s
19 708 Pages

Jean Amanrich
11 juin 1893 - Août 6 1963
né en Perpignan
mort en Saint-Cloud
données militaires
pays servi France France
Forces armées Marine nationale
corps Aéronavale
Années de service 1911-1949
degré Vice-amiral
Wars Première Guerre mondiale
Guerre mondiale
décorations voir ici
publications voir ici
entrées militaires sur Wikipédia

Jean Amanrich (Perpignan, 11 juin 1893 - Saint-Cloud, 10 février 1963) Ce fut un amiral français.

Fighter est premier que Guerre mondiale, Il était un célèbre pilote hydravions, y compris ceux à grande vitesse destinés à participer à la Trophée Schneider[1].

biographie

Il est né en Perpignan 11 Juin 1893, et après avoir étudié à Sorèsa (1901-1902) il est entré dans l'École Navale Marine Nationale 1 Octobre 1911[1]. entre 1913 et 1914 effectue la croisière éducative traditionnelle à bord de l'école Jeanne d'Arc. Le 5 Octobre 1914 il a été nommé midshipman 2ème classe[2], destiné à servir dans la base navale Toulon, où il a entrepris torpilleur fanfare. Le 23 Décembre de cette année, au cours d'une mission de reconnaissance dans Dardanelles[3], à bord d'un baleinière, Il a été blessé lorsque le navire a été touché par des tirs ennemis. Sa brillante performance dans cette action lui a valu le prix de Croix de guerre et le titre Chevalier de la Légion d'honneur. Puis il se lance dans cuirassé Richelieu puis sur destructeur Mousqueton. Le 26 Avril, 1916 il a été promu midshipman 1re classe, et 1917 Il a été affecté à la direction du mouvement du port Brest, où il est resté jusqu'à la fin des hostilités.

Après la fin de Première Guerre mondiale Il a lancé brièvement pic à glace Olga. Le 21 Octobre 1919 il a été promu lieutenant, et elle a admis à fréquenter l'école de l'aviation Istres. En 1920, il a assisté à Maritime du Centre d'aviation (C.A.M.) sur étang de Berre, près de Marseille, puis déplacé vers le centre de formation de Saint-Raphaël. Dans la même année, il a rejoint le groupe de pilotes de chasse, qu'il a pris le commandement en Septembre de l'année suivante. Le 1er Août, 1922 a été créé le premier escadron de la Marine Nationale, désigné C 10, dont il fut le premier commandant, le maintien de cette position jusqu'au 30 Octobre 1924. Cette même année, il a été affecté au centre d'aviation de Saint Cyr. en 1925, tout en servant en tant que commandant des transferts du service maritime, son hydravion avait une défaillance mécanique et se précipita dans Seine, et il a une jambe cassée. 12 Juin, 1925 accompagné du commandant Paul Teste dans son dernier vol tragique[4], Elle reste légèrement blessée.

en 1927 Il a lancé à bord du 'croiseur blindé Jules Michelet, effectuer une croisière dans 'Extrême Orient dont il a pris fin en 1929. Le 7 Juillet de cette année, il a été promu au rang de Capitaine de corvette, puis retour l'aviation navale, affecté à la base d'Orly. Le 12 Novembre[5] suivante, il a pris le commandement de Section d'Entrainement des Hydravions Rapide sur la lagune de Berre, compte tenu de la participation de l'équipe française à Trophée Schneider la 1931[6]. Une fois que le pilote a pris le commandement de la base navale Karroubi, en tunisia, appartenant à la région IV Marittima bizerte, couvrant cette position jusqu'au 10 Avril 1933.[7] promu capitaine frégate le 1er Juillet de cette année, il est revenu plus tard en Tunisie[8], dans Kerouba, restant là jusqu'à 1935, Lorsque cette même année a effectué un vol Biserta-Tombouctou-Bizerte qui lui a valu une riconoscimanto de côté par l'Aéro-Club de France[9]. Le 2 Juillet 1935, il a pris le commandement de l'avis Colonial Dumont d'Urville[10], stationnée à Toulon. Le 1er Avril 1938 Il a été nommé commandant de la Force aérienne 'atlantique, avec siège social à Brest.

