s
19 708 Pages

Jean Louis Négadelle
7 février 1883 - 25 Août 1944
né en Brest
mort en Brest
Les causes de décès blessé par l'explosion d'une grenade
Lieu d'inhumation cimetière de Brest
données militaires
pays servi France France
Forces armées Marine nationale
spécialités Submarines
Années de service 1909-1944
degré Le contre-amiral
Wars Première Guerre mondiale
Guerre mondiale
batailles bataille de Mers-el-Kebir
Le sabordage de la flotte française à Toulon
commandant battlecruiser Dunkerque
décorations voir ici
[citation nécessaire]
entrées militaires sur Wikipédia

Jean Louis Négadelle (Brest, 7 février 1893 - Brest, 25 août 1944) Ce fut un amiral français, commandant battlecruiser Dunkerque puis destroyers 3ème Flottille au cours de la Guerre mondiale. Il a pris part à la bataille de Mers-el-Kebir puis à 'Le sabordage de la flotte française à Toulon en Novembre 1942 ..

biographie

Il est né à Brest (Finistère) 7. Février 1893,[1] fils de Charles Joseph, médecin de la marine.[1] Il entra dans la Marine Nationale en 1909, enrôlant dans Toulon. promu 2ème navire de la classe lieutenant 5 octobre 1912, cette même année, il embarque pour une croisière sur le croiseur-école Duguay-Trouin. A la fin, il a été affecté à l'embarquement 'croiseur protégé Kersaint,[2] appartenant à la division navale dell 'Extrême Orient. Le 1er Janvier, 1914 Elle se tenait, avec le même navire, dans les eaux de Pacifique.[3] Au début de la Première Guerre mondiale Il a participé à l'occupation de Samoa et la partie allemande de la nouvelle-Guinée.[2] Pour ses mérites, il a été promu lieutenant navire de 1re classe le 5 Octobre 1914.[4]

au cours de la 1915 il est retourné à Europe, et le 12 Novembre de cette année, il a obtenu le brevet d'officier personnel. depuis Avril 1916 mars 1919 Il a siégé sous-marin néréide[5] opérant dans Méditerranée,[6] puis à la flottille de sous-marin Grande-Bretagne. en 1919 Il est devenu commandant en second sur un avis Ville d'Ys,[7] basé à Terre-Neuve. en 1920 Des études d'effet au Lycée pour les électriciens et il a obtenu son diplôme ingénieur le 22 Juillet de cette année. 17 Novembre, 1920 a pris le commandement du sous-marin Armide,[8] appartenant à l'escadron 9 sous-marins Toulon.[1] en 1921 Il a fréquenté l'école de navigation sous-marine, et devient Chevalier de la Légion d'honneur le 10 Juillet de la même année. entre 1923 et 1924 Il a commandé le sous-marin Jean Autric. En 1925, il a assisté à un officier supérieur de l'armée d'état-major et le Centre Hautes Etudes navales[9]. Le 14 Janvier 1927 Il a été promu Capitaine de corvette. entre 1928 et 1929 Il était commandant de la destructeur trompettes,[10] et entre 1929 et 1930 le destructeur Ouragan.[1] promu capitaine frégate 4 avril 1931, entre 1932 et 1933 il était Secrétaire général la flottille de destroyers 1er équipe. en 1933 a pris le commandement du destroyer cyclone[11] puis la 5e division de destroyer. entre 1935 et 1936 Agent d'audience était à l'Army Staff College et le Centre Naval Hautes Etudes.

La Seconde Guerre mondiale

entre 1936 et 1939 Il était adjoint au directeur du personnel militaire de la flotte et a été promu capitaine de la mer le 10 Juin 1937. Après le déclenchement de Guerre mondiale, 16 octobre 1939 a pris le commandement de 'battlecruiser[1] Dunkerque[12] Navire amiral de la flotte de haute mer[13] (HFM), basé à Brest. A la fin de l'année, il a assumé les fonctions de chef adjoint d'état-major de la FMH, un poste occupé jusqu'à la fin de 1941. Il a pris part à la bataille de Mers-el-Kebir[14] contre la flotte britannique de l'amiral Sir James Somerville.[1] Son navire a été gravement endommagé pendant la bataille, et lui, pour l'empêcher de couler, elle a conduit à s'échouer.[14] Le 18 Juin, 1940 Il est devenu commandant de la Légion d'honneur. Il a été élevé au rang de vice-amiral 9 novembre 1940.[1]

Entre 1941 et 1942, il a commandé le 3e Destroyer Flottille,[1] levant la bannière sur temps.[15] Le 27 Novembre 1942, obéir aux ordres émis par l'amiral Jean de Laborde, il a fait saboter le port de Toulon les treize de sa flottille de destroyer.[11] Placer sur armistice de congé le 10 Mars 1943, Il a été rappelé au service actif le 25 Septembre de cette année.[1]

sa mort

Le 2 Décembre 1943, il a été nommé préfet de la 2e Région maritime de Brest.[16] Lundi, 7 Août 1944 les Allemands ont décrété l'état de siège dans toute la région autour de la ville. Exécution d'un grand risque personnel, il a envoyé le personnel d'Arsenal.[17] et quelques jours plus tard, il a donné l'ordre pour disperser les officiers de la marine. En étant vu refuser l'accès depuis lors, Arsenal, à la retraite via Neptune, en établissant plus tard son bureau à la Marine Stewardship Council, en Louis Pasteur, toujours sous la menace d'une arrestation par les Allemands. Sortie pour observer les effets d'un bombardement américain du port, il a été tué le 25 Août à 17h15 1944, par l'explosion d'une grenade, à Kléber. L'ingénieur Ravaud qui l'accompagnait avait le bras amputés. Sa dépouille mortelle ont été transportés à l'hôpital Ponchelet de capitaine de navire de Clatin, et le 28 Septembre, ont été enterrés dans la crypte du cimetière Brest. Sur sa tombe, est l'inscription: Mort pour la France.

honneurs

honneurs français

chevalier de' src= Chevalier de la Légion d'honneur
- 10 Juillet 1921
officier de' src= Officier de l'Ordre de la Légion d'honneur
- 30 Juin 1932
commandant de' src= Commandeur de l'Ordre de la Légion d'honneur
- le 18 Juin 1940
chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre du Mérite Maritime
Medaille commémorative de la Guerre 1914-1918 - ruban ordinaire uniforme Medaille commémorative de la Guerre 1914-1918
Croix du Combattant - ruban ordinaire uniforme Croix du Combattant

honneurs étrangers

officier de' src= Officier de l'Ordre du Ouissam Alaouite (Maroc)
officier de' src= Officier de l'Ordre de Saint Charles (Monaco)
commandant de' src= Commandeur de l'Ordre de Iftikhar Nichan (Tunisie)

notes

  1. ^ à b c et fa g h la Ouest-France du 2 Décembre 1914.
  2. ^ à b Couhat 1974, p. 205
  3. ^ L'unité était sous le commandement du capitaine de navire Joseph Roque.
  4. ^ Ouest-France du 13 Septembre 1914.
  5. ^ Couhat 1974, p. 151
  6. ^ Il a été promu lieutenant 11 Novembre, 1918.
  7. ^ Couhat 1974, p. 178
  8. ^ Couhat 1974, p. 162
  9. ^ Centre des Hautes Etudes Navales
  10. ^ Couhat 1971, p. 63
  11. ^ à b Couhat 1971, p. 62
  12. ^ Couhat 1971, p. 625
  13. ^ Haute Mer de Flotte voyage.
  14. ^ à b Couhat 1971, p. 26
  15. ^ Couhat 1971, p. 60
  16. ^ Ouest-France du 22 Décembre, 1943
  17. ^ Les travailleurs et leurs aides ont ainsi été retirés de la déportation allemande.

bibliographie

  • (FR) Paul Auphan, Histoire de Vichy élémentaire, Paris, Éditions France-Empire, 1971.
  • (FR) Paul Auphan, Jacques Mordal, La marine française dans la Seconde Guerre mondiale, Annapolis, Naval Institute Press, 1959.
  • (FR) Yves Buffetat, Les grandes guerres sur mer 1914-1918, Rennes, Marines Éditions, 2005 ISBN 2-915379-29-7.
  • (FR) Bernard Costagliola, La marine de Vichy, et la collaboration Blocus, Paris, Éditions Taillandier, 2009.
  • (FR) Jean Labayle Couhat, Navire de guerre français de la Première Guerre mondiale, Shepperton, Ian Allan Ltd., 1974.
  • (FR) Jean Labayle Couhat, Navire de guerre français de la Première Guerre mondiale, Shepperton, Ian Allan Ltd., 1971.
  • (FR) Henry Le Masson, De la Seconde marines Guerre mondiale. La marine française 1, Londres, MacDonald Co., Ltd, 1969.
  • (FR) Henry Le Masson, De la Seconde marines Guerre mondiale. La marine française 2, Londres, MacDonald Co., Ltd, 1969.
  • (FR) Jacques Mordal, La Marine à l'épreuve: de l'Armistice de 1940 au procès- Auphan, Paris, Plon, 1956.
  • (FR) Robert O. Paxton, Jacques Mordal, Parades et politique à Vichy: Le corps des officiers français du maréchal Pétain, Princeton, Princeton University Pres, 1966.

périodiques

  • Enrico Cernuschi, Mers-el-Kébir, le 3 Juillet, 1940. Partie 1, en Histoire militaire, nº 80, Parma, Ermanno Albertelli Editeur, 2000, ISSN 1122-5289.
  • Enrico Cernuschi, Mers-el-Kébir, le 3 Juillet, 1940. Partie 2, en Histoire militaire, nº 81, Parma, Ermanno Albertelli Editeur, 2000, ISSN 1122-5289.
  • Frédéric Le Moal, Le régime de Vichy et l'opération « Torch », en Histoire militaire, 102, Parma, Ermanno Albertelli Publisher, Novembre de 2008.

Articles connexes

liens externes