s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - "Cicero" voir ici. Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Cicero (désambiguïsation).
Marco Tullio Cicerone
SPQR Roman banner.svg
console de République romaine
Cicero - Musées Capitolini.JPG
Buste de Cicéron (Musées du Capitole, Rome)
nom d'origine Marcus Tullius Cicero
naissance 3 janvier 106 B.C.
Arpinum, Latium, Italie
mort 7 décembre 43 BC
Formies, Latium, Italie
époux Terenzia (79-46 BC)
Publilia (46-45 BC)
enfants Tullia
Marco Tullio Cicerone
père Marco Tullio Cicerone Vecchio
mère Elvia
administration centrale 75 BC
aedile 69 BC
Cour de district 66 BC
consulat 63 BC
proconsulat 51 BC

Marco Tullio Cicerone (en latin: Marcus Tullius Cicero, ecclésiastique au pouvoir: / 'De Markus de tulljus ʧiʧero /, prononciation restituta: /'maːr.kʊs 'tʊl.lɪ.ʊs' kɪ.kɛ.roː /; en grec ancien: Κικέρων, Kikérōn; Arpino, 3 janvier 106 B.C. - Formia, 7 décembre 43 BC) Ce fut un avocat, politique, écrivain, haut-parleur et philosophe romain.

Exponent d'une riche famille de 'ordre équestre, Cicéron était l'une des figures les plus importantes de l'ensemble 'antiquités romaines. Sa vaste production littéraire, allant de oraisons politiques les écrits de philosophie et rhétorique, tout en offrant un portrait précieux de la société romaine dans les dernières années troublées de république, Il est resté comme un exemple pour tous les auteurs du I siècle avant JC, il peut donc être considéré comme le modèle de la littérature latine classique.

Grâce au travail de Cicéron, un grand admirateur de la culture grecque, les Romains pouvaient aussi acquérir une meilleure compréhension des philosophie. Parmi ses contributions majeures à la culture latine, il n'y avait aucun doute la création d'un vocabulaire philosophique latine: Cicéron a entrepris, en fait, pour trouver le mot correspondant en latin pour les termes spécifiques du langage philosophique grec.[1] Parmi les œuvres clés pour comprendre le monde latin sont considérés comme le long de la courrier (epistulae, en particulier ceux ami Tito Pomponio Grenier), Qui offrent de nombreuses réflexions de chaque événement, ce qui leur permet de comprendre les véritables politiques de 'aristocratie Roman.

Cicéron a occupé pendant de nombreuses années un rôle majeur dans le monde de la politique romaine: après avoir sauvé la république de tentative subversive Lucio Sergio Catilina et ont ainsi obtenu le titre de pater patriae (Père de la Nation), a joué un rôle important dans la première faction optimates. En effet, ce fut Cicéron qui, dans les années de guerres civiles, énergiquement défendu jusqu'à sa mort une république maintenant dans son dernier souffle et destiné à devenir le principatus augustéenne.

biographie

jeunesse

Enfance et famille

Marco Tullio Cicerone est né le 3 Janvier, 106 B.C.[2] à Ponte Olmo,[3] près du confluent de la rivière Fibreno en Liri, dans la zone actuellement occupée par 'Abbazia di San Domenico,[4] Aujourd'hui, sur le territoire de Sora mais à ce moment-là dans la municipalité de Arpinum, ville ancienne colline fondée par Volsques 100 km au sud-est de Rome.[5] Le Arpinati avait reçu suffrage civitas sine déjà IV siècle avant JC, et pleins droits de citoyenneté 188 BC; plus tard, la ville avait aussi gagné statut de municipe.[5] la langue latine Il était utilisé depuis longtemps.[6] Cependant Arpino, a également développer l'enseignement des grecque, que l'élite sénatoriale romaine préfère souvent en latin, en reconnaissant la complexité croissante et la précision.[7] L'assimilation par les Romains des communautés Italique près Rome, eu lieu entre le II et I siècle avant JC, rendu possible l'avenir de Cicéron comme un écrivain, homme d'État et orateur.

Cicéron appartenait à la classe équestre, le petit noblesse local, et, bien que liée lointainement Gaio Mario, le chef de populares au cours de la guerre civile contre optimates de Lucio Silla Cornelio,[8] Il avait aucun lien avec l'oligarchie sénatoriale romaine; était donc homo novus. La famille a été composée par son père Marco Tullio Cicerone Vecchio, homme instruit, mais d'origine inconnue, la mère Elvia, de famille noble et la probité morale,[9] et son frère cinquième.

la nom de famille Cicéron était le surnom d'un ancêtre assez bien connu, il a connu une croissance sur son nez charnu (sans doute une verrue), Qui se souvenait sous la forme d'un pois chiche (Cicer, ciceris Il est le mot latin pois chiche). Lorsque Marco est apparu pour la première fois sa candidature à une fonction publique, quelques amis déconseillait l'utilisation de son nom de famille, mais il a répondu qu'il « aurait signifié qu'il est devenu plus connu que celui de Scauri et Catuli. »[10]

études

Marco Tullio Cicerone
Jeune Cicero lecture ou Cicero lecture enfant fresque détachée Vincenzo Foppa (A propos de 1464), Wallace Collection de Londres

Cicéron était immédiatement un garçon avec une intelligence extraordinaire, se distinguer parmi ses pairs à l'école et amassant gloire et honneur.[11] Le père, dans l'espoir pour les enfants une carrière juridique brillante et la politique, les conduit à Rome où Marco a été introduit dans le cercle des meilleurs orateurs de son temps, les protecteurs de sa famille, Lucio Licinio Crasso et Marco Antonio. influence particulière a été le premier de Cicéron, alors il est resté un modèle d'orateur et homme d'État. A Rome, Cicéron pourrait également se former dans la jurisprudence, grâce à l'école Quintus Mucius Scaevola, éminent juriste.[12] Parmi les compagnons de Cicéron, il y avait Gaio Mario jeunes, Servio Sulpicio Rufo (Appelé à devenir un célèbre avocat, l'un des rares qui Cicéron considéré comme supérieur à lui-même), et Tito Pomponio, qui a ensuite pris nom de famille de Grenier après un long séjour à Athènes, et qui est devenu un ami proche de Cicéron. Dans une lettre, en fait, lui écrit: « Tu es moi à comme un second frère, alter ego que je peux vous dire tout ".[13]

Dans cette période Cicerone est également venu à la poésie[14] se faufilant dans la traduction Homère et phénomènes de Arato, qui ont influencé, par la suite, Georgiche de Virgilio.

Particulièrement attiré par philosophie,[15] qu'il aurait donné de grandes contributions, y compris la création du premier vocabulaire philosophique en latin, en 91 BC Il a rencontré, en même temps que son ami Tito Pomponio (Penthouse), le philosophe épicurien Phaedrus visiter Rome. Les deux ils ont été fascinés, mais Atticus est resté toute sa vie un adepte de la doctrine épicurienne. Nell '87 BC il a rencontré le professeur de rhétorique Apollonio Molone[16] (Instruit que, quelques années plus tard, Gaio Giulio Cesare), Et les milieux universitaires Philo de Larissa, qui a exercé une profonde influence sur lui. Ce fut en effet la tête de 'académie que Platon Il a fondé à Athènes environ trois cents ans avant et Cicéron, à cause de son influence, il assimile son philosophie platonicienne - tout en rejetant, par exemple, Théorie des idées - viennent souvent de définir Platon comme son dieu.

Peu de temps après, il a rencontré Cicéron Diodote, exposant stoïcisme. Stoïcisme avait déjà été préalablement introduit à Rome, où il avait reçu un large succès grâce à l'accent mis sur le contrôle des émotions et la volonté, se marier idéaux romains. Cicéron n'a pas complètement adopté la philosophie stoïcienne austère, mais il a préféré un stoïcisme modifié. Diodote est devenu un protégé de Cicéron, dont il est resté jusqu'à sa mort. Le philosophe, ce qui démontre toute son adoption de stoïcisme, il a continué à enseigner, même après la perte de la vision.[15]

honorum cursus

premières expériences

Le rêve d'enfance de Marco Tullio Cicerone était « toujours le meilleur et d'exceller sur les autres », conformément aux idéaux du homériques. Cicéron voulait dignitas et auctoritas, symbolisé par praetexta toge et par la tige de lictors. Il n'y avait qu'une seule façon de les obtenir: suivez les étapes de honorum cursus. en 90 BC, Cependant, Cicéron était trop jeune pour arriver à un bureau de honorum cursus, mais non pas pour l'expérience préliminaire dans la guerre qui a appelé à une carrière politique. Entre 90 BC et l '88 BC, Cicéron a servi sous Strabon Pompeius et Lucio Silla Cornelio pendant les campagnes de guerre sociale, mais il ne se sentait pas d'attrait à la vie militaire. Il était d'abord et avant tout un intellectuel. En fait, de nombreuses années plus tard, il écrit à son ami Atticus, qui rassemblait des statues de marbre pour les villas de Cicéron: « Pourquoi dois-je envoyer une statue de Mars Tu sais que je suis un pacifiste?! »[17]

l'entrée dans la carrière juridique de l'Cicero a officiellement pris place dans '81 av avec sa première prière publique, Pro Quinctio, pour une cause dans laquelle il avait comme adversaires l'orateur le plus célèbre de l'époque, Hortensius. Mais ses débuts dans l'art oratoire réel politique, au moins selon des documents écrits dont nous, est venu avec le Pro Roscio Amerino, très excité et parfois emphatique, qui conserve une grande partie de l'école dans le style exubérant.[18][19] Ici, Cicéron a défendu avec succès un fils faussement accusé de parricide, montrant un grand courage nell'assumersene la défense, parricide a été considéré comme l'un des pires crimes, et les vrais coupables de l'assassiner ont été pris en charge par le Freedman Silla, Lucio Cornelio Crisogono. Si Sulla avait voulu, il serait trop facile de prendre Cicero, juste à sa première comparution devant le tribunal.

Marco Tullio Cicerone
Lucio Silla Cornelio.

Cicéron a divisé son argumentation en trois parties: d'abord, les défenses Roscio et a essayé de prouver qu'il n'a pas commis l'assassiner; dans le second, il a attaqué ceux qui avaient réellement commis le crime - y compris un parent du même Roscio - et a montré comment l'assassiner favorisée par rapport à ceux qui Roscius; dans le troisième, il a attaqué directement Chrysogone, indiquant que le père de Roscius a été assassiné pour obtenir sa terre à un prix pas cher, une fois vendu aux enchères. Sur la base de ces arguments, Roscius a été acquitté.

