s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
arthropoda
Arthropoda.jpg
arthropodes actuels et éteints.
classification scientifique
domaine Eucaryotes
uni Animalia
Sous-règne eumetazoa
branche Bilateria
superembranchement protostome
(clade) Ecdysozoa
phylum arthropoda
Latreille, 1829
sous-embranchements et Classes

la arthropodes (arthropoda Latreille, 1829) Est phylum de animaux invertébrés protostome coelomates, qui comprend environ 5/6 de espèce jusque-là classés (2005). Ils sont connus 2 millions d'espèces. Ils montrent une affinité remarquable avec les caractéristiques anatomiques annélide. Le fait qui ont été décrites plus d'un million d'espèces d'arthropodes montre comment leur structure de base est polyvalent et adaptable à différents modes de vie.

morphologie

Certaines caractéristiques qui distinguent les arthropodes.

  • A sclerificata de cuticule qui est un exosquelette peu dense et élastique, et suffisamment rigide pour protéger et soutenir le corps. Il est formé par chitine, un complexe de matière organique produite par les cellules immédiatement sous-jacentes.
    L'exosquelette ne contient pas de cellules: il est donc pas en mesure de se développer avec l'animal et donc la croissance est en sourdine. L'exosquelette est pas continue, mais est constitué de plaques (sclérite) jointes par des sections de la cuticule pas sclerificata (plèvre) qui constituent les articulations (pour permettre les mouvements qui serait empêché par un exosquelette rigide continu).
  • un métamerisme hétéronomes qui implique tout le corps, qui est alors formé par des segments (également appelé somites ou somites). Dans les formes les plus primitives[1], le métamérisme a tendance à être homonomous (comme dans annélide); au cours de l'évolution des différents segments ils sont de plus en plus différenciés REGROUPEMENT pour former les parties du corps ou tagmata (Métamérisme hétéronome, la règle pour Arthropodes). Il est notamment connu une subdivision du corps en au moins deux parties: prosoma et opisthosome en chelicerate, la tête et le tronc en Mandibolati (l'ensemble des crustacés, myriapodes et hexapoda) Plus primitive; dans le Mandibolati le plus avancé que vous avez une ventilation du corps en trois parties: tête, thorax et abdomen (Pour la différenciation du tronc, Crustacés dans les trois régions sont appelées Cephalon, péréion et Pleon).
  • Parmi les « appendices articulés », d'où le nom de la phylum. Les annexes ne contiennent pas toujours les muscles, mais ils sont souvent déplacés par des tendons reliés aux muscles qui sont situés dans le coffre. Le type le plus primitif des appendices sont les jambes, qui, dans les formes les plus primitives sont présents dans tous les segments. Avec la différenciation, les jambes ont tendance à rester seulement dans les segments thoraciques. Les annexes des autres zones du corps disparaissent ou se transforment pour remplir d'autres fonctions.
  • la celom Il est modifié pour former un emocele. Cette cavité est pas délimitée par ses murs et localisée seulement autour de l'intestin, comme le celomi typique, mais a tendance à atteindre de nombreuses parties du corps. Drift, au cours du développement embryonnaire, en partie par des poches cœlomiques qui sont formées et en partie par un résidu de la blastocoel de celoteli pour l'écaillage et le mélange des deux cavités: ce type de cavité de sens mixte est dit Sinceloma ou Mixocele. Le liquide de dell'emocele, ladite hémolymphe, Il est le même que celui qui circule dans le système circulatoire, qui est ouvert, et assure toutes les fonctions de transport.
  • Le système respiratoire est très efficace, ce qui permet des activités énergétiquement cher que le vol. Dans les arthropodes aquatiques respiration se fait à travers les ouïes faisant saillie vers l'extérieur. Dans les terrestres, il existe deux principaux types de systèmes: petits à travers lesdites ramifications de trachées, qui font saillie vers l'extérieur par de petits pores appelés stigmas (tels que insectes), Ou au moyen de structures spéciales appelées « livre poumons », constitué de feuilles pliées à l'intérieur du corps pour augmenter la surface consacrée aux échanges gazeux (tels que arachnides).

coopération préhistorique

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Embryogenèse chez les arthropodes.

Dans le champ pétrolifère chinois Chengjiang Ils ont été découverts de longues chaînes d'arthropodes anciens moins 525 millions d'années, liés les uns aux autres; il semble la moindre forme de comportement coopératif a survécu jusqu'à nos jours. L'une des explications plausibles de ce comportement est celui d'une migration de masse, le rendement de cette manière plus sûre.[2]

systématique

Quel est le phylum Arthropoda plus riche en taxons et qui a le plus grand nombre d'organismes vivants dans le règne animal. Traditionnellement, ils ont reconnu quatre sous-embranchements[3][4]:

  • Chelicerata. Il comprend les araignées, les acariens, les scorpions, les limules et d'autres organismes, caractérisé par la présence d'une paire desdits doigts chelicerae.
  • myriapodes. Il comprend les mille-pattes, mille-pattes et d'autres organismes ayant un nombre élevé de segments de tronc de nombreux qui portent une ou deux paires de pattes.
  • crustacés. Il comprend les homards, les crabes, les crevettes et d'autres organismes aquatiques principalement caractérisé en ce qu'il possède deux paires d'appendices preorali (antennes et antennules) et des appendices biramose.
  • hexapoda. Il comprend les insectes, les collemboles et diplurans Protura, tous les organismes qui portent trois paires de pattes.

En plus de ces quatre grands groupes, le phylum Arthropoda comprend également un certain nombre de formes fossiles, pour la plupart datant de Cambrien inférieur, difficiles à placer dans la phylogénie du groupe, l'absence d'une nette affinité envers tout autre groupe associé à des similitudes avec plus d'un. la trilobite représentent l'un des exemples les plus connus de disparus Arthropodes. Ils sont un groupe d'organismes marins ont disparu pendant 'extinction permo-triasique, même si elles avaient déjà subi une baisse après l'extinction du Dévonien[5]. Après plusieurs années de débat au sein de la communauté scientifique est d'accord que les quatre mentionnés ci-dessus forment un sous-embranchements groupe monophylétique appelé euarthropoda, bien identifiés par des caractères morphologiques et moléculaires[6][7]. Cependant, les relations entre ceux-ci restent en partie incertaines, comme elle fait l'objet d'un débat la relation supposée de Euartropodi avec tardigrades et Onicofori racchiuderebbe que ces trois groupes dans un clade monophylétique appelé panarthropoda[8]. Des études récentes suggèrent fortement soutenu, que les deux phylum Crustacés paraphyletic, puisque les hexapodes ont évolué à partir d'un clade, encore une localisation incertaine, dans ce groupe. Selon cette hypothèse phylogénétique, les Crustacés et les hexapodes formerait un clade, dit pancrustacea[9][10]. Cette interprétation est opposée à la vieille idée d'un clade, la Atelocerata (ou Tracheata, ou (Uniramia sens strict) qui a recueilli Esapoda avec myriapodes, à l'exclusion Crustacés, basée sur les caractères morphologiques[11]. Un nombre croissant de preuves moléculaires dément cette phylogénie.

euarthropoda
.

Chelicerata


Mandibulata
Atelocerata
.

myriapodes


.

hexapoda



.

crustacés




Phylogénie de Atelocerata.

euarthropoda
.

Chelicerata


Mandibulata
.

myriapodes


pancrustacea
.

hexapoda


.

crustacés





Phylogénie de pancrustacea.

A l'intérieur du Euartropodi, le plus haut point de désaccord a longtemps été représentée par la position de Miriapodi. Dans certaines études Miriapodi sont regroupées avec Chelicerata pour former un clade dit Myriochelata, soeur groupe de Pancrustacei[12]; d'autres analyses, plus récent et plus soutenu par ensemble de données moléculaires, suggèrent que Miriapodi sont étroitement liés avec pancrustacea, pour former un clade, la Mandibulata, ce qui exclut chelicerate[13][14].

euarthropoda
Myriochelata
.

Chelicerata


.

myriapodes



.

pancrustacea



Phylogénie de Myriochelata.

euarthropoda
.

Chelicerata


Mandibulata
.

myriapodes


.

pancrustacea




Phylogénie de Mandibulata.

Dans le cadre du regroupement plus large de Ecdysozoa, le spectacle Euartropodi traits communs, y compris segmentation et la présence d'appendices, avec tardigrades et Onychophora, Cependant, une relation étroite entre ces trois phylums n'a pas été pris en charge par des données moléculaires clairement. Une relation entre Onicofori et Euartropodi est largement acceptée, mais l'affinité avec tardigrades sont moins claires, si bien que ces derniers ont souvent été regroupées avec nématode dans les différentes études phylogénétiques[15][16][17]. Des études récentes ont limité les artefacts phylogénétiques que attraction longue branche et attraction de composition, grâce à L'évolution rapide des taxons et de polarisation dans la composition en bases des séquences de nucléotides de certains taxons de ce jeu de données, de rejeter l'hypothèse selon laquelle Nematoda et tardigrades sont soeur groupe et montrer une origine commune des trois phylums sont les panarthropoda[14][18]. Une analyse plus spécifique, visant à résoudre les relations de parenté entre les tardigrades, Onicofori et arthropodes, ont été menées en 2010 sur les marqueurs mitochondriaux et trouvé l'union des tardigrades et comme Onychophora soeur groupe, une topologie qui ne trouve pas un support morphologique[19]. Certains des auteurs de cette phylogénie a contesté qu'il règle pour l'année suivante, en faisant valoir la soeur groupe Arthropoda + Onychophora sur la base d'un ensemble de données constitué de EST et microRNA et en utilisant un modèle de remplacement plus approprié aux données disponibles (CAT-RTG)[20].

panarthropoda
.

tardigrades


.
.

Onychophora


euarthropoda
.

Chelicerata


Mandibulata
.

myriapodes


pancrustacea
.

hexapoda


.

crustacés







Les relations phylogénétiques entre les principaux groupes d'arthropodes selon Rota-Stabelli et al. (2011).


Et sous-embranchements classes

  • subphylum Trilobitomorpha
    • classe: trilobite- trilobites
  • subphylum crustacés
    • classe: Malacostraca- homards, crevettes, crabes, crevettes, etc.
    • classe: branchiopodes- daphnies, anostraci, etc.
    • classe: Maxillopoda- bernacles, copépodes, etc.
    • classe: ostracodes- ostracodes
    • classe: Céphalocarides- brachipodi
    • classe: remipedia- remipedi
  • subphylum hexapoda
    • classe: Entognathes- Protura, diplurans et collemboles
    • classe: insecta- insectes
  • subphylum myriapodes
    • classe: diplopodes- millipède
    • classe: chilopoda- mille-pattes
    • classe: Pauropoda- pauropodi
    • classe: symphyles- simfili
  • subphylum Chelicerata
    • classe: arachnides- araignées, opilioni, scorpions, acariens, etc.
    • classe: Merostomata- crabes en fer à cheval et euripteridi †
    • classe: pycnogonida- araignées de mer

notes

  1. ^ Par exemple, dans l'extinction trilobites
  2. ^ Giovanni Sabato, Coopération fossile, en: « Les sciences (Scientific American) », Num.484,. Décembre 2008, p 42.
  3. ^ « Arthropodes ». SITI. Consulté 7 Août 2015.
  4. ^ « Arthropodes ». Encyclopédie de la vie. Consulté 7 Août 2015.
  5. ^ Première vie de David Attenborough. copie archivée, firstlifeseries.com. Récupéré le 10 Mars 2011 (Déposé par 'URL d'origine 26 janvier 2011).
  6. ^ Edgecombe G. D. (2010). « Arthropode phylogénie: un aperçu des perspectives de la morphologie, les données moléculaires et les archives fossiles. » Arthropode Struct. Dev. 39: 74-87. (Doi: 10.1016 / j.asd.2009.10.002).
  7. ^ Budd G. E. Telford M. J. (2009). « L'origine et l'évolution des arthropodes. » nature 417: 812-817. (Doi: 10.1038 / nature07890).
  8. ^ C. Nielsen (1995). « L'évolution animale. Intersociétés du phylum vivant » 2ème EDN. Oxford, Royaume-Uni: Oxford University Press.
  9. ^ Regier J. C., J. W. Shultz, Zwick A., A. Hussey, B. Ball, R. Wetzer, Martin J. W., C. Cunningham W. et al. (2010). « Arthropode relations phylogénomiques révélé par l'analyse des séquences codant pour des protéines nucléaires. » nature 463 (7284): 1079-1084. (Doi: 10.1038 / nature08742).
  10. ^ Rota-Stabelli O., Lartillot N., H. Philippe, Pisani D. (2013). « Biais codon-utilisation Sérine dans phylogénomique profondes: relations pancrustacean comme une étude de cas ». Syst. Biol. 6;62 (1): 121-33. (Doi: 10.1093 / sysbio / sys077).
  11. ^ Koenemann S., R. A. Jenner, Hoenemann M., T. Stemme, von Reumont B. M. (2010). « Arthropode phylogénie revisitée, en mettant l'accent sur les relations crustacé ». Structure arthropode développement 39 (2-3): 88-110. (Doi: 10.1016 / j.asd.2009.10.003).
  12. ^ Dunn C. W., et al. (2008). « Échantillonnage large phylogénomique améliore la résolution de l'arbre des animaux de la vie. » nature 452: 745-749. (Doi: 10.1038 / nature06614).
  13. ^ Regier J. C., J. W. Shultz, Zwick A., A. Hussey, B. Ball, R. Wetzer, Martin J. W., C. Cunningham W. (2010). « Arthropode relations phylogénomiques révélé par l'analyse des séquences codant pour des protéines nucléaires. » nature 463: 1079-1083. (Doi: 10.1038 / nature08742).
  14. ^ à b Rota-Stabelli O., L. Campbell, H. Brinkmann, Edgecombe G. D., Longhorn S. J., J. K. Peterson, D. Pisani, Philippe H., M. Telford J. (2011). « Une solution congru à arthropode phylogénie: phylogénomique, microARN et le soutien de la morphologie monophylétique Mandibulata ». Actes de la Royal Society B 278 (1703): 298-306. (Doi: 10,1098 / rspb.2010.0590).
  15. ^ Hejnol A., et al. (2009). « Évaluation de la racine des animaux bilaterian avec des méthodes phylogénomiques évolutives ». Proc. R. Soc. B 276: 4261-4270. (Doi: 10,1098 / rspb.2009.0896).
  16. ^ Lartillot N. Philippe H. (2008). « L'amélioration de l'inférence phylogénétique moléculaire et la phylogénie de Bilateria ». Phil. Trans. R. Soc. B 363: 1463-1472. (Doi: 10,1098 / rstb.2007.2236).
  17. ^ Roeding F., J. Borner, M. Kube, Klages S., R. Reinhardt, Burmester T. (2009). « Une approche 454 de séquençage à grande échelle l'analyse phylogénomique du scorpion empereur commun (Pandinus imperator) ». Mol. Phylogenet. Evol. 53: 826-834. (Doi: 10.1016 / j.ympev.2009.08.014).
  18. ^ Rota-Stabelli O. Telford M. J. (2008). « Une approche multi-critères pour la sélection des outgroups optimales en phylogénie: récupérer un soutien pour Mandibulata plus Myriochelata à l'aide mitogenomics ». Mol. Phylogenet. Evol. 48: 103-111. (Doi: 10.1016 / j.ympev.2008.03.033).
  19. ^ Rota-Stabelli O., Kayal E., D. Gleeson, J. Daub, Boore J., D. Pisani, Blantor M., D. V. Lavrov (2010). « Ecdysozoan mitogenomics: la preuve d'une origine commune des invertébrés, pattes du panarthropoda ». Genom. Biol. Evol. 2: 425-440. (Doi: 10.1093 / GBE / evq030).
  20. ^ Campbell L. I., Rota-Stabelli O., Edgecombe G. D., T. Marchioro, Longhorn S. J., Telford M. J., H. Philippe, Rebecchi L., J. K. Peterson, Pisani D. (2011). « Les microARN et phylogénomique résoudre les relations de tardigrades et suggèrent que les vers de velours sont le groupe soeur de Arthropodes ». Proc. Natl. Acad. Sci. USA 108

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4021279-8

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez