s
19 708 Pages

Syracuse Amphithéâtre romain
Amphithéâtre romain, Syracuse (image 2) .jpg
civilisation gréco-romain
Epoca Le sec. Après Jésus-Christ - III sec. Après Jésus-Christ
localisation
état Italie Italie
commun Syracuse
excavations
Date de découverte 1839
administration
Ente Ville de Syracuse
visites il
Carte de localisation
Syracuse Amphithéâtre romain
[Plein écran]

Les coordonnées: 37 ° 04'26.95 « N 15 ° 16'44.22 « E/37.074153 N ° 15,27895 ° E37.074153; 15,27895

« Si nous pensons que ici est représenté que la partie inférieure, que dans ce genre de bâtiment est la partie plus proche, vous pouvez imaginer ce qui devait être étendu, élevé, majestueux et imposant. [...] ne sont pas susceptibles de faire des erreurs comme imaginer l'un des monuments les plus extraordinaires qui ont été construites jamais. »

(Jean Hoüel[1])

L 'Amphithéâtre romain Syracuse Il est l'un des bâtiments les plus représentatifs des premières réalisations Empire romain.

traits

Il est situé dans la zone archéologique, qui comprend la Théâtre grec et l 'autel de Hiéron II; son orientation diffère de celle des bâtiments Neapolis et le théâtre et suit le plan d'urbanisme probablement ce qui a fait tardoclassica âge et connu de la route découverte dans le demetriaco sanctuaire de Place de la Victoire à Acradina. Amphitheatre atteint la route du district Acradina atteint le Neapolis, la route est venu à Neapolis par un arc de triomphe ère augustéenne, selon Gentili, que l'approche de l'arc di Susa (voir Arc d'Auguste de Syracuse). Dell'arco siracusano ne reste que les fondations et les premières lignes des pylônes. Entre l'arc et l'amphithéâtre il y avait une fontaine monumentale, alimentée par un grand réservoir, jusqu'à présent non identifié, alors que la grande citerne est encore conservée dans l'église voisine de San Nicola alimenté l'amphithéâtre lui-même.

Il est largement taillé dans la roche et la construction de la partie nord-est a profité de la pente de la falaise rocheuse du même où une courte distance, a été créé l'auditorium du théâtre grec et le grand latomies Il a appelé Paradis, Saint Venera et dell'Intagliatella. Presque rien reste au lieu de haut, construit.

L'amphithéâtre, déterré dans 1839 de Duc de Serradifalco[2] - Il a des dimensions monumentales: il semble que vous pouvez évaluer 140 m de long et 119 m de large)[3].

Le monument a deux entrées et est desservie par un système d'escaliers menant vers le bas de la partie supérieure placée à l'extérieur. L 'arène a été équipé, au centre, un grand compartiment rectangulaire, couverte à l'origine, relié par un passage souterrain à l'extrémité sud du monument, l'axe du couloir d'entrée: il est nécessaire travaux souterrains pour les machines utilisées pendant les performances. Autour de l'arène cavea Il se distingue par un haut podium, derrière lequel court un couloir couvert avec des ouvertures d'accès à l'arène gladiateurs et des bêtes. Au-dessus des premières mesures sont prises, réservé aux personnes de rang. Les inscriptions gravées sur les blocs de parapet[4].

A des altitudes plus élevées, il y a deux autres ambulacres couvert dans le temps (qui ont lieu sous la cavea), Alors qu'un tiers ambulatoire a eu lieu pour couronner le monument, et était équipé d'un porche à colonnes peut-être.
De l'annulaire ambulacres une série de passages radiaux permettre l'accès aux niveaux des divers secteurs de l'auditorium[5].

également quatre fragments de l'amphithéâtre dans le calcaire concerné viennent à une grande inscription monumentale que selon Gentile était, sans doute, l'entrée principale de la couronne sud[6]. date Lugli Selon remonte à la période augustéenne ou giulioclaudio (milieu du siècle. après J.-C.) selon Golvin.[7]

Les documents écrits amphithéâtre

Syracuse Amphithéâtre romain
Syracuse Amphithéâtre romain, Houel

Le Anfieatro Syracuse a été décrit par des personnalités différentes; l 'architecte français Jean-Pierre Houël donc il décrit:

« L'amphithéâtre, dont l'usine est présentée ici, est comparable en taille à tous les amphithéâtres connus en Italie et en France. [...] Parce que dans ce pays et dans le monde des beaux-arts, l'architecture avait toujours des personnages nobles et majestueux, vous ne risquez pas de faire des erreurs comme imaginer l'un des monuments les plus extraordinaires qui ont été construites jamais. Pour mieux convaincre le lecteur lui demander de comparer la taille de cette plante de A à B au premier étage des étapes de théâtre dans le chapitre suivant; Il saura ce que le théâtre s'ingrandirà ajoutant visiblement deux étages d'escaliers et fait cette comparaison, peut imaginer la beauté et la grandeur de l'amphithéâtre. La galerie D a fait tous les tours et est apparu dans les étapes ou vomitoria EE, bretelles communication pour aller dans l'arène. Il a fermé dans les zones marquées FF. Il y avait autour de ce bâtiment G des chambres auxquelles on a eu accès à la même galerie circulaire. Les chambres ont été utilisées comme magasins pour vendre différents types d'objets, les représentations nécessaires. Ils ne doute pas que, indépendamment de tous les jeux représentés dans les amphithéâtres, ils devaient aussi être des batailles d'eau et d'eau que les jeux à Rome. »

(Jean Hoüel, Voyage Pittoresque des Îles-de-Sicile, Malte et de Lipari (1782 - 1787))

Le même HOUEL au cours de sa visite, il a vu le monument couvert avec de la laitue. Afin d'exécuter les mesures creusera à ses propres frais, à partir de laquelle il tirer des informations précieuses.[1]

la journaliste Gustavo Chiesi[8] Au contraire, il décrit ainsi le début du XXe siècle:

« [...] Le plus grand monument de la Syracuse romaine est restée. Comme dans l'énumération qu'il ya Cicéron de Syracuse magnificences, cet édifice n'est pas mentionné; et que les écrivains romains Tacite ne parle pas dans Nero, il est donc nécessaire d'induire l'Amphitheatre Syracuse a été construit au « empire d'Auguste, quand il a essayé de règlements et de nouvelles colonies de prévoyance pour augmenter la fortune de Sicile, où le harcèlement, le pillage des proconsuls avait jeté dans des conditions misérables. Cet amphithéâtre devait être magnifique, la largeur des lignes et la richesse des marbres qui décoraient. Elle a mesuré l'axe principal de 70 mètres, dans le mineur 40; avait une grande balustrade en marbre, dont les vestiges sont encore considérés concassées au milieu de l'arène. Ce grand ellipses, creusées dans la roche pour la plupart des Acradina prospettante la colline de la mer, la colline rivalise avec d'autres bâtiments comme celui-ci permettent à l'époque romaine, à l'extérieur du Colisée.[9] »

notes

  1. ^ à b Tiré de F. Gringeri Marsh, L. Rubino (eds) Jean Hoüel: voyage à Syracuse: les antiquités de la ville et ses environs en 1777, Palerme en 2003.
  2. ^ - Pour une bibliographie sur l'ancienne Serradifalco voir par exemple Alessio Narbone, Bibliographie Sicola appareil systématique ou méthodique à l'histoire littéraire de la Sicile, Palermo, 1851, § III, p. 9.
  3. ^ Sicile, Touring Club d'Italie (1989) p. 593 ISBN 88-365-0350-0
  4. ^ Ils ont été publiés par Gentili et semblent avoir été conçus pour définir les zones et le monument « vomitoria » Amphithéâtre romain
  5. ^ . L'amphithéâtre est encore l'édition critique de G. V. Gentili, Etudes et recherches sur l'amphithéâtre de Syracuse, dans "l'histoire architecturale de Palladio Magazine", N.S., 23, 1973, p. 3-80.
  6. ^ Sabbatini Tumolesi P., G. L. Gregori, S. Orlandi, M. Tribunes, Épigraphie occidental amphithéâtre romain, Rome, 1988, p. 119.
  7. ^ vue depuis le regione.sicilia.it
  8. ^ Gustavo Chiesi - Treccani, treccani.it.
  9. ^ Amphithéâtre romain - Galerie Roma

bibliographie

  • Francesca Bottari, Pantalica et Syracuse, Bibliothèque de l'imprimerie nationale et Menthe État 2008
  • F. Marsh Gringeri, L. Rubino (eds), J.-P.-L. HOUEL, Jean Hoüel: voyage à Syracuse: les antiquités de la ville et ses environs en 1777, Palerme en 2003.
  • G. V. Gentili, Etudes et recherches sur l'amphithéâtre de Syracuse, dans "l'histoire architecturale de Palladio Magazine", N.S., 23, 1973.
  • G. Lugli,L'architecture en Sicile à l'époque hellénistique et romaine, dans « moins d'études anciennes de la topographie », Actes du VII Congrès national d'histoire de l'architecture, Rome 1955, pp. 98-101
  • Sabbatini Tumolesi P., G. L. Gregori, S. Orlandi, M. Tribunes, Épigraphie occidental amphithéâtre romain, Rome 1988.
  • Touring Club Italien, Sicile, Milano 1989.
  • J.C. Golvin, L'amphithéâtre romain. Essai sur la forme théorisation et de sa fonction de SES, Paris 1988, pp. 115-116;
  • O. Belvedere, bâtiments et travaux publics pour le spectacle à l'époque impériale Sicile, Aufstieg und der Welt Niedergang römischen, H. et Temporini. Berlin - New York, 1988, pp. 353-357;
  • R.J.A. Wilson, Sicile sous l'Empire Romain. L'archéologie des provinces romaines, 36 av - A. D. 535, Warminster 1990, pp. 81-83.
  • F. Coarelli - M. Torelli, Sicile, Bari 1992, p. 257-258
  • F. Buscemi, Architecture et romanisation à l'époque impériale Sicilia: amphithéâtres, ASS, III, XXI (2007), pp. 7-53

Articles connexes

D'autres projets

liens externes