19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir Kamikaze (désambiguïsation).
kamikaze
Un groupe de jeunes cavaliers kamikaze tout Air Force armée japonaise en 1945; 25 mai 1945, au cours de la Bataille d'Okinawa, gravement endommagé le destroyer USS Braine; les cinq pilotes photos sont morts en action.

kamikaze (神 風) est un mot japonais, habituellement traduit par vent divin (kami Cela signifie « dieux » - un terme clé shintoïsme - et ka-ze Cela signifie « vent »; ka inspirer et ze expirer[1]). Sur le plan international et en général, il fait référence à des attaques suicide exécuté par les pilotes japonais (à bord des avions chargés d'explosifs) contre les navires allié vers la fin de Campagne du Pacifique en Guerre mondiale. Le terme est emprunté au nom d'une légendaire typhons qui est dit avoir sauvé la Japon une flotte de invasion mongole envoyé par Kublai Khan en 1281. Au Japon, le mot « suicide » est appelé à ce typhon.

Les frappes aériennes ont l'aspect prédominant et le plus connu d'une utilisation plus large des attaques - ou plans - suicides par le personnel japonais, y compris des soldats qui portaient explosifs et les équipages chargés de bombes navires. En japonais, le terme utilisé pour les unités qui ont exécuté ces attaques tokubetsu Kogeki tai (特別 攻 撃 隊, littéralement « d'unités d'attaque spéciale »), généralement abrégé tokkStai (特 攻 隊). Dans les équipes de suicide de la Seconde Guerre mondiale Marine impériale japonaise ils ont été appelés Shinpu tokubetsu Kogeki tai (神 風 特別 攻 撃 隊), où Shinpu Il est en train de lire sur (chinois) de kanjis formant le mot « suicide »; Les formations de bombardiers de suicide de l'Armée de l'Air 'L'armée impériale japonaise Au contraire, ils ont été appelés unités shinbu (神武).

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le mot Kamikaze a été appliqué à une plus grande variété d'attentats suicides dans d'autres régions du monde et dans d'autres époques. Des exemples de ceux-ci comprennent Leonidas Escadron en l'Allemagne nazie au cours de la seconde guerre mondiale et les attentats suicides dans la nature terroriste et militaire. L'utilisation actuelle internationale du terme kamikaze d'identifier l'attentat suicide de nature terroriste - ou de toute autre nature - n'est pas adopté par la presse japonaise, qui préfère la place Jibaku Tero (自爆 テ ロ), abréviation de l'expression anglo-japonaise Jibaku terorisuto (自爆 テ ロ リ ス ト, "terroristes autoesplodenti").

Guerre mondiale

situation

Les forces japonaises après leur défaite en 1942 un Bataille de Midway Ils avaient perdu l'initiative qui avait le principe de La guerre a éclaté dans le Pacifique en Décembre 1941 (Officiellement connu au Japon comme la « Grande Guerre Asie de l'Est »). en 1943-44 Les forces alliées, soutenues par la puissance industrielle et des ressources naturelles de États-Unis d'Amérique Ils avançaient régulièrement vers le Japon.

combattants japonais ont été maintenant et surclassé par mis en minorité les nouveaux combattants des États-Unis, en particulier la 'F4U Corsair et F6F Hellcat Grumman et, en raison des pertes au combat, les pilotes de chasse étaient handicapés de plus en plus rares. Enfin, le manque de pièces de rechange et des problèmes de carburant en opérations de vol normales même.

Le 15 Juillet 1944, la principale base japonaise saipan Elle était occupée par les forces alliées. Cela a rendu possible l'utilisation de bombardiers à longue portée B29 de frapper le Japon directement. Après la chute de la hausse prévue commande Saipan japonaise que la prochaine cible des Alliés aurait été la Philippines, une importance stratégique pour leur position entre le Japon et les champs de pétrole de l'Asie du Sud-Est.

Cette prédiction se réalise le 17 Octobre 1944 lorsque les forces alliées ont pris d'assaut l'île d'initier Suluan Bataille du Golfe de Leyte. A la 1ère Flotte Air de la Marine impériale japonaise basée à Manille Il a été chargé d'aider les navires japonais qui tenteraient de détruire les forces alliées dans le Golfe de Leyte. La 1ère flotte Air 40 aliénée uniquement aux avions: 34 Mitsubishi A6M embarqués sur porte-avions et 3 aerosilurantis Nakajima B6N Tenzan, 1 Mitsubishi G4M, 2 bombardiers Yokosuka P1Y Ginga et un avion de reconnaissance. La tâche ils ont fait face les forces japonaises semblait totalement impossible. Le commandant de la Première Armée de l'Air, le vice-amiral Takijirō Ōnishi Il a décidé de former une « Strike Force spéciale Kamikaze »; Onishi est devenu le « père des kamikazes ».[2] Lors d'une réunion de l'aéroport Mabacalat (Clark Base aérienne) Près de Manille, Onishi qui visitait les quartiers de 201º Corps Naval Flight suggéré: « Je ne pense pas qu'il y ait une autre façon d'accomplir la tâche qui a mis une bombe de 250 kg sur un zéro et laisser planter dans un porte-avions de le mettre hors d'action pendant une semaine ".

La première unité kamikaze

kamikaze
Un jeune lieutenant de conducteur Marine impériale japonaise peu de temps avant de conduire une attaque kamikaze

Le commandant Asaiki Tamai a demandé à un groupe d'étudiants de vol qualifiés qui avaient personnellement entraînés à se joindre à la force d'attaque spéciale. Tous les pilotes ont soulevé les deux mains, donnant ainsi le feu vert pour se joindre à l'opération. Plus tard Asaiki Tamai a demandé au lieutenant Yukio Seki pour commander la force d'attaque spéciale.

On dit que Yukio Seki a fermé ses yeux et baissa la tête pendant dix secondes avant de demander, "S'il vous plaît laissez-moi faire».

Yukio Seki est donc devenu le pilote Kamikaze 24 à choisir.

Donc, le 20 Octobre 1944 est la date de naissance de l'unité de bombardier, composé de 24 pilotes du 21e Wing:

  • Unités d'attaque spéciale Tokkoutai (de abréviation Tokubetsu Kougekitai) « Shinu »
    • Unité Shikishima (Isola Bella)
    • Yamato Unité (Race japonaise)
    • Unité Asahi (Rising Sun)
    • Yama-zakura Unité (Fleurs de cerisier Wild Mountain)

Ces noms ont été tirés d'un poème patriotique (waka ou tanka) Du savant classique japonais Motoori Norinaga, écrit dans le XVIIIe siècle:

Shikishima pas
Yamatogokoro wo
Hito towaba
Asahi ni Niou
Yama-bana zakura

(en italien: Si vous me demandez ce qui est l'âme de la race japonaise de la belle île, je réponds qu'il est comme la floraison merisier dans les premiers rayons du soleil levant, pure, claire et délicieusement parfumée.)

Les premières attaques

kamikaze
Une Mitsubishi zéro sur le point de frapper la USS Missouri

Au moins un épisode cite une source d'avions japonais scontratisi avec le porte-avions USS Indiana et le croiseur léger USS Reno à la mi-1944, les considérant comme les premières attaques kamikazes de la Seconde Guerre mondiale[3], mais les preuves que ces affrontements étaient des collisions intentionnelles et non accidentelles, possibles lors des batailles navales et aériennes intenses, sont rares.

kamikaze
Le pont et l'arc des tours HMAS Australie, en Septembre 1944. L'officier à droite est le capitaine Emile Dechaineux, tué au cours du premier kamikaze d'attaque 21 Octobre 1944.

Selon le témoignage du personnel allié, la première attaque Kamikaze - sens généralement accepté du terme - n'a pas été exécuté par le Tamai, mais par un pilote japonais non identifié. Le 21 Octobre 1944 le vaisseau amiral de Royal Australian Navy, a été frappé par un avion japonais armé d'une bombe de 200 kg (441 livres), après que le pilote japonais avait tenté d'attaquer l'autre croiseur australien HMAS Shropshire qui a navigué à une courte distance; l'avion avait été sérieusement endommagé par le feu antiaérien Shropshire et il est parti avec une très basse altitude (50 pieds, à moins de 20 mètres) dans la direction de Australie[4]. Le canonnier 8 anches de type pom-pom, deux canons Bofors 40mm et deux navires de 20 mm a essayé d'engager l'avion sans résultat, mais probablement déranger le conducteur, ce qui a frappé l'arbre avant, au-dessus pont commande; ont été endommagés le pont qui a été découvert en général à bord des navires britanniques de l'époque, le centre de contrôle de tir antiaérien et la plate-forme gyroscopique, déversant du carburant et des débris sur une vaste zone[4]. La bombe n'a pas explosé, sinon la détonation pourrait réellement détruire le navire. L'attaque a tué au moins 30 membres d'équipage, dont le commandant, le capitaine Emile Dechaineux, et la plupart du personnel du pont faisant le navire rendu inopérant[4]; parmi les blessés il y avait Commodore John Collins, commandant de la force australienne. Certains croient que l'attaque était suicidaire mais sans doute pas le résultat d'une tactique prédestiné, comme les autres épisodes qui se sont produits depuis 1942[4].

Le 25 Octobre l 'Australie Il a de nouveau été frappé et forcé de se retirer dans nouvelles-Hébrides pour les réparations. Le même jour, cinq chasseurs Zéro dirigé par Seki a attaqué un transporteur d'escorte: le USS Saint-Lo. Bien que seulement un kamikaze a réussi à frapper efficacement, la bombe à bord de l'avion a provoqué un incendie qui a explosé le dépôt de bombes, enfoncer le porte-avions. D'autres ont frappé et endommagé d'autres navires alliés, y compris le transporteur d'escorte USS Santee, USS suwannee, USS Kitkun Bay et USS Kalinin Bay. Depuis de nombreuses plate-formes de vol de porte-avions américains étaient en bois, ils étaient considérés comme plus vulnérables aux attaques de suicide que le porte-avions britannique de la flotte britannique du Pacifique, équipé de ponts en acier.

L 'Australie Il est revenu à la zone de combat en Janvier 1945, avant la fin de la guerre a souffert (et survécu) six attaques kamikazes différentes, avec une perte totale de 86 vies. Parmi les grands navires qui ont survécu à de multiples attentats suicides pendant la seconde guerre mondiale, vous devez vous rappeler le 'intrépide et Franklin, les deux classe Essex.

La principale vague d'attentats suicides

kamikaze
l'USS Columbia attaqué par un kamikaze à l'extérieur Golfe Lingayen, 6 janvier 1945
kamikaze
Le kamikaze a frappé le Columbia à 17h29. L'avion et la bombe pénètrent deux ponts avant d'exploser, tuant 13 personnes et en blessant 44.

Les premiers succès, tels que le naufrage du Saint-Lo Ils ont conduit au développement immédiat du programme et dans les mois suivants ont été lancés plus de 2000 attentats suicides. Le calcul doit couvrir les actes de guerre menée avec des bombes à la roquette Yokosuka Ohka MXY7 Ohka ( "Cherry Blossom" renommé Baka: « Neutre » par les Etats-Unis), pensée comme une sorte de missiles de guidage pour l'homme et construit spécialement à cet effet, et les agressions menées avec des bateaux rembourrés petits explosifs, ou guidées Torpilles dit kaiten.

Les spécifiquement construit des avions kamikazes en tant que tels, par opposition aux bombardiers de chasse ou de plongée convertis à cet effet, ne disposaient pas des mécanismes d'atterrissage. Un avion conçu spécifiquement, Nakajima Ki-115 Tsurugi, Il a été fait avec une structure en bois, simple à construire et à la pensée d'utiliser les stocks des autres moteurs. Le camion n'a pas été rétractable et a été abandonné peu de temps après le décollage pour permettre la réutilisation avec d'autres avions.

kamikaze
Un jeune pilote Kamikaze reçoithachimaki avant de partir pour la mission suicide.

L'activité de pic a été atteint le 6 Avril 1945 au cours de la Bataille d'Okinawa, quand les vagues d'avions conduit des centaines d'attaques au cours 'opération Kikusui (Floating chrysanthèmes). A Okinawa les attaques kamikazes ont porté au départ sur des destroyers en service de la protection et sur les porte-avions au milieu de la flotte. L'offensive, si les avions ont été utilisés en 1465, sema la destruction: les rapports des pertes varient, mais à la fin de la bataille, au moins 21 navires américains ont été coulés par des kamikazes, ainsi que des navires alliés d'autres nationalités et des dizaines d'autres ont été endommagées .

L'offensive comprenait la seule mission avant navire de guerre Yamato, qui a échoué à atteindre le voisinage de l'opération parce qu'il a coulé par des avions alliés à à plusieurs centaines de miles (Voir opération Ten-Go).

En raison de la rareté de leur formation, les pilotes kamikazes avaient tendance à être une proie facile pour les pilotes alliés expérimentés, le pilotage des avions de loin supérieur. Même les alliés des équipages de navires ont commencé à développer des techniques pour neutraliser l'attentat-suicide, comme le tir avec des armes navales de gros calibre dans la mer le long de la direction d'attaque, pour être en mesure d'inonder. Ces tactiques ne pouvaient pas être utilisées contre Okha et d'autres attaques rapides plongée a de plus haut, mais ces avions étaient plus vulnérables aux tirs antiaériens et alliés combattant.

En 1945, l'armée japonaise a commencé à accumuler des stocks de centaines de Tsurugi, d'autres avions à hélices, Ohka et les bateaux de suicide pour faire face aux forces alliées, dont ils devraient s'envahir le Japon. Peu d'entre eux ont été utilisés.

L'utilisation en tant que défense contre les raids aériens

Lorsque le Japon a commencé à être soumis à bombardements stratégiques par les bombardiers B-29 Superfortress après la capture Iwo Jima l'armée japonaise a tenté d'utiliser des attaques suicides contre cette menace.

Cependant, cela a prouvé beaucoup moins de succès et pratique depuis un avion était une cible beaucoup plus petite, manœuvrable et plus rapide qu'un navire de guerre typique. Ajoutant à cela le fait que le B-29 avait une arme défensive redoutable, les attentats suicides contre ce type d'appareil requis habileté pour être un vol avec succès. Ceci était contraire à l'objectif fondamental d'utiliser les pilotes consomptibles et encourager les coureurs qualifiés à sauter avant l'impact a été inefficace causant souvent la mort du personnel vital qui a blessé calculé le temps de sortie et l'impact de la panne et / ou a été laissé tué.

effets

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le service de l'aviation de la marine japonaise avait sacrifié 2,526 pilotes kamikazes, tandis que l'armée avait sacrifié 1387. Selon les données officielles, la source japonaise, les missions ont coulé 81 navires et 195 endommagés il, d'un montant (par rapport au comptage japonais des dégâts infligés) à 80% des pertes américaines au cours des dernières étapes de la guerre dans le Pacifique. Selon une source de la Force aérienne des États-Unis:

« Environ 2.800 attaquants kamikazes irrécupérables 34 navires de la Marine, ils ont endommagé 368 autres, tués 4.900 marins et blessé plus de 4.800. En dépit de l'alarme radar, en vol d'arrêt et un feu antiaérien massif 14% des attaques Kamikaze a atteint jusqu'à l'impact contre un navire; environ 8,5% des navires frappés par des kamikazes a coulé »

(Airforcehistory[5].)

Traditions et folklore

« Vous êtes le trésor de la nation; avec le même esprit héroïque des kamikazes, Efforcez-vous du bien-être du Japon et pour la paix mondiale. »

(De la lettre écrite par le vice-amiral Takijirō Ōnishi, des plus ardents défenseurs kamikazes, et adressé à la jeunesse japonaise, avant de se suicider le 15 Août 1945.[6])
kamikaze
Le monument dédié aux pilotes kamikazes dans sanctuaire de Yasukuni à Tokyo.

L'armée japonaise n'a jamais eu des problèmes dans le recrutement de volontaires pour des missions de suicide; en fait, il a été trois fois plus de bénévoles que les avions disponibles là-bas. Par conséquent, les pilotes expérimentés ont été mis au rebut, car ils sont considérés comme mieux utilisés dans des rôles défensifs et l'enseignement. Le pilote kamikaze moyen avait environ 20 ans et étudiait les sciences à l'université. Les motivations à offrir bénévoles allaient de patriotisme, le désir de faire honneur à leurs familles, pour se rendre à l'épreuve de façon extrême.

Ils ont souvent lieu des cérémonies spéciales, immédiatement avant le début des missions kamikazes, où les pilotes qui portaient les prières de leurs familles ont reçu des décorations militaires. Ces pratiques ont contribué à idéaliser missions de suicide, attirant ainsi plus de bénévoles. Le japonais a également porté Kamikaze le fameux bandana blanc conçu avec des motifs patriotiques appelés hachimaki.

Selon la légende, les jeunes pilotes des missions kamikazes volent souvent au sud-ouest du Japon sur le mont Kaimon, 922 mètres de haut. La montagne est aussi appelée « Satsuma Fuji » (en montrant une belle montagne symétriquement, comme Mont Fuji, mais situé dans la région de Satsuma). Les pilotes des missions de suicide ont vu ce recul, l'extrême sud montagne du Japon alors qu'ils étaient dans l'air, en disant au revoir à leur pays, et saluait la montagne.

L'île des habitants Kikajima, est de Amami Oshima, ils disent que les pilotes des missions de suicide ont jeté des fleurs de l'air alors qu'ils quittaient leur mission suicide. On peut supposer que les collines au-dessus de l'aéroport Kikajima ont cornflowers champs qui fleurissent au début du mois de mai[7].

Les représentations artistiques et l'influence

cinéma

Le réalisateur américain Steven Spielberg Il inséré entre les personnages de son film Empire du Soleil un jeune Japonais, un ami du personnage principal, qui tente en vain de rejoindre une mission suicide à la fin de la guerre.

Un autre film modérément réussi l 'Zero Eternal, la production japonaise.

Arts visuels

le sculpteur Sergio Zanni Il a exposé les grands kamikazes dans l'exposition en solo au PAC (Pavillon d'art contemporain) de Palazzo Massari, Ferrara, du 4 Juin à 29 Août 2004.

musique

Le chanteur de Venise Donatella Rettore et parolier Claudio Rego ont été inspirés en grande partie à des missions kamikazes pour leur album Kamikaze Rock 'n' Roll Suicide (1982).

La chanteuse de musique alternative italienne Skoll a dédié la chanson de l'unité de fixation Shikishima disque Soleil et acier soldats à des kamikazes.

notes

  1. ^ Définition des kamikazes Freedictionary.com, thefreedictionary.com. Récupérée le 1er Juin 2011. Le terme vient de kami - guide spirituel et Kaze - le vent et est généralement traduit par « vent divin ».
  2. ^ « La mort honorable de cent millions », ilpost.it, le 15 Août 2015. Extrait le 15 Août, ici à 2015.
  3. ^ (FR) Les attaques de suicide japonais en mer.
  4. ^ à b c Gill, (George) Hermon, Volume II - Marine royale australienne, 1942-1945 (1ère édition, 1968) (PDF), 1968.pag. 511
  5. ^ (FR) airforcehistory Classé 5 mai 2009 dans Internet Archive ..
  6. ^ en M.Ledt kamikaze, presse Sarl Lela en 2002.
  7. ^ Jiro Kosaka, 1995 Kyō articles Ikiteari.

Articles connexes

  • attentat suicide
  • Shimpu
  • suicide
  • rituel du suicide

D'autres projets

liens externes

  • Cet article est basé en grande partie sur l'article dans Wikipédia anglais, ce qui se sert du contenu avec la permission du site (FR) site personnel de M. Nobu.
  • (FR) Images Kamikaze - Explorer les descriptions et occidentale et les perceptions japonais des pilotes kamikazes
  • kamikaze, en thésaurus la Nouvelle rubrique sujet, BNCF, Mars 2013. Changement de Wikidata
autorités de contrôle BNF: (FRcb14487697m (Date)
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller