s
19 708 Pages

Paul Ferdinand Jacobsthal (Berlin, 1880 - Oxford, 27 octobre 1957) Ce fut un archéologue et historien allemand naturalisé britannique, spécialiste poterie grecque, domaine d'études dans lequel il était un disciple de John Beazley. Il est également connu pour l'application de la méthode de classification de son maître à la périodisation stylistique dell 'art celtique.

biographie

Education et carrière universitaire

Il a commencé ses études à 'Université Humboldt de Berlin et tout 'Université de Göttingen, et il les a terminé tous 'Université de Bonn où il a obtenu une thèse sous la direction de Georg Loeschcke[1]. En 1912, il a publié un catalogue de vases grecs göttingen, et il a reçu le poste de professeur titulaire à 'Université de Marburg[1], où il est devenu directeur de l'Institut d'archéologie[2]

en vingtaine d'années la XX siècle Jacobsthal est devenu intéressé à travailler sur la peinture vase John Beazley, qui a commencé à prendre les méthodologies taxonomiques. A Beazley, en 1927, il a consacré l'un de ses ouvrages sur le sujet, Ornamente griechischer Vasen. En 1930, Jacobsthal Beazley et ils ont commencé à collaborer à un inventaire des premiers navires grecs, Bilder griechischer Vasen, un projet qui a pris fin en 1939. Après Guerre mondiale, les deux chercheurs ont collaboré en tant que rédacteurs de Oxford Monographies classique.

Au cours des dernières années en Allemagne, Jacobsthal a exprimé un vif intérêt pour l'établissement d'une identité culturelle européenne commune[2]Il est lui de se sentir l'importance de préhistoire en tant que discipline autonome, et deva lui la mise en place du premier chaire dans la préhistoire »université allemande[2]. Ce même horizon se déplacera ses premières études sur la civilisation celtique, avec la reconnaissance de la contribution apportée par les Celtes à la définition de l'identité paneuropéenne: l'origine et l'identité paneuropéenne des Celtes était une question politiquement difficile et désagréable, voire dangereux dans l'environnement du l'Allemagne nazie, traversé par des impulsions politiques d'exaspération intéressés des différences nationaliste[2].

Le déménagement en Angleterre

En 1935, avec l'entrée en vigueur de la lois raciales, Jacobsthal a été évincé de son mandat d'administrateur de l'Institut d'archéologie de Marburg, en raison de ses origines juif[2]. Il a également été privé de ses outils photographiques et a vu confisquer sa collection exceptionnelle d'objets d'art[2]. Il a dû abandonner de force l'Allemagne nazie et, grâce à l'amitié avec John Beazley, il a décidé de s'installer dans Angleterre, terminant premier parmi d'autres réfugiés de guerre sur les détenusIsle of Man, une expérience qui inspirera la rédaction d'un rapport substantiel[2]. En 1937, il a été offert un poste universitaire (conférencier) à Christ Church de l'université 'Université d'Oxford, qu'il a occupé jusqu'en 1947, et qui lui a permis de continuer de collaborer avec plus Beazley.

Après la fin de Guerre mondiale, il a été proposé de revenir à Allemagne, mais il a préféré décliner l'invitation, et ne pas laisser d'Oxford qui avait accueilli dans les moments difficiles[2]. Il a travaillé de toute façon de promouvoir les contacts entre les archéologues britanniques et allemands[2].

A la trentaine et la quarantaine l'âge de ses intérêts à des études d'art celtiques, à laquelle il se consacre aux méthodes de John Beazley, avec des études fondamentales réputation acquise universelle dans le domaine, si bien que, de 1947 à 1950, était Jacobsthal lecteur l'archéologie celtique du tout 'Université d'Oxford.

Le en 1956,, Jacobsthal de travail était le dernier épingles grecques et leurs liaisons avec l'Europe et l'Asie. Le travail a marqué un retour au catalogage des documents de 'Antiquités grecques, où l'Jacobsthal pas abandonner le champ cher à la réception de 'art grec dans le monde antique.

Parmi les étudiants il y a Jacobsthal Hans Möbius et archéologue suisse Karl Schefold.

Des études celtiques d'art

Jacobsthal, ainsi que les travaux scientifiques sur la décoration de la poterie grecque, est bien connu pour l'intérêt scientifique et culturel montré pour 'art celtique, domaine auquel il a donné une contribution fondamentale et qui a ouvert des perspectives inattendues. Le résultat de ces directives était d'étudier, en 1944, la publication de son Art celtique début, la œuvre maîtresse avec qui il « incarnait près de 500 études sur le continent de l'étape précédente à oppida la période de La Tène (V-III siècle avant notre ère) "[3].

L'entrée d'un savant dell 'Art de la Grèce classique comme Jacobsthal dans un domaine spécialisé, comme des études celtiques, qui ne voit pas des progrès substantiels depuis près d'un demi-siècle[4], a eu un effet dramatique: pendant des années les efforts ont été concentrés sur le perfectionnement de l'histoire des découvertes archéologiques ou dispersés dans diverses études dans une perspective régionale[4]. Jacobsthal, cependant, a élargi la perspective de l'étude, et a conduit l'intérêt scientifique commun de l'art celtique à l'horizon, lui plus en ligne, sur l'art des études ont porté sur l'analyse de l'impact de l'ornementation grecque les arts décoratifs Celtes, mais néanmoins il a été en mesure de reconnaître les caractéristiques particulières du Celtic et original, sans être induit en erreur par des problèmes iconographique, qu'il rétrogradé suite à « prêts aléatoires et occasionnels de modèles méditerranéens»[3].

La reconnaissance de ces personnages originaux et leur évolution lui a donné les bases pour le travail essentiel de l'art celtique périodisation qu'il résume en Art celtique début[3].

Art celtique début Ce fut l'un des premiers ouvrages en anglais pour utiliser la terminologie établie par Alois Riegl dans son Stilfragen.

notes

  1. ^ à b Jacobsthal, de Dictionnaire biographique des historiens d'art
  2. ^ à b c et fa g h la Le Jacobsthal Archive, Université d'Oxford - Ecole d'archéologie
  3. ^ à b c venceslas Kruta, La grande histoire des Celtes. La naissance, l'affirmation et la pourriture, Rome, newton Compton, 2004, p. 49, ISBN 88-8289-851-2.
  4. ^ à b venceslas Kruta, La grande histoire des Celtes. La naissance, l'affirmation et la pourriture, Rome, newton Compton, 2004, p. 48, ISBN 88-8289-851-2.

bibliographie

  • Martin Robertson, "Obituary: Dr. mp Jacobsthal" Burlington Magazine, n. 100 (1958), p. 27
  • Jacobsthal, de Dictionnaire biographique des historiens d'art
  • Le Jacobsthal Archive, Université d'Oxford - Ecole d'archéologie
  • venceslas Kruta, La grande histoire des Celtes. La naissance, l'affirmation et la pourriture, Rome, newton Compton, 2004, p. 49, ISBN 88-8289-851-2.
autorités de contrôle VIAF: (FR69056063 · LCCN: (FRn80015662 · ISNI: (FR0000 0000 8148 8263 · GND: (DE117048178 · BNF: (FRcb12755571s (Date) · ULAN: (FR500320012 · BAV: ADV10104999