s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
eunotosaurus
eunotosaurus africanus.jpg
reconstitution eunotosaurus africanus.
état de conservation
fossile
classification scientifique
domaine Eucaryotes
uni Animalia
phylum chordata
classe Sauropsida
sous-classe diapsides
famille Eunotosauridae
sexe eunotosaurus
espèce E. africanus

L 'eunotosauro (eunotosaurus africanus) Il est reptile éteinte, appartenant à la anapsidi. Il vivait dans permien moyen (Capitanien, il y a environ 265-260000000 ans) et leurs restes fossiles ont été trouvés dans Afrique du Sud. un ancêtre possible a longtemps été considéré comme tortues.

description

Cet animal est connu pour de nombreux fossiles qui nous permettent de reconstituer l'apparence. eunotosaurus devait avoir un cage thoracique semi-rigide, similaire à celle des tortues, et il est supposé qu'il devrait se déplacer comme ses analogues actuels. la côtes Ils étaient très larges et plats, et toucher l'autre pour former de grandes plaques similaires à carapace une tortue. D'autres similitudes comprennent le nombre, la taille et la structure des vertèbres. la crâne de eunotosaurus, cependant, il était très différent de celui des tortues et ressemble à celle de anapsidi les reptiles les plus primitifs. L'animal entier, vivant, doit avoir une longueur d'environ 30 cm.

classification

eunotosaurus Il a été décrit pour la première fois 1892 sur la base fossile reste du Permien moyen de l'Afrique du Sud, mais il était seulement 1914 dont il a été proposé comme un ancêtre possible cheloni. Le zoologiste britannique D. M. S. Watson saluait eunotosaurus comme une forme de transition entre la cotylosaures (Maintenant connu sous le nom captorinidi) Et les tortues. Le savant a mis en relation avec eunotosaurus avec « Archichelone », un nom créé pour représenter un concept archaïque de la tortue, et a remarqué que les nervures eunotosaurus Ils étaient intermédiaires entre celles des tortues et celles d'autres tétrapodes. L ' "Archichelone" Watson possédait une ceinture pelvienne près de la colonne vertébrale et placée sous la carapace. Fossiles de eunotosaurus Ils ont montré que le bassin était en position normale pour tétrapodes, placé au-dessus des côtes plutôt que de l'autre (comme dans les tortues d'aujourd'hui).

eunotosaurus Il a été considéré comme l'ancêtre des tortues jusqu'à la fin des années 40. en 1956, dans son livre Ostéologie des reptiles, le paléontologue américain Alfred Sherwood Romer il a déclaré que eunotosaurus Il ne pouvait pas être inclus dans les tortues fondées sur des preuves fossiles. Romer classé eunotosaurus comme un reptile dans un anapside ordre en lui-même l'emplacement incertain.

eunotosaurus africanus
fossile eunotosaurus africanus

Plus d'un siècle après sa première description, eunotosaurus Il était connu pour dix spécimens, et le crâne était incompatible. Malgré le manque de matériel, ce reptile était bien décrit. Deux squelettes supplémentaires ont été trouvés dans le Karoo Supergroupe et décrits dans 1999; Ils sont maintenant logés dans le Bernard Price Institut de recherche paléontologique à Johannesburg. eunotosaurus, bien que relativement rare, il est assez courant pour être utilisée comme un marqueur biostratigraphique de: est présente dans la partie supérieure de la zone Tapinocephalus et dans toutes les parties de la zone suivante Pristerognathus.

eunotosaurus Il a été affecté à une famille séparée, Eunotosauridae, en 1954; parce qu'il était le seul représentant de cette famille, le terme est tombé en désuétude, et en 1969 a été placée dans le sous-ordre Captorhinomorpha en anapsidi. À l'heure actuelle Captorhinomorpha est inclus dans le eureptilia. En 2000, eunotosaurus Il a été placé dans clade parareptilia, séparé des tortues et cotylosaures. une analyse phylogénétique 2008 a mis en évidence le proche parent de eunotosaurus avec milleretta puis avec la famille millerettidae.

Une analyse de 2010 pour établir les origines des tortues (récemment considérées comme des reptiles diapsides sur la base des preuves génétiques et phylogénétique, et donc plus près de lézards, des crocodiles et des oiseaux à anapsidi) inclus eunotosaurus et de la tortue Trias plus proganochelys; selon cette étude, les tortues seraient tous les reptiles et les effets anapsidi eunotosaurus leur famille immédiate. De plus, l'étude identifie certaines caractéristiques qui unissent eunotosaurus et les tortues dans un clade, y compris les grandes nervures et en forme de T, dix vertèbres dorsales allongée, tubercules crâniens et un grand coffre. Le clade comprenant eunotosaurus et tortues a été appelée « Pan-Testudines ». Les tortues « vrais », comme la plus ancienne tortue Odontochelys, Ils ont une carapace lui-même.

autres cladogrammes au lieu de continuer à voir eunotosaurus un vrai anapside, loin du groupe tortues (Ruta et al., 2011):

parareptilia 
 Mesosauria 

Brazilosaurus sanpauloensis


Mesosaurus tenuidens


Stereosternum tumidum



eunotosaurus africanus


 millerettidae 

milleretta rubidgei


Broomia perplexa


"Millerosaurus" nuffieldi


Milleropsis pricei


millerosaurus ornatus






 procolophonomorpha 

Australothyris smithi


Microleter mckinzieorum


Ankyramorpha






bibliographie

  • Watson, D.M.S. (1914). « Eunotosaurus africanus Seeley et les ancêtres de la Chelonia ». Actes de la Société zoologique de Londres 11: 1011-1020.
  • Romer, A.S. (1956). Ostéologie des reptiles. Chicago: University of Chicago Press. p. 772. ISBN 0-89464-985-X.
  • Cox, C.B. (1969). « Le reptile Permien problématique eunotosaurus ». Bulletin du British Museum (Natural History), Série Géologie 18 (5): 167-196.
  • Rubidge, B.S;. Modesto, S;. Sidor, C.; et Welman, J. (1999). "Eunotosaurus africanus de l'ECCA-Beaufort contact dans la province du Cap Nord, Afrique du Sud - implications pour le développement du bassin du Karoo". South African Journal of Science 95: 553-555.
  • Modesto, S.P. (2000). « Eunotosaurus africanus et l'ascendance de Gondwana anapsida reptiles ». Palaeontologia Africana 36: 15-20.
  • Cisneros, J.C;. Rubidge, B.S;. Mason, R;. et Dube, C. (2008). « L'analyse des relations millerettid de parareptile à la lumière de nouveaux matériaux de Broomia perplexa Watson, 1914, du Permien de l'Afrique du Sud ». Journal of Paleontology Systematic 2008 (6): 453-462. doi: 10.1017 / S147720190800254X.
  • Lyson, T.R;. Bever, G.S;. Bhullar, B.-A.Ş;. Joyce, W.G;. et Gauthier, J. A. (2010). « Les fossiles de transition et l'origine des tortues ». Actes de la Royal Society B 6 (6): 830-3. doi: 10,1098 / rsbl.2010.0371.
  • Marcello Ruta, Juan C. Cisneros, Torsten Liebrecht, Johannes Müller et Linda Tsuji, A. (2011). « Amniotes par les grandes crises biologiques: le chiffre d'affaires faunistique entre parareptiles et l'extinction massive du Permien fin ». Paléontologie 54 (5): 1117-1137. doi: 10.1111 / j.1475-4983.2011.01051.x.