s
19 708 Pages

Dioclès de Caryste (Karystos, 240 BC - 180 BC) Ce fut un mathématique et métreur grec ancien.

Il est né en Caryste, île Eubée, autour 240 BC et il est mort en 180 BC

Il a écrit un traité Περὶ πυρέιων (Sur miroirs ardents), Dont il existe deux joints de pistes à travers la traduction en arabe et aussi par deux résumés par Eutocius d'Ascalon, dans son commentaire de l'œuvre de Archimede Sur la sphère et le cylindre. Dans l'un de ces fragments, il est traité de la solution du problème de la duplication du cube qui, à ce moment-là, ainsi que la quadrature du cercle et la trisection de l'angle, formé le soi-disant problèmes Delos, véritable casse-tête pour la géométrie et de la connaissance mathématique du temps.

Sa solution, originale, produit par l'identification de deux des moyens proportionnels, le recours à un courbe, maintenant connu sous le nom cissoïde Dioclès.

Ce problème est lié au même traité dès le Vème siècle avant JC de Ippocrate di Chio, pour la réduction du problème à celui de trouver deux moyenne proportionnelle à deux segments de données, dont le plus important est le double du mineur.

La solution est rapportée par Dioclès Eutocius d'Ascalon ainsi que d'autres 8 autant de solutions grecques de mathématiciens.

De plus, grâce à Eutocius d'Ascalon, Nous possédons le Diocle au problème archimédien d'une sphère avec la solution de bouchons section volumes reliés entre eux de se tenir dans un rapport donné, équivalent à la algébriquement solution d'une équation cubique. La solution Diocle implique l'intersection d'une 'ellipse avec un 'hyperbole.

Comme mentionné le travail Sur miroirs ardents, il est connu qu'il est large: probablement discuté miroirs concaves de profil sphérique et ellipsoïdale, (au moins par rapport à l'ellipsoïde obtenue en faisant tourner l'ellipse autour de son grand axe). Le cas est considéré dans la partie paraboloïde du traité est descendu en arabe et le traitement est basé sur les propriétés focales de la parabole. Le travail de Dioclès était apparemment peu connue plus tard mathématiciens grecs, mais beaucoup influencé les mathématiciens arabes, et en particulier al-Haytham.

il était Guillaume de Moerbeke, au XIIIe siècle., pour guérir la première traduction latine des fragments survivants de Dioclès. Toomer, en 1976, Il a publié le texte arabe.

bibliographie

  • Dragoni, Bergia et Gottardi, Dictionnaire biographique des scientifiques et des techniciens, Bologne, Zanichelli, 1999.
  • G.J. Toomer, Dioclès, sur les miroirs Brûler, New York, Springer, 1976.

liens externes

  • (FR) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, Dioclès, sur MacTutor, Université de St Andrews, en Écosse.
autorités de contrôle VIAF: (FR261466777 · LCCN: (FRno2007050914 · ISNI: (FR0000 0001 1766 9470 · GND: (DE102390673 · BNF: (FRcb12000518w (Date)