s
19 708 Pages

Amiot AAC.1 Toucan
AAC.1 F-STA BBYB Ringway 1948 édité-2.jpg
description
type avion de ligne
avion de transport militaire
équipage 3
concepteur Ernst Zindel
fabricant France AAC
l'utilisateur principal France Armée de l'Air
Les échantillons 415
développé par Junkers Ju 52
Les dimensions et poids
JU 52.svg
tables perspective
longueur 18,90 m
envergure 29,21 m
poids maximum au décollage 11030 kg
capacité 18 hommes de troupe ou paras
propulsion
moteur 3 SNECMA-BMW 132T-2
radial 9 cylindres refroidi à l'air
puissance 830 PS (619 kW) chacune
performance
vitesse de pointe 286 km / h
autonomie 1500 km
tangent 5500 m

Les données extraites du site Lotnictwa Muzeum Polskiego w Krakowie[1]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

L 'Amiot AAC.1 Toucan était avions de transport trimoteur monoplan à aile basse, produit de licence dall 'compagnie d'aviation français Ateliers Aéronautiques de Colombes (AAC) parmi les plus tard une quarantaine d'années et la cinquantaine.

Essentiellement identique à la Junkers Ju 52/ 3 m, a été construit en 415 exemplaires vendus sous ce symbole de la fin de Guerre mondiale Ils ont été acquises soit par le marché de l'aviation civile nationale, utilisés comme avions de ligne, et militaire, avion de transport tactique et troupes aéroportées, utilisé pendant les guerres Indochine et algérien.

Historique du projet

Pendant l'occupation allemande de la France, étant en difficultés financières Félix Amiot, propriétaire Société d'Emboutissage et de Constructions Mécaniques (SECM), a réussi à obtenir un licence de allemand Junkers Flugzeug und Motorenwerke pour produire localement Junkers Ju 52/ 3m où les copies devaient être installés départements Luftwaffe.

Après la guerre, la nécessité de reconstituer la flotte d'air rapidement suffisante pour forces armées françaises unie à celle de relancer économiquement le pays, il a conseillé au gouvernement d'émettre des bons de livraison permettant aux entreprises nationales de signer des contrats pour les modèles de conception allemande.

Fermé officiellement SECM en 1945, le gouvernement a décidé de fonder la Aéronautiques Ateliers de Colombes (AAC) avec des fonds publics, sur la base des mêmes plantes Colombes, en relançant la production du modèle pour être ensuite appelé AAC.1 Toucan.

histoire opérationnelle

Les spécimens existants

Amiot AAC.1 Toucan
La AAC.1 Toucan exposée livrée Luftwaffe un Musée de l'aviation polonaise de Cracovie.

Parmi les spécimens exposés sur l'exposition statique dans les musées de l'aviation du monde sont cités:

  • Air Force Museum de Belgrade.
  • Musée de l'aviation polonaise de Cracovie; Le spécimen, construit en 1946, est resté en service dans 'Armée de l'Air jusqu'en 1960 puis vendu à la Portugal, où il a travaillé jusqu'en 1971. Acquis par le Musée Impérial de la Guerre de Duxford en 1972, il a été repeint à la livrée Luftwaffe marques militaires 4V + GH 1/9 KGrzbV, service de transport qui a travaillé sur front de l'Est en 1942. Il a ensuite été donnée au Musée polonais qui présente encore en livrée allemande depuis mai 2013.[1]

utilisateurs

Les civils

France France
  • air France
  • Société Transatlantique Aérienne (STA)
  • Transports aériens Intercontinentaux (TAI)
drapeau Indochine française
  • Comptoirs de Saigonnais Ravitaillements (Cosara)
Liban Liban

militaire

France France
  • Armée de l'Air
  • navale du secteur aéronautique
Yougoslavie Yougoslavie
  • Air Force yougoslave
Il a travaillé avec quatre spécimens rejoint par les trois anciens Luftwaffe capturés avant la fin de la guerre.[2]
Portugal Portugal
  • Force Aérienne Portugaise
Il a travaillé avec 16 spécimens anciens forces armées françaises dans les territoires coloniaux jusqu'aux années soixante.

notes

  1. ^ à b Lotnictwa Muzeum Polskiego w Krakowie, Amiot AAC.1 Toucan (Junkers Ju 52 / 3m g14e).
  2. ^ (FR) Junkers Ju 52 / 3m G10E, sur Musée aéronautique-Belgrade. Récupéré le 5 Novembre 2016.

D'autres projets

liens externes