s
19 708 Pages

la broches Ils sont spéciaux mécanorécepteurs qui sont situés à l'intérieur muscles striés du corps humain, disposé en parallèle et étroitement associé avec les fibres de la muscle dans lequel ils se trouvent.

anatomie

neuromusculaire temps
La broche de muscle est constitué par une partie centrale non contractile, dans lequel envelopper les terminaisons afférentes sensibles IA et deux extrémités contractiles, dans lesquels amènent les fibres efférentes de la tête de motoneurones gamma (γ).

Broche de muscle est formé par une capsule munie d'une lame basale et aplatie cellules perinevriali. Une telle capsule est en contact extérieurement avec l'endomysium, qui entoure les fibres de extrafusales, periassiale possède intérieurement un espace contenant un fluide dense qui à son tour entoure les fibres intrafusales, généralement une dizaine de fusion. Chaque broche de muscle est composée d'une région équatoriale centrale non striée et non contractile et deux régions polaires périphériques et contractile, comprenant des muscles striés. Le nombre de broches musculaires dans chaque muscle varie en fonction de la nécessité d'une plus ou moins la fin du contrôle de mouvement musculaire et est donc plus dans les muscles phasiques par rapport à ces fortifiants.

Les fibres intrafusales peuvent être de deux types:

  • Les fibres de la chaîne nucléaire, mince et court, ils possèdent des noyaux disposés en une rangée unique et centrale alignée longitudinalement par rapport à la fibre.
  • fibres de sacs nucléaires, ainsi nommé pour le gonflement caractéristique dans la région équatoriale, elles sont plus épaisses que les fibres de chaîne et nucléaires sont constitués d'un grand nombre de noyaux placés dans cette même région. Ce type de fibres intrafusales peut être en outre divisée en fibres dynamiques et statiques.

Les fuseaux neuromusculaires sont contrôlés par le système nerveux au moyen de terminaisons qui peuvent être sensibles (afférentes), ou un disque (efférents).

  • Le innervation afférences (à système nerveux central - avec des informations sur l'état de contraction, etc étirement des fibres musculaires), il est constitué par les terminaisons terminaisons primaires et secondaires. Les terminaisons nerveuses primaires sont des fibres de type Ia, un grand diamètre et course à grande vitesse. Ces fibres forment des terminaisons anulo-spirales qui enveloppent les fibres intrafusales (des deux types) au niveau de la région équatoriale et dans la zone de transition entre ce dernier et les régions polaires, puis percent la capsule et sortant de la broche de muscle. Les terminaisons secondaires (fleuri) sont des fibres nerveuses de type II, la vitesse moyenne et la conduction égale à la moitié du diamètre moyen par rapport à Ia. Ils sont appelés « fleuri » parce que, dans la zone de transition entre la zone équatoriale et les régions polaires présentent de nombreux arborisation, plus nombreux sur les fibres de chaîne nucléaires, rares sur ceux sac nucléaire. Sur la membrane des deux types de terminaisons afférentes y sont ancrées au cytosquelette des canaux ioniques qui ouvrent en outre à dipanazione de anulo-spirales terminaisons qui se produit avec l'allongement du muscle, puisque l'axe de muscle est placé en parallèle à elle.
  • Efférent innervation (de système nerveux central la contraction des fibres de intrafusales contractile) est assurée par de petits neurones moteurs de γ qui ont leurs propres noyaux dans la corne antérieure de la moelle épinière et des noyaux moteurs des nerfs crâniens. Les terminaisons de ces neurones moteurs conduiront à des régions polaires de la broche de muscle sur les deux fibres de chaîne qui forme de sac nucléaire et ici plaques neuromusculaires.

Ces fibres transmettent des impulsions au temps moelle épinière et cerveau pour les informer de la longueur des muscles et donc la position du corps dans l'espace. Par exemple, si vous vous déplacez dans tout le corps avec vos yeux fermés, vous pouvez toujours savoir quelle position est supposée, et cela est dû aux broches musculaires et d'autres récepteurs proprioceptive.

physiologie

  • L 'allongement muscle détermine l'étirement de la neuro-musculaire en fusion contenue, à son tour, détermine avant l'élargissement de l'espace entre les spirales anulo terminaisons (fibres Ia) et ensuite, si l'allongement persiste, l'étirement des terminaisons fiorame (fibres II) qui se traduit par une augmentation de leur taux de mise à feu, qui est, la fréquence des potentiels d'action générés. La fréquence de décharge est proportionnelle à la vitesse d'allongement des muscles et est maintenue supérieure à celle des conditions de repos, même lorsque l'allongement est mis fin mais le muscle se trouve à une longueur supérieure à la normale, mais inférieure à celle enregistrée durant la phase d'élongation ; dans ce cas, la broche de muscle se comporte comme un récepteur pour ralentir l'adaptation (tonique). La fréquence de décharge est temporairement interrompue pendant le raccourcissement musculaire et retourne à des niveaux de repos lorsque la longueur du muscle est revenu à la normale. La pause est attribuable à l'inactivation des canaux ioniques de la membrane neuromusculaire fondu. La sensibilité d'un dixième de millimètre. La traction sur la zone équatoriale du lieux neuromusculaire et actives fondues iuxtaequatoriale sur les canaux ioniques des membranes terminaisons nerveuses afférentes, ce qui conduit à une dépolarisation de la membrane et l'excitation de la fibre nerveuse. Dans des conditions de repos, il y a un téléchargement en raison all'innervazione efférente par gamma motoneurones, qui peuvent être de type statique ou dynamique. De même aussi les fibres de sacs nucléaires innervés par différentes fibres de type II peuvent être de type dynamique (variations d'enregistrement dans la longueur du muscle) ou statique (enregistrement de la longueur absolue du muscle à la normale).
  • L 'raccourcissement passif de muscle actif α neurones moteurs et détermine un dégonflage de la neuro-musculaire fondu et par conséquent une rupture de la fréquence de décharge des fibres afférentes résultant dans l'approche de anulo-spirales terminaisons. Au niveau moléculaire, les canaux de la membrane des fibres afférentes sont fermés et il est hyperpolarisées, inhibant d'autres rejets et de faire une pause d'enregistrement.
  • la contraction active muscle détermine l'activation des neurones moteur a et motoneurones gamma (qui ont un seuil d'activation élevé en raison du diamètre plus faible et donc d'une plus grande résistance). Ce dernier maintenir une certaine tension sur la région équatoriale de la neuro-musculaire en fusion, tandis que les régions polaires sont contractées de cette manière les fibres intrafusales extrafusales compensent le raccourcissement des fibres et la distance entre les spires anulo terminaisons ne changent pas, ainsi que la fréquence de décharge .

Au niveau de la moelle épinière les neurones sensoriels forment synapses avec ces moteurs, par conséquent, lorsqu'il y a une augmentation des impulsions en provenance du muscle, du neurone moteur (ou motoneurone) Il est stimulé et envoie des impulsions excitateurs augmentation du tonus musculaire (réflexe étirement), Lorsqu'il y a une diminution de la fréquence des impulsions est inhibé et le neurone moteur envoie des impulsions d'inhibition qui diminuent le tonus musculaire, favorisant la relaxation. Pendant ce temps, les neurones sensoriels envoient également des informations au cerveau pour l'informer sur le positionnement du corps dans l'espace.

On peut donc conclure que la fusion neuromusculaire défend l'intégrité anatomique du muscle, le muscle en ajustant la longueur en tant que réponse réflexe à des stimuli externes ou « ordre » du système nerveux central, afin d'adapter la posture.

pathologie

la spasticité Il y a une augmentation pathologique du réflexe d'étirement, en raison de complications au niveau du système nerveux central, où elle est inférieure à une inhibition synaptique supérieure.

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez