s
19 708 Pages

la les données sensibles, en droit italien, sont des données personnelles dont la collecte et le traitement sont tous deux soumis au consentement de l'autorisation préalable Garant de la protection des données personnelles.

Selon le Code sur la protection des données personnelles (Décret-loi. N. 196 /2003, art. 4), ils sont considérés comme des données sensibles révélant des données personnelles:

  • l'origine raciale et ethnicité,
  • condamnations religieux, philosophique ou autrement,
  • les vues politiques,
  • l'adhésion à les parties, syndicats, associations ou organisations religieux, philosophique, politique ou syndical,
  • le statut de santé et la vie sexuel.

Cette liste est considérée comme fermé, dans le sens où il est permis de procéder par analogie. Par exemple, il était clair que la condition sociale, les prestations sociales reçues, les qualifications, la formation et l'expérience professionnelle, la solvabilité du débiteur, la revenu perçue ou patrimoine[1] appartenant à l'extérieur du traitement des chutes sévère réservé aux données sensibles (mais sont encore protégées par Loi sur la protection).

la législateur lui-même, à l'article 27, a traité sévère même la données judiciaires.

En outre, l'article 17 prévoit la possibilité que la « Autorité pour la protection des données personnelles » modalité fixe de traitement spécifique dans d'autres cas non expressément couverts par le législateur la portée de la protection prévue pour les données sensibles, lorsque cela est nécessaire dans la raison il caractérisée par le traitement d'un risque spécifique aux droits et aux libertés fondamentales, ainsi que de la dignité, par rapport à la nature des données ou des méthodes de traitement ou les effets qui peuvent en résulter. Cette règle est un outil suffisamment élastique dans un contexte très dynamique d'un côté (en particulier technique et économique) et encore inconnu de l'autre côté (en particulier juridique), sans pour autant perdre de vue l'objectif de la Loi sur la protection des renseignements personnels, mais reste stationnaire sur le respect des « mesures et des mesures pour garantir que la personne concernée », prescrit.

En ce qui concerne le traitement des données sensibles par des particuliers le Code prévoit qu'ils peuvent être traités « qu'avec le consentement écrit et l'approbation du Garant ». La règle exige donc « à substantiam » la forme écrite du consentement aux fins de la validité du consentement lui-même.

En ce qui concerne le traitement des données sensibles par des entités publiques du Code stipule que le traitement des données sensibles est autorisée « que si elles sont expressément autorisées par la loi dans lequel les types de données sont spécifiées qui peuvent être traitées, les opérations exécutables et l'intérêt public important poursuivi ».

L'Union européenne doit émettre un nouveau règlement[2] Garant de la vie privée italienne jugée détaillée mais rigide. Cependant, la monnaie, bienvenue l'introduction du Privacy by Design (La vie privée est également protégé dans le processus de développement de logiciels) et que le principe de l'adresse IP personnelle.[3][4]

notes

  1. ^ De même, le montant du salaire ou de compensation ne sont pas des données sensibles. Pour les personnes morales, les capitaux propres ou des stratégies économiques, financières ou ne sont pas des données sensibles. Souvent, il est mal utilisé le terme « sensible » au lieu du plus générique « confidentiel ».
  2. ^ Union européenne
  3. ^ Euractiv
  4. ^ communications de messagerie

Articles connexes