19 708 Pages

Les coordonnées: 38 ° 35'30 « N 22 ° 54'55 « E/38.591667 22.915278 ° N ° E38.591667; 22.915278

Hyampolis (en grec ancien: Ὑάμπολις, Hyampolis) Ce fut une ville de Fokida dans 'Grèce antique. Certaines sources anciennes indiquent que la ville était tout simplement appelé Hya.[1]

histoire

Hyampolis était dans une vallée Phocide est, à environ huit kilomètres Abe, au nord-ouest de Orcomeno et au sud-ouest de Atalanti. est mentionné dans la ville 'Iliad de Homère (Catalogue des navires).[2] À ce jour, elle a laissé un mur de IV siècle avant JC et d'autres vestiges. William Martin Leake au XIXe siècle, il décrit le site archéologique comme suit:[3]

(FR)

« Le circuit entier des fortifications est traçable, mais ils sont le plus complet sur le côté ouest. La maçonnerie est du troisième ordre, presque à l'approche du genre le plus régulier. La circonférence est d'environ trois quarts d'un mile. La distance directe à cette ruine du sommet de Abae n'est pas plus d'un mile et demi dans une direction nord-ouest. Ci-dessous Vogdháni, sur le côté d'une rive escarpée qui tombe dans la vallée de Khúbavo, une fontaine sortant de la roche est évacué par deux becs verseurs dans un réservoir en pierre de construction ancienne, qui se tient probablement à sa place d'origine. »

(IT)

« Tout le périmètre des fortifications est traçable, mais sont plus complètes sur le côté ouest. Maçonnerie est le troisième ordre, l'approche généralement plus régulière. La circonférence est d'environ 1 200 mètres. La distance de ces ruines du sommet du mont Abe n'est pas plus de 2500 mètres dans le nord-ouest. Sous Vogdháni, sur le côté d'une rive escarpée qui descend vers la vallée de Khúbavo, une fontaine qui jaillit de la roche est déchargé à travers deux buses, dans un immeuble de réservoir de pierres anciennes, qui est probablement à sa place d'origine. »

(William Martin Leake)

Dans la tradition ancienne, il est dit que la ville a été fondée par Hyas après son expulsion de Viotia.[4] encore un scholie sur Oreste de Euripide mentionne IAMO, fils de lycorus, comment eponym fondateur de Hyampolis.[5]

Hyampolis était situé près de la route principale du nord, est allé la Grèce Veso centrale,[6] à l'entrée de la vallée qui forme une transition douce entre Locri, Fokida et Viotia. Par conséquent, la ville était d'une importance stratégique et a été souvent cité dans les ouvrages d'histoire militaire.

En 480 avant JC, au cours de la guerres médiques, la ville a été détruite par l'armée Serse.[7] en 395 BC, la beozi assiégea la ville, mais ils ne pouvaient pas piller. En 371 avant JC, Jason, tyran de Fere, Il a détruit la ville basse non protégé (parfois identifié avec le village de Cléon), alors qu'il rentrait de Béotie après Bataille de Leuctres.[8] En 346 avant JC la ville a subi une autre attaque, cette fois aux mains de Philippe de Macédoine, qui a détruit; Pausanias dit que les ruines agora, un petit bâtiment utilisé comme une séance à huis clos, et le théâtre étaient encore visibles dans son temps, ayant survécu à la destruction de Philippe.[9] Des fouilles archéologiques effectuées au début de XX siècle Ils ont rendu impossible de trouver quoi que ce soit.[10] Après la reconstruction, la ville a été reconquise en 198 avant JC de Tito Quinzio Flaminius[11] et il est tombé sous la domination Rome. Adriano avait construit une stoa dans la ville;[9] l'empereur Settimio Severo Il est mentionné dans l'inscription locale. Pausanias fait observer que le seul puits de la ville était la seule source d'eau douce pour les citoyens à moins qu'ils ont été incapables de recueillir l'eau de pluie.[9] On dit que cette fosse était une grande citerne hellénistique découvert sur le site.[12]

Cinq kilomètres au nord de Hyampolis près Kalapodi, les ruines ont été trouvés d'un sanctuaire dédié à Artemis Elaphebolos.[13] Artemis Elaphebolos était la déesse principale de la région et a été célébrée avec Elafebolie. Sur la base des inscriptions sur les offres votives, les structures les plus anciennes du sanctuaire peuvent être datés période géométrique. En 575/550 avant notre ère, a été reconstruit le temple style classique et en 426 BC Il a été endommagé par un tremblement de terre. Les dommages ont été réparés à la fin du siècle.

La ville était peuplée et le sanctuaire utilisé depuis les jours de 'Empire romain. Près du sanctuaire a été trouvé un lieu d'inhumation de la période byzantin.

notes

  1. ^ Strabon, géographie, 9. 3. 15; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 16. 56. 1
  2. ^ Iliad 2. 521
  3. ^ Voyages en Grèce du Nord (1835), vol. 2, pp. 167 et suivantes, comme dans Smith, vol. 1 p. 1099
  4. ^ Strabon, géographie, 9. 2. 3; 9. 3. 15
  5. ^ Scolie de Euripide, Oreste, 1094
  6. ^ Pausanias, Description de la Grèce 10. 35. 5: sur la route de Orchomenus et Opus. Cf. Strabon. 9. 2. 42
  7. ^ Hérodote, histoires, 8. 33
  8. ^ Xénophon, Helléniques, 6. 4. 27
  9. ^ à b c Paus. 10. 35. 6
  10. ^ Realencyclopädie, art. 19-20
  11. ^ Tito Livio, Ab Urbe livres chevronnés, 32. 18
  12. ^ Realencyclopädie, p. 20, se référant à Leake, Grèce du Nord 169, voir actions ci-dessus.
  13. ^ Le temple est mentionné dans Pausanias. 10. 35. 7.

bibliographie

  • (DE) Felix Bölte: Hyampolis. dans: Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft (RE). vol. IX, 1, Stuttgart 1914, le colonel 17-22.
  • (DE) Ernst Meyer: Hyampolis. dans: Der Kleine Pauly (KLP). Vol. 2, Stuttgart 1967, col. 1255 f.
  • C. R. S. Felsch: Kalapodi. Bericht über die im Grabungen Heiligtum der Artemis Elaphebolos und von des Apollon Hyampolis. dans: Archäologischer Anzeiger 1987 S. 26/01.
  • C. R. S. Felsch: Kalapodi. Ergebnisse der im Ausgrabungen Heiligtum der Artemis und von der des Apollon Hyampolis dans antiken I Phokis. Mayence en 1996.


fiber_smart_record Activités Wiki:
Aidez-nous à améliorer Wikipedia!
aller