19 708 Pages

« Plutôt que de donner des réponses significatives, une formule d'esprit scientifique des questions sensibles. »

(Claude Lévi-Strauss[1])
Claude Lévi-Strauss
Lévi-Strauss 1973 Signature par Lévi-Strauss

Claude Lévi-Strauss (Bruxelles, 28 novembre 1908 - Paris, 30 octobre 2009[2]) Ce fut un anthropologiste, psychologue et philosophe français.[3]

anthropologue et philosophe de culture et société, théoricien structuralisme et créateur de la convergence interdisciplinaire fascinante et inattendue, Lévi-Strauss est situé dans la pensée contemporaine.[4] la structuralisme Levi-Strauss - qui a été détecté, et placée à la base de chaque réflexion, le caractère structurel intrinsèque de chaque phénomène social[5] - il a tout imprégné sciences humaines, même philosophie, la psychologie, la politique (la marxisme) Et histoire, une école de pensée qui a marqué le doute "ethnologie Français et l 'anthropologie sociale du XXe siècle.[6]

Ses contributions à psychologie, provenir indirectement de l'application de la méthode structuraliste aux études anthropologique de culture matérielle,[7][8] mettre à la base de chaque phénomène psychologique l'hypothèse sous-jacente des structures mentales universelles.[9][10] Fondamentale ensuite ses études sur les populations dites « sauvages », recueilli dans ses deux plus connus aux généraux des travaux publics, les classiques Tristes Tropiques [11] et L'esprit sauvage, dans lequel Lévi-Strauss met en question, en partant du bas de la notion d'analyse culture en tant que système symbolique et sémiotique, la prétendue supériorité de la culture occidentale - et critiquant également la notion de ethnocentrisme et le résultat humanisme[12][13][14] - par rapport à la dite mentalité primitive en ce qui confère Levi Strauss-logicità, dignité et respect.[15][16]

Il a reçu plusieurs prix pour ses études et ses recherches, y compris le Prix ​​Erasmus en 1973, le prix Meister Eckhart en 2003 et de nombreux diplômes honorifiques de plusieurs universités étrangères.[17] Il est considéré comme un père fondateur de l'anthropologie moderne,[18][19] qui est placé, selon la Edmund Leach, travailler sur la piste de James Frazer et Franz Boas.[20][21]

Biographie et

né en Bruxelles Les parents francophones de juifs, bientôt déménagé avec sa famille à Paris, dans lequel le climat intellectuel il a tenu sa formation culturel. En particulier, la vitalité, l'esprit artistique et son père Raymond sensibilité esthétique, peintre portrait traditionnel, marque profondément son fils, en stimulant leur curiosité, l'imagination et animant les intérêts artistiques des plus variés,[22] dont l'enfance passée dans une atmosphère de joyeuse liberté et de créativité, mais en détresse par des problèmes pratiques.[23]

La formation culturelle et premières expériences dans le entnologico sur le terrain

Il a fréquenté l'école secondaire à Lycée Janson de Sailly pour obtenir son diplôme de baccalauréat, puis l 'hypokhâgne[24] un Lycée Condorcet à Paris, où il est un étudiant du philosophe André Cresson, Recommander que, pour les études universitaires, de s'inscrire à loi,[25][26][27] un Sorbonne Paris, puis passer à philosophie, diplômé (agrégation) En 1931.[28] Cependant, il reste particulièrement fasciné par la philosophie,[29] malgré le désir irrésistible de savoir et d'érudition qui l'anime (le résultat de paternel stimuli) et qu'il essaie de satisfaire tremper dans l'atmosphère culturelle parisienne riche et variée, en regardant autour, les visites de musées et d'expositions, selon divers cours universitaires et souvent rencontré plusieurs bibliothèques.[30] puis il a commencé à enseigner pendant deux ans avant Lycée Mont de Marsan en Landes, puis à celle de Laon.[31]

Dans un premier temps aussi actif en politique (idées socialiste[32]), Ses positions philosophiques se révèlent très critique maintenant contre les tendances idéaliste et spiritualiste la philosophie française de la période entre la deux guerres, d'autant plus qu'il reconnaît être présent en lui-même une exigence de concrétude que la porte à des directions complètement nouvelles. Il en est ainsi stimulée par Paul Nizan, ami de la famille, de se déplacer vers le 'ethnologie.[33]

Ainsi, donc, bientôt il découvre dans sciences humaines, en particulier dans le sociologie de Emile Durkheim et 'ethnologie de Lucien Lévy-Bruhl,[34] la possibilité de construire un discours novateur sur 'homme. Était décisive, puis, pour la réunion Lévi-Strauss Paul Rivet, qu'il a rencontré à l'occasion de la Jacques Soustelle un musée ethnographique, et, en passant, avec Marcel Mauss qui, bien qu'il n'a pas été son élève direct, il était indirectement à travers ses œuvres, qui ont exercé un poids décisif dans la formation sociologique et anthropologique.[35] Il était fasciné par le sens fort du béton qui a jailli des enseignements de Mauss et la méthode qu'il utilise pour expliquer et analyser rites et mythes primitif.[36]

Influencé aussi par 'expérience surréaliste et psychanalyse freudienne,[37] accepte, 1935, l'offre d'aller enseigner sociologie Université de San Paolo en Brésil, où il est resté jusqu'en 1938. Ce sera l'occasion d'apprendre à connaître un monde complètement différent de la européen mais surtout d'entrer en contact avec le peuple indie Le Brésil qui deviendra l'objet de ses premières expériences « dans le champ », puis les premières recherches ethnologiques et anthropologiques études ultérieures.

Ses débuts « dans le champ » se déroule progressivement, faire des visites courtes mais répétées aux peuples autochtones intérieur du pays. Au tournant de 1935 et 1936, a organisé une première expédition au Sud (à peu près, au-dessus Mato Grosso do Sul), Qui dure quelques mois, parmi les bororo et caduveo, puis, entre Juin et Décembre 1938, une mission deuxième et dernière remontant le long des bords du bassin Amazon River, vers le Nord-Ouest forêt amazonienne, à peu près dans la zone de la Mato Grosso, où il rencontrera les Tupi-Kawahib et la Nambikwara,[38] « sauvages » vrais[39], à-dire les populations les plus indigènes, cultivées ou moins (selon une perspective ethnocentrique occidentale, que les mêmes critiquent Lévi-Strauss), et donc les plus intéressants du point de vue ethnologique.

Le retour en France et échapper aux États-Unis

Retour en France en 1939, Il est mobilisé par l'épidémie de Guerre mondiale mais déjà en 1941, immédiatement après 'armistice, en raison de persécution des Juifs, Il est forcé de fuir, en réussissant à embarquer pour États-Unis.

A New-York, Il a commencé à enseigner à la New School for Social Research, et, immédiatement après, il sera l'un des fondateurs, ainsi que d'autres émigrés intellectuels français (y compris Henri Focillon, Jacques Maritain et d'autres), des 'École libre des Hautes Études, une sorte de « université populaire » avec des universitaires français exilés à New York.[40][41]

La période de New York est en fait très important pour l'évolution de sa pensée. Ici, en fait, il sait que certains membres de l'école Franz Boas, comment Alfred Kroeber et culturologo Leslie White, et linguiste Roman Jakobson, auteur, ainsi Nikolaj Sergeevic Trubeckoj, une étude fondamentale des systèmes de combinaison phonèmes leurs langues différentes.[42] Mais au-dessus de Jakobson sont aidés à développer sa méthode structuraliste d'enquête, qui a ensuite conduira à la création de l'anthropologie structurale qui repose sur le principe selon lequel les phénomènes sociaux et culturels sont fonction des structures inconscient auxquels ils sont soumis, principe, ce qui est le résultat de l'observation des populations tribales et l'étude structurale de leurs mythes et rituels, dont les éléments de base, tels que phonèmes d'une langue, donnent lieu, pour les transformations binaires oppositionnel, la variété historique des cultures, tous ces éléments constituant la « structure inconsciente » (invariant) qui est une base commune de toutes les institutions sociales.[43][44]

Il est 1945 article L'Analyse Structurale en en Linguistique et anthropologie,[45] qui marque officiellement la naissance de l'enquête structuraliste Lévi-Strauss en anthropologie, et où, par ailleurs, élabore Lévi-Strauss la notion de atome de parenté, la première de la discipline qui sera l'anthropologie structurale, à savoir la « structure » (avuncolare) irréductible parenté le plus simple qui peut être conçu, car il incarne les trois types de base minimum de relations familiales toujours présentes dans toutes les formes d'agrégation sociale nucléaire humaine, à savoir la relations de l'endogamie, la relation familiale acquise, la relation de filiation.[46]

Aux États-Unis, Lévi-Strauss renforce également l'amitié avec Franz Boas, l'un des fondateurs de l'anthropologie américaine, une discipline qui enseigne la Université de Columbia New York, dont le travail jouera un rôle majeur dans la formation de Lévi-Strauss.[47] En 1948, il est retourné à Paris et, cette année-là, il a obtenu une doctorat la Sorbonne (recherche haut-parleurs externes disponibles) avec une thèse complémentaire et principale, tout comme la tradition en France, respectivement, du titre La vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara ( « La vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara« ) Et Les structures Elémentaires de la Parenté ( « Les Structures élémentaires de la parenté« ), Ce dernier déjà complet en 1947 et qui a servi de base pour les cours les New-Yorkais qui a tenu Lévi-Strauss.[48][49]

Apogée scientifique et renommée internationale

Les structures Elémentaires de la Parenté sont publiés l'année suivante, en 1949, et le travail a été immédiatement reconnu, mais seulement dans le cercle des spécialistes,[50] comme l'une des études anthropologiques les plus importantes et novatrices de la parenté à ce point fait, le résultat de la famille des nations analyse systématique formelle de l'organisation et basée sur l'examen de systèmes (Algébrique) des relations entre ses différentes composantes, ainsi que les transformations auxquelles ces systèmes font l'objet (dans l'espace - qui est, d'un groupe social à l'autre - et au fil du temps) qui, à son tour, identifiera les sous-jacents structures universel (inconscient).[51]

Alors que, en particulier chez les anthropologues anglophones, on a fait valoir que la parenté est fondamentalement basée sur descente unilinéaire[52] et que les groupes de descente unilinéaires représentent l'organisation sociale et économique fondée (théorie de la descendance)[53] Lévi-Strauss affirme que la parenté est basée sur l'alliance (la théorie de l'alliance)[54] entre deux familles à venir à l'établissement, à cause de la principe de l'interdiction des 'inceste, lorsqu'un femme, provenant d'un groupe social donné, jeune mariée un homme appartenant à un autre groupe social. En ces termes, Lévi-Strauss introduit la notion anthropologique de base échange, comme le fondement de toute possible lien social, qui subsume la situation économique.[55][56][57]

Entre les années 40 et 50 ans, Lévi-Strauss a continué à publier, de plus en plus de succès. A son retour en France, en 1947, il travaille d'abord comme chercheur à CNRS, puis directeur adjoint avant Muséum National d'Histoire Naturelle puis Musée de l'Homme, puis, depuis 1950, il enseigne à 'École Pratique des Hautes Études,[58] à la section V "Sciences Religieuses" la chaire intitulée "Religions des Peuples non-civilisés" ( "Religions des peuples non civilisés"), précédemment occupé par Marcel Mauss, puis renommé, comme Lévi-Strauss, « Religions Comparées des Peuples sans écriture « ( » La religion comparative des peuples sans écriture « ), succédant Maurice Leenhardt.[59]

En 1952, il publie, à la commission de 'UNESCO, un rapport sur la racisme intitulé Race et Histoire, qui sera publié en volume en 1967. En 1953, à Paris, Talcott Parsons, Lévi-Strauss avait rencontré brièvement aux Etats-Unis, au cours d'une conférence tenue à 'Université de Harvard quand il était le conseiller culturel de l'ambassade française en 1944, elle met le courant de l'Université Harvard, proposition Clyde Kluckhohn, Il avait déjà mis en place une chaise spécialement pour lui comme un « professeur », et lui a demandé de signer un contrat de cession prêt. Lévi-Strauss a renoncé, comme il l'avait déjà fait des propositions similaires de nomination que lui offre Kurt Lewin et Alfred Kroeber.[60]

Déjà connu dans les environnements universitaires Français (dont Lévi-Strauss n'a jamais eu de bonnes relations[61]), Dans 1955, en publiant Tristes Tropiques, Il atteint un public encore plus large. Tristes Tropiques est essentiellement une récit de voyage dans lequel il écrit toutes ses impressions, mélangés avec une série d'idées brillantes et des considérations sur le monde primitif amazone, datant du travail sur le terrain effectué dans la période 1935-1939 du Brésil. Dans ce travail unique, qui est à la fois un roman, un livre d'aventure, un riche ethnographique, un essai critique et plus, sont décrits, avec un toboggan et la prose charmante, les voyages effectués par Lévi-Strauss, la Brésil Pakistan (où il est allé en 1949 en charge de la 'UNESCO), Ainsi que des profondes réflexions critiques sur le sens de la civilisation humaine et de son destin et le sens du travail ethnographique.[62]

Tous ces différents niveaux de lecture et qui est dirigé à partir de perspectives différentes, faire Tristes Tropiques un chef-d'œuvre absolu qui a changé les destinées de l'anthropologie.[63] Examen par le comité d'organisation du Prix ​​Goncourt, l 'académies Goncourt regrette sincèrement, avec une déclaration officielle qu'il ne pouvait pas attribuer Tristes Tropiques parce que, selon les membres du comité, il n'a pas été un roman. Pour Lévi-Strauss, le travail était la synthèse de ce qu'il avait fait jusque-là, tout ce qu'il croyait ou pensait-il, ainsi que le souvenir de lui-même ses expériences passées avec des peuples autochtones du Brésil, risque de se produire à Contact avec ces derniers, les émotions ressenties à entrer dans leur vie quotidienne, ainsi que de partager en contact direct intime entre l'homme et la nature, que les sociétés occidentales ne tiennent pas compte maintenant.[64][65]

en 1959, grâce notamment aux efforts de Maurice Merleau-Ponty, la chaise devient propriétaire de anthropologie social le prestigieux Collège de France, qui a tenu jusqu'en 1982, année de sa retraite. Peu de temps après, publique Anthropologie structurale, le résultat d'une réorganisation systématique de son précédent essais et d'autres œuvres composées après 1945, qui marque officiellement la naissance de 'anthropologie structurale.

« Je suis ici rassemblé dix-sept pour cent des textes sur ce que j'ai écrit dans près de trente ans. Certains ont été perdus; d'autres peuvent très bien rester dans l'oubli. Parmi ceux que je suis apparu moins indigne d'exister, je fait un choix, en rejetant les emplois dont le caractère est purement ethnographique et descriptive, et plus encore, la capacité théorique, mais dont la substance est incorporée dans mon livre Tristes Tropiques. Public ici pour la première fois deux textes (chapitres V et XVI), qui, avec quinze autres, il me semble approprié de préciser la méthode structurale en anthropologie [66]. »

En 1960, crée la Laboratoire d'Anthropologie Sociale (LAS), employé, en même temps, en CNRS, de Collège de France et par ' Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, tandis que, en 1961, il a fondé, avec Emile Benveniste, Jean Pierre et Pierre Gourou Pouillon, une nouvelle magazine, L'Homme, consacrée aux études et l'anthropologie culturelle et de la recherche sociale, l'organe officiel de l'ethnologie française, dans les intentions de Lévi-Strauss.[67]

en 1962, Lévi-Strauss est obligé de changer les thèmes de conférences qui prend tout 'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales - qui avait entre-temps fusionné également V « Section Sciences Religieuses » - et jusque-là concentré sur les règles du mariage et des systèmes de parenté. puis il écrit Le totémisme Aujourd'hui et, peu après, Le Sauvage Pensée, qu'ils ont marqué un tournant dans la réflexion et la recherche de Lévi-Strauss, inaugurant une nouvelle période de sa carrière, la plus longue, celle consacrée aux représentations religieuses, prélude à la suite Mythologiques.[68]

Ne Le Sauvage Pensée, Lévi-Strauss précise que le lien indissoluble intime et caché existe entre les sociétés occidentales et celles qui considère comme « primitif » ou « sauvage », pour localiser dans les structures mentales universelles et intemporelles qui sous-tendent la formation de ces dispositions psycho presque identiques -cognitive avec laquelle les diverses entreprises établissent leurs mythes, pratiquer leurs rituels, vous réalisez besoin de racines locales et régissant la création de l'organisation sociale complexe de ses composants de nature dall'ineludibile besoin vital d'imposer l'ordre que indispensable à l'écoulement et indistincte la réalité chaotique.[69]

Claude Lévi-Strauss
« Le triangle culinaire » de Lévi-Strauss. diagramme d'analyse structurelle dans la préparation des aliments. adapté de Le Cru et le cuit

Maintenant lancé à la renommée internationale,[70] Lévi-Strauss est maintenant engagé dans la deuxième moitié de l'année soixante jusqu'au début soixante-dix, la réalisation d'un vaste et ambitieux projet, matérialisé dans les quatre volumes d'une œuvre collective importante intitulée Mythologiques. Dans ce document, parmi de nombreuses réalisations, il analyse officiellement une seule mythe en suivant ses variations, ou des changements, d'un groupe social (formellement défini comme « système ») à un autre, de la fin de l'Amérique du Sud, à travers 'Amérique centrale et nord, jusqu'à Arctique, examinant ensuite, avec une typiquement méthodologie structuraliste, invariants formels des transformations qui sous-tendent ces systèmes, en arrivant ainsi à la détection de la structure mythique sous les transformations mentionnées ci-dessus qui sont soumis à ces systèmes, quel que soit le contenu, historiquement déterminée, de ce dernier.[71][72]

en 1971, Lévi-Strauss complète, le dernier volume de mythologique, la conclusion d'un travail de longue haleine a commencé en 1950,[73] et, 1973, Il est enfin reconnu et à juste titre l'élite Académie Française, le plus grand prix pour un intellectuel français. Déjà membre du ' Académie des Arts et des Lettres américain, en 1973 Il reçoit Prix ​​Erasmus, en 1986, la Prix ​​Nonino,[74] en 2003 la Meister Eckhart Prix pour la philosophie, ainsi que la diplôme honorifique, entre autres, par les universités de Oxford, à Harvard et Université de Columbia. décerné le Grand-Croix de la Légion d'honneur, Il a également été nommé au mérite Commandeur de l'Ordre National du Mérite et Commandeur des Arts et des Lettres.

Même après la retraite, il n'a jamais cessé de documents de recherche d'écriture et d'édition, des études et des réflexions diverses sur 'art, sur musique, sur poésie, sur société contemporain, avec des accents, sur ce dernier, un peu pessimiste.[75][76] Lors de l'entretien, souvent il référence à des faits, des événements et des circonstances de sa longue, riche et laborieuse vie humaine et scientifique.

Il est mort à Paris, le vendredi 30 octobre 2009, à l'âge de près de 101 années[2].

Il a été l'un des plus grands penseurs du XXe siècle.[77] Son immense travail fait partie du grand héritage intellectuel du XXe siècle.[78]

Il a eu une relation spéciale avec l'Italie, la première nation qui a toujours montré beaucoup d'attention et une sollicitude infatigable, comme aucun autre pays, à Lévi-Strauss, ses oeuvres, son travail.[79]

pensée

Claude Lévi-Strauss
Lévi-Strauss 2005

Lévi-Strauss a cherché à appliquer la linguistique structurale de Ferdinand de Saussure l'anthropologie. Ses études portent sur, entre autres, la famille et mythe. Lévi-Strauss reliant cognitivismo et l'anthropologie enrichit le thème de l'anti-ethnocentrisme et le relativisme de l'anthropologie. Grâce à la recherche de structures logiques communes dans toutes les cultures, les constantes communes qui se manifestent alors dans de nombreuses formes de conceptualisation humaine, compréhensible que dans la référence contexte ethnographique, il reconnaît la façon caratterere systématique et rationnelle de la vie et de la pensée des peuples tribaux (Frabboni et Pinto Minerva, 2005).

Lévi-Strauss était athée[80].

interdiction de l'inceste

Selon Lévi-Strauss toutes les cultures placent l'interdiction de désir incestueux et donc le tabou de l'inceste est configuré comme une loi universelle. la tabou de l'inceste il est, dans la pratique, l'interdiction des 'endogamie, dont l'effet est donc l'encouragement de 'exogamie. Merci à cela, la famille est en mesure d'établir des relations extérieures qui renforcent la solidarité sociale. Lévi-Strauss, exprimé largement cette théorie dans son alliance de mariage Les structures élémentaires de la parenté (1949). L'interdiction de l'inceste est la constante universelle qui marque le passage de l'état de pureté nature à un la société humaine bien organisée peu.

Dans certains inceste sociétés anciennes était encore souvent d'usage dans les familles qui ont tenu le puissance, dans le but évident de conservation du même: exemples nous joints jusqu'à ceux des Pharaohs Egyptiens.

Les critiques

de nombreuses critiques qui a été nivelé les idées de Lévi-Strauss, d'autant plus que la Californie '68, quand ils ont été totalement rejetés par les deux la minorité afro-américaine à la fois par l'élite des sociologues américains et anthropologues dupliques ponctuels de défense sont toujours payés, (y compris Herbert Marcuse, Angela Davis, Desmond Morris, Huey Newton, Stokely Carmichael).

Les notes principales déplacées au philosophe d'origine de la Belgique étaient les suivants:

  • l'ignorance absolue du caractère évolutif trouve dans 'homme, en particulier en ce qui concerne la scène où le « singe humain » est devenu carnassier;
  • l'arbitraire du « point zéro », ou la « tribu heureuse » au lieu de l'homme civilisé, ce qui reflète l'influence de la romantique Jean-Jacques Rousseau;
  • l'absence de données et le soutien des statistiques scientifiques.

travaux

  • La Vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara (1948)> La famille et la vie sociale des Indiens Nambikwara, trans. de Paolo Caruso, Einaudi, 1970
  • Les Structures élémentaires de la Les Parente (1949, 1968)> Les Structures élémentaires de la parenté, trans. de Alberto Mario Cirese et Liliana Serafini, Feltrinelli, 1972
  • Race et Histoire (1952)> Race et histoire et d'autres études anthropologiques, trans. et des friandises Paolo Caruso, Einaudi, 1967-1997
  • Tristes Tropiques (1955)> Tristes Tropiques, Trad. de blanc Garufi, Basic Books, 1960
  • Anthropologie structurale (1958)> Anthropologie structurale, trans. de Paolo Caruso, Basic Books, 1966-2015
  • Le totémisme Aujourd'hui (1962)> totémisme aujourd'hui, trans. de Danilo Montaldi, Feltrinelli, 1964
  • La Pensée sauvage (1962)> La Pensée sauvage, trans. de Paolo Caruso, Basic Books, 1964
  • Mythologiques I. Le Cru et le cuit (1964)> Mythological I. Le Cru et le Cuit, trans. de Andrea Bonomi, Basic Books, 1966
  • Mythologiques II. Du aux cendres Miel (1967)> Mythological II. De Miel aux cendres, trans. de Andrea Bonomi, Basic Books, 1970
  • Mythologiques III. L'origine des manières de table (1968)> Mythological III. L'origine du Manières, trans. Enzo Lucarelli, Basic Books, 1971
  • Mythologiques IV. L'homme nu (1971)> Mythological IV. L'homme nu, trans. Enzo Lucarelli, Basic Books, 1974
  • II Structurale Anthropologie (1972)> II Anthropologie structurale, trans. de Sergio Moravia, 1978
  • La Voie des mascarades (1977; 1979)> La voie des masques, trans. de Primo Levi, Einaudi, 1985
  • Mythe et signification (1978)> Mythe et signification, introduction Cesare Segre, Basic Books, New, 1980-2016
  • Le regard Eloigne (1983)> Le regard de loin. Anthropologie, la culture, la science comparée, Trad. de Primo Levi, Collier 154 livres de poche, Einaudi, 1984; Basic Books, 2010
  • Paroles Données (1984)> Dates de mots, trans. G. Mongelli, Collier 221 Paperbacks, Einaudi, 1992
  • La Potière Jalouse (1985)> Le potier jaloux. La pensée mythique dans les Amériques, Trad. Giuseppe Mongelli, Collier 179 Paperbacks, Einaudi, 1987
  • De pres et de loin. Entretiens avec Didier Eribon (1988)> De près et de loin. Discuter avec Claude Lévi-Strauss, trans. Massimo Cellerino, Rizzoli, 1988
  • Histoire de lynx (1991)> Histoire de Lynx. Le mythe des jumeaux et les racines éthiques du dualisme amérindien, trans. S. Atzeni, Collier 241 Paperbacks, Einaudi, 1993
  • Regarder, écouter, lire (1993)> Regardez écouter lire, trans. Francesco Maiello, 1994
  • Saudades do Brasil (1994)> Saudades do Brasil. Images de Tristes Tropiques, trans. G. Felici, série Saggi 111, NET 2003
  • Le Père Noël supplicié (1994)> Père Noël exécuté Introduction Ignazio Buttitta, trans. Clara Caruso, Sellerio, 1995
  • Loin du Brésil. Véronique Mortaigne Entretiens avec (2005)
  • L'autre côté de la lune. Écrits sur le Japon (L'autre visage de la lune. Ecrits sur le Japon, 2011), étapes Collier n.20, Milan, Bompiani, 2015 ISBN 978-88-452-8069-6.
  • Nous sommes tous cannibales (Nous sommes tous des cannibales, 2013), Intersections Série 441, Bologne, Il Mulino, 2015, ISBN 978-88-15-25737-6. [Volume rassemble les textes publiés dans « La République » 1989-2000]

principaux articles

  • 1944, « Les aspects sociaux et psychologiques de la chefferie dans une primitive tribu: Le Nambikuara du Nord-Ouest Mato Grosso » Transactions de l'Académie des sciences de New York, 7: 16-32.
  • 1944-1945, "La de la REPRÉSENTATION dédoublement Dans Les arts de l'Asie et de l'Amérique" Renaissance, II-III, pp. 169-186), puis dans 1958b Lévi-Strauss (Com Trad "Le doublement de la représentation dans les arts de l'Asie et l'Amérique" en trans En de 1958a:.... 275-300).
  • 1945a, "Sociologie française", dans Georges Gurvitch-Moore (dir.), 1945: 503-537. (Trad. "La sociologie française", par F. Denunzio, Mimesis, Milan, 2013)
  • 1945b, "L'œuvre d'Edward Westermarck," RHR, 129: 84-100.
  • 1948 "de Sun Compte rendu en chef, l'autobiographie d'un Indien Hopi, par L. Simmons" Année sociologique, Third série, I, 1940-1949 (publié en 1945 La recherche sociale, 10).
  • 1950 "Introduction à l'œuvre de Marcel Mauss" en Mauss, 1950: IX-LII (Trad Il Einaudi, 1965..).
  • 1952ª Race et histoire, Paris: UNESCO; édition révisée à Levi-Strauss 1973: 377-422.
  • 1952b, "Les Structures sociales Dans le centre oriental et Brésil", Actes du 29e Congrès international des américanistes, Chicago: University of Chicago Press; Maintenant, à Lévi-Strauss 1958ª: (... Trad il "Les structures sociales au Brésil centrale et orientale" dans la 1958ª il Trad.: 140-152) 133-145.
  • 1956a "La famille" / ??? / sur SHAPIRO (dir.), 1956; Trad. en français Annales de l'Université d'Abidjan, F-3 série, fasc. 3, 1971: 5-29, maintenant une nouvelle version 1983a: 65-92.
  • 1956b, "? Les organisations dualistes existent-elles" Bijdragen tot de Taal-, Land- en Volkenkunde, 112, 2: 99-128 puis à 1958a Lévi-Strauss. (Trad. Il "Il dualistes" organisations Il en 1958a trad.). 153-185.
  • 1958 "La Geste d'Asdival" 1958-1959 Annuaire, Paris: Ecole Pratique des Hautes Etudes, pp. 3-43; Maintenant, à Lévi-Strauss, 1973: 175-234 (Trad "la Asdiwal" actes en 1973 il Trad.... 187-235).
  • 1960, "Ce que l'Ethnologie doit à Durkheim" Annales de l'Université de Paris: I: 45-50; Maintenant, en 1973a: 57-62).
  • 1964 "In Memoriam Alfred Métraux" L'Homme, IV, 2: 5-19.
  • 1966 "Anthropologie: Ses réalisations et l'avenir", CA, 7 (2): 124-127.
  • 1979 "La famille" dans Bellour R. et C. CLEMENT (dir.), Claude Lévi-Strauss. Et sur Textes de Claude Lévi-Strauss, Paris: Gallimard, pp. 93-131.
  • 1980 (1950), "Introduction à l'œuvre de Marcel Mauss," à M. Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris: PUF: IX-LI.
  • 1983b, "Histoire et ethnologie", AESC, XXXVIII, (6): 1217-1231.

Travaux collectifs

  • Le identité. Seminar Interdisciplinaire Dirigé par Claude Lévi-Strauss, au professeur au Collège de France, 1974-1975, Paris: Grasset, 1977 (Trad Il.. L'identité. Séminaire réalisé par Claude Lévi-Strauss Palerme, Sellerio, 1980).
  • Claude Lévi-Strauss - Didier Eribon (en collaboration avec) De pres et de loin, Paris: Odile Jacob, 1988 (trad Il.. De près et de loin. Discuter avec Claude Lévi-Strauss, Milan: Sellerio, 1988).

notes

  1. ^ Cit. en Les vaches peuvent marcher dans les escaliers?, par Paul Heiney, Newton Compton, Rome, 2007. ISBN 978-88-541-0828-8.
  2. ^ à b Il semble y avoir désaccord sur la date du décès. En fait, le rapport des journaux italiens, comme donné dans la nuit du samedi 31 Octobre et le dimanche 1er Novembre (voir Corriere della Sera et république, ainsi que (FR) Le Parisien et (FR) Le Monde). France info Il déclare que la mort produit samedi, 31 Octobre, alors que d'autres sources parlent du vendredi 30 Octobre; le (FR) New York Times puis il prétend avoir contacté le fils de Lévi-Strauss, Laurent, qui a dit que son père est mort le vendredi (30 Octobre). même (FR) Yahoo! nouvelles Il porte la date du 30 Octobre. Les nouvelles de la mort (cfr. Sources précédentes), cependant, n'a été mardi officiellement publié, le 3 Novembre.
  3. ^ C. Lévi-Strauss, D. Eribon, De près et de loin. Discuter avec Claude Lévi-Strauss, Rizzoli, Milan, 1988, est la principale source et le plus fiable sur la vie, l'œuvre et la pensée de Lévi-Strauss, son autobiographie exposée dans une dialogique et essentielle. Voir. Wilcken bien P., Le poète en laboratoire. La vie de Claude Lévi-Strauss, Le Essayeur, Milan, 2013.
  4. ^ Voir. S. Moravie, Raison et univers de sens structurel. Essai sur la pensée de Claude Lévi-Strauss, Lettres Publishing House, Florence, en 2004, la quatrième couverture.
  5. ^ Voir M. Callari Galli, "L'anthropologie de la science et de l'idéologie",. (P 27.): R. L. Beals, H. Hoijer, Introduction à l'anthropologie, 2 Völs, maison d'édition Il Mulino, Bologna, 1971, Volume II.: anthropologie culturelle, pp. 7-42.
  6. ^ Voir. P. Deliège, Histoire de l'anthropologie, Il Mulino, Bologna, 2008, p. 157.
  7. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, De près et de loin. Discuter avec Claude Lévi-Strauss, Rizzoli, Milan, 1988, p. 156.
  8. ^ Voir. F., P. Meloni, Anthropologie de la culture matérielle, Carocci, Roma, 2015, Ch 2., § 2.1.
  9. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 181.
  10. ^ Voir. D. Sperber, "Une pensée à l'Orée des Sciences Cognitives" Le Magazine Littéraire, 475 (2008) p. 70, dans laquelle est reconnu Levi-Strauss en tant que précurseur de la psychologie cognitive. Voir M. Niola bien, "Introduction" à. (P 12.): Lévi-Strauss lui-même à côté, édité par M. Niola, Quodlibet, Macerata, 2008, pp. 9-26.
  11. ^ Entretien avec Jean José Marchand.
  12. ^ Voir W. Kaltenbacher, "Le départ" (p 22)., En:. W. Kaltenbacher (ed) Symposium Lévi-Strauss. Un coup d'oeil à partir d'aujourd'hui, Le Essayeur, Milan, 2013, p. 13-26.
  13. ^ Voir. M. Niola cit., pp. 12-13.
  14. ^ à humanisme nous entendons ici l'ensemble des doctrines que les humains peuvent voir - et non pas l'homme à l'extérieur - le centre de la réalité et de la connaissance; cfr. N. Abbagnano, Dictionnaire de philosophie, III édition de Giovanni Fornero, De Agostini, Novara, 2013, p. 1125 et le "anti-humanisme", pp. 63-64.
  15. ^ Voir. S. Nannini, "Lévi-Strauss, Claude", p. 630, comme la voix de 'Garzanti Encyclopédie de la philosophie, nouvelle édition, Garzanti, Milan, 1993, p. 629-631.
  16. ^ Voir. C. Backes-Clément, Lévi-Strauss. La vie, les textes de la pensée et de l'échantillon, Académie Sansoni éditeurs, Bologne, 1971, la quatrième couverture.
  17. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 139.
  18. ^ S. Pinker Le Blank Slate. Le refus moderne de la nature humaine, Penguin Books, London, 2003, p. 22.
  19. ^ La mort de l'anthropologue français Claude Lévi-Strauss, euronews, 3 novembre 2009. Récupéré le 3 Novembre 2009.
  20. ^ Voir. P. Deliège, cit., p. 158.
  21. ^ Voir. F. du puits, La descente en enfer. James G. Frazer et la culture du XXe siècle, Argo Publishing, Lecce, 1998.
  22. ^ Voir. P. Wilcken, cit., pp. 31-36, 41, 192.
  23. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., Cap. 1.
  24. ^ Il est la classe préparatoire à saisir toutes obligatoires 'École Normale Supérieure, une durée de deux ans.
  25. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 17-23.
  26. ^ Voir. P. Wilcken, cit., pp. 34-39.
  27. ^ Voir. S. Moravie, cit., p. 2.
  28. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 21.
  29. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 22.
  30. ^ Voir. P. Wilcken, cit., pp. 39-46.
  31. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 27-28.
  32. ^ Voir. P. Wilcken, cit., pp. 39-40.
  33. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 31.
  34. ^ Voir. A. Carotenuto (Eds), Bompiani Dictionnaire des psychologues contemporains, Bompiani, Milano, 1992, p. 173.
  35. ^ Voir. M. Maxence, "Entretien avec Claude Lévi-Strauss" (p. 423), anthropologie actuelle, 42 (3) (2001) pp. 419-425.
  36. ^ Cf. "Introduction à l'œuvre de Marcel Mauss», écrit par Lévi-Strauss: M. Mauss, Théorie générale des Essais magiques et autres, Editeur Giulio Einaudi, Torino, 1965.
  37. ^ Voir. A. Carotenuto, cit., p. 173.
  38. ^ Voir. P. Wilcken, cit., pp. 8-11.
  39. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Basic Books, Milan, 1960.
  40. ^ Voir. M. Niola cit.
  41. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 65.
  42. ^ Voir. A. Carotenuto, cit., p. 173.
  43. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 161-163.
  44. ^ Voir. A Carotenuto, cit., p. 173.
  45. ^ Publié dans le magazine de langue mot (Volume 1, numéro 1, pp. 33-53), fondé en 1943 par Association internationale de linguistique New York.
  46. ^ Voir. U. Fabietti, F. Remotti (eds), Dictionnaire d'anthropologie. Ethnologie, anthropologie culturelle, anthropologie sociale, Zanichelli Editore, Bologne, 1997, sous la rubrique "Lévi-Strauss, Claude."
  47. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 60-61.
  48. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 69, 80.
  49. ^ Ceci est peut-être le travail (qui viendra à la lumière en 1949, en tant que monographie) la production scientifique dans son ensemble la plus importante de Lévi-Strauss; cfr. U. Fabietti, F. Remotti cit.
  50. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 82.
  51. ^ Lévi-Strauss souligne clairement, mais avec peu de mots assez, sur la distinction entre la notion de mathématique "système algébrique« (Composé d'un »ensemble soutien « et de »rapports« Parmi ses » éléments « ), officialisant le système de parenté au sein d'un groupe social donné, et celui de la » structure « qui est identifiée par la classe de transformations (fonctorielle) Qui sous-tendent ces systèmes; ces transformations ont la nature le groupe et il doit être compris formellement en même temps que la théorie représentations des groupes. Lévi-Strauss insiste donc avec compétence mathématique, la distinction fondamentale entre le système « » et « propriété », le second en général ne réduit pas la première. En fait, les « structures » dont parle Lévi-Strauss, correspondent à "invariants« (Groupale) des transformations mentionnées ci-dessus, toujours être compris en termes de groupale représentations théorie. En termes de ces transformations doivent alors être compris les soi-disant » mécanismes inconscients » que Lévi-Strauss considérait comme des mécanismes psychiques de fonctionnement de l'esprit humain, officiellement classé - comme invariants -.. comme hors du temps, immuable et universelle, mais historiquement différent en fonction du contenu sur lequel elles opèrent Voir C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 161-163, 172, 174-175. Voir. Aussi l ' "Annexe" (chap. XIV), écrit par André Weil, Partie I de C. Lévi-Strauss, structures élémentaires de la parenté, édité par A.M. Cirese, Essais Universal Economica Feltrinelli, Giangiacomo Feltrinelli Editore, Milan, 2003, p. 311-321.
  52. ^ En anthropologie, descente Il est l'ensemble des liens, socialement reconnus, qu'ils sont établis entre une personne et ses ancêtres, à travers laquelle a lieu le recrutement et sont formés par des groupes de parenté traditionnels (clan, lignée, phratrie). Les liens de descente, à son tour, définissent les obligations à travers lesquelles le transfert a lieu de propriété, de droits et fonctions de statut par un génération l'autre, car il contrôle l'accès aux ressources disponibles à la société. Il y a aussi plusieurs façons de suivre la descente plus ou moins restrictive selon les situations réelles qu'un groupe social doit faire face à un moment donné, pour leur propre survie. Le plus commun de ces moyens est de unilinéaire, avec laquelle est affilié (filiation) Une personne à un groupe de parents sur la base d'une seule et même ligne, les femmes (matrilinéaire) Ou mâle (patrilinéaire), Puis faire le recrutement, dans les groupes de parenté unilinéaires, pour attribution, c'est une personne qu'il devient membre de naissance, entraînant ainsi, dans la société, la formation de groupes distincts ensemble cette part, et contre laquelle se classe tout le monde « membre » ou « non-membre »; cfr. U. Fabietti, F. Remotti cit., pp. 239-240.
  53. ^ Voir. F. Dieux, anthropologie culturelle, Deuxième édition, maison d'édition Il Mulino, Bologna, 2016, chap. 15, § 3, pp. 283-289.
  54. ^ Voir, F. Dei cit., p. 284.
  55. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 187.
  56. ^ Voir. P. Deliège, cit., p. 160.
  57. ^ Voir. M. Callari Galli, cit., p. 30.
  58. ^ À partir de laquelle la section VI sera né alors le 'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales; en elle, par la suite, être fusionné ainsi que la section V.
  59. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 86.
  60. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 87, 89.
  61. ^ Parmi les nombreuses déceptions à cet égard extériorisée dans le texte, voir. par exemple, C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 79-80.
  62. ^ Voir. V. Matera, A. Biscaldi, Manuel des sciences humaines. anthropologie, De Agostini School, Novara, 2012, p. 99.
  63. ^ Voir. V. Matera, A. Biscaldi, cit., p. 99.
  64. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 91.
  65. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Le Essayeur, Milan, 2015, selon la couverture.
  66. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, anthropologie structurale, Editeur Basic Books, New, 1966, Préface, p. 11.
  67. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 97, 99.
  68. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 108.
  69. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, L'esprit sauvage, Le Essayeur, Milan, 2015, selon la couverture.
  70. ^ Voir. P. Wilcken, cit., second capot et légendes des images p. 192.
  71. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., pp. 161-163, 174-175, 181.
  72. ^ Voir. S. Nannini, cit.
  73. ^ Voir. C. Lévi-Strauss, D. Eribon, cit., p. 185.
  74. ^ Citant ses propres mots, au sujet de cette reconnaissance, Lévi-Strauss a déclaré que « [...] ainsi que le Prix ​​International Nonino, aucun autre moi plus fier de la médaille, reçu en 1980, de Meilleur Ouvrier de France. J'ai en fait le goût du travail manuel, et que je pourrais avoir pratiqué souvent, dans un de mes livres, décrivant la théorie de ce que nous appelons en français Bricolage»; cfr. C. Lévi-Strauss, "A propos de l'Italie" (p. 9), dans: S. D'Onofrio (eds), Claude Lévi-Strauss, photographié par Marion Kalter, Institut italien d'études philosophiques de Naples, Electa Naples, Naples, 2008, pp. 9-11.
  75. ^ Voir. P. Wilcken, cit.
  76. ^ Voir S. D'Onofrio, "Les yeux de l'anthropologue", dans:. S. D'Onofrio (ed) cit., pp. 6-8.
  77. ^ Voir M. Niola, "Introduction", dans:. M. Niola (ed) cit., pp. 9-10.
  78. ^ Voir. Symposium Lévi-Strauss. Un coup d'oeil à partir d'aujourd'hui, édité par W. Kaltenbacher, Basic Books, Milan, 2013, préface, p. 9.
  79. ^ Voir C. Lévi-Strauss, "A propos de l'Italie", dans:. S. D'Onofrio (eds), cit., pp. 9-11.
  80. ^ « Personnellement, je ne l'ai jamais été confronté à la question de Dieu », dit un tel poliment indifférent athée, le Dr Claude Lévi-Strauss, professeur d'anthropologie sociale au Collège de France « théologie. Vers un Dieu caché, le temps. com.

bibliographie

  • P. Cressant, Introduction à Lévi-Strauss, Accouplements C / E - G. Barbèra, Florence, 1971.
  • C. Backes-Clément, Lévi-Strauss. La vie, les textes de la pensée et de l'échantillon, Académie Sansoni éditeurs, Bologne, 1971.
  • F. Remotti Lévi-Strauss. Structure et histoire, Editeur Giulio Einaudi, Torino, 1971.
  • S. Moravie, Levi-Strauss et anthropologie structurale, G. C. Sansoni, Florence, 1973.
  • O. Caldiron, Claude Lévi-Strauss. Les fondements théoriques de l'anthropologie structurale, Publications de la Faculté des arts, Université de Padoue, Volume LIV, Leo S. Olschki Publisher, Florence, 1975.
  • U. Fabietti, Anthropologie. Un chemin, Nicola Zanichelli Editore, Bologne, 1979, chapitre 6.
  • U. Fabietti, "Lignes d'anthropologie", chapitre 5, dans: F. Papi (eds), Introduction aux sciences humaines, Nicola Zanichelli Editore, Bologne, 1979, p. 9-63.
  • S. Nannini, la pensée symbolique. Un essai sur Lévi-Strauss, maison d'édition Il Mulino, Bologna, 1981.
  • A. Di Caro, Lévi-Strauss: la théorie linguistique ou anthropologisme?, Spirales, Milan, 1981.
  • R. Cipriani, Claude Lévi-Strauss. une introduction, A. Armando Editore, Rome, 1988.
  • C. Lévi-Strauss, D. Eribon, De près et de loin. Discuter avec Claude Lévi-Strauss, Rizzoli, Milan, 1988.
  • U. Fabietti, Histoire de l'anthropologie, L'édition, Zanichelli Editore, Bologne, 1991, Partie VI, chapitre 15.
  • E. Comba, Introduction à Lévi-Strauss, Editori Laterza, Roma-Bari, 2000.
  • J. Favret-Saada, "La-pensée-Lévi-Strauss" Journal des ethnologues, 82-83 (2000) pp. 53-70.
  • M. Maxence, "Entretien avec Claude Lévi-Strauss" anthropologie actuelle, 42 (3) (2001) pp. 419-425.
  • S. Moravie, Raison structurelle et univers de sens. Essai sur la pensée de Claude Lévi-Strauss, Lettres Publishing House, Florence, 2004 (édition révisée, mise à jour et augmenté de La raison cachée. La science et de la philosophie dans la pensée de Claude Lévi-Strauss, G. C. Sansoni, Florence, 1969).
  • S. D'Onofrio (ed) Claude Lévi-Strauss photographié par Marion Kalter, Institut italien d'études philosophiques de Naples, Electa Naples, Naples, 2008.
  • M. Niola (Eds), Lévi-Strauss lui-même à côté, Quolibet, Macerata, 2008.
  • R. Deliège, Histoire de l'anthropologie, Il Mulino maison d'édition, Bologne, 2008, chapitre V.
  • C. Pagani, Généalogie de la primitive. Le Musée du Quai Brauly, Lévi-Strauss et de l'écriture ethnographique, Negretto Publisher, Mantova, 2009.
  • U. Fabietti, "Claude Lévi-Strauss: du prophète Lazare des temps modernes" Construction psychanalytique, X (19) (2010) pp. 107-122.
  • M. Kilani, Anthropologie. Du local au global, par Annamaria Rivera, Edizioni Dedalo, Bari, 2011, Partie III, Chapitre X.
  • W. Kaltenbacher (eds), Symposium Lévi-Strauss. Un coup d'oeil à partir d'aujourd'hui, Le Essayeur, Milan, 2013.
  • P. Wilcken, Le poète en laboratoire. La vie de Claude Lévi-Strauss, Le Essayeur, Milan, 2013.
  • F. Dieux, « Les Vestiges du structuralisme: le vingt et unième siècle, Lévi-Strauss » De nouvelles informations bibliographiques, XI (1) (2014) pp. 11-42.

honneurs

Chevalier Grand-Croix de Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de la Légion d'honneur
commandant de Commandant de l'Ordre National du Mérite
commandant de Commandeur de l'Ordre des Palmes Académiques
commandant de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres
commandant de Commandeur de l'Ordre de la Couronne (Belgique)
commandant de Commandeur de l'Ordre national de la Croix du Sud (Brésil)
Ordre du Soleil Levant, étoile d Ordre du Soleil Levant, or et Silver Star
Gra-cruz da Ordem nacional do do Brasil mérito científico; - par ruban uniforme ordinaire Gra-cruz da Ordem nacional do do Brasil mérito científico;

Articles connexes

  • Structuralism (philosophie)

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Claude Lévi-Strauss
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Claude Lévi-Strauss

liens externes

prédécesseur Seat 29 'Académie française successeur
Henry de Montherlant 1973 - 2009 Amin Maalouf
autorités de contrôle VIAF: (FR102346347 · LCCN: (FRn79011221 · ISNI: (FR0000 0001 2103 5067 · GND: (DE118572385 · BNF: (FRcb11912808h (Date) · ULAN: (FR500251844
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller