s
19 708 Pages

L 'agenais, ou Agenois (occitan Agenes) Il était un ancien quartier de province historique de gascogne; situé dans le courant région française de nouvelle Aquitaine[1], principalement autour Agen, ses limites correspondent au courant département de Lot-et-Garonne, sur la rive droite de la Garonne, en plus i cantons de Valence d'Agen, Montaigu-de-Quercy et Sainte-Foy-la-Grande.

région stratégique qui a vécu son apogée au cours de la guerres de religion et Guerre de Cent Ans, entre la Périgord au nord, Quercy est, la Bazadais Armagnac ouest et au sud, l'Agenais a toujours souffert d'un chevauchement des influences par gascogne, Guyenne et Languedoc, ainsi que par Bordeaux et Toulouse.

histoire

dans l'ancienne Gaule la région était habitée par Nitiobrogi, avec Aginnum comme capitale; en époque romaine il a été appelé civitas Agennensium, et il faisait partie de la province de Aquitaine seconde[2]; ensuite formé le Diocèse d'Agen. Après avoir partagé le sort de la 'Aquitaine pendant les périodes mérovingienne et carolingienne, dall'833 all'848 semble avoir été dévastée par Vikings.[3] Le dall'886 Agenais est devenu au sujet comté hérité dans le cadre d'aujourd'hui gascogne (Vasconia).[4] Le premier nombre de Agenais (d'Agen comte) Était Guillaume Le Périgord (mort 920), fils de Vulgrin I d'Angoulême.

En 1038 le comté a été acquise par William VI. Le mariage de Aliénor d'Aquitaine avec l'avenir Henri II d'Angleterre en 1152 il a apporté le comté sous l'égide de Plantagenet, et quand Richard Ier d'Angleterre Il lui a donné sa sœur Giovanna à Raymond VI de Toulouse, en 1196, il est entré dans l'Agenais dot Princesse, faisant partie des domaines de la dernière Comte de Toulouse. En 1212, au cours de la croisade des Albigeois, Simon de Montfort IV Il a capturé la forteresse CATHARE de Penne-d'Agenais et il a brûlé les défenseurs sur le bûcher.[5]

avec Traité de Paris de 1259, Louis IX de France Il a accepté de payer un loyer annuel Henri III d'Angleterre de conserver dell'Agenais de possession.[6]

En 1271, la couronne de France avait la possession complète du comté; Mais pas pour longtemps: le roi de France devait reconnaître les droits antérieurs de possession du roi d'Angleterre, et le rendit en 1279. Au cours de la Guerre de Cent Ans l'Agenais passa la main à plusieurs reprises, jusqu'à ce que les Britanniques se retira en 1453 finale.

En 1561, la Guyenne il est devenu province, y compris la BORDELAIS, la Bazadais, la Limousin, la Périgord, la Quercy, la rouergue, l'Agenais, le saintonge, et l 'Angoumois. Depuis lors, était Agenais plus qu'un délai administratif. A la fin de 'Ancien Régime fait partie de Gouvernement de et Guyenne révolution Il a été incorporé dans le département de Lot-et-Garonne, qu'il a constitué presque entièrement. Le titre du comte d'Agen, que le roi d'Angleterre avait laissé tomber en désuétude, a été rénové par les rois de France et en 1789 a eu lieu par la famille Ducs de Richelieu.

grandes villes

  • Lot-et-Garonne : Agen, Villeneuve-sur-Lot, Fumel, Marmande
  • Tarn-et-Garonne : Valence-d'Agen, Montaigu-de-Quercy
  • Gironde : Sainte-Foy-la-Grande, port qui a donné l'Agen, à travers le canal de Duras, une entrée Dordogne.

notes

  1. ^ Mish, Frederick C., rédacteur en chef. "Agenais." Neuvième Webster New Collegiate Dictionary. 9e éd. Springfield, MA: Merriam-Webster Inc., 1985. ISBN 0-87779-508-8, ISBN 0-87779-509-6, ISBN 0-87779-510-X.
  2. ^ Alexander Riese, Geographi latine Minores, 1878 notitia Galliarum p. 143
  3. ^ Cosmovisions - Agenais
  4. ^ Joseph Noulens, Le comte d'Agenais x au siècle (Paris, 1877).
  5. ^ William W. Kibler, éd.France médiévale: une encyclopédie, sous vide "Agenais".
  6. ^ Harry Rothwell, éd. Inglese Documents historiques 1189-1327, Routledge, 1996, ISBN 0-415-14368-3

bibliographie

Articles connexes

liens externes