s
19 708 Pages

Apollonius de Perge (Perge, ... - ...) il a été mathématique et astronome grec ancien, célèbre pour ses travaux sur sections coniques et l'introduction, dans l'astronomie, la épicycles et déférente. Il a été actif à la fin III et au début IIe siècle avant J.-C., mais peu de preuves de sa vie rendent impossible pour une meilleure dates de rencontres et spécifiques (tels que ceux RE, 151) doivent être compris que dans le sens purement spéculatif[1][2].

Apollonius était aussi qu'elle a ellipse, un parabole et hyperbole les noms avec lesquels, depuis lors ces courbes sont identifiées.[citation nécessaire]

biographie

Les nouvelles de sa vie sont très minces. Il est né en Perge, en pamphylia, mais il a déménagé à Alexandrie, où il a écrit une première version du Coniche, qu'il s'appela plus tard trop vite.[3] il a visité Ephèse et Pergame et là, il a rencontré le mathématicien qu'Eudème de Pergame, qui a ensuite envoyé le premier des trois livres examinés Coniche.[3]

De lui survivre deux œuvres:[3]

  • La séparation d'une relation (Deux livres viennent à nous dans une traduction arabe);
  • la conique (Fonctionne dans huit livres, dont quatre survivent dans la version originale grecque et sept dans une traduction en arabe, le huitième livre étant perdu, mais reconstruit par prélèvement sur le scientifique arabe Ibn al-Haytham, appelé Alhazen en Occident).

Dans d'autres œuvres, maintenant perdus, ne sont que les titres:[3]

  • zone de séparation (Χωρίου ἀποτομή)
  • Section déterminé (Διωρισμένη τομή)
  • tangente (Ἐπαφαί)
  • pente (Νεύσεις)
  • plans Places (Τόποι ἐπίπεδοι).

On sait également que écrit sur hélice cylindrique, la comparaison entre le dodécaèdre et l'icosaèdre, les limites de pi grec.[3]

Apollonius a utilisé ses connaissances géométriques aussi pour une application pratique, la construction d'un cadran solaire où l'ombre est évaluée sur une surface conique de manière à assurer une plus grande précision du cadran solaire avec une surface plane.

Le caractère innovant de sa méthodologie et sa terminologie, en particulier dans le domaine des sections coniques, ont influencé de nombreux érudits des siècles plus tard, et parmi eux Ptolémée, Kepler, Pierre de Fermat, Descartes et Isaac Newton.

astronomie

Il a également attribué les hypothèses de orbites excentrique, ou en d'autres termes, les hypothèses déférent et épicycles, avec qui expliquent la mouvement apparent des planètes, la vitesse variable lune et la variation de luminosité des étoiles.[4]

Editions des œuvres

Apollonius de Perge
conique, 1654
  • (LA) Apollonius de Perga, conique, Messanae, typis Petri heredum Breae, 1654. Récupéré le 19 mai 2015.
  • (GRC) Apollonius de Perga, Livres Inclinationum, Oxonii et Typographeo Clarendoniano, 1770. Récupéré le 19 mai 2015.
  • (GRCLA) Heiberg I. L. (eds), Apollonii Pergaei quae Graece cum exstant commentariis antiquis, 2 vol., Leipzig, B.G. Teubner, 1891-1893. vol.1, vol. 2
  • Apollonius. Apollonius de Perge Conics Livres I-III. Traduit par R. Catesby Taliaferro. (Santa Fe: vert Lion Press, 1998).
  • Apollonius. Apollonius de Perge Conics Livre IV. Traduit avec introduction et notes par Michael N. Fried. (Santa Fe: Vert Lion Press, 2002).
  • Michael N. Fried, Sabetai Unguru. Apollonius de Conica de Perge: Texte, contexte, Subtext. (Leiden: Brill, 2001).

notes

  1. ^ (FR) Michael N. Fried et Sabatai Unguru, introduction, en Apollonius de Conica de Perge: texte, le contexte, sous-texte, Leiden, Brill, 2001.
  2. ^ Lucio Russo, Giuseppina Pirro et Emanuela Salciccia, Euclide: Le premier livre des éléments, Roma, Carocci, 2017, p. 18.
  3. ^ à b c et TOC.
  4. ^ RE, 160.

bibliographie

  • (DE) Friedrich Hultsch, Apollônios (112), en Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, vol. II, 1, Metzler, 1895, coll. 151-160.
  • (FR) Toomer, G.J. (1970). « Apollonius de Perge, » dans Dictionnaire biographique scientifique vol. 1, New York, fils de Charles Scribner, pp. 179-193. ISBN 0684101149.
  • Silvio Bergia, Giorgio et Giovanni Dragoni Gottardi, Dictionnaire biographique des scientifiques et des ingénieurs, Bologne, Zanichelli, 1999. ISBN 88-08-08852-9.
  • (FR) Reviel Netz, Apollonius (2), en Le classique Dictionnaire Oxford, 4e éd., Oxford University Press, 2012.
  • Roshdi Rashed, Helene Bellosta, Apollonius de Perge, la section des Droites des Rapports SELON: historique et Mathématique Commentaire, Édition et traduction du texte arabe (Scientia gréco- arabica) [ed bilingue.], Berlin, Walter de Gruyter. 2010 ISBN 3110186772

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Apollonius de Perge
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Apollonius de Perge

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR64800866 · LCCN: (FRn84003189 · SBN: IT \ ICCU \ MiLV \ 095618 · ISNI: (FR0000 0001 0905 1339 · GND: (DE11864548X · BNF: (FRcb12315308z (Date) · BAV: ADV12592272 · LCRE: cnp00397248