19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Rose blanche (homonymie).

« Un fort esprit, un cœur tendre »

(titre conçu par Sophie Scholl.)
Rose blanche
Monument à 'Ludwig Maximilian Université de Monaco, dédié au groupe White Rose.

la Rose blanche (en allemand: Weisse Rose) Il était un groupe d'étudiants chrétiens que si opposé non-violente le régime de l'Allemagne nazie. Le mouvement a été actif de Juin 1942 février 1943, lorsque les composants principaux du groupe ont été arrêtés, traités et condamné à mort par décapitation.

histoire

opérant dans Monaco de Bavière, le groupe a sorti six brochures, qu'ils ont appelé les Allemands à se livrer à non-résistance contre le régime Nazi. Une septième notice, qui peut avoir été préparé, n'a jamais été libéré parce que le groupe est tombé entre les mains de gestapo. Le groupe était composé de cinq étudiants: les frères Hans et Sophie Scholl, Christoph Probst, Alexander Schmorell et Willi Graf, tous dans la vingtaine. A ils ont été rejoints par un professeur, Kurt Huber, qui a étendu les deux derniers tracts.

Bien que les membres de White Rose étaient tous les étudiants 'Ludwig Maximilian Université de Monaco, Ils avaient également participé à la guerre contre front français et ce russe, où ils ont été témoins des atrocités commises contre Juifs et détecté que le renversement de fortune que wehrmacht il a souffert dans stalingrad Il finira par conduire à la défaite de l'Allemagne. Ils ont rejeté la violence de l'Allemagne nazie Adolf Hitler et ils croyaient en un 'Europe fédéral qui a adhéré aux principes chrétiens de tolérance et justice. largement citant Bible, Saint-Augustin, Rilke, Laozi, Aristote et Novalis, aussi bien que Goethe et Schiller, ils ont fait appel à ce qu'ils considéraient comme le 'intelligentsia Allemand, pensant qu'il serait intrinsèquement opposé à nazisme. Leur idéologie a été formée suite à la thèse de Quickborn (Source de vie), un mouvement catholique dirigé par le prêtre d'origine italienne Romano Guardini [1] et il avait été influencé non seulement par le pasteur de Söflingen (un quartier d'Ulm où il y avait une forte résistance catholique au nazisme) Franz Weiss aussi par Carl Muth et Theodor Haecker, deux intellectuels catholiques anti-nazis, dont les idées influencent grandement les choix la résistance pacifique du groupe.[2] Ce qui, selon leurs plans, doit être réalisé par la distribution de tracts dans les lieux publics, dont le contenu aurait pour éveiller la conscience du peuple allemand.

« Faites la résistance passive, où que vous soyez; empêché cette machine de guerre continue à courir athéiste, avant que la ville devienne un tas de gravats ... "

(la première brochure de la « Rose blanche ».)

Dans un premier temps, les tracts ont été envoyés en masse dans différentes villes Bavière et dell 'Autriche, puisque les membres croyaient que le sud de l'Allemagne serait plus réceptif à leur message antimilitariste. Après une longue période d'inactivité, après Juillet 1942, la Rose blanche a pris une position plus vigoureuse contre Hitler en Février 1943, l'émission des deux dernières brochures et peinture slogan Anti-Hitler sur les murs Monaco, et même sur les portes de l'université. Le changement de leurs positions est évident à la lecture de leurs nouvelles brochures, sur lequel lire « Le mouvement de résistance en Allemagne ».

Rose blanche
Atrium Ludwig Maximilian de Monaco, dans le "Geschwister-Scholl-Platz" (frères carrés) Scholl.

La sixième dépliant a été distribué à l'université le 18 Février 1943, qui coïncide avec la fin des classes. La quasi-totalité des tracts distribués dans des endroits visibles, Sophie Scholl a pris la décision courageuse pour faire monter les escaliers du hall et de lancer à partir de là les tracts finaux sur les étudiants ci-dessous. Il a été repéré par un gardien nazi qui l'arrêta et remis son frère la police du régime. Les autres membres actifs ont été rapidement arrêtés et le groupe, ainsi que tous ceux qui leur sont associés ont été amenés pour être interrogés par le gestapo. Le Scholl a immédiatement pris la responsabilité des écrits qui espèrent en vain de protéger les membres du club qui restent; Gestapo fonctionnaires qui leur ont demandé, ils ont été surpris par le courage et la détermination des jeunes (la Gestapo torturé Sophie Scholl pendant quatre jours, du 18 au 21 Février 1943[3]).

Le Scholls et Probst ont été les premiers à faire face à la processus, 22 février 1943 au Volksgerichtshof ( « Cour populaire »), un tribunal politique spécial présidé par Roland Freisler. Au cours d'une brève audience, qui a duré cinq heures, ils étaient réputés coupables et guillotiné le même jour. Les gardiens de prison et même Executioner ont dit qu'ils avaient jamais vu mourir si jeunes vaillamment, en particulier la jeune fille. Certains journaux de Monaco ont apporté bientôt les nouvelles. Le jugement écrit sont les suivants:

« L'accusé, en temps de guerre et par tracts, incitée sabotage l'effort de guerre et de l'armement, et le renversement de style de vie nazie de notre peuple, ont propagé des idées défaitistes et ont diffamé le Führer de manière très vulgaire, en accordant une grande aide à l'ennemi du Reich et l'affaiblissement de la sécurité armée de la nation. Pour ces raisons, ils devraient être punis par la mort.[4] »

Rose blanche
La salle de classe de Justizpalast (Palais de justice) où le procès a eu lieu.

D'après le témoignage des gardes de la prison Monaco:

« Ils ont agi avec beaucoup de courage. Toute la prison a été impressionné. Nous avons donc atterri avec le risque de réunir les trois hommes condamnés un moment avant de la capitale. Nous voulions pouvoir fumer une cigarette ensemble. Je ne savais pas que cela pourrait être si facile de mourir, a déclaré Christoph. Et puis: Dans quelques minutes, nous nous rencontrerons à nouveau dans l'éternité. Ensuite, ils ont été pris à l'exécution. La première était la fille. Il va sans clignoter. Nous avons tous ne pouvions pas croire que cela était possible. Le Bourreau a dit qu'il avait jamais vu quelqu'un mourir comme ça.[5] »

Les autres membres clés du groupe, ont essayé le 19 Avril 1943, Ils ont également été reconnus coupables et décapités dans les mois suivants. Les amis et les collègues de la Rose blanche, qui a aidé à la préparation et la distribution de brochures et a collecté des fonds pour la veuve et le jeune fils de Probst (Probst avait trois enfants, dont un nouveau-né), ont été condamnés à la prison avec un balançant entre six mois et dix ans. Dans l'ensemble à Monaco Hambourg Quinze ont été condamnés à mort dans un groupe et trente-huit à l'incarcération. Ce dernier, à la fin de la guerre ont été libérés par les troupes américaines. Au cours du nazisme Volksgerichtshof seul, il a condamné à mort cinquemilatrecento personnes.[3]

Si nous tenons compte du livre David Irving« La guerre d'Hitler », si Hitler a dit la répression de la Rose Blanche:

« Quand une poignée d'étudiants a distribué des tracts qui appelaient au renversement d'Hitler, les dirigeants ont été immédiatement placés en état d'arrestation et condamné à mort par la Cour populaire. « Peut-être, certains protesteront que le tribunal populaire de se comporter si brutalement », Hitler a dit dans un discours secret à ses généraux, « Un homme qui vient distribué des tracts, un professeur d'université et deux étudiants, accusés du même crime, exécuté! Mais alors, s'ils étaient allés à l'avant, ils auraient probablement été tués. Ils courent le risque que chaque jour nos soldats!.[6] »

Influence et de la politique culturelle

Avec la chute du régime nazi, le White Rose est venu à représenter la plus pure forme d'opposition à la tyrannie, aucun intérêt à pouvoir personnel ou d'auto-congratulation. Leur histoire est devenu si populaire que le compositeur Carl Orff (Qui était resté en Allemagne pendant la guerre), il prétendait dissiper en disant la collusion des suspects avec le régime nazi en face alliés qui l'a interrogé, il a été l'un des fondateurs de la Rose blanche et a été libéré. Bien qu'il connaissait personnellement Huber, il n'y a aucune preuve que Orff était de quelque façon impliqué dans le mouvement et probablement fait sa demande pour échapper à l'emprisonnement.

La place où le lobby principal est situé à l'Université Ludwig Maximilian de Monaco a été nommé « Geschwister-Scholl-Platz » (frères carrés Scholl) en l'honneur de Hans et Sophie Scholl.

La fondation « Weisse Rose » a été créée en 1986 à Monaco de Bavière membres et les survivants du groupe et par des parents et amis des membres exécutés, afin de promouvoir les connaissances historiques et culturelles du mouvement de résistance anti-nazie.

en 2005 Il a été produit en Allemagne un film qui narre les derniers événements de chacun des participants à l'organisation illégale, le droit La Rosa Bianca - Sophie Scholl.

A la Rose blanche, il est aussi appelé l'institut d'enseignement supérieur Cavalese en Trentin-Haut-Adige et l'École d'État de Saluzzo dans la province de Cuneo. Le nom a été également utilisé par certains mouvements culturels et politiques.

De l'union des sections linguistiques publiques de la ville de Trente est né Langue Lycée[7] où il a été nommé d'après Sophie Scholl.

Dans la grande nuit de nazisme, l'histoire de la Rose Blanche est seulement une petite étoile, mais pour ce qui est le plus précieux et appartient à l'humanité tout entière.[8]

Les faits La Rosa Bianca sont opéra chambre sujet « Die Weisse Rose » par Udo Zimmermann qui raconte les derniers moments de la vie Hans et Sophie Scholl, avant d'être décapités.

notes

  1. ^ COLLECTION Lair (2). Romano Guardini et les mouvements modernes, Di Aa.vv..2011, p.2
  2. ^ Hans et Sophie Scholl: Resisters allemand de la Rose blanche, Toby Axelrod, bibliothèque Bound livre 2001 ISBN 978-0-8239-3316-7
  3. ^ à b Déposition d'un groupe de survivants, nostreradici.it.
  4. ^ Extrait du jugement porté par Hans Scholl, Sophie Scholl et Christoph Probst, sur "Olokaustos". Récupéré le 25 Novembre, 2007.
  5. ^ De la revue « missionnaire de la Consolata »
  6. ^ Guerre d'Hitler, publié par septième sceau, Rome 2001, traduction de M. Spataro, ISBN inexistante
  7. ^ Langue Lycée Trento
  8. ^ La Croix, la Rose et la croix gammée, Paolo Borella, édition de Sergio Fratini Raiuno, de Pages Résistance européenne, Emanuele Milan et Gianni Salmi 25 Avril 1962.

bibliographie

Pour plus d'informations:

  • Inge Scholl, La Rose Blanche, traduction de Marcella Ravà, Valentina Gallegati, Ithaque, 2007 [1993], ISBN 978-88-526-0113-2.
  • Romano Guardini, La Rose Blanche, traduction Michele Nicoletti, 2e éd., Morcelliana 2005 [1994], ISBN 978-88-372-1530-9.
  • Paolo Ghezzi, La Rose Blanche ne vous donnera pas la paix, Abécédaire de la jeune résistance
  • Paolo Ghezzi, La Rose Blanche, une résistance aux nazis au nom de la liberté, publié par Paulist Press, 1993, ISBN 978-88-215-2662-6.

Filmographie

  • La Rose Blanche, réalisé par Alberto Negrin (1971), Drame de télévision RAI en deux parties [1]
  • Die Weisse Rose, réalisé par Michael Verhoeven (1982)
  • La Rosa Bianca - Sophie Scholl (Sophie Scholl - Die letzten Tage), De Marc Rothemund (2005)

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Rose blanche

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR131008281 · LCCN: (FRn83010975 · GND: (DE4065234-8
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller