s
19 708 Pages

St. Giovanni Crisostomo
bas-relief Jean Chrysostome byzantine de' src=
bas-relief Jean Chrysostome byzantine de 'XIe siècle, Musée du Louvre à Paris.

Évêque et docteur de l'Eglise

naissance Antioche, 344/354
mort Comana Pontica, 14 septembre 407
vénérable de Toutes les Eglises admettent que le culte des saints
récurrence 13 septembre
attributs Les abeilles, le personnel pastoral
patron de Russie

Giovanni Crisostomo, ou Jean d'Antioche (Antioche, 344/354 - Comana Pontica, 14 septembre 407), Il a été un archevêque et théologien byzantin.

Ce fut la deuxième Patriarche de Constantinople. Il est commémoré comme saint de Eglise catholique et Eglise orthodoxe et vénéré par Eglise copte; Il est l'un des 36 Les médecins de l'Eglise.

son éloquence, ses compétences rhétorique dans 'homélie Ils lui ont valu le 'épithète Chrysostome (en grec ancien: χρυσόστομος, Chrysostomos), Littéralement "Bouche d'or». Son zèle et la rigueur étaient dus à une forte opposition à sa personne. Il a écrit homélies anti-juive utilisé pendant des siècles comme un prétexte à la discrimination et à la persécution contre Juifs. Il a dû subir une exil et il est mort lors d'un transfert.

En tant que philosophe et théologien, John est sans originalité, mais fait écho - et déplacé efficacement dans homilétique - thèmes de la tradition patristique grecque et surtout de l'école antiochienne. Sa personnalité est celle d'un homme amoureux de la morale, vécue comme « l'amour en action », désireux de réformer la vie chrétienne, selon l'idéal des premières communautés chrétiennes a conçu le système de cénobitisme.

biographie

Giovanni Crisostomo
Giovanni Crisostomo et Gregorio Nazianzeno, icône russe XVIIIe siècle.

Il est né en Antioche, d'une riche famille chrétienne 347. Dans cette époque, la ville était le troisième plus important dans la partie orientale de l'Empire après Constantinople (Mais au moment où il était quelques dizaines de milliers d'habitants) Alexandrie. Tout au long du quatrième siècle différences profondes ont eu lieu dans l'Est, et aussi à Antioche, entre les païens, manichéens, ariens, Apollinarists, Juifs; Les chrétiens eux-mêmes étaient divisés entre deux évêques rivaux: Melezio et Pauline.

Même dans sa jeunesse, John a vécu dans ce climat de contrastes. Son père, deuxième, était un officier de l'armée responsable syrien, et il est mort quand John était encore à un âge précoce; mère Antusa, vingt-deux ans, face, seul, la tâche difficile de l'élever et de sa sœur aînée. Il aurait été un élève du célèbre orateur et professeur Libanius, qui a dit cela de ses disciples: « Il aurait été l'un de mes meilleurs étudiants à moins que l'Eglise me avait volé. » Comme John lui dit dans ses écrits, à un jeune âge était très agité et, selon sa propre définition, « il enchaînée aux passions du monde. »[1] Il était un gourmet, amant de l'éloquence judiciaire et le théâtre.

A 18 ans, il a rencontré le Vescovo Melezio et a demandé à être baptisé. Puis il a commencé à suivre des cours de exégèse à Diodore de Tarse, dont l'école était célèbre pour l'interprétation littérale de l'Écriture, en opposition à l'école alexandrine, qui favorisait plutôt une lecture aussi allégorique. Après sa graduation, John a reçu le mineures commandes et il se retira dans un ermitage où il se consacre à l'étude théologie. Il composa un traité, de Sacerdotio, fortement influencée par Gregorio Nazianzeno. Il croyait que le monachisme n'a pas été le seul moyen d'atteindre la perfection; la vie sacerdotale au service des fidèles et parmi les milliers de tentations que le monde était pour lui la meilleure façon de servir Dieu.

