19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Paysage (désambiguïsation).
paysage
Le paysage de la Cuesta del Obispo, argentin
paysage
Le paysage de Banaue Rice Terraces en Philippines, Site du patrimoine mondial
paysage
Le paysage des chutes thermiques pamukkale, en Turquie, Site du patrimoine mondial
paysage
Paysage d'automne
paysage
paysage d'hiver

la paysage est le caractère particulier d'un territoire Elle déterminée par ses caractéristiques physiques, anthropiques, biologiques et ethniques. le terme paysage Il vient du mélange de français Paysage avec l'italien pays. Traditionnellement, en fait, sa signification est liée en particulier à peinture et le réalisme de certaines vues du paysage.

Le paysage, en plus d'être étudié dans différents domaines de recherche, est exposée à un tel sens large, nombreuses et variées pour faire toute tentative de difficile de circonscription. A suivre, ni les significations principales sont illustrées.

Le sens de la perception et de la Convention européenne du paysage

(FR)

« » Paysage « désigne une zone, telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l'action et l'interaction des facteurs naturels et / ou humains »

(IT)

« » Paysage « désigne une zone, telle qu'elle est perçue par des personnes, dont le caractère dérive des naturels et / ou humains et de leurs interrelations »

(Convention européenne du paysage, Officielle version anglaise du Conseil de l'Europe, l'article 1, traduction non officielle)

La Convention européenne du paysage introduit en Europe une nouvelle façon de voir et de gérer la dimension paysagère du territoire, et se caractérise par attribué au paysage spécifique comme un concept autonome.

Le paysage est un élément essentiel du bien-être individuel et social, et sa préservation, sa gestion et son aménagement impliquent des droits et des responsabilités pour chacun. De cette façon, vous pouvez peut maintenant commencer à parler du droit au paysage.

Le paysage configure la forme du pays, créé par la communauté humaine consciente et systématique qui est réglé, de manière intensive ou extensive, dans la ville ou à la campagne, qui agit sur le sol et qui produit les signes de sa culture.

Le terme « paysage » est plus la sémantique « beauté naturelle » équivalent, étant donné qu'une telle conception a passé une injustifiée rétrécissant le champ d'application de la protection des zones de valeur du paysage solaire et avaient tendance à assimiler, par la nature et les régimes juridiques , les choses d'intérêt historique, ces choses appartiennent à la catégorie spéciale des actifs d'intérêt public.

Le paysage est, cependant, l'une des composantes de l'environnement et, en particulier, comment il a pu confirmer à plusieurs reprises la Cour constitutionnelle (Cour constitutionnelle., Sent. 21 Décembre 1985 n. 359 et de la Cour constitutionnelle., Envoyé 7. novembre 1994 n. 379.), la composante esthétique culturelle fait également référence à la forme du territoire

Abandoned certainement les beautés naturelles du paysage synthèse a déplacé l'accent de seule dimension esthétique du paysage à la notion plus large de biens environnementaux, des objets culturels qui affectent une grande partie du territoire national. Entendue dans ce sens, le paysage est un atout qui doit être reconnu et protégé par la loi. Concrètement, la protection de la valeur constitutionnelle primaire augmente le paysage, qui doit subir tout autre intérêt déductive, et doivent être payés pour préserver et maintenir les caractéristiques importantes ou caractéristiques, en fonction de sa valeur, dérivée de sa configuration naturelle et l'intervention humaine. (MAGNOSI F., Le droit au paysage: la protection, l'amélioration et la contrainte d'autorisation, Exeo, 2011).

Dans le domaine juridique, la la protection des sols en général, et en particulier de la qualité du paysage, est réalisée habituellement, mais pas nécessairement, par des outils susceptibles de restreindre les droits des individus par l'apposition des contraintes spécifiques, ou avec la fourniture d'autorisations spécifiques pour modifier les produits sur lesquels ils insistent sur le fait de telles contraintes.

Conformément à ce qui précède, et que, comme indiqué par la Cour constitutionnelle avec l'arrêt du 25 Octobre 2000, n. 437 par rapport à la notion de protection du paysage figurant à l'article 9, deuxième alinéa de notre Constitution, il devrait maintenant être interprété dans le sens de l'ensemble des obligations publiques à mettre en œuvre afin de prendre soin de la qualité du paysage en référence à ' pays, et non pas comme l'expression d'activités visant à préserver le statu quo dans certaines régions ou à l'égard de certains biens matériels. Sur un plan pratique, il serait peu répondre d'autre à l'évolution socio-économique de la région d'interpréter la Constitution dans le sens que les pouvoirs publics devraient se limiter aux activités de conservation d'un nombre limité de produits.

Néanmoins, la protection du paysage devrait être mis en œuvre de manière dynamique, à savoir la prise en compte des exigences posées par le développement socio-économique du pays, jusqu'à la satisfaction d'entre eux peuvent influer sur le territoire et l'environnement, ce qui représente une formidable opportunité de promouvoir, dans chaque territoire et à long terme, la santé, l'identité et le développement. Voir. Envoyé. Cour Const., Le 25 Octobre 2000, n. 437, cit.

l'identité du paysage comme un personnage

« Zone ou territoire, tel qu'il est perçu par les populations locales ou les visiteurs, dont l'apparence ou de caractère dérivé des actions de naturel et / ou culturel (anthropique)»

(par A.Giordano, Pour coder le projet de paysage, en Cadres. Des fragments d'architecture et le paysage, 2006, Bibliothèque internationale Cortina, Padoue)

À l'heure actuelle, nous reconnaissons le paysage biens culturels identité de caractère, le résultat de la perception de la population. De ce point de vue, le paysage est un produit social et n'est pas statique, mais dynamique. Sur la base de ces caractéristiques, tel que déterminé par le caractère de perception (au moins selon ce sens de paysage), Le paysage est toujours lié à l'action humaine. En particulier, la perception du paysage est le résultat d'une interaction entre

  • la subjectivité humaine
  • le caractère objectif de l'environnement (naturel ou anthropique)
  • médiateurs socioculturels (liés au sens de identité reconnu par une société d'un certain type d'environnement. Par exemple, pour le rendre plus compréhensible: la société occidentale, ou au moins une partie de celui-ci, est identifié dans la montagne et le considérer comme paysage, digne de représentation probable; il n'a pas été au Moyen Age. Dans le cadre de la même manière jusqu'à la mer).

En ce sens, le paysage ne coïncide pas avec la réalité matérielle (puis avec la territoire), Depuis l'action des médiateurs socioculturels de la subjectivité humaine et de déterminer un effet de production de sens. En d'autres termes: le paysage comprend la réalité que l'apparence de la réalité. De ce point de vue, le paysage est aussi un puissant langue: Il n'y a pas de paysage sans représentation de celui-ci, et il est par ce passage que l'entreprise exprime sa aspirations et participe au processus d'échange (statique ou dynamique) de médiateurs socio-culturelles.

« Le paysage est non seulement quelque chose à construire ou protéger, mais [...] quelque chose à reconnaître, percevoir, écouter et décrire. [...] Le paysage est l'hypostase de l'histoire sur le territoire. Ce qui était en éthique en esthétique, en architecture, en philosophie, en cours ou déclin de la famine ou de l'abondance, dans la guerre ou dans la paix, dans l'histoire ou mythe, dans les moments de religiosité intense ou agnosticisme, il est écrit dans le profil du paysage et tous interprétable si la la culture comme un démiurge, intervenir et les aides d'éclairage "(par G. Andreotti," paysages culturels. Les études théoriques et cas », Milan, Unicopli, 1996).

Alto Mantovano banner.jpg
agrandir
Paysage de 'Alto Mantovano

Le paysage de la « beauté historique et naturel »

La conception de clairvoyant paysage a changé au fil du temps, jusqu'à ce qu'il atteigne la définition ci-dessus de 2000. Nell'accezione du siècle (codifié en Italie par la loi 1497/1939 sur la « beauté naturelle ») la protection, le paysage était lié à des personnages de beauté et la valeur, à l'exclusion de certaines parties du territoire, liées à des vues et des vues: la délimitées soi-disant « carte postale de beauté ». Il est cependant un sens plutôt ressenti encore aujourd'hui, bien que correspondant tout à fait partielle et non au mécanisme réel de la production du sens du « paysage ».

Auparavant, et par la suite le concept a eu beaucoup d'autres définitions, mais liées à des aspects partiels du sens de « paysage » de perception, comme l'association avec "pittoresque«La signification du terme » paysage « est plus proche de celui de » territoire « (qui a une façon très différente) ou all'accezione » scientifique « du terme (voir point suivant), car il est limité à la » synthèse de la parole visible environnement naturel et les activités « et la vision pure du monde matériel.

paysage civilisation et de l'évolution historique du concept de paysage

Le concept de paysage en la culture occidentale il est tout à fait moderne et n'a pas toujours existé. Son évolution est étroitement liée aussi à l'évolution du sens attribué à nature. lecture assez important A. Berque à cet effet, ce qui équivaut à l'existence de civilisation paysage la naissance d'un aménagement paysager. Parce qu'une entreprise est l'aménagement paysager doit être satisfait aux critères suivants:

  • existence et l'utilisation du paysage
  • existence d'un littérature paysages et leur beauté
  • existence de représentations picturales des paysages
  • existence de jardins

Sur la base de ces considérations, la première entreprise était le paysage du monde Chine. Le monde occidental en fait, au moins jusqu'à ce que le « 500 ne possédait pas ces éléments en même temps.

Cependant, il y a des positions différentes sur l'introduction du concept de paysage dans la société occidentale. Une école de pensée coïncide avec l'introduction d'une chanson Petrarca, la Lettre au-dessus du Mont Ventoux, dans lequel une description de la nature apparaît esthétique. Cependant, il est regrettable situation, étant donné que la description de Pétrarque est symbolique, et ne s'écarte pas des modes typiques des représentations littéraires de la nature du Moyen âge.

Étude des outils de paysage et d'analyse

paysage
la paysage karstique du sud de la Chine

L'étude du paysage ne peut être compartimenté dans une discipline spécifique, mais doit présupposer une approche holistique. Une approche d'étude paysagère doit nécessairement être du type intégré, que vous poursuiviez analyse de la qualité de perception du paysage, qu'ils souhaitent poursuivre une analyse scientifique sur les éléments écologique, compte tenu de tous les facteurs (physiques, chimiques, biologiques et socioculturels) comme ouverts, et la relation dynamique continue entre eux.

Il doit également tenir compte de l'étude multidisciplinaire et interdisciplinaire, en essayant de surmonter la scission artificielle entre les différentes disciplines. Plusieurs outils peuvent être adoptés pour l'étude des paysages, parmi eux ces dernières années, est de plus en plus important d'utiliser bases de données géoréférencées basée sur les technologies SIG / SIT. Avec cet outil, vous pouvez capturer, stocker des données et des processus liés à l'obtention paysage de l'information à sa gestion intégrée, visant à la fois la conservation (ou géoconservation) que l'amélioration.

Le sens scientifique

paysage
la collines morainiques la lac de Garde

Pour la définition précédente de perception formelle du paysage et de l'esthétique, qui est la plus répandue, est flanquée d'exhaustivité (et non remplacé) définition scientifique résultant de science naturelle. Il étudie et évalue le paysage comme un objet en soi, et non pas comme la perception d'une partie externe.

Le rapprochement scientifique au paysage, et sa définition par conséquent, est très peu connu et partagé, comme il est utilisé dans le cercle étroit de naturalistes et en particulier par écologues du paysage, mais est ensuite clairement remis en question lorsque le journal théorique descriptif est transmis au strictement opérationnel, où, qui est, ils nécessitent des études et des évaluations appartenant à des disciplines qui enquêtent sur les différentes « composantes » du même paysage: géologie, géomorphologie, botanique, écologie, histoire, la planification urbaine, etc.

L'approche scientifique aux problèmes du paysage et le paysage comme un problème en soi », provient d'études de Alexander von Humboldt, qu'il appelait des « paysages » des ensembles d'éléments naturels et humains, y compris la terre, l'eau, les plantes et les animaux, détecter la présence d'une « logique » qui sous-tendait l'organisation, les obligations mutuelles et pérenne devenir. Ce n'est que, toutefois, l'émergence de 'L'écologie du paysage (Carl Troll, 1939) Et les études ultérieures, d'avoir les formulations définissant les plus complètes. Ici, ils offrent quelques exemples dans l'ordre chronologique (certains sont abrégés):

  • Brückner, 1898. "Le paysage, ainsi qu'un résumé, il est un programme."
  • Encyclopédie soviétique, 1939" Le paysage est une partie naturelle délimitée de la surface de la terre, dont les composantes naturelles former un ensemble d'interrelations et les interdépendances ".
  • Szava-Kovats, 1960" Tout ce qui est pas de terre sur le boîtier, tout dans sa vie et l'ingérence, est le paysage ".
  • Sestini, 1963"Le paysage est la combinaison complexe des objets et des phénomènes liés les uns aux autres par des relations fonctionnelles mutuelles, de manière à constituer une unité organique ".
  • Valerio Giacomini, 1967-72: « Le paysage est une constellation des écosystèmes. Elle coïncide aussi avec le processus d'évolution de la biosphère dont la signification intérieure appartiennent aux lois naturelles qui régissent le devenir vital. »
  • Forman et Godron, 1986: « Un paysage est une partie d'une région hétérogène constituée d'une agrégation des écosystèmes en interaction qui se répète en tout point avec des formes similaires ». (En se référant aux paysages zonaux)
  • Naveh, 1990 « Le paysage est une unité d'espace écologique et culturel et du temps et, pour paraphraser Troll, est l'étendue spatiale et temporelle globale de la sphère vitale de l'homme. »
  • Ingegnoli 1992: système « Le paysage est un écosystème ».
  • Romains, 1994: « Le paysage est l'ensemble hétérogène de tous les éléments, les processus et les interrelations qui constituent l'écosphère, considéré dans sa structure unitaire et différenciée, l'éco-systémique et dynamique, qu'il identifie à un processus évolutif dans lequel intégrer la activités de la nature et celles de l'homme, dans leur dimension historique, matérielles, culturelles et spirituelles, ainsi que la vision et la perception qu'ils ont de P. à la fois unique et la communauté ».

La plus récente des études sur l'écologie du paysage mettent en évidence le fait que la conception scientifique et objective et la perception / paysage esthétiquement subjective sont très complémentaires et que leur intégration dans une conception unifiée a déjà commencé grâce aux contributions des autres disciplines impliquées pleinement à l'étude du paysage: La théorie des systèmes, la théorie de la forme (Gestaltheorie), La théorie de perception, la théorie de l'information et la communication (Claude Shannon), Le cybernétique (Norbert Wiener), Le théorie de la complexité (Ilya Prigogine et al.).

Le paysage et l'ampleur de l'agrégation matière de vie

lorsqu'en 1935 Anglais Tansley pleinement appelé 'écosystème, Il se demande si une telle entité biologique constituait le sommet de l'échelle d'agrégation de la matière vivante, ou si une entité supérieure et définitive. Dans un tel « échelle » de chaque entité est « supérieure », pour la structure et des fonctions, la simple somme des éléments de niveau inférieur qui le composent. Ce fut précisément Carl Troll que, dans 1939, examen de certaines séries historiques de trou d'air, il a remarqué que les écosystèmes ont montré une tendance à regrouper en configurations unitaires (principalement libellée Toute lîle et couloirs). Rappelant le libellé de Alexander von Humboldt, Troll telles formations appelées « paysages », et se rendit compte qu'il aurait fallu une nouvelle discipline pour étudier les propriétés et caractères: l 'l'écologie du paysage. Mais dans la guerre entre-temps, il avait éclaté et ses études repris que dans les années 50.

L'ampleur de l'agrégation de la matière vivante pourrait alors être ainsi achevé (élément le plus simple au plus complexe):

  • (protoplasme)
  • cellules
  • textile
  • organes
  • organismes - Les personnes
  • populations
  • associations - communauté
  • écosystèmes
  • paysages - divisé en:
    • Paysages locaux ou zonaux
    • Les paysages régionaux (ce qui signifie bio-région)
    • Continental Paysages (ou biomes)
    • Paysage mondial (ou écosphère)

L'analyse du paysage. Les personnages et le contenu

Compte tenu de ce qui a été dit au sujet de la « nature » du paysage, son étude doit inclure une synthèse de phase analytique (disaggregativa) et une phase de (riaggregativa). L'analyse de la première phase doit nécessairement être:

  • transdisciplinaires, et interdisciplinaire.
  • systémique. Étant donné que le paysage d'un système, vous ne pouvez pas échapper La théorie des systèmes vivant pour l'étude. Depuis, cependant, l'analyse des systèmes sont très peu Esperite et en tout cas très complexe, dans la pratique courante, il peut se limiter à l'analyse relationnel.
  • dynamique. Étant donné que le paysage d'un processus évolutif et non une constante de l'entité au fil du temps, son étude devrait commencer par le passé et projeter dans l'avenir plus fiable, au moins ce que les tendances actuelles.
  • Value-. Il semble essentiel, pour toute utilisation de ces analyses ne, savoir d'un paysage au moins deux critères:
    • la valeur (Par rapport à plusieurs employés des critères de disciplines selon lequel on analyse)
    • la vulnérabilité (En ce qui concerne les interférences possibles). En l'absence d'une évaluation minimale par rapport à ces deux paramètres restent l'analyse des « lectures » simples non utilisables.

Compte tenu des nombreux éléments du paysage, l'analyse précédente doit être menée dans les différentes disciplines qui enquêtent sur les « composants » eux-mêmes. Cela sans oublier l'unité du même paysage et les interactions étroites entre les composants. Ces disciplines impliquées dans l'étude du paysage, en première approximation:

textes de référence principaux: A. Farina Le paysage cognitif, Angeli, Milan, 2006 - V. Roman Le paysage. Chemins étude, Angeli, Milan, 2008

Le paysage en géographie humaine

Dans le cadre de la lecture du paysage, la géographie humaine met l'accent sur la diversité culturelle, symbolique et émotionnel. Dans ce point de vue, le paysage est perçu, inévitablement, par des modes exclusifs et personnels: analyse objective, donc, est flanquée sur l'apparence de territoire tout à fait individuel.

la recherche géographique au cours des dernières décennies du XXe siècle ont mis en évidence l'incapacité à définir de façon unique le paysage: il y a plus de notions et dignes d'attention. Il convient de reconnaître la spécificité de chaque approche, pour améliorer la diversité, car elle permet à chacun de saisir l'un des nombreux visages du paysage. Compte tenu de la diversité des définitions, des concepts et des théories acquises dans ce thème, il devient essentiel de mettre les points clés: à savoir, d'établir une présence d'éléments objectifs et subjectifs, de sorte que la lecture d'un paysage se révèle correcte et complète.

Documents de référence: Zerbi, M. C La géographie des paysages, Giappichelli, Torino, 1993. G. Andreotti, collectivement "Évaluation de la géographie culturelle", Artimedia, 1994.

Le paysage

paysage
Claude Lorrain, paysage avec Madeleine pénitente (1637)
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: peinture de paysage.
paysage
Annibale Carracci - Paysage avec la fuite en Egypte, 1602-1604

Jusqu'à dall 'art byzantin peintres et artistes en général réservent une partie de leurs travaux à la description de l'espace et le paysage dans lequel elle détenait des actions. Il était très concis des notes, et toujours liée à une fonction descriptive particulière, pas de simples décorations. Parmi les représentations les plus célèbres du paysage au Moyen Age, il y a la fresque de 'Allégorie et Effets du gouvernement bon et le mauvais, de Ambrogio Lorenzetti, Toutefois, lorsque l'aperçu général de la ville et la campagne est liée à 'allégorie les effets d'un des dirigeants politiques sages peuvent apporter.

En particulier dans les grandes scènes à fresque les artistes ont commencé peu à peu à consacrer plus d'attention à la représentation du paysage. En Italie, seulement avec l'arrivée de l'influence de la miniature française et peinture flamande Mais il est venu à une percée, avec de plus en plus des paysages entretenus dans la ville, de façon à mettre l'accent sur les sujets au premier plan et rendre la composition la plus monumentale, avec l'utilisation de suggestif et large.

La naissance du paysage comme genre indépendant remonte à la seconde moitié du XVe siècle, lorsque Leonardo da Vinci Il a daté un dessin du paysage 'Arno en 1478. A cet exemple isolé suivi dans 1494 la série d'aquarelles Dürer en rapport avec la représentation du paysage alpin lors de son premier voyage d'Allemagne en Italie. Dans les œuvres de Piero della Francesca connaît d'autres points de vue et des inserts de paysage qui forment l'arrière-plan pour la représentation de la figure humaine placée au premier plan. avec Vierge aux rochers et Gioconda Leonardo da Vinci, entre dans la scène figurative sur le paysage aussi le rendu de l'atmosphère, l'air qui est interposé entre le premier plan et l'arrière-plan, grâce à l'utilisation du gradient leornadesco. en 1508 Giorgione Il brosse un tableau de la tempête, considéré comme la première représentation du paysage à la présence concomitante de la nature, l'homme et l'histoire de la ville (représentée en partie par les vestiges archéologiques).

Pour assister les débuts de la peinture autonome du paysage a dû attendre quelques décennies. Le premier paysage connu comme un sujet indépendant dans la peinture est la Paysage avec un pont de Albrecht Altdorfer, datant 1518 env. est pas une telle révolution s'expliquer sans la mention de la nouvelle perception du monde, élargi les frontières, de vastes et variées, en raison du développement florissant, juste dans les villes allemandes, la cartographie, qu'il a enregistré les découvertes géographiques nouveau Monde et dans l'Est. La définition picturale parfaite du paysage classique, cependant, à l'unanimité confiée à la lunette Annibale Carracci représentant le vol en Egypte de 1603. Avec elle, dans le renversement des proportions entre la figure humaine et l'arrière-plan et dans un regard renouvelé sur la nature vu dans un tableau officiellement né plus idéal et moins descriptif, paysage qui fera écho et de la chance d'abord avec poussin, Lorrain, Domenichino et Dughet de poursuivre une considération progressive et de l'importance à ce jour.

Le paysage intérieur

« Un homme définit la tâche de dessiner le monde. Des années de dépenses, renseigne un espace avec des images des provinces, des royaumes, des montagnes, des baies, des navires, des îles, des poissons, des maisons, des outils, des étoiles, des chevaux et des personnes. Peu de temps avant sa mort, il découvre que le labyrinthe patient lignes retrace l'image de son visage. »

(Jorge Luis Borges)

« Votre âme est un paysage choisi »

(Paul Verlaine)

« Il y a un paysage intérieur, une géographie de l'âme; nous cherchons les éléments de la vie. Qui a la chance de le rencontrer, il glisse comme l'eau sur une pierre, jusqu'à ce que ses contours fluides, et est à la maison. »

(Tiré de Les dommages de Josephine Hart)

« Le paysage est le reflet de l'humeur des spectateurs qui changent dans l'imaginaire psychologique » (Giuliana Andreotti, paysages culturels, 1996, p. 51)

Le paysage intérieur est le reflet de la vision du monde de chaque individu: il est une vision purement subjective, inextricablement liée à l'existence, des souvenirs et des émotions liées à un paysage. Le paysage extérieur, objectif et clair qui apparaît à nos sens est toujours médiatisée par un paysage intérieur, se cachant et en pleine évolution. Notre expérience est façonnée par la présence constante de ce paysage, composé de gens, des choses, de l'imaginaire, toujours vivant dans l'expérience qui se déroule. Le lien affectif entre les gens est certainement crucial et essentiel, mais est donc celui avec la quantité importante de son paysage: l'horizon de la mer, l'odeur d'un quartier, d'une manière particulièrement significative. L'enquête du paysage intérieur vise à analyser les liens profonds qui unissent intimement les lieux à la personnalité et de l'expérience. Le concept de paysage intérieur est traduit par le terme anglo-saxon inscape, (Point de vue interne), utilisé pour la première fois du poète irlandais Gerard Manley Hopkins, pour définir le complexe de caractéristiques qui confèrent le caractère unique et l'exclusivité d'une expérience individuelle, ce qui entraîne, par conséquent, différente de toute autre.

Manuels scolaires: Barbisio C. G., La représentation du paysage, Imprimantes Tirrenia, Torino, 1999; Lando F., (ed) Réalité et fiction. Géographie et littérature, Etaslibri, Milan, 1993; G. Andreotti, Les paysages culturels. Théorie et études de cas, Unicopli, Milan, 1996: G. Andreotti, Les origines du paysage culturel. aspects philologiques et généalogie du paysage, Unicopli, Milan, 1998.

bibliographie

Pour comprendre la complexité et ses paysages aux multiples facettes, dans la sélection suivante sont les auteurs de différentes expériences d'étude et de réflexion, non seulement strictement les textes scientifiques, donc, mais aussi philosophique et littéraire.

  • Giulio Angioni et al. (eds) Edoardo Salzano Le Piano. L'expérience pionnière du plan d'aménagement paysager de la Sardaigne rumeurs chroniqué, Venise, Corte del Fontego, 2013.
  • ANDREOTTI G., « paysages en mouvement, paysages à vendre, des paysages volés, Artimedia-Trentini, Trento, 2007.
  • ANDREOTTI G., "Pour une architecture de paysage", Artimedia-Trentini, Trento, 2008.
  • ARNHEIM R., La pensée visuelle,Einaudi, Torino, 1974
  • R. ASSUMED, Le paysage et l'esthétique, Napoli, Giannini, 1973.
  • G. Bachelard, La Poétique de l'espace, Daedalus, Bari, 1975
  • Barbisio C. G., La représentation du paysage, Imprimantes Tirrenia, Torino, 1999
  • E. WHITE, zones géographiques privées. Les comptes Voyage en lecture du territoire,Unicopli, Milan, 1985
  • E. WHITE, Image subjective et environnement, Unicopli, Milan, 1987
  • BIASUTTI R., Le paysage de la Terre, Turin, UTET, 1947 (II éd. 1962).
  • BLUMEMBERGH.H., La lisibilité du monde, Le Mulimo, Bologne 1979
  • Bonesio L., Outre le paysage. Les lieux entre l'esthétique et geofilosofia, Arianna Editrice, Bologne, 2002
  • BOTTA G., (ed), Les études géographiques sur le paysage, Milano, Cisalpino-Goliardica, 1989.
  • Italo Calvino, invisible Cities, Einaudi, Torino, 1972.
  • Gianni Celati, Vers la bouche, Feltrinelli, Milan, 1992
  • Claval P., L'analyse des paysages, "et Cultures Géographie", IV, 13, 1995
  • COLLOT M., L'Horizon fabuleux, Corti, Paris, 1988
  • CORNA-PELLEGRINI G., De la perception à la compréhension du paysage géographique, "Notre géographie", II, 1, 1997,
  • CORNA-PELLEGRINI G., Blue Planet. Les paysages et les atmosphères dans le monde, Unicopli, Milano, 2003
  • CORNA-PELLEGRINI G., paysages géographiques du cinéma contemporain, CUEM, Milano, 2003
  • CORNA-PELLEGRINI G., Géographie des valeurs culturelles, Carocci, Rome, 2004
  • COSGROVE D., Réalités sociales et paysage symbolique, Unicopli, Milan, 1984
  • G. DELEUZE, Marcel Proust et les signes, Einaudi, Torino, 2001
  • DEMATTEIS G., Les métaphores de la Terre, Cambridge: Polity Press, 1985
  • F. Farinelli, Histoire du concept géographique du paysage, Electa, Milan, 1981
  • J. HILLMANN, L'âme du lieu, Rizzoli, Milan, 2004
  • Dubbini R., Géographies du regard, Einaudi, Torino, 1994
  • LANDO F., (ed)Réalité et fiction. Géographie et littérature, Etaslibri, Milan, 1993
  • LANDO F., Paysage et la géographie culturelle: À propos de certaines publications récentes, "Magazine géographique italienne", 1995 Cil, p. 495-511
  • Claude Lévi-Strauss, Le regard de loin, Einaudi, Torino, 1983
  • MAGNOSI F., Le droit au paysage: la protection, l'amélioration et la contrainte d'autorisation, Exeo 2011
  • Claudio Magris, Microcosmi, Garzanti, Milan, 1997
  • Maurice Merleau-Ponty, Le visible et l'invisible, Bompiani, Milano, 1969
  • NORBERG SCHULTZ C, Genius Loci, Electa, Milan, 1999
  • Petruccioli A., Le jardin islamique, Electa, Milan, 1994
  • AVANT R., "Sans personnage, pas de paysage", Franco Angeli, Milan, 2009
  • R. Rinaldi, La montagne écrite. Petite histoire du paysage alpin, Unicopli, Milan, 2000
  • J. RITTER, Paysage. L'homme et la nature dans les temps modernes, Milano, Guerini e Associati, 1994.
  • GIULIO G. RIZZO « Tuscia Romana, paysage et territoire. Les méthodes d'évaluation et modèles, vol. 1 et 2, éditeur Gangemi, Rome, 1990
  • GIULIO G. RIZZO « sites de lecture, d'édition Arachné, Rome 2004
  • GIULIO G. RIZZO et VALENTINI ANTONELLA, « Lieux et paysages en Italie, Université de Florence presse 2004
  • ROMANO G., Des études sur le paysage, Einaudi, Torino, 1978
  • SANTINI P. C., Le paysage dans la peinture contemporaine, Electa, Milan, 1971
  • SERENE E., Histoire du paysage agricole italien, Laterza, Bari, 1961
  • SESTINI A., Le paysage anthropogéographique comme forme d'équilibre, "Bulletin de la Société géographique italienne", LXXXI 1947, pp. 1-8.
  • SESTINI A., le paysage, Collier savoir Italie, Vol VII, Milan, le Touring Club Italien, 1963
  • Settis S., "Paysage, constitution, béton", Einaudi, Torino 2010
  • SOCCO C, L'espace paysage, VS. Des études sémiotiques Notebooks, n. 73-74, pagg.193-215
  • SOCCO C, Le paysage imparfait. Un regard sur le point de vue esthétique sémiotiques, Imprimantes Tirrenia, Torino, 1998
  • TUAN Y., Topophilia: une étude de perception de l'environnement, les attitudes et les valeurs, Prentice-Hall, New York, 1974
  • TURRI E., Anthropologie du paysage, Communauté, Milan, 1974
  • TURRI E., Sémiotique du paysage, Longanesi, Milan, 1979
  • TURRI E., Le paysage comme un théâtre. Dans la zone vivant sur le territoire représenté, Marsilio, Venise, 1988
  • TURRI E. et al, Le paysage italien au XXe siècle. Les grandes transformations du territoire dans les cent ans du tourisme, Milan, TCI, 1994
  • TURRI E., Le paysage et le silence, Marsilio, Venise, 2004
  • A. Vallega, Géographie humaine, Milan, Murcia, 1989
  • VALLERANI F., Géographie rurale, y compris les loisirs durable et Arcadie domestique, CUEM, Milan, 2001
  • ZANNIER I., Paysage et de la photographie, en: AA.VV. Paysage: image et réalité, Electa, Milan, 1981
  • Andrea Zanzotto, Derrière le paysage, Mondadori (Le miroir) Milano, 1951
  • ZERBI M.C., géographie paysages, Giappichelli, Turin, 1993
  • ZERBI M.C. (Eds), Le paysage entre la recherche et projet, Turin, Giappichelli, 1994

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page Paysage (législation italienne)
  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations sur paysage
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers sur paysage

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4034343-1 · BNF: (FRcb11966944n (Date)
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller