s
19 708 Pages

Aminte (en grec ancien: Αμύντης, Amyntes; IIe siècle avant J.-C. - I siècle avant JC) Ce fut un homme de lettres et poète grec ancien.

biographie

De Aminte (ou Aminta, si l'on accepte la forme la plus attestée du nom) vous ne savez pas quoi que ce soit.
Le nom fait référence à la région du Péloponnèse, peut-être arcade, bien attesté Macédoine comme le nom des différents souverains.
Les dates de son histoire conjecturale proviennent d'un papyrus de Oxyrhynchus[1], daté de Grenfell et Hunt[2] âge et augustéenne le fait que son épigramme sur la destruction de Sparte, par Philopoemen, en 188 BC
Le fait que, dans le papyrus, Aminte est associée à Léonidas de Tarente et Antipater de Sidon, imitant, conduisant à situer son travail dans la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère, sans toutefois exclure le début du siècle prochain.

Epigrammi

De ne pas rester Aminte que - en dehors d'un couplet manifestement incomplet - Deux épigrammes, stockés dans un frustule antologico epigrammatico dans lequel sont inclus la fin d'une composition de Léonidas[3] et l'un des qu'Antipater[4]. Vous pensez peut-être, avec l'éditeur le plus récent, l'auteur de l'anthologie a été le même Aminte[5].
La première épigramme[6] epitimbio est un dialogue de jeunes Praxo Samo, qui parle de l'auteur grave, ce qui explique, dans une brève question et la réponse, être morte en donnant naissance à un deuxième enfant, après les petits Callitele trois ans, est mort à l'âge de 22 ans, a été enterré par le mari Théocrite.
Le deuxième epigram[7] parle, comme mentionné, la destruction de Sparte par la Achéens en 188, avec une langue bâclée et en même temps, bavard, qui trahit l'imitation d'un texte précédent[8].
Si, comme mentionné, il Aminte était lui-même le compilateur de l'anthologie, au-delà de son très peu de mérite littéraire[9], ses paroles mettent en lumière à part la circulation des autres anthologies couronne de Meleagro à la fin de la période hellénistique.

notes

  1. ^ Catal. Lit. Papyrus. Br. Musée, n. 61.
  2. ^ réponse à P.Oxy 662.
  3. ^ AP VII, 163.
  4. ^ AP VII, 164.
  5. ^ Voir. Aussi E. Degani, le épigramme, en L'espace littéraire de la Grèce antique. I / 2, La production et la circulation du texte. hellénisme, édité par G. Cambiano-L. Camphor-D. Lanza, Rome, Salerne Editrice, 1993, p. 204.
  6. ^ D. L. page, D'autres épigrammes grecques, Cambridge, CUP, 1981, p. 6-8.
  7. ^ similaire à l'anonyme AP VII, 723.
  8. ^ D. L. page, D'autres épigrammes grecques, Cambridge, CUP, 1981, p. 8.
  9. ^ D. L. page, D'autres épigrammes grecques, Cambridge, CUP, 1981, p. 5, montre la pauvreté de la langue et images de Aminte.

bibliographie

  • S. L. Taran, L'art de la variation dans la hellénistique épigramme, Leiden, Brill, 1979.
  • D. L. page, D'autres épigrammes grecques, Cambridge, CUP, 1981, p. 5-10.

Articles connexes