s
19 708 Pages

Raymond Louis de Crevant de Humières
1628 - 20 Juin 1688
né en Compiègne
mort en Paris
religion catholicisme
données militaires
pays servi Royal Standard du roi de France.svg Royaume de France
Forces armées Royal Standard du roi de France.svg Armée française
Drapeau du royaume de France (1814-1830) .svg Marine française
Années de service 1663 - 1688
degré Lieutenant général des armées de la construction navale
Wars Guerre franco-néerlandais
batailles
Première bataille de Schooneveld
Bataille de Alicudi
Bataille d'Augusta
Bataille de Palerme
sources dans le texte
entrées militaires sur Wikipédia

Raymond Luis de Crevant de Humières (Compiègne, 1628 - Paris, 20 juin 1688) Ce fut un amiral français.

Il avait un rôle majeur dans la campagne Sicile et 1673 Il a été promu au grade de général de lieutenant de la marine.

biographie

Les origines et la famille

Raymond était le fils de Louis de Crevant, monsieur d'Argy et Humières Marquis (v. 1606-1648), gouverneur de Compiègne, et sa femme Isabelle Phélippeaux de Herbault (1611-1642), fille de Raymond Phélypeaux de Herbault[1]. De cette union sont nés neuf enfants, trois femmes et six hommes. Son frère aîné, Louis IV de Crevant, il a rejoint l'armée et a atteint la dignité de Maréchal de France.

La carrière militaire

Les débuts de la cavalerie et le passage à la Marine royale française

Comme son frère aîné, Raymond a embrassé une carrière militaire dans la cavalerie d'armement pendant un certain temps, pour atteindre le grade de colonel. Le 30 Novembre 1663 Il a reçu du brevet du roi Capitaine de navire.

Le 18 Mars 1664 Il a été retrouvé Duc de Beaufort à Îles Baléares lors de la descente d 'Ibiza dont il a été saisi par des pirates[2]. L'année suivante, il a participé avec l'escadre de l'amiral Duquesne la lutte contre les pirates barbaresques en Méditerranée, obtenir la commande de Beaufort en 1662, avec 36 canons et 230 hommes d'équipage.

Le 20 Avril 1671, il a été nommé Chevalier de l'Ordre de Saint-Lazare et Notre-Dame du Mont Carmel. en 1672 Il a effectué une mission en Levante à bord du Diamant.

La guerre de Hollande (1672-1678)

Raymond Louis de Crevant d'Humières, marchese di Preuilly
La première bataille de Schooneveld, le 7 Juin, 1673
peinture de Willem van de Velde l'aîné

Le marquis de Preuilly-d'Humières se distingua dans la première bataille de Schooneveld 7 Juin 1673 l'anglo-française flotte contre les Hollandais combinée au bord de la Flandre, de la tête Tonnant, 64 canons. dans son Maritime Histoire de la France, Léon Guérin a décrit les principales ses actions au combat:

« Le Tonnant, commandé par Preuilly de Humières, a été menacé par un grand danger lorsque le navire Ruyter se trouvait entre lui et le vice-amiral de la France; [...] Cependant, Valbelle, Preuilly de Humières et Hailly suivi de près la ligne de Ruyter, puis repliant vice-amiral Estrées [...]. »

12 Décembre, 1673 a été promu chef d'équipe. Le 29 Janvier 1675, sous le commandement de Le Triomphant, 60 canons, faisait partie des huit navires aux commandes de l'équipe Duquesne chargés d'escorter le Duc de Vivonne en Sicile où il a été nommé vice-roi[3]. La flotte française fait face à la flotte espagnole L'amiral Melchior de la Cueva, beaucoup plus nombreux (20 navires contre 17 galères). Preuilly de Humière commandait l'arrière-garde, composée ligne du evascelli, se faire prendre dans les combats à poser le geste décisif pour la victoire française[4].

Raymond Louis de Crevant d'Humières, marchese di Preuilly
Le combat naval avec vue sur l'île de Stromboli, le 8 Janvier 1676
huile sur toile de Théodore Gudin

Preuilly de Humières a pris part à l'aile de la campagne Sicile 1676. Sous le commandement de Saint-Michel, 60 canons, a dirigé l'avant-garde de la flotte française Il a combattu sous le duc de Vivonne contre l'équipe espagnole à Milazzo, de Messina, 8 Janvier, 1676 où il se distingue particulièrement. dans son Biographie universelle (P. 35), Louis Gabriel Michaud a écrit:

« Dans la bataille, qui a duré de neuf heures du matin jusqu'à deux heures l'après-midi l'avant-garde, commandée par Preuilly, chargé au point les Hollandais avec leurs propres forces [...] pour atteindre le succès dans l'action et favorisant ainsi l'entrée la flotte française dans le port de Messine. L'occasion et la manière dont la bataille a été menée, signifiait que Ruyter se rapportent aux Etats généraux de son pays, il n'a jamais vu une meilleure action directe et en même temps dans sa vie, il n'a jamais été dans un combat violent. »

Raymond Louis de Crevant d'Humières, marchese di Preuilly
la Bataille de Palerme, 2 juin 1676

au cours de la Bataille d'Agosta, 11 Avril 1676, au cours de laquelle Ruyter Amiral a été tué, il était le bras droit de Duquesne, en compagnie de tourville. Le marquis de Preuilly Humières a réussi à repousser la force avec une attaque Barletta. Le 2 Juin 1676 ont participé à la Bataille de Palerme, toujours sous les ordres du duc de Vivonne, et il se distingue à nouveau. Michaud a écrit à cet égard:

« Vivonne, à son arrivée, il trouva le combiné armé et prêt pour la bataille disposée sur une seule ligne, protégée par la forte de Castellammare et une grande batterie d'artillerie. Elle était composée de 27 navires, 19 galères et 4 brûlots. Bien qu'il était risqué, Vivonne n'a pas hésité à attaquer. Il prescrit Preuilly pour attaquer la tête de la ligne avec des navires 9, 7 et 4 cuisines brûlots de ceux qui commandaient. Lorsque la division se trouvait à portée de canon, tout accent a été mis sur elle. Une grande audace est les intimidait de toute façon. [...] Je brûlots en profitant du désordre sont montés à bord de trois navires qui ont pris feu. Le reste de l'armée a suivi l'exemple de Preully et le succès a été tel que l'ennemi armée combinée a perdu un coup trois mille hommes, 12 navires, six galères et 4 brûlots. »

Avec ces résultats, il a été promu au grade de lieutenant général le 30 Décembre 1676.

Les missions diplomatiques en Méditerranée et Baltique

Au cours des derniers mois de 1682 et au début de 1683, le lieutenant-général de Preuilly de Humières se consacre à nouveau à traquer les pirates, grâce à une division composée de quatre navires, aidé par le capitaine en second capitaine de Bellisle-Érard . A bord Hercule, Il a escorté trente flottes commerciales en Saint-Malo, où il est arrivé le 28 Mars, 1683. Quelques mois plus tard, il se trouva à la tête d'une équipe envoyée mer Baltique et Danemark[5].jeu par Brest En 1683 Juin, la flotte de treize vaisseaux est venu en Juillet de la même année Copenhague puis revenir au point de départ[6].

en 1684, Il a de nouveau été en Méditerranée en compagnie d'une équipe placée sous le commandement de Victor Marie d'Estrées, Vice-amiral di Ponente. Le navire installé à Tanger en Septembre 1685, après une lettre de Louis XIV à Moulay Ismail, il a demandé le retour des chrétiens détenus esclaves sur place.

Retour en Paris, où il est décédé le 20 Juin, 1688[7]. Il a attaché sa propriété à sa nièce Mlle d'Humières et son corps a été transporté et enterré dans l'église de Monchy Normandie.

honneurs

Grand-Croix de' src= Grand-Croix de l'Ordre d'honneur en bronze de Saint-Lazare et Notre-Dame du Mont Carmel
- 1671

notes

  1. ^ Personnage très influent, a été secrétaire au moment de la Chambre du Roi, trésorier de l'Etat, le conseiller d'Etat, Secrétaire d'Etat, membre du parti catholique, ministre d'État et secrétaire d'État aux Affaires étrangères.
  2. ^ Léon Guérin, Histoire maritime de France, vol. 3, Dufour et Mullat, 1851, p. 156
  3. ^ Léon Guérin, Histoire maritime de France, vol. 3, Dufour et Mullat, 1851, p. 258
  4. ^ Léon Guérin, Histoire maritime de France, vol. 3, Dufour et Mullat, 1851, p. 259
  5. ^ Michel Mollat, Et Océans marins, vol. 2, Commission d'histoire française maritime, Economica, 1991, p. 114
  6. ^ Léon Guérin, Histoire maritime de France, vol. 3, Dufour et Mullat, 1851, p. 377
  7. ^ Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, vol. 78, Paris, Michaud, 1846, p. 35

bibliographie

  • (FR) Roger de Bussy-Rabutin, [[[: Modèle: Google Livres]] Correspondance de Rabutin Roger de, comte de Bussy, sa famille et Avec ses amis] , Charpentier, 1859, p. 425.
  • (FR) Léon Guérin, [[[: Modèle: Google Livres]] Histoire maritime de France] , vol. 3, Dufour et Mullat, 1851.
  • (FR) Mollat ​​Michel, Et Océans marins, vol. 2, Commission d'histoire française maritime, Economica, 1991 ISBN 2-7178-2127-9.
  • (FR) Michaud Louis Gabriel, [[[: Modèle: Google Livres]] Biographie universelle, ancienne et moderne] , vol. 78, Paris, Michaud, 1846, p. 35.