Le 1er Janvier, 1940 il est promu capitaine de la mer en supposant que la commande de 'croiseur lourd Algérie[11], Il a tenu jusqu'à la fin de 1941. en 1942 Il a pris le commandement de l'aéronavale en Afrique du Nord, avec siège social à Alger, et en Novembre de la même année, il a été promu vice-amiral. en 1943 il a rejoint l'Inspection générale de l'aviation navale, et entre Juin 1944 et Octobre 1945 Il a commandé la marine française dans la salle Algérie[12], et il a pris part à la répression du soulèvement[13]. Mai-Juin 1945[14]. Après avoir quitté l'Afrique est entré en Allemagne, fonctionnant comme capitaine-adjudant général du commandant du secteur de l'occupation française. Le 19 Novembre 1945, il a reçu le titre de Commandeur de la Légion d'honneur. Promu au rang de vice-amiral en Juin 1946, Il prend le commandement de la marine française présente en Madagascar. Il a quitté le service actif dans 1949, enfin prendre sa retraite le 1er Janvier 1953. Il est mort en Saint-Cloud le 10 Février 1963.

honneurs

chevalier de' src= Chevalier de l'Ordre de la Légion d'honneur
"A Dirigé Avec le plus de grand sang-froid sont embarcation lorsqu'elle assaillie was Presque à bout portant juin par fusillade violente. A à l'ordre réussi MAINTENIR when sous trois hommes les balles Sont et TOMBES à Sauvé exalteront fils par embarcation sang-froid et sa présence d'esprit.»
officier de' src= Officier de l'Ordre de la Légion d'honneur
commandant de' src= Commandeur de l'Ordre de la Légion d'honneur
- le 19 Novembre, 1945
Croix de la guerre 1914-1918 - ruban ordinaire uniforme Croix de Guerre de 1914-1918

publications

  • Sur l'essai historique Naval Aéronautique (1910-1946), 1946
  • Deux avatars d'un amiral, La Maison du Livre Français, Paris, 1949
  • Le Enffritement d'un empire, L. Rodstein, Paris, 1950
  • Diego-Suarez, selon stratégique, article dans la Revue Défense Nationale 6 (Juin 1950), p. 662-674
  • Douhet a caducado, article publié en Espagne sur Ejército 131 (1950), p. 64-65 (traduction de l'article original publié dans la Revue maritime, Octobre 1950)
  • Une Française, Maryse Bastié, Baudinière, Paris, 1953
  • combats BREFs, Baudinière, Paris, 1960

notes

  1. ^ à b c Ecole Navale / tradition Espace / Officiers célèbres.
  2. ^ Enseigne de Vaisseau de 2e classe.
  3. ^ Le du Poilu encrier: décembre 2008.
  4. ^ Paul dirige ::: http://fandavion.free.fr.
  5. ^ Récupérée de Ouest-France 30 Octobre 1929.
  6. ^ Boroli Boroli 1983, p.133
  7. ^ Récupérée de Ouest-France 3 mars 1933.
  8. ^ L'Afrique du Nord Illustrée: Journal Hebdomadaire dans le nord-actualités: Algérie Africaines, Tunisie, Maroc - 1907-1939 - Périodiques.
  9. ^ http://ecole.nav.traditions.free.fr/celebres/offici677.jpg.
  10. ^ http://ouestfrance.cd-script.fr/opdf/1935/07/02/29/Finistere/1935-07-02_29_09.pdf.
  11. ^ Récupérée de Ouest-France du 27 Décembre 1939.
  12. ^ (FR) Hubert Granier, Historie des Français Marins: La Seconde Guerre mondiale et les Révoltés Dans l'avant-premières Empire 1940-1945, Marines EDITIONS, 2008.
  13. ^ Jauffret 1990, P.511.
  14. ^ Cette répression a fait des centaines de victimes civiles, bien que la Marine Nationale il y avait un rôle marginal.

bibliographie

  • Achille Boroli, Adolfo Boroli l'aviation, vol. 3, Novara, De Agostini Institut Géographique, 1983.
  • (FR) Hubert Granier, Historie des Français Marins: La Seconde Guerre mondiale et les Révoltés Dans l'avant-premières Empire 1940-1945, Marines EDITIONS, 2008.
  • (FR) Jean-Charles Jauffret, La Guerre d'Algérie les documents pair: Le avertissement, 1943-1946, Paris, Armée de terre. Service historique, 1990, P.511.

liens externes