En hiver 380-381 il a été ordonné diacre de Melezio à Antioche. Quelques années plus tard, il fut ordonné prêtre et est devenu un prédicateur. Sa renommée a grandi tellement que les fidèles ont commencé à prendre des notes au cours de ses homélies. en 392, à la suite de décrets Théodose, organisé une expédition pour démolir les temples et ses ennemis, il dit qu'il a tué les idolâtres[2][3]. Il a également poursuivi son activité littéraire qui a touché divers sujets: comment consoler une veuve sur le point de se remarier, sur l'éducation, sur la cohabitation des moines et des religieuses, etc.

en 397 Nectaire, Archevêque de Constantinople, Il est mort. Après une âpre bataille pour la succession, l'empereur byzantin Arcadio Il a choisi John, à la suggestion du puissant eunuque Eutropio. Chrysostome fut consacré patriarche le 28 Février 398.[4] Il dirigera avec une grande force et précision la balustrade confiée Eglise contre la corruption et le libertinage des puissants (sauf Eutropio son protecteur, qu'il ne pouvait sauver de la mort 399), Faire beaucoup d'ennemis à la cour. Il rejette beaucoup prêtres indigne: en vertu de ces mesures aussi il est tombé, l'évêque de Ephèse. Il convient dans les monastères, les moines erraient vagabonds.

Il a combattu avec la rigueur des hérésies. Dans une homélie dit statues (Prononcé à Antioche en 387) avait ceci à dire: « les Juifs et les Gentils doivent comprendre que les chrétiens sont les sauveurs, les protecteurs, les dirigeants et les maîtres de la ville » (I, 12). Il se força avec autorité à lui sur les diocèses de sujétion »Asie mineure. Très timide, il a pris ses repas seul et a imposé une manière de vie frugal à l'ensemble de la Curie.

Plus tôt, malgré une forte envie et la haine qui a attiré rapidement la noblesse et parmi les évêques, a été soutenue par la cour impériale. Au cours de la traduction de la relique de San Foca Ortolano Ce fut la même impératrice Eudoxie pour le porter à travers la ville. Ces bonnes relations avec la cour ne l'empêche pas de reprocher la même impératrice d'avoir acheté les actifs appartenaient à une veuve [citation nécessaire]. Ces reproches leurs fissures relations très entre la cour et le 'archevêque.

en 402 beaucoup d'ennemis de John se sont tournés vers le patriarche de Alexandrie Theophilus d'Alexandrie, dont l'église était en contraste avec celle de Constantinople. Appelé Theophilus à Constantinople pour justifier les différentes allégations qui ont été déplacés Theophilus a montré avec un groupe d'évêques alexandrins et assis dans la minorité John, qui a été déposé et exilé par l'empereur. Mais l'impératrice ayant un avortement en conjonction avec l'exil de Jean, elle a fait appel. Néanmoins, ses ennemis ne cessent de comploter contre lui et le 9 Juin, 404 Il a finalement été retiré de Constantinople. Pendant trois ans, il a été limité à Cucuse dans les montagnes de 'Arménie, où elle était intensément active. en 407 Il a été ordonné un nouveau transfert Pitiunte, sur mer noire.

Giovanni morì le 14 Septembre, 407 à Comana, en Ponto, pendant le voyage de transfert. Selon la tradition, ses derniers mots ont été:

(EL)

« Δόξα τῷ θεῷ παντῶν ἕνεκα. »

(IT)

« Gloire à Dieu en toutes choses »

Giovanni Crisostomo
La traduction des reliques de Giovanni Crisostomo dans l'église des Saints-Apôtres. miniature de Menologion de Basile II.

en 438, Théodose II Il ne reste à apporter les Constantinople, où il a été enterré dans Eglise des Saints-Apôtres.

transportés à Rome, Les restes de Giovanni Crisostomo ont été placés dans Basilique Saint-Pierre, dans lequel sont encore préservée. Selon une tradition, non confirmée par les sources, les reliques de saint Jean venaient à Rome au moment de quatrième croisade, après la Sac de Constantinople la 1204.

en 1568 il a été proclamé Docteur de l'Eglise de Le pape Pie V.

En Novembre 2004 Pape Giovanni Paolo II Il a donné au patriarche de Constantinople Bartholomée I une partie des reliques de saint Giovanni Crisostomo vénérée au Vatican.

le travail

Giovanni Crisostomo
Le monastère dédié à Saint Giovanni Crisostomo, Moscou (1882).

John a travaillé pour moraliser le clergé de Constantinople frappés par la critique pour le luxe et style de vie. Ses efforts sont entrés en collision contre une forte résistance et étaient limitées et temporaires. Ce fut un excellent prédicateur et théologien avait l'estime considérable dans le christianisme oriental. Contrairement à la coutume répandue du temps, parler à des allégories, il a adopté un style direct en utilisant les passages bibliques comme des leçons et des instructions dans la vie quotidienne.

Son interdiction était à la fois une démonstration de la suprématie du pouvoir séculier est la rivalité entre Constantinople et Alexandrie dans la lutte pour la suprématie dans l'ère Église orientale. La rivalité ci-dessus a créé d'importants problèmes religieux et politiques l'empire et a été l'une des causes de la perte de 'Egypte. En revanche, en Occident la supériorité spirituelle de Rome est devenu un fait incontesté du Ve siècle. mais à l'époque, l'église occidentale et la papauté étaient faibles par rapport au christianisme de l'Est. Cela était principalement en raison des troubles et des guerres que l'Occident avait fait un pays économiquement pauvre, peu peuplée et une crise grave. Un exemple du faible poids de l'église occidentale est le fait que les manifestations pape Innocent ont été tranquillement ignorés.

les écrits

La production écrite de Giovanni Crisostomo est très abondante: comprend certains traités et plusieurs centaines homélies consacrés en grande partie à l'exégèse des Écritures. Certains de ces traités sont les suivants: « Contre ceux qui opposent à la vie monastique », « Sur le Sacerdoce », « Instructions pour catéchumènes » Parmi les soixante-sept sermons exégétique survivants sont consacrés à Genèse, Quarante-neuf des Psaumes, à quatre-vingt dix Evangile de Matthieu, quatre-vingt huit à Evangile de Jean cinquante-cinq à Actes des Apôtres. Parmi les discours non exégétique il y a cinq homélies « Sull'incomprensibilità de la nature divine », huit « contre les Juifs, » vingt et un « Homélies sur les statues ». Il est considéré comme le plus grand orateur des premiers siècles chrétiens, comme rappelé par son surnom (Crisostomo = bouche d'or).

la Homélies contre les Juifs

Giovanni Crisostomo
L 'empereur byzantin Nicéphore III Botaniatès avec Giovanni Crisostomo et l 'Michele Arcangelo.

Au cours des deux premières années après son ordination Chrysostôme a également écrit huit homélies sur les Juifs et la « judaïsation » le titre Contre les Juifs.[5] Depuis la deuxième homélie est un tiers d'autres chercheurs qu'ils soupçonnaient que le seul manuscrit que nous avons reçu était incomplet. en fait, 1999 Wendy se trouve Pradels Lesbos un manuscrit avec le texte intégral.

Ces homélies de Chrysostome sont considérés par certains chercheurs comme « la dénonciation la plus horrible et violente du judaïsme dans les écrits d'un théologien chrétien. »[6] Leur renommée est liée au fait qu'ils ont été pris, sous prétexte, par les nazis en Allemagne pour tenter de légitimer 'holocauste et généralement utilisée par les anti-sémites pour justifier la persécution des Juifs,[7] ainsi qu'ils répandent l'opinion que les Juifs étaient collectivement responsables de la mort de Jésus,[8] mettant à risque de pogrom communautés minoritaires juives vivant dans les villes chrétiennes.[9]

Selon Rodney Stark [10] l'intention de Chrysostome est une séparation claire du christianisme et le judaïsme mettre les chrétiens judaïsants face à la nécessité d'un choix radical.

Dans les huit homélies, donc, Chrysostome tente de montrer les atrocités que les Juifs étaient coupables, selon la méthode typique de la polémique anti-juifs et anti-hérétiques, qui consiste en diffamation avec l'adversaire faux de diffamations. Par exemple, Chrysostome fait valoir que les synagogues « maisons closes, des grottes et des repaires de voleurs animaux de proie et assoiffé de sang », « animaux qui ne ont pas besoin de travailler, mais seulement pour l'abattoir » les Juifs sont en fait[11] plutôt ils sont des animaux sauvages «alors qu'en fait les animaux donnent leur vie pour sauver leurs jeunes, les Juifs les massacraient avec ses propres mains pour honorer les démons, nos ennemis, et leur chaque geste se traduit par leur bestialité. »[12] et les chrétiens ne devraient pas avoir « rien à voir avec les Juifs détestables, les gens cupides, menteur, voleur et assassin. »[13]

notes

  1. ^ de Sacerdotio, I, 3.
  2. ^ Marcello Craveri, hérésie, Mondadori, Milan, 1996
  3. ^ Peter Brown, La formation de l'Europe chrétienne, Laterza, Roma-Bari, 1995
  4. ^ Pauline Allen Wendy Mayer, Jean Chrysostome, Routledge, 2002, p. 8.
  5. ^ Medieval Sourcebook: Saint Jean Chrysostome: Huit homélies contre les Juifs
  6. ^ J. Parkes, Prélude au dialogue, p. 153; cité par Wilken, Jean Chrysostome et les Juifs: la rhétorique et la réalité dans le siècle fin du quatrième, p. xv
  7. ^ W. Laqueur, Le visage changeant de Antisémitisme: des temps anciens à nos jours, la page 48.
  8. ^ W. I. Brustein, Racines de la haine: l'antisémitisme en Europe avant l'Holocauste, p. 52
  9. ^ P. Johnson, Une histoire des Juifs, p. 165.
  10. ^ R. Stark, La montée du christianisme. Comment l'Obscur, Jésus Marginal Mouvement est devenu la force dominante religieuse dans le monde occidental dans un siècle peu, pp. 66-67
  11. ^ homélies I, 2
  12. ^ homélies I, 6
  13. ^ homélies IV, 1

bibliographie

  • Rudolf Brändle, Giovanni Crisostomo. Évêque, réformateur, martyr, Borla, 2007
  • Hartney, Aideen, Jean Chrysostome et la transformation de la ville, Duckworth, 2004.
  • C. Mervyn Maxwell, Les homélies de Chrysostome contre les Juifs: une traduction Inglese, Thèse (Ph.D.) - Université de Chicago, 1967.
  • Jean Chrysostome, Discourses contre les chrétiens judaïsants, traduit par Paul W. Harkins. Les Pères de l'Église; v. 68 (Washington: Catholic University of America Press, 1979).
  • Brändle, avec R. V. Jegher-Bucher, Jean Chrysostome. Acht Reden gegen Juden (Bibliothek der griechischen Littérature 41), Stuttgart: Hiersemann, 1995.
  • W. Pradels, "Lesbos Cod Gr. 27:. L'histoire d'une découverte", Zeitschrift für Antikes Christentum 6 (2002), pp. 81-89.
  • Pradels, W., R. Brändle, et M. Heimgartner, "Das bisher vermisste Textstück dans Johannes Chrysostomus, Adv Judaeos, Oratio 2", Zeitschrift für Antikes Christentum 5 (2001) 23-49.
  • Pradels, W., R. Brändle, et M. Heimgartner, "La séquence et la datation de la série de Chyrsostom de John huit des discours Adversus Judaeos" Zeitschrift für Antikes Christentum 6 (2002) 90-116.
  • J. Parkes, Prélude au dialogue, Londres 1969
  • R. L. Wilken, Jean Chrysostome et les Juifs: la rhétorique et la réalité dans le siècle fin du quatrième. Berkeley 1983
  • R. Stark, La montée du christianisme. Comment l'Obscur, Jésus Marginal Mouvement est devenu la force dominante religieuse dans le monde occidental dans un siècle peu, Princeton 1997
  • W. I. Brustein, Racines de la haine: l'antisémitisme en Europe avant l'Holocauste, Cambridge 2003 ISBN 0-521-77308-3
  • W. Laqueur, Le visage changeant de Antisémitisme: des temps anciens à nos jours Oxford 2006 ISBN 0-19-530429-2
  • G. Gardenal, Antijudaïsme dans la littérature chrétienne antique et médiévale, Brescia 2001

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Giovanni Crisostomo
  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page consacrée à la Grèce Giovanni Crisostomo
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Giovanni Crisostomo
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Giovanni Crisostomo

liens externes

prédécesseur Patriarche de Constantinople successeur Cruz ortodoxa.png
Nectaire 398-404 Arsazio de Tarse
autorités de contrôle VIAF: (FR297475745 · LCCN: (FRn80001460 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 154732 · ISNI: (FR0000 0001 2282 4041 · GND: (DE118557831 · BNF: (FRcb11908883h (Date) · NLA: (FR35028283 · LCRE: cnp01259296

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez