s
19 708 Pages

France
Agence France à Toulon-Rol-1.jpeg
Le navire dans le port de Toulon en 1914
vue d'ensemble
Ensign civil et naval de France.svg
type navire de guerre
classe courbet classe
en service Ensign civil et naval de France.svg Marine nationale
ordre 1 Août 1911
Constructors Ateliers et Chantiers de la Loire
construction Saint-Nazaire, France
réglage 30 novembre 1911
Varo 7 novembre 1912
Entrée en service 15 juillet 1914
sort final coulé 26 Août 1922 Baie de Quiberon après avoir heurté un rocher
Caractéristiques principales
déplacement Standard: 23457 t
pleine charge: 25579 t
longueur 166 m
largeur 27 m
ébauche 9,04 m
propulsion 24 des chaudières, des turbines à vapeur 4 de type Parsons; 28000 hp
vitesse 21 noeuds (39 km / h)
autonomie 4.200 miles nautiques à 10 nœuds
équipage 1115-1187
armement
artillerie 12 canons de 305 mm modèle 1910 tours jumelles
22 canons 138 mm de casemates simples
4 canons de 47 mm de simples barbettes
torpilles 4 tubes lance-torpilles 450 mm
armure Ceinture: 180-270 mm
Pont: 30-70 mm
Tour de contrôle: 300 mm
tours d'artillerie: 250-290 mm

les données de [1][2][3]

entrées Battleships sur Wikipédia

la France était navire de guerre genre cuirassé d'escadre de Marine nationale français, Il est entré en service en Juillet 1914 comme la troisième unité classe courbet.

Actif au cours de la Première Guerre mondiale mais pas particulièrement pris part importante dans les actions militaires, le navire a travaillé plus intensivement pendant 'intervention alliée dans la guerre civile russe au cours de laquelle il a été le centre de la soi-disant "Mutinerie sur la mer Noire« Avril 1919, le navire a coulé terminé le 26 Août, 1922 après avoir heurté un récif non marqué sur les cartes de Baie de Quiberon.

histoire

Le navire a été commandé le 1er Août 1911 en même temps que le futur compagnon Paris dans le cadre du programme de la marine française pour l'année 1911; fixé au 30 Novembre 1911 à des chantiers navals de Ateliers et Chantiers de la Loire de Saint-Nazaire, le navire a été lancé le 7 Novembre, 1912 sous le nom de France ( "France")[4]. Connexion en 15 Juillet, 1914 le cadre des célébrations de Bastille Day de cette année, quelques jours après la France, escorté par sa sœur Jean Bart, Il a porté le président français Raymond Poincaré à Saint-Pétersbourg pour une visite d'Etat Russie, retour à la maison en quelques jours avant le déclenchement des hostilités avec l'Allemagne en Août 1914.

la France, ainsi que sa catégorie jumelle de Courbet, a été donné aux opérations mer Méditerranée contre 'Autriche-Hongrie: L'unité a passé une grande partie des derniers jours de 1914 pour fournir un appui feu d'artillerie aux troupes Royaume du Monténégro commis contre les Austro-Hongrois, mais a été retiré de ce service après le 21 Décembre, la Jean Bart Il a été sérieusement endommagé après avoir été torpillé par le sous-marin U-12 de l'île de Saseno[2]. la France et les cuirassés français ont passé le reste de pratiquement toujours à l'ancre dans les bases de guerre Malte et bizerte, avec un transfert en 1916 dans les ports de Corfou et Argostoli récemment occupé par l'ancrage français neutre Grèce; la majeure partie de l'équipage du navire de guerre débarquées et a été envoyé pour équiper la nouvelle unité anti-sous-marine dont il était plus grand besoin[5].

Après la fin des hostilités, les France et Paris Ils ont été envoyés mer noire au début de 1919 pour soutenir les opérations des forces allié engagé contre le nouveau régime bolchevique né en Russie après les événements de Révolution d'Octobre[2]; basé à Sébastopol, en Avril 1919 France Il a été l'épicentre de la soi-disant Mutinerie sur la mer Noire, juste soulèvement des équipages des navires français dans le bassin situé pour protester contre les mauvaises conditions de vie à bord de l'unité et contre une intervention militaire que les hommes ne comprenaient pas la nécessité: la mutinerie est revenu après des négociations avec les vice-amiral Jean-François-Charles Amet qui avait promis un rapatriement rapide des navires, ce qui en fait ont eu lieu quelques jours plus tard. Vingt-six membres d'équipage France Ils ont été condamnés par un cour martiale pour des faits de mutinerie, mais tous étaient gracié en 1922 dans le cadre d'un accord politique entre le Premier ministre et les parties Poincare du gauche français[6].

Le 26 Août 1922, alors qu'il naviguait dans la baie de Quiberon, la France Il bouscula un récif immergé non marqué sur les cartes et a sombré dans les quatre heures; avec son équipage d'environ 900 hommes ont été comptés, cependant, seulement trois décès[7].

notes

  1. ^ Whitley, p. 35.
  2. ^ à b c Gardiner gris, p. 197.
  3. ^ Dumas, p. 223.
  4. ^ Dumas, p. 162.
  5. ^ Whitley, p. 38.
  6. ^ Masson, pp. 106-122.
  7. ^ (FR) Battleship Français naufragé, perdu 3 hommes, New York Times. Récupéré le 11 Décembre, 2016.

bibliographie

  • Robert Dumas, Les Dreadnoughts français: Le 23500 ton Classe Courbet, en IX Warship, Annapolis, Naval Institute Press, 1985, pp. 154-164, 223-231, ISBN 0-87021-984-7.
  • Robert Gardiner; Randal Gray, Conway Tous les Navires de Combat de monde:. 1906-1922, Annapolis, Naval Institute Press, 1985 ISBN 0-87021-907-3.
  • Philippe Masson, La marine française mutineries, 1919, en Les mutineries navales du XXe siècle: une perspective internationale. Cass Série: Politique et Histoire Navale, nº 19, Londres, Frank Cass, 2003 ISBN 0-7146-5456-6.
  • M. J. Whitley, Cuirassés de la Seconde Guerre mondiale, Annapolis, Naval Institute Press, 1998 ISBN 1-55750-184-X.

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez