s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche de la division du même nom de la Première Guerre mondiale, voir Division d'infanterie « Chasseurs d'Afrique ».
Chasseurs d'Afrique
vue d'ensemble
pays Italie Italie
service infanterie et infanterie montée
type régiment et bataillon
Batailles / guerres Guerre de l'Erythrée
Guerre d'Ethiopie
guerre d'Abyssinie
Pacification de la Libye
Campagne d'Afrique du Nord
symboles
écusson chasseurs écusson d' src=

[citation nécessaire]

Les rumeurs sur les unités militaires sur Wikipédia

la Chasseurs d'Afrique Ils étaient une spécialité de infanterie et infanterie montée la Armée royale italienne, constitué pour une utilisation dans colonies italiennes.

histoire

Les chasseurs; d'Africa
peint Quinto Cenni Cavalerie Afrique orientale italienne

Colonia Erythrée

Chasseurs d'Afrique (infanterie)

suite faits Dogali, la gouvernement Depretis Elle a décidé d'augmenter la présence militaire dans érythrée pour regagner les territoires perdus et assurer la sécurité de la colonie. Par le décret royal 4783 du 14 Juillet 1887, dans lequel il a été créé Corps spécial de l'Afrique, ont été mis en place le contextuellement Chasseurs d'Afrique. Ces unités ont été constituées du personnel national exclusivement volontaire, provenant de divers départements et spécialités, et plus tard aussi enrôlés parmi les Italiens résidant dans la colonie. Destiné à être utilisé comme chasseurs, ou comme une unité de infanterie rapide et léger, marcher départements ont été rejoints par ceux de chasseurs à cheval, qui se sont battus comme de l'infanterie, mais ils se sont déplacés sur des chevaux ou dromadaires (infanterie montée).

Avec le personnel tiré de divers régiments d'infanterie et grenadiers ont constitué le 1er Régiment de l'Afrique spéciale, sous les ordres de colonel Coriolano Ponza di San Martino et 2e Régiment spécial de l'Afrique Colonel Camillo De Charbonneau. Le personnel requis pour chaque régiment était trois bataillons, chacun sur quatre entreprises. a été constitué le 1er régiment de deux bataillons de chasseurs et l'un des tireurs d'élite, 2e régiment se composait de trois bataillons de chasseurs.

Ainsi, en 1887, il y avait un total de cinq bataillons de chasseurs d'Afrique. Par arrêté royal du 11 Décembre 1892, il a été pris note du recrutement du personnel autochtone, qui était de quatre bataillons, tous faits le 1er Octobre 1888, et cinq bataillons chasseurs réduit à un tourné, avec 6 entreprises.

Par le décret royal 68 du 18 Février 1894, a été créé le Corps royal des troupes coloniales dans lequel, entre autres, il a été inclus les quatre bataillons autochtones et a confirmé les seuls chasseurs Battaglione. Ce bataillon est resté unique, a eu la chance de ne pas assister à la Bataille d'Adoua, depuis la date fatidique du 1er Mars 1896 a donné lieu à une forte garnison Adigrat, à la commande principale Marcello Prestinari.

Les chasseurs disparaissent définitivement de l'Erythrée avec la réorganisation du Corps royal des troupes coloniales en 1919. Il n'y a pas de service jamais existé sous ce nom en Somalie.

Les chasseurs à cheval

escadron Les chasseurs à cheval était le détachement de cavalerie envoyé avec le Corps spécial de l'Afrique à la fin de 1887; il faisait partie et devait rester à Cologne. Il a été créé à Rome en Juillet 1887 hommes de tous les vents régiments de cavalerie existants. La force de escadron Il était de 6 officiers, 150 hommes et 125 chevaux. En commande il a été placé le capitaine Alessandro Framarin.

la Les chasseurs à cheval Ils étaient armés lance le modèle de cavalerie ordonnance 1860: environ cm de long. 260, en bois cendre, fibreux et dur, peint en noir jusqu'en 1895 puis noyer. Il a été complété par le coureur de l'armement Cavalerie Mousquet Mod. 1870[1], mais la cavalerie coloniale a adopté une baïonnette avec un cm de couteau. 30 pour laisser de l'espace dans le compartiment de la boîte à la boîte de réservoir.

Le Corps spécial de l'Afrique, avec le corps renforcé ajouté par le ministère (et l'escadron Les chasseurs à cheval), Elle a navigué de Naples à la fin Octobre 1887 et a atterri à Massawa par étapes de Novembre.

A Massawa, Escadron Les chasseurs à cheval Il est allé soutenir le 1er escadron de cavalerie de l'Afrique qu'il était six mois plus tôt, mais n'a pas encore participé à aucun combat. De cette façon, à partir de la fin de 1887, la consistance de la cavalerie italienne de l'Afrique a atteint 2 équipes, pour un total d'environ 300 chevaliers. Le 1er escadron de cavalerie de l'Afrique qui se trouvait dans la zone des plus longues opérations ont été rapatriées entre Avril et Juin 1888. Depuis cette époque, les chasseurs de l'escadron à cheval était la seule cavalerie souterraine opérant en Afrique.

Depuis l'été 1889 a été manifesté l'intention de dissoudre le département. Dans le décret royal n ° 6132 (série 3) du 20 Juin 1889 portant modification de la constitution du Corps spécial de l'Afrique, l'escadron ne semble pas encore plus nell'organico reflétant la volonté de la dissolution du ministère. Le décret est entré en vigueur le 1er Octobre 1889, donc pendant l'été l'escadron était encore pleinement opérationnel et a été utilisé dans l'emploi des Asmara qui a eu lieu le 3 Août 1889, au cours de la période de la commande générale Antonio Baldissera, prendre part à un détachement de chasseurs à cheval sous le commandement du lieutenant Peter Cingia. L'escadron, cependant, n'a pas été dissous - comme cela avait été prévu - même en Octobre 1889, mais était encore en service et a également pris part à l'occupation de la démonstration Adwa du 26 Janvier 1890 ( « Adua du premier emploi ») dirigé par général Baldassarre Orero, remplacé en Décembre avant le général Baldissera.

Ce fut vraiment la dernière opération militaire qui a pris part des chasseurs escadron à cheval, que dans les mois suivants, comme cela avait été prévu, a effectivement été dissous. Ce fut sans doute entre le printemps et l'été 1890 car en portion organique à Cologne à partir de la fin Août 1890 est plus envisagée. Une partie des officiers de l'escadron dissous est resté à Cologne et a été utilisé pour la mise en place des deux escadrons indigènes étaient formés à cette époque (le « Asmara » et « Cheren »).

Libye

après la Italo-turque Guerre et la conquête de la Libye, avec le début de la Grande Guerre, il y avait une rébellion par la population libyenne et en particulier par la secte religieuse Senussi, qui a mis sérieusement en danger la possession italienne et la sécurité des colons italiens. Plus encore après Caporetto les troupes régulières stationnées en Libye ont été rapatriés et pour faire face à la guérilla Senussi excitèrent par les Turcs ne restait plus que les indigènes de corps régio troupes coloniales de Tripoli et Cyrénaïque, les taux des différentes forces de police et les garnisons de l'armée régulière dans les villes côtières et dans quelques oasis stratégique. Ils avaient besoin d'un service de haute mobilité peut aider de toute urgence les plus menacés par les directeurs d'KABILE (qui sont venus contrôler une grande partie de l'arrière-pays) et attaque l'ennemi par surprise le long des distances dans l'environnement désertique. Ainsi sont nés le chasseurs, tous les bénévoles pour la défense de la communauté italienne, partiellement sur camion et équipés de véhicules blindés.

En fait, 12 de type blindé Fiat-Terni Tripoli et autant Lancia 1Z Ils ont été attribués respectivement aux chasseurs IV bataillon et les chasseurs du bataillon V Derna. A partir de 1919, ils ont également utilisé des camions blindés[2] Fiat 15b sans armé de trois mitrailleuses armure Schwarzlose ou Fiat-Revelli et maxime[3], une à l'avant et deux sur les côtés.

à partir de vingtaine d'années, en fonction des domaines d'utilisation, les services chasseurs La Libye a subi un moteur relativement importante, avec l'organisation de quatre escadrons de véhicules blindés. Dans ces années, la corps régio troupes coloniales de Tripoli Il a aligné deux bataillons de Chasseurs d'Afrique, tandis que trois d'entre eux alignés sur corps régio troupes coloniales en Cyrénaïque. Entre l'été 1922 et le printemps 1923, les deux bataillons de la Tripolitaine (I et II) étaient un peloton osant chacun. Ces sections ont été constituées par 44 gras, 4 équipes de 10, chacune avec un corporel, un corporel et 8 robuste, un sergent, un sergent-major, un maréchal et un lieutenant, deux armes Fiat Revelli. D'autres caractéristiques distinctives sont la fixation à baïonnette de fusil, une cartouchière en toile blanche 12 chargeurs que celle des troupes colorées, avec ceinture et un poignard ghirba de toile de deux litres.

Le 28 Octobre 1924, a été fait le Bataillon V Chasseurs d'Afrique. Une fois que tous ces services ont été déplacés vers la Cyrénaïque.

Dans 1926 ce qui suit, les réservoirs ont été assemblés au 1er autoblindomitragliatrici Escadron et camions armés. La main-d'œuvre était deux wagons d'assaut Fiat 3000, neuf autoblindomitragliatrici et camions blindés Ansaldo, une voitures blindées Lancaster, huit blindés modèle Fiat Tripoli, 23 camions armés Fiat 15b, deux camions armés Ford T, chacune équipée d'une mitrailleuse Schwarzlose installé sur le caisson. Les Fiat 15b camions armés avaient un corps blindé avec des tôles d'acier et de mitrailleuses trois Schwarzlose avec un équipage de quatre hommes, un commandant de sous-officier artilleur, un conducteur, deux artilleurs. Dans chaque chambre, il y avait 15.000 coups sûrs et six boîtes de réserve, en plus de 54 chargeurs pour Carcano Mod 91..

Au Août 2ème escadron suivant a été formé en prenant neuf voitures blindées et Lancaster du 1er. Pendant ce temps, ils ont commencé à être dissous divers bataillons de chasseurs (le bataillon V chasseurs de Cyrénaïque en Novembre 1928) et est resté à la fin que les escadrons mentionnés ci-dessus.

En Octobre 1934, le premier des escadrons a été transformé en bataillon tankistes des chasseurs de Tripolitaine, formé de deux sociétés et équipées Light tank CV33[4], À la suite de toute évidence aussi du deuxième escadron, qui a par la suite la même transformation.

Le 12 Septembre 1935 les deux corps sont fusionnés en corps régio troupes coloniales en Libye et les chasseurs bataillons se déversent dans 1 et 2e régiment d'infanterie de l'Afrique, chacun sur société Commande, une chasseurs de bataillon carristi[5], un bataillon milice libyenne et un dépôt, et enfin dissous dans 1937.

le nom Chasseurs d'Afrique Elle a été prise de Division d'infanterie « Chasseurs d'Afrique », constitué Afrique orientale italienne l'épidémie de Guerre mondiale.

Uniformes et équipement

érythrée

Les armes et les équipements étaient les standards pour les troupes coloniales. jusqu'à la Bataille d'Adoua les troupes de la colonie ont continué à utiliser fusil et mousquet Vetterli Mod. 1870 avant et Vetterli-Vitali Mod. 1870-1887, au lieu du plus moderne Carcano Mod 91. fourni au domestique. A droite des chasseurs de casque de sureau à pied, ils portaient un piumetto distinctif alors que les chasseurs à cheval portaient un stylo noir.

Libye

Les uniformes étaient les standards, colonial et gris-vert « continental » de l'armée, avec le typique insigne un tuyau noir avec bordure rouge et stellette militaire propres troupes nationales. Le premier couvre-chef était utilisé le bouchon casque classique pith. en dix ans était dans le chapeau de couleur utilisé Boer kaki, inspiré par les départements au tour des « pilleurs » de la guerre anglo-boer avec le numéro de bataillon. Au cours des années 20, le chapeau a été remplacé par le Boer chapeau alpin sans stylo (Le soi-disant « veuve »), ou houppe. présente également les baudriers munitions, toile, commun à chasseurs, gendarme et méharistes.

la frise qui rappelle alpin et il a été constitué par un récepteur chasseur, avec une tige rouge centrale, deux fusils baïonnette croix, surmontée Couronne d'Italie[6].

Ordre de bataille: 1888 (arrêté royal du 14 Juillet 1887, n ° 4783)

  • Corps spécial de l'Afrique - janvier Alessandro Asinari San Marzano
    • la brigade - Général Carlo Genè
      • 1er Régiment Spécial pour l'Afrique - Col Coriolano Ponza di San Martino
        • Les chasseurs de bataillon de Afrique- mai Carlo Rodano
        • Bataillon II chasseurs de Afrique- Dix. Colonel Giovan Battista Luciano
        • Bataillon tireurs d'élite de l'Afrique
      • 2e Régiment spécial de l'Afrique - colonel Camillo De Charbonneau
        • III bataillon des chasseurs d'Afrique-mai Camillo Fiore
        • IV bataillon des chasseurs d'Afrique-mai Pio Carlo Di Majo
        • V bataillon des chasseurs d'Afrique-Ten. Le colonel Gustavo Ferrua
      • Les chasseurs de l'escadron à cheval
      • Brigade d'artillerie de 4 entreprises Gunners
      • Société des ingénieurs
      • société Santé
      • Société de Subsistance
      • train Company
      • horde de Bashi-Bazouk (Ceci est la Horde externe, qui en Juin 1888 avait déjà été dissous pour être remplacé par quatre bataillons réguliers autochtones, officiellement créée le 1er Octobre, 1888)

Ordre de bataille 1923

  • corps régio troupes coloniales de Tripoli
    • Les chasseurs d'Afrique (BataillonZuara)
    • II chasseurs bataillon d'Afrique (Tripoli)
  • corps régio troupes coloniales en Cyrénaïque

Ordre de bataille 1935

  • corps régio troupes coloniales en Libye
    • 1er Régiment d'infanterie de l'Afrique
      • contrôle Société
      • un tankistes du bataillon des chasseurs
      • un bataillon milice libyenne
      • un dépôt
    • 2e régiment d'infanterie de l'Afrique
      • contrôle Société
      • un tankistes du bataillon des chasseurs
      • un bataillon de la milice libyenne
      • un dépôt

notes

  1. ^ La cavalerie coloniale italienne: 1885-1897, Nicola Zotti.
  2. ^ Il a été testé dans les sables de la Libye aussi Fiat 15 spécialement modifié et armé, connu sous le nom « Hunters » Fiat 15.
  3. ^ Histoire des véhicules blindés italiens.
  4. ^ La voiture rapide Ansaldo, une icône des années trente, Nicola Pignato.
  5. ^ Les colonies italiennes - Libye.
  6. ^ Journal officiel militaire, partie 2, garde-manger 46e, le 22 Septembre, 1887.

bibliographie

  • Piero Crociani, départements AOI, Le Rocher, 1980.
  • George F. Nafziger, Ordre italien de Battle: Une histoire de l'organisation de l'armée italienne dans la Seconde Guerre mondiale.
  • Nicola Zotti, La cavalerie coloniale italienne: 1885-1897.

Articles connexes

liens externes

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez