s
19 708 Pages

Louis-Antoine-Cyprien Infernet
11 juillet 1756 - 4 mai 1815[1]
né en agréable, République de Gênes
mort en Toulon, France
religion catholicisme
données militaires
pays servi Royal Standard du roi de France.svg Royaume de France
France Première République française
Premier Empire français
Forces armées Marine royale
English Marine révolutionnaire
English Marine impériale
arme marina
Années de service 1776-1814
degré Le contre-amiral
Wars Guerre révolutionnaire américaine
Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
batailles Bataille de la Baie Chasepeake
Bataille des Saintes
Bataille du Cap Finisterre
Bataille de Trafalgar
commandant Intrépide
[citation nécessaire]
entrées militaires sur Wikipédia

Louis-Antoine-Cyprien Infernet (agréable, 11 juillet 1756 - Toulon, 15 mai 1815) Ce fut un amiral Français.

Après avoir combattu pendant Guerre révolutionnaire américaine, en 1792, il est entré dans le révolutionnaire Marina. Il a participé à la bataille de Trafalgar sous le commandement du navire 80-gun Intrépide.

biographie

Louis-Antoine-Cyprien est né à Infernet agréable, puis possession Génois 11 Juillet 1756,[2] fils Infernet de Joseph-Pierre et Marie-Madeleine Fabre.[3] Le 8 mai 1770 Il a lancé pour la première fois en tant que marin apprenti sur le brigantin Marie Désirée par le capitaine Joseph Fabre, un parent de sa mère. Il a ensuiteCheval Marin, armé à Toulon, où il a passé six ans, devenant la plaque tournante le 26 Janvier 1771, puis écrire conseil d'administration de Septembre 1773. sur Cheval Marin il a fait quelques croisières Levante[4]

La guerre révolutionnaire américaine

Le 9 Mars, 1776 entré dans le Marine royale tout en servant à l'observation de frégateAtalantefonctionnant dans Levante, d'abord comme un marin, puis en tant que pilote.[2] A bord de ce navire a participé à un combat contre les pirates dans le Golfe Calamita. Le 14 Avril, 1777 embarque comme barreur à bord du navire 64 canons Provence, ce qui en fait une croisière en Méditerranée (Avril-Décembre 1777). Le 28 Février en tant que pilote se lance de l'aide sur le navire de 64 canons Vaillant,[5] appartenant à l'escadron de l'Amiral Charles Henri d'Estaing destiné à fonctionner en Amérique du Nord au cours de la Guerre révolutionnaire américaine. Entre Avril 1778 et Novembre 1779, il a pris part à de nombreux combats,[6] participer à la sortie Sainte-Lucie,[5] de Grenada et le bloc de savane.[5] Entre Juin et Décembre de 1780, il a servi de bateau-pilote pour aider sur 110 armes à feu le Terrible. En Janvier 1781 navire passe de 74 canons Scipion, où 15 du même mois, il a été promu auxiliaire officiel.[6] Le 27 Février, la même année que le premier pilote sur le navire passe de 74 canons César,[6] une partie de l'escadron de l'Amiral François Joseph Paul de Grasse[5] (Février-Avril 1781 1782). A bord de ce navire a participé au combat Fort Royal (Martinique), À la sortie de Tobago, Bataille de la Baie Chasepeake[5] (Septembre 5 1 781) à capitulation de Yorktown, opérations près de San Cristobal, et Bataille des Saintes[5] qui a eu lieu le 12 Avril 1782 contre la flotte anglaise de l'amiral George Brydges Rodney. Au cours de cette bataille, qui a vu la défaite de la flotte française, le navire César Il a été démâté,[5] et il a dû affaler son drapeau. L'explosion de Santabarbara, a eu lieu vers 22h00 heures, il a causé la mort de 400 Français et 50 Britanniques. Infernet, blessé à la jambe droite, a été parmi les 35 membres d'équipage secourus par les Britanniques, la finition prisonnier de guerre.