Pour échapper à une vengeance probable Silla,[20] entre 79 et 77 BC Cicéron alla, accompagné de son frère Quintus, son cousin Lucius, et probablement aussi par son Servio Sulpicio Rufo, en Grèce et Asie mineure.[21] Particulièrement important était son séjour à Athènes. Là encore, il a rencontré son ami grenier qui se sont échappés d'une Italie ravagée par les guerres, se sont réfugiés en Grèce. Il a été plus tard pour devenir un citoyen d'honneur d'Athènes et Cicéron pourrait présenter quelques-unes des personnalités les plus importantes de temps Athéniens. A Athènes aussi Cicéron visité ceux qui étaient les lieux sacrés de la philosophie, à partir de l'Académie de Platon, dont il était alors chef Antiochus d'Ascalon. Sur ce dernier Cicéron j'admire la facilité de la parole, sans partager des idées philosophiques, très différentes de celles de Philon, dont il était admirateur convaincu.[22][23] Après un court séjour à Rhodes, où il a rencontré le stoïcien Posidonio, Cicéron est revenu en Grèce, où il a été initié dans le mystères d'Eleusis, qui l'a beaucoup impressionné, et où il pourrait visiter le 'Oracle de Delphes. Ici, il a demandé à la Pythie comment il pouvait atteindre la gloire, et elle lui a dit qu'il devrait suivre ses instincts, et non pas les conseils qu'il a reçus.[24]

Entrée en politique

Marco Tullio Cicerone
Cicéron Bust

Il est revenu à Rome après la mort de Silla (Qui a eu lieu en 78 BC), Cicéron a commencé sa vraie carrière politique, dans un environnement globalement favorable: en 76 BC Il se présenta comme candidat à la siège de la police, le premier judiciaire la honorum cursus.[25] Les questeurs, élus en nombre de vents, étaient en charge de la gestion financière, ou assistée propréteurs et proconsuls au sein du gouvernement provincial. Élu au bureau de la ville de Lilibeo (Aujourd'hui, Marsala), Le Ouest de la Sicile, Il a joué le travail avec soin et l'honnêteté qui lui a valu la confiance de la population locale. Pendant son séjour en Sicile il a visité dans Syracuse, la tombe de Archimede. Merci à l'intérêt de Cicéron pour le scientifique Syracusain ont en notre possession quelques informations importantes sur lui et surtout le meilleur témoignage de son planétarium. A la fin du mandat, les Siciliens ils ont confié l'affaire contre propraetor Verre, coupable d'avoir malmené l'île en trois ans 73-71 BC[26][27] Cicéron a pris jalousement une preuve de culpabilité, il a prononcé deux prières préliminaires (Divinatio dans Quintum Caecilium et actio premier en Verrem) Et l'ancien gouverneur, accablés par des preuves accablantes, a choisi l'exil volontaire.[28] Les cinq prières préparées pour les phases ultérieures du processus (qui constituent la "actio Secunda) Ils ont ensuite été publiés et sont un test important de l'Anarchie que l'oligarchie sénatoriale a exercé les réformes suivantes sulla. Verrès coller, Cicéron a attaqué l'arrogance de la noblesse corrompue, mais pas l'institution sénatoriale, en effet fait son appel à la dignité de cet ordre parce que estromettesse membres indignes. Elle a acquis un prestige aussi énorme pour défendre parce qu'il était Verre Hortensius, considéré comme le plus grand avocat de l'époque:[29] « Battu », Hortensius a dû accepter que sa place a été prise par Cicéron. Malgré l'incident, les deux alors une bonne secouait lien d'amitié. Pour Hortensius, en effet, qui a également fait l'éloge du Brutus, Cicéron a consacré un ouvrage entier, ne nous atteint, l 'Hortensius.

L 'art oratoire et la profession d'avocat était, à Rome, l'un des principaux moyens de propagande pour la politique, parce qu'il n'y avait pas de nouveaux documents écrits sur la politique, à l'exception Acta Diurna, qui jouissait d'une distribution limitée.

Contre Cicéron, cependant, elle est restée la méfiance naturelle des nobles vers qui était homo novus, augmenté par le fait que le dernier homo novus de prendre du poids politique avait été le citoyen de Cicéron, Gaio Mario. Même le même cependant, farouche adversaire de Mario, Sulla, avait pris des mesures qui ont permis et facilité l'entrée de equites dans la vie politique, ce qui donne Cicéron la possibilité d'atteindre les hauteurs de honorum cursus.

Le succès de ces prières (qui ont ensuite été appelé verrine) Qui anticipe les principes d'un gouvernement humain et inspiré par l'honnêteté et de la philanthropie, Cicéron conduit au premier plan sur la scène politique: en 69 BC Il a été élu au bureau de construction curule (À l'âge de 37 ans),[30] en 66 BC il est devenu praetor avec une élection à l'unanimité (à l'âge de 40).[31] Dans la même année, il a donné son premier discours politique, Pro lege Manilia de imperio Cn. Pompéi, en faveur de l'octroi des pleins pouvoirs à Pompey pour guerre contre Mithridate. A cette occasion, Pompey a été soutenu par les chevaliers, intéressés par la résolution rapide de la guerre en Asie, alors qu'il était contraire à la majorité des sénat.[32] La raison pour laquelle l'engagement Cicéron dans un environnement hostile en raison de la haute aristocratie (qui, d'ailleurs, ne voulait pas l'accepter dans ses rangs) est l'importance qu'il avait pour les collectionneurs et les spéculateurs, menacés dans leurs intérêts Mithridate VI. La province de 'Asie mineure, menacé par le souverain de Ponto, était, en effet, particulièrement actif du point de vue de l'économie et du commerce.

consulat

Marco Tullio Cicerone
Cicéron dénonce Catilina, fresque Cesare Maccari Palazzo Madama à Rome représentant Cicéron prononçant l'un des harangues contre Catilina.

en 65 B.C. Cicéron a présenté la demande au consulat. En 64, il a été élu consul pour l'année suivante (c.-à- 63 BC). Sa position a été illustrée par son frère Quintus dans une œuvre (d'attribution douteuse: il écrit Cicéron lui-même?), Commentariolum petitionis, écrit pour le conseiller dans la campagne électorale. Pour un jeu de classes, Cicéron élu par le tourné vote de tous les siècles.[33] le rejoindre élu se patricienne Gaius Antonius Hybrida, oncle Marco Antonio, Triumvir et futur ennemi juré dell'arpinate, accusé par Cicéron (En toge candida, prière - est venu dans fragmentaire - tenue au Sénat en tant que candidat des conditions avant les élections 64) pour être de collusore Lucio Sergio Catilina.[34] La confiance accordée à Cicéron de la classe équestre était déjà payé au début du consulat avec la prononciation de quatre prières (De lege agraire) Contre la redistribution des terres proposée tribune Publio Servilio Rouleau.[35]

Au cours de son consulat Cicéron avait pour contrer la tentative de complot déployée par Catilina. Ce fut un noble pauvre qui, après avoir combattu avec Silla et ont terminé le cursus honorum, aspirait à devenir la console. Catilina il a couru la console, il a été arrêté trois fois et trois fois avec des processus de doutes ou de fraude électorale probable et finalement comploté pour renverser la république.[36] Catilina surtout compté sur le soutien de la population, qui a promis des réformes radicales, et de l'autre noblesse déchue, à qui prévoyait une subversion avantageuse de l'ordre établi, ce qui lui aurait probablement conduit à assumer un pouvoir monarchique ou presque.[37] Après avoir pris connaissance du danger que la République a couru à travers Fulvia soufflé, amant conspiré Quinto Curio,[38] Cicéron fait par le Sénat à adopter une Senatus de re consultum ultimum publica defendenda, à savoir une mesure avec laquelle ils ont attribué, comme on s'y attendait dans des situations particulièrement graves, des pouvoirs spéciaux aux consuls.[39][40] Alors échappé à une tentative d'assassinat par les conspirateurs,[41] Cicéron convoqua le Sénat Temple de Jupiter Stator, où il a prononcé une accusation violente contre Catilina, avec le fameux discours comme avant Catilinaria[42][43], qui ouvre les célèbres mots d'ouverture

(LA)

" Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nôtre? »

(IT)

« Depuis combien de temps, Catilina, abuser de notre patience? »

(Marco Tullio Cicerone, Catilina Oraisons I, 1)

Catilina, compte tenu de ses plans ont révélé, a été contraint de quitter Rome et se retira en Étrurie à ses partisans Gaius Manlius, laissant la direction du complot en vue de quelques hommes de confiance, Lentulus Sura et Cetego.[44][45]

En établissant un partenariat avec une délégation des ambassadeurs envoyés à Rome par les Gaulois Allobroges, Cicéron pourrait cependant entraîner aussi Lentulus et Cethegus devant le Sénat: les ambassadeurs, qui se sont réunis avec les conspirateurs, qui avaient donné leurs documents écrits qui promettaient de grands avantages si elles avaient soutenu Catilina, ont été arrêtés dans une toute fictive, et les documents est tombé entre les mains de Cicéron. Ces négociations ont abouti Cethegus, Lentulus et les autres devant le Sénat, mais pour décider quelle peine devrait être appliquée, il a suscité un débat houleux: après beaucoup avaient soutenu la peine de mort, Gaio Giulio Cesare Il a proposé de punir les conspirateurs de l'exil et la confiscation des biens. Le discours a provoqué un émoi de César, et aurait probablement convaincu les sénateurs si Caton le Jeune il venait de prononcer un discours tourné en faveur de la peine de mort. Les conspirateurs ont ensuite été exécutés, et Cicéron ont annoncé leur mort au peuple avec la formule:

(LA)

"Vixerunt"

(IT)

« Ils ont vécu '

(Marco Tullio Cicerone)

parce qu'il a été considéré comme la malchance de dire le mot « mort » (et autres expressions similaires de sens comme « mort ») dans le trou. Catilina a ensuite été battu dans le 62 Janvier, dans la bataille avec son armée.

Cicéron, qui n'a jamais cessé de se vanter de leur rôle pour le salut de l'État (souvenez-vous de la célèbre ligne de Cicéron sur son consulat: togae arme cédante, Trad « que les armes peuvent céder la place à la toge [le magistrat] »), en raison du rôle dans la suppression de la conspiration, a obtenu un prestige incroyable, qui lui ont même valu le surnom pater patriae. Néanmoins, la décision d'autoriser la condamnation à mort des conspirateurs sans leur donner la provocatio ad populum (À savoir l'appel au peuple, qui pourrait décider de la commutation de la peine de mort en une peine de prison) lui coûter cher que quelques années plus tard.

Pendant la guerre civile

Dès le premier triumvirat ides de Mars

Marco Tullio Cicerone
Gaio Giulio Cesare (Musées du Vatican)

À la suite de la réapparition de conflits entre les sénateurs et les publicains, et l'accord entre César et Pompée contre l'oligarchie sénatoriale, Cicéron a glissé par. La dernière chance de rentrer dans le jeu politique, il a été offert en 60 BC les trois hommes les plus puissants du moment, ou Pompey, César et Crassus, la conclusion premier triumviratIls ont demandé à Cicéron de soutenir la loi agraire en faveur des vétérans de Pompée et la population moins bien nantis. Cicéron, cependant, a refusé non seulement de ne pas paraître un traître à l'aristocratie, mais aussi pour le juridique et l'ordre social de l'attachement de laquelle les nobles se proclamaient les défenseurs.[46]

Après ce rejet et la mise en place du premier triumvirat, Cicéron a eu lieu hors de la politique, mais cela ne suffisait pas pour le sauver de la vengeance populares: Early 58 BC la tribune Clodius Pulcher, ennemi de Cicéron pour un procès précédent pour sacrilèges,[47] a adopté une loi condamnant rétroactivement à tous ceux de l'exil qui avait mis à mort un citoyen romain, sans permettre la provocatio ad populum. Il a été, en fait, mouvement politique d'un César qualifié (qui précisément avant de partir pour la Gaule a attendu Cicéron avait fui Rome) qui, par son allié Clodius, donc éliminé par l'un de sa scène politique la plupart des adversaires tenaces, qui pourrait lui opposer lors de son accession au pouvoir. Cicéron, alors, était jugé pour sa conduite lors du procès à Catilinari Lentulus et Cethegus[48] mais, contraint à l'exil, il n'a pas donné la paix, implorant ses connaissances parce qu'elle favoriserait son retour. Clodius, cependant, poussé par une série d'autres lois exigeant que Cicéron ne pouvait même pas apporter aux pays voisins, et que ses propriétés ont été confisquées.[49] En fait, la villa Palatin Il a même été détruit, et un sort semblable peu de temps après celles de Formia et Tusculum.[50][51] en 57 B.C. amélioration de la situation à Rome, quand les nobles et Pompée mettre un terme aux initiatives Clodius Pulcher, ce qui permet Cicero de revenir et de reprendre son combat contre le tribun du peuple.[52][53]

en 56 B.C. Cicéron a prononcé la prière Pro Sestio dans lequel il a étendu son idéal politique précédent: l'alliance entre les chevaliers et les sénateurs à son avis, ne suffit pas à stabiliser la situation politique. Il fallait donc un front commun de tous les propriétaires fonciers s'opposer à la tentative de subversion par populares. Les propriétaires fonciers et la foule se sont affrontés à l'utilisation des bandes armées, et dans l'un de ces affrontements, plus précisément sur Appian Way, Milone, organisateur des bandes des propriétaires, a tué le tribun Clodius.[54][55] Au procès assassiner, a eu lieu à 52 BC, Cicéron défenses Milone, mais, à défaut de donner son discours avec la force droit à la clameur de la foule et la crainte que incutevano les partisans de Clodius dans le trou, Milone a été condamné à l'exil (une version de Pro Milone Il a été publié que plus tard, ce qui donne moyen de vérifier comment il était un discours des plus habiles et légalement subtile).

Marco Tullio Cicerone
Le monde romain au début de la guerre civile (1 Janvier, -49). les légions distribuées par province sont également mises en évidence

Après avoir été nommé augure en 53 BC au lieu de Crassus,[56] en 51 BC comme proconsul est allé Cilicie,[56] tout comme la relation entre César et Pompée être plus sévère. Pendant le séjour loin de Rome, les pensées de l'orateur ont été tournés à la menace de la guerre civile. Retour à la maison, il n'a pas cessé d'appeler les parties à faire preuve de retenue et de conciliation, mais ses appels est tombé sur les oreilles sourdes aussi à cause du fanatisme qui a poussé l'intransigeance Pompée vers les exigences de César. Lorsque César a franchi la Rubicon, Cicéron a tenté de faire bien la faveur, mais a également décidé de quitter l'Italie pour rejoindre Pompey.[57][58] Il a atterri, par conséquent, Dyrrachium, mais atteint Pompée, vu comment il espère en eux comme reposa les sauveurs de la république étaient infondées: chacun d'eux était-il pas dans la défense des idéaux, mais seulement pour tâtons tirer profit de la guerre. Après la grande victoire de César bataille de Pharsale, en 48 BC, Cicéron a décidé de retourner à Rome, où il a obtenu le pardon du même César 47 BC[59]

Cicéron a révélé dans ses œuvres et en lettres à des amis comme Cornelio Nepote, à propos de la personnalité César:

« Je vois César qui devrait céder la place. Il a une façon d'exposer élégant, lumineux et même, d'une certaine façon de prononcer si élégante et magnifique ... Qui le précéder, même parmi les conférenciers professionnels? Qui est le plus aigu et riche en concepts? A propos de l'exposition plus ornée et élégant? »

(Suétone, Vies des Césars, César, 55.)

L'espoir de Cicéron à collaborer au gouvernement César a été coupé du pli et de la monarchie absolutiste de prise de courant[60]. L'orateur a pris sa retraite, à commencer l'écriture des œuvres philosophiques et oratoire. S'y ajoute le divorce de sa femme Terentia et la mort de sa fille Tullia, suivie d'une séparation de sa seconde épouse Publilia, une jeune fille.

Quand César a été tué le 15 Mars, 44 BC, à la suite de conspiration Marco Giunio Bruto et Gaius Cassio Longino, Rome, et Cicéron lui-même, a déclenché une nouvelle phase politique, qui ne prendra fin avec l'avènement de l'empire.

L'opposition à Antonio et la fin

Cicéron n'a pas été, certes, pris par surprise par l'assassinat, par Liberatores, Jules César était sûrement au courant du complot qui a été le tissage, mais toujours décidé de se maintenir en dehors, tout en exprimant une grande admiration pour l'homme qui était destiné à devenir le symbole même de la conspiration, Brutus. Et même Brutus, en fait, avec le sale couteau le sang de César encore dans sa main, a souligné à Cicero appeler l'homme qui rétablirait l'ordre dans la république.[61]

Il a écrit à Lucio Minucio Basilo, l'un des Assassinat de Jules César, une lettre pour féliciter l'assassinat de César:

(LA)

« Tibi gratulor, mihi GAUDEO; te amo, votre tueor; vous amer et, quid AGAS quidque AGATUR, vol certior fier. »

(IT)

« Avec vous, je vous félicite, pour moi, je suis heureux; Je suis avec vous, je me soucie de vos choses; Je vous demande de me aimer et laissez-moi savoir ce que vous faites et ce qui se passe. »

(Cicéron, pour Familiares, là, 15)

La date de la lettre est pas connue, mais il est généralement maintenu à proximité ou en même temps à la conspiration.[62] L'expression « quid AGAS quidque AGATUR » indiquerait la[62] comme il est écrit avant qu'il est allé à Cicéron Capitole, où les conspirateurs avaient trouvé refuge après l'assassiner, retranchés dans temple Capitoline et protégé par gladiateurs de Brutus.[63]

Cicéron, en fait, est venu à être, en fait, l'un des principaux chefs de faction optimates, tandis que Marco Antonio, et lieutenant magister equitum César, a pris les rênes de la faction populares. Antonio a essayé de faire en sorte que le Sénat a décidé d'organiser une expédition contre les Liberatores (Qui entre-temps ils avaient déménagé dans la péninsule des Balkans), mais Cicéron était promoteur d'un accord assurant la reconnaissance de toutes les mesures prises par César lors de sa dictature, l'impunité garantie à Brutus et Cassius.[64] Peu de temps après, les deux, ainsi que les autres conspirateurs, ont fui vers la péninsule hellénique.[65]

Marco Tullio Cicerone
Statue d'Auguste communément appelé Auguste de Prima Porta, gardé la Musées du Vatican.

Entre Cicéron et Antoine, cependant, les relations ne sont pas les meilleurs, et les deux, d'autre part, étaient exactement le contraire de la politique: Cicéron était le défenseur des intérêts du Sénat oligarchie, partisan convaincu de la République, tandis que Antonio il voulait faire ses projets de César et d'assumer progressivement un pouvoir tyrannique et contraire à la Constitution.[66] Pendant ce temps, un autre chiffre a été confirmé à partir de rien dans le paysage politique de Rome, la figure du jeune Ottaviano (Pour devenir Auguste Destinées), petit-fils de César et son héritier dans son testament.[67][68] Octavian a décidé d'adopter une filosenatoriale politique, sans montrer aucune inclination à imiter les mouvements de César.

Cicéron, puis, encore plus ouvertement parti contre Antoine, Octavian définissant comme héritier politique de César, et comme un homme envoyé par les dieux pour rétablir l'ordre.[69] Cicéron espérait, en effet, dans l'affirmation d'un jeune homme princeps in re publica qui, assisté d'un membre du Sénat d'une grande expérience, comme Cicéron lui-même, la paix riportasse et inverse la république.[70] Elle a également commencé, entre 44 BC et 43 BC, Antonio se prononce contre une série de prières, connu sous le nom Filippiche comme ils ont rappelé les homonymie prononcé par Démosthène contre Philippe II de Macédoine. Pendant ce temps, Antonio, dans le désir de mener une nouvelle guerre en Gaule pour augmenter leur prestige, a décidé de marcher contre Decimus Junius Brutus Albinus, gouverneur Gaule, et assiégea la ville de Modène. Ici Antonio, cependant, a été atteint par les armées consulaires menées par Aulus Hirtius, Gaio Vibio Pansa et par la même Ottaviano, qui a vaincu.[71]

De retour à Rome, Octavian se trouve dans la position d'avoir à choisir entre l'abandon total de la politique de César, qui aurait gardé en vie la république en train de mourir, et l'expulsion du Sénat, qui était en danger de devenir sujet totalement.[72] Il a choisi de continuer au moins une partie de la politique de César, et formé, avec Antonio et Marco Emilio Lepido, la deuxième triumvirat, un accord politique que les trois hommes auraient dû une œuvre profonde de la réforme de la république.[73] Cicéron a été forcé d'accepter qu'il serait désormais impossible de mettre en œuvre son plan d'un princeps, mais il ne se retire des accusations graves Antonio Filippiche. Ce dernier, alors, malgré l'opposition de Octavian, a décidé d'inclure dans Cicero listes noires, édictant, ainsi, sa condamnation à mort.[74]

Cicéron puis quitta Rome et se retira dans sa villa à Formia, qui avait reconstruit après les incidents de Clodius. En Formia, cependant, il a été rejoint par plusieurs assassins envoyés par Antonio, qui, aidé par un Freedman nommé Philologue,[75] Ils pourraient trouver trop facilement. Cicéron, conscient de l'arrivée de ses tueurs, n'a pas essayé de se défendre, mais il se résigne à son sort, et fut décapité.[76] Une fois tué, sur les ordres de Antonio, il a aussi les mains ont été coupées (ou peut-être juste la main droite utilisé pour écrire et d'indiquer dans les discours), avec qui il a écrit Filippiche,[77] auquel ils ont été exposés au Sénat avec la tête, suspendue à des boulons qui sont au-dessus de la plate-forme à partir de laquelle les sénateurs ont tenu leurs prières, comme un avertissement aux opposants du triumvirat.[78][79]

(LA)

« Prominent ancien lectica praebentique immotam cervicem praecisum caput est. Nec satis stolidae crudelitati Militum fuit: Manus scripsisse quoque aliquid dans Antonium exprobrantes praeciderunt. »

(IT)

« Se penchant de la litière et offrant son cou sans trembler, il était à la tête coupée. Et cela ne suffisait pas pour tromper la cruauté des soldats: ils aussi coupé les mains, reprochant d'avoir écrit quelque chose contre Antonio. »

(Livio - Ab Urbe livres chevronnés, CXX - cit. en Sénèque l'Ancien, Suasoriae, 6,17)
(GRC)

« Αὐτὸς δ « ὥσπερ εἰώθει τῇ ἀριστερᾷ χειρὶ τῶν γενείων ἁπτόμενος, ἀτενὲς ἐνεώρα τοῖς σφαγεῦσιν, αὐχμοῦ καὶ κόμης ἀνάπλεως καὶ συντετηκὼς ὑπὸ φροντίδων τὸ πρόσωπον, ὥστε τοὺς πλείστους ἐγκαλύψασθαι τοῦ Ἑρεννίου σφάζοντος αὐτόν. Ἐσφάγη δὲ τὸν τράχηλον ἐκ τοῦ φορείου προτείνας, ἔτος ἐκεῖνο γεγονὼς ἑξηκοστὸν καὶ τέταρτον. Τὴν δὲ κεφαλὴν ἀπέκοψαν αὐτοῦ καὶ τὰς χεῖρας, Ἀντωνίου κελεύσαντος, αἷς τοὺς Φιλιππικοὺς ἔγραψεν. Αὐτός τε γὰρ ὁ Κικέρων τοὺς κατ « Ἀντωνίου λόγους Φιλιππικοὺς ἐπέγραψε, καὶ μέχρι νῦν Φιλιππικοὶ καλοῦνται. »

(IT)

« Et lui, comme il le faisait, toucher sa joue avec sa main gauche, il regarda impassiblement les assassins, couvert de sueur et les cheveux et démêlé face à des soucis, de sorte que le plus couvert leurs visages tout en Herennius l'a tué. Il a été tué alors que son cou collant de la litière, quand ce qu'il a passé était sa soixante-quatrième année. Et, sur les ordres de Antonio, ils ont coupé sa tête et ses mains, avec laquelle il avait écrit Philippiques. Cicéron lui-même, en fait, le droit des prières philippiques contre Antonio et sont encore les appels Philippics. »

(Plutarque - vies parallèles, Vis Demosthenes et Cicero, 48, 2-5)

Une fois vaincu Antoine, Octavian a choisi Marco, fils de Cicéron, telles que la connexion au consulat et à seulement Marco Antonio pénalités de comminò, ce qui en fait briser les statues et décrétant que aucun membre du Antonia Gén Il n'aurait jamais été appelé Mark.[80]

Plutarque dit que quand, plus tard, a décerné le rang d'Auguste, le titre Ottaviano trouvé un neveu qui a lu les œuvres de Cicéron, prit son livre, et il a lu une partie. Une fois qu'il était revenu à lui, il dit: « Il était un sage, mon garçon, un homme sage, et il aimait son pays. »[81]

intimité

Marco Tullio Cicerone
Buste de Cicéron a gardé le Musées du Capitole de Rome.

mariages

Cicéron marié Terentia probablement à l'âge de 29 ans, en 77 BC Mariage - pratique - était tout à fait harmonieusement pendant 30 ans. Terentia était de famille noble et était une riche héritière, les deux facteurs très importants pour l'ambitieux jeune Cicéron était à ce moment-là. L'une de ses sœurs, un cousin, a été choisi comme une vierge vestale, qui était un grand honneur. Terentia était une femme de caractère fort et a pris part à la carrière politique de son mari plus qu'il ne lui a permis de reprendre l'entreprise familiale. Non partagé, cependant, les intérêts intellectuels de Cicéron, ni son agnosticisme. Cicéron se lamente à Terentia dans une lettre écrite pendant son exil en Grèce que « ... ni dont vous avez adoré avec une telle dévotion, ni les hommes que je servais a montré le moindre signe de gratitude envers nous. »[82] Terentia était une femme pieuse, et probablement tout à fait matérialiste.

A la fin de 47 BC ou au début de 46 BC Cicéron répudié Terentia.[83] Le détachement des raisons sont inconnues, mais Cicéron accuse sa femme d'avoir négligé pendant la guerre, ne fut même pas venu à l'accueillir à son retour et remettre sa maison alourdi par des dettes importantes.[84]

Vers la fin de 46 BC Cicéron marié Publilia, le père de riche jeune fille orpheline, qui vivait seul avec sa mère.[85] Selon Terenzia (qui Publilia accusé d'être la cause de son divorce) remariage a eu lieu à l'amour de Cicéron pour la jeunesse de la jeune fille, alors que, selon Tiro, son Freedman, Cicéron ne fut attiré par la richesse des jeunes.[86] Cicéron lui-même avait été nommé gardien de Publilia, et il a administré la richesse.[87] Peu de temps après le mariage, Tullia, fille de Cicéron, est morte en couches.[88] Il a été très impressionné et en Juillet 45 BC, tandis que les amis sont allés pour le confort, elle a décidé de divorcer Publilia coupable d'avoir accueilli la mort de Tullia, après seulement sept mois de mariage.[89]

Le divorce de la femme historique Terenzia et le second mariage avec Publilia, qui sont également destinés à la rupture, Cicéron a fait l'objet de vives critiques, tels que ceux mis à lui par Antonio dans les répliques à Philippics.

enfants

Il est de notoriété publique de l'amour de Cicéron pour sa fille Tullia, bien que son mariage avec Terentia, dont elle est née, ce fut un mariage de convenance. Tullia était la seule personne que Cicéron n'a jamais critiqué. Il décrit dans une lettre à son frère Quintus: « Comment aimer, modeste comme il est, comment intelligent! »[82] Quand elle est tombée subitement malade en Février 45 avant JC et il est mort, après qu'il était apparu que pouvait guérir, donner naissance à un fils, écrivait Cicéron à Atticus, «J'ai perdu la seule chose qui me liait à la vie. »[17]

Penthouse invité Cicéron à lui rendre visite dans les premières semaines après la mort de Tullia pour être en mesure de prendre le confort. Dans la grande bibliothèque d'Atticus, Cicéron lire tout ce que les philosophes grecs avaient écrit au sujet de surmonter la douleur, « ... mais ma douleur défaites toute consolation. »[90] César et Brutus Les lettres envoyées de condoléances, et ainsi fait son vieil ami et collègue, l'avocat Servio Sulpicio Rufo. Elle lui a envoyé une lettre qui a été très appréciée par la suite, plein de réflexions sur la fugacité de toutes choses.

Après un certain temps, Cicéron a décidé d'abandonner toute entreprise de se retirer dans la solitude dans sa villa à Astura, nouvellement acheté. Il était dans un bois solitaire, mais non loin de Naples, et pendant plusieurs mois, il ne faisait que marcher dans la forêt, en pleurs. Il écrivit à Atticus: « Je trempez là au début de la forêt sauvage et dense le matin, et y rester jusqu'au soir. »[17] Plus tard, il a décidé d'écrire un livre pour lui apprendre à surmonter la douleur. Ce livre, intitulé Consolation, Il était très prisé dans l'antiquité (en particulier par saint Augustin), mais malheureusement perdu, et il n'y a que quelques fragments. À la suite de Cicéron également prévu d'ériger un petit temple à la mémoire de Tullia, « son incomparable » fille, mais n'a pas fini le projet, pour des raisons inconnues.

Cicéron espérait que son fils Marco a choisi de devenir un philosophe comme lui, mais il était une attente trop optimiste: Mark, seul, voulait poursuivre une carrière militaire, et 49 BC Il a rejoint Pompey et son armée, et alla avec eux dans la péninsule hellénique. lorsqu'en 48 BC, après la défaite désastreuse du pompéien en Farsalo, Marco est présenté à César, Elle lui a pardonné. Cicéron, alors, ne pas perdre du temps, et l'a envoyé à Athènes pour former à l'école du philosophe péripatétique Cratippe, mais Marco, bien au large l'œil vigilant de son père, a passé le temps de manger, boire et être joyeux.

Après l'assassinat de son père, Marco a rejoint l'armée de Liberatores, dirigé par Marco Giunio Bruto et Gaius Cassio Longino, mais après la Bataille de Philippes, en 42 BC, Il a été gracié par Augusto. Ceux-ci, en effet, se sentant coupable de laisser Cicero a été inscrit dans les listes de proscription deuxième triumvirat Il a décidé de promouvoir la carrière du jeune Marco. Ce dernier est devenu, par conséquent, augure, et il a ensuite été nommé premier consul en 30 BC ensemble à la même Augusto, puis proconsul en Syrie et province d'Asie.

Cicéron politique

Marco Tullio Cicerone
Cicéron Bust
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: La pensée politique de Cicéron.
(LA)

"Potestas dans populo, auctoritas dans senatu"

(IT)

« Le pouvoir du peuple, l'autorité du Sénat»

(Marco Tullio Cicerone, de Legibus,3,12)

En tant qu'homme politique, Cicéron a toujours été l'objet de critiques de l'ancienne et moderne. Les charges retenues contre lui vont à la vanité l'incohérence, la vision à court terme. Mais sa conduite peut être objectivement justifiée si elle contextualise la politique de l'époque, a fait un jeu mobile des accords et des conflits entre les groupes d'énergie et les familles nobles qui exploitaient les étiquettes du parti pour les ambitions personnelles.

Cicéron était attaché au gouvernement républicain par la tradition et de la mémoire, rappelant les grandes choses qu'il avait fait et qu'il, comme beaucoup d'autres, avait sa dignité, son rang social et son nom. Donc, il ne pouvait pas penser à se résigner si facilement à sa chute, même si la liberté effective n'existait à Rome, et il a été laissé de l'ombre. Nous ne blâme pas ceux qui, comme Cicéron, qui s'accrocher et faire des efforts désespérés de ne pas laisser périr, car cette ombre, cette apparence les consoles pour la liberté perdue et leur donne un peu d'espoir de gagner son dos. Ce fut ce qu'ils pensaient que les Romains, comme Cicéron, après mûre réflexion, sans enthousiasme, sans passion, et sans espoir, est allé à atteindre Pompée; Ce qui fait dire Lucano Catone dans ces versets admirables qui expriment les sentiments de tous ceux qui, sans se cacher le sort des république, est obstiné à défendre jusqu'à la fin: « En tant que père, qui vient maintenant perdu son enfant, essayez une sorte de plaisir de conduire les rites funéraires, éclairés de ses propres mains le feu, ne le laissera pas qui à contrecœur et plus tard possible, ainsi, Roma, je ne vous abandonnera avant d'avoir sa mort dans mes bras. Je suis à la fin de votre nom seul, ou la liberté, même si vous n'êtes pas plus qu'une ombre en vain ".[91]

Le souci constant de Cicéron était la défense de la statu quo et les droits du grand propriétaire foncier de la propriété, surtout désireux d'acquérir du crédit des notables romains nécessaires pour faire partie de la classe dirigeante. Il a ensuite travaillé pour la préservation du pouvoir et des privilèges dont jouit la classe de optimates, selon une formule qui, en substance, signifiait la sécurité et la paix (tranquille) Pour tous les propriétaires fonciers, et laissé entendre que le pouvoir (dignitas) Est resté dans les mains d'une oligarchie.
Son désir prétendu que cette élite est entrée pour le « mérite » et non par naissance, même si vous ne voulons cependant pas être simplement considéré comme une référence implicite à ses affaires personnelles, est restée une abstraction théorique, une utopie, plus autre pour l'absence d'un véritable changement dans le tissu politique et social du temps de Rome.[92]

Cicéron était aussi un partisan de l'idéal politique ordinum concordia (Accord entre l'ordre équestre et sénatoriale qui devint plus tard concordia omnium bonorum, ou l'harmonie de tous les citoyens honnêtes), et fait l'éloge, en particulier, dans le quatrième discours contre Catilina: alors, pour la première fois dans l'histoire de la République, les sénateurs, les chevaliers et les gens se sont retrouvés dans un accord sur les décisions à prendre, décisions dont dépendait le salut de l'État. Cicéron espérait que le concorde pourrait durer pour toujours, tout en réalisant qu'il est né à ce moment précis, la pression émotionnelle: en effet, la concorde Il ne comptait pas sur un projet politique particulier, mais seulement sur des raisons sentimentales et économiques.[93]

philosophe Cicéron

Pour les travaux, voir le 'section spéciale

La première philosophie de Cicéron

Marco Tullio Cicerone
Portrait de Cicéron

Cicéron a été le premier des auteurs romains à composer des œuvres philosophiques en latin: il était, en fait, très fier, mais présenter des excuses en même temps, il a consacré à la philosophie que longue.[15] Certains, en effet, croyaient qu'il était inconvenant pour un homme romain se consacrer à la philosophie, d'autres pensaient qu'il était nécessaire de consacrer tous les cas pas plus d'un certain temps. D'autres encore, étaient de fervents partisans de la supériorité totale de la philosophie grecque, et considéré en fait que les œuvres grecque digne d'être lu.[94]

Cicéron, cependant, était convaincu que si les Romains ont été sérieusement consacré à la philosophie, aurait alors atteint les mêmes sommets des Grecs, qui avaient déjà appariés la rhétorique. Mais le goût de la spéculation philosophique était totalement étrangère à la société romaine: vir était, en effet, un homme d'action. Les Romains connaissaient la philosophie par contact avec les Grecs, mais considéré comme inutile, voire nuisible, une vie passée constamment à la recherche d'une connaissance qui n'a pas apporté la gloire au pays ni aucune richesse. Le Sénat est venu, en fait, même les philosophes à expulser Urbe d'Athènes qui étaient venus en visite dans 161 BC, Carneade, Diogène et Critolaos.[94]

le même nobilitas le Sénat n'a pas, alors, que le peuple et les jeunes ont un intérêt pour la philosophie (qui produirait en eux un amour pour 'tranquille, les éloigner de la vie réelle), mais ont été contraints d'admettre qu'aucun homme digne de ce nom pouvait rester étranger à cette science. Les sénateurs ont décidé d'appeler à Rome les philosophes qui avaient conduit à prendre d'eux les véritables leçons de philosophie, interdisant, cependant, ils enseignent la philosophie publique. même Marco Porcio Catone, farouche adversaire de la pénétration de la culture gréco-hellénistique à Rome,[95] a étudié la philosophie grecque, comme tous les membres de l'oligarchie sénatoriale du temps.[94]

Une charge un succès instantané à Rome était la stoïcisme, mais bientôt il rejoint d'autres doctrines, dont les membres sont arrivés « en masse » à Rome au premier siècle avant notre ère Dans un court laps de temps, alors, la situation a subi un renversement total, et il n'y avait pas d'homme plus étranger à la philosophie.[94]

l'éducation philosophique de Cicéron

Cicéron ne se comportait pas différemment de ses contemporains, mais, au moins dans sa jeunesse, il a étudié la philosophie convaincu qu'il était seulement avec un soutien valable pour la rhétorique a commencé à composer des œuvres philosophiques, en fait, que tard dans la vie, quand seule la composition, précisément , il pourrait être l'utilisation de son temps libre. Dans la philosophie de Cicéron a essayé de trouver consolation et savait qu'il avait besoin, le remède est administré à la sagesse ancienne.[94]

En tant que jeune homme, il a étudié impulsion Cicero l 'épicurisme, doctrine qui avait de nombreux disciples à Rome, y compris Amafinius et cation lucretius. En principe, Cicéron était, en fait, un étudiant de philosophes épicuriens, comme Phèdre et Zeno. Plus tard, sous l'influence d'autres maîtres, embrassé, au moins en partie, la stoïcisme, mais il n'a jamais été un croyant ferme: comme d'autres dans son temps, mis au point une fusion personnelle de deux philosophies, donc éclectique.[94] Il a montré, cependant, de fortes préférences pour la doctrine académique insegnatagli par Philo: la théorie du probabilisme et probablement était parfaitement adapté à une personnalité comme celle de Cicéron, qui convient aussi parfaitement l'élévation morale du stoïcisme. Ce mélange particulier entre les philosophies était la vraie philosophie de Cicéron.[94]

travaux

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Histoire de la littérature latine (78-31 BC).
Marco Tullio Cicerone
Marci Tullii Ciceronis Opera Omnia, 1566

Écrits philosophiques

Marco Tullio Cicerone
Page de titre d'une impression de officiis; Christopher Froschouer, 1560

Les œuvres philosophiques de Cicéron sont une source importante de théories philosophiques courtes hellénistiques documentées directement. En particulier, la Academica Ils sont un témoignage essentiel sur scepticisme Académie des médias. Dans de nombreux cas, Cicéron se traduit pour la première fois en latin, les termes philosophiques grecs. Par exemple, les termes probables et probables, utilisés avec de légères variations dans toutes les langues occidentales pour indiquer les concepts philosophiques et scientifiques tirent leur sens du choix actuel de Cicéron pour traduire le latin probabilis le terme πιθανὸς (pithanòs), Dans le sens où il est utilisé par Carneade.[96]

aperçu alphabétique de toutes les œuvres philosophiques

  • Academica prieure (Première ébauche des livres sur la doctrine de la connaissance platonicienne Academy).
    • Catulus (Dialogue), la première partie de 'Academica prieure, perdu.
    • Lucullus (Dialogue), la deuxième partie de la 'Academica prieure, préservée.
  • Livres academici ou Academica posteriora (Version tardive du Traité sur la doctrine de la connaissance platonicienne Académie, dans quatre livres).
  • Cato Maior de Senectute ( "Caton le Censeur, la durée du service « ). Cicéron imagine Caton l'Ancien à l'âge de 84 ans et a exprimé sa nostalgie pour le bon vieux temps, quand à Rome, l'éminent homme politique pourrait maintenir le prestige et l'autorité jusqu'à un âge plus avancé.
  • Consolation: Une consolation pour lui-même écrit la mort de sa fille bien-aimée Tullia, où Cicéron insiste pour que la fugacité de toutes choses et l'importance de la philosophie. Le travail a été perdu.
  • de divinatione ( « Sur les prophéties »): Ce travail, sans doute le plus original de tous ceux qui sont composés par Cicéron, dans l'opinion très explicite met en lumière la confiance que vous avez en magasin 'art haruspicy. Bien discuter aussi les opinions stoïque à ce sujet, vous remarquez que Cicéron traite des sujets avec la familiarité d'une personne qui a été en mesure d'observer de près le fonctionnement du religion romaine (En guise de augure), Et peut tirer un jugement lucide, qui ne peut être que négative. De ce travail, et le troisième livre De Natura Deorum le premier chrétiens Ils ont attiré des arguments pour lutter contre polythéisme.
  • De Finibus bonorum et malorum ( « Sur les limites du bien et du mal »). Il est un dialogue dans cinq livres qui pose la question de ce qui est le plus grand bien, compte tenu des deux philosophies anciennes et stoïciens épicuriens, respectivement, il classé comme une vertu et le plaisir.
  • de Fato ( « Le destin »), pas complètement nous atteint. Elle a fait valoir la doctrine providentielle des stoïciens.
  • De Natura Deorum ( « Sur l'essence des dieux »): Le De Natura Deorum Il a été écrit en 44 avant J.-C., juste avant la mort de César, et envoyé à Brutus. orchestre Cicero une conversation entre un épicurien, Velléius, un stoïque, Balbo, et universitaire, Cotta, exposer et discuter les opinions des philosophes sur l'ancienne et la Providence. L'athéisme déguisé Epicure Il est réfutée par Cotta, qui semble représenter Cicéron lui-même. Cotta prend, alors, de parler, de réfuter même pensé à la stoïcienne Providence. Si Cicéron a rejeté avec certitude l'opinion des épicuriens à ce sujet, nous ne pouvons pas, cependant, de savoir avec la même certitude ce qu'il pensait de la religiosité stoïcisme: les mots de Cotta, existant, entre autres, en partie, ne contiennent pas de réflexion du même Cicéron. Cependant, il a été spéculé que Cicéron étreinte au moins une partie probabilisme académique, bien que ses admirateurs étaient convaincus au lieu qu'il était parti tout à fait du scepticisme. Cependant, il est important de noter la discrétion extrême de l'attitude de Cicéron: il est convaincu que l'existence du culte du monde et dans leur action devrait exercer une influence profonde sur la vie, et qui est, par conséquent, un « crucial pour le gouvernement d'un État. Il doit donc être maintenu en vie dans le peuple. Ils sont les «politiques et laugure ils parlent. Cicéron ne trouve pas les arguments des stoïciens très convaincants, et les réfute par Cotta. Enfin, on dit enclin à croire que les dieux existent et gouvernent le monde le croit, parce qu'il est une opinion commune à tous les peuples. Cet « accord universel » est le même pour lui une loi de la nature (Populorum consensus omnium is lex naturae putanda). Comme la pluralité des dieux, mais pas s'exprimer catégoriquement sur ce point, il semble ne pas croire, ou tout au moins, comme les stoïciens, considèrent les dieux comme rien, pour ainsi dire, les émanations du Dieu . Il conçoit alors ce Dieu comme un esprit libre et exempt de tout élément mortel, l'origine de tout. Ne pas enregistrer, cependant, les histoires mythiques du polythéisme gréco-romain; Il se moque et condamne les légendes communes à tous les peuples. Ce fut surtout cette partie du travail, le troisième livre, de fasciner les philosophes du XVIIIe siècle, il n'a pas été difficile de mettre en évidence les aspects ridicules de la religion populaire, et vous pouvez dire que même à l'époque de Cicéron ce qui était devenu monnaie courante philosophique . Certains, rejetant avec mépris ces récits, qui ont jugé grossier, rejeté également toute croyance; les autres ont adopté la doctrine stoïcienne. Dans Cicéron, cependant, l'existence des dieux est apparu nécessaire: tous les peuples ont cru, et donc cru aussi. À peu près de la même façon, les analyses Cicéron, puis, le thème de l'immortalité, empruntant beaucoup des opinions exprimées à cet égard par Platon.[97]
  • de officiis (droits sur "On"): Le de officis, qui - apparemment - il a été écrit après la mort de César 44 BC, est la dernière œuvre philosophique de Cicéron, qui a consacré à son fils Marco, qui était à Athènes. Le travail, inspiré par une œuvre de l'stoïcienne Panétius, est divisé en trois livres: le premier est celui qui est honnête, la seconde de ce qui est utile, et le troisième établit une comparaison entre utile et honnête. Dans le travail, Cicéron ne fournit pas d'explications profondes avec la rigueur scientifique, mais fixe un certain nombre d'excellents préceptes, indispensables pour faire un homme un bon citoyen de Rome, fidèle à ses devoirs, et donc capable de vivre avec une vue Virtus.
  • Hortensius: Trier de προπεμπτικόν (propemptikon) Ou exhortation à la philosophie, sur le modèle d'un travail perdu similaire d'Aristote. Comme en témoigne la préface du second livre de divinatione, il est apparu dans Hortensius, qui a dévalué l'activité philosophique; Cicéron a parlé contre cette thèse. Le travail a été très apprécié dans l'antiquité, en particulier de Agostino; il a été perdu et les seuls fragments survivants viennent de citations qui fait précisément Augustin.
  • Laelius de Amicitia Seu ( « Lélio » ou « l'amitié »).
  • paradoxa Stoicorum (Explication Theorems des paradoxes éthiques de l'école stoïciens): Il est des exercices oratoires études de cas, souvent jugé extrêmement faible.
  • Tusculanes ( "Conversations in Tusculum"): Le Tusculanes Ils étaient composés en 45 BC, sous la dictature de César, Caton d'Utique Il avait été forcé à se suicider et la république avait, après tout, a cessé d'exister. Le dictateur avait prouvé pardonner, mais il avait donné à comprendre les intellectuels qui n'accepteraient pas leur « insubordination »: Cicéron, qui avait écrit un livre en mémoire de Caton, César avait répondu avec 'antique ( « Anticatone »), dans lequel il critiquait l'illustre mort, montrant ce qui serait son attitude envers les opposants. Pour Cicéron, la situation était très compliquée: sa fille Tullia venait de mourir, et la vie politique avait perdu tout son sens. L'orateur, par conséquent, a décidé de se retirer dans une villa Tusculum, particulièrement aimé par Tullia, où il se consacre à l'étude de la philosophie. Les sujets de disputationes reflètent donc son état d'esprit: Qu'est-ce que la mort? Qu'est-ce que la douleur? Est-il un moyen de soulager les souffrances de l'âme? Quelles sont vos passions? Comment doit-on comparer l'essai contre ces éléments perturbateurs de son impassibilité? Enfin: Quelle est la vertu? Juste pour faire une vie heureuse? Parmi les derniers reflections've est aussi l'un sur le suicide, conçu comme un moyen d'éviter la mort. Cicéron discute de ces sujets avec son style habituel éloquent, mais nous voyons un fort sentiment d'impuissance: il est clair que sa pensée est toujours tourné, malgré tout, à Rome et dans la politique.
  • De re publica ( « La République »), sur le modèle république de Platon: S'il vous plaît se référer à élément spécifique.
  • de legibus ( « Sur les lois »): La de legibus Il a probablement été composée en 52 BC, après Cicéron avait été nommé augure. Il est un script qui peut être considéré comme complémentaire à la De re publica, qui reproduit les mérites et les défauts: il est une œuvre purement philosophique, ni un simple traité de droit, mais plutôt un compromis entre les deux sciences. Dans le premier livre, inspiré de l'œuvre du même nom de Platon et le traité sur les lois Chrysippe, Cicéron démontre une grande élévation de pensée et de style à l'existence d'une loi universelle, éternelle, immuable, conformément à la raison divine, qui est confondue avec elle. Juste raison divine, en fait, est la loi naturelle, qui existait avant tous les systèmes juridiques. Après que la tête de début, Cicéron continue d'analyser les lois relatives aux diverses formes de gouvernement, ainsi que vous faites longtemps après, Montesquieu. Manquant autre république, sauf les Romains, Cicéron imagine des lois différentes de celles de Rome: ce sont les lois parfaites. Une fois l'analyse, Cicéron est limitée, dans le second livre, à énoncer quelques-uns qui peuvent être considérés comme imparfaits, en particulier parmi ceux qui régissent le culte. L'analyse minutieuse des coutumes religieuses apparaît, à la lumière de la date de publication, comme une manipulation minutieuse de la propagande, avec laquelle Cicéron semble à ses concitoyens et dignes de l'homme de sacerdoce qui lui est confiée. Dans le troisième livre, qui a disparu quelques pas, Cicéron examine la nature et de l'organisation du pouvoir, le caractère des différentes fonctions de l'Etat et l'antagonisme sain qui doit exister entre les forces qui le constituent. Ces questions d'intérêt général si vivant depuis touchant directement le problème de la liberté politique ont une importance considérable pour les contemporains de Cicéron. Ce qui devait être la partie de l'aristocratie ou du Sénat, et comme celle du peuple dans le gouvernement de la république? Ce ne fut pas loin du moment où César donner la réponse définitive à cette question, et tous ceux qui laissait présager ce qui se passerait essayaient de renforcer l'autorité du nobilitas et le Sénat. Dans le travail, le frère de Cicéron, Quintus, est fermement opposé à la tribune de la plèbe, une position qu'il considérait comme potentiellement trop dangereux: Cicéron, tout en délaissant les opinions de son frère, reconnaît le danger que les tribuns de la plèbe est pour le maintien de la paix et la paix. seulement posséder les trois premiers livres de de legibus: Il y avait probablement six. Le quatrième a été consacrée à la droite politique, le cinquième à la loi pénale, le sixième au droit civil. Cela a été particulièrement précieux travaux, parce que Cicéron n'a jamais traité ailleurs les mêmes arguments. Ne pas oublier que les traités De re publica et de legibus Ils ont été écrits dans une période au cours de laquelle la constitution romaine était encore debout avant la guerre civile et la fin de la liberté ancienne. Cette circonstance explique le caractère des deux ouvrages: livres sont à la fois théoriques et pratiques, ainsi que technique. Après l'arrivée de César, l'élément spéculatif dominera la philosophie de Cicéron, qui en fait fuir la vie publique et à la retraite dans la contemplation.[98]

prières

Marco Tullio Cicerone
Cicéron prononçant une prière au Sénat. Particulier, Cesare Maccari, 1882-1888, Villa Madama, Rome.
(LA)

« Dans principiis dicendi Tota esprit atque artubus contremisco. »

(IT)

« Au début d'un discours que je secoue mes jambes, les bras et l'esprit. »

(Marco Tullio Cicerone)

Cicéron est certainement l'orateur le plus célèbre de la Rome antique.[99][100] en Brutus il croit terminé avec lui-même (non sans une certaine fin auto-célébration) le développement de l'art de parler latin, et déjà Quintilien la renommée de Cicéron comme orateur classique est maintenant bien établi. Cicéron publié par lui-même la plupart de ses discours; 58 oraisons (certaines partiellement incomplètes), nous avons reçu dans la version originale, environ 100 sont connus pour le titre ou pour quelques fragments. Les textes peuvent être divisés à peu près entre les prières prononcées devant la sénat ou au peuple et parmi les discours prononcés que - en utilisant des termes modernes - avocat de la défense ou le procureur, bien que même ceux-ci ont souvent un substrat politique fort, comme dans le cas célèbre contre Gaius Verrès, seule fois Cicéron apparaît comme un accusateur dans un procès criminel. Son succès est dû à ses compétences argomentatoria et le style que vous pouvez adapter parfaitement à l'objet de la prière et le public,[101] en particulier à sa tactique intelligente, ce qui correspond de temps à autre à l'auditoire particulier, de repos convenablement différentes écoles philosophiques ou politiques, afin de convaincre l'autre public et d'atteindre son but.

stockage technique

Pour mémoriser ses discours Cicéron a utilisé une technique associative qui était la technique appelée lieux ou locaux techniques.[102] Il décompose le concept de mots-clés de la parole et des mots qui lui permettrait de parler sur les ces mots, dans l'ordre souhaité et désiré associés, aux pièces d'une maison ou d'un bâtiment qu'il connaissait bien, d'une manière créative et originale. Au cours de la prière, il a imaginé marcher les chambres du palais ou de la maison, et cela signifiait que les mots concept de son discours étaient dans l'esprit dans la séquence désirée. Il est par cette méthode de stockage qui dérivent des phrases italiennes « premier », « deuxième » et ainsi de suite.

Présentation alphabétique de toutes les prières

  • De domo à pontifes ( « Sur votre propre maison, au Collège Pontifical » 57 B.C.): Harangue livré à un usage particulier: pendant l'exil de Cicéron son adversaire Clodius avait consacré une partie de la propriété de Cicéron Palatino à Libertas dea; Cicéron dit que cette consécration invalide pour obtenir la restitution. Il est de ce contexte que l'expression Cicéron pro domo sua.
  • De s responsis ( « La réponse des devins » 56 B.C.): Clodius élaborer une étape sur la profanation des reliques lors de l'avis d'un expert augures sur le terrain de Cicéron Palatino et appelle à la démolition d'une maison y à Cicero en construction. Contre cela et d'autres accusations Cicéron parle avec un appel au Sénat, dans lequel il explique que la plupart des accusations de Clodius sont basées sur des enquêtes déficientes volontairement.
  • De imperio Cn. Pompei (De lege Manilia) ( « Sur la commande de Gnaeus Pompey (sur loi Manilia) », 66 BC), Discours politique prononcé devant le peuple à l'occasion de la sentence, faite sur la proposition de tribune Gaius Manilius, Pompée à des pouvoirs spéciaux pour mener une campagne militaire contre le roi de Ponto Mithridate VI.
  • De lege agraire (Contra Rullum) I-III ( "Sur la loi agraire (contre Roll)", 63 BC): Prière prononcée au cours de l'année du consulat, tenue au Sénat (I) et devant le peuple (II / III); quatrième prière a été perdue.
  • De s consularibus ( « Sur les provinces consulaires » 56 B.C.), Prière prononcé au Sénat en ce qui concerne les provinces romaines consulaires.
  • De Sullae exécution ( « Sur la propriété Silla », 66 BC).
  • Divinatio à caecilium ( « Débat contre Cecilio » 70 BC), Les discussions sur la prise du rôle accusatrice dans le processus contre Verrès. Cinquième Cecilio Nigro était sous Verre directeur en Sicile et présenté leur candidature dans le rôle d'accusateur. Pour Cicéron fait, il était empêtré dans les machinations de Verre.
  • Dans L. Calpurnium Pisonem ( "Contre Lucius Calpurnius Piso" 55 BC), L'accusation politique contre la prière Lucius Calpurnius Piso Cesonino.
  • Dans Catilinam I-IV ( « Contre Catilina I-IV » ou « Le Catilina Oraisons » 63 BC), Prières contre Lucio Sergio Catilina: Discours sur 7 et 8 63 Novembre BC prononcé devant le Sénat (I) et le peuple (II); la question de la découverte et la condamnation des partisans Catilina sur 3 Décembre au peuple (III) et 5 Décembre devant le Sénat (IV)
  • Dans P. Vatinium ( "Contre Publius Vatinius" 56 B.C.), Discours accusatoire contre P.Vatinio relative à l'interrogatoire dans le procès de P.Sestio.
  • Dans Verrem premier actio ( « Accusation d'abord contre Verrès » 70 BC), Discours accusatoire dans le procès de Verrès, accusé d'extorsion de fonds (crimen pecuniarum repetundarum)
  • Dans Verrem actio Secunda I-V ( "deuxième accusation contre Verrès I-V" 70 BC), Ces cinq discours prononcés ont jamais été à cause de l'exil de volontaires Verre, mais ont néanmoins été publiés par écrit.
  • Oratio cum populo gratias egit ( « Action de grâces au peuple » 57 B.C.), Merci à tous ceux qui ont soutenu le retour de Cicéron de l'exil, et ont permis le retour à la vie politique.
  • Oratio cum senatui Gratias egit ( « Action de grâces au Sénat » 57 B.C.), Merci à tous ceux qui au Sénat ont appuyé le retour de Cicéron de l'exil, et ont permis le retour à la vie politique.
  • Philippicae orationes I - XIV ( "Les tirades" 44 BC/43 BC), Prières contre Marco Antonio.
  • Pro Aemilio Scauro ( « Dans la défense de Emilio Scauro » 54 B.C.), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro T. Annio Milone ( "Dans la défense de Tito Annio Milone" 52 BC), Prière défensive différente de la version originale publiée, n'a pas produit l'effet que la curie fut assiégée par les fidèles de la faction clodiana. Après l'exil de Milone subira des changements profonds à paraître qui a survécu: la plus belle prière de Cicéron. Il contient entre autres la célèbre citation « Inter arma silent leges enim »
  • Archia Pro ( « Dans la défense de Archie » 62 BC), La prière prononcée dans le rôle de défenseur du poète antiochiano Aulus Licinio Archia.
  • Pro Aulo Caecina ( « Dans la défense de Aulus Cecina » 69 BC/ Ca. 71 BC), Prière d'étanchéité pour le demandeur dans une procédure civile pour une action selon la revendication. La base juridique est l'interdit de l'armée de (Remède du propriétaire contre la spoliation violente). Un support de la partie adverse est Pison; les deux parties ont recours à l'autorité manifestement juriste Gaius Aquilio Gallo.
  • Pro M. Caelio ( « Dans la défense de M. Celio » 56 B.C.), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro A. Cluentio Habito ( "In Defense of Dress Aulus Cluenzio" 66 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro G. Cornelio ( « Dans la défense de Gaius Cornelius » 65 B.C.), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro L. Cornelio Balbo ( "Dans la défense de Lucio Cornelio Balbo" 56 B.C.), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro P. Cornelio On ( "Dans la défense de Publio Cornelio Silla" 62 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro Mark Fonteius ( « Dans la défense de Mark Fonteius » 69 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro Q. Ligario ( « En défense de cinquième Ligario" 46 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur Cinquième Ligario, adressée César parce que dictateur.
  • Pro Marco Marcello ( « Dans la défense de Marco Marcello » 46 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur Marco Marcello, adressée César parce que dictateur.
  • Pro muliere Arretina ( « Dans la défense d'une femme d'Arezzo » 80 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro Lucio Murena ( « En faveur de Murena » 63 BC), Prière prononcé dans le rôle de défenseur dans un processus de la corruption électorale.
  • Pro Gneus Plancio ( « Dans la défense de Gnaeus Plancio » 54 B.C.), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro Publio Quinctio ( « Dans la défense de Publio Quinto » 81 av), Le plus ancien discours juridique traditionnel de Cicéron en faveur du demandeur dans un procès civil. La pomme de discorde est la légitimité de la saisie préventive exécutée par le défendeur contre le client sixième Nevio Publius Quintus Cicero. Défenseur de la partie adverse a Hortensius, juge Gaius Aquilio Gallo.
  • perduellionis Pro C. Rabirio coupable ( « Dans la défense de Gaius Rabirio, coupable de haute trahison » 63 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro Rabirio Posthumus ( « Dans la défense de Rabirio Posthume »), 54 B.C./53 BC ou 53 BC/52 BC), Discours prononcé défensif dans la phase préliminaire du processus contre Aulus Gabinius en raison d'une commotion cérébrale dans les provinces. Verte autour de la présence de « pots de vin » dans le cadre de la réintégration au trône d'Egypte Ptolémée XII Aulete.
  • Rege Pro Deiotarus ( « Dans la défense du roi Deiotarus » 45 BC), Oraison pour la défense du roi Deiotarus, adressée César
  • Sex Pro. Roscio Amerino ( « Dans la défense de la sixième Roscius par Amelia » 80 BC), La prière de la défense, est le premier discours de Cicéron dans un procès assassiner. Sixième Roscius a été accusé de patricide. Pendant la guerre civile un parent avait pris possession de l'héritage de Roscius de son père et maintenant essayer de rendre les biens volés qui appartenaient aux héritiers légaux du défunt. Cicéron a l'absolution.
  • Pro Q. Roscius Comoedo ( « Dans la défense de l'acteur Quinto Roscio, » à propos de 77 BC ou 76 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro P. Sestio ( « Dans la défense de Publius Sextius » 56 B.C.), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Titinia Pro ( « En défense de Titinia » 79 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro Marco Tullio ( « Dans la défense de Marco Tullio » 72 B.C./71 BC), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
  • Pro L. Valerio Flacco ( « En défense de Lucio Valerio Flacco" 59 B.C.), La prière prononcée dans le rôle du défenseur.
Marco Tullio Cicerone
miniature quinzième la orateur de.

Écrits de rhétorique

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: rhétorique latine.

Quant à Cicéron est difficile de faire la distinction entre la vie et fonctionne bien surtout la différence entre les écrits philosophiques et rhétoriques est si maniable et léger, mais ne représente pas encore pleinement la conception et l'avis de Cicéron. Déjà dans son premier ouvrage conservé (de Inventione 1-5) précise que la sagesse, l'éloquence et l'art de gouverner ont développé un lien naturel, qui a sans doute contribué au développement de la culture des hommes et qui doit être rétablie.[103] Il a à l'esprit cette unité comme un modèle idéal aussi bien dans les écrits théoriques est aussi dans sa propre vita activa au service de la République - ou du moins comment il voulait idéaliser et voir votre propre réalité.

Par conséquent, il est pas surprenant que Cicéron a développé ses écrits philosophiques avec les moyens de la rhétorique et structuré ses théories de la rhétorique sur les principes philosophiques. La séparation entre la sagesse et l'éloquence Cicero à la abouté « rupture entre le langage et l'intelligence » accomplie par la philosophie socratique (orateur de III 61) et les tentatives à travers ses écrits pour « guérir » cette violation; puis pour une meilleure philosophie de mise en œuvre et rhétorique selon lui devrait dépendre de l'autre (voir. par exemple orateur de III 54-143); Cicéron dit que « Je suis devenu un haut-parleur [...] pas dans les écoles des rhéteurs, mais dans les salles de l'Académie »: faisant ainsi allusion à sa formation sur la nouvelle Académie des doctrines Carneade et Philo de Larissa, son professeur.

aperçu alphabétique des travaux existant sur la rhétorique

  • Brutus: Le livre Marco Giunio Bruto Il a été écrit au début de 46 BC et il est sous la forme d'un dialogue entre Cicéron, Brutus et Atticus la rhétorique de l'histoire romaine à Cicéron. Après une introduction (1-9) Cicéron commence une confrontation avec la rhétorique grecque (25-31) et souligne que la parole en public parce qu'il est le plus complexe de tous les arts que plus tard est venu à la perfection. Bien que considéré comme les anciens orateurs romains juste médiocre, parle Catone comme base de leur propre expérience; Lucio Licinio Crasso et Marcus Antonius, Les deux protagonistes de orateur de, Ils sont comparés en détail (139 et suivants.). Après une excursion sur l'importance d'un examen public (183-200), et une réflexion sur le haut-parleur Hortensius (201-283), Cicéron rejette catégoriquement le modèle de 'atticisme (284-300). Le travail se termine par comparaison entre l'oratoire de Hortensius et Cicéron lui-même, non sans une grande dose d'autosatisfaction (301-328), en fait, il se présente comme le point d'arrivée d'un processus de développement de l'art oratoire. Le point principal du travail est essentiel à la diffusion du style néo-grenier, à laquelle appartient aussi le jeune Brutus, en défendant son style, beaucoup plus riche et grandiloquent, par les critiques comme un exemple du style Asiano.
  • de Inventione( "On" découverte): développée entre '85 BC et l '80 BC Ceci est le premier de deux livres pour une description complète de la rhétorique, jamais achevé. Cicéron a renoncé à le remplir, de poursuivre une plus accrocheur performances dans orateur de, mais le travail a été utilisé, malgré le caractère fragmentaire, comme un texte d'enseignement au Moyen Age. La partie est terminée dans le premier livre des principaux concepts de la rhétorique (I 5-9), l'enseignement de la doctrine de la rhétorique en référence à Hermagoras de Temnos (I 10-19) et le rôle de l'orateur (I 19-109); Le deuxième livre traite des techniques d'argumentation, en particulier dans les plaidoiries (II) 11-154 brièvement et les prières au peuple (II 157-176) et à l'occasion des célébrations (II 177-178). Les déclarations Cicéron concernant le contenu du spectacle de nombreuses similitudes avec le travail « Rhétorique » de Herennius, mais pendant longtemps tenu son tort, qui a conduit à de nombreuses discussions entre les chercheurs au sujet de la relation entre les deux fonctionne. Les deux écrits sont encore à peu près la même période et sont basés directement ou indirectement sur les mêmes ou similaires sources grecques. En outre, il est une incroyable similitude littérale dans certaines périodes, ce qui laisse supposer probablement une source latine commune, peut-être d'un professeur d'origine commune ou doctrinaires qui a négocié le contenu prédominant d'origine grecque.
  • De optimo genere oratorum ( « Le meilleur de l'art oratoire »): ce travail court, écrit probablement 46 BC ou, selon d'autres opinions, déjà en 50 BC, est une introduction à la traduction de la prière de Démosthène et Eschine, pour et contre Ctésiphon. L'introduction se concentre principalement sur atticisti Romains, avec à peu près les mêmes arguments dell 'orateur. Traduction n'a toujours pas survécu, et on ne sait pas si Cicéron jamais réellement terminé. L'authenticité du travail a été interrogé à plusieurs reprises, mais aujourd'hui est surtout accepté.
  • orateur de (Sur le haut-parleur): Le travail le plus important sur la rhétorique de Cicéron est à ne pas confondre avec le travail presque du même nom orateur. Il est une œuvre composée en 55 BC sous forme de dialogue, ainsi que pour Brutus. Les protagonistes sont cette fois Lucio Licinio Crasso et Marco Antonio, des exemples, selon Cicéron, les plus grands orateurs de la génération précédente. Dans le premier livre est Crassus (porte-parole de Cicéron) pour exposer la thèse principale du travail que le bon orateur doit avoir une connaissance approfondie du sujet veut traiter, en s'opposant à la conception de certains rhéteurs grecs qui se sentaient suffisamment assez formés des règles, techniques et exercices pour faire face à tout sujet. Le deuxième livre est au lieu de « parties » qui divise la rhétorique, à savoir 'inventio, la dispositio et mémoire; dans le troisième livre, il parle de style, à savoir 'elocutio, et dell 'actio, à savoir la façon dont l'orateur doit se comporter pendant la prière. la de haut-parleur Il est considéré comme l'œuvre de Cicéron écrit avec soin plus formel et pour cette raison, il a toujours été utilisé et étudié comme le premier modèle du style de Cicéron.
  • orateur ( « L'orateur »): Il a été écrit à l'été 46 BC et il est également dédié à ce travail Marco Giunio Bruto décrivant un modèle idéal de l'orateur parfait, prenant plusieurs des thèmes déjà traités dans orateur de. Contrairement à l'affirmation du temps entre atticisti, - Brutus - Plainte déposée par le haut-parleur un style sobre et précis, et Asiani, qui préfèrent un style très raffiné et emphatique, Cicéron croyait que l'orateur parfait, comme Démosthène, Il doit dominer tous les styles et être en mesure de passer de l'un à l'autre avec aisance. Pour cette raison, nous devons accorder une attention particulière à l'éducation philosophique si elle est de réaliser les trois tâches de l'orateur: probare, delectare, Flectere (Afficher, divertir, persuader), qui sont bien ordonné et décrit (76-99). Cicéron parle aussi ici brièvement 'inventio (44-49) de dispositio (50), mais il est principalement 'elocutio (51-236), en se concentrant sur les figures de style et sur la construction rythmique de la période.
  • Partitiones oratoriae ( « Art oratoire partition de »): Ce travail a été écrit dans le 54 B.C., quand le fils de Cicéron, Marco, étudiait la rhétorique, et est conçue comme une sorte de « catéchisme », le traitement de la théorie de la rhétorique, en particulier avec les divisions schématiques, sous forme de questions et réponses entre le père et le fils. L'originalité Cicero dans ce travail se distingue beaucoup moins, à cause du style très simple et quelques nouvelles fonctionnalités.
  • Topica (44 BC): Ecrit pendant le voyage en Grèce, à la demande pressante de son ami Trebazio, faire face à la doctrine de 'inventio divulguées par Aristote, ou l'art de savoir comment trouver des sujets. Dans cette production de rhétorique sont considérés comme des lieux (topos) Comme un bon point de départ pour toutes sortes de sujets et utilisables pour une discipline (la poésie, la politique, la rhétorique, la philosophie, etc.).

Travaux perdus

Parmi les œuvres ultérieures de Cicéron peuvent inclure des couettes écrites, les contributions à l'histoire, la poésie (certains sur sa période consulat) Et les traductions. Ces travaux sont la plupart du temps perdu. Parmi les poèmes, il reste plusieurs citations dans d'autres ouvrages du même Cicéron. Ces fragments montrent l'influence de l'un des plus importants poètes latins, Catullo et d'autres neoterici.

aperçu alphabétique des poèmes et Cicero épique historique

  • Alcyones: Epyllion Cicéron composé après 92 BC qu'il a été chanté le mythe de Alcyone et son mari Ceyx. Étant donné que ceux-ci sont assimilés à des Jupiter et Juno pour leur richesse, la magnificence et la puissance, les dieux ne les font échouer sur un voyage en mer. Comme Ceyx est mort dans la tempête, Alcyone est laissé se noyer dans la douleur, comme Jupiter transformé à la fois décédé dans les oiseaux paradisiaques.
  • Aratea: Traduction libre de la jeunesse phénomènes célestes poète hellénistique Aratus.
  • De son consulatu: Poème composé entre Cicéron Autobiographical 60 BC et 55 BC que nous parlons de l'ascension au consulat de l'auteur et sa victoire dans le procès Lucio Sergio Catilina.
  • De temporibus suis: Perdu un autre ouvrage autobiographique écrit en 54 B.C. où Cicéron célébrait son meilleur travail au consulat.
  • Epigrammata ( « Epigrams »): poèmes satiriques écrits par Cicéron quand il avait vingt ans. Selon le témoignage de l'écrivain Quintilien, le travail était un peu comique et ironique et traité pour divers arguments réels et imaginaires.
  • Limon: Fonctionne en esametri Cicéron où les sujets littéraux et sociaux ont été traités. En fait, un témoignage de Suétone auteur rapporte un jugement sévère sur une œuvre du dramaturge Terenzio.
  • Marius: Poème épique historique où Cicéron parle de l'entreprise de la console Gaio Mario. Le travail est important de typiquement alexandrine au mélange historique de transition de l'auteur avec la poésie, qui est épique.
  • Nilus: Il fonctionne presque inconnu. On pense que Cicéron écrit à vanter les qualités de la rivière Nil dell 'Egypte.
  • Pontius Glaucus: Composition dans le style alexandrin de Cicéron. Écrit dans 93 BC, le travail était le mythe de Glaucus qui après avoir mangé l'herbe aphrodisiaque avec des pouvoirs magiques, est devenu un animal marin.
  • Tymhaeus: Fragments vastes du travail du Timée de Platon, Cicéron sans doute jamais publié, la préparation des croquis simplement la traduction.
  • Uxorius: Note fonctionne presque exclusivement par le titre; il vaut la peine Le mari docile et donc on pense qu'il plaisante caractère et sujet léger ou carrément comique.

courrier

Marco Tullio Cicerone
question de la Épîtres à des amis, Venise 1547

Les épîtres de Cicéron ont été redécouvertes entre 1345 et 1389 de Petrarca et le Greffier et humaniste Coluccio Salutati. Au total, ils ont été trouvés sur 864 lettres, dont quatre ont été rédigés par des correspondants, et ce d'abord provoqué un grand enthousiasme, puis tempérée par le fait que l'image qui brillait Cicéron n'a pas été celle du héros ardent défenseur de la République, comme il a toujours été la peinture dans ses œuvres et dans ses prières, mais une version beaucoup plus humaine, avec ses faiblesses et ses manières moins rhétorique, mais certainement fascinant dans leur authenticité.

Les épîtres ont été recueillis et archivés par le secrétaire de Cicéron, Tiro, entre 48 et 43 avant JC Ils sont divisés en quatre catégories:

  • Épîtres à des amis (Epistulae ad Familiares) (16 livres)
  • Épîtres à son frère cinquième (Epistulae ad Quintum fratrem) (3 livres)
  • épîtres Marco Giunio Bruto (Epistulae ad M. Brutum) (2 livres)
  • épîtres grenier (Lettres à Atticus) (16 livres)

mémoire

Le nom de Cicéron est devenu un'antonomasia pour indiquer le guide qui accompagne les touristes en visite aux monuments et lieux en leur montrant ce qu'ils visitent.[104] De même avec le nom Cicero identifie les timbres de différentes valeurs (et la couleur), mais tous portant le buste de Marco Tullio Cicerone, à apposer sur les documents judiciaires, dont le produit alimente le Fonds du bien-être des avocats.[104] en États-Unis d'Amérique Il y a quatre villes qui a été donné le nom « Cicéron » en l'honneur de Marco Tullio Cicerone. En outre, l'expression latine Cicéron pro domo sua Il est utilisé pour décrire le haut-parleur affirmant leur propre avantage, mais plus ou moins bien masquer la fin de son discours comme un plaidoyer pour une autre raison. Il découle d'un discours prononcé par Marco Tullio 57 B.C. pour le retour de votre propre maison, requisitagli pendant son exil.[104] John Cicero électeur la Brandenburg en XVe siècle, Il a été rappelé après sa mort, avec le nom de Cicéron, à cause de son éloquence.

notes

  1. ^ Plutarque, Cicéron, 40,2
  2. ^ Plutarque, Cicéron,2.1
  3. ^ Dionigi Antonelli, abbayes, prieurés et prepositure Bénédictins dans le diocèse de Sora au Moyen Age, Université pontificale du Latran, Roma, 1986, pp.212-213
  4. ^ Luigi Loffredo, S. Domenico de Sora et le lieu de naissance de Cicéron, Typographie de l'abbaye de Casamari, Veroli 1981, p. 19-24
  5. ^ à b Narducci 2009, p. 19.
  6. ^ Rawson, p. 1.
  7. ^ Rawson, pp. 7-8.
  8. ^ Rawson, pp. 2-3.
  9. ^ Plutarque, Cicéron, 1.1
  10. ^ Plutarque, Cicéron 1,3-5
  11. ^ Plutarque, Cicéron, 2.2
  12. ^ Plutarque, Cicéron, 3.2
  13. ^ Rawson, pp. 14-15.
  14. ^ Plutarque, Cicéron, 2.3
  15. ^ à b c Rawson, p. 18.
  16. ^ Plutarque, Cicéron 4.5
  17. ^ à b c Cicéron, Lettres à Atticus
  18. ^ Plutarque, Cicéron, 3.5
  19. ^ Rawson, p. 22.
  20. ^ Plutarque, Cicéron, 3.6
  21. ^ Haskell, p. 83.
  22. ^ Plutarque, Cicéron, 4,1-2
  23. ^ Rawson, p. 27.
  24. ^ Plutarque, Cicéron, 5.1
  25. ^ Plutarque, Cicéron, 6.1
  26. ^ Plutarque, Cicéron, 7.3
  27. ^ Plutarque, Cicéron, 7.4
  28. ^ Plutarque, Cicéron, 7,5 à 7
  29. ^ Plutarque, Cicéron, 7.8
  30. ^ Plutarque, Cicéron, 8.2
  31. ^ Plutarque, Cicéron, 9.1
  32. ^ Plutarque, Cicéron, 9,4 à 7
  33. ^ Plutarque, Cicéron, 10.1
  34. ^ Plutarque, Cicéron, 11.2
  35. ^ Plutarque, Cicéron, 12.2
  36. ^ Sallustio, De Catilinae coniuratione, 5
  37. ^ Plutarque, Cicéron, 10,3 à 4
  38. ^ Plutarque, Cicéron, 16.2
  39. ^ Sallustio, De Catilinae coniuratione, 29,2
  40. ^ Plutarque, Cicéron, 15,5
  41. ^ Sallustio, De Catilinae coniuratione, 28,1-3
  42. ^ Sallustio, De Catilinae coniuratione, 31,6
  43. ^ Plutarque, Cicéron, 16,4-5
  44. ^ Sallustio, De Catilinae coniuratione, 32,1
  45. ^ Plutarque, Cicéron, 16.6
  46. ^ Rawson, p. 106.
  47. ^ Plutarque, Cicéron, 28,2 à 29,1
  48. ^ Plutarque, Cicéron, 30.5
  49. ^ Plutarque, Cicéron, 32,1
  50. ^ Plutarque, Cicéron, 33,1
  51. ^ Haskell, p. 201.
  52. ^ Plutarque, Cicéron, 33,7
  53. ^ Haskell, p. 204.
  54. ^ Plutarque, Cicéron, 35,1
  55. ^ Rawson, p. 329.
  56. ^ à b Plutarque, Cicéron, 36,1
  57. ^ Plutarque, Cicéron, 38,1
  58. ^ Everitt, p. 215.
  59. ^ Plutarque, Cicéron, 39,4-5
  60. ^ Suétone, Vies des Césars, Gaio Giulio Cesare, 9.
  61. ^ Cicéron, deuxième Philippique
  62. ^ à b Frank Abbott Givre, Commentaire sur les lettres sélectionnées de Cicéron.
  63. ^ Appiano, guerre civile. ii, 120 - ii, 122.
  64. ^ Plutarque, Cicéron, 42,3
  65. ^ Plutarque, Cicéron, 42,5
  66. ^ Plutarque, Cicéron, 43,1
  67. ^ Plutarque, Cicéron, 43,8
  68. ^ Suétone, Vies des Césars, Augusto 83,2
  69. ^ Plutarque, Cicéron, 44,3-7
  70. ^ Plutarque, Cicéron, 44,1-2
  71. ^ Plutarque, Cicéron, 45,4
  72. ^ Plutarque, Cicéron, 45,5 à 6
  73. ^ Plutarque, Cicéron, 46,2
  74. ^ Plutarque, Cicéron, 46,3 à 6
  75. ^ Plutarque, Cicéron, 48,2
  76. ^ Plutarque, Cicéron, 48,5
  77. ^ Plutarque, Cicéron, 48,6
  78. ^ Plutarque, Cicéron, 49,1-2
  79. ^ Lucio Anneo Sénèque vieux, Suasoriae, la transcription d'un fragment Tito Livio, Ab Urbe livres chevronnés, 120
  80. ^ Plutarque, Cicéron, 49,6
  81. ^ Plutarque, Cicéron, 49,5
  82. ^ à b Cicéron, Lettres à la famille
  83. ^ Plutarque, Cicéron, 41,2
  84. ^ Plutarque, Cicéron, 41,3
  85. ^ Cicéron, Lettres à Atticus,12,18b, 2
  86. ^ Plutarque, Cicéron, 41,4
  87. ^ Plutarque, Cicéron, 41,5
  88. ^ Plutarque, Cicéron, 41,7
  89. ^ Plutarque, Cicéron, 41,8
  90. ^ Cicéron, Lettres à Atticus, 12,14
  91. ^ Lucano, Pharsale, II, 300
  92. ^ Risari, E. La lutte politique: les « populares », à Cicéron, les Oraisons Catilina, mondadori
  93. ^ E. Risari, L'idéal politique: le « ordinum concord », à Cicéron, les Oraisons Catilina, mondadori
  94. ^ à b c et fa g L. Perelli, La pensée politique de Cicéron. Entre la philosophie de l'idéologie aristocratique grecque et romaine.
  95. ^ Tito Livio, Ab Urbe livres chevronnés, XXXIX, 40
  96. ^ Les nouvelles sur les œuvres de Cicéron sont extraits des œuvres
  97. ^ Perelli, p. 152.
  98. ^ Perelli, p. 149.
  99. ^ Rawson, p. 303.
  100. ^ Haskell, pp. 300-301.
  101. ^ Cicéron, orateur
  102. ^ La technique des lieux Cicero, memobase.it. Consulté le 14 Janvier, 2008.
  103. ^ Büchner, pp. 50-62.
  104. ^ à b c Voix de: Le vocabulaire Treccani, Roma, Institut de l'Encyclopédie italienne, vol. I, 1997

bibliographie

sources primaires

Pour les œuvres de Cicéron voir la sections spéciales

sources secondaires

  • G. Boissier, Cicéron et ses amis (et ses amis Cicéron), Traduction de Carlo Saggio, BUR, 1959 ISBN 88-17-16648-0.
  • (DE) K. Büchner, Cicéron Bestand Wandel und seiner Welt geistigen, Heidelberg, 1964.
  • Luciano Canfora, Giulio Cesare. dictateur démocratique, Laterza, 2006 ISBN 88-420-8156-6.
  • (FR) A. Everitt, Cicéron. Une vie mouvementée, Londres, John Murray Publishers, 2001 ISBN 978-0-7195-5493-3.
  • L. Fezzi, La tribune Clodius, Laterza, 2008 ISBN 978-88-420-8715-1.
  • A. Fraser, Augusto, Laterza, 1998 ISBN 88-420-5510-7.
  • C. Fruttero, Franco Lucentini, La mort de Cicéron, New Melangolo, 1995 ISBN 88-7018-279-7.
  • E. Gibbon, Le déclin et la chute de l'Empire romain, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 1986 ISBN 88-04-34168-8.
  • Pierre Grimal, Cicéron, Editions scientifiques italiennes, Naples, 1986; autre éd.. Garzanti, Milan, 1987 et Rist ultérieure; Il Giornale, Milan, 2004
  • Francesco De Caria, "Cicéron, Caton Maior 79-81 et Xénophon Ciropedia VIII 7,17 Cicéron et Caton Maior 59 et Senof. OEC. IV 20-25" dans "la culture classique et médiéval Magazine", année XVI, nn.2 -3, 1974 nn.34-36
  • H. J. Haskell, C'était Cicéron: La politique moderne dans Roman Toga, New York, Alfred A. Knopf, 1942.
  • Kazimierz Kumaniecki, Cicéron et la crise de la République romaine, Ciceroniani le Centro Studi, Rome, 1972
  • Ettore Lepore, Les princeps Cicéron et les idéaux politiques de la République fin, Institut italien d'études historiques, Naples, 1954
  • Ettore Lepore, La pensée politique romaine du premier siècle, en Arnaldo Momigliano; Aldo Schiavone (Eds), Histoire de Rome. Vol. II / 1, Turin, Einaudi, 1990 ISBN 978-88-06-11741-2.
  • C. Marchesi, Histoire de la littérature latine, Principauté, 1969 ISBN 88-416-8729-0.
  • E. Narducci, Cicéron. Le mot et la politique, Bari, Laterza, 2009 ISBN 88-420-7605-8.
  • E. Narducci, Eloquence et astuces de persuasion à Cicero, Firenze, Le Monnier, 2005 ISBN 88-00-81505-7.
  • E. Narducci, Introduction à Cicero, Bari, Laterza, 2005 ISBN 88-420-7605-8.
  • L. Perelli, La pensée politique de Cicéron. Entre la philosophie de l'idéologie aristocratique grecque et romaine, La nouvelle Italie, 1990 ISBN 88-221-0792-6.
  • L. Perelli, Histoire de la littérature latine, Pearson, 1969 ISBN 88-395-0255-6.
  • (FR) E. Rawson, Cicéron, portrait, Allen Lane, 1975 ISBN 0-7139-0864-5.
  • E. Rawson, L'aristocratie Cicéron et ses propriétés, en M.I. Finley (eds). La propriété à Rome, Bari, Laterza, 1980.
  • D. L. Stockton, Cicéron. Biographie politique, Milano, Rusconi Books, 1984 ISBN 88-18-18002-9.
  • Wilfried Stroh, Cicéron, Bologne, Il Mulino, 2010 ISBN 978-88-15-13766-1.
  • Giusto Traina, Marco Antonio, Laterza, 2003 ISBN 88-420-6737-7.
  • S. C. Utcenko, Cicéron et son temps, Progress Publishers, 1975 ISBN 88-359-0854-X.
  • J. Vogt, La République romaine, Bari, Laterza, 1975.
  • P. Zullino, Catilina, l'inventeur du coup d'Etat, Milano, 1985.

général

  • (LA) Marco Tullio Cicerone, Epistolae. [Anthologie], [Milan], [Antonio Zarotto], [1480]. Récupéré le 8 Avril, ici à 2015.
  • (LA) Marco Tullio Cicerone, epistolae, Lutetiae, atelier Ex Iacobi du Puys, sous Signo Samaritanae, est la région collegii Cameracensis, 1565.
  • (LA) Marco Tullio Cicerone, [Travaux]. 1, Parisiis, atelier Ex Iacobi du Puys, sous Signo Samaritanae, 1566.
  • (LA) Marco Tullio Cicerone, [Travaux]. 2, Lutetiae, atelier Ex Iacobi du Puis, sous Signo Samaritanae, est la région collegii Cameracensis, 1565.
  • (LA) Marco Tullio Cicerone, orationes, Lutetiae, atelier Ex Iacobi Dupuys est la région collegii Cameracensis sous Samaritanae éminent, 1565.
  • (LA) Marco Tullio Cicerone, Orationes (recueils), Mediolani, Regiis typis, 1817.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Marco Tullio Cicerone
  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page en latin dédié à Marco Tullio Cicerone
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Marco Tullio Cicerone
  • Elle contribue aux articles existants Wikiversité Il contient des leçons sur Marco Tullio Cicerone
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Marco Tullio Cicerone

liens externes

philosophie
prédécesseur Fastes consulares successeur Consul et lictores.png
Lucio Giulio Cesare
Gaius Marcius Figulus
63 BC
avec Gaius Antonius Hybrida
Decimus Junius Silano
Lucio Licinio Murena
autorités de contrôle VIAF: (FR78769600 · LCCN: (FRn79032166 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 006643 · ISNI: (FR0000 0001 3932 2910 · GND: (DE118520814 · BNF: (FRcb11885977m (Date) · ULAN: (FR500242756 · NLA: (FR35028404 · BAV: ADV12232726 · LCRE: cnp01118458
Wikimedaglia
C'est produit vedette, identifié comme l'un des meilleures voix produit par communauté.
Il a été reconnu comme tel le 22 Janvier 2008 - aller à la signalisation.
Bien sûr qu'ils sont les bienvenus conseils et les changements qui améliorent encore le travail accompli.

notifications  ·  Critères d'admission  ·  Objets exposés dans d'autres langues  ·  Articles sur l'affichage dans une autre langue sans l'équivalent de it.wiki

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez