19 708 Pages

Ange du Seigneur
L'ange du Seigneur apparaît à Hagar dans le désert. Cadre de Nicolas Colombel (1644-1717)

Ange du Seigneur Il est une expression très courante dans 'l'ancien Testament de clarifier la signification du mot « ange » en hébreu (מלאך Malak) Signifie simplement « messager ».

Le mot « ange » dans l'Ancien Testament

Dans l'Ancien Testament, le mot « ange » (Malak) Signifie simplement « messager ». En effet, il apparaît 214 fois, dont 103 messagers n'indiquent humaine.[1] Parmi les 113 utilise pour indiquer un messager céleste 65 apparaissent dans la formule « מַלְאָךְ יהוה » (Malak YHWH), Ce qui signifie messager « Yahvé », qui est habituellement traduit par « ange du Seigneur. » Cet utilisateur apparaît déjà dans la traduction grecque Septante (Ἄγγελος Κυρίου, Angelos Kyriou) Pour éviter les circonstances qui nous obligent à prononcer l'ineffable tétragramme Bible. Dans le même but la vocalisation Masoretic tetragramma suggère le « Adonaï » ( « Seigneur » en hébreu).

Dans 12 autres cas, le mot Malak apparaît dans l'expression « ange / messager de Dieu » (en hébreu: Elohim Mal'akh »), Pour être considérée comme équivalente à « l'ange du Seigneur », comme il ressort du bouchon. 13 Les juges, dans lequel les deux expressions indiquent le même être céleste (Juges 13: 2-22). Dans d'autres cas, le mot « ange / messager » est utilisé seul, mais il est Dieu qui l'envoie, de sorte que son sens est équivalent à « ange de l'Éternel » ou « ange de Dieu. »[2]

D'autres expressions où l'ange de mot désigne un être céleste était « l'ange rédempteur, » המלאך הגאל, hamalak haggoel (Genèse 48:16); « L'ange de la présence (du Seigneur), » מלאך פניו, Malak panaiv (Isaïe 63: 9); « L'ange du Pacte », מלאך הברית, malakh HaBrit (Malachie 3: 1).

L'utilisation du terme dans théophanies

Dans certains passages bibliques l'ange du Seigneur semble indiscernable de Dieu lui-même. Par exemple, un ange apparaît Moïse dans le buisson ardent (Exode 3: 1-6), Mais il parle à la première personne comme Dieu lui-même. dans la Genèse 31: 11-13 l'ange déclare être un dieu. Il y a plusieurs explications (pas toutes les variantes):

traditionnelle interprétation

L'ange est traditionnellement considéré comme une créature dépourvue d'un corps matériel et subordonné à Dieu. Dans certains textes bibliques parlent à la première personne, comme s'il était Dieu, suite à un utilisateur hypothétiquement attribué au monde antique, qui aurait joué les ambassadeurs presque comme un l'acteur principal de l'ambassade. L'utilisation de la parole directe est linguistiquement avant l'indirect: vous pouvez alors prendre aussi une tradition de ce genre dans les nouvelles diplomatique.

Interprétation en tant que dispositif littéraire

La figure d'ange considéré par certains commentateurs fictifs et fonctionnels pour protéger la transcendance de Dieu, qui serait remise en cause par l'anthropomorphisme inhérente à une conversation directe avec un homme de la divinité. Suivant cette interprétation S.A. Meier a proposé une « théorie d'interpolation », selon laquelle le texte biblique aurait contenu à l'origine que le mot YHWH. Rien, en effet, le changement de temps du verbe et d'autres parties du discours si les mots « ange » ont été omis[3]. Leur inclusion, en fait, en raison d'un souci de protéger l'image de la transcendance divine, acquise après la première version du texte.[4] Cette hypothèse permet de croire que le texte d'origine est plus ancienne que le temps qui est historiquement probable que la notion de transcendance divine induisent le désir d'éviter l'anthropomorphisme.

Cette interprétation suggère que aussi tous les autres chiffres d'ange présents dans le texte biblique pourraient être interprétées comme des dispositifs littéraires similaires.

Une objection possible à la théorie de l'interpolation Meier est qu'il n'explique pas pourquoi le texte a été modifié que dans quelques cas, au lieu de laisser un plus grand nombre la divinité sans intermédiaires interagissent avec les hommes.

christologique interprétation

L'identification entre messager et dieux a été expliqué par Philon d'Alexandrie, en supposant que l'ange du Seigneur est le Logos. La plupart des Pères de l'Église ont suivi cette approche.

le nouveau Testament

en le nouveau Testament l'expression grecque de Κυρίου (Aggelos kuriou - « ange du Seigneur ») apparaît dans: Matthieu 1,20; 1,24; 2,13; 2,19; 28,2, Luke 1.11; 2.9 et actes 5,19; 8,26; 12.7; 12,23. L'ange de l'Annonciation dans l'évangile de Luc s'identifie avec le arcangelo Gabriele dans le verset suivant 1.19.

notes

  1. ^ Fréquence des « Malak » dans le lexique fort
  2. ^ Voir, par exemple 23,20 à 21;. 33,2; Nombres 20:16; 1 Cr 21,15; 2 Chr 32,21.
  3. ^ S.A. Meier, Ange de Yahvé, Dans: Dictionnaire des Dieux et démons dans la Bible. Sous la direction de K. van der Toorn, B. Becking, et P.W. van der Horst. 2e éd. Leiden: Brill, 1999, p. 53-59.
  4. ^ K. van der Toorn, B. Becking, P.W. van der Horst, Le Dictionnaire des Dieux et démons, Leiden-Boston-Köln, 1999, p. 50-53.
fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller