s
19 708 Pages

Damien de Martel
1607 - 30 Avril 1681
né en Le Bec-Hellouin
mort en Arpajon
religion catholicisme
données militaires
pays servi Royal Standard du roi de France.svg Royaume de France
Forces armées Drapeau du royaume de France (1814-1830) .svg Marine française
Années de service 1625 - 1673
degré Le contre-amiral
Wars Lutte contre les pirates barbaresques
Guerre de Candia
Guerre franco-néerlandais
batailles Envoi de Djidjelli
Bataille de Cherchell
Candia livraison
Bataille de Schooneveld
Bataille de Texel
sources dans le texte
entrées militaires sur Wikipédia

Damien de Martel, Marquis de La Porte (Le Bec-Hellouin, 1607 - Arpajon, 30 avril 1681), Il a été un amiral français.

biographie

Les premières années

Originaire d'une famille noble de Normandie, Damien de Martel était le troisième fils de Jacques de Martel, de Tenuel monsieur, et Marguerite de Tenel. L'état du troisième enfant imposera une carrière ecclésiastique dans l'Ordre de Malte où il entrera 4 Juin 1625 mais il n'a jamais pris ses vœux de l'ordre.

la carrière

La carrière dans la Marine royale française

Damien de Martel a obtenu un brevet pour capitaine de la mer en 1637, contremaître en devenir 1642 et le lieutenant-général de la flotte occidentale 1656, le plus haut rang de la Royal Navy au moment[1].

Damien de Martel a épousé le 2 Juillet 1652 à Rennes Champion Judith, fille de Charles Champion, Mesdames et baron de Cicé, conseiller du roi au Parlement de Bretagne et son épouse, Judith Thévin. en 1658, Damien de Martel a acheté le domaine « de la Porte et ses dépendances, » y compris le grand hôtel de Léouville. en 1660, la seigneurie de La Porte a été élevé à marquisat en sa faveur.

Missions en Méditerranée et la livraison de Candia (Juin-Juillet 1669)

en 1664, le marquis de Martel se distingua lors de l'expédition du duc de Beaufort contre les Algériens. 24 Août 1665 Il a participé, sous le commandement du navire Princesse avec 66 canons et 500 hommes d'équipage, le réceptacle d'une équipe algérienne de travailler Beaufort à Cherchell. impliqué dans 1666 dans la campagne de l'ouest, il a commandé le navire Le Dauphin[2], avec 54 canons. Le marquis de Martel a commandé le Courtisan, 72 canons, lors de l'expédition de secours envoyé à la ville de Candia pendant 'Le siège turc en 1648. Cette expédition, a commandé une nouvelle fois par le duc de Beaufort, partit de France le 5 Juin 1669. La flotte a rejoint petite aide envoyée par Rome et Naples, placé sous le commandement de James Rospiglosi, neveu le Cardinal Clément IX.

Damien de Martel, Marquis de la Porte
Le siège de Candie une carte de 1667

Lorsque les deux flottes se sont réunis, eux-mêmes présenté généraux respectifs:

ma flotte, dit-il Vivonne, Il se compose du Courtisan, avec soixante-deux canons, l'amiral vice commandé par le marquis de Martel, la Force commandée par le capitaine de Breteuil.
- Ce marquis de Martel est la même qui a fait la campagne avec Gigery diBeaufort duc, comte?
- Oui, M. huissier.
- Cela lui est, M. huissier, et heureusement ses fusils expliqueront un peu plus clairement sa propre personne; parce que le pauvre marquis est terriblement gêné dans ses paroles, mais j'admire la langue de son artillerie.[3]

La flotte franco-napolitaine, renforcée par 31 navires et 6000 hommes d'équipage, est venu devant Candia le 16 Juin de cette année. A la fin du mois, ils ont été lancés les premiers assauts contre la ville assiégée au cours de laquelle a été distingué le marquis de Martel pour le courage face à l'ennemi. Dans une lettre envoyée au roi, le duc de Vivonne a écrit:

« Il sera difficile [...] de communiquer à Votre Majesté le résultat de cet affrontement, parce que tous les capitaines des navires et les galères ont tous fait leur service avec une valeur égale; et tout cela, je peux assurer Votre Majesté, mais surtout je ne peux pas vous citer la valeur indiquée par le marquis de Martel[4]. »

en 1670, Louis XIV accordée à la commande marquis de Martel d'une équipe navale de dix navires[5], de punir les Algériens en Méditerranée. Sous les ordres de la Thérèse, le marquis de Martel a quitté Toulon début Janvier. La chasse aux corsaires Il a jusqu'à La Goulette pour l'attaque. Les « infidèles » qu'ils ont soumis et poursuivis pour la paix dans un court laps de temps et le marquis ont décidé de lui accorder seulement à des conditions très difficiles à accepter: de Martel a demandé que tous les navires capturés les Français ont été retournés, ainsi que demandé la libération de trois cents esclaves, dont cinquante étaient des chevaliers de Malte. Martel a conclu un nouveau traité avec les Algériens qui avaient l'approbation Louis XIV qui a appris des nouvelles le 2 Mars à côté de la bouche du vicomte de Cicé, frère du marquis de Martel.

Le marquis de Martel, en 1672, Il a commandé la Marine Toulon. Madame de Sévigné Il a envoyé à sa fille, Mme de Grignan une lettre datée du 13 mai 1672« M. de Martel a écrit que vous serez reçu comme la reine de France. « La célébration a eu lieu à la mi-mai 1672 à bord du royal Louis.

La guerre de Hollande (1672-1678)

Damien de Martel, Marquis de la Porte
la Bataille de Texel dans un tableau de Willem Van de Velde le Jeune.

avec Guerre franco-néerlandais, de Martel a reçu le commandement d'une division de la flotte franco-britannique dirigée par le prince Rupert du Rhin et Le comte d'Estrées. Il était présent à la bataille de Schooneveld le 17 Juin 1673 et un combat à Texel, le 21 août 1673 à bord du royal Thérèse, de 80 armes à feu, les combats, au cours de laquelle il a appris à se tenir debout. Son sens de la discipline a laissé beaucoup de toute façon si vous voulez, en particulier pendant la campagne de 1672-1673, est entré en conflit violent avec le 'Amiral d'Estrées, son supérieur, que l'accusé dans une lettre envoyée par 'Angleterre à Jean-Baptiste Colbert il avait « déshonoré la nation. »

L'écrivain du XVIIe siècle Gatien de Courtilz de Sandras Il a dit à cet égard:

« [...] Personne ne se détachait plus glorieusement le marquis de Martel, l'amiral de la France, où les Britanniques et les Hollandais ne pouvaient donner les honneurs pour avoir personnellement capturé quatre navires, portant une grande partie de la flotte ennemie visant à le détruire. Comme le roi était si heureux avec chacun de ces succès, il n'a pas manqué à son retour de l'avoir arrêté parce qu'il avait désobéi le comte d'Estrées. Pour ce prince qui avait restauré la discipline à bord de son armée, Martel a été sévèrement puni pour avoir méconnu, et de ne pas avoir été à la rigueur de ses ordres.[6]. »

Seignelay, fils du « Grand Colbert » il a lu cette lettre Louis XIV qui a demandé à son premier ministre de punir les indisciplinés officiel:

« Votre fils a lu la lettre que je reçus d'Angleterre. Martel mérite une punition exemplaire s'il a fait ce qu'ils disent. Il a besoin de savoir pour faire la justice, qui pour les officiers de la marine, il n'y a pas de parties et ne peut désobéir à ceux au pouvoir[7]. »

De Martel a été envoyé à Bastille 31 octobre 1673. la Comte de Bussy-Rabutin écrit à cet égard dans son Memoires :

« Le dernier jour d'Octobre 1673, a été emprisonné à la Bastille, Martel, le lieutenant général de la Marine, à inscrire en conflit avec le comte d'Estrées, le vice-amiral, et pour ne pas être en mesure de battre les Hollandais dans les combats cette campagne militaire; et je serai heureux de raconter aussi la cause de leur querelle. Martel est un ancien officier de marine qui, avant d'atteindre le niveau qui a obtenu a été à travers toutes les qualités: courageux et connaisseur de la mer, le plus ennuyeux pour lui était d'obéir aux Estrées compter, surtout quand le roi l'a nommé vice-amiral; parce que, quand il était aussi un homme courageux qui avait également travaillé pour d'autres armées, Martel ne pensait pas qu'il en savait plus qu'il a fait à la navigation et avait donc des griefs en ce qui concerne. la casus Belli ce fut un ordre envoyé par d'Estrées à de Martel qu'il n'a pas tenu compte et, comme le vieux loup de mer ont généralement préséance sur le nouveau général, est la guerre pour donner les pleins pouvoirs au commandant, sans laquelle ils tous les jours mille difficultés[8]. »

Le biographe et historien de la marine du XIXe siècle, Léon Guérin, a déclaré à cet égard:

« Il est généralement pas au courant que la détention du marquis de Martel en prison Bastille a duré près de deux ans, à cause d'une lettre insolente écrite le lendemain de la bataille (22 Août), à Colbert, au nom du vice-amiral Estrées, qui était déterminé à punir le lieutenant général pour la valeur avec laquelle il avait tout en agi en contravention aux ordres de son supérieur[9]. »

Les dernières années

Libéré par ordre du roi qu'il a reconnu qu'il a été emprisonné sans motif, est mort le 30 Avril 1681 Châtres, un quartier de Arpajon et il a été enterré le 3 mai prochain à l'église de Autruy la présence de Louis Charles Henri de Martel de Renac et Jean Damien de Martel, ses fils, et Louis Champion, Cicé abbé, son beau-frère.

notes

  1. ^ Abraham Duquesne, Il sera nommé lieutenant général 1667.
  2. ^ Cela a été rebaptisés pour l'occasion Vermandois et prêter également un service dans la Guerre franco-néerlandais.
  3. ^ Eugène Sue, Histoire de la marine française, vol. 2, F. Bonnaire, 1835, p. 159-160
  4. ^ Eugène Sue, Histoire de la marine française, vol. 2, F. Bonnaire, 1835, p. 186
  5. ^ Thérèse, Le Saint Esprit, Le Brusque, Le Joly, le SYRENE, Le Croissant,Le Bienvenu, le inquiet un Flûte, et un BRULOT tartana.
  6. ^ Gatien de Courtilz de Sandras, Histoire de la Guerre de Hollande, La Haye, chez Henri van Bulderen, libr Marchand., 1689, p. 134.
  7. ^ Jean-Baptiste Colbert, Lettres, instructions et Memoires de Colbert, Imprimerie impériale, 1863, p.240.
  8. ^ Souvenirs manuscrit autographe de Bussy-Rabutin, la Bibliothèque de l'Institut de France
  9. ^ Léon Guérin, Histoire maritime de France, vol. 1, Morizot, 1861, p. 245.

bibliographie