s
19 708 Pages

la Bureau des Finances (Lett. Bureau des Finances) Il était d'ordre financier un gouvernement régional français pendant 'Ancien Régime. Il a subi de nombreux changements dans sa structure entre la 1577 et 1789.

Les finances Bureau des ont été créés après la réunion du bureau Trésorier de la France et Général des finances un nouveau bureau Trésorier Général de France. Alors que l'administration précédente a gardé la différence entre finances ordinaire, les rentes foncières, gérées par Camerlenghi, et la finance d'entreprise, les recettes fiscales, gérées par Finances générales, la bureaux Finance (Boureau), a couru tout le roi est entré en district territorial large appelé Généralité.

A l'origine les bureaux des Finances ont été composées de cinq trésoriers généraux de France, mais le nombre de ceux-ci est en constante augmentation. Il a également créé le poste de président du Bureau. la Bureau des finances Ils sont supprimés entre la 1598 et 1608 mais le Camerlenghi général de la France se sont opposés à cette mesure et, éventuellement, obtenir une correction du Bureau des Finances.

Les fonctions des bureaux de financement pourraient être répartis en trois domaines: la gestion financière, la gestion des biens d'Etat de l'Etat et la gestion du réseau routier. Il a été ajouté dans 1627 une fonction judiciaire.

Allocations fiscales

Le rôle des bureaux finances des n'a pas été le même dans les différentes circonscriptions territoriales (GENERALITE). Dans le pays d'élection réglementé la charge fiscale et des exonérations fiscales; dans le pays d'états ces fonctions ont été exercées par l'État. Bureaux ran impôts créé en Moyen âge, en particulier le Taille, dont ils ont assuré la rupture des Pays d'élection, mais aussi ses suppléments Taillon et Crues. Ils avaient l'expertise des impôts indirects, gabelle, aides et Traites.

Dans ce cadre, les bureaux des finances avaient autorité sur le pays d'élection, les publicains et les entrepôts de sel.

à partir de 1630, Ils sont remplacés dans ces fonctions par intendants, qui de plus en plus ils ont tendance à monopoliser la répartition des impôts.

Fonctions de biens de l'Etat

Les bureaux des finances devaient assurer la gestion des domaines royaux, les marchandises corporel, propriété, incorporel », les frais facturés par le roi comme Seigneur. À cette fin, le bureau des Finances, puis a procédé à la conservation des bâtiments appartenant au roi, a fait labourer la terre, aurait représenté pour les exploitations agricoles, a reçu les hommages (Hommages) Et reconnaissances vassaux du roi (Aveux) Ainsi élevant les droits en raison du Roi comme Seigneur (droit d'Aubaine, bâtardise de droit, droit de régale) (droits sur les contrats, les droits d'auteur, les droits évêchés).

Dans ce cadre, les bureaux finances des avaient l'autorité huissier et Siniscalchi.

Les fonctions dans le domaine de la gestion des biens de l'Etat restent celles des bureaux des finances jusqu'à la fin de la monarchie.

Les droits sur les transports

La principale gestion des routes a toujours été fonction des huissiers de justice, mais les Trésoriers de France reçu en 1508. Les bureaux des finances recouvrées cette fonction, ce qui leur a pris entre 1599 et 1626 de Grand voyer de France. À partir de 1669 l'administration du trafic passe all'Intendant.

Fonctions dans le domaine de la justice

en 1627 le Bureau de récupérer l'expertise sur les litiges concernant huissier de justice et Siniscalco sur les propriétés et sur le réseau routier.

A cet effet, les bureaux d'avocat du roi et le procureur du roi ont été créés dans chaque bureau. La compétence en appel (en fin de compte) des finances Boureau des affaires a été limitée à 250 sous la livre capital et 10 rente livre. La Cour d'appel a été Parlement français.

bibliographie

  • (FR) Bluche, François. L'Ancien Régime: Institutions et société. Collection: Livre de Poche. Paris: Editions de Fallois, 1993. ISBN 2-253-06423-8
  • (FR) Salmon, J.H.M. Société en crise: France au XVIe siècle. Methuen: London, 1975. ISBN 0-416-73050-7
  • (FR) Bernard Barbiche, Les Institutions de La monarchies française à l'Époque moderne, Paris: PUF, collection "Premier cycle", 1999.
  • (FR) Daniel Dessert, Argent, Pouvoir et société au grand siècle, Paris: Fayard, 1984.
  • (FR) Ariette Jouanna, Philippe Hamon, Dominique Biloghi, Guy Le Thiec, "Finances" La France de la Renaissance: Histoire et Dictionnaire, Paris: Laffont, 2001.

Articles connexes