s
19 708 Pages

Ocelles (spider)
dans les araignées salticidi la paire médiane centrale de ocelles est très vif; la paire extérieure agit en tant que sous-vue, ainsi que les deux paires d'yeux restent positionnés sur les côtés et le dessus de la tête.

la ocelles de araignées sont les organismes responsables de la vision. Dans la plupart des espèces sont présentes en nombre de huit, dans certains six. Le dispositif varie en fonction de la famille ou genre membres, de manière à être aussi indice utile à la détermination de l'espèce.

Les ocelles sont l'un des trois types d'organes sensoriels dont sont équipés les arachnides en général et la araignées en particulier. avec tricobotrii, sorte de mécanorécepteurs qui perçoivent l'air et aux mouvements organes sensoriels fente, former l'interface de la perception araignée au monde extérieur[1].

ocelles Structure

Les ocelles d'araignées sont composés de cellules rétiniennes, dont chacune a une lentille commune. La forme de dell'ocello ressemble à une coupe assez avec la concavité tournée vers l'environnement extérieur. La première couche, à partir de l'extérieur est composé de cellules pigmentées, qui enveloppe une forme semblable couche de cellules photoréceptrices vrai que, pour son fonctionnement, prend le nom de rétine. La couche pigmentée de cette structure particulière permet l'araignée perçoit pas la lumière sinon la direction précise dans laquelle la concavité de la coupe et de comprendre dans quelle direction provient de la source lumineuse ou une menace possible est adressée[2].

Au sein de ces deux couches, à l'origine provenant de derme de la même araignée, il y a un tissu épaissie cuticulaire qui a la fonction de lentille. Par rapport à d'autres arthropodes, le grand nombre de cellules de la rétine présents dans ocelles des araignées, rend capable d'élaborer également une assez claire de leur environnement[2].

Dans certaines familles d'araignées, les yeux latéraux sont munis d'une couche réfléchissante de pigment, dit tapetum, commun à beaucoup d'autres animaux qui ont besoin une bonne vision nocturne[2].

Fonction et les propriétés des ocelles

Dans les araignées qui se nourrissent accroupis dans leur toile d'araignée ces ocelles sont constitués par des lentilles simples seulement capables d'identifier la direction d'arrivée de la lumière en utilisant l'ombre projetée par les murs dans les mêmes ocelles.[3] Dans les araignées de chasse actifs, cependant, l'acuité visuelle se développe énormément pour leur permettre de bien voir la proie et non laisser passer, ou de repérer un danger dans le temps.

L'acuité visuelle de ces ocelles est seulement 5 fois plus faible que celle de l'être humain, qui possède un système optique beaucoup plus complexe, et plus de 10 fois supérieur à celui de libellules que, parmi les insectes, sont ceux de la meilleure vue.[4]

La notation scientifique

Ocelles (spider)
Disposition des ocelles, très claires et limitées, la inclusum cheiracanthium, araignée de la famille miturgidae

Une première division des yeux en fonction de leur fonction a distinguer yeux directs, à savoir ceux avec des cellules photoréceptrices suffisantes pour traiter une image ou au moins immédiatement orienter vers la source lumineuse, par yeux indirects, plus ferme, seulement capable de réfléchir, par l'intermédiaire tapetum, la lumière perçue vers les récepteurs[2].

Afin de décrire correctement motif oeil araignées, à savoir leur disposition et leur emplacement exact sur la céphalique Pars cefalotorace araignées en utilisant une notation précise:

  • en général, il se distingue par:
    • AER - avant adjoints Eyeline à la vue de face, se composant de deux yeux directs médiane et deux yeux latéraux indirects (photo à gauche, est représenté par la ligne supérieure des quatre yeux)
    • À - deuxième ligne des yeux adjoints à la vue de face, de dessus et de côté, se compose de deux yeux médians deux directs et indirects yeux latéraux (représentés ici vers la gauche, est représenté par la ligne inférieure des quatre yeux)
    • MOQ ou Les yeux médians - sont les quatre yeux centraux d'une plus grande acuité visuelle dans l'image (la composition de la place centrale de l'ensemble du diagramme de l'oeil); composer une quadrangulaire dont les mesures peuvent être décrites comme suit:
      • MOQ-AW - Vue de face du quadrilatéral oeil central
      • MOQ-PW - Vue arrière de l'oeil central quadrilatéral
      • MOQ-L - Longueur du quadrilatéral oeil central[5].
    • Les yeux latéraux - sont les quatre yeux latéraux de l'acuité visuelle moindre (de l'image sont les groupes de deux yeux placés sur les côtés des yeux médians)
  • au niveau individuel, nous distinguerons à la place des yeux:
    • ALE - antérieurs yeux latéraux (dans l'image, la première et la quatrième ligne du haut)
    • AME - antérieurs yeux médians (photo, deuxième et troisième dans la ligne du haut)
    • PLE - postérieur yeux latéraux (dans l'image, la première et la quatrième de la ligne du bas)
    • PME - yeux médian postérieur (photo, deuxième et troisième de la ligne du bas)[6]

Cette classification permet de mettre en relation les uns aux autres les diamètres des yeux individuels, un autre critère utile pour distinguer l'taxonomique genre dans un famille pour, ces petits animaux comme celui-ci: AME: ALE: PME: PLE, 9: 14: 10: 8 (Les mesures, placées de façon par convention, ne peuvent pas indiquer des mesures réelles, mais de simples relations proportionnelles),

D'autres traits distinctifs, toujours utile pour la classification taxonomique, sont la distance interoculaire, désignée comme suit: ALE-AME 0,02, AME AME-0.16, PLE-PME 0,23, etc. (Par convention, les mesures sont généralement exprimées en millimètres)[6]

A titre d'exemple, il est ici rapporté un tableau récapitulatif des principaux paramètres oculaires de l'araignée anyphaena Leechi, appartenant à la famille anyphaenidae [7] :

yeux mâle femelle
AME 0,06 [8] 0,06
ALE 0,10 [8] 0,10
PME 0,10 [8] 0,09
PLE 0.11 [8] 0,12
AME-AME[9] 0,08[8] 0.11
AME-ALE 0,04 0,05
PME-PME 0,17 0,18
PME-PLE 0,12 0,12
ALE-PLE 0,08 0,09
MOQ-L[10] 0,36[8] 0,39
MOQ-AW 0,21 0,22
MOQ-PW 0,36 0,36

notes

  1. ^ Ruppert Fox et Barnes 2007,  pp. 623-624
  2. ^ à b c Ruppert Fox et Barnes 2007, p.594
  3. ^ Ruppert Fox et Barnes 2007, pp. 578-580
  4. ^ Harland, D.P., et Jackson, R.R., « Chats à huit pattes » et comment ils voient - un examen des recherches récentes sur les araignées sauteuses (Araneae, Salticidae), en Cimbébasie, vol. 16, 2000, pp. 231-240.
  5. ^ Barrion et Litsinger 1995, p. 3
  6. ^ à b dessin explicatif des ocelles de notation scientifique des araignées
  7. ^ De nouvelles espèces et les dossiers du groupe celer anyphaena au Mexique (Araneae, anyphaenidae)
  8. ^ à b c et fa les mesures décrites ici sont en millimètres
  9. ^ distances interoculaires
  10. ^ paramètres oculaires du quadrilatère central

bibliographie

  • Edward E. Ruppert, Richard S. Fox et Robert D. Barnes, Zoologie des invertébrés, 4e éd., Padova, Piccin Nuova Libraria 2007.
  • (FR) HV Barrion et J. A. Litsinger, Riceland Araignées du Sud et Asie du Sud, Wallingford (Royaume-Uni) Manille (Philippines, C.A.B. internationale International Rice Research Institute, 1995.

Articles connexes

  • Eyespot

liens externes