s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'une chanson de Rino Gaetano, voir Bertha était en train de tourner / Mon frère est fils unique.
Au moment où Bertha était en train de tourner
La reine Berta et filatures, de Albert Anker (1881)

Au moment où Bertha était en train de tourner[1][2] il est une expression Deonomastics lié à un histoire de histoire européenne dell 'haut Moyen Age, situé entre la littérature et la légende, dont l'utilisation se produit dans certaines des expressions proverbiales langue italienne de se référer à un temps écoulé, non seulement très éloignée, mais « conclu »[1].

Elle fait référence à l'expression est généralement considérée comme la reine Bertrade de Laon, épouse de Roi des Francs Pépin le Bref et mère de Charlemagne (En plus Carloman I)[1], mais il y a aussi d'autres hypothèses d'identification vu que sull'aneddoto et sur l'identification des Berta ont prospéré et distribué divers autres croyances et traditions, dont certains, ont perdu tout accrochage à des personnages historiques en béton, ils sont transmis dans la littérature fable et conte de fées[1].

L'existence et la circulation de l'expression proverbiale en langue italienne, cependant, remontent beaucoup plus loin dans le temps; En fait, le terme était déjà en vie au moins dans la Cinquecento, comme en témoigne La Historia Orceana de Domenico Codagli, Il tente également de donner une explication au sein de l'histoire anecdotique locale Orzinuovi[3], village de Lower Brescia Ouest.

origines littéraires du Moyen Age et survie

Au moment où Bertha était en train de tourner
Berthe de Laon (Berte aux grands Pies) et Pépin le Bref, sépulcre, dans le Basilique de Saint-Denis
Au moment où Bertha était en train de tourner
Adenet le Roi dans un code éclairé médiéval

Bien que l'expression proverbiale est couramment utilisé et populaire, l'anecdote provient d'une source de littérature médiévale « High », l'un des trouvères français en langues d'oïl. L'histoire, en fait, est rapporté par troviere et ménestrel Adenet le Roi[1], natif de Brabant, qu'en 1270 il a été inspiré par la figure de Bertrade pour une Chanson de Geste en alexandrins, Le poème intitulé Li Roumans de Berte aus tartes Grans (La reine était aussi connu comme « Berta du grand pied »[1] (Ou « Berta le Piedona ») parce que, comme les rapports de la tradition, aurait eu une plus longue que l'autre pied, détail anatomique qui constitue, en outre, un élément clé pour la fin heureuse dell'aneddoto). De plus, l'adoption d'une phrase Deonomastics de se référer à un passé avec une intention similaire existe également dans la tradition linguistique et latin littéraire, où l'expression est attestée A Deucalion, détectable dans satire de Gaio Lucilio[4]).

L'utilisation de l'expression proverbiale a été maintenue pendant des siècles: il était certainement déjà en vie et bien établie dans au moins Renaissance italienne, quand il est attesté dans 'historia Orceana de Domenico Codagli, qui se livre à des cependant, une tentative d'explication connectée, à un 'anecdotes région[3].

Étaler en Italie contemporaine

L'expression proverbiale survit dans corpus linguistique contemporaine en Italie, où, ainsi que dans 'usage populaire, Il est souvent utilisé dans le titrage de divers types d'œuvres. Dans le domaine de la peinture, par exemple, il est présent dans le titre de l'image Lorsque Bertha tournoyait, appartenant à la veine neopompiana le peintre du XIXe siècle Paolo Mei, et la peinture La Reine Berthe et les Fileuses de Albert Anker (1881).

L'expression revient comme une référence aux formules du passé et parfois modifiés, dans les différents types de titres de livres (histoire, contes de fées, etc.). Des exemples sont dédiés à l'essai résistance italienne sur ligne gothique par l'historien Giorgio Petracchi[5], ou un ensemble de traditions folklore milanais et Lombard de Roberto Marelli[6].

Dans la tradition songwriting italien, l'expression est bien connue pour donner le titre à un morceau de musique Rino Gaetano, dont la première date d'enregistrement de retour à 1976, sur le disque 45s Bertha était en train de tourner / Mon frère est fils unique, publié par maison de disques elle.

tradition anecdotique

Li Roumans de Berte aus tartes Grans

Dans le poème que vous imaginez que, à la veille du mariage, la princesse, voyage à son fiancé, a été la victime d'une erreur qui conduirait au remplacement avec la fille d'un de ses chaperon[1]. En raison de la similitude de la femme de chambre de la mariée, l'échange a obtenu un succès. Berta, cependant, parvient à échapper et à trouver l'hospitalité à la maison d'un humble bûcheron, avec qui il vit depuis des années, avec le travail subsistante de spinner[1].

Ensuite, la situation sera résolue que par le mérite de pied longue princesse, une caractéristique anatomique qui lui permettent d'être reconnu et de reprendre sa place sur le trône devait donc démasquer l'usurpateur dell'astuta de impostures[1].

D'autres traditions

Geneviève de Brabant

Il y a, cependant, d'autres traditions qui trace le proverbe dit de ne pas Bertrade de Laon, mais un conte légendaire très similaire en ce qui concerne l'héroïne Romance chevaleresque, Geneviève de Brabant[1]. L'histoire de Geneviève, fille de Duc de Brabant, Il est rendu et la récupération de nombreuses sources, dans différentes variantes, y compris italien de Andrea da Barberino, dans un chapitre Les rois de France[1] (XIVe siècle-XVe siècle).

La Historia Orceana Domenico Codagli

Domenico Codagli, au XVIe siècle, essayez d'insérer la source anecdotique histoire dans un contexte local, celui de Orzinuovi (Dans le brescian Ouest), Sa ville natale, tout en fournissant des preuves explicites de la circulation de l'expression dans le corpus de la langue et traditions folkloriques de son époque, Cinquecento dans son historia Orceana, il fait valoir son explication:

«Première chj'incrudelissero de cette façon fattioni, Ils veulent gl'Orci Fusse une vieille femme par son nom adimandata Berta, qui était l'étoile habituelle tutto'l jour des murs près de la forteresse, gagner la conochia la vie, de sorte qu'une partie de la rivière de la Rocca, il acquiert le nom de Berta et levandoli comme ci-dessus, fattioni de Guelfi, et Gibellini, pour avoir détourné la vieille femme de cet endroit, il est né le proverbe. il n'est pas più'l le temps que Bertha était en train de tourner '

(Domenico Codagli, historia Orceana, Appresso pl. Battista Borella, 1592, p. 49[3])

conte de fées Tradition

Il y a aussi une ligne traditionnelle fable qui imprègne l'histoire dans un conte populaire dont le protagoniste est une pauvre veuve nommée Berta[1]. La pauvre femme, très dévoué à son roi, il pense un jour à lui donner le don d'une laine fine tissée avec ses mains[1]. Le roi apprit de la condition misérable de la femme et ému par la spontanéité du geste humble désintéressé, revint avec une grande générosité l'hommage sincère de la mendiante, lui accordant des cadeaux somptueux qui levaient pour toujours de la pauvreté et garantirono une vie paisible et prospère[1]. Le geste royal déchaîne dévotion intéressée de nombreux sujets qui a concouru à faire un don de tissus plus ou moins fines à leur monarque[1]. Ce dernier, cependant, déçu les attentes de cette générosité nullement désintéressée disant la phrase qui est devenue célèbre: « Il y a plus de moments où Bertha était en train de tourner »[1].

Panneau de la cathédrale de Fidenza

Au moment où Bertha était en train de tourner
Alessandro monte en flèche, tour de décoration la Cathédrale Fidenza
icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: décoration sculpturale de la cathédrale de Fidenza et Alessandro Vol.

Une autre tradition qui a prospéré dans Fidenza, Elle est associée à l'interprétation d'un morceau de cycle de sculpture et de décoration en style roman de Cathédrale de San Donnino. Il identifierait le Berta avec le proverbe Berta di Savoia, femme Henri IV, empereur romain saint et mère de Conrad II de l'Italie et Henry V[7], une conclusion qui est inspirée par un relief roman une tuile paroi sur le devant de la Tour du Trabucco ville cathédrale. Le bas-relief (une dalle lithique d'environ 77 x 80 cm.), Très usée et l'érosion presque indéchiffrable, montre une figure humaine interprétation difficile assis entre deux animaux difficiles à identifier. La figure la tenue de deux bâtonnets longs, dont chacun porte, à chaque extrémité, deux formes qui peuvent sembler deux temps. Ce voyant notamment à croire qu'il était une intention de femme filer la laine: Cette lecture iconographique a fourni l'inspiration pour un lien vers le dicton populaire « Berta ». L'association de la sculpture avec un hommage national à la mère de Conrad de Lorraine Il serait justifié par le particulier privilèges décerné par 'empereur Henri IV à Borgo San Donnino. en Pincolini Divers, sur Histoire de Parme les années entre 1086 et 1101, on rapporte l'histoire[8]:

" Cremona [..] avoir intitulé son Carroccio Bertazzola[9] même our'll voler à une pierre intagliar Berta, qui filasse deux mains lui-même un symbole mystérieux [...] cette image, et un morceau de marbre antique, que nous icône correspond sculptions crûment, ò l'histoire, l'histoire dit ò femme appelée Bertha, qui était en train de tourner deux broches, qui regarde la sculpture ridicule intégrée dans la première tour de la façade "

( Mss. Pincolini années 1086 et 1101, Archives d'Etat de Parme.[7])

La lecture traditionnelle de l'image comme celle de « filature Berta » a été acceptée, par exemple, de médiéviste Arthur Kingsley Porter dans son œuvre monumentale sur la sculpture romane des rues des pèlerins, dans un livre publié en 1923[10], mais aussi par Vito Ghizzoni dans 70 la XXe siècle[11].

Cependant, une tradition populaire, voir dans la figure féminine d'une sorcière en essayant d'obtenir au ciel[12]. cette croyance populaire est celui qui se rapproche le plus de l'explication réelle du symbolisme du panneau, qui doit l'exégèse iconographique de Géza de Francovich, qui vous reconnu l'une des nombreuses représentations d'un thème iconographique appartenant à Roman d'Alexandre (Traduit par archiprêtre Leone en Xe siècle), Très chère à la culture et la sensibilité art médiéval et byzantin, la l'ascension mythique au ciel de Alessandro Magno, sur une dessinée par deux aéronefs fantastiques animaux (En général, griffons), Attiré deux appâts de viande placés au-dessus de deux ou de ventes aux enchères lances (D'où l'apparition de deux temps)[12][13].

notes

  1. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p Quartu Monica et Elena Rossi (ed) Berta - le temps que Bertha était en train de tourner, en Dictionnaire des expressions idiomatiques de la langue italienne, Hoepli, 2012, ISBN 978-88-203-5126-7. Récupéré le 21 Mars, 2016.
  2. ^ Parce que disent-ils « quand Bertha Retour tournoyait »? - italien cet effort!, italianochefatica.it. Extrait le 15 Avril, 2016.
  3. ^ à b c Domenico Codagli, La historia Orceana; dans lequel vous traitez les guerres choses ont été faites dans ET ce chez lui, ch'abbraciano presque dua milla années (etc.), Brescia, Giovanni Battista Appresso Borella, 1592, p. 49.
  4. ^ (LA) Gaio Lucilio, VI, 284, en Saturae.
  5. ^ Giorgio Petracchi, Au moment où Bertha était en train de tourner. Alliés et patriotes sur la ligne gothique (1943-1945), Milan, Murcia, 1995.
  6. ^ Roberto Marelli, À la température que Bertha était en train de tourner. Proverbes et traditions à Milan et Lombardie, Pavie, Selecta Editrice, 2015, ISBN 9788873324867.
  7. ^ à b Claudio Mutti, L'ascension d'Alexandre, à Carlo Saccone (ed) Alessandro / Dhu l-Qarnayn se déplaçant entre les deux mers, p. 131.
  8. ^ Mss. Pincolini années 1086 et 1101, Archives d'Etat de Parme.
  9. ^ La référence est à Bertazzola, la loggia Renaissance plus Cathédrale de Crémone. Voir. ( Pietro Bonometti, Crémone, une ville secrète, Bologne, Italcards, 1988, p. 14.)
  10. ^ (FR) Arthur Kingsley Porter, Sculpture romane de pèlerinage e routes, vol. IV-Atlas des plaques, 1915, p. 191.
  11. ^ Vito Ghizzoni, médiéval fantastique Borgo, en art Parme, Décembre 1974, p. p. 68 et fig. 13.
  12. ^ à b Claudio Mutti, L'ascension d'Alexandre, à Carlo Saccone (ed) Alessandro / Dhu l-Qarnayn se déplaçant entre les deux mers, p. 132.
  13. ^ Géza de Francovich, architecte et sculpteur Benedetto Antelami et l'art de son temps, I, 1952, p. 341.

bibliographie

  • (FR) Adenet le Roi, Li Roumans de Berte aus tartes Grans, 1270.
  • Andrea da Barberino, Les rois de France, édité par Giuseppe Vandelli et Giovanni Gambarin, Bari, Giuseppe Laterza Enfants Tipografi-éditeurs-libraires, 1947.
  • Quartu Monica et Elena Rossi (ed) Berta - le temps que Bertha était en train de tourner, en Dictionnaire des expressions idiomatiques de la langue italienne, Hoepli, 2012, ISBN 978-88-203-5126-7. Récupéré le 21 Mars, 2016.
  • (FR) Arthur Kingsley Porter, Sculpture romane de pèlerinage e routes, le volume IVAtlas des plaques, Boston, Yale University Press, 1915.
  • Géza de Francovich, architecte et sculpteur Benedetto Antelami et l'art de son temps, I, Milan-Florence, 1952.
  • Claudio Mutti, L'ascension d'Alexandre, à Carlo Saccone (ed) Alessandro / Dhu l-Qarnayn se déplaçant entre les deux mers, Études Indo-méditerranéens Notebooks, I, Alexandrie, les Editions de l'ours, 2008, pp. 131-39, ISBN 978-88-6274-057-9.
  • Vito Ghizzoni, médiéval fantastique Borgo, en art Parme, Décembre 1974, p. 67-74.

Articles connexes

liens externes