s
19 708 Pages

Changquan (长拳 le long Fist) est un terme lié à arts martiaux chinois que, généralement, est de désigner un style marqué par les compétitions de wushu modernes. Cependant, ce terme a une histoire beaucoup plus ancienne et a été diversement utilisée (et est encore utilisé aujourd'hui) pour indiquer une catégorie de styles entier ou même (rarement) comme synonyme de Taijiquan[1][2][3]

Le Changquan dans la classification des arts martiaux chinois

L'utilisation du terme Changquan comme un ensemble de styles est déjà le cas au moment de dynastie Ming par le général Qi Jiguang (戚继光) et maître wushu Cheng Chongdou (程 沖 斗) repéré et proposé la différenciation entre les Changquan et Duanda (短打). Aujourd'hui, la classification des styles de wushu a élargi et enrichi, de sorte que le Changquan vous êtes allé à identifier les styles du nord Chine, qui est, avec des styles mal définis Shaolin du Nord, par opposition à Nanquan, dans un système dans lequel chang quan et Nanquan tombent dans des styles Waijia. Ce contraste est un peu fictif et ci-dessous vous expliquera mieux pourquoi: il suit un critère géographique, parce que les styles Changquan sont pratiquées dans le nord de la Chine, aussi la distinction est également basée sur le célèbre aphorisme "Nanquan Beitui« (南拳, 北 腿), soit » Poings dans le sud, le nord kicking », dans lequel, en mettant en œuvre une simplification excessive, il a été décidé d'identifier deux grandes familles, un nord et un sud du Changjiang, le grand bassin versant qui sépare géographiquement précisément la Chine. Le terme Changquan, utilisé correctement en opposition à Duanda, est ici utilisé de manière incorrecte, car il est livré avec une valeur technique, liée à l'utilisation de grandes positions, les stratégies d'attaque et de défense à long terme, et non pas dans une signification géographique , qui en fait pas tous les styles du Nord forme. De ce point de vue, il serait plus correct d'utiliser le terme Beipai (北 派) ou Beiquan (北 拳), alors qu'ils sont les plus utilisés, mais pas correttissimi, Changquan, Shaolin du Nord ou même Pai Bei Shaolin. Cette catégorie comprend par exemple: Chaquan; Hongquan; Huaquan; Mei Hua Zhuang; Paochui; etc.

La catégorie Changquan race du wushu moderne

la taolu codé par la course du wushu moderne, ils sont idéalement la classification d'expression nous l'avons mentionné ci-dessus, en particulier les formes de Changquan auraient la présomption et en quelque sorte aussi le mérite de réunir des combats de poing de techniques longues. Si un niveau idéal nationaliste et ce résultat a été obtenu en transformant un grand nombre de styles Laoshi historiques Bangle, que les entraîneurs de wushu moderne, dans la pratique, il est d'enregistrer une tête de style Chaquan (70%) que les autres styles. Les formes les plus anciennes étaient à coder, en 1957 et 1958, trois Chuji changquan (初级 长拳, formes élémentaires de la boxe le long, 一路 Yilu, 二路 Erlu, Sanlu 三 路) et Jiazu changquan (甲组 长拳) dans une version masculine (男, nan) qui a 63 mouvements et une femme (女, nu) qui compte 58. par la suite ont été ajoutés: Yizu Changquan (乙组 长拳); Qingnian changquan (青年 长拳) qui est une forme pour les jeunes, et la possibilité de créer gratuitement concaténations dit Zixuan taolu (自选 套路), et bien sûr Duilian et Qixie Taolu.

notes

  1. ^ 太极拳 作为 拳术 之一, 早期 曾 称为 "长拳", "绵 拳", "十三 势", "软 手" (Le taijiquan est considéré comme un art de la boxe, fut d'abord appelé "chang quan", "Mian Quan", "Shisanshi", « Ruanshou« .) - Taijiquan, Taijiquan
  2. ^ 太极拳, 一名 "长拳" 又名 « 十三 势 (Taijiquan, prénom "Changquan" second nom « 13 chiffres« ) - en Taijiquan shi ming 太极拳 释 名 Wang Zongyue 王宗岳
  3. ^ 太极拳 亦称 « 长拳 (Taijiquan est aussi appelé « chang quan ») -Lu Dimin 路 迪 民, Yangshi Taijiquan xie pu (1) 杨 式 太极拳 械 谱 (1), Publié dans la revue « Wudang » sur 26-05-2006. Lu Dimin mentionne même Yang Chengfu, Il disant souvent utilisé pour comparer le Taijiquan à Changquan.

bibliographie

  • Wu Bin, Li et Yu Xingdong Gongbao, Principes fondamentaux de Wushu chinois, presse Langues étrangères, Pékin, 1992, ISBN 7-119-01477-3
  • Carmona José, De Shaolin Wudang ã, le chinois de les arts, IUG Trenadiel editeur. ISBN 2-84445-085-7
  • Roland Habersetzer, Tao du kung-fu, Amphora, Paris, 1990, ISBN 2-85180-187-2

Articles connexes

  • Taizu Changquan (太祖 长拳)
  • Shaolin du Nord
  • Erlangquan