société Ginko, en plus de la gestion des lignes de tramway, assure le transport routier local avec une vingtaine de lignes de bus urbains et trente lignes interurbaines de courrier[15].

administration

Les villas est la capitale régionale Franche-Comté, le département de Doubs et dell 'arrondissement municipal. Il est l'académie de Besançon et la province ecclésiastique de Besançon. Il est également en charge de la communautés communes Grand Besançon (CAGB).

Comme toutes les communes françaises avec une population entre 100.000 et 150.000 habitants, Besançon est administrée par un conseil municipal est composé de 55 élus.

Maires depuis 1953

période Les citoyens d'abord partie Télécharger notes
1953 1977 Jean Minjoz SFIO, par la suite PS maire
1977 2001 Robert Schwint PS maire
2001 régnant Jean-Louis Fousseret PS maire Municipal 2014 a remporté avec 47,4% au second tour

consulats

  • Consulat 'Algérie, Il couvre les départements de Franche-Comté et le département de Dijon (Côte D'Or)

jumelage

La ville de Besançon a signé des accords de jumelage ou de coopération avec treize collectivités territoriales étrangères[16]:

Besançon
écussons FRIBOURG en Brisgau et Besançon
  • Angleterre Huddersfield, de 1955, étendu au district de Kirklees en 1995
  • Allemagne FRIBOURG en Brisgau, de 1959
  • Israël Hadera, de 1964
  • Italie Pavie, de 1964
  • Suisse Neuchâtel, de 1975
  • Burkina Faso Douroula, de 1985
  • Finlande kuopio, de 1986
  • Cote d' src= homme, de 1991, Protocole d'accord de coopération décentralisée
  • Russie Tver ', de 1996
  • Roumanie Bistriţa, de 1997 mais les relations qu'elle entretient 1990
  • Pologne Bielsko-Biala, de 2000
  • Palestine Aqabat Jabr, de 2004, domaine des réfugiés de partenariat
  • États-Unis Charlottesville, de 2006

sportif

club professionnel

Besançon est traditionnellement présente de haut niveau dans le basket-ball masculin (Besançon BCD) Et dans les sections masculines et féminines de handball (Entente Sportive Besançon).

Sport amateur

La pratique du sport dans le bisontina d'agglomération est très diversifiée, à la fois pour l'impulsion de la ville et pour la partie geofisco de la ville (la présence de collines, les murs, les ruisseaux, forêts ...). Parmi les sports les plus populaires, à côté du football, nous rencontrons le VTT, l'escalade, le canoë, le kayak et la randonnée.

Besançon a une école de football L'Académie de football Besançon Orchamps est une académie pour les jeunes joueurs de 4 à 13 ans. Labellisé par la Fédération française de football parce que la marque en 2004, son but est de faire progresser les jeunes joueurs dans tous les aspects du football pour devenir des joueurs puissants au football 11-14 ans.

Les installations sportives

La ville a une salle de sport avec une capacité modulaire 4200 sièges pour le basket-ball et 3400 pour le handball. le stade Léo-Lagrange, la plus grande ville, est actuellement en rénovation. Il y a aussi deux piscines olympiques (Mallarmé et La Fayette), deux piscines extérieures (Chalezeule et Bisontin Nautique), Une salle de patinage sur glace (La Fayette), trois salles de gymnastique, trois complexes sportifs et divers terrains de football.

Personnes liées aux sports Besançon

  • Khedafi Djelkhir, Argent Jeux Olympiques de Beijing 2008 dans la catégorie poids plume boxe
  • Ghani Yalouz, médaillé olympique d'argent dans la catégorie 69 kg la lutte gréco-romaine à Atalanta Jeux Olympiques 1996
  • Jean-Charles VALLADONT, 2012 champion du monde en tir à l'arc

notes

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Besançon

liens externes

précédent Stade de 'itinéraire Sigeric suivant
Mansio LVIII - Nos (Nods) Mansio LIX - Bysiceon Mansio LX - Cuscei (Cussey-sur-Ognon)
autorités de contrôle VIAF: (FR126658519 · LCCN: (FRn79091187 · GND: (DE4005972-8 · BNF: (FRcb15252282f (Date)