Après sa libération, il a repris la corvette Poulette (Juin à Octobre 1785), Et est revenu à la vie civile au cours de 1785, ce qui le capitaine mercantile graduées le 23 Novembre 1786. Le 28 Décembre de la même année, à Toulon, convolò le mariage légal avec Mlle Marie Henriette Richard.[7] Sa carrière dans la marine marchande et a continué le 3 Avril 1787 Il embarqua à Marseille en tant que seconde sur Sourveillante,[6][8] puis transmettre honorine.[6][9]

en Décembre 1790 Il a entrepris robuste,[5] le commandement du capitaine Étienne Marchand,[5][10] que le 14 Décembre, il partit de France à tâtons la circumnavigation[5] le monde,[6] effectuer en même temps toute une série d'études maritimes. Le navire tête Cap Horn, atteint le îles Marquises,[11] la côte nord-ouest de l'Amérique du Nord, Chine, l'Ile de France, Cap de Bonne-Espérance, pour atteindre le continent le 15 Août 1792.[6][12] A son retour en France il était Révolution française, et avec le déclenchement de la guerre avec 'Angleterre 18 octobre[6] Il est entré dans la Marine de guerre révolutionnaire avec le grade de lieutenant.[13]

Les guerres de la Révolution française

Le 10 Décembre prises à bord du service Brigue Tarleton opérant dans Méditerranée. Le 11 Février 1793 Service a pris la frégate minerve, et il a été nommé lieutenant[5] 1 Mars de cette année. Le 27 Avril, il a pris le commandement de la frégate vestale.[14] Le 8 mai 1794 (19 floréal Année II) a été promu au rang de capitaine de la mer troisième classe, en supposant que la commande de la cuve à partir de 74 canons Guerrier membre de l'équipe Toulon aux ordres amiral Pierre Martin. Il a combattu pendant la bataille du Cap Noli sur la côte ligure, qui a eu lieu entre le 13 et le 15 Mars 1795. Entre le 20 Avril 1797 et 16 Mars 1798 Il a exercé le commandant des fonctions portuaires Bastia, et 17 Mars de cette année, il a été promu au rang de capitaine de la mer 1ère classe retour à Toulon.[5] Le 24 Octobre 1799 Il a pris le commandement du navire de 74 canons le Généreux, poste occupé jusqu'au 15 Décembre de cette année. Le 19 Octobre 1802 Il a reçu le commandement de la frégate Rhin[15] appartenant à l'escadron de l'Amiral Pierre Charles Silvestre de Villeneuve. Le 5 Février, 1804 (15 pluvieux an XII) a reçu le titre de Chevalier de la Légion d'honneur,[16] être nommé officiel le 14 Juin de cette année (25 prairial). 22 Juillet 1805, dans le cadre des opérations navales pour l'invasion de l'Angleterre, son navire a participé à la Bataille du Cap Finisterre.[17]

En supposant que la commande de la cuve à partir de 74 canons Intrépide 29 juillet 1805 a été actif dans la Bataille de Trafalgar qui a eu lieu le 21 Octobre de cette année.[18] Au cours de la bataille son navire se trouva entouré par un nombre croissant de navires ennemis qui atteint progressivement le chiffre de six navires.[19] Complètement démâté, avec 306 hommes d'équipage sur l'action, dont 206 sont morts, a reçu la convocation à se rendre. Alors que le navire descendait lentement sous ses pieds, il a répondu dans le dialecte de Nice: Jamai de la vida, lou miéu es de pintat bateau NOU!.[20] Blessé à la main droite, il est transféré à bord et a 'Orion en tant que POU,[21] et plus tard, elle a déménagé en Angleterre.[22] Il est revenu en France le 15 Avril 1806 après un échange de prisonniers, l'empereur le reçut en personne, avec un autre héros de Trafalgar, le capitaine du navire Lucas[23] et le ministre de la Marine Decrès, le 4 mai[24] la même année Saint-Cloud.[22] Félicitant pour leur comportement lors de la bataille, il les décora de la croix de commandeur de la Légion d'honneur.[25][26]

Retour à Toulon, le 1er Juillet 1807 a pris le commandement du nouveau navire 80-gun robuste[22][27] passer le 3 Février 1808 sous la commande du navire à partir de 74 canons Annibal.[22][28] Entre 10 et 10 Mars Février, 1808 ont participé à l'expédition de Corfou, les ordres de l'amiral Honoré Joseph Antoine Ganteaume. Le 1er Octobre de la même année, il a pris le commandement du navire de 74 canons[22] Donauwœrth,[29] maintenir cette position jusqu'au 30 Juin 1814 Quand il a finalement atterri. Le 14 Août 1814, ainsi que de nombreux autres capitaines de navire, il avait été fait chevalier de Saint-Louis[30] par le roi Louis XVIII. Admis à la retraite le 1er Août 1814,[31] appliquée par un décret du 22 Décembre de la même année, il a été nommé Le contre-amiral d'honneur, et a reçu une pension de 2400 francs.[31] Bien qu'il ait fait acte de foi à la restauration de Bourbon, sa position a été à nouveau confirmée par le Secrétaire de la Marine Denis Decrès au cours de la Cent jours par décret du 4 mai 1815. Il est mort à Toulon (Var), Rue Bonaparte 25,[22] ce jour-là.[1]

honneurs

chevalier de' src= Chevalier de la Légion d'honneur
- 5 Février, 1804
officier de' src= Officier de l'Ordre de la Légion d'honneur
- le 14 Juin 1804
commandant de' src= Commandeur de l'Ordre de la Légion d'honneur
- 3 mai 1806
chevalier de' src= Saint-Louis Knight
- le 14 Août, 1814

notes

  1. ^ à b Levêque 2002, p. 269
  2. ^ à b Levêque 2002, p. 261
  3. ^ Ce fut le cousin germain de la future mère Maréchal de France Andrea Massena.
  4. ^ De mai à Décembre 1770, de Janvier à Août 1771, de Novembre à Août 1771 1773 et de Septembre 1773 à Décembre 1775.
  5. ^ à b c et fa g h la j k l Van Hille 2011, p. 273
  6. ^ à b c et fa g h Levêque 2002, p. 262
  7. ^ fondé en 1 762, Elle était la fille d'un professeur de grammaire.
  8. ^ Il est resté monté à bord du navire d'Avril 1787 à Août 1789.
  9. ^ Il est resté le navire de arraisonné Décembre 1789 à Septembre 1790.
  10. ^ Ce navire, construit spécialement pour le tour du monde, avait en tant que commandant Marchand, sous-lieutenant Prosper Chanal et comment Infernet.
  11. ^ Les enquêtes menées par Infernet astronomiques ont permis de fixer définitivement la position des îles Marquises.
  12. ^ Au cours de ce voyage, il a été testé un nouveau remède pour le scorbut.
  13. ^ Sur les 120 en service des capitaines des navires en 1811, au moins 62 étaient de la marine marchande, et était entré dans la guerre entre 1789 et 1792.
  14. ^ Levêque 2002, p. 264
  15. ^ Poste occupé jusqu'au 29 Juillet, 1805.
  16. ^ Lavallée, Perrotte 1805, p. 107
  17. ^ James 1826, p. 4
  18. ^ James 1826, p. 39
  19. ^ Ceux-ci étaient les vaisseaux Léviathan, Afrique, Agamemnon, Ajax, Orion, et conquérant.
  20. ^ en françaisDe la vie jamais, mon bateau de neuf is peint!(Jamais dans mon canot de sauvetage, il a été fraîchement peint!).
  21. ^ James 1826, p. 275
  22. ^ à b c et fa Levêque 2002, p. 266
  23. ^ Le 1834 Navigateur, p. 19
  24. ^ Le 1834 Navigateur, p. 22
  25. ^ Le 1834 Navigateur, p. 20
  26. ^ A cette occasion, l'empereur a dit: « Vous tous mes Vaisseaux s'étaient conduits Comme vous commandiez Ceux que, la victoire n'aurait pas Été incertaine. Je vous ai commandeurs de la nommés Légion d'honneur. « ( » Si tous mes navires ont été conduits comme ceux de votre commande, la victoire aurait été incertain. Je vous ai nommé les commandants de la Légion d'honneur. « ) Je deux capitaines avaient refusé la promotion de contre-amiral, préférant le titre de Commandeur de la Légion d'honneur
  27. ^ Position fixée au 2 Février, 1808.
  28. ^ Rendez-vous maintenu jusqu'au 1er Septembre 1808.
  29. ^ Le 28 Août 1808, par décret impérial, a été nommé commandant du 22e Bataillon de la marine impériale, puis avec décrets du 12 Novembre 1810 et le 31 Juillet 1811 commandant du Régiment 22 est monté à bord en haute mer avec la commande Donauwœrth.
  30. ^ Levêque 2002, p. 268
  31. ^ à b Levêque 2002, p. 267

bibliographie

  • (FR) Jacques Aman, Les OFFICIERS bleus Dans la française marine au XVIIIe siècle, Genève, Librairie Droz, 1976 ISBN 2-600-03375-0.
  • (FR) M. Bajot, Maritimes et Coloniales Annales. Vol.1, Paris, Imprimerie royale, 1817.
  • (FR) Michel Biard, Annie Crépin, Bernard Gainot, Bernard Levêque, Le panache et le sabre: volume Hommages OFFERTS Jean-Paul Ë Bertaud, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002 ISBN 2-85944-439-4.
  • (FR) Napoleon Bonaparte, Correspondance de Napoléon Avec le Ministre de la Marine avril 1804 jusq'en DEPUIS 1815. Vol.1, Paris, V. DELLOYE ET LECOU Libraires-1837, Editeurs, p. 59-60.
  • (FR) William S. Cormack, Révolution politique et les conflits dans la marine française 1789-1794, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ISBN 0-521-89375-5.
  • Luigi Donolo, La Méditerranée à l'ère des révolutions 1789-1849, Pise, Université de Pise Press, 2012, ISBN 978-88-6741-004-0.
  • (FR) Henri-Georges Gaignard, Rance Visages de, Éditions Fernand Lanore, 1983 ISBN 1-85109-672-8.
  • (FR) Joseph Francois Gabriel Hannequin, Avis maritimes Biographie sur la òû historiques vie et les campagnes des françaie et Marins célèbres Étrangers. Vol.1, Paris, Regnault Éditeur, 1835.
  • (FR) William James, L'histoire navale de la Grande-Bretagne de la déclaration de guerre par la France en 1793 à l'accession de George IV. En Janvier 1820 Vol.4, Londres, Harding, Lepard and Co., 1826.
  • (FR) Lavallée, Perrotte, Annuaire de la Légion d'Honneur: pour l'an XIII (1805). Le Ier du règne de Napoléon, Paris, Chez Rondonneau, 1805.
  • (FR) Spencer C. Tucker, Une chronologie globale des conflits: De l'Antiquité au Moyen-Orient moderne, Santa Barbara, ABC-CLIO, LLC, 2010 ISBN 1-85109-672-8.
  • (FR) Jean-Marc Van Hille, Dictionnaire des francs-maçons marins, de mer au Gén XVIII de la professions ET, XIX et XX siècle, Nantes, SPM, 2011 ISBN 2-296-46369-X.

périodiques

  • Giuliano da fre, Le rempart en bois, en RID-défense italienne Magazine, No.10, Chiavari, Riviera Journalistique Soc. Coop. a.r.l., Octobre 2005, p. 82-97.
  • (FR) Trafalgar, Lecture et Saint Cloud, en le Navigateur, vol. 1, n ° 10, Paris Hippolyte Souverain Éditeur, 1834, pp. 82-97.