s
19 708 Pages

Alciphron (en grec ancien: Ἀλκίφρων; La Syrie, le deuxième siècle après Jésus-Christ ? - ...) il était écrivain grec ancien, qui a probablement vécu dans la deuxième siècle.

biographie

Nous ne savons rien de sa vie. Certains chercheurs, comme La Croze et J. C. Wolf, j'ai placé dans Ve siècle; d'autres, après Stephan Bergler (1715), Ils l'ont placé dans la période Luciano di Samosata et Aristénète, -à-dire entre le 170 et 350;[1] d'autres encore croient plus tôt que Luciano. La seule circonstance qui peut donner un indice sur son histoire est la présence dans corpus Lettres Aristénète deux épîtres[2]. entre Luciano et Alciphron, qui pourrait indiquer que les deux écrivains étaient contemporains. Selon certains chercheurs, y compris Koch et le dernier Anderson, Alciphron serait à l'origine de la Syrie, selon certaines références dans ce pays inhérent aux lettres.

travaux

De lui sont 118 lettres, dans quatre livres, selon la classification donnée par Schepers en 1905, et des fragments de cinq autres, dont l'objet est de définir certains types d'hommes, décrivant leur pensée et de leur opinion sur des sujets qui leur sont familiers.
Les catégories de personnes choisies par Alciphron sont les pêcheurs, les agriculteurs, les parasites et les courtisanes, qui expriment leurs sentiments[3] Élégamment même lorsque les sujets sanglants ou obscènes sont couverts. Ainsi, les personnages fictifs de hausse Alciphron par rapport à leur réel correspondant, sans dépasser le manque de réalité.

Alciphron Tzetzes est défini par un « orateur », un professeur de rhétorique, alors que Eustace appelle un atticista, qu'un persécuteur d'un style archaïque qui a l'intention d'imiter les auteurs des Ve et IVe siècles avant notre ère, en particulier les historiens et les orateurs; mais il y a aussi des similitudes remarquables avec Dialogues de courtisanes lucianei: mais l'esprit dans lequel ils traitent leurs sujets est très différent, parce que l'intention lucianeo est surtout irrévérencieux et démystification, tout en alcifroneo, en commençant par des personnages réels et littéraires, tend à modifier et à réinventer les textes dont elle tire [4]; à la fois, cependant, ils prennent leur inspiration dans les mêmes sources et tentent de leur perfection du style grenier.

La première édition des lettres est à Alciphron Aldo Manuzio (Venise 1499). Cette édition, cependant, ne contient que des lettres dans les éditions modernes constituent les deux premiers livres. D'autres soixante-douze lettres, des manuscrits de Vienne et du Vatican, ont été ajoutés en 1715 par Bergler dans son édition (avec des notes et traduction latine) pour constituer le troisième livre. Deux autres fragments de lettres et cinq autres ont été ajoutés dans l'édition de J. A. Wagner[5].

notes

  1. ^ Mais il faut se rappeler que Aristénète est un écrivain de la fin du Ve siècle
  2. ^ Le 5 et 22.
  3. ^ Voir. R. G. Ussher, Lettre d'amour, roman, et Alciphron « Chion, dans "Hermathena", n. 143 (1987), pp. 99-106.
  4. ^ M. Funke, La sexualité et le genre dans les lettres de Alciphron de courtisanes, Université de la Colombie-Britannique, 2008.
  5. ^ Leipzig 1715.

bibliographie

  • princeps editio, Venezia 1499.
  • Alciphronis epistolae, g. et de latitude. recensuit, emendavit, ac notis la version S. illustravit Bergler, Lipsiae, 1715.
  • Alciphronis epistolae, cum commentaire Bergleri intact, ce qui aliorum criticorum et suas Notationes, versionem emendatam indiculumque adiecit J. A. Wagner, Lipsiae 1798.
  • Alciphronis epistolae, recensuit cum Bergleri Integris, Meinekii, wagneri, aliorum Selectis, suisque annotationibus edidit, indices adiecit E. E. Seiler, Lipsiae 1853.
  • Alciphronis epistolae Traduit du grec avec annotations, par T. Monro et W. Beloe.
  • Alciphron, Lettres grecques, en français par traduites J. Richard, Avec des notes critiques Historiques ET, Amsterdam, 1785.
  • Alciphron, Lettres grecques. en Français traduites, par S. de Rouville, Paris, 1874.
  • Alciphron, Briefe, aus dem griechischen übersetzt von J. F. Herel, Altenburg, 1767.
  • Lettres de Alciphron, traduit du grec pour F. Negri, Milan, 1806.
  • E. Schepers, « Alciphronis Epistulae, Stuttgart, 1905. (essai critique)
  • A. R. Benner, F.H. Fobes, Les lettres de Alciphron, Elien, et Philostrate, Loeb Classical Library, Cambridge, Mass. - Londres, 1949 (texte grec et traduction en anglais).
  • Alciphron, Les lettres de parasites et courtisanes, par Elisa Oddone Avezzù et Longo, Venezia, Marsilio (texte grec et traduction italienne du livre troisième et quatrième, essais d'introduction par les rédacteurs en chef)
  • Alciphron, Philostrate de Lemnos, Aristénète, Love Letters, édité par F. et G. Conca Zanetto, Milano 2005 ISBN 88-17-00612-2

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Alciphron

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR263123344 · LCCN: (FRn85017784 · ISNI: (FR0000 0001 1874 6263 · GND: (DE118644459 · BNF: (FRcb13092579k (Date) · BAV: ADV11353696 · LCRE: cnp00397214

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez