s
19 708 Pages

Pyongyang
bandes dessinées
titre orig. Pyongyang
langue orig. français
pays France
textes Guy Delisle
dessins Guy Delisle
éditeur l'Association Ciboulette
1ère édition 2003
Albi seulement
sexe Reportage, plein d'humour

Pyongyang est un bandes dessinées autobiographique Guy Delisle publié en 2003 par l'Association, dans lequel l'auteur décrit son séjour à Pyongyang, capital République de Corée populaire démocratique. Le but du voyage, dans ce pays fermé aux étrangers, est de superviser la mise en œuvre d'une série d'animation, sous-traitée à une entreprise locale par une société occidentale (dans ce cas, l'adaptation sous forme de dessins animés de la série de bande dessinée papyrus). La bande dessinée montre la Delisle vie de l'auteur au cours de sa vie coréenne à travers une série d'anecdotes et de réflexions. À l'été 2012 directeur États-Unis Gore Verbinski, avec le scénariste Steve Conrad, Il a acheté les droits d'apporter Pyongyang sur grand écran [1], mais le projet a été annulé à la suite de l'acte de piraterie contre le Sony Pictures Entertainment et les menaces terroristes [2].

éditions italiennes

Les réimpressions de bande dessinée italien comprennent les questions suivantes:

  • Pyongyang, Temps Editions, 2006, 176 pages en noir et blanc, taille 16,5 x 23,5, ISBN 9788889674109
  • Pyongyang, Editions Rizzoli Lizard, 2013, 184 pages en noir et blanc, taille 17 x 24, ISBN 9788817064125.

l'intrigue

l'histoire

Delisle arrive à Pyongyang transport, en plus des objets qui ont été autorisés à entrer dans le pays, le roman George Orwell 1984, CD de Aphex twin, jazz acide et reggae, et des cadeaux comme des cigarettes Gitanes et cognac Hennessy. Delisle rencontre d'anciens collègues qui travaillent sur une adaptation de Corto Maltese. Il a également rencontré les anciens diplomates, employés de Les organisations non gouvernementales et les hommes d'affaires, comme les ingénieurs français sont venus installer une télévision à haute définition. Au cours de sa visite, qui a duré deux mois, séjours à l'hôtel et de rencontrer Yanggakdo Delisle autres étrangers qui sont Koryo hôtel. Accompagné de son guide conformément à la loi, visitez la statue de Kim Il-Sung, Pyongyang Metro, le Club diplomatique (l'ancienne ambassade de Russie), l'Arc de Triomphe, la 'USS Pueblo, l'hôtel Ryugyong, le Taekwondo Hall et Musée de l'occupation impériale. Delisle est surpris par le manque de personnes handicapées, de la musique de propagande nord-coréenne, le culte de la personnalité de l'ancien dirigeant Kim Il-Sung et Kim Jong-il l'époque, de l'obligation d'être à chaque match moment par sa traducteur et guide, de Coca-Cola et bégonias Kimjongilia. De même noter le lavage de cerveau imposé aux habitants, même si ce dernier totalement nier. Par exemple, lorsque des questions sur son leadership Delisle des personnes handicapées à Pyongyang, il répond avec sincérité déconcertante que la Corée du Nord n'a pas, que les enfants de la « race coréenne » né sans handicap physique, forte et intelligente.

Les personnages et les thèmes

comme dans Shenzhen, qui Pyongyang très similaire [3], Delisle met l'accent sur les problèmes d'animation sous-traitées, le manque de communication avec le asiatique et l'incapacité de comprendre leurs coutumes et adopter leur mode de vie. Cependant, ne pas être en mesure de répéter exactement les mêmes schémas humoristiques Shenzen, Il se concentre sur l'histoire de « non-sens généré par la dictature la plus paradoxale qu'on puisse imaginer »[4]. Le ton de la bande dessinée est encore plus désabusé que celui de Shenzen, Delisle ne pas avoir d'autre choix que de céder au contexte particulier d'une société fossilisés. Son témoignage est celui d'un homme effectuant un séjour relativement court dans le pays, ce qui lui permet de se conformer à un certain détachement.

notes

bibliographie

  • Pyongyang, Temps Editions, 2006, 176 pages en noir et blanc, taille 16,5 x 23,5, ISBN 9788889674109.

liens externes