s
19 708 Pages

Albatros L 77
description
type avion de reconnaissance
avions de chasse
équipage 2 (pilote et l'observateur)
fabricant Allemagne Albatros
Date premier vol janvier 1929
Date d'entrée en service décembre 1929
retrait Date du service octobre 1931
l'utilisateur principal Allemagne DVS
Les échantillons 6
développé par Albatros L 76 Aeolus
Les dimensions et poids
longueur 8,45 m
envergure 12,76 m
hauteur 3,90 m
surface de l'aile 27,80 m²
poids à vide 1720 kg
poids de charge 2580 kg
propulsion
moteur un BMW VI 5.5
puissance 600 CV (440 kW)
performance
vitesse de pointe 220 km / h
Vitesse de croisière 195 kmh
autonomie 2 h 12 min
armement
Mitrailleuses un calibre 7,92 mm de la chasse
un calibre 7,92 mm pivotant arrière
bombes 2 50 kg

Les données sont extraites de:
Уголок неба[1] et
Aviation allemande 1919-1945[2]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

L 'Albatros L 77 était avion de reconnaissance et chasse, un seul moteur, et deux places biplan, développé par 'compagnie d'aviation allemand Albatros Flugzeugwerke GmbH à la fin vingtaine d'années et au début une trentaine d'années.

Historique du projet

Au début des années vingt, afin de contourner les restrictions de l'aviation militaire et civile imposées à République de Weimar de Traité de Versailles, Il a commencé une collaboration avec le Gouvernement constituant 'Union soviétique qui prévoyait la construction de centrales sur leur territoire. Les accords plus tard 1928, Ils ont permis au personnel militaire Reichswehr pour fonder une école de pilotage clandestin pour former leurs pilotes dans les installations de 'Lipetsk Aéroport, où l'essai a également été le nouvel avion produit à la demande du gouvernement soviétique à affecter aux ministères de leur aviation, la Voenno-vozdušnye Sily (V-VL).[3]

Cela a permis d'être en mesure de développer secrètement le premier avion de combat émettant à son tour les spécifications pour la construction de modèles, construit illégalement sur le sol allemand, qui a dû reconstruire sa force aérienne du Reichswehrministerium, le ministère allemand de la Défense de l'époque,. Une étape supplémentaire a été prise depuis le début de 1930, quand je me suis arrêté la formation des pilotes de reconnaissance pour établir ceux des pilotes de chasse constituant le WIVUPAL (Wissenschaftliche Versuchs und fuer Preussanstalt Luftfahrzeuge) Et en éliminant les anciens modèles de reconnaissance de deux places pour introduire le nouveau chasseur monoplace dans la période.[3]

entre 1928 et 1931 Ils ont été testés sur une vingtaine de nouveaux modèles fabriqués par Arado Flugzeugwerke, Le H SD, SD III, le SSD, Ar 64 et Ar 65, de Junkers, les deux places K 47, de Dornier-Werke, les deux places faire 10, de Heinkel Flugzeugwerke, la HD 37, HD 38, HD 45 et HD 46, et Focke-Wulf avec S 39 et A 40 reconnaissance.[3]

Dans ce contexte également l'Albatros a tenté d'entrer sur le marché en lançant au cours 1928 un développement du précédent L 76 Aeolus, également fait pour remplir le rôle de avions d'entraînement et la reconnaissance, proposée pour un avion possible pour un usage militaire en vue d'une réorganisation future dans ce sens aérien allemand.

Le nouveau modèle, qui a pris la désignation L 77 (L ou 77v), maintient l'orientation générale de L 76 qui a donné lieu; Il a été officiellement présenté au public comme un avion d'entraînement pour la formation des pilotes civils, mais a été préparé pour sa conversion facile à usage militaire.

la prototype, WerkNr. 10136, a été enregistrée par la société allemande D-1546 en Janvier 1929 et transportés par avion pour la première fois au cours des jours suivants et les résultats encourageants ont conduit à la décision de commencer la production à petite échelle. Le second échantillon, WerkNr. 10137 et enregistré D-1547, également pris fin en Janvier de cette année, lors de vols d'essai suivantes Mars a été détruit dans un accident, cependant, la production de deux autres spécimens n'a pas été interrompue.[1][2]

Deux spécimens ont également été fabriqués sous licence de Heinkel, WerkNr. 303 et 304, enregistrées respectivement D-1573 et D-1574 de l'Albatros.[2]

technique

Semblable à la précédente L 76 et L 77, il a conservé l'apparence, biplan monomoteur à deux places et avec châssis fixe, classique pour la période.

la fuselage Elle a été réalisée selon une technique mixte, avec la structure en tubes D 'acier soudé revêtu toile traiter (d'autres sources, recouverts de panneaux contre-plaqué).[4] et caractérisé par l'adoption de cockpits séparé ouvert en tandem, à l'avant de la pilote et à l'arrière pour le passager ou un moniteur, disposé pour l'adoption d'un mitrailleuse défense faisant pivoter. fini arrière dans un Archerie mono classiquedérive de des plans horizontaux bandé.[1]

la configuration de l'aile ère biplan-sesquiplana, avec des ailes faites avec de la toile couverts avec une structure en bois traité (autres sources prétendent panneaux de contreplaqué revêtus),[4] légèrement décalée entre eux, avec la partie inférieure est déplacée vers la queue, et reliés entre eux par une paire de messages tubulaire « à N » complétée par liens en câble Steel.[1]

la train d'atterrissage Il a été fixé, prévu à l'avant de grandes roues reliées entre elles par un élément horizontal et intégrées à l'arrière par un sabot de support placé sous la queue.

Propulsion a été fournie par un moteur BMW VI 5.5, un 12 cylindres V Refroidissement liquide capable de fournir un puissance égale à 600 CV (440 kW), Placé à l'avant pointe du fuselage et couplé à un 'hélice deux lames en bois hauteur fixe.

histoire opérationnelle

Les trois autres spécimens ont été initialement envoyés Lipetsk où ils ont été utilisés de façon intensive pour les essais sur les armes d'avions, y compris l'application d'un canons d'avions Oerlikon calibre 20 mm en position dorsale, jusqu'à ce que le Décembre suivant.[1][2][4]

Plus tard, ils ont été transférés au RDL ErprobungsStelle, département des études basées sur Staaken où ils ont été utilisés jusqu'en Octobre 1931, puis irradiée.[1][2][4]

en Décembre 1936 le WerkNr. 10136 (D-1546) a été acheté et transférés à l'étranger.[2]

utilisateurs

Allemagne Allemagne

notes

  1. ^ à b c et fa Albatros à L.77v Уголок неба.
  2. ^ à b c et fa Albatros L 77 Aviation allemande 1919-1945.
  3. ^ à b c (FR) D.A. Sobolev, D.B. Khazanov, Une école d'aviation secrète, en Aviation de la Seconde Guerre mondiale, http://www.airpages.ru/eng/index.html. Récupéré le 4 Décembre 2010.
  4. ^ à b c Albatros à L.77v Musée virtuel Avion.

D'autres projets

liens externes