s
19 708 Pages

Nicolas Durand de Villegaignon
Nicolas Durand de Villegaignon

Nicolas Durand de Villegaignon, parfois Villegagnon, (Villegaignon, 1510 - Beauvais, 9 janvier 1571), Il a été un amiral français, Chevalier de Malte[1], qui a essayé d'aider Huguenots de fuir France pour échapper à la persécution. Il était une personnalité remarquable pour son temps. Il était un mélange de soldat, scientifique, explorateur, aventurier et entrepreneur. Il a combattu la pirates en Méditerranée et il a participé à plusieurs guerres.

biographie

Villegagnon était le petit-fils de Philippe Villiers de L'Isle-Adam, Grand Maître de la 'Ordre de Malte.[2] Il a été anobli en 1521.

Il a combattu dans plusieurs campagnes contre 'l'Empire ottoman. Bien que les Français en général abstenu de participer à des actions contre les Ottomans, en raison de 'alliance franco-ottomane, Villegagnon a été la première loyauté enversOrdre de Malte, qui a appuyé généralement la Habsbourg et combattu les Ottomans. Villegagnon a participé à la infortunée expédition contre Alger en 1541.[1] De plus, il a combattu contre les Ottomans en Hongrie en 1542, après le siège de Buda et jusqu'à 1546.

En 1548, il a commandé la flotte française qui a en France Maria Stuarda, cinq ans, puis, comme cela avait été promis dans le mariage Dauphin de France. Cette opération a été audacieux, fait secrètement en naviguant avec les galères autour Écosse, tandis que la flotte anglaise s'attendre à une attaque de la direction opposée. Il est retourné en Écosse en 1549 Mars, en Février avait contribué à la capture britannique du château Ferniehirst. Les commandants ont ensuite discuté de leur prochain mouvement. Nicolas a insisté sur la nécessité d'arrêter et de construire un fort Roxburgh et a décidé le meilleur emplacement. Le haut commandement écossais a donné un avis qui a prouvé peu concluante, mais à la fin, après l'intervention de l'ambassadeur français Henri Cleutin, a été adopté par le plan Nicolas.[3]

Villegagnon a aidé à repousser les Ottomans de Malte en 1551, avant d'aller diriger l'invasion de Gozo.[1]

Il était donc présent à 'Siège de Tripoli contre 'l'Empire ottoman et a rédigé un rapport sur le même en 1553.[4][5] Il a défendu avec courage Gaspard de Vallier, Commandant a battu à Tripoli, qui avait été fortement critiquée par le Grand Maître Juan de Homedes qui voulait attribuer tout le blâme de la défaite dans Vallier. Nicolas l'a défendu avec acharnement mettant en lumière la duplicité de Homedes.[6]

Nicolas Durand de Villegaignon
Dessin île Villegaignon à Rio de Janeiro

Villegaignon est devenu un personnage historique important dans une tentative de re Henri II pour construire un "France Antarctique« Envahissement Rio de Janeiro, en Brésil en 1555 avec une flotte de deux navires et 600 soldats et colons, principalement huguenots français et calvinistes suisse qui ils essayaient d'échapper à la persécution catholique Europe.

Le plan initial de Villegagnon était d'aider les huguenots à fonder une colonie nouveau Monde. Il voulait aussi assurer une base permanente au Brésil afin d'explorer la bois du Brésil, une source très précieuse de la couleur couleur bois rouge et dur pour les bâtiments (qui a donné son nom à ce qui est aujourd'hui le Brésil), et d'explorer la métaux et pierres précieuses, Européens en abondance, était le leur dans le pays.

Après de nombreuses batailles contre Portugais, les colons français ont été défaits par Estacio de Sá, un neveu du troisième gouverneur général du Brésil, Mem de Sá, les 15-16 Mars 1558.

Villegaignon revint en France en 1559, dégoûté par les luttes entre catholiques et protestants dans la petite colonie. Il avait quitté la colonie sous le commandement de son neveu Bois-le-Comte, en essayant d'obtenir plus de fonds et les navires à la colonie.[7] La lutte interne contre les calvinistes, cependant, a fait les aventures coloniales moins d'une priorité pour la Couronne. Après la colonie passé aux Portugais, Villegagnon a accepté de renoncer à ses prétentions à la France de l'Antarctique après avoir reçu 30 000 Ecu la Couronne portugaise.

En 1560, il a contesté Villegagnon Giovanni Calvino dans un débat théologique sur 'Eucharistie, que celui-ci a refusé. Il a participé activement contre les protestants, et a participé à la répression Conjuration d'Amboise.[7]

Nicolas Durand de Villegaignon
Villegagnon a pris part à la répression de la conjuration d'Amboise en 1560.

En 1561, il a publié un Pierre Richier brochure contre les comportements Villegagnon au Brésil, intitulé "Réfutation des blasphèmes, resveries folles excecrable, et de vrais mensonges Erreurs Nicolas Durand, ici si Nomme Villagagnon".

Ils ont fait de nouvelles tentatives pour créer une colonie huguenote dans le Nouveau Monde, encore une fois à l'initiative de Gaspard de Châtillon, cette fois-ci Floride dans la période 1562-1565, sous Jean Ribault et René de Laudonnière.

Depuis 1568, Villegagnon est devenu l'Ordre du représentant de Malte à la cour française. L'année suivante, en 1569, publié à Paris une nouvelle polémique sur l'Eucharistie, "De Consecratione, sacrifice mystico et double Christi oblatione".

Villegagnon est devenu Commandeur de l'Ordre de Malte la commanderie de Beauvais, où il est décédé le 9 Janvier 1571, à l'âge de soixante ans.

Le catholique André Thévet, qui l'a accompagné lors de son premier voyage au Brésil, publié en 1572 une description de l'aventure brésilienne et une attaque contre le protestant, dans son "Cosmographie universelle". Le protestant Jean Léry a répondu en 1578 avec "Faict Histoire d'un voyage en la terre du Brésil".

Dans son livre, Brésil, terre de l'avenir, écrivain autrichien Stefan Zweig Il a décrit le caractère de teint Villegaignon:

(FR)

« Nicolas Durand de Villegaignon, moitié pirate, scientifique moitié, un chiffre douteux mais attrayant, est un produit typique de la Renaissance (...) Il a été brillant dans la guerre et un dilettante dans les arts. Il a été salué par Ronsard et craint par la Cour, parce que son caractère est incalculable. Détestant toute occupation régulière, dédaignant les positions les plus enviables et les plus grands honneurs, son esprit volatile préfère être libre de se livrer sans entrave ses humeurs fantastiques. Les huguenots croient qu'il est catholique et les catholiques croient qu'il est un huguenot. Personne ne sait quel côté il sert, et lui-même ne sait probablement pas beaucoup plus que cela qu'il veut faire quelque chose de grand, quelque chose de différent de quelqu'un d'autre, quelque chose de sauvage et audacieuse, quelque chose de romantique et extraordinaire. »

(IT)

« Nicolas Durand de Villegaignon, moitié pirate, moitié scientifique, un personnage controversé mais intéressant, est un produit typique de Renaissance (...) il a été brillant dans la guerre et amateur dans les arts. Il a été salué par Ronsard et craint par la Cour, parce que son caractère est incalculable. Il détestait tout emploi régulier, méprisant les positions les plus enviables et honneurs, son esprit volatil, préfère être libre de se livrer à ses humeurs et déliée d'imagination. Les huguenots croient qu'il est catholique et les catholiques qui est huguenot. Personne ne sait dans quel sens est, et il ne sait probablement pas combien vous voulez faire quelque chose de grand, quelque chose de différent de tout le monde, quelque chose de sauvage et audacieuse, quelque chose de romantique et extraordinaire. »

(Stefan Zweig)

notes

  1. ^ à b c Pionniers de la France dans le Nouveau Monde par Francis Parkman p.27
  2. ^ Pioneer Laïques de l'Amérique du Nord, Volume 1 par Campbell Thomas Joseph p.51
  3. ^ Cameron, Annie I., éd., Correspondance écossaise de Marie de Lorraine, SHS (1927), 288: Abercromby, Patrick, trans, Histoire des Campagnes, 1548 et 1549 (1707), 96-97.
  4. ^ Le Juif de Malte par Christopher Marlowe, N. W. Bawcutt p.6
  5. ^ Histoire d'un voyage au pays du Brésil, autrement dit l'Amérique par Jean de Léry p.xix
  6. ^ Malte ancienne et moderne par Pierre Marie Louis de Boisgelin de Kerdu p.47
  7. ^ à b « De retour en France pour mobiliser davantage de fonds et les navires à la colonie de Rio de Janeiro, Villegagnon se trouva armé et la lutte pour la protection de la couronne en conspirateurs Amboise contre les huguenots. » en Essais dans l'histoire coloniale française: Compte rendu de la 21e réunion annuelle de la Société coloniale française p.3-7 Michigan State University Press, 1997

bibliographie

  • A. Heulhard, Villegagnon, Roi d'Amérique: un Homme de Mer au XVIe siècle, (1897)


autorités de contrôle VIAF: (FR56620028 · LCCN: (FRn85220595 · ISNI: (FR0000 0000 7975 7815 · GND: (DE118836706 · BNF: (FRcb12006895m (Date) · LCRE: cnp01321666