s
19 708 Pages

Beurs van Berlage
vue externe

la Beurs van Berlage est le bâtiment qui abrite le Bourse d'Amsterdam Elle a conçu et construit à partir de en 1895 par l'architecte Hendrik Petrus Berlage.

L'histoire et le programme

La construction du sac capital de Pays-Bas Il a fait l'objet d'un concours 1883 qui Berlage participer en soumettant un premier projet dans neofiammingo style qui ne gagne pas la course. Néanmoins, il sera juste le même architecte en 1895 pour prendre la direction des travaux déjà commencé à changer radicalement la conception approuvée. Pour le nouveau bâtiment ont été nécessaires, ainsi que trois grandes chambres pour sacs (biens, des céréales et des valeurs), des bureaux, un nouveau bureau de poste et un restaurant. Le but de la construction du nouveau bâtiment ne sont pas purement utilitaire, mais aussi très représentatif.

le projet

Bourse de Berlage choisit une solution totalement éclectique qui permet à la nouvelle architecture de relier les deux à l'architecture de la tradition néerlandaise a déjà été mentionné dans le projet de la concurrence, que ce soit l'architecture représentée en lui contemporaine de la proximité nouvelle gare récemment inauguré.

l'usine

Le bâtiment est construit sur un terrain de forme trapézoïdale étroite et longue, où sont distribués de manière simple et rationnelle des environnements. L'entrée derrière la façade principale est approché par un certain nombre de domaines de services accessoires dédiés à la première grande salle de sac qui, comme les deux autres chambres, qui est relié aux premières étapes réelles couvertes de voûtes en fer et verre, fournissent double hauteur. Une seconde extrémité des services centraux qui abrite le restaurant et le bureau de poste sépare le premier sac des deux autres comme ils courent le long du périmètre des pièces utilisées comme bureaux.

les façades

Beurs van Berlage
vue latérale

L'architecte adopte trois styles différents pour compléter les longs côtés du bâtiment et sur les deux côtés.

La façade principale, d'un côté de la place, a des références claires aux racines de la culture néerlandaise. Sans surprise, étant à proximité immédiate de la ville, la maçonnerie et la cathédrale façade en brique reproduit parfaitement celle d'une église dans laquelle ils apparaissent des références claires à l'architecture traditionnelle comme la haute tour qui se dresse sur le côté gauche, le grand verre de fenêtre , le souvenir évident de la rosette, et une série d'arcs qui mettent en valeur l'entrée au niveau de la rue. Du point de vue de la paroi décorative, cependant, est complètement lisse et, tandis que les sculptures qui constituent un appareil maigre sont complètement insérés à l'intérieur de la maçonnerie, ils sont parfois ajoutés à la brique d'inserts en pierre de lumière.

Le côté opposé, celui sur le canal sur lequel il est la nouvelle station moderne représente au lieu de grands éléments contemporains tels que de grandes fenêtres, fermées par de grandes fenêtres en fer et en verre avec une large couverture, également en fer et à gauche entièrement exposée selon les principes dictés par Viollet-le-Duc, combinée à l'utilisation des principes constructifs rationnels et une syntaxe architecturale traditionnelle.

Les deux côtés assimilent plutôt la propre syntaxe architecturale du palais de la Renaissance avec l'ajout de grandes ouvertures entièrement vitrées. Sur les façades latérales, arcs identifient les revenus de service pour aller directement au niveau moyen des services.

l'intérieur

Le plus grand des trois sacs est ponctuée par trois ordres d'arcades qui courent le long des côtés longs de l'environnement (sauf pour la seconde qui fonctionne également dans le compteur) et sont reliés par un ordre géant qui, semblable à un pilier, arrive jusqu'à « définit l'arc du troisième ordre et maintient un couvercle entièrement métallique ponctué par des arcs paraboliques, qui soutient à son tour un toit entièrement vitré et est fixé, comme les supports des ordres inférieurs, sur les éléments en pierre pâle qui entrent en forte contraste chromatique avec le carreau (ce qui constitue la principale face de la pièce entière).

bibliographie

  • Sergio Polano, Hendrik Petrus Berlage. Opera complet, Electa, Milano 1998
  • Hendrik Petrus Berlage, Architecture, urbanisme, esthétique, écrits sélectionnés édité par Herman van Bergeijk, Zanichelli, Bologne 1985

Articles connexes

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR134241507 · ISNI: (FR0000 0001 2288 3818 · GND: (DE10011636-X · BNF: (FRcb162279018 (Date)