s
19 708 Pages

la Ligue du Nord Ce fut un grand wagon quatre roues portant le signes de la ville autour de laquelle réunis et se sont battus la milices de communes médiévales. Il était particulièrement fréquent chez les municipalités Lombard, toscane et, plus généralement, de 'Italie du Nord. À la suite de son utilisation propagation de l'extérieur 'Italie. Il était le symbole de l'autonomie municipale[1].

Défendu par les troupes de crack, parées aux couleurs de la ville, il a été conduit par généralement bœufs et il porte une autel, un cloche (Appelé « Martinella ») et une antenne sur laquelle on a placé un croix et les signes de la ville. En temps de paix, il a été maintenu en église la ville principale à laquelle il appartenait.

histoire

origines

La Ligue du Nord, qui trouve son origine Lombard, Il a d'abord été utilisé par arimanni comme le char de guerre[2]. Son rôle est devenu purement symbolique[3], avec l'ajout de la croix, les signes de la ville, l'autel et sa conservation dans l'église principale de la ville[4] en un temps identifiable entre 1037 et 1039 grâce à 'Archevêque de Milan Aribert, qui a imposé l'utilisation dans l'un des sièges qui Conrad II le Salique Il a fait à plusieurs reprises à Milan[5]. En d'autres termes, la Ligue du Nord, par la guerre, est devenu l'outil purement politique[4]. De Milan son utilisation est répandue dans de nombreuses municipalités en Italie du Nord, toscane et hors de l'Italie, jusqu'à son déclin au XIVe siècle. Sur les documents médiévaux, il est appelé la Ligue du Nord carochium, carozulum, carrocerum ou carrocelum, tandis que dans dialecte milanais le temps a probablement été nommé caròcc ou Caroz[6].

Ligue du Nord
La Ligue du Nord de Milan d'un ancien miniature

L'origine lombarde suggère sa propagation dans d'autres villes, qui ne peut être expliqué comme une simple reproduction du Carroccio milanais[3]. En outre, les descendants de arimanni, à cheval encore les onzième et douzième siècles, avaient maintenu, dans la société médiévale italienne du Nord, une certaine indépendance et a été reconnu par un certain nombre de prérogatives spécifiques, bien que la domination lombarde était sur quelques siècles[4].

Au XIIe siècle,

Documents du 1158 et 1201 confirment la présence de la Ligue du Nord de Milan, en temps de paix, en Eglise de Saint-Georges au Palais[4]. Dans le premier document mentionné contient des informations sur la nécessité de réaliser un bouclier de fer pour être placé dans chorale l'église mentionnée ci-dessus, qui se trouvait près de la Ligue du Nord, avec l'éclairage d'un votif incendie alimenté par un livre huile[4]. Dans le document 1201 il y a des informations similaires: l'archevêque et les religieux de l'église milanaise de San Giorgio al Palazzo aurait dû allumer les lampes votives autour du Carroccio[4].

En 1159 les troupes municipales Brescia au cours d'une bataille, conquis le Carroccio de Crémone. Le wagon a ensuite été porté en triomphe dans les rues de Brescia et il a été placé dans la référence de la communauté ecclésiale, avec le « Martinella » qui a été placé sur la tour civique de la ville[7].

a été impliqué dans la Ligue du Nord Bataille de Legnano (29 mai 1176), au cours de laquelle il a été soutenu, selon la légende, par Compagnie de la Mort, guidé, selon la tradition, par Alberto da Giussano, personnage fictif qui est apparu seulement en réalité dans les œuvres littéraires du siècle suivant. Toujours selon la légende, pendant le combat, trois sorties colombes de sépultures de saints Sisinnio, Martirio et Alessandro un Basilique de San Simpliciano Milan[8] provoquant le vol a atterri sur le Carroccio Federico Barbarossa[9].

Au lieu de cela, selon les faits historiques réels, l'infanterie municipale prédisposent autour de la Carroccio une résistance décisive qui a permis au reste de l'armée Lega Lombarda, effectivement dirigé par Guido da Landriano[10], à venir de Milan et la défaite Federico Barbarossa dans la célèbre bataille de Legnano. Aujourd'hui, il est difficile de déterminer avec précision l'emplacement exact de la Ligue du Nord par rapport à la topographie de la Legnano actuelle. L'une des chroniques de l'affrontement, la Annales de Cologne, contiennent des informations importantes[11]:

(LA)

« [...] Au lombards gagner mori papier peint aut aut, grande fosse exercitium circumdederunt suum, ut nemo, cum urgeretur belle, effugere posset. [...] »

(IT)

« [...] Les Lombards, prêts à gagner ou mourir sur le terrain, ils ont placé son armée dans une grande fosse, de sorte que quand la bataille avait été vivant dans, personne ne pouvait échapper. [...] »

(Annales de Cologne)
Ligue du Nord
Vue sur le parc du château de Legnano. Au premier plan, il fait partie de l'escarpement où, selon certaines théories, peut avoir été défendu Carroccio pendant la bataille de Legnano.

Cela suggère le fait que la Ligue du Nord était situé sur le bord d'une pente raide flanquant la Olona, ​​de sorte que la cavalerie impériale, dont l'arrivée a été prédite par castellanza le long de la rivière, il serait obligé d'attaquer le centre de l'armée de la Ligue lombarde qui monte l'escarpement[12]: Cette décision a donné tort alors de façon stratégique, puisque Federico Barbarossa est venu de la place Borsano, à-dire du côté opposé, ce qui a forcé les troupes municipales de se tenir autour de la Ligue du Nord avec la voie d'évacuation bloquée dall'Olona[13].

Compte tenu de l'évolution du conflit, cela pourrait signifier que les phases cruciales pour la défense de la Ligue du Nord ont été menées sur le territoire du district legnanese San Martino (Plus précisément, près de la 'église du même nom quinzième, qui domine en fait une pente qui descend vers le Olona[13]) Ou le legnanese de « San Giorgio Costa, » ne pas être dans un autre quartier de la Les environs détectable autre dépression avec des caractéristiques appropriées pour sa défense[12][14]. Compte tenu de ce dernier cas, le dernier match aurait pu se produire aussi sur une partie du territoire appartenant maintenant Legnanesi contrade Sant'Ambrogio et San Magno (Entre le quartier « Costa San Giorgio » et Olona est présente encore une forte pente: cette pente il a été inclus plus tard dans la parc du château) Et la municipalité de San Giorgio su Legnano[12][14].

Au XIIIe siècle,

En plus de la bataille de Legnano, la Ligue du Nord a également été utilisé en 1214 dans le Bataille de Bouvines. a été capturé la Ligue du Nord de la Ligue lombarde par l'Impériale en 1237 à Cortenuova, donnés à papa Gregorio IX empereur Federico II et transportés Palais sénatoriale de Rome dans ce qu'on appelle encore Sala del Carroccio, où est conservé l'inscription commémorative du don fait par l'empereur au peuple romain. L'inscription se lit comme suit:

(LA)

« Cesaris Augusti Friderici, Rome, secundi donne tene perpes de Currum dans Urbe decus. Hic Mediolani Captus massacre triumphos de Cesaris ut referat venit proie illustre. Hostis dans probrium pendebit à Urbis mictitur d'honneur, hune Urbis mictere iussit saké. »

(IT)

« Recevoir, O Rome, le panier, cadeau de l'empereur Frédéric II, l'honneur éternel de la ville. Pris dans la défaite de Milan, il est la proie aussi glorieuse de proclamer les triomphes de César. Il ne vous sera pas honte de l'ennemi, est envoyé ici pour la gloire dell'Urbe, il a envoyé l'amour de Rome. »

(Inscription commémorant la prise de la Ligue du Nord[15][16])

Rome, ainsi que d'être le siège de la papauté, la capitale a également été un vaste empire, puis l'envoi de la Ligue du Nord dans la ville par l'empereur avait une forte signification symbolique[16]. En particulier, la Ligue lombarde dans la Ligue du Nord en 1237 a perdu la bataille à cause des routes boueuses, ce qui a empêché les troupes municipales à mettre dans le temps pour obtenir[6].

En 1275, il a été la Ligue du Nord de Bologne (Qui étaient Guelph) Pour être capturé à la bataille de San Procolo de Forlì, qui étaient à la place ghibellini, et il est mis en triomphe forlì. Carroccio Un milieu du XIIIe siècle Cremona Au contraire, il a été capturé dans la bataille par les milices municipales parme[7].

Au XIVe siècle: déclin et disparition

Le déclin de la Ligue du Nord a eu lieu dans l'évolution des tactiques de guerre. Quand ils ont commencé à apparaître de plus grandes armées et plus manœuvrables, l'infanterie municipale ont été remplacés par soldats de fortune, qui étaient dépourvus, être de mercenaires, les liens d'affection et d'appartenance à la ville[6].

Ligue du Nord
La Ligue du Nord au cours de la Bataille de Legnano sur un tableau de Amos Cassioli

L'importance symbolique de la Ligue du Nord, dans ce contexte historique, il était donc moins[6]. Par ailleurs, d'un point de vue logistique, la Ligue du Nord, étant tiré à moitié très lent panier, n'a pas été très mobile, et souvent créé des obstacles à des actes de guerre, qui ont été plus en plus vite[6]. Pour ces raisons, la Ligue du Nord, au XIVe siècle, se subit inexorablement une période de déclin qui a conduit à sa mort des champs de bataille.

fonction

Outre la valeur symbolique déjà mentionné, la Carroccio possédait une fonction importante tactiques militaires[17]. Il a commencé à gagner l'importance militaire surtout après la bataille de Legnano, où l'une des premières fois dans l'histoire, infanterie, qui avait rassemblé autour de la Carroccio, il se leva pour cavalerie[17]. Jusque-là, il avait en effet considéré comme bien au-dessus des soldats à pied[17].

Depuis l'infanterie réunis autour de la Ligue du Nord, celle-ci, en plus d'avoir une valeur symbolique forte, et a une importante fonction tactique: la capture de la Ligue du Nord, pour les milices municipales, était presque certaine défaite[16]. Pour cette raison, la Ligue du Nord, en plus d'être considéré comme le butin de guerre le plus convoité, a été conservé dans les cathédrales, qui étaient les églises les plus importantes de la ville, et a été le protagoniste, aussi en temps de paix, les cérémonies et les événements les plus importants qui a eu lieu dans les villes[16].

En plus des fins militaires, la Ligue du Nord avait d'autres fonctions, ils pourraient également être menées en temps de paix[7]. Les chefs des municipalités, la Ligue du Nord, pourraient prendre des décisions importantes en ce qui concerne la ville, alors que juges il pourrait être utilisé comme tribunal Mobile pour émettre leur jugements[7].

L'infanterie de la Ligue lombarde, au cours de la bataille de Legnano, a réussi à résister aux diverses attaques commises par la cavalerie impériale à cause de la tactique de ce dernier, qui impliquait les agressions contre les petits groupes désorganisés[16]. Seulement après la bataille de Legnano la cavalerie a commencé à changer de stratégie, d'attaquer l'infanterie pour la défense de la Ligue du Nord dans les forces organisées bien visibles, ce qui leur permet de briser leur résistance[16]. Ce changement de stratégie de guerre, contribué, ainsi que les raisons déjà mentionnées dans le paragraphe précédent, la décadence et la disparition de la Ligue du Nord des champs de bataille[6].

description

Les restes qui ont survécu

Ligue du Nord
L'ancienne Ligue du Nord d'Asti

A Brescia Il est conservé une croix qui appartenait probablement à la hampe de drapeau de la Ligue du Nord a gagné en 1191 à Crémone Bataille de Malamorte[18]. au sein de la La cathédrale de Sienne sont conservés au lieu de deux grandes hampes de 10-15 mètres que la tradition fait référence à Carroccio est revenu victorieux Montaperti. A Cremona, dans le musée, il abrite une plate-forme en bois que vous pensez appartenait au wagon échappé à la milanaise en 1213 à castelleone.

Dans les chroniques

Comme il y a très peu de vestiges subsistent du Moyen Age, les informations sur la forme de la Ligue du Nord sont fragmentaires. Alessandro Visconti, dans un livre de 1945, se référant au journaliste Arnolfo di Milano, rapporte cette description:

« Le signe qui devait précéder les combattants était comme ça: une antenne haute, même comme un mât, planté dans un wagon accidenté s'ergeva haut menant au sommet d'une pomme d'or avec deux bandes de pendentifs candido lino . Au milieu quell'antenna était coincé avec le veneranda Croce peint l'image du Rédempteur à bras ouverts face à la foule autour, parce que quel que soit le cas de la guerre, en regardant ce signe, les soldats qu'ils avaient le confort. »

(Alessandro Visconti, Milan Histoire, 1945, p. 169.)

Il est la ville de la bannière évêque peut imaginer la taille de la bannière de la Ligue du Nord comme une référence à Wurzburg, utilisé en 1266 pendant la bataille de Kitzingen et conservé au Musée Mainfrankisches. Le drapeau est de trois mètres par cinq à l'image de St. Kilian.

Ligue du Nord
Le Florentine Carroccio tiré d'une miniature nouvelle chronique de Giovanni Villani

Iconographiquement sont venus au XXI siècle, deux représentations de la Ligue du Nord au Moyen Age: le premier est présent dans Sienne Chronicles Montauri, tandis que le second en Cronica Giovanni Villani[19]. Les deux représentations sont le résultat des histoires de journalistes non-oculaires, être les auteurs du XIV et XVe siècle, puis une époque où la présence de la Ligue du Nord dans la vie quotidienne est maintenant disparu.

La première représentation montre que deux longerons mobiles les uns avec les autres aides, tandis que dans la seconde image, où il y a un chariot à quatre roues avec un drapeau, le sujet est représenté plus en détail. Sur le chariot avec la base sont en fait représenté la Marzocchi galopante. La même image de la Carroccio est présent en une fresque Jan van der Straet dédié à médecins, représentant Piazza della Signoria pendant le festival St. John.

Il est donc probable qu'il y avait trois types de Carroccio: le premier modèle « classique » de Milan, celui toscan avec deux verges (avec la Ligue du Nord à Florence qui avait une cloche), et celle répandue dans Flandre et Allemagne, il était un wagon simple avec un mât central.

D'après la description, faite par Salimbene de Adam, le démontage de celui capturé par Parme à Cremonesi à Vittoria en 1248, on en déduit que les parties du Carroccio étaient cinq: quatre roues, une plate-forme, le mât de drapeau, le drapeau et diverses décorations. Les roues étaient très grandes, et ils étaient généralement peints en rouge Milan et Florence, Blanc à Parme, couleurs et précieux non spécifiés dans Sienne et Padoue.

Le mât, selon la description de Bonvesin de la Riva, Il pesait que quatre hommes et a été généralement soutenue par des cordes (sûrement à Milan). en Code Chigi, le Florentine Carroccio a deux espars et le drapeau, que très souvent il n'a pas été fixé à une barre latérale, il était en tissu précieux habituellement divisé en deux couleurs coupés en deux, ou a été décoré d'un motif en croix. Contrairement à la Europe du Nord, la représentation de la saint patron Il ne figurait pas sur les chars italiens, où il a été souvent dépeinte comme une décoration du camion avant[3].

Le remorquage de la Ligue du Nord a été généralement réalisée par des bœufs ou - très rarement - par des chevaux.

le Martinella

Ligue du Nord
A droite, la Ligue du Nord à la bataille de Legnano sur une autre peinture de Amos Cassioli

L'utilisation de la cloche (la « Martinella ») est encore controversée. On ne sait pas si elles étaient directement ou Carroccio ou suivis dans un autre véhicule. La fonction de rappel des soldats autour du Carroccio a été réalisée par Martinella, tandis que les trompettistes commandes imparties et, très souvent, exhortant les troupes à combattre[17].

En 2000, a été identifié le Martinella d'origine dans le Bataille de Legnano: Il a été gardé sur le clocher de 'Ermitage de Saint-Albert de Butrio de Ponte Nizza, en la province de Pavie[20]. Dans la même année, la découverte fut promené lors de la parade des Palio di Legnano[21].

la specialis magister

la specialis magister, qui était en charge du maintien de la Ligue du Nord, il a été payé par la municipalité, pour son service, huit argent par jour[17]. En plus de vérifier la fonctionnalité du wagon, la specialis magister Il a participé à des actions de guerre qui a participé à la Ligue du Nord dans un pansement 'armure et portant une épée[17].

était aussi la Ligue du Nord a chapelain, dont la fonction est de messe sur l'autel positionné sur Carroccio[17]. De plus, cette figure religieuse, ainsi que celle de religieux, Il a été payé par la ville[17].

Dans la littérature

Les premières traces littéraires de la Ligue du Nord apparaît dans le poème Rambaldo Vaqueiras, troubadour les français XIIe siècle, intitulé « Le Carros », où le savant, transformant leur flatterie fille Beatrice Bonifacio del Monferrato, dit que ses rivaux de femmes Lombard dans la beauté de la jeune fille qu'ils utilisent un Carroccio et d'autres chars pour « combattre » la notoriété grandissante de la jeune fille[22].

Giacomo da Lentini, officier impérial Frédéric II de Souabe, Il a traité la Ligue du Nord dans la chanson Ben est venu me, qui est un poème d'amour inspiré par la poésie des troubadours et probablement composé avant la Bataille de Cortenuova (Entre 1233 et 1237).

La Ligue du Nord à l'époque moderne

Ligue du Nord
La bataille de Legnano dans un tableau de Massimo d'Azeglio. En arrière-plan, on peut voir les panneaux d'affichage de croix et positionnés sur la ville Carroccio

ce qui signifie à titre posthume

Être un Carroccio Signum, à l'époque moderne, il est devenu un symbole d'idées, les espoirs et les significations les plus diverses, souvent la propagande anti tyrannique pendant la période de seigneuries, jusqu'à romance et Risorgimento, où il est devenu le symbole de la lutte contre l'occupation étrangère. promoteurs importants de ces idées ont été Massimo d'Azeglio, Giovanni Berchet, Amos Cassioli, Francesco Hayez.

Giosuè Carducci avant et Giovanni Pascoli puis ils ont rappelé, avec Legnano chanson et Chanson de la Ligue du Nord, la pompe et la splendeur des municipalités italiennes médiévales, qui ont été plus tard aussi des concepts tirés des écrits de Gabriele D'Annunzio.

commémorations

Ligue du Nord
La Ligue du Nord de Sienne pendant la Palio 2006
Ligue du Nord
La Ligue du Nord lors du défilé historique du Palio di Legnano 2015

Dans les parties et reconstitutions historiques, très souvent, le personnage central est représenté par Carroccio:

  • en Palio di Siena (2 Juillet - 16 Août) la Ligue du Nord, parader avec une chaussette blanche noire de la ville, porte le Palio (également connu sous le nom « chiffon »), ou drappellone peinture sur soie, prix des courses de chevaux (aussi appelé « carrière ») qui ferme l'événement. La cloche et hérauts représentent le point culminant de la parade (aussi appelé « promenade historique »), le premier de sa carrière pour remporter le chiffon.
  • en Palio di Legnano (Dimanche dernier mai), une copie de la Carroccio parader dans les rues de Legnano tiré par des bœufs. Ce wagon, qui conclut la parade, portant la croix Aribert, prix des courses de chevaux endormi où ils participeront aux stade de la ville, la huit districts qui divisent Legnano. La Ligue du Nord, au cours de la parade, qui se termine au stade, est escorté par quelques chiffres qui personnifient Alberto da Giussano et Compagnie de la Mort. Ce dernier, avant la course de chevaux, pour évoquer bureau fait, selon la légende, la Compagnie de la Mort et Alberto da Giussano au cours de la bataille de Legnano.
  • en Palio di Asti (Troisième dimanche de Septembre), la Ligue du Nord est tiré par trois paires de bœufs et les ours, comme le veut la tradition, les insignes de la ville (une croix blanche sur fond rouge), un coq en fer forgé (symbole de la liberté communale), et le di Palio Asti, prix vainqueur de la course de chevaux. Il est une reconstruction historique de la Ligue du Nord médiévale et porte astese l'autel avec une reproduction de san Secondo, présent dans le choeur gothique Cathédrale de Santa Maria Assunta d'Asti. La Ligue du Nord d'Asti est également présent Martinella, ou la cloche une fois utilisé pour appeler les troupes municipales à la prière avant la bataille. Il est conservé dans la Collégiale de San Secondo, à partir de laquelle vient seulement une fois par an, à l'occasion du Palio, le troisième dimanche de Septembre.

notes

  1. ^ Ars Bellica - Les grandes batailles de l'histoire - La bataille de Legnano, sur www.arsbellica.it. Récupéré 29 Juin, ici à 2015.
  2. ^ D'Ilario, 1976, pp. 189-190.
  3. ^ à b c D'Ilario, 1976, p. 190.
  4. ^ à b c et fa D'Ilario, 1976, p. 189.
  5. ^ Guide de Touring Club Italien, Milano éditeur de Touring, 2007, p. 26
  6. ^ à b c et fa D'Ilario, 1976, p. 196.
  7. ^ à b c D'Ilario, 1976, p. 197.
  8. ^ D'Ilario, 1976, p. 80.
  9. ^ Marinoni, p. 37.
  10. ^ Grillo, pp. 157-163.
  11. ^ D'Ilario, 1976, p. 85.
  12. ^ à b c Agnoletto, p. 39.
  13. ^ à b D'Ilario, 1984, p. 233.
  14. ^ à b Percivaldi, p. 8.
  15. ^ Bréholles, p. 132.
  16. ^ à b c et fa D'Ilario, 1976, p. 193.
  17. ^ à b c et fa g h D'Ilario, 1976, p. 192.
  18. ^ Tucci, p. 4.
  19. ^ Voltmer, pp. 183-184.
  20. ^ Il est le clocher d'un ermitage médiéval Oltrepò Pavese historique « de Martinella » du Carroccio, sur users.libero.it. Récupéré le 11 Avril, 2016.
  21. ^ Ferrarini, p. 188
  22. ^ Voltmer, p. 6.

bibliographie

  • Giorgio D'Ilario, Egidio Gianazza, Augusto Marinoni, Legnano et la bataille, Landoni Editions, 1976 SBN IT \ ICCU \ LO1 \ 1256757.
  • Gabriella Ferrarini, Marco Stadiotti, Legnano une ville, son histoire, son âme, éditeur Telesio, 2001 SBN IT \ ICCU \ TMR \ 0096536.
  • Chiara Frugoni (Eds), Le Villani a expliqué: Florence et en Italie dans les images médiévales de 253 ms. L Chigiano VIII 296 de la Bibliothèque du Vatican, textes Alessandro Barbero, Alessandro Savorelli à d'autres, Florence, Lettres, 2005 ISBN 88-210-0787-1.
  • Paolo Grillo, Legnano 1176. Une bataille pour la liberté, Laterza, 2010 ISBN 978-88-420-9243-8.
  • (LA) Alphonse Huillard-Bréholles, Tomus 5, pars 1, une partie de Historia Friderici secundi diplomatique, Reprint anast. d'édition: Parisiis Henricus Plon, Torino, Bottega d'Erasmo, 1963 [1857], SBN IT \ ICCU \ MIL \ 0442033.
  • Augusto Marinoni, La bataille de Legnano a eu lieu sur le territoire Sangiorgesi?, dans Attilio Agnoletto (ed) San Giorgio su Legnano - histoire, société, environnement, Landoni Editions, 1992 SBN IT \ ICCU \ IFC \ 0249761.
  • Cesare Paoli (ed) Le livre de Montaperti: (n 1260)., Florence, G. P. Vieusseux, 1889, ISBN inexistante, SBN IT \ ICCU \ LIA \ 0654589.
  • (DE) Zug Tucci H., La Ligue du Nord, en Quellen und Forschungen aus und Bibliotheken italienischen Archiven, vol. 65, 1985 pp. 1-104.
  • Guglielmo Ventura, mémorial, édité par Ludovico Antonio Muratori, Milan, 1727, ISBN inexistante.
  • Ernst Voltmer, La Ligue du Nord, Traduction de Giuseppe Albertoni, Torino, Einaudi, 1994 ISBN 88-06-13594-5.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient le travail de Giovanni Pascoli la 1908: La chanson du Carroccio
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations sur carroccio
  • Il contribue à Wiktionary Wiktionnaire Dictionnaire contient le lemme "carroccio»
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers sur carroccio

liens externes