s
19 708 Pages

Gungnyeo (궁녀?, 宮女?, GungnyeoLR, KungnyŏMR - Lett. « Palais dama ») Est un terme coréen Il est utilisé pour désigner les femmes qui ont pris soin du roi ou d'autres membres de la famille royale société coréenne traditionnelle. Il est court pour gungjung yeogwan (궁중 여관?), Qui se traduit par « officiel femme de la cour royale »[1], et il comprend en tant que sanggung (matrones Palace)[2] et na-in (dames Assistants de la cour), qui tenaient à la fois le statut des fonctionnaires des femmes.

Le terme est largement utilisé pour inclure les femmes sans un rang de classe inférieure, comme Musuri (Serveur bricoleur), le gaksimi (Les femmes de chambre sanggung), Le sonnim (Accueil des concubines du roi) et uinyeo (femmes) Médecine[3][4][5].

institution

La première mention de gungnyeo vous en Goryeo-sa, la collection de l'histoire de Goryeo, période historique au cours de laquelle, cependant, ils étaient pas clairement définis, et on ne sait pas servir est arrivé à la cour et les procédures étaient applicables; il en résulte donc que le terme a été utilisé pour faire référence à toutes les femmes de la cour du roi. Dans les documents liés à cette période, la position sociale d'un gungnyeo était généralement celle de la ville de classe commune ou moins, la catégorie à laquelle ils appartenaient filles d'esclaves, concubines et la cheonmin (Untouchables). Dans le vingt-deuxième année (1168) du roi Uijong Koryo, la gungnyeo Ils ont été divisés en sanggung (상궁?, 尙 宮?, impliqués dans la gestion du bâtiment), sangchim (상침?, 尙 寢?, impliqué dans la literie), sangsik (상식?, 尙 食?, manning la nourriture) et sangchim (상침?, 尙 針?, la couture manning). Même les musiciens, a déclaré Yeo-ak (여악?, 女 樂?), Ils faisaient partie de gungnyeo[4].

La véritable institution et de leur gungnyeo Il est venu en 1392 avec la naissance du Royaume de Joseon travailler roi Taejo et à la suggestion de Jo Jun et d'autres fonctionnaires. En 1428, le roi Sejong le Grand Il a créé un système détaillé pour la gestion des gungnyeo, les divisant en naegwan (Destiné aux bureaux internes liés à la famille royale)[2] et gunggwan (fonctionnaires du palais), et ils ont appelé les rangs, des titres et de l'état. plus loin, il a institutionnalisé le système, ce qui rend quelques variations, en Gyeongguk Daejeon (Code complet)[4].

Depuis au cours de la vie de cour Joseon était centrée autour du roi, de nombreuses femmes de la cour étaient nécessaires. Ils ont été affectés au pavillon principal (대전?, 大殿?, DaejeonLR), Au pavillon de la reine ou le pavillon interne (내전?, 內殿?, NaejeonLR), Le pavillon de la reine mère (대비 전?, 大 妃 殿?, DaebijeonLR) Ou au pavillon du prince héritier (세자궁?, 世 子宮?, SejagungLR ou 동궁?, 東宮?, DonggungLR)[4], mais aussi aux bâtiments à la vénération des ancêtres et aux palais d'accompagnement. la gungnyeo qui a travaillé dans le bâtiment principal, ils méprisaient ceux utilisés dans les palais annexés, appelant gunggeot, « Ones au palais. »

Le nombre total de gungnyeo et a changé avec le temps et selon les circonstances de la cour, mais comme le début de Joseon ne sont pas très nombreux, avec le temps a commencé à augmenter. Sous le règne du roi Seongjong (1469-1494), il y avait 105 (29 à la mère de l'ex-roi, 27 pour la reine mère et 49 pour le roi), tandis que sous le règne de roi Gojong (1863-1907), ils ont été employés 480 (100 chacun pour le roi, la reine et la reine mère, 60 pour le prince héritier, 40 pour le consort dell 'héritier légitime, 50 fils du prince et 30 pour la femme de celui-ci)[4].

Le choix et l'éducation

Gungnyeo
la Gyechuk ilgi, un journal 1613.

Le choix de gungnyeo Il n'a pas eu lieu à intervalles de temps réguliers. En général, ils ont été choisis parmi les esclaves de la classe dirigeante plutôt que les filles des citoyens ordinaires; Toutefois, si les circonstances étaient favorables, les gens autour du roi préféré les choisir parmi les filles de la bourgeoisie. En conséquence, à partir du règne du roi Gyeongjong (1720-1724), les filles des classes inférieures ont été interdites pour devenir gungnyeo. Selon le Sokdaejeon (Supplément au Code national), selon le règne du souverain suivant, Yeongjo, entre gungnyeo même des esclaves venus de tous les bureaux du gouvernement.

Le choix de gungnyeo qu'ils détenaient des postes importants dans la cour, servant près du roi et la reine et prendre soin de leurs vêtements, était très stricte: les candidats ont été choisis personnellement par les dames de la cour de haut rang, la sanggung, entre leurs connaissances personnelles ou en suivant les traditions familiales, et beaucoup gungnyeo Service à recommander leurs parents. Ils sont venus de la classe moyenne, composée de représentants du gouvernement instruits, les fonctionnaires ayant des bureaux héréditaires, des officiers militaires ayant des liens familiaux importants et les enfants illégitimes de la noblesse, tandis que les filles auraient été affectés à d'autres départements sont venus de la classe inférieure. la gungnyeo Common est venu au palais à l'âge de douze ou treize ans, ceux qui participent à la couture et la broderie entre six et treize ans, et ceux qui servirait le roi et la reine entre quatre et huit ans.

Les apprentis ont reçu la formation nécessaire pour devenir gungnyeo tubes, et appris la langue de la cour, l'action à prendre tous les jours, et l'écriture dans gungche, le style du palais. certains gungnyeo gauche des plus belles œuvres écrites en calligraphie Hangul et en utilisant le style gungche, comme Gyechuk ilgi (Journal de l'année gyechuk, -à-dire 1613) et le Inhyeon wanghujeon (Histoires de Inhyeon), Considérés comme d'excellents exemples de la « littérature du palais »[4].

la gungnyeo Ils ont reçu un salaire en fonction de leur rang et leurs besoins, et il n'a pas été fixé, mais varient en fonction de la situation économique de l'époque. Sauf dans quelques occasions spéciales, gungnyeo Ils sont restés fermés au palais pour la vie et l'ont laissé qu'une seule fois vieux ou malade parce que, en dehors du roi et de sa famille, personne, pas même les concubines, pourrait mourir à l'intérieur. Un certain nombre de gungnyeo pourrait être libéré du palais en temps de sécheresse pour apaiser la catastrophe naturelle, mais leurs actions étaient limitées, ils ne pouvaient pas se marier, ou les hommes de contact ou d'autres femmes[4].

organisation

Gungnyeo
de gungnyeo vêtu de veste Dangui et la jupe chima tout na-in.

la gungnyeo ont été et supervisé par surintendants sanggung, qui avait le rang le plus élevé, mais pas toujours dans le même rang, ils avaient aussi la même position sociale.

Les filles qui n'avaient pas encore atteint la gwallye (관례?, 冠 禮?), Que l'âge de la majorité selon confucianisme, ont été appelés "na-in apprentis « et ont été divisés en deux groupes, saenggaksi et gaksi. le terme saenggaksi Il est dall'acconciatura saengmeori apporté par les filles, et n'a été utilisé que dans la cour, dans l'adaptation et ricameria. Après quinze années de service au palais, la na-in apprentis ont été promu na-in et ils ont commencé à porter des vestes Dangui couleur jade et chima (Une jupe volumineuse) bleu marine. Les cheveux étaient plutôt dans un chignon à la nuque, et portait une épingle à cheveux sur la tête connue sous le nom cheopji[3].

un na-in Il pourrait être promu sanggung après au moins quinze ans de service. la jejo sanggung (제조 상궁?, 提 調 尙 宮?) ou keunbang sanggung (큰방 상궁?) Ils étaient en charge de tous gungnyeo, Ils ont reçu des ordres du roi et a pris soin du pavillon de la reine, exerçant parfois une influence politique. la bujejo sanggung (부제조 상궁?, 副 提 調 尙 宮?) ou Arrigo sanggung (아리고 상궁?, 阿里 庫 尙 宮?), Administraient les objets stockés à côté du pavillon de la reine. la Jimil sanggung (지밀 상궁?, 至 密 尙 宮?) ou daeryeong sanggung (대령 상궁?) A pris soin de près du roi ou la reine. la Borno sanggung (보모 상궁?, 保姆 尙 宮?) A pris soin des princes et des princesses, et ceux qui ont servi le prince héritier étaient les plus importants du groupe. la sinyeo sanggung (시녀 상궁?, 侍女 尙 宮?) Y ont roi, la reine et la reine mère lors des cérémonies nationales ou des banquets, ainsi que la gestion des livres et des documents de Jimil sanggung. la gamchal sanggung (감찰 상궁?, 監察 尙 宮?) Ils étaient responsables des récompenses et des punitions de leur sujet[3].

Intensivement, le terme gungnyeo Il inclut également des Musuri (무수리?), Le gaksimi (각심 이?), Le sonnim (손님?) Et uinyeo (의녀?, 醫 女?). la Musuri les serveuses étaient à tout faire, qui étaient chargés de tâches telles que l'eau de tirage au sort du puits ou de la préparation du feu, dans chaque résidence de la cour[3]. la gaksimi étaient des serviteurs, servantes ou couturières dans les résidences privées sanggung dans leurs jours de repos; leur salaire mensuel a été payé par l'Etat et étaient même des appels bangja (방자?), Un terme qui indique un commis dans un bureau du gouvernement[3]. la sonnim Ce fut la maison des concubines du roi, souvent liés avec eux et ces salariés, et est venu de l'extérieur du bâtiment[3]. la uinyeo Les femmes étaient affiliés clinique médicale au réel (내의원?, 內 醫院?, Nae-ui-wonLR) Ce qu'ils soignaient la gungnyeo avec l'acupuncture et a agi comme sages-femmes quand sa femme ou concubines du roi a donné naissance; en cas de banquets à la cour, ils se sont tournés en gisaeng. Ils ont été créés sous le règne du roi Taejong parce que les épouses, concubines et gungnyeo, en raison de stricte ségrégation sexuelle temps confucéenne, ils préféraient mourir plutôt que de voir un homme. Pour la position d'esclaves ont été choisis d'abord par les bureaux du gouvernement ou de stockage, mais, ignorant les intouchables, le système n'a pas donné beaucoup de fruits. la uinyeo Ils ont survécu jusqu'à la fin de Joseon et ont disparu avec l'arrivée à la cour des médecins occidentaux[3].

la gungnyeo Ils étaient en service au Jimil (지밀?, 至 密?), L'agent du district intérieur de la famille royale; la chimbang (침방?, 針 房?), De confection; la Subang (수방?, 繡房?), le ricameria; la sojubang (소주방?, 燒 廚房?), La cuisine[6], de dix-sept bâtiments et divisé en naesojubang (내 소주방?, 內 燒 廚房?), La cuisine intérieure pour les repas quotidiens, oesojubang (외소 주방?, 外 燒 廚房?), La cuisine en plein air où la nourriture a été préparée pour les banquets et les offrandes rituelles, et saengmulbang (생물 방?, 生物 房?), Qui traite des collations au lieu du roi; la saenggwabang (생과 방?, 生 果 房?), Qui a pris soin de boissons et de desserts; et sedapbang (세 답방?), Blanchisserie.

En plus de ces services, il existait quatre autres: sesugan (세수간?, 洗手間?) A pris soin de se laver le roi et la reine; la toeseongan (퇴선 간?, 退 膳 間?), Préparé dans la cuisine où la nourriture a été préparée[1]; la bogicheo (복 이처?, 僕 伊 處?), Qui a pris soin des incendies; et deungchokbang (등촉 방?, 燈燭 房?), Affecté aux bougies et des lanternes.

rangs

la gungnyeo étaient subordonnées à la reine et leur rang est passé de neuvième, le plus bas, le cinquième, le plus élevé:

  • 5ème rang supérieur - sanggung (상궁?, 尙 宮?) et bloods (상의?, 尙 儀?), "Royale Concubine." Il a été attribué par décret par la reine à ceux qui avaient eu une relation sexuelle avec le roi.
  • 5ème rang inférieur - Sangbok (상복?, 尙 服?) et sangsik (상식?, 尙 食?), « La première dame du palais. » Il a conduit le Secrétariat de la Reine.
  • 6ème rang supérieur - Sangchim (상침?, 尙 寢?) et sanggong (상공?, 尙 功?), « La tête de la dame du palais. » Il conduisait, par exemple, la cuisine royale.
  • 6 ° rang inférieur - Sangjeong (상정?, 尙 正?) et sanggi (상기?, 尙 記?)
  • 7ème rang supérieur - Jeonbin (전빈?, 典 賓?) jeonui (전의?, 典 依?) et jeonson (전선?, 典膳?). Il était responsable d'une activité particulière.
  • bas 7e rang - Jeonseol (전설?, 典 設?) jeonje (전제?, 典 製?) et jeoneon (전언?, 典 言?)
  • 8ème rang supérieur - Jeonchan (전찬?, 典 贊?) jeonsik (전식?, 典 飾?) et jeonyak (전약?, 典 藥?)
  • 8ème rang inférieur - Jeondeung (전등?, 典 燈?) jeonchae (전채?, 典 彩?) et jeonjeong (전정?, 典 正?)
  • plus 9ème rang - Jugung (주궁?, 奏 宮?) jusang (주상?, 奏 商?) et jugak (주각?, 奏 角?)
  • 9ème rang inférieur - Jubyeonchi (주변 치?) Juchi (주치?), Juu (주우?, 奏 羽?) et jubyeongung (주변 궁?, 奏 變 宮?)

notes

  1. ^ à b (FR) Korean Food Série Culture - Partie 5; Cuisine Royal - Qui a fait cuisines royales?, en Tourisme en Corée Organisation. Récupéré le 30 Septembre, 2017.
  2. ^ à b (KO) 한국학 영문 용어 · 용례 사전, en Académie des études coréennes. Récupéré le 30 Septembre, 2017.
  3. ^ à b c et fa g (KO) 궁녀 (宮女), en Daum.net. Récupéré le 30 Septembre, 2017.
  4. ^ à b c et fa g (KO) 궁녀 (宮女), en Daum.net. Récupéré le 30 Septembre, 2017.
  5. ^ (KO) 궁녀 (宮女), en Daum.net Dictionnaire. Récupéré le 30 Septembre, 2017.
  6. ^ (FR) Starlight Tour avec Daejanggeum au Palais Gyeongbokgung, english.visitseoul.net, 7 mars 2017. Récupéré le 30 Septembre, 2017.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers gungnyeo

liens externes