s
19 708 Pages

Eumate la démo Falero[1] (en grec ancien: Εὐμάθης, Eumathes; ... - après 404 BC) Ce fut un politique grec ancien.

biographie

Il était l'un des trente tyrans de Athènes, en 404 BC, après la fin de guerre du Péloponnèse.[2]

Dans le troisième chapitre du deuxième livre de hellénique, Xénophon écrit que le peuple d'Athènes a adopté une résolution à choisir une trentaine d'hommes, y compris semble Eumate, ils devront rédiger une constitution sur la base des lois de nos ancêtres.

en 1970 Il a été trouvé dans 'Agora d'Athènes un fragment d'une inscription, identifiée dans le cadre de l'enregistrement de la vente des propriétés de trente ans, achevée en 402 BC-401 BC. Dans ce document attache populaire, jusqu'à ce moment-là inconnu, Eumate: dans la ligne 8 un Eumate apparaît Phalère appartenant à la tribu Aiantide IX.[3][4]

Dans la même période a vécu à Athènes un esclave, puis libéré de cette statut, avec le même nom (il est un nom pas très attesté à Athènes[5]). En ce qui concerne ce Eumate, il y a un fragment d'un discours solennel Iseo, Dans la défense de Eumate, transmis de Denys d'Halicarnasse. Eumate, banquier esclave, avait été régulièrement falsifié par le maître Epigène jusqu'à Dionisio, héritier du maître, selon elle dans le cadre de son héritage, insistant sur le fait qu'il n'y avait pas eu de mauvaise manipulation. Eumate a réussi à retrouver la liberté grâce à l'intervention d'un citoyen, Xénoclès[5], débiteur contre lui, qui se Iseo comme son défenseur.

Sparsasi la voix de sa mort au combat, alors que triérarque, Xénoclès remis Eumate son argent. Eumate envoyé pour les parents et amis de cet homme et leur a donné ce qui avait été déposé auprès de lui.[6] De retour de la guerre, comme un signe de reconnaissance, Xénoclès Eumate a aidé à soutenir sa banc à Athènes et se sont engagés en faveur de sa liberté.[7]

notes

  1. ^ György Németh, p. 101.
  2. ^ (FR) Henry Smith Williams (dir), Les historiens de l'histoire du monde, XXV, Londres, Encyclopédie Britannica, 1907, p. 172.
  3. ^ Nadia Andriolo, Cours à Athènes 413-401 BC, Padoue, Sargon Publishing House, 2004, p. 118. György Németh, p. 160.
  4. ^ (FR) David Whitehead, Les tribus des Trente Tyrans, en Le Journal of Hellenic Studies, vol. 100, 1980, p. 210.
  5. ^ à b Stefano Ferrucci, Les esclaves nell'oikos à Athènes, en Routes et marchés d'esclaves. Du colloque GIREA 26e, Besançon 27-29 septembre 2001, Paris, Routes et marchés d'esclaves, 2002, pp. 45-46.
  6. ^ Evaristo Breccia, Histoire des banques et des banquiers dans le classique, en Magazine d'histoire ancienne, nº 1, 1903, pp. 112-113.
  7. ^ Dionysius Halicarnassensis, Dionysius des brochures Halicarnasse, Milan, Sonzogno, 1827, pp. 246-247.

bibliographie