s
19 708 Pages

L 'Androcée est l'appareil reproducteur mâle des fleurs, composé de plusieurs étamines, lequel ils ont comme fonction de génération de gamétophytes mâles ou granules de pollen, dont chacun se compose de deux parties: un « filament » mince appelé et l'autre, d'épaisseur, ladite "anthère« (Formé par 4 sacs de pollen et les microspores).

Lorsque le anthères produit le pollen et avorte ne parle pas de staminodi.

Les microsporangi sont délimitées et esotelio endothélium, à l'intérieur duquel se trouve le « tapis », dont les cellules mères sont les infirmières de pollen.

Lorsque les étamines sont gratuits l'androcée a dit dialistemone, alors que si elles sont toutes soudées l'androcée a dit gamostemone.

Androcée
Au premier plan, des pelotes de pollen étamines qui se forment dans le androceo complexe. La trifida partie dirigée vers le haut est à la place de la partie terminale de la gynécée.

la étamines, Par conséquent, ils sont des feuilles très modifiées formées à partir d'un pied qui correspond à réceptacle Fleur, appelé filament, et une partie distale appelée anthère. Le filament est la partie stérile du étamine, peut être très longue, courte ou manquant, dans ce cas, les anthères sont dits sessiles. En général, il est filiformes, cependant, peut être grande, même petaloid et peuvent être fournis avec des appendices. L'anthère est la partie fertile de l'étamine et des semelles être constitué par deux parties distinctives, contiguës, les appels écrins, reliées par une zone de ladite conjonctif, qui est également où le anthères rejoint le filament. En général, il est formé de deux cercueils, ou parfois par un comme dans mauve et Cannaceae ou par trois dans le cas de Megatritheca (Sterculiacées). Si vous dissèque les anthères perpendiculairement le long de son axe, on observe que chaque anthères contient un ou deux sacs de pollen qui se prolongent sur toute la longueur.[1][2]

Après la maturation des grains de pollen sont produits dans la soi-disant déhiscenter, à savoir l'ouverture du anthères à partir de laquelle sera publié le pollen. Le tissu responsable est appelé endotecio. Si l'ouverture est réalisée sur toute la longueur de la cloison qui sépare les sacs de pollen, déhiscence se produit dans la direction longitudinale, ce qui est le cas le plus fréquent. Dans d'autres cas, le endotecio vient de localiser puis dans des zones limitées qui sont élevés comme des vannes ou volets: dans déhiscence poricida (comme dans solanacées) Là où il y a endotecio, il doit se produire la destruction du tissu au sommet du anthères, formant ainsi les pores dont seront diffusées le pollen.[1]

Androcée
Schéma d'un 'anthère dans une section transversale. 1: filament; 2: Teca; 3: conjonctif (conducteurs vases en rouge); 4: le pollen Sacco (aussi appelé sporangio).

Le nombre de étamines dans chaque fleur est un caractère très variable. Certaines espèces de la famille des Euphorbiaceae ont des fleurs avec une étamine (soi-disant monandri), Le Huile portant au lieu que deux (fleurs étamines diandri), Alors que dans myrtaceae il existe de nombreux (et, par conséquent dit Poliandri). Le nombre de étamines peut être égal ou non au nombre de pétales. Ainsi, il est dit que la fleur est isostemone (ou aplostemone) Si elle a le même nombre de pétales et étamines (comme on peut observer dans Liliacées et Amarillidacee); anisostemone si elle est différente par rapport à la quantité d'étamines des pétales (par exemple, dans le genre brassicacées, Il y a quatre pétales et étamines 6); diplostemone, lorsque le nombre d'étamines est deux fois le montant des pétales (le genre kalanchoe, par exemple, il a quatre pétales et huit étamines) et polistemone lorsque le nombre d'étamines est plus du double des pétales (comme dans Poncirus, avec cinq pétales et de nombreuses étamines).[3]

Androcée
Lilium longiflorum. 1. La stigmatisation, 2. Stilo, 3. étamine, 4. Filament, 5. tépale.

L'agencement hélicoïdal de nombreuses étamines est l'état primitif de la division des angiospermes, à laquelle elle se fixe polyandrie primaire. La réduction du nombre de (oligomérisation étamines) et la tendance à la condition verticillata Cyclique était une tendance à l'évolution dans le contexte des angiospermes; d'abord par la formation de différents cycles de Étamines, puis deux (diplostemonia) Et, enfin, un seul (aplostemonia). Néanmoins, n'est pas rare dans certaines lignées de angiospermes que le nombre d'augmentations de stamens (polyandrie secondaire), Un phénomène qui est observé chez les espèces qui offrent leurs insectes pollinisateurs une quantité de pollen de manière spéciale grande.[2] Plusieurs fois, les fleurs ont un périanthe réduits et les étamines sont longues et voyantes. Dans ces cas, l'attraction des pollinisateurs la fonction effectue le androceo. Ce type de fleur est habituellement prêt à inflorescences qui, par leur forme, semblent brosses (CEPILLOS) Ou tuyau de nettoyage (limpiatubos), Comme par exemple dans certaines légumineuses (Inga uruguensis et Acacia Caven) Et myrtaceae (Callistemon rigidus).[1]

Les staminodi sont stériles qui apparaissent étamines normalement dans certaines fleurs. Leur fonction est variée et peut avoir à voir avec la production de nectar ou la fonctionnalité attrayante qui ont généralement pétales.[2]

notes

  1. ^ à b c (ES) González, A.M, Androcée, sur Morphologie des plantes vasculaires, Argentine, Universidad Nacional del Nordeste. Consulté le 14 Avril, 2009.
  2. ^ à b c Valla, J.J. 2005. Botanique: la morphologie des plantes supérieures. Buenos Aires, l'hémisphère sud. ISBN 950-504-378-3
  3. ^ (ES) González, A. M., Androceo, nombre d'étamines, sur Morphologie des plantes vasculaires, Argentine, Universidad Nacional del Nordeste. Consulté le 14 Avril, 2009.

D'autres projets