s
19 708 Pages

Gabriel Adrien Joseph Paul Auphan
4 novembre 1894 - 6 Avril 1982
né en Ales, France
mort en Versailles, France
Les causes de décès causes naturelles
données militaires
pays servi France France
Forces armées Ensign civil et naval de France.svg Marine nationale
Années de service 1911-1943
degré amiral
Wars Première Guerre mondiale
Guerre mondiale
[citation nécessaire]
entrées militaires sur Wikipédia

Gabriel Adrien Joseph Paul Auphan (Ales, 4 novembre 1894 - Versailles, 6 avril 1982) Ce fut un amiral français, Secrétaire de la Marine pendant le gouvernement de Vichy.

biographie

début de carrière

Gabriel Adrien Joseph Paul Auphan est né le 4 Novembre 1894 à Ales, Gard. Il est entré dans l'École Navale France en Octobre 1911, et faisait partie du dernier groupe d'étudiants qui ne pouvaient pas suivre tout le programme scolaire de l'académie navale à bord Borda, Un voilier transformé en navire de formation. Le cours a pris fin en Juillet 1914, et sa carrière officielle a commencé à bord Jeanne d'Arc. quand éclate Première Guerre mondiale, Il est choisi parmi les meilleurs officiers de sa classe, pour servir à bord de ce navire lui-même, comme officier canonnier. A ce titre, il participe en Avril 1915, à l'atterrissage dans les Dardanelles. Il est alors lié au service de l'information, le règlement sur l'île de Rouad sur la côte Syrie, où l'organisation d'un réseau de représentants couvre l'ensemble de l'Est. Il a continué à diriger cette mission, même si, en Août 1916, Il devient une seconde en alerte commande laborieux, puis de Castellorizzo, sur la côte de l'Asie Mineure. en Septembre 1917 Il a été nommé commandant en second du sous-marin Le Verrier. Ce sous-marin, basé à Brindisi, Il appartenait à l'escadre française, avec deux autres escadrons, un italien et un britannique, assuré du bloc 'adriatique, la prévention, aux navires austro-hongrois à surmonter la Détroit d'Otrante. Presta service à bord Le Verrier jusqu'à la fin de la guerre. En Janvier 1919, il a été envoyé à rivière, au nom du service de renseignement, puis en Egypte et Liban. Ses qualités de tête et permettent au marin d'obtenir la commande du même sous-marin en 1920, lorsqu'il reçoit un ministre de la Mention élogieuse. Il reste entrepris Le Verrier jusqu'en 1922, quand détaché auprès de la Marine générale du personnel. Au cours de la période de contrôle du sous-marin a tiré des études: l'un sur le rôle des torpilleurs au moment de Bataille du Jutland et un autre sur l'utilisation des sous-marins tactiques mis en sourdine. Les idées contenues dans cette étude seront ensuite faites par l'amiral allemand Karl Dönitz pendant la Seconde Guerre mondiale.

Entre les guerres

en Juin 1922 Il est détaché auprès de la Marine générale du personnel, lors du lancement de la construction des sous-marins classe Réquin. Elève de l'école de guerre navale entre 1923-1924, a pris le commandement en 1925 du sous-marin Fulton fonctionnant dans la région méditerranéenne. promu Capitaine de corvette En Janvier 1927, le Novembre précédent avait été détaché auprès du Cabinet du ministre de la Marine Georges Leygues, où il a travaillé notamment au développement du décret organique du 22 Avril 1927, qui réorganise le port de plaisance. en 1929 contrôle la torpille Palme en Méditerranée, et il est promu capitaine frégate avril 1930. Dans cette même période, il a été chargé de diriger l'école d'application des lieutenants du navire, embarqué à bord de la 1ère division des poids légers qui a remplacé temporairement le navire de formation Jeanne d'Arc. Auphan a mené une longue campagne le long des côtes de la formation »Afrique, en Antilles et en Méditerranée. Il prit alors commandé le destructeur guépard (1931) et jaguar (1932) appartenant à l'équipe de la Méditerranée. Directeur des études, puis commandant en second, Académie navale en Brest en 1933. Plus tard, il est devenu une partie de l'armoire François Piétri, Secrétaire de la Marine (1934-1935). au cours de la 1936 vous voyez placé au commandement de l'ère moderne croiseur français, le 'Emile Bertin, appartenant à l'équipe de l'Atlantique. il est promu capitaine de la mer Octobre de cette année. en Octobre 1937 il a reçu la commande prestigieuse du croiseur-école Jeanne d'Arc avec lequel il se produit dans le monde (1937-1938) et une deuxième campagne dans la formation de l'Atlantique et du Pacifique (1938-1939). Le discours sur la commande, puis a parlé avant que les élèves officiers, constitué, pour sa profondeur, une source de réflexion et de méditation toujours d'actualité.

La Seconde Guerre mondiale

lorsque explosé Guerre mondiale, devient chef adjoint d'état-major des forces maritimes et assume, avec les Admirals Darlan, Maurice Le Luc Athanase et Jean Louis Négadelle, une partie essentielle de la direction des opérations navales. promu vice-amiral en Juin 1940, il est en charge, au sein du nouveau gouvernement de Vichy, pour assurer l'approvisionnement du continent par convois navals en provenance d'outre-mer. Chef des Forces maritimes en Août 1941, établit et entretient des contacts avec l'ambassade américaine à Vichy, qui transmet les nouvelles. Il a été nommé secrétaire d'Etat à la Marine en Avril 1942, il oppose la résistance aux exigences allemandes plus vives sur le tonnage des navires commerciaux. Au moment de l'allié d'attaque en Afrique du Nord, en Novembre 1942, fortement recommandé au maréchal Philippe Pétain, soutenu en cela par le commandant suprême des forces terrestres, le général Maxime Weygand, de soutenir ouvertement les alliés. Après le débarquement du 8 Novembre 1942 et Weygand Auphan Pétain invités à accepter la trêve avec les Alliés en Afrique du Nord que Darlan, à Alger à ce moment de l'attaque, avait été négocié. Ce point de vue l'a mis en désaccord avec l'amiral Platon, qui a affirmé la nécessité d'aller à la guerre avec ses alliés aux côtés des Allemands. Cédant à l'insistance du Premier ministre du gouvernement collaborationniste de Vichy, Pierre Laval, Condamné d'abord la petain trêve négociée par Darlan, mais Auphan persuadé petain de soutenir pleinement l'accord conclu. Le 10 Novembre 1942, avec le soutien ancien maréchal, Auphan a envoyé un télégramme légitimant l'accord conclu par Darlan avec le général américain Lt. Mark Wayne Clark. Auphan Laval espérait arrêter, mais n'a pas réussi à obtenir cette concession de Pétain, comme ce fut le seul ministre du gouvernement de Vichy que lors du prochain Conseil des ministres, a défendu l'accord de cessez-le-atteint en Afrique du Nord. 11 Novembre, 1942 a ordonné l'amiral Jean de Laborde, commandant de l'équipe navale Toulon, pour détruire la flotte française si les forces allemandes avaient menacé d'occuper le port. Avec l'approbation pétainiste, le 13 Novembre, il a envoyé un télégramme au général Charles Nogues, résident en général Maroc, qui se déplaçait sous le commandement de l'Admiral Darlan dans toute la France en Afrique du Nord. Le 18 Novembre, en désaccord total avec la politique suivie par Laval, il a démissionné en signe de protestation du poste de secrétaire de la Marine et des Colonies. Le maintien de la confiance du maréchal Pétain, ce fut par lui, le 18 Août 1944, une dernière mission au général Charles de Gaulle pour trouver une solution qui permettrait d'éviter la guerre civile. Malheureusement, de Gaulle a refusé de le recevoir, écartant ainsi toute perspective de réconciliation nationale entre le français. En Septembre 1944, le nouveau gouvernement français a révoqué le conseil d'administration. Le 14 Août, 1946 la Haute Cour de justice[1] Je jugé et condamné par contumace[1] à la réclusion à perpétuité pour atteinte à la sécurité de l'Etat,[1] avec des sanctions supplémentaires de travaux forcés et à la confiscation de tous ses biens[1], d'avoir ordonné la destruction de la flotte de Toulon. Il a refusé de se rendre à un juge que la pensée partisane, et a été contraint de vivre dans la clandestinité.[1] Entre 19 et 20 Juillet 1955 Il a tenu un second procès qui l'a condamné à cinq ans de prison[1] avec l'avantage de cinq ans de probation et à la dégradation nationale.[1] En Janvier 1955, il est libéré. en 1956 le Conseil d'Etat le réhabilite complètement, ce qui rend son rang et ses droits à pension. Au cours de la dernière partie de sa vie, il a beaucoup écrit dans l'histoire et la politique navale. L'amiral Auphan est mort à gabriel Versailles le 6 Avril 1982. Pris en charge au cours de sa vie comme une foi inébranlable, toujours il a montré un grand attachement à l'abbaye bénédictine de Fontgombault, dont il était un bienfaiteur. Alors, il décrit l'abbé Don Antoine Forgeot, au moment de ses funérailles: "Ses ouvrages Ceux de Nombreux Sont les Qué à venir générations et devront Connaître Étudier. Y trouveront la ELLES vérité en same temps historique Qu'une vraie philosophie de l'Histoire." .

honneurs

commandant de' src= Commandeur de l'Ordre de la Légion d'honneur
Croix du Combattant - ruban ordinaire uniforme Croix du Combattant
Croix de Guerre française de 1914-1918 - ruban ordinaire uniforme Croix de Guerre française de 1914-1918
Médaille de la victoire interalliée française - ruban ordinaire uniforme Médaille de la victoire interalliée française

publications

  • La vie la Lutte for òû 1940-1942 Le service au Marine des Français (1947)
  • Les grimaces de l'histoire; L'histoire de mes Trahisons (1951)
  • Le drame de la desunión européenne (1955)
  • La Marine Dans l'histoire de France (1955),
  • Les convulsions de l'Histoire de la ou Le desunión Dramé européenne (1955),
  • Le English Marine Dans la Seconde Guerre mondiale (1958), écrit en collaboration avec Jacques Mordal,
  • Histoire de la Méditerranée (1962),
  • Histoire de Vichy Elémentaire (1971),
  • Histoire de la décolonisation (1975),
  • L'honneur de Servir (1978).
  • Au service de l'Église (1988)

notes

  1. ^ à b c et fa g Jaffré 1962, p. 243

bibliographie

  • (FR) Paul Auphan, Jacques Mordal, La marine française dans la Seconde Guerre mondiale, Annapolis, MD, Naval Institute Press, 1959.
  • (FR) Bernard Costagliola, La marine de Vichy, et la collaboration Blocus, Paris, Ed.iteur Taillandier, 1959.
  • (FR) David Brown, La route vers Oran: les relations navales anglo-français Septembre 1939-Juillet 1940, Londres, Taylor Francis Ltd., 2004 ISBN 0-7146-5461-2.
  • (FR) Yves Frédéric Jaffré, Les tribunaux d'exception, 1940-1962, Paris, Nouvelles Editions Latines, 1962.
  • (FR) Jacques Mordal, La Marine à l'épreuve: de l'Armistice de 1940 au procès- Auphan, Paris, édition d'art et d'histoire, 1956.
  • (FR) Robert O. Paxton, Parades et politique à Vichy: Le corps des officiers français du maréchal Pétain, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1966.
  • (FR) Colin Smith, Dernière guerre contre la France de l'Angleterre: Lutte contre Vichy 1940-1942, Londres, Weidenfeld Nicolson, 2010 ISBN 0-297-85781-9.
autorités de contrôle VIAF: (FR91239145 · LCCN: (FRnr90009735 · ISNI: (FR0000 0001 1575 4516 · GND: (DE118950231 · BNF: (FRcb11889571d (Date) · NLA: (FR48220873 · BAV: ADV10054331